in

Sigelei Moonshot : du courage pour les braves !

Pas franchement emballé par les atomiseurs qui sortent ces derniers temps, hormis le Magma Reborn dont Nesquick a déjà parlé, qui se ressemblent tous, j’ai remarqué avec intérêt la sortie du premier atomiseur reconstructible de Sigelei : le Moonshot.

Pour être plus précis, le Moonshot est conçu par Suprimo et fabriqué par Sigelei. On doit par ailleurs à Suprimo deux box : la Spade et la Sigelei 213W, cette dernière déjà produite par Sigelei donc.

Après visionnage des premières reviews américaines sur l’atomiseur, malgré les reproches importants concernant la conception et la pénibilité du montage, je décidais malgré tout de le commander chez les chinois d’efun à prix dérisoire (30€). Grosse erreur : alors que le produit était marqué en stock lors de la commande, une semaine après je constatais qu’il n’avait pas été expédié et qu’il était désormais en précommande. Bref, après un petit message de demande de remboursement et un retour du site en pleurnirchage désolant, j’ai fini par craquer et le commander chez Arômes et Liquides, qui a le mérite de livrer vite et proposer des tarifs corrects.

Présentation

A la réception du Moonshot, on découvre une très chouette box métallique.

DSC_0203

Celle-ci contient, outre l’atomiseur, un tank, des joints et des vis en spare, ainsi que deux clefs Allen, ce qui peut surprendre sachant qu’il n’y a que les vis de plot à démonter et que les clefs sont rarement doublées dans le cas où on perdrait la première, mais nous verrons qu’il y a une explication à cela plus loin.

DSC_0208

Sigelei nous gratifie également d’un dépliant sur le code d’identification de son produit … Franchement, on s’en fout un peu … Surtout si l’on considére qu’à côté de ça, il n’y a aucune notice ou conseils d’utilisation alors que l’atomiseur mériterait bien quelques précisions de montage vu sa conception.

Esthétiquement, je trouve l’atomiseur plutôt réussi, il est très compact (idéal pour un setup mini) et sobre. La gravure Moonshot en lettres cursives est nette tout comme celle du designer Suprimo de l’autre côté.

DSC_0211

Les spécifications de l’atomiseur piochées sur le site de Sigelei sont les suivantes :

IMG_4761

Les 200W me paraissent un peu illusoires. ;)

Montage

En démontant l’atomiseur (à l’exception des joints et de l’isolant en Peek de la connexion), on constate que le nombre d’éléments n’est pas démentiel mais que la base de travail est plutôt singulière.

DSC_0206

En effet, si l’on regarde la chambre d’atomisation montée du Moonshot, on se rend vite compte que le cylindre contenant les arrivées de liquides empêche tout montage correct de résistances.

DSC_0215

Qu’à cela ne tienne, dévissons donc ce cylindre pour travailler …

Sauf que là, c’est le drame, le dévissage désolidarise l’ensemble Base + plateau, étant donné que la base n’est pas vissée au plateau !

DSC_0221

En remontant le cyclindre sur le plateau, on comprend mieux : ceux-ci ne font que s’emboîter, le filetage qui tient l’ensemble avec la base est extérieur. Par ailleurs, et ça sera important pour le montage après avoir mis les mèches, deux encoches restreignent l’assemblage cylindre + plateau : extérieurement les logos de la chambre doivent s’aligner sur les arrivées d’airflow situées sous le plateau.

DSC_0216

Arrivé là, on se dit que le montage risque d’être bien périlleux (et c’est pas fini) si on doit maintenir le plateau avec le pin positif avec les doigts sans pouvoir le fixer de manière stable dans un mod ou autre.

C’est là que la présence d’une deuxième clef Allen va trouver son utilité.

En effet, on remarque vite qu’une d’entre elle, même si elles ont l’air de même dimension, ne peut visser les vis pour maintenir les résistances : ça nage.

DSC_0226

Du coup, cette clef va nous servir pour autre chose : maintenir le plateau sur la base sans le cyclindre de la chambre d’atomisation.

DSC_0224

On va ainsi faire passer la clef Allen dans chaque airflow de la base en passant par celui du pin positif.

DSC_0231

On peut à présent visser la base de l’atomiseur sur un mod pour pouvoir travailler sur quelque chose de stable. On prendra évidemment soin d’éteindre le mod pour éviter tout envoi fâcheux de courant.

DSC_0242

A présent, on se dit que le montage va désormais se faire tranquillement.

Et bien pas tout à fait car la fixation des résistances est en dessous des arrivées d’air, ce qui oblige à faire des coils avec des pattes suffisamment longues et recourbées.

DSC_0239

C’est donc parti pour une gymnastique de positionnement des coils.

DSC_0243

La difficulté réside dans le fait d’estimer correctement la longueur de patte avant de plier le kanthal sorti des trous de fixation pour fixer le tout et pour pouvoir tirer sur les coils afin de les placer correctement et leur donner une forme plus propre.

DSC_0245

Les coils doivent être suffisamment éloignés des arrivées d’air …

DSC_0253

Sans faire contact avec les plots ni avec la chambre, en anticipant aussi le fait que le haut de la chambre, solidaire de la cheminée et du top cap de l’atomiseur, se visse à l’intérieur du cylindre.

DSC_0254

En outre, le haut de la chambre dépasse d’environ 3 mm le cylindre, il ne faut donc pas trop relever les coils non plus.

DSC_0260

Les résistances rougissent correctement, même si les coils sont pas franchement jolis. Pas de court-circuit, l’ensemble demeure stable à 0.53 ohm. Très raisonnable.

Pour passer les mèches dans les résistances, il faut à nouveau enlever le cylindre de la chambre.

DSC_0261

Sur la photo, il y en a trop d’un côté, car le truc est d’enfoncer le cylindre par dessus les mèches pour colmater l’espace dans la chambre. Il est nécessaire de faire attention à ne pas faire le bourrin et que les mèches restent « lâches » en sortie de coils.

DSC_0262

En dessous du plateau, il convient de repousser un peu les mèches à l’intérieur et de couper l’excédent.

On obtient alors un résultat a peu près correct.

DSC_0264

On vérifie que les arrivées de liquides sont correctement comblées pour éviter les fuites par la suite.

DSC_0266

On peut à présent remonter le plateau sur la base, le tank puis la partie principale comprenant le haut de la chambre, la cheminée et le top cap de maintien du tank. Le remplissage se fait alors facilement en veillant bien à fermer l’airflow de la base.

 

DSC_0271

On visse ensuite le drip tip, solidaire de la partie supérieure du top cap, qui clôt le tout.

DSC_0276

On peut enfin vaper !

La vape

Le liquide présenté, le Stormborn de Viper Labs, n’est pas vraiment le meilleur candidat pour le Moonshot. C’est un liquide assez frais, du moins typé réglisse, qui passe dans tous les atomiseurs mais qui s’apprécie moins lorsqu’on atteint une certaine chaleur de vape qui arrive assez vite avec le produit de Sigelei. Disons qu’il faut rester dans les 35W max pour obtenir un très bon rendu.

Avec un liquide gourmand ou plutôt fruité-gourmand, ce qui est plus proche de mes goûts (hors gâteaux), il donne de très bons résultats, notamment avec l’Hedon’s Bite que j’adore.

Pour donner mon ressenti, il est digne d’un très bon dripper typé saveur mais avec un réservoir étanche en plus. La même sensation d’en avoir plein le pif et plein la bouche. C’est un vape dense et puissante. Pour être franc, après le quatrième tank d’Hedon’s Bite de la journée, j’étais écœuré.

Conclusion

Le Moonshot s’acquiert en France à 43.90€ dans la plupart des shops en ligne. Vaut-il le coup d’être acheté ? Vu sa conception surprenante, la question mérite d’être posée.

Le montage des coils est chiant, mais une fois qu’on a fait un montage qui convient, c’est fini. En revanche il faut faire attention au mèches, s’il n’y en a pas assez, ça va fuir et si vous faites le bourrin en quantité et donc aussi dans le coil, vous aurez des dry hits.

La qualité de la vape est top, goûteuse, dense, comme un très bon dripper.

Quand au 200W promis il semblent parfaitement illusoires, déjà, passés les 60W, si vous chain vaper, ça chauffe un max et donc c’est insoutenable (enfin pour moi :p), et je pense que le dry hit arrivera bien avant.

Enfin, le drip tip ne conviendra pas à tout le monde, il est ultra court et évasé et oblige à vaper avec la bouche en cul de poule collée au top cap, ce qui rend en outre le chain vaping à forte puissance rapidement impossible à cause de la chaleur. Toutefois, on peut lui insérer un drip tip standard ce qui casse certes un peu le style et la compacité de l’atomiseur.

DSC_0278

Bref, avec un bon montage, le résultat est top. Donc, si vous êtes curieux et joueur dans l’aspect reconstructible, ça vaut le coup de l’essayer. De plus, l’airflow réglable permet une vape aérienne ou plus serrée assez versatile.

Avatar photo

Ecrit par Cap's

Dany, fondateur du Danyvape et de Danyworld
Plus de clopes depuis le 1er jour, le 21 sept 2012...
À l'abordage !!

16 Comments

Laisser un commentaire
  1. Belle et intéressante revue ! :good:

    Mais on peut tout de même se demander s’ils n’ont pas pété un câble chez Sigelei pour sortir une usine à gaz pareille…

    Ce Moonshot n’est pas grand public, je ne pense pas qu’il soit à conseiller aux débutants. Il existe cependant un sous-ensemble de vapotos adeptes de la prise de tête, capables de passer une après-midi entière à essayer de faire fonctionner un matériel, salivant abondamment à la vue d’un atomiseur original ne ressemblant à rien de connu.

    Je ne sais pas s’ils seront assez nombreux pour faire rentrer Sigelei dans ses frais de R & D mais en tous cas, ce Moonshot me paraît super-sexy tant au plan esthétique qu’au plan technique. Si en plus la vape est au rendez-vous comme nous le dit Vincent… :scratch:

    • Merci pour le compliment.

      Tu as parfaitement résumé le profil du Moonshot et son public. Il faut de la volonté pour obtenir un résultat qui, il est vrai, demeure très satisfaisant. Cela dit, on a vu par le passé bien des atos de modeurs, hors de prix, qui demandaient le même investissement pour un résultat pas toujours probant. Donc ça peut être intéressant pour le vapoteur geekos et bricolo.

      Concernant Sigelei et ses frais de R&D, je pense qu’ils ont un réseau et des facilités locales de fabrication qui leur permettent de rentabiliser rapidement leur nouveau produit, sachant qu’en plus, ils ne sont pas responsable du design.

  2. Oh, purrrrée !
    Moi aussi, je trouve cet ato assez beau, même plutôt élégant, mais j’aurais jamais la patience…
    Magnifique revue, cela dit, qui ne laisse rien au hasard : Bravo, Vincent !
    Je suis sûr que tu vas toucher les fans de l’impossible !!!

    • Pour le remplissage, il faut fermer l’airflow pour éviter une dépression et les grandes eaux (ça m’est déjà arrivé).

  3. Il a l’air aussi capricieux que le Goblin mini pour le dosage du coton …
    Mais son look ne laisse pas indifférent, c’est sûr !
    Merci pour la revue

  4. une bonne petite geule cet ato mais clairement faut pas refaire son montage tout les jours. La vape saturé d’arôme c’est vrai qu’on en prend pleins la tronches tellement c’est bon mais avec modération j’ai envie de dire ca écoeure comme tu dit.

  5. Très joli look, mais je passe mon tour. Je suis plus emballé par une (hypothétique) version du CoV Vengeance (testé il y a quelques jours) en RBA un jour que par ce genre d’ato. Plus trop la motivation de passer des heures sur un montage pour voir éventuellement des fuites de partout dans la foulée.

    J’ai le sentiment d’avoir pas mal donné avec les tous premiers Fogger et Russian à l’époque, une misère sans nom avec un peu de recul (mais c’était du RBA, donc fun pour s’y mettre).

    Dommage, le packaging et le design de la bestiole vont dans le bon sens.

  6. Merci pour ce compte rendu
    J’ai failli le prendre en Compte mais cela ne s’est pas fait en fin de compte (plus rentable au moment de sa sortie sur le(s) site(s) chinois…)
    S’il faut être pilote point en coton pour pas être emmerdé comme sur le mini gobelin, je passe mon tour également

  7. J’ai cet ato depuis sa sortie en shopping FR. Depuis je ne le lâche plus.

    Le montage est une plaie, mais une fois réalisé c’est que du bonheur sur liquide gourmand. Et une fois qu’on a choppé le truc le montage est de plus en plus simple.

    Jamais eu de Dry Hit. J’ai jamais ressenti le besoin de vapeur à plus de 55w dessus et j’ai jamais eu de problème de chauffe de l’ato qui dissipe très bien la chaleur.

    Jamais aucune fuite non plus, le dosage du coton n’est pas difficile du tout.
    Ayant un Gobelin V2 la comparaison est injuste tellement le Gobelin est propice au fuite comparé au Moonshot. Suffit de regarder 3 tutos et c’est réglé. J’ai abandonné le Gobelin V2 qui quelque soit le montage pose tôt ou tard des problèmes de fuite.

    Par contre comme tout dripper il consomme énormément. Et en sortie ou soirée faut prévoir une unicorn botte sinon c’est la panne…

    Je conseille de l’utiliser avec le driptip modulable de chez 3vape pour un style sympa, alternatif.

  8. C’est vrai qu’on devient trop conciliant avec les « fuites » ces derniers temps. l’Obs Crius et des suintements, le Goblin, le Bellus… Beaucoup d’atos sont des plaies à wicker sans fuites (même si y’en aura toujours 1 ou 2 pour dire  » n’importe quoi il fuit pas, c’est toi qui ne sait pas wicker »). Bon après, on cherche un peu avec le top fill lol, mais bon, même si j’achète aussi les atos de dernière génération, mon Goliath V2 et mon Billow 2 ( pas topfill, étonnant non?) restent ceux que j’aime prendre avec moi car ils ne fuient pas même si je wick à moitié bourré…

  9. salut à tous, je viens de faire l’acquisition d’un moonshot et contrairement à ce qui est indiqué plus haut, a chaque remplissage je perd 1/3 de mon tank. Je précise que l’airflow est fermé au moment du remplssage.
    Vous aller me dire : « ton montage est pourrie »
    Peut être, mais c’est le vendeur d’une celebre enseigne de la vap qui a fait mon montage.

    • N’est-ce pas parce que ton coton a grand besoin de liquide au moment où tu remplis ? L’air de rien, ça en retient du liquide, un coton asséché ! Ça me le fait aussi quand je remplis mon Alleria.

    • Non ce n’est pas ça, j’ai replacé le coton et apparemment ca ne fuis plus.
      Je verrais au prochain remplissage.

  10. J’ai reçu mon moonshot hier, pour faire mon premier montage j’ai mis presque 4h (mes premiers essais ayant tous fini de la même manière: le contenu de mon réservoir sur ma table en passant par l’airflow…)

    J’ai le goblin mini V2 depuis sa sortie et j’ai toujours réussi mes montages du 1er coup, aucune retouche, pas une fuite et pas un dry hit!

    Sinon niveau le rendu du moonshot c’est simple: grosse vapeur, grosse saveur, grosse conso! Mais une plaie a monter…

  11. Petit déterrage d’article après trois jours de Moonshot… Oui il est pénible à coiler, oui il est délicat à wicker mais une fois le montage réussi, il est absolument excellent !

    Merci, Vincent ! :rose:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-)