in

The V by Black Note : how terrific !

En avant la musique !

The « Magnificent Five »

Pour faire cette revue en miroir de celle de Nesquick, une première sur le Navire, il fallait carrément oser !

Vu la teneur de ses propos, la finesse de ses analyses et les recherches qu’il a faites sur les différentes variétés de tabacs en feuille, je vais devoir m’accrocher à mes mods et à mes atos !

Mais la décision de faire ce croisement d’expériences a été mûrement réfléchie (dans une concertation entre Nesquick, Sandrine — Smooke France —, le Cap’tain et moi) et trouve son origine dans mon appétence réveillée par la prose de Nes.

Notre décision nous a parue d’autant plus juste car, ici, il ne s’agit pas de liquides de base, mais de « Cinque Manifici »… ou, c’est pareil, de « Magnificent Five ».

En effet, il s’est passé des choses en un an, et cette nouvelle gamme a changé son nom « Il Vaporificio », indéniablement italien, en « V by Black Note », indéniablement américain.

La métamorphose a fait que l’ancienne gamme a perdu trois liquides et que la nouvelle gamme en a gagné un… pour notre plus grand plaisir ? Oui ! Chez Smooke, les choix ne sont pas faits au petit bonheur la chance, mais en fonction des goûts et de la qualité.

Chaque liquide porte actuellement un nom de musique : Jazz, Rock, Pop, House et Reggae. Ces nouveaux noms seraient-ils conséquents à la scélérate TPD ? à une autre raison que je n’ai pas à connaître ? Moi, j’aimais autant, voire plus, les Izmir, Barrique, Moro et Hunter.

Qu’importe ! foin de bougonnerie ! l’essentiel est que ces cinq liquides soient toujours des macérats, décantations, filtrations et autres procédés organiques appliqués à d’authentiques feuilles de tabac. Chaque produit, issu d’une combinaison technique très particulière, est l’objet de manipulations spécifiques. De tout ça découle la singularité de chaque liquide à l’intérieur d’une gamme tout à fait cohérente.

On y va ? Qu’à cela ne tienne !

Bien préparer son matos…

J’ai choisi avec attention mon matos pour cette amicale confrontation, sachant que Nesquick avait utilisé « un GP Dripper du moddeur VapourArt vissé sur une box mécanique ressemblant énormément à une Tres Equis philippine de chez JD Tech ». Whaooow, le défi s’annonçait chaud, j’ai donc sorti, d’une part, mon set-up fétiche (mod méca philippin Stingray X Black coiffé d’un Darang Version1 monté à 0,64 ohm, donc assez haut pour ne pas risquer de griller les saveurs) et, d’autre part, le set-up débutant que je considère comme le plus neutre (GreenStart, monté avec une résistance à 1 ohm — coton changeable — pour apprécier la diversité des goûts).

J’ai aussi ordonné mes flacons pour qu’ils aillent a priori de ce qui me semblait être le plus léger à ce qui me semblait être le plus charnu. J’avais de nombreux documents, fournis par Sandrine (images, descriptions, déclarations et conformités de sécurité…), et, parmi ceux-ci, les descriptions poétiques qu’on retrouve habituellement.

Po et Zi sont dans un ato.

Les liquides « tabac » n’étant pas du tout tabous pour moi, j’en vape pas mal en ce moment, plutôt du courant, du simple suffisamment bon et pas cher à DIYer (Gold Ducat, Maxx Blend, Prime, etc.). Mais, là, on est dans un registre totalement différent de ce que je connais. Beaucoup de saveurs (goût) sont sur le même plan que les flaveurs (odorat).  Pour le moment, je n’ai retrouvé cette ambiance générale nulle part ailleurs, même chez L’ABSOLV, et bon sang, ils sont pourtant bons, ceux-là ! Ici, me voilà ailleurs… ! Paradoxe, mais pour de très bonnes raisons : ces « tabacs » ne ressemblent à rien de connu dans cette catégorie. Par contre, ils ressemblent — enfin ! — au bon vieux et vrai tabac… Attention, danger ?

Voilà de quoi rassurer le vaper conscient !

Jazz and not(e) java

Métamorphose 1

L’appellation « American blend » me paraissant la plus basique, j’attaque donc avec Jazz, qui est l’ancien « Barrique » goûté par Nesquick. Ma toute première impression, c’est que je ne peux pas l’analyser selon ma façon habituelle (note de tête, développement, persistance). Ce liquide est… « unifié », et c’est une très bonne qualité.

Set-up méca

Onctuosité est le premier mot qui arrive. Tout de suite après : régularité. Enfin : plénitude. Ce Jazz laisse derrière lui une vapeur odorante qui évoque clairement la fumée d’un cigare léger ET de bonne facture. En bouche, le boisé couronne, tout au long des taffes, un poivre léger, assez sec, mais constant.

Set-up débutant

Ce n’est plus la même impression. Le set-up détaille plus chaque composant, et je ressens le bref côté doux d’un sucre de canne, pour finir, après l’évolution clarifiée cigare, sur le poivre très léger et en hit agréable d’arrière gorge.

Donc

Ma préférence de vape est (de justesse) sur le méca, plus globale : Jazz n’est pas du genre très « sec »… quoique, mais plutôt comme une cassonade gros grains faite tabac. Si les quatre autres sont du même acabit… ça promet !

More rock’n’roll

Métamorphose 2

« Italian Blend », humm… humm. Quand je vois ces mots, c’est au célèbre Clint Eastwood que je pense, sur une musique de Morricone, mais aussi aux réactions assez rockarolla dont il est capable, ce grand flegmatique brutal au cigare tout tordu vissé aux lèvres ! Nesquick a testé ce même liquide alors qu’il s’appelait encore « Moro ».

Set-up méca

Vous connaissez les cigares Toscano ? Ces machines de guerre puro italiano sont dingues ! D’ailleurs, les cigares sont tout tordus, comme roulés à la va-vite. Les feuilles de kentucky sous la cape sont serrées à mort et le tirage est dur. Toutes les variétés de Toscano (il y en a plein) vont de super fort XXXXXL à fort XL pour le plus cool ! Eh ben, avec ce set-up, je suis comme avec un Toscano qui aurait décidé de garder sa puissance gustative et odorante, son hit en gorge… mais qui serait devenu à peine moins sec : « civilisé ». Genre L, si vous voulez…

Set-up débutant

Sur cette configuration, je ressens encore plus la dureté du tirage, mais, là encore, une pointe de douceur en plus, qui s’intègre à la perfection au mélange harmonisé et typé balèze.

Donc

Ma préférence ne va nulle part ; sur le méca, la vapeur est plus chaude, plus sèche et moins douce ; sur l’autre set-up, c’est l’inverse. Dans les deux cas, bon sang ! quelle puissance pour un « tabac » de vape, c’en est un vrai de vrai ! J’adore ! Pour moi, c’est le TOUT premier liquide (depuis 2013) qui se rapproche au mieux de l’ancien tabac.

I’m goin’ hunting

Métamorphose 3

Aaaaah  « English blend » m’évoque le tabac de Virginie des anciennes clopes anglaise au goût fin et piquant, hyper raffiné, emplissant une pièce lambrissée de volutes blondes et envoûtantes. Le luxe fait fumée, quoi ! L’ancienne appellation, « Hunter », que Nesquick a goûtée et détaillée  me renvoit direct à une image de gentleman farmer au fond d’un fauteuil club, sa bouffarde la plus culottée à la main et un verre de scotch à sa portée ; le fusil de chasse dans son râtelier. Tout ça reste sans conteste très british, is’n’t it ? Maiiiiis, pourriez-vous me rétorquer de bon droit, la pop… hein ? Quoi, la pop ? qui c’est qui l’a inventée, au détour de Carnaby Street… au passage clouté d’Abbey Road… hein ? C’est qui ?… la perfide Albion !

Set-up méca

Là, contrairement aux deux premiers liquides, je vape plus près d’impressions de « déjà-vu ». Attention, ce « Pop » se distingue encore des habituels goûts « tabac », c’est sûr… mais je sens qu’il y a un ajout, et que, à mes papilles, ce surplus fruité-doux-sucré est un risque pour la « signature » de la gamme. Ici, je me sens proche du liquide L’ABSOLV à la cerise, en plus « gras », et j’ai le sentiment que ce liquide perd ce quelque-chose de sec qui m’a tant plu.

Set-up débutant

Dans le clearo de ce set-up assez neutre, le liquide révèle sa richesse en même temps que sa finesse. Là, paradoxalement, je retrouve la « signature » de V by Black Note, et au premier plan, en plus ! Cela dit, le développement est vite très fruité, passe par un moment un peu « piquant » en fond de gorge, pour venir s’exhaler en « tabac à pipe » très complexe et d’une justesse d’épaisseur de bon aloi.

Donc

Que ce soit sur l’un ou l’autre de mes dispositifs, vous vous doutez que ce n’est pas le « Pop » que je préfère… Cela dit, sur un bon kit bien précis, il peut révéler aux amateurs tout son potentiel de charme.

Of the Rising Sun

Métamorphose 4

Izmir… Le lointain Orient où le soleil se lève sur l’installation d’un marché à l’aube. Étals de pâtisseries et d’épices se préparant à subir l’assaut du soleil sec. Nous flânons, Nesquick m’a précédé ; il est juste à quelques pas devant moi, nous approchons de l’échope du marchand de feuilles de tabac fines et noires, enroulées serrées en bouquets craquants et râpeux. L’ambiance passe de la fraîcheur relative à la franche chaleur odorante…

Set-up méca

Tiens tiens, revoilà la signature V by Black Note, super présente, dans l’épaisseur « sèche » incroyable de cette gamme : je me délecte ! Je retrouve des sensations comparables au « Rock » dans la puissance… avec l’« abondance » en plus. L’abondance de quoi ? d’une épice, d’un coulis de miel-cannelle… ? je ne sais pas dire ! Ça picote agréablement les fosses nasales et laisse une traîne de douceur…

Set-up débutant

Le passage de ce « House » par le GreenStart nous donne, une fois de plus, un surcroît de diversité des arômes, avec le sucré qui déboule en tête, pour s’effacer quasiment au profit d’une poignée d’épices qui, du nez aux lèvres en passant par la gorge, laissent des traces longtemps après l’exhalaison.

Donc

Sur les deux set-up, ce mélange équilibré est un pur régal alliant — exercice ô combien ardu — fermeté et douceur. Je n’en ferais pas un allday, contrairement au « Rock », mais je me vois bien le dégustant lentement dans mes longs moments contemplatifs. Le « tabac » des poètes ? Oui, j’ose !

O o o o, Jah Love !

Métamorph… non.

Le dernier… mais pas le moindre, comme on dit en Jamaïque ! Nesquick doit déjà l’avoir testé à l’heure où nous mettons sous presse… ce jus à base de feuilles de ganja menthe macérée. Ou, mieux, de deux menthes ! Me voilà servi, car, maintenant que vous me connaissez un peu… les goûts mentholés, ben, c’est pas mon trip. C’est pas d’l’allu…même chez L’ABSOLV, où je m’étais réconcilié à grand peine. Alors, allons-y… je m’y jette à corps perdu !

Set-up méca

C’est pas possible ! avec ce set-up, mes sensations me jouent des tours ! Magie du dripping ? Sur un premier enchaînement de taffes, c’est carrément presque glacial poivré à l’aspiration… et décidément « oversucré » comme un superbe thé à la menthe à l’expiration ; sur l’enchaînement suivant… c’est exactement l’inverse. Je ne comprends pas comment ces retournements sont réalisables. En fin de cuve du Darang, tout se stabilise… et on retrouve la signature « tabac » qui caractérise la gamme, et ce avec un « presque » effacement de la menthe qui n’est plus que la présence dans le gosier d’un agréable souvenir… Je vous assure que je n’ai jamais expérimenté une telle mise en variation de saveurs !

Set-up débutant

Sur un set-up aussi « transparent » que celui-là, par contre, ce jus est d’une régularité parfaite ! vous savez à quoi ce « Reggae » me fait penser ? À un After Eight, mais en plus qualitatif que le bonbon original ! De la première à la dernière taffe ! J’ai en bouche, partout, un goût très affirmé de… chocolat… frais ! Et, ça, j’aime !

Donc

À aucun moment, aucun vous dis-je, je n’ai été envahi par des violences que la plupart des liquides « tabac-menthe » m’envoient sans vergogne. Encore moins dégoûté par ce goût que j’abhorre : la chlorophylle. Quand je vous dis que cette gamme est une réussite, c’est là-dessus que je peux le confirmer : Si j’étais obligé de ne vaper qu’un mentholé, ce serait cet étonnant « Reggae » !

Pour conclure

Nesquick a été très technique, a visé très haut en se renseignant (et nous avec) sur les variétés de tabacs, en plus d’avoir eu la truffe bien fine et les mots pleins de justesse pour dire sa satisfaction !

Je me suis efforcé de resituer les changements de marques et de faire marcher ma truffe à moi… J’avais lu avec délices et envie la revue des « Il Vaporificio », c’est précisément ce qui a déclenché ces revues croisées. Mais, je n’ai, à aucun moment fait de sauts dans la revue de Nesquick, en écrivant la mienne, afin de rester sur mes sensations propres.

À votre avis, cette première revue croisée a-t-elle apporté quelque chose ?

Similitudes ? Complémentarités ? Oppositions ?

Cette amicale confrontation est-elle un réel moyen d’objectiver une gamme de liquides ?

Pour ce que nous en savons, ce procédé d’écriture intéressant n’est pas monnaie courante dans le monde de la vape en France. Nous nous sommes essayés à l’exercice et… vapoto(e)s… à vous de nous dire ce que vous en pensez. Un des buts recherchés, parmi d’autres, étant de susciter votre intérêt, et de vous inciter à aller plus loin dans l’exploration de ces produits que nous avons aimés et que Sandrine, notre guide dans cette histoire transversale, distribue.

Mais laissons-lui le mot de la fin :

« Notre connaissance du tabac et de la chimie nous a amenés à développer une méthode d’extraction moderne et traditionnelle en utilisant les produits les plus authentiques. Nous avons mélangé les tabacs les plus précieux pour faire nos extraits aussi bien que les liquides stables les plus renommés sur le marché.

Rien de sucré ou de fruité n’est ajouté, ni de substances addictives, ni d’additifs comme le diacétyle, l’acétyl propionyl, l’éthylène glycol, le diéthylène glycol, l’acroléine ou le acétoïne.

Le secret derrière ce succès ? Love & Care. Nous aimons ce que nous faisons et nous nous occupons de nos clients. Chaque personne que nous aidons à cesser de fumer est quelqu’un à qui nous avons profondément envie de donner pleine satisfaction. »

À mon tour d’y aller de ma petite vidéo !

https://www.youtube.com/watch?v=wUI88XoLMKY

Votez pour cet article

3 points
Grand contributeur

Ecrit par Fil

La vape m'a tiré du mauvais pas de la cigarette et j'ai appris pas mal de choses sur le Navire. Partisan du DIY et de la vape libre, je voudrais tenter d'aider les anciens fumeurs qui ont parfois un peu de difficultés à persévérer…
La preuve : je suis retombé pour un temps dans l'univers impitoyable de la clope...
Mais, une fois de plus, j'ai réussi à lâcher cette habitude mortelle.
Maintenant de nouveau sevré grâce à la vape, me voilà prêt à vous rejoindre toutes et tous ! On m’appelle « L’abominable doctor Fil », dans le milieu !

23 Comments

Laisser un commentaire
  1. Superbe texte vachement bien écrit! Tu n’as rien à envier au Roi Nes sur ce coup-ci, même si on jalouse tous son talent incroyable, bravo à toi! C’est Vous les poètes de la vape!!! Tu m’as donné envie de goûter tout ça (surtout le jazz et le rock). Merci pour cette bien belle revue.

  2. Superbe revue, tu emballes tes lecteurs avec un souffle intense, limite romanesque et un enthousiasme communicatif. La fin de ton article arrive bien trop vite ! J’avais hâte de voir tes Black Note publiés, hâte de lire ce que tu allais en dire et franchement, c’est le top. Ceux qui ont déjà rencontré ta prose sur le Navire n’en seront pas surpris, j’invite vivement les autres à aller fouiner dans les cales à la recherche des Absolu, des Manabush et de tes autres incitations au voyage… :rose:
    Je n’ai pas identifié de différences majeures entre tes ressentis et les miens sur cette gamme de liquide. Jazz/Barrique nous parle de gourmandise, Rock/Moro de puissance aromatique, Pop/Hunter de raffinement gustatif, House/Izmir d’arômes épicés et Reggae de menthes parfaites.
    Le “classement ” de ces liquides tous excellents reste comme d’habitude une question de goût puisque j’avais placé Hunter (Pop) et Barrique (Jazz) sur les plus hautes marches du podium tandis que tes préférences semblent se tourner plutôt vers Rock (Moro) et House (Izmir).
    J’ai donc préféré les tabacs aromatiques moelleux voire fruités aux saveurs plus sèches et authentiques qui t’ont apparemment plus parlé.
    Alors évidemment, on pourra nous reprocher de faire les marioles avec des liquides qu’on a touché gratos… Je ne pense pas pour ma part que ces produits soient des “all day” à vaper full open à raison de 20 ml/jour. Je les verrais plutôt comme des jus d’exception dont on s’offre une fiole de temps en temps quand c’est possible et qu’on déguste peinard sur nos meilleurs matos quand on a le temps pour ça. De plus, les prix varient beaucoup en fonction des boutiques, on trouve des “V” by Black Note au prix correct de 5,90€ les 10 ml en fouinant un peu. Des formats plus avantageux en 50 ml existent aussi, en 0 mg.

  3. Les Juices Maker are NOT DEAD .!! Magnifique revue VOPOLOGIQUE , on y est là Fîl, car Finalement, nous tous ici les Pirates ont sait causer MATOS, et à peu près capable de tortilloner du Kanthal.. :unsure:
    Les Juices c’est une autre affaire, et ce type de revue nous confirme l’existence de VÉRITABLES Passionnés …
    IL FAUT qu’on se concentre plus sur NOS JUICES , c’est la BASE .. B-)

    • Bonsoir Sandrine.
      Une délégation du Navire au Vapexpo?
      Bonne nouvelle!
      C’est la 1ere année que le Capitaine ne représente plus son Navire à cet évènement qui fut le grand rassemblement de la vape pour tous, mais qui devint le Rungis de la vape…
      Le bon temps des vapéros entre amis pour découvrir ce nouveau monde est révolu, j’en fut le 1er investigateur avec des membres du gros forum à la grande époque!
      Puis c’est devenu de plus en plus imposant et impersonnel pour finir.
      Néanmoins, c’est toujours plus ou moins utile pour les pros.
      J’ai hâte de connaitre les matelots qui s’y sont rendus ;-)

      • Bonjour, Sandrine !
        Ça fait toujours plaisir de vous lire sur le Navire !
        J’espère que le Vapexpo a été intéressant pour vous.
        Je suis un peu comme notre Cap’tain, et, en plus, je n’habite pas à côté…
        Je profite de ce post pour annoncer une revue en un prologue et trois épisodes
        sur des liquides… que ne vous sont pas inconnus…
        et…
        … la suite au prochain numéro !!!

  4. Bonjour,

    Il est vrai que le Vapexpo devenait l’usine… Je ne sais pas si le transfère à Villepinte a joué mais je dois admettre que le Salon a été de bonne qualité.
    Nous étions les seuls avec nos macérats de tabacs et encore une nouvelle collection … A suivre pour un autre article ?
    Merci à vous et j’espère de tout coeur que vos lecteurs feront leurs petits com :)

    • Super ! une nouvelle gamme ! Je subodore que Nes va nous concocter quelque chose de bien chouette !
      En tout cas, Sandrine, vous avez un sacré chic dans le choix des marques de liquides que vous distribuez… BRAVO !
      Content pour vous que ça ait cartonné au Vapexpo ! Je crois que je vais encore friser le dithyrambe pour très bientôt !
      Les macérats ? une pure merveille !! C’est vous qui avez raison, face à tout le Vapexpo !!

  5. Merci Phil. Il est vrai que ce positionner simplement avec du Tabac n’ a pas toujours été chose aisée et voici 5 ans que l’on fait front avec nos (ex) Vaporificio face aux arômes ultra boosters et toutes les saveurs tendances du marché ! Je dis tendance car existent les saveurs d’été et d’hiver … celles qui durent quelques mois.
    Honnêtement c’est mon avis, mais rien ne change, juste une nouveauté qui parait meilleure car elle a plus le gout de ci ou de ça …

    Cette année la demande est différente. J’ai pensé aux différents avis “doit on vaper du tabac? Si je vape du tabac alors je vais retomber dans la clope!
    Et bien j’ai été surprise de voir nombre de boutiques venir et me dire, je cherche une vraie saveur de tabac, sans sucre, sans saveur ajoutée. Juste un tabac !

    Au départ la vape était l’alternative au tabac, après un autre univers s’est crée (non fumeur). Je suis ravie que l’on revienne aux sources. Pourquoi vaper de la fraise quand on peut la manger?

    Tout ca n’est que mon avis. Je ne critique pas et ne juge pas. Je ne dis pas pas que le tabac doit être maître mais que la chasse aux saveurs du tabac pour moi, n’a pas lieu d’être.

    Ps: J’ai bu deux cocktails (trop pour moi) alors j’espère que vous comprendrez ma pensée et je pose mon avis sur un débat ouvert sur un autre article.

  6. Les saveurs tabac traînent l’amalgame avec le tabac comme un boulet… Elles appartiennent à une famille gustative bien particulière mais n’ont pas grand-chose à voir avec une combustion d’herbes aromatiques.
    À partir de là, on peut les apprécier ou non au même titre que des saveurs mentholées ou pâtissières.
    Personnellement je les place sur l’étagère du haut, leur trouvant beaucoup de nuances et de complexité mais ne les pratique pas en all-day. Elles viennent à l’envie mais sans lassitude comme le Grumpy’s, seul liquide présent sans interruption dans le stock depuis plusieurs années.
    Les Vaporificio / Black Note sont un peu du même tonneau. J’aime bien avoir un Reggae ou un Pop/Hunter en réserve et en vaper un tank ou deux à l’occasion, un peu comme un vieux rhum ou une bonne poire williams dont on se tape un petit verre de temps en temps.
    Qui sait, peut-être qu’à force de me lasser d’à peu près tout ce que je vape au bout d’un flacon ou deux, je me recentrerai sur seulement trois ou quatres liquides récurrents dont certainement au moins un macérat.
    C’est sûrement ça aussi “trouver sa vape” ! :yes:

    • Votre raisonnement à tous deux me paraît juste.
      Pour ce qui est de ma pratique, je suis hyper content de trouver — enfin — des liquides qui, sans combustion, sont des purs tabacs. Une fois qu’on a sauté le pas… ce qui peut être long et semé d’embûches…, je suis persuadé que c’est vers les « tabacs » à vaper qu’il faut aller.
      Comme une sorte de renouvellement radical des pratiques.
      Les bubblegums fraise-pastèque-côtelettes de porc ont une fâcheuse tendance à me rebuter…
      Et puis, pour rester cohérent, il faut savoir évoluer, ce qui signifie trouver la nouvelle façon de pratiquer le tabac et se réjouir de la métamorphose !
      Perso, je trouve que le fait que les liquides-macérats soient du tabac est, paradoxalement, très rassurant pour le fumeur invétéré que j’étais.
      Vraiment, je vous soutiens à fond sur la voie que vous tracez aujourd’hui ! Merci pour ce véritable engagement, et je comprends la demande de plus en plus courante de gens qui ont accepté les liquides et la vape, mais recherchent leur bonheur dans les alentours plus sains du pur tabac.
      Quand on en arrive à ce point, on a enfin INCORPORÉ l’idée qu’on est toujours avec notre herbe à Nicot, mais sous une autre forme, avec une palette de goûts dans laquelle on peut se trouver un fondamental et quelques autres pour les jours de fête !

  7. Vos commentaires arrivent à point les PIRATES ..!! De la VIE est entrée chez moi , via un petit paquet froissé et quelques inscriptions chinoises depuis hier soir .. :yes:
    Même une 2nd Vie (Ahahah..;) d’une autre couleur était présente, et c’est avec fébrilité que nous avons découvert, avec 1ami NOS NOUELLES VIES….
    Et Bien figurez-vous que ce n’était pas pour nous, mais pour nos femmes respectives :heart:
    J’en arrive donc au sujet de ce post, quel Juice pr faire passer la Pillule… La mienne est un peu excédée par mes 27Box, et 35 Ato, et considère ELLE que tous ces JUICES ont le même goût,,, :wacko: avec tjrs ce même caramel ou « truc sucré » me dit-elle…
    Dans le fond, elle a pas tord… autant dire que le Challenge était ardu pr préparer ce début de Soirée… :unsure:
    Et là EURÊKA : !!! IL VAPORIFICIO .. :yahoo: Oui il me restait bien quelques fioles, déjà évoquées ici, mais avec 1 Tx de Nico « élevé » : IL TOSANO en 9mg & IL CUBANO en 9mg.

    Ni une Ni 2, on remplit les POD , et on teste, Humm…. Il manquait un peu de charge et là… BONHEUR..!!
    Bref , ces dames sont arrivées pr l’apéro, se sont d’abord grillées une Bonne Clope, ER on a sorti nos engins , façon de parler évidemment…

    Franchement ces Juices les ont emballés, C EXACTEMENT ce qu’il fallait pr cette 1ère EXPÉRIENCE… J’ai moi même était particulièrement surpris du Rendu ( à pleine charge uniquement..), j’ai Qd-même été me coller 1 Bon Dripper à 1moment, faut pas déconner non plus, mais pas en 9mg .. ;-)

    CONCLUSION il me faut du V By Black Note de toute Urgence, si je veux refaire des apéros réussis… B-)

Répondre à mexicano Annuler la réponse

La box Top One de Sigelei, kitsch, mais pas que

101-Pro par Ehpro, le retour du tube