in

J'adoreJ'adore MerciMerci J'aimeJ'aime

Taifun GT5 : le délire de SmokerStore

Quand SmokerStore sort un nouvel ato, moi ça m’intrigue toujours. Pas forcément au point de craquer systématiquement, mais la conception du GT5 m’a paru suffisamment originale pour que le bouzin finisse par arriver à la maison. Voyons tout de suite de quoi il en retourne.

 

La première chose à dire sur le GT5, c’est que SmokerStore s’est carrément fait plaisir sur le tarif demandé : 200 balles l’ato, sacré coup de clim’… Mais comme il fait particulièrement chaud en ce début d’hiver 2023, c’est plutôt cohérent !!…  :wacko: Autant donc préciser tout de suite qu’on va ici parler d’un bon vieux George Clooney à 30 balles, ce qui est tout de même bien plus raisonnable.
D’autant qu’à l’unboxing, l’impression est vraiment excellente.

Tout en acier, l’ato est massif, lourd et superbement usiné à tout point de vue : j’ai rarement vu un clone d’aussi belle facture.

 

Cahier des charges

Pour situer rapidement les choses, le GT5 est un ato single coil DL de 25mm de diamètre dont l’airflow se règle grâce à une bague située sur le bas du tank. Conçu pour être rempli par le haut, il embarque 6ml de juice et est évidemment doté d’un mécanisme de gestion des arrivées de liquide. Comme d’habitude avec SmokerStore, le pin positif ne dépasse malheureusement que très légèrement du connecteur 510 ; il faudra donc avoir le goût du risque pour envisager un usage sur méca hybride.

Voilà pour le cahier des charges, c’est du grand classique sur le papier, dans la pure lignée du grand frère GT4. Pourtant dans la pratique, les 2 atos n’ont plus rien en commun. Pour cette nouvelle mouture, SmokerStore s’est en effet tapé le trip de concevoir un ato sans aucun pas de vis nulle part. Surprenant, mais pourquoi pas…
Le principe de fonctionnement du GT5 se veut simplissime : le tank se solidarise au plateau grâce à un système de baïonnette, l’airflow se règle par une bague, le remplissage et la gestion des arrivées de liquide se font en tournant le top-cap. Easy quoi.

La traditionnelle photo des éléments séparés montre que lorsque l’ato est démonté, il n’est composé que d’un tank en pyrex emprisonné dans une cage, un top-cap/cheminée/chambre d’atomisation d’un seul tenant, un deck, une bague d’airflow et un drip-tip. Seulement 5 pièces pour tout faire, on sent que ça a cogité sévère chez nos amis allemands. J’avoue, jolie prouesse technique, reste à savoir si tout ça est véritablement opérationnel… Approchons-nous donc et regardons en détail comment fonctionne cette mécanique.

 

Drip-Tip

C’est peu commun : il est tout en métal mais surtout, sa base ne comporte aucun joint torique.

Ça tient par compression, c’est efficace, c’est donc bien joué pour la durabilité. De format 510, son diamètre interne est de 8mm, ce qui laisse présager d’un tirage aérien mais pas trop, on y reviendra. En tout cas c’est confortable en bouche, bon point.

 

Tank et Top-Cap

Le look du tank est vraiment particulier, perso je ne sais pas bien si j’adore ou si je déteste, un peu des deux sans doute.

Les 6 vis à empreinte Torx situées sur le flanc du tank permettent de sertir une bague interne, qui elle-même permet de coincer le pyrex dans la cage, façon sandwich. On ne va pas aborder ici la manière de changer le pyrex car, il faut le dire, c’est un peu la galère leur truc. Donc tant que le tank n’est pas brisé, je conseille vivement de garder ses forces et de ne toucher à rien. Attention à deux choses si vous décidez quand même d’aller voir : d’une part, bien vous assurer que vous avez mis correctement les 3 joints toriques (il y en a un qui a la bougeotte et qui est donc particulièrement chiant à mettre en place) ; et d’autre part, ce n’est pas intuitif mais il y a une position unique pour replacer la bague interne. Si elle est mal positionnée, vous ne pourrez pas utiliser correctement le GT5 par la suite. Le cas échéant, la notice d’utilisation du GTV sera donc d’une aide précieuse. Voilà, ça c’est dit, un vapoto averti en vaut deux. Revenons-en donc à nos moutons.

Comme vous avez pu le voir, la partie haute du tank est équipée d’un orifice circulaire de 3mm (en bleu) ainsi que de 2 ergots (en vert) destinés à aller dans le système de baïonnette usiné dans le haut du top-cap/cheminée/chambre.

Cette pièce particulièrement lourde est d’un seul tenant, on observera au passage les énormes arrivées de liquide (en rouge) usinées dans la chambre, ainsi qu’une bille montée sur ressort (en violet), qui permettra au tank d’adopter 2 positions.

Vous avez donc capté le principe : en tournant le top-cap-cap/cheminée/chambre, on va pouvoir faire différentes choses par l’orifice circulaire de 3mm. L’ensemble du mécanisme est superbement usiné et fonctionne du tonnerre : c’est souple et ferme à la fois.

De l’autre côté du top-cap/cheminée/chambre, ça se présente comme ça.

Un symbole ‘cible’ (en orange), mais surtout 2 petites ouvertures entourées d’un joint torique. Celle en bleu, en forme d’entonnoir, constitue l’orifice de remplissage du tank. Tandis que celle en mauve est un canal d’appel d’air afin que la manœuvre de remplissage s’effectue en toute quiétude.
Sous un autre angle, on constate que le top-cap présente un 2è symbole (en jaune), un cercle plein.

Pour assembler l’attelage, il faudra obligatoirement positionner le top-cap comme ceci.

Ensuite on enfonce le top-cap dans le tank et on le tourne en sens horaire. Et là voilà, la partie haute de l’ato est opérationnelle. En tournant le top-cap, on aura donc 3 possibilités.

Position 1 : arrivées de liquide fermées, remplissage du tank
Position 2 : arrivées de liquide fermées
Position 3 : arrivées de liquide ouvertes, ato prêt à vaper

Y’a pas à dire, c’est du bel ouvrage et on voit bien que SmokerStore s’est cassé la nénette pour rendre son GT5 pratique à l’utilisation.
À présent, intéressons-nous à la partie basse de l’ato.

 

Deck et Airflow

À première vue, avec ses plots de montage ambidextres et ses air holes inclinés, le plateau du GT5 ressemble beaucoup à celui du GT4.

Ce qui frappe d’entrée de jeu lorsqu’on découvre le deck, c’est ceci.

2 rectangles de 6mm x 3mm ! Les arrivées de liquide sont monstrueuses, nous voilà prévenus : il ne va pas falloir se foirer sur le cotonnage. Mais on verra ça plus tard, pour le moment, on continue notre tour du propriétaire.
Lorsqu’on dévisse le pin positif et qu’on désolidarise le plot positif du plateau, on constate que ce dernier est isolé du reste du plateau par 2 petits bitoniots en plastoc, qui viennent s’encastrer dans des emplacements dédiés (en vert) au fond du plateau.

C’est la même chose que sur le Taifun GX que nous avait présenté le Nes’ à l’époque, ça change donc du GT4 et de la traditionnelle plaquette de peek. Perso je trouve ça assez nase, j’ai failli perdre un des bitoniots lors du premier démontage. Donc méfi !

La suite du plateau, c’est la bague d’airflow. Pour la désolidariser du plateau, c’est subtil ! Il faudra d’abord la tourner à fond en sens anti-horaire jusqu’à arriver en butée, puis repartir très légèrement en sens horaire. Ça va permettre de faire coïncider la butée du plateau avec la fente de la bague.

La manœuvre se fait très bien avec un peu de pratique mais au début, on s’arrache un peu les cheveux, le temps de comprendre comment fonctionne le schmilblick. Quand on parvient enfin à ses fins, on découvre une bague avec 2 billes montées sur ressort, ainsi que 2 séries de 5 trous usinées dans le deck.

Bague d’airflow crantée, donc, qui corrige à mon sens le défaut du GT4, où la bague tournait dans le vide à l’infini. Dans la pratique, c’est un régal, ça marche super et on a l’assurance que notre réglage d’airflow reste toujours bien en place.

Sous un autre angle, le deck présente 2 grosses ouvertures.

C’est par là qu’on va insérer des ‘airdisks’.

3 canaux de 1.2mm de diamètre, les mêmes que sur le Taifun GX. On y va donc par le bas et, attention, il y a apparemment un sens pour les insérer.

Je dis ‘apparemment’ car vous pourrez tout à fait les installer dans n’importe quel sens, mais la notice utilisateur indique que lorsqu’ils sont montés comme ça, les airdisks sont dans le mauvais sens.

Pour être bien, il aurait fallu que le trait jaune soit aligné sur le trait rouge.
VOILÀ, on en a enfin (!!)  terminé avec la présentation du GT5.  :yahoo: Je ne sais pas c’que vous en pensez mais moi j’trouve qu’avec ses positions uniques et ses sens d’insertion, SmokerStore s’est quand même bien pris le chou ! Allez, assez perdu de temps, on enchaine sur le montage de l’ato.

 

Mise en œuvre du GT5

Pratiquant assez régulièrement le GT4S, je pensais être en terrain connu. C’était sans compter sur l’espièglerie de SmokerStore ! En effet, les plots de montage sont les mêmes que ceux du GX, avec une embase légèrement arrondie.

Sur le papier, c’était une excellente idée afin que les pattes du coil restent bien en place lors du serrage des vis. Le truc, c’est que la largeur autorisée n’est alors plus que de 5mm et ça perso, je trouve que ça pose problème. En installant notre coil comme d’habitude, c’est-à-dire avec les pattes en bas et le corps de la résistance vers le ciel, un banal 5 spires de Fused Clapton ne passe pas ! On peut y arriver en insistant un peu et en forçant, mais alors paye ta galère pour rôder le coil ensuite, avec des points chauds au niveau des pattes du coil. Des points chauds qui, compte tenu de l’architecture ‘fermée’ des plots de montage, seront compliqués à aller gratouiller.
Une solution serait donc de faire un coil de 4 spires seulement, là on voit bien que tout se met en place naturellement.

Ouais, sauf qu’avec seulement 4 spires, notre coil ne couvre pas la totalité du flux d’air des airdisks et que sans surprise, le rendu de l’atomiseur s’en trouve fortement affecté. C’est du vécu, j’ai testé.  ;-)
Si comme moi, vous tenez à optimiser le rendu du GT5, je vous conseille de faire un coil de 5 spires, comme ici.

Je sais, on pourrait croire qu’il y a 6 spires, mais il n’en est rien : c’est juste que j’ai placé le corps de la bobine du côté du plateau et les pattes vers le ciel. Comme ceci.

Niveau hauteur du coil, on ne se prend pas la tête, on pose simplement notre gabarit sur le haut des arrivées de liquide du plateau, l’idée étant d’avoir ceci en fin de manœuvre.

Là, nos 5 spires de Fused Clapton 2*26/36 couvrent entièrement les arrivées d’air, les éventuels points chauds sont désormais facilement accessibles et on voit que les airdisks se présentent comme des canons à air prêts à bombarder le coil dans des conditions optimales.  :good:

Place désormais au cotonnage et là encore, il ne va pas falloir faire n’importe quoi ! Comme on l’a vu précédemment, les arrivées de liquide usinées dans la chambre d’atomisation étant monstrueuses, il va falloir mettre une bonne quantité de coton pour éviter tout risque de fuite.

On coupe donc les mèches assez longues, environ 5mm de plus que la largeur du plateau.
Mais attention !! Hors de question de tasser tout ça à l’arrache ensuite : les arrivées de liquide ont beau être conséquentes, les niches à coton sont quant à elles profondes et relativement étroites. Du coup, il est facile de se retrouver avec un coton trop tassé et là, le dry-hit ne sera pas loin ! Donc on aère bien ses mèches en enlevant un peu de matière, et on y va méticuleusement pour le garnissage.

Le cotonnage du GT5 n’est pas compliqué en soit mais je vous préviens, il faudra impérativement trouver la bonne quantité de coton et avoir un peu de doigté. J’insiste, l’épaisseur de votre mèche d’une part, et l’aération de cette dernière d’autre part feront toute la différence entre un ato moisi et une petite merveille.  :yes:
En fin de montage, vous devrez vous retrouver avec ça.

Des arrivées de liquide entièrement remplies de coton ET une fibre parfaitement aérée.
Bien… La suite !

 

Remplissage du GT5

J’aurais bien aimé me passer d’un paragraphe supplémentaire, mais impossible de ne pas dire 2 mots sur le remplissage du GT5 ! On l’a vu, ça se fait par le haut en tournant le top-cap, jusque-là pas de souci. Sauf que….
D’une, on ne pourra utiliser que des flacons à embout fin type Chubby Gorilla. Et encore… Sur l’exemplaire du GT5 que j’ai testé, il m’a été complètement impossible de remplir le tank par le haut dans un premier temps, flacon chubby ou pas. En effet, le contrôle qualité chinois n’étant pas celui des allemands, je n’ai pas vu tout de suite que l’orifice de remplissage était bouché par un probable bout de limaille d’usinage, ce qui fait qu’à chaque petite pression sur mon flacon de jus, le jus coulait systématiquement  le long du tank sans que ce dernier ne daigne se remplir du moindre millilitre de juice ! Si bien que j’étais obligé de le remplir par le bas, à la seringue. Super relou, quoi…

Le problème aura finalement été résolu en injectant avec force 2 ou 3 seringues d’eau dans les 2 orifices (remplissage puis appel d’air). Bon là, faut être correct, ce n’est pas de la faute de SmokerStore.

En revanche, le choix de cet orifice de remplissage minuscule, en forme d’entonnoir, on en parle ? Ben on va faire court : franchement, c’est assez foireux !! Non seulement il faut y aller (très) lentement et avec d’infimes précautions – ce qui fait qu’on met bien 10 à 20 secondes pour remplir le tank, mais en plus, même en procédant de la sorte, on n’a aucune garantie qu’on arrivera à remplir le tank entièrement sans finir par en foutre partout ! En effet, l’espace prévu pour l’appel d’air est vraiment minuscule.

Ce qui fait que 9 fois sur 10, en fin de remplissage et alors que le tank n’est pas complètement rempli, du liquide vient obturer l’appel d’air et ça finit immanquablement par dégouliner le long du tank. Sans doute que sur l’original à 200 boules, les choses se passent différemment, mais sur notre bon Clooney, c’est sopalin obligatoire pour remplir. Voilà, c’est dit. Clooney ou pas, je le dis sans détour : pour le prochain GT6, SVP SmokerStore, revoyez votre copie !! C’est pas grand-chose à corriger – un orifice de remplissage un peu plus large et c’est bouclé – mais en l’état actuel des choses, ça fait pas sérieux votre truc là.
Une dernière chose sur le remplissage afin d’être complet : j’ai pu lire ou entendre ici et là que le remplissage par le haut du GT5 donnait lieu à des petites fuites par les airflows à l’amorçage… Je peux garantir sur facture que sur notre bon vieux Clooney, je n’ai jamais eu le moindre souci de ce genre : le GT5 est étanche comme un scaphandre.  :yes:

Bien… il ne nous reste plus qu’à aligner l’orifice de remplissage et le petit poinçon gravé sur le deck pour solidariser notre tank au plateau…

… et nous voilà prêts à causer vape !!! (c’est pas trop tôt…  :whistle: )

La Vape du GT5

Avec ses 2 airdisks de 3x 1.2mm ainsi qu’un drip-tip 510 de 8mm de diamètre, on avait déjà quelques indices quant au degré d’ouverture du tirage. Dans la pratique, ça se confirme : le GT5 procure une vape moyennement aérienne, en full open on est sur un DL qui creuse les joues. Autrement dit, on est typiquement sur ce que j’appelle du RDL. D’ailleurs, l’ato n’est pas fait pour de la grosse vape aérienne et rend son meilleur sur une plage de puissance très raisonnable, située entre 35 et 45 watts. Au-delà, le GT5 aura du mal à assurer une bonne irrigation des mèches de coton et le fera savoir très clairement en étant à la limite du dry-hit.

En clair, le GT5 est un ato civilisé qui s’adresse à celles et ceux qui savent vaper calme. Après avoir quand même un peu galéré pour mettre correctement en œuvre le bouzin, je me suis félicité d’avoir persisté car lorsqu’il est correctement préparé, le GT5 offre une vape raffinée de haut vol ! La vapeur produite est abondante pour un single coil, mais elle est surtout très fine au niveau de sa texture, ce qui permet une grande précision dans le rendu des saveurs. Comme à l’accoutumée avec Taifun, la chambre d’atomisation en dôme procure une vape ronde et homogène, mais ce qui caractérise encore le mieux l’identité vapistique du GT5, c’est l’équilibre parfait qu’il procure dans la restitution des différents arômes d’un jus complexe. Un Madeleine-Abricot de chez La Bonne Vape, ou un Corne de Gazelle de chez Bon Voyage sont 2 authentiques tueries gourmandes dans ce GT5 !
Avec un 5 spires de Flapton Ni80 22/38 de chez Flatwire, tourné sur axe de 30 et stabilisé à 0.22 ohm, le GT5 procure un rendu haut de gamme : c’est à la fois dense mais léger, puissant mais délicat, et ça sature juste ce qu’il faut en fin de tirage pour apporter cette petite note de pep’s presque acidulée, qui fait basculer l’ato dans la catégorie supérieure. Car l’histoire du GT5, c’est un peu la même chose qu’avec un resto gastronomique : le plaisir n’est pas dans la quantité mais dans la subtilité et la finesse de la qualité.

 

Au final…

Le Taifun GT5 est un ato qui ne laisse pas indifférent ! Du point de vue de la conception, il y a des choses à redire et j’ai tendance à penser que SmokerStore s’est un peu perdu en chemin dans son délire de concevoir un ato sans aucun pas de vis. Les idées sont bonnes et le moddeur allemand fait ici étalage de sa science incontestable de l’ingénierie, avec un usinage global de très haut niveau. Seulement voilà… Ça ne suffit pas et à vouloir trop en faire, SmokerStore en a, à mon sens, oublié l’essentiel : dans la vraie vie, le GT5 ne s’avère pas aussi user friendly qu’il le voudrait, la faute à un système de remplissage à la mords-moi-le-nœud (sensiblement la même merde que sur le cousin Corona de Steampipes) et à quelques bizarreries d’utilisation (par exemple, tank plein, on ne peut accéder au deck que lorsque l’ato est en position de vape, autrement dit quand les ouvertures de liquide sont… ouvertes !). Globalement de bonnes idées, oui. Mais il reste manifestement du boulot pour atteindre l’ato parfait. Trop d’approximations et trop de chichis diront certains, et ils n’auront pas tout à fait tort s’ils décident d’envoyer leur GT5 à la benne, tant ce dernier peut se montrer énervant…

En réalité, c’est juste que le GT5 est un ato complexe et complètement déroutant, qui demande une phase d’apprentissage. Car une fois apprivoisé complètement, l’ato délivre une vape classieuse absolument sublime de subtilité et de raffinement, comme aucune chinoiserie n’est capable de le faire… SmokerStore est un moddeur de légende et quand on vape sur le GT5, on comprend vraiment pourquoi. Bien entendu, à 200 balles l’original, honnêtement, il faut être groupie. Mais avec la réplique à 30 balles de chez Vapo-R, le plaisir sera exactement le même !  :yes:

Allez sur ce, Bonne Année 2023 à toutes et à tous, bonne Vape en Taifun GT5, et Longue vie au Navire !! :yes:

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

21 Comments

Laisser un commentaire
  1. Un usinage parfait avec de la limaille dans le trou de remplissage? :wacko:
    Heureusement tu te rattrapes avec du Fila Brazillia. :heart:
    Et je vois que tu as dégoté un tube meca The dreamer?
    Merci pour le billet et bonne année à toi aussi :good:

    • Ouais mon Ez’, l’usinage de l’exemplaire testé est irréprochable. :yes:

      J’ai dit « probable » bout de limaille parce que c’est ce qui me paraissait le plus logique, mais quand j’ai injecté mes seringues de flotte pour déboucher le conduit, c’était au-dessus du lavabo et je n’ai donc pas vu ce qui bouchait l’orifice. Ça aurait pu aussi être n’importe quoi d’autre, mais l’important n’est pas vraiment là : le souci n’a été que temporaire et c’était juste pour relater fidèlement mon expérience avec ce GT5.

      Quoi qu’il en soit, même débarrassé de ce léger accrochage, l’ato reste compliqué à remplir proprement, ce qui constitue à mes yeux son plus gros défaut. Ceci dit, rien n’est vraiment rhédibitoire, en faisant un peu gaffe, on peut le remplir tout-à-fait proprement par le bas, même sans seringue (mais dans ce cas, on ne pourra pas avoir la contenance max de 6ml, il faudra s’arrêter avant).
      Après avec un peu de pratique, le remplissage par le haut se fait bien aussi, en procédant de la sorte :
      1. j’essuie systématiquement l’embout de ma fiole afin qu’il soit parfaitement sec et qu’il n’y ait pas une goutte de jus qui vienne tout de suite boucher l’appel d’air.
      2. je plaque l’embout de la fiole bien à fond dans l’entonnoir de remplissage avant de remplir, pour laisser le maximum d’espace libre à l’appel d’air.

      Ça fonctionne comme ça (même si, je le répète, je n’arrive pas à remplir non plus les 6ml avec cette technique) mais je ne retire pas ce que j’ai dit dans l’article : ce qu’a prévu SmokerStore pour le remplissage de son GT5 est foireux, pas du fait de l’entonnoir en lui-même, mais de la taille de ce dernier. La même chose avec un fond d’entonnoir un peu plus large et on aurait été parfait. :yes:

      • Et du coup alors avec ses énormes arrivés de liquide, il consomme le bougre?
        Tu as écouté au fait Tam Impala?

      • Comme l’ato n’est pas fait pour encaisser des puissances de porkasse, niveau conso c’est très correct.
        Les 6ml (quand on arrive à les avoir) descendent vite, mais c’est parce que le rendu est tellement bon qu’on est vite embarqué en mode chain vaping. Pas parce que l’ato consomme démesurément.

        Quant à Tam Impala, t’avais bien fait de me prévenir : j’ai rarement entendu une daube pareil !! :cry:

      • J’ai pris 2 morceaux au pif sur YT, je ne suis même pas allé au bout d’un seul des 2. Dans le genre niaiserie sans âme, là pour le coup t’as tapé dans le mille. :whistle:
        Mais sans doute que je n’ai pas écouté les bons morceaux (pourtant marqués avec des millions de vue). Aussi, si tu veux bien m’indiquer tes titres préférés, je suis preneur. :yes:

      • Bon mon Ez’,
        j’ai fait l’effort, mais j’y arrive vraiment pas avec Tam Impala (où sont les vrais instruments ? tu sais ces trucs qui servent à faire de la musique… :whistle: )
        L’égoût et les couleurs comme tu dis.

    • Le Dreamer, c’est la v1.5.
      Pécho sur feu FT pour une trentaine de balles. Je voulais en faire la revue, mais maintenant on ne le trouve quasiment plus nulle part… Dommage car c’est vraiment un très chouette tube. Switch en cuivre à contact constant, connexion hybride, 25mm au garrot. Du tout bon ! :yes:

    • Merci mon Cap’s,
      Techniquement parlant, c’est sûr qu’il faut aimer se prendre un peu la tête pour pouvoir apprécier le GT5. Sans parler du look qui est vraiment particulier… :whistle:
      Par contre à la vape, c’est juste superbe pour qui vape RDL aux alentours de 40 watts. :heart:
      Habituellement, ce n’est pas DU TOUT mon profil, mais le rendu est tellement bon que le GT5 s’est quand même fait une place dans ma rotation quotidienne : au réveil et chargé d’un bon gourmand type Mexican Fried ice cream, ça accompagne à merveille un bon café bien corsé. :heart:

  2. Mouais, bien que, j’sais pas, peut-être qu’avec, ou bien sans,… Non, j’sais vraiment pas quoi te dire mon Cland’s au sujet de ce GT5. Par contre, au sujet de ta revue, rien à redire. Au top, comme d’habitude :good:

    Quoi dire d’un ato qui m’à l’air d’avoir été élaboré par un jeune ingénieur qui ne connait rien à la pratique. Il applique le pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Encore un qui n’écoutait que d’une oreille lorsqu’il suivait ses cours.
    1° Nan mais, comment, à l’heure actuelle, peut on encore concevoir un système de remplissage aussi astreignant :wacko: ?
    2° En dehors du risque de perdre ces petites entretoises isolantes du post positif, le principe est plus dangereux qu’un bon insert en peek qui isole la totalité de la surface du post positif pouvant entrer en contact avec le restant du deck qui est négatif.
    3° La largeur des posts, faut-il vraiment en dire plus que ce que tu en as dit ? Ils en sont peut-être toujours aux câbles simples chez SmokerStore!
    4° …
    Et tout ça pour 200 boules :yes: Sorry mais je préfère me payer du bas de gamme chinois bien pensé.
    Innovation ne rime pas avec aliénant !!!

    Tu ne nous dis pas si avec ton montage tourné sur un axe de 30 pour 0,22 Ohm, celui qui procure un rendu haut de gamme, l’irrigation suivait en chaîne vapant ni quel ratio de PG/VG alimentait cette configuration, ni à quelles valeurs tu envoyais la sauce.

    • Yo mon Bruce,
      T’as à peu près bien résumé le truc avec la formule « pourquoi faire simple… ». C’est exactement l’impression que me fait ce GT5. Alors point par point :
      1. rien de plus à dire que ce que j’ai déjà dit plus haut. Ce système est clairement à modifier.

      2. plus dangereux, je ne pense pas. Sur le papier, oui, ça donne l’impression que ça pourrait l’être. Dans la pratique, l’usinage est tellement bien ajusté qu’une fois mis en place, le plot positif ne bouge pas d’un iota, d’autant plus que le pin positif vient sertir tout ça définitivement. Crois-moi bien qu’une fois le deck réassemblé, j’ai cherché par tous les moyens à faire bouger le plot positif. Ben je n’y suis pas arrivé. Maintenant, c’est complètement vrai que ce choix d’entretoises à la place de la traditionnelle plaquette de peek, c’est assez surprenant et on se demande encore ‘pourquoi’. Le concept étant issu du GX, sans doute qu’ils ont voulu donner une certaine continuité.. :unsure:

      3. on pourrait se dire ça ouais, mais même pas : leur notice d’utilisation est illustrée avec du câble complexe, et ils placent leur coil « comme d’habitude » avec le corps du coil vers le ciel. N’importe quoi !! Ça m’a bien fait sourire quand j’ai vu ce qu’ils préconisent pour le montage. :whistle:

      4. tu connais mon point de vue sur le prix demandé par les moddeurs pour leurs créations originales. 200, clairement NON ! Mais 30, grand OUI ! ;-)

      Ma config’ optimale sur ce GT5, c’est effectivement avec du Flapton 22/38 tourné sur axe 30, et cotonné avec du coton japonnais (du MUJI en l’occurrence). Je ne l’ai découvert qu’après avoir écrit la revue, mais la fibre particulièrement bien aérée du MUJI permet effectivement de chain vaper comme un goret des jus en 30/70 PG-VG sans souci. Comme dit dans l’article, je n’envoie pas plus de 45 watts. Au delà, coton japonais ou pas, le GT5 a effectivement du mal à assurer une bonne irrigation des mèches de coton.
      Tout ceci pour redire que le GT5 est fait pour vaper calme. :yes:

    • Pourquoi j’ai pensé à toi en lisant Cland « En clair, le GT5 est un ato civilisé qui s’adresse à celles et ceux qui savent vaper calme. « 🤣🤣🤣
      Blague à part, il est coutume de dire que la perfection c’est beaucoup de travail et tout ce travaille finira in finé par rendre le résultat d’une déconcertante simplicité quasi naturel car gommé des imperfections. Dis autrement le summum de la perfection est la simplicité. Et j’ai l’impression que c’est ce qui manque à cet ato. Non? :scratch:

      • En effet mon Ez, cette petite précision était partiellement destinée à certains énergumènes qui sévissent sur ce rafiot. :whistle: :whistle: :whistle: Histoire qu’il n’y ait aucun malentendu. :-)

        Pour le reste, le GT5 a, à mon humble avis, encore du boulot pour atteindre le stade ultime tel que tu le décris. Mais pas tant que ça non plus, finalement : tu inverses les positions du top-cap (en mettant la position ‘vape’ à gauche plutôt qu’à droite, et le remplissage à droite plutôt qu’à gauche), tu agrandis le fond de l’entonnoir de remplissage, tu revois l’embase des plots de montage… et là t’es vraiment très très bien. :yes: (De rien @SmokerStore, c’est cadeau… B-) ).

        Par rapport aux atos habituels, le GT5 est complexe à décrire et à réassembler, mais à l’utilisation, il s’avère finalement très simple (après une phase d’apprentissage). Juste ce putain de remplissage qui gâche un peu tout.

  3. Superbe revue, le DanyVape doit être actuellement le dernier endroit où l’on peut lire de la vape avec une telle qualité de rédaction et d’illustration… Chapeau, l’artiste ! :rose:

    J’avais pas mal apprécié les grosses saveurs et le gros volume de vapeur produits par le GT4 mais son remplissage vraiment foireux m’avait rapidement découragé, peut-être n’était-ce qu’un défaut d’ajustage de mon pauvre george…

    Le GX m’avait bien plu aussi dans le créneau des macérâts corsés genre le Cigare Italien de Kanti, je trouvais son système de remplissage et sa bague multifonction assez pratique mais il tirait trop serré pour s’imposer durablement.

    Voici donc le GT5 dont je ne sais pas non plus dire si je le trouve beau ou moche. Il ressemble à un hybride du GT4 et du GX, je crains à te lire qu’il ait à la fois perdu le flux d’air de l’un et la facilité d’utilisation de l’autre !

    Peut-être est-ce un effet george mais 200 boules font un peu reuch pour en avoir le cœur net. Du coup, je ne sais pas… J’aime bien Vapo-R, j’aime bien SmokerStore dont le GT fut mon premier reconstructible, peut-être vais-je me fendre d’une p’tite commande, je ne sais pas, faut voir, faut réfléchir… :unsure:

    Ou alors je ressors mon GT4 du tiroir ou j’essaie d’en pécho un original d’occase ou… Affaire à suivre… :scratch:

    • À l’époque, j’avais fait l’impasse sur le GX, donc impossible de comparer avec le GT5. En revanche, regarde ce que je viens de ressortir :
      https://www.zupimages.net/up/23/02/76ml.jpg

      Un GT4 !! que j’avais pécho il y a quelques mois sur vapo-r et dont l’usinage est absolument impeccable à tous les niveaux (notamment la bague de juice control, qui posait problème sur ton george si je me souviens bien). Je vais donc essayer de t’aiguiller au mieux dans ton dilemme.
      J’ai monté les 2 atos à l’identique, en fused clapton et cotonnés en MUJI. 0.25 ohm (la Titan v1.5 affiche toujours 0.01 ohm de moins).

    • Alors voilà, au niveau des airholes sous le coil, les 3×1.2 mm du GT5 sont visuellement plus petits que ceux du GT4. À la vape, ça se confirme : le GT5 est plus restrictif que le GT4.
      Comme le GT5 a, a priori, les mêmes airdisks que le GX, on peut penser que le GT5 et le GX ont un tirage similaire.
      Donc niveau tirage, on peut positionner les atos comme ceci : GT5 = GX < GT4

    • Niveau facilité d’utilisation, c’est rigolo que tu trouves le GX pratique et le GT4 moisi, moi c’est exactement l’inverse. Mais comme on parle de george, sans doute que l’usinage de nos exemplaires joue un grand rôle dans notre appréciation. :unsure:

      Connaissant un peu tes goûts, et si tu veux vraiment solliciter le Porky, tu devrais plutôt viser le GT4 de vapo-r (actuellement hors stock, mais il devrait en rentrer prochainement –> à surveiller) dont, je me répète, l’usinage est parfait.
      Sachant que niveau rendu pur et dur, le GT4 et le GT5 sont vraiment très très proches, pour ne pas dire identiques. :yes:

  4. hello mon cland au top ta revue un bon petit ato dommage pour le remplissage j’ai le gx et c’est galère pour le remplir donc je passe mon tour

    • Salut Mex’ !
      Je trouve vraiment très surprenant que pour le GT5, SmokerStore ait repris le même système de remplissage galère que pour le GX. Sans doute que les critiques utilisateur n’ont pas été si nombreuses que ça à ce sujet et que, du coup, ils ne se sont pas sentis obligés de le faire évoluer. On trouve tous les 2 que c’est galère, mais regarde, d’autres comme Nes’ ont trouvé le GX plutôt pratique. Comme quoi…
      Ceci dit, depuis que le Nes’ m’a, sans le vouloir, fait ressortir le GT4, je ne lâche plus ce dernier. Les saveurs sont identiques à celles du GT5 (donc excellentes), l’airflow y est un peu plus ouvert (ce qui me convient mieux), et le système de remplissage est infiniment plus pratique et plus propre ! :yes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Le Radar Bizarre du Navire

Les 5 meilleurs clearomiseurs de 2022