in

J'adoreJ'adore

The V by Black Note : how terrific !

En avant la musique !

The « Magnificent Five »

Pour faire cette revue en miroir de celle de Nesquick, une première sur le Navire, il fallait carrément oser !

Vu la teneur de ses propos, la finesse de ses analyses et les recherches qu’il a faites sur les différentes variétés de tabacs en feuille, je vais devoir m’accrocher à mes mods et à mes atos !

Mais la décision de faire ce croisement d’expériences a été mûrement réfléchie (dans une concertation entre Nesquick, Sandrine — Smooke France —, le Cap’tain et moi) et trouve son origine dans mon appétence réveillée par la prose de Nes.

Notre décision nous a parue d’autant plus juste car, ici, il ne s’agit pas de liquides de base, mais de « Cinque Manifici »… ou, c’est pareil, de « Magnificent Five ».

En effet, il s’est passé des choses en un an, et cette nouvelle gamme a changé son nom « Il Vaporificio », indéniablement italien, en « V by Black Note », indéniablement américain.

La métamorphose a fait que l’ancienne gamme a perdu trois liquides et que la nouvelle gamme en a gagné un… pour notre plus grand plaisir ? Oui ! Chez Smooke, les choix ne sont pas faits au petit bonheur la chance, mais en fonction des goûts et de la qualité.

Chaque liquide porte actuellement un nom de musique : Jazz, Rock, Pop, House et Reggae. Ces nouveaux noms seraient-ils conséquents à la scélérate TPD ? à une autre raison que je n’ai pas à connaître ? Moi, j’aimais autant, voire plus, les Izmir, Barrique, Moro et Hunter.

Qu’importe ! foin de bougonnerie ! l’essentiel est que ces cinq liquides soient toujours des macérats, décantations, filtrations et autres procédés organiques appliqués à d’authentiques feuilles de tabac. Chaque produit, issu d’une combinaison technique très particulière, est l’objet de manipulations spécifiques. De tout ça découle la singularité de chaque liquide à l’intérieur d’une gamme tout à fait cohérente.

On y va ? Qu’à cela ne tienne !

Bien préparer son matos…

J’ai choisi avec attention mon matos pour cette amicale confrontation, sachant que Nesquick avait utilisé « un GP Dripper du moddeur VapourArt vissé sur une box mécanique ressemblant énormément à une Tres Equis philippine de chez JD Tech ». Whaooow, le défi s’annonçait chaud, j’ai donc sorti, d’une part, mon set-up fétiche (mod méca philippin Stingray X Black coiffé d’un Darang Version1 monté à 0,64 ohm, donc assez haut pour ne pas risquer de griller les saveurs) et, d’autre part, le set-up débutant que je considère comme le plus neutre (GreenStart, monté avec une résistance à 1 ohm — coton changeable — pour apprécier la diversité des goûts).

J’ai aussi ordonné mes flacons pour qu’ils aillent a priori de ce qui me semblait être le plus léger à ce qui me semblait être le plus charnu. J’avais de nombreux documents, fournis par Sandrine (images, descriptions, déclarations et conformités de sécurité…), et, parmi ceux-ci, les descriptions poétiques qu’on retrouve habituellement.

Po et Zi sont dans un ato.

Les liquides « tabac » n’étant pas du tout tabous pour moi, j’en vape pas mal en ce moment, plutôt du courant, du simple suffisamment bon et pas cher à DIYer (Gold Ducat, Maxx Blend, Prime, etc.). Mais, là, on est dans un registre totalement différent de ce que je connais. Beaucoup de saveurs (goût) sont sur le même plan que les flaveurs (odorat).  Pour le moment, je n’ai retrouvé cette ambiance générale nulle part ailleurs, même chez L’ABSOLV, et bon sang, ils sont pourtant bons, ceux-là ! Ici, me voilà ailleurs… ! Paradoxe, mais pour de très bonnes raisons : ces « tabacs » ne ressemblent à rien de connu dans cette catégorie. Par contre, ils ressemblent — enfin ! — au bon vieux et vrai tabac… Attention, danger ?

Voilà de quoi rassurer le vaper conscient !

Jazz and not(e) java

Métamorphose 1

L’appellation « American blend » me paraissant la plus basique, j’attaque donc avec Jazz, qui est l’ancien « Barrique » goûté par Nesquick. Ma toute première impression, c’est que je ne peux pas l’analyser selon ma façon habituelle (note de tête, développement, persistance). Ce liquide est… « unifié », et c’est une très bonne qualité.

Set-up méca

Onctuosité est le premier mot qui arrive. Tout de suite après : régularité. Enfin : plénitude. Ce Jazz laisse derrière lui une vapeur odorante qui évoque clairement la fumée d’un cigare léger ET de bonne facture. En bouche, le boisé couronne, tout au long des taffes, un poivre léger, assez sec, mais constant.

Set-up débutant

Ce n’est plus la même impression. Le set-up détaille plus chaque composant, et je ressens le bref côté doux d’un sucre de canne, pour finir, après l’évolution clarifiée cigare, sur le poivre très léger et en hit agréable d’arrière gorge.

Donc

Ma préférence de vape est (de justesse) sur le méca, plus globale : Jazz n’est pas du genre très « sec »… quoique, mais plutôt comme une cassonade gros grains faite tabac. Si les quatre autres sont du même acabit… ça promet !

More rock’n’roll

Métamorphose 2

« Italian Blend », humm… humm. Quand je vois ces mots, c’est au célèbre Clint Eastwood que je pense, sur une musique de Morricone, mais aussi aux réactions assez rockarolla dont il est capable, ce grand flegmatique brutal au cigare tout tordu vissé aux lèvres ! Nesquick a testé ce même liquide alors qu’il s’appelait encore « Moro ».

Set-up méca

Vous connaissez les cigares Toscano ? Ces machines de guerre puro italiano sont dingues ! D’ailleurs, les cigares sont tout tordus, comme roulés à la va-vite. Les feuilles de kentucky sous la cape sont serrées à mort et le tirage est dur. Toutes les variétés de Toscano (il y en a plein) vont de super fort XXXXXL à fort XL pour le plus cool ! Eh ben, avec ce set-up, je suis comme avec un Toscano qui aurait décidé de garder sa puissance gustative et odorante, son hit en gorge… mais qui serait devenu à peine moins sec : « civilisé ». Genre L, si vous voulez…

Set-up débutant

Sur cette configuration, je ressens encore plus la dureté du tirage, mais, là encore, une pointe de douceur en plus, qui s’intègre à la perfection au mélange harmonisé et typé balèze.

Donc

Ma préférence ne va nulle part ; sur le méca, la vapeur est plus chaude, plus sèche et moins douce ; sur l’autre set-up, c’est l’inverse. Dans les deux cas, bon sang ! quelle puissance pour un « tabac » de vape, c’en est un vrai de vrai ! J’adore ! Pour moi, c’est le TOUT premier liquide (depuis 2013) qui se rapproche au mieux de l’ancien tabac.

I’m goin’ hunting

Métamorphose 3

Aaaaah  « English blend » m’évoque le tabac de Virginie des anciennes clopes anglaise au goût fin et piquant, hyper raffiné, emplissant une pièce lambrissée de volutes blondes et envoûtantes. Le luxe fait fumée, quoi ! L’ancienne appellation, « Hunter », que Nesquick a goûtée et détaillée  me renvoit direct à une image de gentleman farmer au fond d’un fauteuil club, sa bouffarde la plus culottée à la main et un verre de scotch à sa portée ; le fusil de chasse dans son râtelier. Tout ça reste sans conteste très british, is’n’t it ? Maiiiiis, pourriez-vous me rétorquer de bon droit, la pop… hein ? Quoi, la pop ? qui c’est qui l’a inventée, au détour de Carnaby Street… au passage clouté d’Abbey Road… hein ? C’est qui ?… la perfide Albion !

Set-up méca

Là, contrairement aux deux premiers liquides, je vape plus près d’impressions de « déjà-vu ». Attention, ce « Pop » se distingue encore des habituels goûts « tabac », c’est sûr… mais je sens qu’il y a un ajout, et que, à mes papilles, ce surplus fruité-doux-sucré est un risque pour la « signature » de la gamme. Ici, je me sens proche du liquide L’ABSOLV à la cerise, en plus « gras », et j’ai le sentiment que ce liquide perd ce quelque-chose de sec qui m’a tant plu.

Set-up débutant

Dans le clearo de ce set-up assez neutre, le liquide révèle sa richesse en même temps que sa finesse. Là, paradoxalement, je retrouve la « signature » de V by Black Note, et au premier plan, en plus ! Cela dit, le développement est vite très fruité, passe par un moment un peu « piquant » en fond de gorge, pour venir s’exhaler en « tabac à pipe » très complexe et d’une justesse d’épaisseur de bon aloi.

Donc

Que ce soit sur l’un ou l’autre de mes dispositifs, vous vous doutez que ce n’est pas le « Pop » que je préfère… Cela dit, sur un bon kit bien précis, il peut révéler aux amateurs tout son potentiel de charme.

Of the Rising Sun

Métamorphose 4

Izmir… Le lointain Orient où le soleil se lève sur l’installation d’un marché à l’aube. Étals de pâtisseries et d’épices se préparant à subir l’assaut du soleil sec. Nous flânons, Nesquick m’a précédé ; il est juste à quelques pas devant moi, nous approchons de l’échope du marchand de feuilles de tabac fines et noires, enroulées serrées en bouquets craquants et râpeux. L’ambiance passe de la fraîcheur relative à la franche chaleur odorante…

Set-up méca

Tiens tiens, revoilà la signature V by Black Note, super présente, dans l’épaisseur « sèche » incroyable de cette gamme : je me délecte ! Je retrouve des sensations comparables au « Rock » dans la puissance… avec l’« abondance » en plus. L’abondance de quoi ? d’une épice, d’un coulis de miel-cannelle… ? je ne sais pas dire ! Ça picote agréablement les fosses nasales et laisse une traîne de douceur…

Set-up débutant

Le passage de ce « House » par le GreenStart nous donne, une fois de plus, un surcroît de diversité des arômes, avec le sucré qui déboule en tête, pour s’effacer quasiment au profit d’une poignée d’épices qui, du nez aux lèvres en passant par la gorge, laissent des traces longtemps après l’exhalaison.

Donc

Sur les deux set-up, ce mélange équilibré est un pur régal alliant — exercice ô combien ardu — fermeté et douceur. Je n’en ferais pas un allday, contrairement au « Rock », mais je me vois bien le dégustant lentement dans mes longs moments contemplatifs. Le « tabac » des poètes ? Oui, j’ose !

O o o o, Jah Love !

Métamorph… non.

Le dernier… mais pas le moindre, comme on dit en Jamaïque ! Nesquick doit déjà l’avoir testé à l’heure où nous mettons sous presse… ce jus à base de feuilles de ganja menthe macérée. Ou, mieux, de deux menthes ! Me voilà servi, car, maintenant que vous me connaissez un peu… les goûts mentholés, ben, c’est pas mon trip. C’est pas d’l’allu…même chez L’ABSOLV, où je m’étais réconcilié à grand peine. Alors, allons-y… je m’y jette à corps perdu !

Set-up méca

C’est pas possible ! avec ce set-up, mes sensations me jouent des tours ! Magie du dripping ? Sur un premier enchaînement de taffes, c’est carrément presque glacial poivré à l’aspiration… et décidément « oversucré » comme un superbe thé à la menthe à l’expiration ; sur l’enchaînement suivant… c’est exactement l’inverse. Je ne comprends pas comment ces retournements sont réalisables. En fin de cuve du Darang, tout se stabilise… et on retrouve la signature « tabac » qui caractérise la gamme, et ce avec un « presque » effacement de la menthe qui n’est plus que la présence dans le gosier d’un agréable souvenir… Je vous assure que je n’ai jamais expérimenté une telle mise en variation de saveurs !

Set-up débutant

Sur un set-up aussi « transparent » que celui-là, par contre, ce jus est d’une régularité parfaite ! vous savez à quoi ce « Reggae » me fait penser ? À un After Eight, mais en plus qualitatif que le bonbon original ! De la première à la dernière taffe ! J’ai en bouche, partout, un goût très affirmé de… chocolat… frais ! Et, ça, j’aime !

Donc

À aucun moment, aucun vous dis-je, je n’ai été envahi par des violences que la plupart des liquides « tabac-menthe » m’envoient sans vergogne. Encore moins dégoûté par ce goût que j’abhorre : la chlorophylle. Quand je vous dis que cette gamme est une réussite, c’est là-dessus que je peux le confirmer : Si j’étais obligé de ne vaper qu’un mentholé, ce serait cet étonnant « Reggae » !

Pour conclure

Nesquick a été très technique, a visé très haut en se renseignant (et nous avec) sur les variétés de tabacs, en plus d’avoir eu la truffe bien fine et les mots pleins de justesse pour dire sa satisfaction !

Je me suis efforcé de resituer les changements de marques et de faire marcher ma truffe à moi… J’avais lu avec délices et envie la revue des « Il Vaporificio », c’est précisément ce qui a déclenché ces revues croisées. Mais, je n’ai, à aucun moment fait de sauts dans la revue de Nesquick, en écrivant la mienne, afin de rester sur mes sensations propres.

À votre avis, cette première revue croisée a-t-elle apporté quelque chose ?

Similitudes ? Complémentarités ? Oppositions ?

Cette amicale confrontation est-elle un réel moyen d’objectiver une gamme de liquides ?

Pour ce que nous en savons, ce procédé d’écriture intéressant n’est pas monnaie courante dans le monde de la vape en France. Nous nous sommes essayés à l’exercice et… vapoto(e)s… à vous de nous dire ce que vous en pensez. Un des buts recherchés, parmi d’autres, étant de susciter votre intérêt, et de vous inciter à aller plus loin dans l’exploration de ces produits que nous avons aimés et que Sandrine, notre guide dans cette histoire transversale, distribue.

Mais laissons-lui le mot de la fin :

« Notre connaissance du tabac et de la chimie nous a amenés à développer une méthode d’extraction moderne et traditionnelle en utilisant les produits les plus authentiques. Nous avons mélangé les tabacs les plus précieux pour faire nos extraits aussi bien que les liquides stables les plus renommés sur le marché.

Rien de sucré ou de fruité n’est ajouté, ni de substances addictives, ni d’additifs comme le diacétyle, l’acétyl propionyl, l’éthylène glycol, le diéthylène glycol, l’acroléine ou le acétoïne.

Le secret derrière ce succès ? Love & Care. Nous aimons ce que nous faisons et nous nous occupons de nos clients. Chaque personne que nous aidons à cesser de fumer est quelqu’un à qui nous avons profondément envie de donner pleine satisfaction. »

À mon tour d’y aller de ma petite vidéo !

https://www.youtube.com/watch?v=wUI88XoLMKY

Ecrit par Fil

La vape m'a tiré du mauvais pas de la cigarette et j'ai appris pas mal de choses sur le Navire. Partisan du DIY et de la vape libre, je voudrais tenter d'aider les anciens fumeurs qui ont parfois un peu de difficultés à persévérer…
La preuve : je suis retombé pour un temps dans l'univers impitoyable de la clope...
Mais, une fois de plus, j'ai réussi à lâcher cette habitude mortelle.
Maintenant de nouveau sevré grâce à la vape, me voilà prêt à vous rejoindre toutes et tous ! On m’appelle « L’abominable doctor Fil », dans le milieu !

23

La malle aux trésors des 23 commentaires est désormais gardée par notre mascotte. Demandez la clé Log in

La box Top One de Sigelei, kitsch, mais pas que

VLADDIN RE Refillable Pod System Kit.