in

J'adoreJ'adore J'aimeJ'aime

Satburn Mod (Satmods) : le Tube de l’automne !

Une fois n’est pas coutume, il n’y aura pas d’intro à cette revue, on va attaquer direct, sans préambule. Non pas que l’inspiration me manque, mais plutôt que le matos dont il est question aujourd’hui est tiré à 500 exemplaires seulement de par le monde, et que dans le cas où certains pirates seraient intéressés, ce serait quand même un peu con qu’il soit hors-stock au moment où ils liraient ces quelques lignes.

Lorsque j’ai vu le Clooney Ulton du Mod Satburn en pré-commande sur le site de notre vénérable partenaire 2fdeal, je n’ai pas hésité une seule seconde : je l’ai immédiatement demandé pour revue. Pas qu’il soit particulièrement joli esthétiquement parlant avec ses airs de clé à pipe, mais un tel produit ne court pas les rues sur le marché : le Satburn est un mod full-méca de 22mm de diamètre, avec une connexion dite « hybride ».

ATTENTION !! C’est le moment d’avertir de la dangerosité potentielle de ce genre de matériel ! Un mod full-méca n’est pas un joujou à mettre dans toutes les mains : il n’offre pas la panoplie habituelle de sécurités en-tout-genre des boxes auto-régulées, et peut vous péter à la gueule sans préavis si vous faîtes n’importe quoi. La connaissance et la compréhension totale de la Loi d’Ohm appliquée à la vape, ainsi qu’une maitrise sans faille dans la construction de résistances fiables, constituent un minimum syndical. Si vous ne savez pas parfaitement ce que vous faîtes (ce qui était mon cas il y a encore quelques semaines), il serait plus sage de passer illico votre chemin, ou de demander des conseils dans les commentaires avant de vous lancer. Halloween étant passé, il ne me paraît ni utile, ni pertinent, de vouloir se transformer à moindre frais en créature d’outre-tombe… Voilà, ceci étant dit, chacun fera comme bon lui semble, mais ce sera alors en toute connaissance de cause, nous, on n’est plus responsable de rien, on a fait notre job.

Les précautions d’usage étant posées, découvrons le Satburn sans plus tarder. En musique :

Le mod Satburn est un tube tout en acier de 78mm de haut, relativement léger (200 grammes hors accu), et sobrement gravé d’un « Satburn » tout en relief mais plutôt approximatif.

 

Côté Switch, ça donne ça :

C’est propre et sans fioriture. Le bouton poussoir ne dépasse pas de la base du bottom-cap, c’est même l’inverse : il est légèrement renfoncé vers l’intérieur du tube. C’est bien foutu, car on pourra ainsi poser le mod à la verticale sans risquer d’amorcer une mise à feu non désirée. On notera également la présence, en périphérie du bouton poussoir, de 2 petits trous, sans doute prévus en cas de dégazage de l’accu. C’est plutôt discutable étant donné qu’un accu dégaze généralement par le pôle positif, et que sur le Satburn, celui-ci sera orienté côté top-cap, mais bon, c’est comme ça.

Côté top-cap justement, ça se présente comme ça :

Une connexion de type « hybride », qui appelle immédiatement à une seconde mise-en-garde !

RE ATTENTION !! Étant donné que le pin 510 de l’ato vissé sur le mod se retrouve en contact direct avec l’accu, il faut impérativement s’assurer que la vis centrale du pin 510 (souvent dorée) de l’ato dépasse suffisamment afin d’être la seule à entrer en contact avec le pôle positif de l’accu ! Si vous ne comprenez rien à ce qui vient d’être écrit, arrêtez tout immédiatement, et tracez votre route sans vous retourner. Merci de ne pas transformer votre mod en grenade sans goupille !

Le pas de vis de cette connexion hybride est lui aussi très propre, les atos s’installant en toute smoothitude sans la moindre anicroche.

Le mod Satburn est entièrement démontable, ce qui est parfait pour les opérations de maintenance, qui sont censées être assez fréquentes sur ce type de matériel si l’on veut s’éviter tout incident notoire. Un vrai bon point. On peut donc dévisser aussi bien le top-cap, que le bottom-cap qui fait office de switch.

Chaque extrémité du tube étant dotée d’un filetage de type « mâle », il n’y a donc pas « de sens » pour ensuite remonter le mod : le top-cap pourra se visser indifféremment du côté « S » ou du côté « N » du SatburN. Il en sera de même pour le bottom-cap. Là encore, c’est un bon point : la conception extrêmement simple du mod rend ce dernier on-ne-peut-plus fonctionnel. Fort logiquement, l’intérieur du top-cap est équipé d’un filetage de type « femelle » :

L’assemblage du top-cap au corps du mod est limpide, ça ne couine pas, pas comme quand papa entre dans maman. Allez, une petite vue supplémentaire du top-cap, vu de l’extérieur cette fois. Ça ne sert pas à grand-chose, à part à surcharger inutilement l’espace de stockage du Cap’s, mais comme j’avais besoin de m’entraîner à faire des flous en photo, voilà quoi.

 

Le switch dévissé, ça donne ça vu de l’extérieur :

 

Et ça, vu de l’intérieur :

Lorsque l’on presse le bouton poussoir, la grosse vis à empreinte « fente » se soulève et vient faire contact avec le pôle négatif de l’accu, déclenchant ainsi la mise à feu. Lorsque le bouton poussoir n’est pas sollicité, la vis centrale ne fait évidemment pas contact, et descend sous le niveau de la pièce en plastique noir, qui joue le rôle essentiel d’isolant. Si d’aventure on voulait démonter le switch, pour le nettoyer par exemple, il suffirait de dévisser la vis centrale à empreinte « fente », et on obtiendrait ceci :

De gauche à droite : une rondelle isolante noire, la vis à empreinte « fente », un ressort, le bottom-cap, et enfin le bouton poussoir.

Allez, imaginons qu’on a bien tout nettoyé, et que maintenant, on veuille réassembler notre switch. Première étape, on remet délicatement la rondelle noire isolante dans le fond du bottom-cap, puis on glisse le ressort à l’intérieur du bouton poussoir :

 

Puis on remet en place le bouton poussoir agrémenté de son ressort :

On ne pourra pas, dans cette configuration, visser directement la vis à empreinte « fente », qui tournerait dans le vide : il faudra saisir le bottom-cap, et pressionner le bouton poussoir, pour faire remonter et rendre accessible le pas de vis central :

On pourra alors terminer tranquillement l’assemblage du switch :

 

À ce stade, on est quasiment prêt à vaper. Si ce n’est déjà fait, on vissera notre top-cap au corps du mod, puis notre ato fétiche dans la connexion hybride du top-cap. On insérera alors un accu 18650 en parfait état cosmétique, pôle positif orienté vers le top-cap, puis on terminera le montage en vissant le bottom-cap, jusqu’à venir en butée de l’accu. Vous l’avez compris, c’est en vissant plus ou moins longtemps le bottom-cap que le mod s’adaptera à la longueur de l’accu, qui n’est pas standard d’une marque à l’autre, contrairement à ce que le format 18650 pourrait laisser croire. Et voilà, c’est fait. Sans la moindre ombre au tableau. L’ensemble du mod est de très bonne facture, tout est parfaitement bien usiné. Les pas de vis sont irréprochables, même s’ils n’atteignent pas les sommets de la smoothitude : il faut tout de même tâtonner un chouïa pour amorcer l’assemblage des top-cap et switch au corps du mod. Mais c’est vraiment histoire de dire, pour pinailler. Autant quand il y a des soucis, sur le Navire on n’est jamais les derniers à le dire, autant quand c’est bien réalisé, il faut le dire aussi, et là, c’est clairement le cas.

Alors, on passe à la vape procurée par ce mod Satburn ? Hé non, pas encore ! Ah bon ? Et pourquoi donc ??!? Ben parce qu’en fait, ce Satburn n’est pas tout seul : il est venu accompagné de tous ses petits frères :

Pour la modique somme de 29$, on est donc heureux propriétaire, en plus du mod 22mm 18650 que l’on vient de décortiquer, d’un autre mod full-méca hybride 17mm 14500, de 2 tubes 22mm au format 18500 et 18350, ainsi que de 2 top-cap de 16mm et 17mm avec connexion hybride.

En gros, sur les 3 tubes de 22mm de diamètre, on pourra visser au choix un top-cap compatible avec des atos de 16mm, un top-cap compatible avec des atos de 17mm, et un top-cap compatible avec des atos de 22mm. Pour tout dire, je me demande bien QUI (pas moi, en tout cas) vape avec des atos de 16 ou 17mm de diamètre, mais bon, là n’est pas le débat : on est plus que bien fourni pour le prix déboursé. Quant au petit cylindre anthracite, je ne sais pas trop à quoi il sert, à part peut-être à constituer un « porte top-cap » ?

Toujours est-il qu’à l’utilisation, le Satburn 18650 s’avère être une petite tuerie : le switch fonctionne parfaitement bien, sa course n’est ni courte, ni longue, et le ressort – un rien crunchy – offre une résistance plutôt ferme, juste ce qu’il faut pour ne pas déclencher de mises-à-feu involontaires. Absolument aucun missfire n’est venu assombrir le tableau, même avec un doigt pas parfaitement centré sur le bouton poussoir.

Quant à la connexion hybride, alors là les amis…. Elle est sans faille et procure, sans surprise, une vape d’une lissitude absolue. Un vrai régal ! Le fait que le pin 510 de l’ato soit directement en contact avec l’accu, sans intermédiaire, fait que le « volt-drop » (perte de tension) est totalement inexistant. Inutile d’en faire des caisses, y’a juste à dire que c’est une merveille absolue de vaper là-dessus, tout simplement. Le summum. Vous vous cherchiez un p’tit mod méca hybride en 22mm, compact, sobre, fiable, et indestructible ? Ben voilà, il est là. Mais faîtes gaffe : y’en aura pas pour tout le monde.

Mod Satburn : un petit bijou sobre, fiable, indestructible, et qui vape du tonnerre…

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

27

La malle aux trésors des 27 commentaires est désormais gardée par notre mascotte. Demandez la clé Log in

Avis e liquides gourmands Inspir

Test de la DotAIO et du DotRBA