in

🔭 Test de l’oculaire Zoom Celestron 8-24 mm

J’ai mentionné ce zoom Celestron dans l’article précédent, pour la comparaison avec mes anciens oculaires orthoscopiques Vixen. Avec la bague de transfert 24.5 to 31.75 mm, je peux maintenant placer tous les oculaires au format actuel dans mon renvoi coudé. Que vaut cet oculaire zoom par rapport à mes Ortho ? Quels avantages et inconvénients ? Nous allons voir ça.

Les specs du Zoom Celestron

 

  • Plage de focales : 8 mm à 24 mm, ce qui vous permet de varier le grossissement.
  • Réglage du grossissement : Utilisation de la bague caoutchoutée pour régler le grossissement rapidement et en continu.
  • Filetage T2 : Permettant l’astrophotographie en retirant la bonnette rétractable.
  • Traitement optique : Entièrement multi-traité pour améliorer la transmission de la lumière et réduire les reflets internes.
  • Coulant : 31,75 mm (1,25 pouce), compatible avec la plupart des porte-oculaires standard.
  • Champ de vision : Réglable de 40° à 60° pour s’adapter à vos besoins d’observation.

Ce Zoom Celestron est donc le couteau suisse des oculaires !

Vous le trouverez en France pour 149€ actuellement et sur aliexpress pour moitié prix, comme je l’avais déjà dit, donc si vous n’êtes pas trop pressé, je vous conseille cette solution ;-)  

Il est livré dans un bel étui en plastique, bien rigide à la forme du zoom, avec des capuchons de protection. Impossible de l’abimer avec cette protection.

Comment fonctionne le Zoom 8X24 ?

Conception optique : Un oculaire zoom est composé de plusieurs lentilles disposées de manière à permettre une variation du grossissement. La conception optique est soigneusement calculée pour minimiser les aberrations optiques et maintenir la qualité de l’image sur toute la plage de focales.

Mouvement interne : Pour permettre le réglage du grossissement, les lentilles à l’intérieur de l’oculaire zoom sont montées de manière à pouvoir se déplacer. Lorsque vous tournez la bague de zoom, cela modifie la position des lentilles à l’intérieur de l’oculaire pour changer la distance focale effective.

Ce système me rappelle mon ancienne longue-vue terrestre des années 80, avec un zoom à molette sur le dessus.

Observations avec le Zoom Celestron

L’expérience avec un zoom est très différente d’un oculaire unifocal. C’est un peu comme des lunettes progressives qui contiennent toutes les corrections de votre Å“il, pas besoin de changer de paire pour voir de loin et de près.

Tout comme un verre progressif, on devra un peu s’y habituer. Tout comme un oculaire classique, vous aurez plus de luminosité en 24 mm qu’en 8 mm. Cette plage de puissance est adaptée à la majorité des télescopes, pour ma lulu 70/400 ça donne un grossissement de 16 X à 50X. C’est pas énorme en raison de la faible focale de la Perl Vixen, un peu léger pour voir les détails des planètes Saturne ou Jupiter.

Le champ de vision est assez large, bien plus que mes oculaires ortho à focale équivalente. Attention cependant à l’effet « tunnel » de 24 mm à 18 mm, bien visible. À focal plus courte, on aura bien un grand champ de 60°, contrairement au 40° du 24 mm. Tous les oculaires zoom ont ce problème, inhérent au concept optique des zooms. Franchement, avec les longues focales, c’est loin d’être top !

Le Zoom est plus confort, mais la définition n’est pas vraiment supérieure, par rapport à mes oculaires orthoscopiques, l’intérêt n’est pas vraiment là. Il se trouve dans la recherche du ciel profond et avec son large champ en focales courtes.

Je prends plaisir à me balader dans le ciel en faible grossissement de 16 ou 18X et de zoomer sur un objet précis. C’est appréciable d’éviter de changer d’oculaire toutes les 3mn, le zoom Celestron est donc un bon oculaire pour cette tâche, très confortable avec sa large bonnette et rempli bien son rôle. Pour le ciel profond, il se défend pas mal sur les amas globulaires, je le règle sur 10 mm à peu près.

Noter que pour les planètes, il est pas mal non plus, couplé avec une bonne Barlow, car en zoomant dézoomant, on peut voir des détails et les suivre plus facilement.

Le Zoom Celestron remplace-t-il une palette d’oculaires?

Certes ce n’est pas le moins cher, on trouve des zoom SV Bony à 76€, mais avec un champ visuel plus restreint ou encore des Omegon à 65€ avec encore moins de champ, donc attention à ce point!

Mais, même à 150€, il ne rivalise surement pas avec de très bons oculaires qui sont bien plus chers à l’unité. Ma mission sera donc de le comparer avec d’autres oculaires unifocaux dans mon club d’astronomie, dont les membres possèdent une belle collection de chouettes petits bijoux. Update nov 2023 : en comparaison avec mon nouvel oculaire ES 62° de 20 mm, il ne fait pas le poids! L’ES est bien plus lumineux, avec un champ bien plus large (on passe de 45° à 62° en 20 mm). De plus, j’obtiens tout le champ avec l’ES 62°, pas d’effet tunnel, comme si on observait à travers un tube. Il peut malgré tout être utile en attendant de compléter sa collection si on le prend en occasion. Je suis tout de même content de l’avoir, rien qu’en tant que chercheur sur des cibles pas évidentes et je l’utilise surtout entre 12 et 8 mm, dont le champ est très raisonnable.

Points positifs

  • Conception
  • Netteté aux bords
  • Pas trop lourd
  • Champ de 60° à 8mm

Points négatifs

  • Effet tunnel à longues focales
  • Champ restreint de 40° à 24mm
  • Point noir au centre sur mon exemplaire

Voir la section Astronomie

Avatar photo

Ecrit par Cap's

Dany, fondateur du Danyvape et de Danyworld
Plus de clopes depuis le 1er jour, le 21 sept 2012...
À l'abordage !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-)