in

Vengeance RDA de Paradigm Mods (clone)

Le dripper Vengeance, successeur du célébrissime Magma chez Paradigm Mods est passé inaperçu sans que l’on ne sache trop pourquoi. Peut-être bien que les ailes de géant de son illustre prédécesseur l’ont juste empêché de voler, la sortie toute récente du Magma “Reborn” se chargeant de le précipiter plus vite encore aux oubliettes… Il mérite tout de même à mon sens un petit mot.

Ce Vengeance ne m’avait pas interpellé plus que cela lors de sa sortie. Je l’ai rencontré un peu par hasard, au détour d’une boutique spécialisée dans les clones le proposant en une version signée Hcigar. Je n’étais pas là pour lui, je l’ai néanmoins ajouté au panier, payé une vingtaine d’euros et reçu quelques jours plus tard.

L’arrivée du Vengeance

Le Vengeance vu par Hcigar arrive dans une espèce de trousse d’assez bonne facture, comme une bonne surprise.

01 - bag_closed

Le logo du cloneur reste discret, seulement présent sur la languette de la fermeture éclair en bleu sur fond blanc.

02 - bag_open

L’ouverture révèle un contenu bien garni où une belle photo aurait immédiatement permis de reconnaître le fameux drip-tip “Zero Degree” également d’inspiration Paradigm Mods accompagnant l’atomiseur. Ah, les clones… Comment leur résister quand Hcigar nous offre atomiseur et drip-tip au simple prix de ce dernier ? Il n’y a pas à tortiller, quelque chose ne tourne pas rond dans le monde de la vape.

03 - goodies

Un examen plus approfondi de cette trousse montre le Vengeance équipé d’un drip-top en Delrin correspondant à l’image choisie pour le marketing du produit, un top-cap d’acier, le drip-tip “Zero Degrees” en version acier accompagné de ses substituts cuivre et laiton, quelques joints toriques, deux mèches de silice savamment entourées de résistif et le top du top, le must absolu, l’incontournable tournevis bleu.

05 - kodakAutant le dire tout de suite, le drip-top en Delrin ne m’a guère inspiré confiance. Au plan esthétique tout d’abord mais également au plan pratique, un filetage d’acier rencontrant un pas de vis de plastique ne me paraissant guère promis à la pérennité, surtout en version clonée. Je l’ai bien sûr essayé mais lui ai généralement préféré le top-cap d’acier.

Le Vengeance est constitué de quatre pièces principales toutes d’acier façonnées que nous reconnaissons ainsi de gauche à droite : le top-cap, la chambre de vaporisation, la bague d’air-flow et la base de l’atomiseur.

04 - pieces

Ah, les clones… Pas chers, parfois bien finis, parfois un peu légers…

06 - broken_dt

D’ailleurs puisqu’on en parle, je dois souligner un petit problème rencontré avec le drip-tip “Zero Degree” de Hcigar. Oh, un petit problème de rien du tout ! L’axe joignant la pièce bucale et l’aérateur à ailettes s’est brisé très rapidement, sans que je ne fasse quoi que ce soit pour cela rendant bien sûr le drip-tip tout entier inutilisable. Bon… Hcigar a eu la gentillesse de nous le fournir, on va dire que c’était sympa.

Les pièces du Vengeance

Le top-cap

07 - top_cap

Le top-cap d’acier du Vengeance est propre et bien fini. Le matériau est lourd et semble de qualité, le filetage est irréprochable. Le haut du top-cap est usiné en forme de dôme pour une meilleure concentration des arômes dans la vapeur produite.

La chambre

08 - chamber

Contrairement au Magma où chambre et top-cap ne forment qu’une seule et même pièce, le Vengeance propose une chambre séparée. Cet anneau d’acier est sobre, bien fini et s’orne du “V” rappelant le nom de l’objet. Les filetages sont ici aussi très propres malgré des rebords très légèrement coupants par défaut de polissage.

La bague d’air-flow

09 - ring

La bague d’air-flow présente deux groupes de trois orifices de 2,5 mm de diamètre, le système de réglage du flux d’air par trous de diamètres croissants proposé par le Magma n’ayant pas été ici reporté.

La base

10 - deck

La base du Vengeance de Hcigar présente quelques traces d’usinage en fond de cuve pour une réalisation restant globalement très satisfaisante. Deux plots négatifs taillés dans la masse surgissent de la cuve tandis que deux plots positifs amovibles isolées par une pièce de peek forment une pièce en “Y” maintenue par la vis de contact du pôle positif. Quatre conduits d’arrivée d’air percés en oblique débouchent au ras du plateau. La cuve du Vengeance très peu marquée ne pourra contenir qu’une faible quantité de liquide.

11 - logo

La vis de contact positif semble plaquée d’argent, en tout cas d’un métal plus clair que l’acier. La gravure et le logo “Paradigm” reproduits ici par Hcigar se sont avérés saillants et auront nécessité un petit ponçage pour éviter le labourage du 510 d’un mod ou d’une box.

L’assemblage du Vengeance

L’assemblage du Vengeance commence par le positionnement de la bague de réglage d’air-flow sur la base.

12 - with_air_flow

Sauf erreur de ma part seules deux configurations sont possibles, la première laissant deux orifices diamétralement opposés ouverts et la seconde les quatre. On comprend ici que ce dripper n’acceptera que des montages en double ou quadruple coil…

13 - with_chamber

La chambre vient ensuite bloquer le réglage choisi, laissant ouvert le sommet de l’atomiseur. Contrairement au Magma, le Vengeance pourra donc être rempli sans risque de modification fortuite du réglage de l’arrivée d’air.

14 - with_top_cap

Le top-cap ou le drip-top en Delrin prennent ensuite place sur la chambre, terminant le montage de l’atomiseur. Tout comme le Magma, le Vengeance n’inclut pas de joint torique.

15 - vengeance

Personnellement, je trouve ce Vengeance plutôt réussi au plan esthétique grâce au parti-pris de fluidité et de sobriété observé par ses concepteurs. Déçu par le bris du drip-tip “Zero Degree”, j’ai tenté d’en trouver un nouvel exemplaire mais n’ai pas tardé à déchanter devant le prix exorbitant de 24 euros généralement demandé pour une version originale. Je suis finalement tombé sur une vente flash proposée par une de nos chères boutiques “high-end” soldant un fond de stock à prix revu et corrigé me permettant de rééquiper le Vengeance de son drip-tip originel pour environ 14 euros.

Le montage du Vengeance

On commence à se le dire, ce Vengeance n’officie pas vraiment dans la même cour que le Magma. Quatre plots, de larges air-flows, un drip-top en delrin bien évasé… Bienvenue sur les terres du cloud-chasing ! Les modeurs de Paradigm ont visiblement voulu quitter l’image un rien proprette de leur Magma pour proposer ici une bête de course, un dripper de compétition.

Ah, mais qu’importe ! Soucieux de produire une comparaison crédible entre le Magma et le Vengeance, j’ai choisi de monter le nouveau venu de la même façon que son ancêtre, à savoir un double coil en Kanthal 0,4. Et hop, c’est parti pour deux bobines de six spires en diamètre 2,5 mm !

16 - coiled

Le double-coil est particulièrement aisé à monter sur le Vengeance, chaque bobine disposant de deux plots dédiés. Les larges trous de serrage du résistif sont d’autre part légèrement tournés vers l’intérieur, ce qui facilite encore le positionnement des spires. Les têtes de vis sont profondes et bien marquées, rien ne bougera une fois les vis en butée.

17 - ohm

Le passage à l’ohmmètre montre une résistance résultante de 0,36 ohm, bien en phase avec le montage adopté. Le Vengeance acceptera vraisemblablement sans broncher des montages beaucoup plus bas, je pense que 0,15 ou 0,10 ohm en quadruple-coil ne l’effrayeront guère, rendant juste l’usage du drip-top en Delrin quasiment indispensable pour limiter la chauffe.

La vape du Vengeance

Le Vengeance produit bien évidemment une vape de type Magma, très orientée vers la restitution fidèle des saveurs grâce aux effets conjugués d’un top-cap en dôme bien marqué et d’arrivées d’air situées sous les bobines résistives. Paradigm aura cependant réussi le tour de force de faire encore mieux que le Magma avec ce Vengeance, en ajoutant aux indéniables qualité du prédecesseur la patate qui lui manquait. Le Vengeance mange les watts pour les convertir en saveurs remarquablement rendues, portées par un volume de vapeur proprement hallucinant. Ainsi, le modeste montage ici présenté alimenté par une cinquantaine de watts aura apporté une nouvelle définition à mon cher Grumpy’s Hooch pourtant déjà largement disséqué par divers matériels.

En fait, l’expérience de vape proposée par le Vengeance se résume très simplement à une première bouffée qui fait flageoler les jambes et tomber sur le cul en se disant “woaw” !

Et le bémol de fin…

Ah je sais, ce n’est pas très fair-play que d’attendre les dernières lignes pour amener un bémol à une appréciation dithyrambique du Vengeance mais à bien y regarder, je l’ai déjà plus ou moins évoqué. Contrairement au Magma, le Vengeance propose une cuve quasi inexistante et devra être rechargé toutes les cinq ou six taffes, comme beaucoup de ses confrères de cloud-chasing d’ailleurs. Peut-être est-ce là une des raisons du relatif échec commercial de ce magnifique dripper venant parler de vape extrême à un public conquis par la démocratisation du RDA opérée par son prédécesseur, écarté de ce fait des arsenaux préférés des sub-ohmers convaincus. Le Vengeance aura finalement dérouté les adeptes du Magma sans parvenir à convaincre les vapotos de l’extrême…

18 - magma_vengeance

Les pirates souhaitant flâner aux limites de la vape et tâter du sub-ohm en mode cloud-chasing pourront cependant profiter de divers destockages faisant place nette pour la venue du nouveau Magma “Reborn” et s’offrir avec ce Vengeance une bien belle machine à vaper à prix cassé, avant qu’elle ne disparaisse.

Bonne vape à toutes et tous, en Vengeance RDA !

Votez pour cet article

0 points
Mousse

Ecrit par Nesquick

Fonction sur le navire : Gabier promu Lieutenant de vaisseau - Nesquick, dans la vape depuis 2013, intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

11 Comments

Laisser un commentaire
  1. Salut Nes

    Depuis quelques temps je suis devenu totalement ricain niveau vape , gros juices bien gras , dripper , Hexohm ; pas moyen d’en sortir , je trouve même au Darang un tirage serré ………………….
    En revanche , toujours pas possible de m’habituer aux énormes drip tops ; l’impression d’avoir la b… de Rocco entre le lèvres .
    Ton machin philippin a l’air pas si mal , si ce n’est sa contenance ridicule pour un ato de ce type .
    Putain pourquoi , ils prévoient pas d’énormes cuves pour des drippers pareils , ça me semble indispensable . :unsure:

    • LO Sezni,

      Il me semble bien que les drippers ne l’ancien temps n’avaient pas du tout de réserve de liquide… Un plateau, un plot négatif et un plot positif, on y mettait cinq à dix gouttes de liquide par le drip-tip direct sur la silice et roule !

      Certains modèles dits “de compette” sortent encore comme ça, par exemple le Rampage de Golden Armour. Avec ces trucs-là, on passe plus de temps à saturer les mèches qu’à vaper et la goutte de trop se paye cash via les air-holes. Par contre, quand c’est bien monté et bien réglé, ça vape comme rien d’autre.

      Le Vengeance, présenté comme un Magma v2, a le tort de se tourner vers ces machines à vaper extrêmes alors que la popularité du Magma v1 s’est construite sur une cuve profonde et l’acceptation de montages simples. Le rendu du Vengeance est extraordinaire mais pas sans contraintes, malheureusement.

      Personnellement, je vape au quotidien sur des RDA ou RDTA “faciles” et sur des ato-tanks à gros nuages. Je me cogne la galère des drippers plus joufflus le w-e, avec de bons liquides bien lourds et bien gras, du genre de ceux que tu as dégotés chez Unicorn.

      Ricain deux jours sur sept ! ;-)

    • Merci ! :rose:

      Le Vengeance aura eu sa petite oraison… P’têt qu’il intéressera encore deux ou trois pirates démangés par les stratocumulus de vapeur gorgés de goût et prêts à jouer du flacon toutes les cinq taffes au lieu de tirer pépère sur leur cCell logée dans un tank de 6 ml rempli tous les deux jours. :unsure:

  2. Hello Nes !
    Tu me tentes encore une fois…

    Pour toi, même si je sais que les ressentis sont très personnels,
    que nous conseillerais-tu comme dripper ULTIME, le BEST DU BEST
    pour stratocumuler à donf comme je ne l’ai encore jamais fait, mais sans se cramer la face ?
    LA BÊTE, quoi…

  3. Pas trop pour moi.
    J’utilise mon Magma (clone) tous les jours et je reste émerveillé par son rendu. Faut dire que je l’ai customisé façon Michel Argouët (Je viens de relire son article et le tien) en poussant le bouchon un peu plus loin encore. J’ai carrément « dremelisé » l’espace du second coil et obturé la prise d’air associée. Conséquence : une contenance presque digne d’un tank. Les bords aminci, un joint supplémentaire et plus une goute qui passe. Le bonheur pour quelques euros.
    Le rendu ayant fait la réputation de Paradigm, je crois effectivement qu’ils se sont trompé de public en asseyant d’associer leur nom à une machine à vapeur.
    Curieux de voir le numéro trois… :yes:

    • Hey, j’ai aussi longtemps bavé devant les customisations de Michel mais sans concrétiser… Faut dire que mon Magma est un original et que j’avais un peu la pétoche de le ruiner. J’ai quand même essayé, timidement. La fraise a rippé sur l’acier sans l’entamer, j’ai immédiatement laissé tomber.

      J’ai bien pensé racheter un clone pour pouvoir y aller franco mais le temps a passé…

Laisser un commentaire

Evitez les dry hit

Avenir de la vape et de son commerce