in

J'adoreJ'adore MerciMerci

Test de 5 tabacs synthétiques de la gamme Dreamods.

Un ressenti des saveurs procurées par Dreamods…

Pour commencer, je remercie chaleureusement VapoDistri, qui, grâce à Clandestino, a eu la gentillesse et la bonté de m’envoyer, en toute générosité, six concentrés de la marque Dreamods (5 synthétiques + 1 organique) dont je vais tenter de vous retranscrire les saveurs et surtout mon ressenti personnel propre à moi-même et certainement seulement à moi-même d’ailleurs.

Cette boutique en ligne française a récemment ajouté cette marque à son catalogue. Dreamods est une marque italienne que je ne connaissais pas encore. Peut-elle prétendre concurrencer les cadors du secteur comme Azhad’s Elixirs ou La Tabaccheria ? C’est ce que nous allons voir ici-bas…

Ces liquides sont vendus comme étant des jus de grande qualité, basés pour quelques-uns sur des recettes italiennes typiques, d’autres sur des recettes plus internationales. Bref, il y en a pour tous les goût. Et tout le monde pourra assurément trouver son bonheur dans toutes les références que propose VapoDistri. Il y a des tabacs, des fruités, des gourmands, il y a tout ce qu’il faut. Néanmoins, la gamme est surtout composée de plusieurs arômes Classics. C’est ce qui nous intéresse ici et m’intéresse plus particulièrement dans mon quotidien. Avec Dreamods, il y a de quoi ravir tous les amateurs de tabac, en théorie. On va voir cela dans la pratique…

J’ai donc reçu cinq tabacs synthétiques et un tabac organique (le 995), en bonus, pour la comparaison entre saveurs synthétiques et saveurs naturelles :

  • Arôme concentré Dreamods No.91 Brown,
  • Arôme concentré Dreamods No.92 Red,
  • Arôme concentré Dreamods No.93 Silver,
  • Arôme concentré Dreamods No.94 Gold,
  • Arôme concentré Dreamods No.95 White,
  • Arôme concentré Dreamods No.995 Istanbul.

Ces concentrés ont été dilués le 18 Novembre 2020 et la dégustation a eu lieu le 18 décembre 2020. Je les ai donc laissé steeper un mois tout pile afin d’être certain de tirer la quintessence de chacun de ces concentrés italiens et d’exploiter entièrement le bouquet aromatique de ceux-ci.

Les testeurs :

Ces concentrés ont été testés et dégustés à l’aide de deux kits :

  • Le Ragnard RDTA (Steam Crave) monté sur la Titan (Steam Crave).
  • L’Asgard Mini RDA (Vaperz Cloud) monté sur le Tauren Hybrid Mech Mod (ThunderHead).

D’après VapoDistri, cette gamme d’arômes tabacs synthétiques est très réaliste. En outre, il semblerait qu’ils n’encrassent pas les résistances. Ça, ça peut être sympathique comme argument. Mais trêve de plaisanteries, je passe maintenant à la dégustation. Ça va bouter, c’est l’heure de goûter!

Arôme concentré Dreamods No.91 Brown :

  • Description : Tabac et châtaigne.
  • Contenant : Flacon de 10ml en verre.
  • Taux de dilution conseillée : 10% en 50/50.
  • Temps de maturation conseillé : une semaine.

Après préparation, ce liquide est marron clair et il sent bon. On sent le tabac fabriqué en labo et un peu la châtaigne. C’est très discret au nez, il faut chercher un poil. En bref, en fait, on sent un doux parfum, dont on ne distingue pas grand-chose au nez. Au moins, comme ça, on garde la surprise pour le goûtage. En effet, on renifle un peu le marron… Ce n’est pas très précis. Il va falloir goûter pour se faire véritablement une idée. C’est parti!

Je fais feu avec le Tauren. Et là, la vache c’est bon! D’abord, je sens bien un furtif goût de châtaigne en note d’attaque. Il est, ensuite, rapidement remplacé et supplanté par un tabac assez sec, que je devine un peu brun, mais, à coup sûr, agréablement parfumé. Enfin, ce jus se termine ensuite sur un goût très réaliste de marrons chauds et grillés comme on pouvait jadis en déguster dans les parcs d’attractions ou sur les marchés de Noël, dans le temps. Ce concentré est délicieux et bluffant, tant il est effectivement très réaliste et extrêmement bien réalisé. Le 91 est parfaitement de saison avec ses marrons chauds. Ça commence fort, ce jus est un petit bijou!

Arôme concentré Dreamods No.92 Red :

  • Description : Tabac sec.
  • Contenant : Flacon de 10ml en verre.
  • Taux de dilution conseillée: 10% en 50/50.
  • Temps de maturation conseillé : une semaine.

Ce deuxième jus est presque transparent à l’œil. Il dégage une senteur discrète au nez. Je distingue un tabac sec et très légèrement sucré en note d’attaque, pour finir sur un tabac brun et assez corsé qui pique un peu la langue en fin de vape.

Le 92 est un tabac bien réaliste pour un synthétique. À noter que selon maman, ce jus dégage une odeur puissante. Et, en effet, le mot qui le caractérise le plus est bien « puissant ». Ce concentré a du goût, ça envoie! Il est très agréable à vaper pour un amateur de macérats qui défouraillent à tout-va. Il ne dénote pas trop de ma came habituelle, tant il est bien sombre et costaud. Il a du caractère et j’aime ça chez un jus!

Arôme concentré Dreamods No.93 Silver :

  • Description : Tabac et poire.
  • Contenant : Flacon de 10ml en verre.
  • Taux de dilution conseillée: 10% en 50/50.
  • Temps de maturation conseillé : une semaine.

Une fois préparé et bien reposé, ce troisième concentré offre un DIY de couleur marron, un peu plus clair que le 91. Au nez, je détecte immédiatement l’odeur de poire, accompagnée de l’odeur « tabac » qui me semble dorénavant caractéristique de cette gamme Dreamods.

À la dégustation, le fruit est très présent. Il domine le tabac blond, que l’on a même du mal à percevoir au final. Je ne suis pas fan de celui-ci, mais c’est un peu normal car je n’aime pas du tout la poire dans la vraie vie. En outre, dans le 93, je la trouve trop grasse. En effet, j’ai l’impression de vaper un beignet à la poire plutôt que le véritable fruit. Ce jus a du charme, c’est certain. Néanmoins, il n’est pas fait pour moi. Il est doux et pas trop sucré. Il a du goût, il faut aimer…

Arôme concentré Dreamods No.94 Gold :

  • Description : Mélanges de tabacs blonds.
  • Contenant : Flacon de 10ml en verre.
  • Taux de dilution conseillée: 10% en 50/50.
  • Temps de maturation conseillé : une semaine.

Ce jus est marron foncé. C’est d’ailleurs le plus foncé de la gamme. J’apprécie particulièrement les jus foncés car la plupart du temps, foncé veut dire puissant. Au nez, ce jus sent le tabac, il sent très bon et sent même très bien le tabac.

À la vape, ce quatrième concentré est costaud. Le 94 a du corps. Il a un côté fumé très appréciable. Ces jus sont bel et bien réalistes et ma préférence va aux deux plus costauds : le Red et le Gold. Ils ont du goût, ils ont une âme.

Arôme concentré Dreamods No.95 White :

  • Description : Tabac léger et délicat.
  • Contenant : Flacon de 10ml en verre.
  • Taux de dilution conseillée: 10% en 50/50.
  • Temps de maturation conseillé : une semaine.

La couleur de ce cinquième concentré est presque jaune. L’odeur est beaucoup plus légère que le précédent jus testé. Elle est également un peu moins brute et même plus raffinée en somme.

Léger et delicat en effet, cette description est vraie et on ne peut pas mieux le décrire. On est sur un pur tabac blond ici. Il est doux et fort agréable à vaper. Le hit procuré est très agréable et il chatouille la gorge comme il faut. Il passe tout seul et est encore une fois bien réaliste pour un tabac synthétique. Il serait presque naturel tellement il est simple et dépourvu de toute fioriture.

En fait, ces tabacs ont tous la même base, ils sont peu ou prou tous de la même veine, en étant également tous différents. Tantôt corsé, tantôt doux, ils sont tous excellents, surtout les 92, 94 et 95 pour les purs tabacs. Mention spéciale pour le 91 (tabac/châtaigne) qui est original et exquis.

Arôme concentré Dreamods No.995 Istanbul :

  • Description : Un mélange de Virginia et de Black Cavendish qui s’unissent avec une légère touche de Latakia Turc.
  • Contenant : Flacon de 10ml en verre.
  • Taux de dilution conseillée: 10% en 50/50.
  • Temps de maturation conseillé : une semaine.

Ce concentré est bien foncé, comme tout bon macérat ou extrait qui se respecte. Au nez, il ne sent quasiment rien. Pas d’odeur chimique comme les synthétiques (chimique ne veut pas dire mauvaise ou désagréable, mais seulement non naturelle ici). Je vais vérifier qu’il sente bien quelque chose quand même une fois vapé.

Et là, le 995 se révèle être une merveille de douceur avec sa petite touche corsée à la fin. Pas de surprise, ça sent réellement le Virginia, ça sent vraiment le Black Cavendish, ça sent véritablement le Latakia en arrière goût. Une vraie réussite et une vraie différence comparé aux synthétiques… Je ressens immédiatement et intensément le côté naturel de ce Istanbul. C’est plus suave, plus rond. Ça coule et roule tout seul. C’est automatique, c’est naturel…

On est bien d’accord, les concentrés Dreamods qu’ils soient naturels ou synthétiques sont tous très réalistes et bien réalisés. Cependant, ce 995 « naturel » est différent des autres. Les synthétiques que j’ai eu la chance de tester sont tous de la même trempe. Ils sont semblables et appartiennent tous indubitablement à la même gamme. Ils sont sur la même base et sont différents grâce à de subtiles petites variations ou par l’ajout d’un fruit. Ces infimes altérations font tout leur charme. Le 995 est quant à lui différent, unique et fabuleux. J’ai hâte de tester d’autres concentrés naturels de cet gamme afin de confirmer mon excellente impression à leur égard après la dégustation de l’Istanbul…

Merci encore à VapoDistri et bonne vape les pirates!!!

Ecrit par Kanti

Vapoteur assidu et passager régulier du navire depuis fort longtemps, j'ai décidé de basculer du côté obscur en écrivant et partageant mes expériences...

14 Comments

Laisser un commentaire
  1. Solide boulot mon Kanti, chapeau bas :good:
    Et au final, juste par curiosité vu que jamais je ne vaperai un jus tabac, encrassent ils ou n’encrassent ils pas les rez?

  2. Bien joué Kant’ ! :good:
    En temps normal, je suis plus tabac que tabac aromatisé, mais à te lire, celui que j’ai envie de tester, c’est le 91, celui à la châtaigne. Sans doute parce qu’il est de saison, et que j’adore la crème de marron… :unsure:
    Les autres, ils m’inspirent moins.

    Istambul, bien entendu, est à mettre à part, étant donné que c’est un extrait.
    Alors la question qui s’impose, et à laquelle tu ne réponds pas dans la revue ;-) : comment se positionne ce Dreamods par rapport à un Azhad, puis par rapport à un Tabacch’ ?

    • No.91 Brown, Tabacco et castagna. Si chataigne se dit castagna et ce que roubignolles se dit castagnettes? :scratch: Parce que chez moi une chataigne c’est soit une beigne soit un petit coup d’électrocution. Car selon Thomas d’Aquin une castagna dans les castagnettes… Ca y est je ne vais pas dormir ce soir… :unsure:

    • Je continue de penser que les concentrés La Tabatière sont pour moi la porte d’entrée obligée pour découvrir les macérats. Ces monos arômes tout doux et pas trop puissant sont parfaits pour éduquer ses papilles et apprendre à connaître et reconnaître les différents tabacs. Après, les Azhads et La Tabaccheria sont toujours le top du top de la classe et du raffinement. Et là, entre ces deux mondes, les Dreamods ont leur place pour nous permettre de continuer notre apprentissage avec la découverte de mélanges et d’assemblages que nous nous avons dû faire nous mêmes au début des macérats. Ils sont accessibles et moins racés que les autres. Mais je n’en ai gouté qu’un. Attendons la suite afin de vérifier ma théorie…

  3. Merci pour le test Kanti :good:
    Exceptionnellement, je viens sur un sujet tabac, car je cherche un tabac parfumé blond pour mon Gold Tiger DIY.
    Comme je mets déjà du RY4, beaucoup de caramel, de la vanille, du rhum, il me faut aussi un tabac plus sec.
    Un genre de Old Holborn, de Blondin quoi, pas de Tuco….
    Tu me conseillerais lequel? B-)

  4. C’est dur la vie obligé de gouter touts ces liquides… Bien maintenant que tu as gouté les No.91 Brown,
    No.92 Red, No.93 Silver, No.94 Gold,No.95 White, No.995 Istanbul. Il te reste les numéros 1 à 90 et 96 à 994… et que ça saute ahahah Bravo et merci, j’ai failli me faire un macérat (réservé aux pulsions) en te lisant, soit je suis faible soit c’est l’île de la tentation ici. Ca y est t’as la zic dans la tête? Non te déshabille pas stp. En tout cas merci, même si je ne suis pas la cible (sauf pour raconter une connerie, c’est mon coté Fabien Barthez). Bravo pour le taf et le papier :good:

  5. Super article, avec en plus l’originalité d’une approche colorimétrique !
    C’est vrai que la couleur d’un jus est souvent révélatrice de sa puissance, comme dirait le Grumpy’s DIY après deux mois de steep. Les Hell’s Mixtures ne sont pas en reste, tapissant leur fiole d’un léger dépôt opaque.

    Je suis pas sûr d’être le bon client pour ces Dreamods mais ils représentent sans doute une bonne voie d’accès aux potions plus typées dans laquelle le vapoto tenté par ce nouveau monde gustatif pourra s’engager sans crainte.

    L’appellation “synthétique” d’un arôme me fait toujours tiquer… Il y aurait une différence entre un menthol ou une tabanone fabriquée en labo et la même molécule produite par une plante ? Ben non… C’est la même.

    Le truc, c’est que la nature compose des mélanges d’une incroyable complexité comme qui rigole et qu’il est quasi impossible d’en faire autant à l’aide d’éprouvettes. Une saveur de tabac, ce sont des dizaines voire des centaines de molécules. Si on pouvait en faire la liste, réunir les composants “synthétiques” et les mélanger en proportion, on obtiendrait exactement le résultat naturel. Seulement voilà, c’est long, complexe, cher… Bref, impossible.

    Du coup, on repère quelques composants majeurs, ceux qui font l’esprit du goût, de préférence ceux que l’on sait produire à coût raisonnable et on roule comme ça. La fraise Haribo a l’esprit d’une fraise mais n’en est pas une, juste une copie simplifiée.

    Avec les macérâts, on va plus loin puisqu’on récupère une image aromatique assez fidèle à son modèle, à la technologie d’extraction près. Nul doute cependant qu’un bon cuistot doit pouvoir utiliser les nombreux ingrédients mis à disposition par la chimie pour obtenir un bon esprit tabac, comme le faisaient par exemple S & S Mods avant la chute.

    Alors Dreamods… Pourquoi pas ?
    :-)

    • Merci Nes. Oui, la couleur est pour moi le premier critère. Je suis servi de ce côté là avec le cigare italien et le hooch. Après, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise mais en règle générale quand s’est foncé, c’est bon!
      Ces tabacs de labo sont très bon pour des tabacs de labo. Ils sont originaux et ont leur propre marque de fabrique. Une note de fond commune à tous. Le seule extrait que j’ai eu la chance de goûter est vraiment cool aussi. C’est un poil léger pour un fou de lakatia mais c’est fin et raffiné. Pour sûr, j’en goûterai d’autre de cette gamme mais pour l’instant, je dois tester le 9 di picche, un petit virginia-lakatia-café de mémoire chopé lors de mon dernier réassort de macérats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Azhad Non Filtrati : a kind of Magic… ♥♥♥