in

J'adoreJ'adore J'aimeJ'aime

Test complet du Titanide Leto 24 MTL en exclu!!

Il est des instants dans une vie qui semblent flirter avec le surréalisme. Ce moment où les constellations semblent s’aligner d’elles même pour laisser apparaître un chemin de coïncidence beaucoup trop évidente pour que notre esprit puisse les accepter. Sachez que l’affaire qui anime ma plume aujourd’hui est de ceux-là, car du ciel est tombée la déesse Leto, dans sa toute nouvelle déclinaison :  le Leto 24 mm MTL.

Ils sont habiles chez Titanide. Voyez leurs noms, issus tant de la matière que de la mythologie grecque. Ils sont français chez Titanide, voyez leur fief se trouvant en la ville de  Saint-Etienne. Ils sont précis chez Titanide, voyez leur slogan qui ouvertement s’en vante. Mais surtout ils apprennent chez Titanide, car après un Leto 22 MTL à peine restrictif, ils revoient et corrigent leur copie avec ce dernier né de la gamme, le Leto 24 MTL, que les Moires viennent de faire tomber dans mes mains.

La déesse schizophrène

La gamme Leto est fournie, très fournie. Du RTA, du clearomiseur, du dripper, du DL et du vrai MTL à présent. Voyons à présent ce qui compose cette itération.

1x Leto 24 MTL
1x Kit d’extension 4,5 ml
2x Résistances Inox 316L Clapton 28/50 sur 6 spire espacées annonçant 0.8 ohm
1x Kit d’outils
1x Jeu de joints de remplacement
1x Guide d’utilisation

La boite est donc joliment garnie. Le tout dans une sobre livrée noir typique des produits de chez Titanide. Et c’est malheureusement dans cette boîte que nous trouverons l’un des rares points négatif de ce RTA, la notice. En effet, notre déesse est peu bavarde et n’aime pas les images ! Le manuel sera donc réduit à sa plus simple expression, du texte noir sur fond blanc. A moins qu’il ne s’agisse que d’un packaging temporaire pour les modèles de démos, la question sera posée à Titanide, faites moi confiance.

Défilé du Leto 24 MTL

La base sera le siège du coil et de l’airflow, le Pyrex sera enfermé par les deux parties du top cap et le haut de ce top cap se vissera et dévissera pour effectuer votre remplissage. Le tout s’emboîtant à la perfection, sans la moindre erreur d’assemblage. Les joints sont de très bonne facture et donnent une agréable douceur aux derniers tours de vis. L’unique airflow est lui composé de quatre petits trous, une bague rotative permettant de sélectionner l’un de ceux-là. 

On ne pourra cacher le lien avec le Leto 22 non MTL (ci dessous), tant ils se ressemblent physiquement, mais c’est bien par leur personnalité que ces deux-là diffèrent.

La découverte

De ce qui est du montage, nous sommes sur plateau très classique, similaire au reste de la gamme Leto et à beaucoup d’autres atos. Un plaquage or viendra s’assurer de la bonne conductivité de l’ensemble, et encore une fois, la qualité de fabrication et d’assemblage nous rassurera sur la longévité de ce RTA. Mais voici poindre le second point négatif que je lui trouve : le serrage d’origine. En effet, les éléments sont si serrés qu’il faudra de la force et du doigté pour les démonter et accéder au plateau la première fois. Souci sur mon exemplaire ou réglage un peu optimiste de la chaîne de montage ? Là encore j’irai questionner Titanide.

Montage du Leto MTL 24

Le placement du coil ne pose aucun problème. On l’aligne, on sert et on coupe ce qui dépasse. C’est si simple que même un eunuque réussirait. Ensuite on passe le coton dans les spires, en le laissant tomber dans les rigoles par lesquelles arrive le liquide. Il faudra mettre suffisamment de coton pour bien recouvrir les arrivées de liquide, gage d’une parfaite résistance aux fuites. Ceux qui ont déjà monté un Leto non MTL ne seront pas dépaysés.

Montage du Leto MTL 24

La perfection

Je n’ai pas d’autre mots pour décrire la vape sur ce Leto 24 MTL. Pour paraphraser les mots de ma Titanide lorsqu’elle a essayé cet ato, c’est “smooth”. Les saveurs sont précises, la vape est lisse et avenante . Les quatre niveaux de restrictions de l’airflow sont parfaitement étagés. Au plus fermé les joues se creusent idéalement et au plus ouvert on peut esquisser un DL très très restrictif. Les meilleures positions pour le rendu des saveurs étant tout de même les trois dernières, la plus fermée brouillant très légèrement la précision chirurgicale de ce RTA. Les coils d’origines ne sont pas mauvais du tout, tombent parfaitement à 0.8 Ohm, mais j’ai tout de même une préférence toute personnelle pour mes coil Ni80 à spire serrées.

Le Leto ne fuit pas, même la tête en bas dans une poche. Il n’est pas non plus fragile, tant l’inox compose est épais et bien usiné. Il ne chauffe pas non plus ni au niveau du drip tip, ni au niveau du top cap. Bref, il ne déçoit pas, tant sa réalisation ne souffre d’aucun défaut.

Une chose est à rappeler tout de même. Si vous souhaitez éviter que votre Leto ne coule comme le Styx, fermez bien l’airflow pendant quand vous le remplissez, et ne le rouvrez qu’après avoir refermé le top cap.

L’amant

J’ai toujours été un vapoteur aérien. Plus encore, je n’aurai jamais acheté volontairement un atomiseur MTL.

Et pourtant, en moins de deux jours, ce Leto 24 MTL a profondément changé ma façon de vaper. Il est devenu l’amant de ma vape DL assumée. Pour être honnête avec vous, j’ai ressenti la même chose avec ce MTL que lorsque j’avais acheté mon Leto 24 non MTL, une sensation d’homogénéité absolue. Et c’est bien cette maîtrise dans l’exécution chez Titanide qui accrochera à jamais ce Leto 24 MTL à votre box, et surtout, à votre cœur.

Je remercie Titanide de m’avoir fourni l’exemplaire testé ici.

Soutenez cet article

16 points
Upvote Downvote
Officier 2ème Classe

Ecrit par CharlySheep

Le CharlySheep Cumulus Vapotus ou Charly, est une espèce commune de vapoteur. Il s'adonne à cette activité depuis 2014 environ, avec une certaine attirance coupable vers les gros nuages.

Il aime vapoter au studio entre deux shooting, ou au bureau, entre deux déploiement. En effet, son temps se partage entre la photographie et la direction informatique. Son régime alimentaire est varié, mais reste très souvent composé d’éthanol, qu'il consomme avec plaisir et modération !

Mais l'une de ses caractéristiques majeures est qu'il adore aider les gens autour de lui, et considère que la connaissance doit circuler entre tous. Aussi il n'hésite pas à partager ses humbles petites découvertes, et aime les joutes verbales d'un débat même à deux balles

13 Comments

Laisser un commentaire
  1. Salut, et merci pour ce test! Si seulement le Leto 22 pouvait avoir la même bague d’airflow pour restreindre le tirage… j’ai encore fait un montage hier dessus et il reste trop aérien, il est juste parfait pour du DL restrictif, mais pas moins.

    J’ai déjà le 24 et le 22. Titanide devrait vendre un kit pour réduire l’arrivée d’air sous le coil + la bague seule pour convertir le 24 dl en mtl, ça pourrait être sympa aussi

  2. Oulala Charly, toi aussi tu fais mal au crâne !!
    ‘Tain mais vous vous êtes passés le mot ou quoi? :-)
    Ta revue titille ma curiosité !! :yes: Le texte est là, il donne envie graaave, mais…. où sont les photos de l’engin démonté? Moi j’veux voir l’ato sous toutes ses coutures!! :whistle:

    Ce qui est sûr, c’est qu’entre le Gata du Daron, le Precisio de Jib, et le désormais Leto de Charly, c’est la fête du MTL !!! :yahoo: , et que je ne sais plus où donner de la tête moi :wacko:
    Depuis le temps que Dame Leto est dans la place et qu’elle me fait du pied, faudrait p’têtre que j’arrête d’ignorer superbement ses avances, surtout qu’elle a désormais enfilé sa robe MTL….
    Mais mon Riton (l’équivalent du célébrissime Porky, mais en version hérisson : Riton,tu le sais que je t’ :heart: ) se prépare actuellement à un uppercut Turbo, alors pour l’heure je ne sais pas… :scratch:
    As-tu poussé un peu ce Leto dans ses retranchements, genre 0.5 / 0.6 ohm, pour voir comment il se comporte ?
    Et les 4 trous d’air, ils font quel diamètre à peu près? 4 positions, je remarque que c’est pas énorme comparé à la concurrence où la palette est beaucoup plus large et garantit à coup sûr de trouver le réglage qui nous sied… Plus important : quel est le diamètre du trou d’air situé sous le coil? C’est lui qui détermine presque tout…
    Et niveau arrivées de liquide, on est sur un truc typé Kayfun avec 4 petits trous qui viennent alimenter les mèches par le bas, c’est bien ça?
    Enfin, niveau conso, il donne quoi? Je parie qu’il ne consomme quasiment rien..

    Désolé pour la vague de questions, mais il m’intéresse fortement celui là. Merci beaucoup pour ce chouette article! :rose:

    • Merci oh grand Clandestino !

      Alors pour les photos, oui je sais, il en manque. Je traverse une petite période de trouble matériel et logiciel au niveau photo, j’espère vite régler cela…. J’en suis désolé

      Alors, pour toutes les questions de mesures, je n’ai malheureusement pas les outils adaptée à une telle mesure. Mais je vais me renseigner ou essayer d’en attraper quelque part.
      Pour l’arriver d’air sous le coil, nous faisons fasse à une petite grille trouée de 6 petits trous. Le liquide lui arrive par 6 petits trous repartis sur le pourtour de la base portant le coil. Chaque trois trou alimente une petite cuve dans lequel tombe le coton. Je referai vite une ou deux photo pour que tu puisse voir la construction.

      Niveau conso, en effet, c’est très économe. D’autant que l’extension de capacité assure de pouvoir rester loin de tout bidon un certain temps. Je sais que avec mon style de vape, un réservoir (le standard) me tiens une quasi journée de travail.

      Comme dit dans le test, je lui ai monté mes résistance Ni80 qui sont aux alentours de 0,6 Ohm. J’attends encore un peu, mais les premiers résultats sont assez prometteurs? Après je ne l’ai que depuis deux jours, donc je dois encore le travailler un peu. Je mettrais le test à jour en fin de semaine :)

      • Le problème c’est que tu t’es un peu trop avancé dans ton profil… ;-)
        Tous t’attendaient au tournant sur les photos :whistle:
        Et pim! rien qui marche plus au plus mauvais moment…

        Comme disait Blondin : “Le monde se divise en deux catégories…”

        Sinon bel article de ce fameux Leto tant attendu par tout l’équipage.
        Moi j’ai failli craquer au stand pour le classique mais même à 50 boules j’ai renoncé. Pareil pour le Gata, au même prix, il aurait pris la CB j’aurais craqué ;-) tant pis pour lui!! :negative:

      • Yo Charly !
        Désolé pour la petite ellipse temporelle, j’ai eu fort à faire ces derniers jours !
        Merci pour toutes les précisions qui viennent confirmer mon intérêt pour ce Leto ! :yes:
        Au fait, te formalise pas pour les photos, c’était du petit chambrage entre amis, en aucun cas un reproche ou quoi que ce soit ! ;-) Quant à la qualité des photos, j’ai l’intuition que quand tes petits soucis techniques actuels seront réglés, tu nous mettras tous à l’amende ! Enfin bref. Merci si tu as le temps d’ajouter les 2 tofs évoquées, même moisies et même si elles viennent à pieds. :yes:

    • En fait, ce que je retiens de tout ce que j’ai essayé chez eux, c’est l’homogénéité de leurs gammes.
      Tu ne peux pas te tromper en prenant du matos chez eux, et c’est du matos qui dure. Mon Leto 24 non MTL a un an, et il est encore beau et efficace comme à la première heure. Ils ne sont pas radins sur les joints, j’ai d’ailleurs remplacé les miens il y a peu, et je sais que quoi qu’il arrive, il se comportera toujours comme au début.
      Du matos durable, bien exécuté, d’une marque française, je dis un grand oui.

      • Merci Charly pour tes explications. Mais du matos qui dure pour un coeur d’artichaut de la vape, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Quand dès que tu lis une revue sur le navire, tu veux essayer l’engin en question, tu prends des clones à 10 balles et tu achètes le vrai ensuite. Je ne suis jamais arrivé à cette étape, un autre clone prenant la place avant à chaque fois… La seule exception aurait pu être l’hypersonic mais j’ai manqué la promo à 50 balles… par contre, je suis plus fidèle niveau tubes et boxes!

  3. Belle revue, y’a du level dans l’approche et dans la rédaction… Bravo ! :rose:
    Le Leto 24mm DL que je pratique n’a de mon point de vue qu’un défaut, il fuit comme une fontaine par le drip-tip lorsque l’on dépose le tank tête en bas pour changer les mèches “cuve pleine”. Je pense que c’est du à un petit joint torique incrusté dans le top-cap sans doute trop fin pour faire correctement le boulot.
    Le Fatality me fait pareil mais lui, ce n’est qu’un pauvre george alors forcément, on lui pardonne tout.
    Le 24 mm MTL a-t-il le même “défaut” ? Je demande parce qu’il y a assez peu de chances pour que j’aille vérifier moi-même, le retour à la vape serrée ne figurant pas vraiment au top de mes projets prioritaires. ;-)

Laisser un commentaire

Test du Pod Orion Plus DNA par Lost Vape.

Rebirth RTA, l’adieu à George