in

Vapor Giant Kronos 2S : le Titan au cœur tendre

Heureux hasard du calendrier, ou synchronicité parfaite ? Très franchement, bien que passionnantes au demeurant, je n’ai pas vraiment envie de palabrer pendant des plombes sur ce genre de considérations métaphysiques – t’façon, ça n’intéresse personne ici – alors on va entrer direct dans le vif du sujet : après avoir eu la chance de chroniquer l’excellent Vapor Giant V6S, v’là t’y pas que le dernier né du moddeur autrichien Niko Vapor m’est tombé sur le coin du nez : le Kronos 2S.

Enfin pour être tout à fait honnête, disons que j’ai quand même un peu forcé le destin, puisque le premier a été acheté sur mes propres deniers, tandis que le second m’a été gracieusement envoyé par 2fdeal pour revue. Comme d’habitude, il s’agira d’une version Clooney, d’une part parce qu’ici sur le Navire, ce n’est pas taboo d’en parler – Merci encore Cap’s pour cet espace de liberté que tu as créé, et d’autre part car je considère que la vape high-end n’a aucune raison d’être l’apanage exclusif des larfeuilles les mieux garnis. J’vais vous dire, pour le coup, j’ai même d’autant moins d’états d’âme de présenter une version Ulton que Niko Vapor, à l’instar de ExVape, QP Design ou Titanide pour ne citer qu’eux, conçoit ses atomiseurs à domicile mais les fait usiner… en Chine ! D’ailleurs, je crois qu’il est un des rares moddeurs à avoir compris que l’équation « 1 vente de clooney = 1 vente en moins d’original » relève de la plus pure escroquerie intellectuelle – mais passons, ce n’est pas le débat du jour – et à considérer que le plus important, c’est qu’on parle de lui et du Kronos 2S. Ça tombe bien, parce que c’est ce que nous allons faire tout de suite.

Présentation du Vapor Giant Kronos 2S

Cette fois, point d’improbable partie de cache-cache comme avec le V6S, on va au contraire regarder sur le champ à quoi ressemble ce Kronos 2S :

Exit la fusée russe à étages : avec des mensurations de 43mm de hauteur hors drip-tip et 23mm de diamètre, le Kronos 2S est un RTA relativement compact – un peu plus grand que les standards actuels du marché, mais rien de scandaleux non plus – qui embarque 4ml de liquide, ce qui est bien mais pas top, on verra pourquoi tout à l’heure. L’airflow est cette fois-ci latéral, et évidemment modulable grâce à une bague qui tournera à l’infini sur son axe.

Dans sa configuration d’origine, l’ato arbore la désormais traditionnelle bague gravée du logo Vapor Giant, ainsi qu’un tank et un drip-tip 510 en polycarbonate d’apparence givrée :

Néanmoins, pour ceux que le look typiquement teuton du Kronos 2S rebuterait, un tank et un drip alternatifs sont gracieusement proposés en spares. Perso, j’aime moins, mais le geste est louable, et mérite donc une petite prise de vue :

Voilà pour les formalités esthétiques. Ne trainassons pas en chemin, on a encore pas mal de choses à voir et à dire sur la dernière création de Niko Vapor ! Et pour ça, on va aller voir ce qui se passe à l’intérieur de l’ato. Rien à voir avec la choucroute, mais petite parenthèse, si vous me permettez : j’adore la blanquette de veau, surtout quand elle est réchauffée, mais comme on n’est pas là pour causer casseroles et plats d’hiver, je vais essayer de ne pas vous resservir la même soupe qu’avec le V6S. Et puis, comme on est sur un article sponsorisé et qu’il ne faut surtout pas effrayer le chaland, je vais essayer de faire croire que ce Kronos 2S est composé de peu de pièces. Scalpel… Bistouri… et zou, voilà l’éternelle photo des pièces détachées :

9 pièces ! Ça va, ça passe, nan ? Bon en vrai, il y en a 17 quand l’ato est totalement démonté, mais faîtes comme si j’vous avais rien dit ! On retrouve donc, de gauche à droite :

  • Rangée du fond : le plateau et sa bague de verrouillage, la chambre d’atomisation, et la bague d’airflow.
  • Rangée du milieu : la bague logo VG, le tank, et la cheminée.
  • Au premier plan : le drip-tip et le top-cap

Hein ? De quoi ? Comment ça, la photo ne correspond pas à la description ?!!??… T’es sûr ? Attends, laisse-moi voir… Oh mais sapristi, il a raison, l’animal ! Bon, hé bien désolé les amis, j’me suis vautré bien comme il faut sur ce coup-là, j’avoue : l’inconvénient d’écrire son texte AVANT de faire les photos… Bon soyons honnêtes, je n’ai aucune envie de ressortir tout le bazar à photo juste pour un cliché – et si vous voyiez le bordel que c’est pour tout mettre en place, vous acquiesceriez sans sourciller – alors en toute mauvaise foi, on va dire que c’est fait exprès ! Comment ça « gonflé le type » ? Ben oui, on m’a toujours dit que là où y’a pas de gêne, y’a pas de plaisir, alors une fois n’est pas coutume, j’vais la faire à l’envers : le nombre impressionnant de pièces constituant le Kronos 2S n’est là que pour prouver une chose : Niko Vapor est un ingénieur de génie ! La preuve tout de suite.

Assemblage du Kronos 2S

Bon en fait, désolé pour la redondance avec la revue du grand frère, mais je ne vois pas vraiment comment présenter les choses autrement.

1ère étape : Drip-tip et Top-cap

Bon ben là, fastoche, c’est exactement la même chose qu’avec le V6S : on visse le drip dans sa base en métal, puis on assemble le top-cap « sécurité-enfant » avec la pièce de 1 centime que la boulangère nous a rendue tout à l’heure (note à moi-même : penser à toujours vérifier la monnaie qu’on vous rend).

Pour les détails de l’assemblage, vous pourrez aller voir ici, j’ai la flemme de tout recommencer !

2è étape : le tank

Là encore, c’est easy : on glisse la « bague-logo » autour du tank en PC, puis on y enfonce la cheminée, par le haut.

Aucun pas de vis dans cette étape : tout se clipse. C’est usiné propre, rien à redire, tout s’imbrique parfaitement bien ! Comme d’habitude avec Niko Vapor, j’ai envie de dire.

On terminera l’assemblage du tank en vissant dans la chambre d’atomisation l’attelage précédemment constitué, avec le « U » en métal, comme ceci :

Enfin, ce sera le moment d’enfiler la bague d’airflow sur le bas du tank, en faisant bien attention de ne pas arracher le joint noir lors du passage des air-holes (saillants) de la bague :

Normalement, ça se fait sans aucun problème, tant l’épaisseur du joint noir est calibrée à la perfection, mais méfi quand même, car c’est ce joint et lui seul qui « tiendra » la bague d’airflow.

3è étape : le verrouillage du plateau

Contrairement à tous les RTA du marché, le plateau du Kronos 2S ne viendra pas se visser dans la chambre d’atomisation, mais simplement s’y insérer comme papa dans maman, grâce à un ingénieux système d’arrondis :

Là encore, l‘usinage est parfait : on n’est pas en Ligue 1 Conforama, là c’est niveau Ligue des Champions : les arrondis – qui empêcheront ensuite le plateau de tourner sur lui-même une fois celui-ci mis en place – s’emboîtent au micron près, c’est impressionnant !

Il ne reste alors plus qu’à solidariser le plateau et le tank en utilisant la bague de verrouillage, dont le pas de vis est un modèle de souplesse : un pur régal là aussi.

 

Singularités du Kronos 2S

Bon, maintenant qu’on sait comment assembler l’ato, jetons un petit coup d’œil à l‘intérieur de la chambre d’atomisation, histoire de bien comprendre le fonctionnement du bouzin :

Hé oui, vous l’avez deviné, les 2 gros trous (2mm) situés de part et d’autre du petit arrondi ne sont rien d’autre que les arrivées de liquide. A l’instar du FEV de Flash-e-Vapor, le Kronos 2S est donc un ato qui alimente le coton… par le haut.  Aïe !!! Le cauchemar des pailles de mesh rôde dangereusement dans les parages vous dîtes-vous certainement, remplis d’empathie bienveillante à mon égard. Hé bien figurez-vous que j’ai testé, comme prévu j’ai galéré – à mort – et…, dégoûté, le résultat est à jeter ! Pour ceux qui seraient quand même curieux de tenter l’expérience, il vous faudra confectionner des tubes avec des bandelettes de 0.6cm x 4.5cm. Autant les 4.5cm de largeur, c’est plutôt modulable, autant les 0.6cm de hauteur, il ne faut mettre ni plus, ni moins : c’est la hauteur idéale pour que les pailles dépassent à peine des arrivées de liquide. Honnêtement, je préfère prévenir tout de suite, la prise de tête internationale pour confectionner puis placer correctement les pailles est un investissement que je qualifierais de « non rentable » au regard des résultats obtenus, on verra plus tard pourquoi. Mais avant, petit focus sur l’airflow du bestiau.

Comme pour la majorité des drippers, il est latéral. On aura donc 4 trous de 1.8mm disposés en carré, mais d’un seul « côté » de l’atomiseur seulement.

En temps ordinaire, je ne suis pas particulièrement fan d’un airflow latéral « unique », car je trouve que le flux d’air est déséquilibré en bouche – comme quand on sort de chez le dentiste avec une joue anesthésiée – mais là, ce n’est pas le cas du tout : la vapeur est uniformément restituée en bouche. En full open, le Kronos 2S propose un tirage direct, mais restreint, pour une vape où il faudra inspirer pépère et progressivement. Pas tout d’un coup comme un gros bourrin. C’est aérien, ça oui, mais clairement moins qu’avec le V6S.

Face nord, la bague d’airflow permet de boucher de 0 à 3 trous. 1 ou 2 trous sur la rangée du haut, comme ici :

Ou 1 ou 2 trous sur la rangée du bas. La bague d’airflow n’étant pas crantée, on peut même obstruer des demi-trous :

Face sud, 2 minuscules trous de 0.8mm permettront de faire du MTL, histoire que tout le monde soit content :

Les orifices sont si petits qu’il faudra des yeux de lynx pour voir si on est bien en face des arrivées d’air, alors on pourra toujours s’aider en positionnant la « bague logo » au-dessus des 4 trous d’air, au moins ça servira de repère. À noter également que sur les 4 arrivées d’air, ces 2 trous MTL correspondent avec les 2 air-holes du bas : bon à savoir pour un positionnement optimal du coil !

 

Montage du Kronos 2S

Niveau mise en œuvre justement, il faut bien le dire, c’est un peu la galère ce Kronos 2S. Pas pour fixer le coil, non, ça c’est un vrai régal grâce aux emplacements dédiés « anti-fugue » et aux 2 vis à tête « fente » dont l’empreinte est profonde :

Non là où ça se gâte (un peu), c’est dans le positionnement du coil en hauteur. Comme chacun le sait (ou pas, d’ailleurs, dans quel cas Le Professeur se fera un plaisir de réexpliquer ce que j’appelle « le Théorème de Nes’ »), avec un airflow latéral, le moindre demi-millimètre compte, et ce Kronos 2S est clairement là pour le rappeler. Soit dit en passant, je ne serais pas surpris le moins du monde de lire des avis très divergents à son sujet, tant le positionnement du coil change le rendu de l’ato du tout au tout ! J’en ai foiré des montages, avant de trouver mon sweet spot, et pas qu’un peu !

La première chose à faire est de définir en amont avec quelle configuration d’airflow on veut vaper. Ouais je sais, c’est pas logique, on ne peut pas vraiment le savoir à l’avance, mais c’est comme ça. Pour ma part, ce sera en full open. Kanthal triple twisted 3*28 Ga de chez GeekVape, 5 tours et demi sur un axe de 3.5 mm : gros coil pour avoir le maximum de surface de chauffe et surtout couvrir les 4mm² d’airflows, mais la réz. sort à un très raisonnable 0.65 ohm.

Au niveau de la « profondeur » des pattes, j’approche mon coil le plus près possible de l’airflow, tout en laissant un petit espace (1mm), indiqué d’un trait rouge sur la photo suivante :

En ce qui concerne la hauteur du coil, je rehausse ce dernier de telle sorte que le haut de la bobine soit à fleur par rapport à la partie haute des plots de montage :

Pour le coton, je coupe très légèrement plus long que la largeur basse du plateau. Il sera fondamental de coiffer les mèches afin qu’elles soient bien aérées. On les positionnera avec la plus grande délicatesse dans la cuve, notamment au niveau des 2 arrondis, car c’est là qu’arrivera le liquide (en rouge sur la photo suivante).

On imbibe généreusement les mèches, on replace le plateau dans la chambre, et on verrouille le tout grâce à la bague de serrage. On tourne la bague dédiée pour bien fermer les airflows avant de remplir, et voilà, on y est. Ouuuf, ça n’a pas été sans peine, je vous l’accorde, alors je crois qu’on a bien mérité une petite pause. Allez, je suis grand prince aujourd’hui, profitez bien, c’est cadeau :

C’est bon, vous vous êtes bien rincé l’œil, on peut continuer ? Bande de pirates, va ! Bien, reprenons. Qui a dit qu’il voulait être le python ??!? Allez, un peu de sérieux s’il vous plaît, j’ai une revue à boucler moi ! Ca y est, on les a perdus, alors je vais tout de même poursuivre, dans l’indifférence générale.

 

Alors ce Kronos 2S, comment il vape ? 

Bon, comment ça se passe maintenant ? Je me fends d’une tirade romanesque dithyrambique, ou pas ? Je ne sais pas… On est sur une revue sponsorisée, alors si j’en fais des caisses, ça va paraître louche… Et puis, j’ai déjà fait le coup la dernière fois, alors… Pourtant, ce Kronos 2S le mériterait. Mais non. Je vais sobrement indiquer que la vape qu’est capable de procurer cet ato me semble exceptionnelle. Tout simplement.

Quoi ? C’est tout ?!?? Ben oui, c’est tout. Y’a pas besoin d’en dire plus !… Bon OK, je fais un effort. C’est bien parce que c’est vous hein. Alors voilà : quel que soit l’airflow choisi, le Kronos 2S procure une vape extrêmement douce. Du même ordre que celle du FEV, au niveau « tactile ». Par contre, à l’inverse de ce dernier, aucun hit en gorge, ça passe crème de chez crème. La quantité de vapeur est conséquente sans pour autant être monstrueuse, tout comme la densité. Le flux en gorge, plutôt large, est très agréable. La saturation des saveurs, en revanche… Alors elle, elle est à tomber par terre. C’est encore plus saturé que sur le V6S, qui est déjà hors du commun en la matière. La précision du rendu, sans être au top du top, est de très haut niveau. Toutes les notes sont là, mais ce qui fait l’identité vapistique de cet ato, c’est sa propension à légèrement atténuer le côté sucré des jus. Mon extrait d’Oriental de La Tabaccheria devient plus sombre qu’à l’accoutumée, plus puissant, plus profond aussi. Les barres s’enchainent naturellement sans même que j’y fasse attention, un instinct reptilien faisant que j’y reviens sans cesse. Ce faisant, la langue et le palais se chargent de saveurs hyper saturées que je peux continuer de tâter bien après l’expiration. C’est titanesque, pour un RTA. Bien évidemment, Niko Vapor n’étant pas Harry Potter, ces sensations ne s’obtiennent qu’au prix d’une consommation démentielle : les 4ml sont engloutis en un temps record, de l’ordre d’une petite trentaine de (grosses) lattes de 5 à 7 secondes. Les pailles de mesh évoquées quelque part dans l’article, essayées dans le but de réduire le diamètre des conduits d’arrivée de liquide – et donc la consommation – ne sont d’aucun secours, et conduisent limite au dry-hit. Non, assurément, ce Kronos 2s est fait pour vaper comme ça : de longues volutes d’une douceur infinie, qui pompent leur race mais grave. Mais diantre, quelle vape tout de même !

Évidemment, quand on teste coup sur coup 2 atos de la même marque, la tentation de les comparer est grande. Inconsciemment inévitable, même. Alors voilà, la question que tout le monde (LOL !) se pose : V6S ou Kronos 2S ? Hé bien c’est simple : les 2, mon Capitaine !!!

Kronos 2S : un FEV (vraiment) aérien, les saveurs en plus !

–Joyeux Noel tendre du Cap’s–

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

21 Comments

Laisser un commentaire
  1. Encore une superbe revue, Cland! :yahoo:

    Effectivement, cet ato est beaucoup plus discret que le précédent, il pourrait me faire craquer…

    Par contre, quand tu dis que tes liquides te semblent moins sucrés, j’espère que cet ato ne donne pas un rendu plus “sec”, comme certains KF ou Taifun, entre autres. Car même si ces atos parviennent à nuancer toutes les saveurs, j’aime avoir ce petit côté sucré en bouche qui manque parfois cruellement…

    • Merci Daron :-)
      Non, ne t’inquiète pas, le sucre est tout de même là, aucun problème à ce niveau-là. Tous les ingrédients des jus sont bien là.
      Je viens de modifier (encore) un peu le montage indiqué dans l’article : 5 tours et demi de kanthal twisted 2*26Ga, mais sur un axe de 3mm : réz. à 0.53 ohm. Vapé à 34 watts sur électro : c’est encore meilleur !! :yahoo: L’air circule mieux, les saveurs sont divines. Une des clés (que j’ai trouvée après la revue) est de couper les mèches vraiment au ras de la base du plateau, tout en suivant l’arrondi du plateau. L’idée est qu’elles soient le plus court possible.
      Monté ainsi, le kronos est à son maximum. J’arrive à reproduire le sweet spot à chaque montage, chose que j’avais du mal à faire lors des tests.

      Quant au rendu, c’est de la vape germanique, donc plutôt analytique, mais là, on est quand même sur un ato DL restreint par nature. Les saveurs sont donc (bcp) plus enrobées que sur le KF Lite ou sur le TF GTR. :yes:
      Je suis en train de vaper un extrait de Virginia La Tabaccheria en ce moment même, et je retrouve bien le côté sucré du Virginia, aucun soucis. :good:

  2. Est ce que votre blanquette est bonne OSS 117? En tout cas ta revue l’est assurément, tu es en forme. Kronos, logos, eros. Aura t on l’agapé? :heart:
    En MTL aussi il boit plus que tata Jacqueline un soir de St Sylvestre? :wacko: :-)

    • Merci Ez’ ! ;-)
      En fait, quand on regarde bien la conception de cet ato, notamment au niveau des drip-tips, on se rend compte que cet ato n’est pas un MTL revendiqué. Les 2 trous MTL permettent de vaper restreint, ça oui (comme un seul gros trou, fermé à moitié), mais pour un vrai MTL efficace, il faudra sûrement changer le drip-tip également. :yes: (j’ai testé).
      Par contre, la conso reste identique à celle d’une vape en DL. C’est assez scandaleux à ce niveau-là, et c’est la seule raison pour laquelle ce kronos ne remplacera pas mon KF Lite en all day. Mais c’est juste parce qu’étant nomade la journée, j’ai besoin d’autonomie. Sans ça, le vapor giant serait mon numéro 1. :whistle:
      Mais son rendu est tellement bon que cet ato a gagné sa place pour (très) longtemps sur mon stand d’atos “en fonction”.

  3. Très chouette musique ajoutée par le Cap’s en fin d’article ! Je ne connaissais pas, merci pour la découverte !!! :good:

    Bonnes fêtes à toutes et à tous, profitez bien de ceux que vous aimez :heart: :heart: :heart: .

    Moi j’me casse, j’ai la maison à nettoyer et toutes les makakeries du réveillon à préparer avant ue Madame ne rentre du boulot, sinon, j’vais m’faire engueuler. :wacko:

    Peace à vous tous, les pirates ! B-)

  4. Encore un très très chouette et enthousiasmante revue mon cher! Mais le design germatique, c’est chaud… En tout cas, trop pour moi qui préfère la simplicité et la sobriété (sauf cette nuit…).

    • Hey merci poto !
      C’est sûr que cet ato a une gueule (comme tous les Vapor Giant, d’ailleurs), et qu’il n’y en a aucun qui lui ressemble. Je comprends qu’on puisse ne pas aimer, mais y’a quand même quelque chose qui m’interpelle : j’ai l’impression qu’il y a bcp de vapotos pour qui l’esthétique d’un ato peut s’avérer rédhibitoire, et ce quel que soit le rendu de ce dernier.
      Je pense que si tu goûtais à ce Kronos, les considérations esthétiques ne seraient peut-être pas aussi importantes.

  5. GRANDÉ CLANDÉ …!!! Tiens moi qui tourne au Full BF depuis un moment, en reprenant parfois des RTA de qualité, je crois bien que là tu m’a eu.. :good:
    Ce pourrait être le prochain, l’évocation des Juices cités participant largement à mon Choix.
    Un Pirate qui Vape d’la Bonne Cam, doit forcément avoir une vision juste des derniers Atos.
    WELL DONE :yes:

  6. Tu tournes sur quoi toi Flow, en ce moment ? Tu nous parles de matériel de pointe… Ça donne envie !
    Le sweet spot de ce Kronos n’est pas si facile que ça à trouver, il te faudra sans doute tester pas mal de montages, de positionnements de coil… Même le cotonnage a une grande influence sur le rendu !! C’est même ce qui fait toute la différence.
    Par contre, une fois maîtrisé, ce RTA a un rendu vraiment magnifique ! :yes:

  7. Et si on veut pas prendre les deux, on fait comment ?
    Parce que là, tu nous aides pas beaucoup entre ce Kronos 2S et le v6S… T’as pas quelque chose je sais pas moi, au niveau du tirage, du rendu, de leur praticité respective ? Y’en a pas un plus rustique que l’autre, plus bourrin ?
    Remarque, ils ne nous aident pas non plus chez Niko Vapor, ils auraient au moins pu en sortir un des deux avec une alimentation par câble comme ils font d’habitude, au moins les choses auraient été claires.
    Sûr que les deux ce serait bien mais voilà, la conjoncture, tout ça… :cry:

    • Héhé, au départ, j’avais envisagé un paragraphe pour les comparer, puis j’me suis ravisé. :-) Merci pour tes questions, je pensais que celles-ci arriveraient bien plus tôt, mais visiblement, les Vapor Giant ne suscitent pas l’intérêt qu’ils mériteraient pourtant. Globalement, je trouve que VG est très largement sous-coté, au regard de la vape procurée par tous les atos de ce moddeur. Mais bon, c’est ainsi, la vie est injuste et on n’y changera rien.

      Pour ce qui est du comparo V6S / Kronos, ils sont à mon avis complémentaires en terme de vape, tant leur rendu est différent. Les 2 procurent une vape douce mais très goûteuse, mais chacun dans un registre différent. Celle du V6S me semble plus rustre, peut-être un peu moins précise, tandis que le Kronos est un monstre de finesse, avec une sensation tactile en bouche extrêmement douce, comme le FEV.
      Le V6S offre une plage de DL beaucoup plus large que celle du Kronos. En full open, il est beaucoup plus aérien que le Kronos, dont les variations d’airflow sont dans la nuance. La saturation est clairement en faveur du Kronos, mais à la condition sine qua non que tu aies réussi à trouver le sweet spot.
      Car d’un point de vue praticité, pour moi il n’y a pas match : le V6S est infiniment plus friendly que le Kronos, qui est capricieux à chaque étape du montage (positionnement du coil en hauteur ET en profondeur, puis cotonnage). Niveau mise en oeuvre, le Kronos est du même ordre que le Turbo de Vaponaute, pour te donner une idée : il fonctionnera quel que soit le montage effectué, mais le rendu passera du tout au tout en fonction du fil choisi, du positionnement de la bobine, de la quantité et longueur de coton… Le Kronos est un truc de geek là où le V6S est un vraiment accessible à tout le monde.

      Toujours à mon avis, le V6S te conviendrait mieux, vu que tu vapes sur Reload et Amadeus qui sont des double coil, mais serait-il suffisant ? Honnêtement je ne sais pas. On n’est, ni avec le V6S, ni avec le Kronos, sur le créneau d’une vape qui poutre. Je dirais que Vapor Giant, c’est une vape toujours très équilibrée. Certains atos font mieux au niveau patate, d’autres font mieux au niveau précision. Mais c’est toujours au détriment du reste. VG, c’est le compromis de tous les critères, mais à un très très haut niveau.
      Le Kronos, si tu le prends, il te faudra t’attendre à une vape tranquille, genre quand t’es posé dans ton gros fauteuil en cuir au coin du feu en charentaises. Mais tellement goûteuse….. Par contre, il y a quand même quelque chose avec lui qui me dérange, c’est que j’obtiens mon sweet spot uniquement sur électro ou sur VV, en balançant pas loin de 5 volts dans sa face. J’aurais adoré le vaper en méca, peut-être que la solution serait de le monter en SS, mais pas eu le temps de tester.

      Quoi qu’il en soit, impossible pour moi de choisir l’un ou l’autre. Chacun m’apporte avec brio ce que j’attends de la vape : du goût, de la précision, de l’équilibre, et chose encore plus importante : de la personnalité. Après, c’est toujours pareil, tout dépend de ce que l’on recherche. :-)

      • Merci pour ta réponse détaillée !
        Le V6S me plaît bien, j’aime bien sa batterie d’air-holes qui doit permettre de monter du gros et d’envoyer le steak.
        Le Kronos me plaît bien aussi même s’il semble plus mollasson que son collègue, le montage à prise de tête est un loisir agréable à condition bien sûr d’y arriver au bout d’un moment. De plus, ce serait vraiment dommage de ne pas utiliser tes chouettes repères portés en rouge sur les photos ! ;-)
        Bon écoute on va pas y passer le réveillon, je commande les deux et je fais un p’tit retour dès réception. :yes:

      • Hé ben…. !!! Carrément les 2 d’un coup ? Voilà qui me met quelque peu la pression… ;-)
        Nan, en vrai, je suis serein, je suis sûr de mon fait. Du moins, ces 2 atos me correspondent parfaitement. Après, va savoir si ce sera le cas pour toi… :unsure:

        Les 9 airflows du V6S, positonnés sous le coil, sont à mon avis la clé de voûte de cet ato. ;-) Ils refroidissent la bobine de manière efficace, tout en envoyant un flux dynamique mais légèrement restreint. Je me répète, mais l’équilibre ici trouvé par Niko Vapor est exceptionnel. Le coil monté pour l’article dédié était un parallel-coil de triple twisted, tu imagines un peu la surface de chauffe… Et pourtant, à 60 watts, l’ato ne chauffait pas le moins du monde. Dernièrement, je lui ai collé du Tri-Core Fused Clapton Ni80, 28*3 / 36, et pareil, aucune chauffe. Faudrait que j’essaie avec du Tiger pour voir… :yes:

        Le Kronos te promet sûrement quant à lui quelques heures de réjouissances avant d’en tirer le meilleur, mais on finit par y arriver. Si j’y suis parvenu, tu trouveras forcément ! ;-) Pis j’ai quand même dégrossi un peu le sac de noeuds… :whistle: A l’occase, relis quand même le com’ que j’ai fait au Daron un peu plus haut, le montage qui va vraiment bien étant un peu différent de celui de l’article.
        Quant à sa vape, je ne dirais pas “plus mollassonne”, mais peut-être “plus subtile”. Et assurément “plus saturée”. :yes:

      • Yo les deux, en clooney pour ne pas remettre le Porky au sol tout de suite et sur un shop FR pour ne pas les toucher à la saint-glinglin.
        Le V6S ne m’inquiète pas, je pense qu’il va matcher. On verra comment ça se passe avec le Kronos 2S !
        J’étais un peu passé à côté du VG Extreme à l’époque, je l’ai remis en service histoire de patienter jusqu’à la livraison des p’tits nouveaux. C’est un top-coil à câbles, le seul ato de ma collec’ qui accepte un double flapton (clapton plat) affichant 0,15 ohm sans se transformer en chaufferette portative. Il est très aérien, limite trop à mon goût, envoie une quantité de vapeur absolument gigantesque mais sabote un peu les saveurs. Le V6S devrait mieux se positionner, moins d’air, moins de vapeur mais plus de saveur.

  8. Bon ben c’est testé…
    En un mot comme en cent, ce Kronos est… Extraordinaire !
    Le tirage est à l’extrême limite du serré me concernant, un micro-poil de plus aurait été trop. Par contre, le rendu est phénoménal de précision, c’est un pur régal.
    Merci Clandestino ! :rose:

    • Re cool !! :-)
      C’est vrai que moi aussi, j’aurais apprécié un peu plus d’air sur cet ato !! Si si, véridique ! :yes: Je suppose au vu de ton commentaire que tu as trouvé le fameux sweet spot, ça me ravit ! Ce Kronos est une bombe, mais dis moi : tu lui as collé des pailles toi ? Et tu l’as monté comment ?

      • Hey, va falloir racheter un george pas cher pour tenter le perçage d’air-holes supplémentaires et l’élargissement des arrivées de jus ! :wacko:
        Je lui ai monté le coil livré avec le v6s, six tours d’un alliage non identifié en 3 mm de diamètre affichant ~0,5 ohm, sans pailles, en suivant tes indications de placement. Ça a marché du tonnerre !
        Comme je crains un peu les inondations en cas de tassement du coton en cours d’utilisation, j’ai quand même rajouté les pailles. Je n’ai utilisé que 2,5 cm de mesh, 4,5 cm me paraissant beaucoup trop pour le diamètres des trous et ça a l’air de suffire…

      • Hey, le mien n’a jamais fui à cause d’un tassement de coton. Mais c’est vrai aussi que les tanks ne durent jamais longtemps !!! La cuve est quand même assez profonde, ce qui normalement limite les risques de débordements par l’airflow.
        Ceci dit, je serais preneur de conseils sur ta fabrication des pailles, car je ne suis pas certain d’avoir fait ce qu’il fallait : quelle densité de mesh as-tu utilisé ? Niveau diamètre intérieur de la paille, tu laisses combien à peu près ? (de mon coté, je confectionnais la paille autour d’un fil 22Ga, donc c’était rikiki !!) Et dernière question, tu oxydes tes pailles au chalumeau, ou pas ?

      • Pour les pailles, j’ai recyclé un bout de mesh sauvé de la poubelle donc je ne sais pas exactement quelle était sa densité. Vu la finesse de la maille, sans doute 350 ou 400.
        J’en ai découpé deux bandes de 25 x 7 mm, roulées en cylindre entre le pouce et l’index. Le tube se resserrant au fur et à mesure du roulage, il suffit d’essayer de temps en temps le passage par les trous du plateau et d’arrêter quand ça matche. À vue de nez, le trou du milieu devait faire un chouille au-dessous du mm quand c’est passé.
        L’oxydation développe une couche isolante en surface du mesh qui permet d’enrouler du fil autour sans court-jus lors des montages dits “genesis”. Il n’y a pas besoin d’oxyder pour une utilisation en simple paille.
        Je n’ai pas laissé les pailles sur le Kronos, il me semble que si le coton est bien dosé, bien placé et bien aéré, elles ne servent finalement pas à grand-chose.

      • Ah merci pour le cours sur les pailles ! :rose:
        1 mm intérieur, c’est à peu près ce que j’avais fait sur mes premières tentatives, et comme je n’avais constaté aucune influence sur la consommation de l’ato, j’avais cherché à réduire encore (d’où le fil de 22Ga). Mais là, le dry-hit n’était vraiment pas loin.
        Oui, je crois que sur le montage du Kronos, la mise en oeuvre du coton est le point clé, plus important encore que le placement du coil. Bien aéré en effet (mais pas trop), bien placé (surtout au niveau des arrivées de liquide), et surtout pas de mèches trop longues si on veut avoir la grosse saturation de saveurs.
        Finalement, tout est bien qui finit bien : pas besoin de se prendre la tête avec les pailles ! :good:
        Et tant pis pour la conso d’enfoiré :wacko:
        Je me demande quand même pourquoi Niko Vapor a fait des trous aussi gros. Et surtout, pourquoi il ne commercialise pas de petits drivers comme l’a fait Flash-e-Vapor pour ses FEV. :unsure:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Test du mignon VOOPOO Navi Mod Pod

Test du pod Degree de Vaporesso