Sur la route des macérats…
18+ soutiens

Évoquer des goûts est toujours un exercice risqué, que ce soit en matière de vape ou d’autre chose. Il y aura en effet toujours quelqu’un pour apprécier ce que l’on déteste et inversement, c’est ainsi et c’est tant mieux. Le microcosme qui vape ajoute quant à lui le temps en paramètre supplémentaire puisque l’on peut couramment rejeter aujourd’hui ce que l’on goûtait hier les yeux mi-clos, en toute félicité. Rares sont en effet les saveurs qui durent, les “all-days” indéboulonnables, les liquides refuges que l’on a toujours plaisir à retrouver quand plus rien ne passe. Certains élixirs de vape à goût de tabac me semblent cependant mieux résister à l’usure, assez en tous cas pour mériter ces quelques lignes.

Vaper des goûts tabac

Me concernant, les saveurs tabac sont une vieille histoire commencée au premier jour de vape puisque les deux toutes premières fioles de liquides dont j’ai fait acquisition étaient des “goûts tabac”. L’histoire ne dit pas ce qu’il y avait réellement dans ces flacons, leur similitude avec les fragrances du modèle étant largement approximatives. On peut cependant aisément le comprendre, les arômes et parfums générés par les plantes sont en général redoutablement complexes et quasi impossibles à reproduire. Ainsi, j’imagine volontiers que le goût d’un tabac naturel se compose de plusieurs centaines de molécules aromatiques dont certaines, plus accessibles que d’autres, peuvent être obtenues en laboratoire et utilisées pour donner à un liquide un air de famille simplifié. On retrouve ainsi la tabanone, constituant reconnu des saveurs du tabac, dans plusieurs arômes artificiels dont le fameux M-type Premium et par suite, dans des liquides bien connus tels le Bread Of Heaven, ce type de bricolage se retrouvant sans doute avec d’autres substances plus ou moins réalistes menant de la même façon aux vanilles de pâtisserie, aux pommes et bananes dites “bonbons” ou encore aux “fraises Haribo”.

Face aux carences des méthodes synthétiques, la voie royale pour obtenir un arôme fidèle reste assurément l’extraction du végétal convoité. Outre l’aspect financier, le problème posé ici consiste à mettre au point un processus respectueux du parfum ou de la saveur attendus et ceci n’a rien d’évident. Si les anciens savaient déjà fort bien se dépatouiller de la lavande ou de la fleur d’oranger, je ne suis pas sûr que l’on sache aujourd’hui extraire ce que l’on veut des différentes espèces végétales jugées intéressantes, beaucoup d’entre-elles ne résistant guère à la chaleur ou aux solvants généralement mis en œuvre par ce type de manipulation. La bonne nouvelle dans ce paysage à géométrie variable est que différents procédés existent pour arracher les principes aromatiques des feuilles de tabac et que certains s’en sortent plutôt bien. Les produits de ces manipulations sont fréquemment appelés “macérats”, considérés comme le nec plus ultra des liquides au goût de tabac.

Choisir les macérats

“L’impression globale est de vaper… du terreau bien gras avec du cuir dedans.”

Ce témoignage de Jib découvrant un de ces macérats est révélateur d’une première expérience et amène immédiatement à se demander pourquoi des types passeraient des mois voire des années à se casser la nénette pour produire un goût de terreau bien gras avec du cuir dedans.

Pour en revenir à ma propre expérience et sans vouloir d’aucune façon l’ériger au rang d’exemple, j’ai naguère accroché à des liquides Halo typés tabac, les Tribeca, Prime 15, Torque 56, Freedom Juice, Turkish Tobacco dont les fragrances n’étaient guère plus glorieuses de prime abord, situées selon les mauvaises langues entre gomi et urine de chat. Il faut cependant croire que l’on s’y habitue, mû par une envie semblable à celle qui fait apprécier le vin, la bière ou le whisky après en avoir cordialement détesté le tout premier verre consommé. Les Halo et leurs saveurs bizarres m’ont rapidement lassé sans que je n’abandonne le goût tabac, parfois brut comme chez House Of Liquid, l’Absolu, Exaliquid ou Il Vaporificio, parfois agrémenté d’autre chose comme les classiques miel, vanille, banane, réglisse ou caramel. Le Grumpy’s Hooch, construit sur des arômes de cigare sans doute synthétiques mais plutôt réussis et vigoureusement musclés reste aujourd’hui encore mon liquide “all-year” de tous les temps, largement secondé par le Peregrin de Pascal, un mélange à base de DK Tobacco et de M-type Premium.

À la rencontre d’Azhad

Ce penchant historique pour les liquides à vaper aromatisés au tabac s’est affirmé lors de la rencontre avec les gammes Hyperion et Bacco & Tabacco de Azhad’s Elixirs, superbement présentés sur le Navire par notre Fil préféré ici, puis ici, ici et enfin . J’avais, jusqu’à leur découverte allègrement vidé mes flacons de liquide au tabac sur des séances de vape ponctuelles, de préférence après les repas ou lors de pause-cafés. Avec les élixirs d’Azhad, les macérats sont entrés dans une autre dimension, celle du “all-day”, celle du liquide vapé toute la journée. Après y avoir beaucoup réfléchi, il me semble que ce résultat provient directement du talent et du travail de l’assembleur de ces liquides qui a su résoudre la relative rudesse des macérats pur jus par des association gustatives complexes de haut niveau entre les différentes variantes de tabac utilisées et parfois d’autres ingrédients venus du monde “extérieur”, essentiellement celui des spiritueux. Azhad aurait, par sa compréhension profonde de la matière première, en quelque sorte dompté le goût du tabac.

La gamme Bacco & Tobacco de Azhad se veut séduisante, rassurante pour le vapoto n’osant s’aventurer dans le monde brut et complexe des tabacs grâce à la présence de saveurs plus familières. Ainsi, Amaretto allie la célèbre liqueur italienne aux amandes avec un Virginia canadien arrondi d’un soupçon de Cavendish, Scottish Mixture mélange Latakia, Yenidje et trois types de Viginia avec les saveurs tourbées du scotch Ardberg, Tennessee Jack confie son Jack Daniel’s à un Cavendish doublé d’un Virginia américain tandis que Señor Azhad oppose ses saveurs de rhum philippin à un mélange de Virginia américain épaulé d’un Cavendish de Virginia canadien. Que l’on se rassure, la connaissance des variétés de tabac sélectionnées par Azhad est ici accessoire, seul compte le résultat à savoir des mélanges doux, goûteux, parfaitement équilibrés où tabac et alcool se partagent les avant-postes en toute harmonie. J’ai pour ma part succombé pour la première fois sans réserve ni retenue aux macérats via cette gamme, notamment par Scottish Mixture et Amaretto.

La gamme Hyperion nous oriente un peu plus vers le pur liquide tabac, non sans nous proposer encore quelques alliances réussies avec d’autres familles gustatives. Ainsi, Marasco Supreme nous entraîne vers un délicieux Cavendish aromatisé de cerise noire, Carribean Supreme vers un Virginia dopé de Cavendish ananas et noix de coco, Van & Illa nous initie au mélange Cavendish de vanilles française et mexicaine, Senese nous surprend grâce à ses quatre Virginia et son Cavendish relevé au Chianti. Les quatre autres mélanges de la gamme nous recentrent sur le pur tabac. Esplendidos issu du cigare cubain Cohiba Esplendidos, Virginia Supreme et ses sept types de Virginia différents, Balkan et ses arômes caractéristiques de Latakia syrien et de Virginia balkan, 10.000 et son Latakia épaulé de tabacs turcs nous prodiguent une leçon de dégustation inoubliable. J’ai pour ma part grandement apprécié tous ces liquides mais Balkan, 10.000 et Marasco Supreme sont aujourd’hui seuls en tête avec le score rare me concernant de trois réassorts chacun.

Un nouveau chemin de vape ?

Pour apprécier ces liquides issus de tabac véritable, il faut vraisemblablement avoir auparavant aimé le goût et surtout l’odeur du tabac, ce qui est mon cas. Je ne parle évidemment pas des effluves écœurantes d’un cendrier froid mais plutôt des senteurs s’échappant d’une boîte de cigares fraîchement ouverte ou des chouettes volutes bleutées produites par la combustion de la plante. À cette condition, une gamme telle que Bacco & Tabacco pourra éventuellement guider l’amateur de vape lassé de variations besogneuses autour des sempiternelles saveurs fruitées, vanillées ou céréalières vers un nouveau chemin de vape ponctué de découvertes certes parfois un peu déroutantes mais stables dans le temps, beaucoup moins sujettes à la lassitude que les autres familles gustatives souvent trop sucrées, trop chargées, trop artificielles ou juste trop comme d’hab’. Il conviendra à mon avis d’aborder les mélanges édulcorés de fruits ou de spiritueux avec parcimonie, ces mixtures convenant mieux à une démarche d’introduction aux saveurs du tabac macéré qu’à une consommation régulière. Le plaisir s’installera vraisemblablement avec les liquides les plus exclusifs de la gamme Hyperion qui donneront peut-être même envie d’aller jeter un œil botanique sur les différentes variétés de la plante de base, le tabac. Rien n’empêchera alors le vapoto conquis par la macération de poursuivre sa route en se rapprochant encore de la plante et de ses saveurs originelles, portées par exemple par la talentueuse et quintessentielle gamme de liquide italo-américaine Black Note

Et pour finir…

Il me reste pour finir à remercier encore une fois Sandrine Serra, responsable marketing de l’importateur Smooke-France pour nous avoir gracieusement fourni les liquides ici découverts et pour avoir fait bien plus encore en nous laissant pleine liberté d’écrire sans contrainte, ne prenant connaissance des articles que lors de leur parution sur DanyVape.

Bonne vape de tabac macéré à toutes et tous ! :bye:

 

Merci pour cet articleavataravataravataravatar

Nesquick

Fonction sur le navire : Gabier promu Lieutenant de vaisseau - Nesquick, dans la vape depuis 2013, intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

Cet article a 46 commentaires

  1. Alléluia..!!!🙏🙏 EXCELLENTE PRÉSENTATION des Macérâts :good: Nes, tu tournes autour du pot de confiture, bien trop édulcoré ;-) , avec un vrai sens pédagogique qui est ta marque, pour mieux t’en ELOIGNER……En effet, tu évoques, le 1er Verre de Vin ou de Bière pas forcément apprécié mais vers lequel, on revient.. :unsure: OUI il y’a de ça, le 1er SOBRANIE ou un Fort LATAKIA pourrait fortement déboussoler 1 adepte de CUSTARD :scratch:
    C’est donc très personnel, et dépend de nos vécus Tabagiques je pense, ce Terreau ou Foin pour certains ne peut s’obtenir par des molécules synthétiques ( comme tu le soulignes justement ..) , les procédés d’extractions plus complexes, « la patte » d’un MAESTRO comme AZHADS fait le reste.. :yahoo:
    ET finalement ce côté NATUREL , en font des VERITABLES ALL DAY, nos papilles ne sont pas en saturation permanente, certains Pirates ici présents pourront en témoigner :yes:

    BALKAN-10000-MARASCO SUPRÊME , Nes fait définitivement parti des nôtres… :yahoo: AZHADS produit les variations les plus subtiles du milieu des Macérats, c’est indiscutable. J’ai parcouru et commandé sur bon nbre de sites Italiens, avec de très belles découvertes ( plutôt Corsé d’ailleurs .. :whistle: SOBRANIE à côté c’était du Light…) Qd je retombe sur la Gamme HYPERION, on monte en classe affaire, y’a pas dire..!.!

    MERCI encore pour cet article Référence qui permettra de faire découvrir cette sous culture, il faut être un peu persévérant mais après… B-) B-)

    5+
    1. Merci pour ton com, TheFlow… Je continue à me dire qu’il est bien dommage que tu n’aies le loisir de nous gratter un p’tit article de temps en temps sur DV, ton expérience en matière de matos et de liquides ne cesse de grandir.
      On s’emballe vite dans le microcosme qui vape, on aime un jour, on déteste le lendemain mais les macérats ont l’air de s’inscrire dans une logique inverse, plus durable où on détesterait d’abord pour apprécier fortement par la suite.
      Il y a tellement de nuances dans le cuir et le terreau… ;-)

      4+
  2. Très belle synthèse, Nes !

    1+
    1. Synthèse ne veut pas dire conclusion…
      On t’attend ainsi que tous les vapotos séduits par ce type de liquide pour continuer sur les voies du tabac macéré !
      Le jour où le Cap’s en vapera, on pourra arrêter. :scratch:

      3+
      1. Je suis super-chargé de boulot, c’est pour ça que je peux moins être là en ce moment… mais il y a du macérat dans l’air à venir pour soutenir ton très bel article… as soon as possible ! :yes:
        Les steeps touchent à leur fin… :whistle:

        0
  3. Oui! J’ai voyagé là, ça me parle tout ça! Sublimissime texte!
    Macérats toute la journée et même la nuit me concernant.
    Par contre tu me fais rêver avec le titre et tu n’ajoute pas ma chanson préférée de tous les temps à la fin!!! :cry:

    1+
      1. Hey, je veux bien ajouter ta chanson préférée mais laquelle est-ce ? Vite fait comme ça, je vois Aristide Bruant, Eddy Mitchell, Gérald de Palmas, Black M, Raphaël, Bernard Lavilliers, Canned Heat, Willie Nelson…
        :cry:

        2+
      2. Eddy!!!

        1+
      3. Y’a qu’à d’mander !
        :yes:

        1+
      4. Quelle merveille! Merci!!! :rose:

        1+
      5. à l’inverse de la chanson d’Eddy, il y a celle de Michel Corringe ( c’est pas jeune ! ):

        1+
      6. Merci pour la découverte Zaza! Mon fiston a fait une belle choré!

        1+
      7. Ouuah ! Corringe… j’y crois pas !
        Un poil daté, à mon humble avis, mais puissant !

        1+
  4. Est-ce qu’un matelot sur le navire s’est déjà essayé à la fabrication de macérat??? J’avait tenté l’expérience avec un très bon cigare cultivé bio. Au début j’avait trouvé ça super mais j’ai vite changé d’avis et n’en ai plus vapé. Je vais farfouiller dans ma cave pour voir si je l’ai gardé ou jeté et du coup si je l’ai toujours, retenter de le gouter (quasiment 2 ans après… Ça c’est du step!)

    2+
    1. J’ai tenté avec un cigare cubain. Je réfléchis encore à en faire une petite présentation. Je le trouve très bon mais je ne sais pas si c’est bon pour la santé… C’est bien goûtu en tous cas!

      1+
    2. Niveau nicotine, c’est comment ?
      Parce que c’est une question que je me pose depuis longtemps… Si la nicotine du cigare passe dans le solvant, je vois mal comment les assembleurs pro pourraient proposer des macérats en 0 mg/ml. D’ailleurs c’est quoi le solvant ? Du PG, de la VG, un mélange PG/VG ? De l’eau ?
      Ah, il faudrait un article sur le sujet… :mail:

      3+
      1. C’est la question! Je ne sais pas pour la nico. J’ai juste fait trempé pendant 3 mois un morceau de cigare préalablement haché dans mon mélange 50/50 à 3 mg et j’ai filtré la mixture. Je le sens un peu plus costaud que d’habitude (effet psychologique?). Mais ce que je sens surtout, c’est le vrai goût du cigare, de la cendre et de la fumée. Même sensation en bouche si on le fume comme un vrai cigare. C’est délicieux mais est-ce que c’est safe? C’est plutôt ça la question que je me pose… Et je n’en sais rien! Aussi, il faut que je trouve un fumeur pour lui gratter un peu de tabac à rouler pour voir la différence si il y en a une ou si tout est dans ma tête, parce que mon palais est quand même un peu nase.

        0
      2. À l’époque des Il Vaporificio, j’avais un peu fouiné sur des sites spécialisés qui vendaient du tabac en vrac… Kentucky, Virginia, Latakia, Burley… On trouve de tout ! Juste c’est un peu dangereux de faire entrer ce genre de truc chez un ex-fumeur alors je m’étais abstenu.
        Franchement, même si on peut obtenir de bons résultats avec un macérat maison, je ne crois pas qu’on puisse rivaliser avec un Azhad’s ou un Black Note…

        1+
      3. Complètement d’accord! Celui que j’ai bricolé est bon, mais il est à 10000 lieux de mon Notturno Inglese favori et exclusif (depuis que j’ai descendu mes Sobranie, 1000, Turkish et tous les La Tabatière). Qu’est-ce qu’il est bon dans le Wasp Nano RTA que j’ai acheté rien que pour lui et en Acier en plus!

        0
  5. Nes, bravo et merci pour cet article. C’est toujours un plaisir de te lire !
    Tes propos sont superbement rédigés.

    C’est clair que nos ( mes ) les gouts en vape évoluent au fil du temps, même si notre plaisir à vaper certains jus peut perdurer pour certains, ou être plus brefs et aussi parfois laisser un gout de revenez-y, même s’ils nous ont plu, ne serait-ce que de courts instants.

    Mais à mon sens, il est vrai que c’est la vape de macérats qui retranscrit le plus fidèlement le tabac que nous fumions jadis.
    Depuis 5 ans, j’ai testé depuis 5 ans beaucoup de liquides et concentrés tabac, et peu valent le détour !

    Par rapport aux macérats tabac, j’ai une réserve par rapport aux liquides contenant trop de latakia, qui est un tabac au gout très fort et fumé et qui me laisse comme un ressenti de cendrier tiède à froid. Je sais qu’au contraire, certains pirates de DV les apprécient !

    Ces temps ci, je vape est surtout Will’O The Whisp et Turkish Extradry d’Azhad, jus qui sont relativement comparables l’un à l’autre, au gout assez doux mais bien affirmé ( le 1er étant légèrement plus sec que le 2nd ).

    J’ai mis en steep quelques La Tabaccheria…

    Si certains veulent se laisser tenter, les concentrés Azhad’s Elixirs sont en promo jusqu’au 18/04 ( 6,20 € sans fdp en Mondial Relay ) dans un shop français bien achalandé, souvent cité ici :scratch: :yes:

    1+
    1. J’ai reçu mes Notturno hier! :cry: J’ai vu la newsletter… :wacko:
      Je vais peut-être en profiter pour enfin goûter le Azhad’s à l’orange et celui à la cerise.
      Lesquels de La Tabaccheria as-tu pris? Faut que je goutte aussi ça!

      0
      1. Très bon jus, mais il est trop costaud pour moi le Notturno Inglese.

        La Tabaccheria : j’ai pris Maryland, Mata Fina, Bezuki et Piloto Cubano.

        1+
      2. Très prometteur tout ça! Je prendrai leur latakia pur pour commencer et les Hell’s Mixtures me tentent énormément. Le Turkish est très sympa mais trop léger pour moi. Notturno au réveil!
        On attend tes retours!

        0
      3. Hé Kanti , si tu aimes le Costaud, foncent sur les Hell’s Mixtures, C du LOURD..!! BE READY B-)

        1+
      4. Je vais y aller. Ils sont sur ma liste depuis que tu en as évoqué un dans un commentaire! Je suis prêt!

        0
    2. Merci pour ton com, d’autant que je prends les avant-postes sans ton expérience (ni celle de Kanti, celle de Fil ou celle de TheFlow) en matière de macérats ou de goûts tabac.
      Personnellement, je crois que j’irais plutôt vers les Virginia et les Latakia qui déboîtent mais le Turkish me plaît bien aussi.
      Je me souviens d’un ancien com, peut-être de Bukaner ou de MadZMax qui disait qu’au début, on vapait du tabac pour se sevrer, qu’ensuite on se dispersait sur les fruités, les gourmands, etc et qu’ensuite on revenait aux fondamentaux, à la plante, au tabac.
      Je me demande s’il n’y a pas beaucoup de vrai là-dedans…

      3+
      1. Pour ma part, c’est tout à fait ça ; le retour aux fondamentaux.
        Les jus gourmands me lassent très vite, idem pour les fruités.
        Pourtant au début de ma vape, j’ai testé bcp de jus en tous genres. Restée scotchée longtemps sur l’Exciting New York d’e-senses.
        Mis à part les jus tabac qui représentent 95 % de ma vape, il n’y a que mon DIY d’absinthe que j’ai vaporisé par hectolitres :wacko:

        1+
      2. Pas mieux! C’est exactement ça. Petite période de goût tabac (très mauvais à l’époque), puis longue période de fruités et gourmands et exclusivement tabac ensuite quand j’étais enfin prêt. Presque 100% macérats depuis décembre… Ça coûte cher en coil mais c’est une autre vape.

        1+
  6. Kanti, le Notturno au réveil, j’ai déjà testé et je me suis alors dit que je pourrais me passer de café !
    Il aide à remettre les neurones en fonction le matin :yahoo:

    2+
      1. Là tt de suite, je vape 1/3 de Notturno mélangé à 2/3 de Will’O the Whisp : c’est top-EXCELLENT !

        2+
      2. Petit plaisir du dimanche soir! J’avais mélangé un peu de Notturno au Turkish pour rendre ce dernier un poil plus fort. C’était sympa! Sinon, ils sont tellement bons ces jus que je ne les mélange pas normalement. Ils se suffisent à eux-même. Ce n’est pas comme les La Tabatière que j’ai mélangés dans tous les sens pour vaper des trucs vraiment sympatoches aussi.

        3+
    1. Bonne idée Zaza!
      Quelqu’un a déjà testé un jeune sec d’une semaine avec ; un liquide café au pti dej, un macérat à midi, un gourmand à 4h et un fruité le soir?
      Je suis sur que ça serait moins dur que sans rien… :scratch:

      1+
      1. J’essaierai peut-être une journée. Mais une semaine??? Quoique j’en aurais bien besoin… :scratch:

        2+
      2. C’est la cure ” détox” de printemps du Capitaine ?
        Avec du jus de bouleau la semaine + …un rhum le dimanche ? :-)

        2+
  7. Ah oui, il y a aussi cette chanson ! :yahoo:

    1+
    1. Mais oui ! Il faut que je revisite la carrière de Gérard Manset…
      Merci, Zaza ! :rose:

      1+
  8. Hey si y’en a qui ont le moral en ce lundi matin, ça devrait se calmer assez vite grâce à Gérard :

    2+
    1. Merci mais non merci! J’écouterai ça plus tard mais pas un lundi où je suis absolument tout seul à mon boulot de m…
      Au moins je vape à fond les ballons!

      1+
    2. M. Manset connaît très bien ses classiques… avec l’élégance de ne pas faire un détournement simpliste d’Aragon-Ferré.
      Très belle chanson, donc. Merci !
      Je retourne pleurer… :yahoo: :yahoo:

      0
      1. Aragon se questionnait sur la manière dont les hommes vivent avec une nostalgie en demi-teinte. Manset lui y va carrément avec la peinture grise…
        Cette chanson est extraite de l’album “Prisonnier de l’Inutile”, ça ne s’invente pas. :cry:

        0
    3. Mais c’est trop beau !
      Certes, ce n’est pas un slow sur lequel on peut danser langoureusement.
      Mais il faut transcender le côté sombre de Gérard Manset.

      0
      1. Manset, on aime ou on aime pas… Je dois avouer être assez fan, depuis l’époque fort lointaine où j’ai découvert “Royaume de Siam” et les albums suivant.
        La boulette, c’est que le Gérard n’a pas voulu la réédition de ses œuvres en CD à l’identique des vinyles. Des remasters sont sorti mais regroupant différents titres issus de différents albums. Impossible aujourd’hui de trouver l’intégrale débarrassée de ses craquements et du grésillement genre feu de camp perturbant le dernier morceau de chacune des faces du 33 tours !

        0
  9. Fil, “La route” de Michel Corringe, je l’ai d’abord connue de par un ami, qui avait bcp bourlingué, qui la chantait en s’accompagnant à la guitare sèche. Et ça donnait ! En version plus vivante et plus pathétique !
    J’ai toujours la première version en tête mais ne pouvais vous livrer que celle de son auteur. :unsure:

    Dany, Capitaine, Webmaster, les abonnements ne fonctionnent plus pour ma pomme.

    0
    1. J’ai écouté Michel Corringe sur ton lien Youtube, je ne connaissais absolument pas.
      Il a beaucoup d’expressivité dans le chant, je suis resté jusqu’à la fin du morceau !

      1+

Laisser un commentaire

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 
Fermer le menu