in

Le Velocity RDA, sur un plateau ! (clone)

Le terme « velocity » évoque immédiatement un type de plateau de montage, peut-être moins le dripper homonyme proposé par les New-Yorkais de Insigna Design. A défaut de certitude absolue, il me plaît de croire que ce dripper est l’origine du fameux plateau tant repris depuis, comme une mini-révolution au parfum de conte de fées. Malheureusement, les contes sont parfois cruels et je doute fort que les dizaines de fabricants de matos à vaper reprenant le plateau dit « velocity » ne versent le moindre dollar à Insigna Design… Ah, ils n’ont pas déposé de brevet ? Ah ben si c’est ça, c’est ballot…  :cry:

Quoiqu’il en soit, le dripper Velocity est aujourd’hui complètement introuvable en version originale et ce n’est pas forcément une catastrophe car il se négociait autour de 140€, somme tout de même très rondelette pour un RDA. Heureusement, ce bon M. Tobeco est toujours là pour nous sortir de la misère et j’ai finalement dégoté assez facilement un exemplaire de Velocity clone me permettant, pour la somme raisonnable de 18€ de voir enfin la machine mythique supposée être à l’origine du non moins mythique plateau « velocity ».

Découverte du Velocity

Première constatation, le Velocity RDA présente bien le plateau attendu. Ben tiens, il n’aurait manqué que ça, qu’il en ait un autre ! Mises à part quelques approximations de polissage sur les pièces internes du dripper, le travail de M. Tobeco s’avère comme souvent très satisfaisant. Les métaux sont denses, les pas de vis irréprochables et les plastiques de bon aloi. Il faudra absolument que quelqu’un m’explique un jour comment fait ce M. Tobeco pour fabriquer des pièces de cette qualité pour 18€, importation et marge du détaillant national incluses sachant que l’approvisionnement directe à la source chinoise divise encore ce prix par deux.

01 - pieces

Le drip-tip fourni est de type tuyère, affichant un diamètre de 15 mm et se visse sur le haut de la chambre, ce qui est moyen pour la compatibilité avec nos embouts favoris classiquement dimensionnés en 8,6 mm et maintenus par un ou deux joints toriques. Heureusement, un adaptateur est fourni, balayant définitivement cette misérable et besogneuse objection.

Le plateau, le plateau !

Ah nous y voilà enfin… Un plot négatif taillé dans la masse, un plot positif tenu par une vis de contact 510 non réglable et isolé par une pièce de PEEK constituent le célèbre plateau « velocity ». La bonne idée distinguant ce plateau de ses concurrents est le perçage de deux trous superposés sur chacun des plots. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, ces deux paires de trous rendent le montage d’une bobine résistive absolument enfantine, la patte basse trouvant naturellement le trou bas d’un plot (A) tandis que la patte haute arrive exactement au niveau du trou haut de l’autre plot (B).

02 - deck_front

Et ce n’est pas tout… Les deux trous laissés libres par la première bobine permettent le montage tout aussi aisé d’une seconde bobine de l’autre côté selon le même principe, rendant la confection d’un double-coil affreusement facile et immédiate. Ah, la belle idée que voilà !

Et ce n’est toujours pas tout… Le plateau « velocity » permet également le double-coil vertical et le quadruple-coil sans trop d’ajustements et de tortillages aussi pénibles que délicats. On comprend déjà pourquoi ce chouette plateau s’est répandu dans le microcosme comme une traînée de poudre, comme un condensat de liquide hors du Magma v1…

Encore un avantage ? OK, parlons du serrage !

02 - deck_side

Le serrage est effectué latéralement par des vis à empreinte hexagonale, royales pour disséminer le couple au six coins de leur tête. Ça serre dur et fort, ne laissant aucune chance au résistif de se barrer faire le mariole en mettant la grouille partout. Ah oui, c’est bien, mais on a jamais la clé allen correspondant aux vis, me direz-vous. Et bien si car M. Tobeco nous en fournit une parfaitement adaptée à l’atomiseur ! Elle est pas belle, la vie ?

L’air-flow n’est pas mal non plus !

Le Velocity n’est pas qu’un ingénieux plateau, c’est aussi un excellent système de réglage d’air-flow qui mérite que l’on s’y arrête un instant. Il faut tout d’abord enquiller la chambre sur la base de l’atomiseur :

03 - chamber

Ah oui c’est rigolo, on dirait un smiley !  :yes:
Hum… Nous avons ici six trous ovales verticaux répartis sur le périmètre de la chambre et deux trous également ovales mais horizontaux, diamétralement opposés. Bien sûr, on ne voit que deux exemplaires des premiers et un seul des seconds sur la photo, mon scanner structural sub-ionique à rayons X commandé chez FT étant toujours retenu en douane. Les trous horizontaux se placent en face des bobines résistives comme tente de l’indiquer la flèche bleue.

A cet instant précis, rien ne nous empêche de visser le drip-tip, version tuyère si on aime enfumer l’atmosphère.

04 - drip_tip

Et puis on commence à visser l’énorme bague de réglage d’air-flow… Au début, on ne sait pas trop à quoi s’attendre alors on la tourne bêtement en pensant à autre chose.

05 - air_flow_closed

Au bout d’un moment la lumière se fait, on comprend. Les six petits orifices pratiqués sur la bague finissent par rencontrer les trous ovales verticaux de la chambre, ouvrant un premier flux d’air tandis que la descente de la bague obture progressivement les trous ovales horizontaux, limitant le second flux d’air. Au fur et à mesure de la descente, l’air-flow horizontal sera donc de plus en plus réduit tandis que l’air-flow vertical sera tour à tour ouvert ou fermé en fonction du degré de vissage.

06 - air_flow_open

Génial… Le système d’air-flow du Velocity propose ainsi une infinité de réglages possibles, allant de l’ouverture ultra-aérienne au verrouillage complet en passant par un tas de positions intermédiaires comprenant ou non l’apport des orifices verticaux. Sans compter qu’une fois bien fermé, le Velocity pourra se faire trimbaler dans un sac ou une poche sans forcément se répandre en macules disgracieuses…

07 - closed

Conclusion ?

Il est bien le Velocity, il est même très bien !

Outre le fait d’être facile à mettre en oeuvre, il propose grâce à son ingénieux système de réglage d’air-flow une large palette d’expériences de vape différentes priorisant le rendu des saveurs en mode serré mais capable de devenir une redoutable machine à nuages en mode ouvert.

C’est vraiment à se demander pourquoi ce superbe dripper n’a pas fait plus parler de lui lors de sa sortie, située me semble-t-il aux alentours approximatifs du deuxième semestre 2015. Il n’est cependant pas trop tard pour le découvrir d’autant qu’une v2 est apparue récemment, ajoutant un kit bottom-feed au package standard…

08 - velocity_v2

Que ce soit en v1 ou en v2, je pense que ce dripper a tout ce qu’il faut pour séduire autant le jeune vapoto tenté par une première expérience de reconstructible péchu que le vieux briscard de la vape encore interpellé par un beau matos pratique, versatile et redoutablement efficace.

Bonne vape à toutes et tous, en Velocity RDA !  :bye:

Ecrit par Nesquick

Nesquick, dans la vape depuis 2013.
Intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

28

La malle aux trésors des 28 commentaires est désormais gardée par notre mascotte. Demandez la clé Log in

Non, la box Tres Equis n’est pas une bouse ! (clone)

Tsunami RDA de Geek Vape… Lui, c’est le goût !