Introduction :

Nous allons parler un peu de la Box Armour Pro de Vaporesso. C’est bien entendu une box électronique.
Elle est très compacte. Elle ressemble à la Colossal du Capitaine, même si elle est un poil plus grande ( 86 x 38.5 x 27 mm contre 76 x 40 x 25 mm pour l’Asmodus ).
Son design est sobre et classe, et son style est moderne.
Cette box bénéficie du chipset Omni board 4.0 de Vaporesso, l’un des chipsets les plus complets du marché, d’après l’entreprise chinoise.
Elle est capable de faire « fumer » n’importe quel atomiseur ou clearomiseur, grâce à sa puissance de 100 watts.
Elle est compatible avec les accus 18650, 20700 et 21700.
C’est une box simple accu.
L’Armour Pro est aussi ultra réactive, puisqu’elle a été flashée avec un temps d’activation de l’atomiseur de 0.002 secondes.
Pour résumer, cette petite box a un design élégant, à la fois simple et élaboré, assez ergonomique et à la toute pointe de la technologie.

Caractéristiques techniques :

  • Dimensions : 86 x 38.5 x 27 mm
  • Poids : 110 grammes ( 179 g avec un accu 21700 )
  • Matière : alliage de zinc
  • Type de matériel : box électronique
  • Type de batterie : batterie simple – 18650 / 20700 / 21700 ( non incluse )
  • Rechargeable par USB : Oui ( 2 A )
  • Puissance de sortie maximale : 100W
  • Résistances acceptées : de 0.03 ohm à 5 ohms
  • Modes : VW (S, N, H)/VV/CCW/CCV/CT (SS, Ti, Ni)/TCR (M1, M2)/SP/BP
  • Connecteur : pin 510 en laiton monté sur ressort
  • Coloris : métal ( la version présentée ici ), bleu nuit, noir, rouge et bleu
  • Protection contre l’inversion de polarité
  • Protection contre la surchauffe du Chipset
  • Protection contre le déclenchement accidentel : 10 secondes
  • Protection contre la décharge excessive des accumulateurs
  • Protection contre les courts-circuits

 

Test :

Cette box semble chouette. L’est-elle l’est vraiment ? C’est ce que nous allons vérifier.
Sortons-la de sa boîte !

La box Armour Pro est livrée avec un adaptateur pour accu 18650 ( pas de panique, vous le trouverez caché à l’intérieur de la box ), un câble micro-USB – USB et un manuel pour l’utilisateur.

Après cet inventaire furtif, nous pouvons passer à la mise en route de ce petit bijou. Tout d’abord, il suffit d’ouvrir la trappe et d’y glisser un accu 21700. Cette dernière semble solide et tient bien en place.
J’ai lu sur le net beaucoup de retours négatifs sur la trappe à accu et ses ouvertures intempestives.
Après deux mois d’utilisation quotidienne, je n’ai pas rencontré une seule fois ce souci.
Quant à nous, allumons donc l’engin.

L’écran de cette box est intégré dans le switch. C’est malin et pratique !
Cet écran est en couleur et est très agréable à lire car il nous montre une interface claire et complète, même s’il est moins « lumineux » que celui de la Revenger.
Ce switch deux-en-un est accompagné par trois autres boutons situés sur la face avant de la box, permettant de faire ses réglages facilement ( + à droite, ou – à gauche, la touche ” menu ” se situant en dessous au milieu ).
Les boutons sont réactifs et mes gros doigts peuvent les manipuler sans aucune difficulté.

Globalement, cette box a un look moderne et une forme offrant une prise en main assez sympathique.
Est-ce suffisant !? Oui, mais je préfère les parpaings que j’ai bien en main. Je la trouve trop petite et je ne la sens donc pas assez et il m’arrive donc de la lâcher. Certains ne sont pas aidés, je sais.
Pour les personnes à la recherche de compacité, elle est petite et assez légère, et donc parfaite. Mais pas pour moi…
Bref, sinon, ça vape bien …ou bien ?
Avant de répondre à cette question, revenons deux minutes sur les 13 modes de vape que nous propose cette box…

Les modes propulsés par le chipset de l’Armour Pro sont :

  • VW-N, VW-S et VW-H : c’est le mode « normal ». C’est quand nous faisons varier la puissance délivrée par la box à chaque bouffée en Watts, avec des vitesses de chauffe différentes ( Soft/Normal/Hard ). Nous avons donc trois possibilités de réglages pour « booster » la résistance dès l’appui sur le bouton fire.
  • VV : ici, nous faisons varier la tension délivrée par l’accu à chaque taffe en Volts, comme sur nos premières boxes, pour les anciens de la vape.
  • CCW : c’est le mode « Curve » avec les watts. Nous donnons la puissance que nous voulons à notre résistance sur quelques secondes. Ce réglage affiche un histogramme sur l’écran. En fait, en mode courbe, nous pouvons régler jusqu’à 10 points. Nous sommes donc en mesure de sélectionner le réglage de puissance pour chaque 1/2 seconde durant les 5 premières secondes, surtout pour en raccourcir le délai de chauffe.
  • CCV : sur le même principe que le mode précédent, nous faisons ici varier la tension délivrée par l’accu, pendant la durée désirée, en jouant sur les Volts selon une courbe personnalisée. Comme avec le mode CCW, les boutons de réglages + et – sont inactifs pendant la vape, car c’est notre propre courbe qui définit la gouache à envoyer.
  • VT-SS, VT-Ni et VT-Ti : c’est le mode contrôle de température de chauffe des résistances en Stainless Steel, Ni200 et Titane.
  • TCR-M1 et TCR-M2 : c’est un autre mode de contrôle de température qui permet d’utiliser d’autres fils résistifs tels que le NiFe, le SS303, le SS304, le SS316 et le SS317, en en paramétrant le coefficient de chauffe.
  • SP : le mode « Super Player » étend la plage de résistance utilisable de 0,03 ohm à 5 ohms.
  • BP : le mode « ByPass » simule la vape en mode mécanique, sans les inconvénients du méca. La puissance délivrée n’est plus régulée et dépendra uniquement de la tension que l’accu est capable d’envoyer, en fonction de la valeur de la résistance.

Je voulais vous présenter tout cela en essayant d’être clair et concis. Si vous avez mal à la tête, sachez que j’utilise simplement le mode normal en soft (VW-S) car cette box a vraiment la patate avec sa fonction insta-fire.
Ça chauffe vite, fort et bien !
La navigation dans le menu est bien fichue et on peut jouer avec les modes assez simplement.
C’est intuitif et c’est marrant cinq minutes, surtout quand il y a un crâne…

Je reviens deux secondes sur le mode «Super Player» qui, selon le constructeur, est un mode adapté aux drippers. Je veux bien, même si je pensais que l’on pouvait dripper sur d’autres box… Par contre, je suis d’accord sur le fait qu’il envoie encore plus le steak qu’en mode normal et qu’il nous affiche une belle tête de mort qui a les yeux qui clignotent quand on vapote.

Conclusion :

J’ai payé cette box 27,13 euros sur AliExpress début novembre 2018. On l’y trouve encore aujourd’hui à 25,75 euros. A ce prix là, c’est une très bonne box !

Elle est compacte, pas trop lourde et bien solide. Elle fait du bruit quand elle tombe mais elle est ultra-résistante aux chocs ! Aucune marque, ni rayure après quelques chutes…

La gachette-écran est super sympa à l’usage et la box est très réactive, peut-être même un peu trop.
J’ai commencé à vaper en mode normal ( VW-N ).
Je suis vite passé au soft ( VW-S ) car le mode précédent cramait trop de coton.

Une dernière chose à ajouter ?
Oui : sa consommation est tout à fait raisonnable.
Je me suis procuré cette box pour que mon matos gagne en autonomie en passant au 21700. Au final, l’accu 21700 tient la route et dure bien longtemps.
On peut même le recharger dans la box avec une capacité de 2 A. Je n’avais jamais chargé un accu de cette manière, mais l’apparente solidité de la bête m’a fait tenter le coup.
Et, ça marche bien. C’est très rapide et ça peut dépanner parfois !
Même si l’accu ne doit pas trop aimer se faire recharger aussi vite, cela reste occasionnel…

Bonne vape les pirates et en route vers de nouvelles aventures !