in

Montage en double-coil du Origen v2 MK II

Le Origen v2 “Genesis” a le vent en poupe en ce moment sur le Navire et cet engouement n’est guère usurpé compte tenu des performances remarquables de cet atomiseur. Un bel article signé Kessen et Frédéric s’est chargé de la présentation de l’engin de manière complète et didactique, mon propos n’est pas d’y revenir.

Qualites de l’Origen V2

Rendu des saveurs exceptionnel, volume de vapeur plus que satisfaisant pour un atomiseur-tank sont des arguments de poids face à une conséquence logique de ces performances vaporeuses… Le Origen v2 boit comme un trou et je commence à regretter d’avoir choisi sa version 4 ml plutôt que celle en 6 ml pour de bêtes raisons d’esthétique, d’autant que le montage en double-coil que j’envisage de décrire ici risque bien de diminuer encore l’autonomie du réservoir.

Le montage double coil

Je ne suis pas sûr qu’un montage en double-coil ne révolutionne la vape du Origen v2, déjà très agréable et performante en montage simple. Mais voilà, le modeur s’est cassé la nénette à offrir la possibilité d’un montage double, il faut donc impérativement l’essayer, sinon ça ne servirait à rien que l’artiste y se décarcasse. En simple, j’avais opté pour une bobine de Kanthal 0,5 mm constituée de 6 spires en 3 mm de diamètre pour une résistance de 0,5 ohm et envisageais pour ce test d’en rajouter une seconde identique, la paresse d’un soir d’été se montrant plus forte que la crainte de malmener l’atomiseur par une résistance résultante sans doute trop basse à 0,25 ohm.

 

01 - ohm_1x
02 - rflMalheureusement, le verdict de l’ohmmètre montrant une résistance mystérieusement montée à 0,61 ohm en cours d’utilisation m’a forcé à bosser. Impossible en effet de placer une nouvelle bobine en 0,5 ohm face à l’ancienne devenue plus haute à l’usage, le montage s’en trouverait déséquilibré par le goût prononcé du courant éléctrique pour le chemin le moins contraint. Inutile également de chercher à construire un coil à 0,61 ohm par de savants calculs puisque sa résistance susceptible d’augmenter comme celle de la frangine déséquilibrerait tout autant le montage. Il ne reste donc qu’à sortir Kanthal, gabarit, pinces et chalouf pour confectionner deux nouvelles bobines les plus semblables possible.

03 - nude_1x

La première chose à faire est de démonter l’improbable pièce biscornue obturant les différents trous inutiles en montage simple-coil pratiqués dans le plateau du Origen et de la remplacer par la pièce tout aussi improbable laissant libre les orifices requis par le montage double-coil.

04 - nude_2x

Sur le Origen MK II version Tobeco dont je dispose, le pôle positif est astucieusement fendu pour accueillir les brins de Kanthal. Il peut être nécessaire de déplacer légèrement les fentes pour les positionner face aux trous de passage des mèches, pour un placement optimal des coils.

05 - deck_2x

 

Le plateau du Origen sort un peu des sentiers battus. Compatible avec les montages genesis et micro-coil, il peut dérouter… Sur la photo ci-dessus, nous avons :

A : la fente destinée à accueillir la patte positive du coil #1
B : l’orifice par lequel passera la mèche coton du coil #1
C : le filetage pour la vis de blocage de la patte négative du coil #1
D : l’orifice par lequel passera la mèche coton du coil #2
E : le filetage pour la vis de blocage de la patte négative du coil #2
F : la fente destinée à accueillir la patte positive du coil #2

Pour ce montage, j’ai opté pour deux bobines de Kanthal 0,4 mm constituées de 6 spires en 3 mm de diamètre. Je me suis assez rapidement aperçu que le placement des pattes négatives allait s’évérer beaucoup plus aisé sans l’improbable pièce déjà citée et l’ai donc démontée après avoir consacré les plus belles années de ma vie à la mettre en place ici même, quelques lignes plus haut. Comme je ne vais pas détailler un tortillage de Kanthal mille fois montré, le moment vous est parfaitement indiqué pour une dégustation de binouze. Je vous appellerai dès que j’en aurai terminé avec la métallurgie.

06 - mount

C’est bon, on peut reprendre. Comme je n’ai pas pensé faire une photo du montage en sortie d’atelier, celle ci-dessus montre le système de blocage des pattes positives et négatives de coils tel que je l’ai pratiqué, en version opérationnelle un peu craouette suite à une journée d’utilisation intensive. Oui, je sais, on ne voit pas grand-chose à cause des mèches…

07 - ohm_2x

S’en suit le traditionnel contrôle à l’ohmmètre. Quoi, 0,33 ohm ? Damned bloody bastard… Ce n’est pas du tout ce que j’attendais, c’est trop bas, ça va tout décalquer ! Et bien oui, même après avoir réalisé des millions de coils, même en ressentant le Kanthal comme une partie de soi-même par la force de l’habitude, on peut se vautrer. La vraie force est alors de se relever de la fange pour défier fièrement l’adversité d’un regard conquérant. C’est bien évidemment ce que j’ai fait, décidant immédiatement que ce n’était pas si grave et que je n’allais pas m’embêter à tout défaire pour me retaper entortillage, chaloufage et un montage un tout petit peu pénible quand même sur cette configuration verticale. Le Origen supportera 0,33 ohm et pis c’est tout.

08 - fire
Ah ha, comment je l’ai maté c’bouffon !

Le non moins traditionnel contrôle de mise à feu montre un montage équilibré, homogène, rougeoyant gentiment dans la lumière du soir. Bon… Ca va peut être réellement le faire malgré le 0,33 ohm finalement.

09 - fiber_freaks
Fiber Freaks, c’est chic !

Ayant essuyé quelques revers de type dry-hit avec le coton japonais Puff dont je suis lourdement équipé, il a bien fallu ouvrir le sachet de Fiber Freaks. La densité numéro deux semble bien aller au Origen simple-coil, il n’y a pas de raison que le succès se tarisse en double. Découpe d’une bandelette d’environ 5 mm de largeur, légère torsade formée entre le pouce et l’index et ça passe dans les deux spires, du haut vers le bas.

10 - coiled

Inutile de laisser deux centimètres de fibre tremper dans la cuve, un contact augmenté d’un demi-centimètre suffit. Autant le prévoir tout de suite, le Origen s’accordant assez mal d’un démontage cuve pleine en vue de retailler les mèches, comme j’ai eu à le faire après avoir estimé en avoir trop mis.

11 - air_flows

A ce niveau, il ne reste guère plus qu’à remonter la cuve en prenant soin de positionner les ouvertures du diamètre souhaité en face des résistances. La bague finissant le montage est ensuite placée selon le même principe d’alignement.

12 - juice
Le liquide perle au sommet des mèches…

Conclusion sur l’Origen

Le remplissage du tank est relaivement aisé même sans seringue, l’orifice prévu étant suffisamment large pour accueillir les pipettes et autre embouts équipant nos flacons. Attention cependant, le Origen ne semble pas très fan des remplissages généreux et le manifeste volontiers par de fort belles fuites, fléau des boxes. Evidemment, le conseil n’est pas des plus aisés à suivre étant donné que l’on ne distingue guère le niveau de liquide présent dans le tank. Faut juger au poids, faut du feeling…

Après chargement, le liquide ne tarde pas à perler au sommet des mèches… L’atomiseur est alors prêt pour la dégustation.

L’apport du montage en double-coil est assez net et s’il fallait le quantifier, je parlerais volontiers d’un gain d’environ 30% de tout ce qui peut séduire chez cet atomiseur. 30% de goût, de vapeur, de hit en plus et c’est d’ailleurs ce dernier point qui peut éventuellement déplaire. La double bobine durcit un peu la vape, ce qui ne conviendra pas à tous les types de liquides, réduisant le moelleux des fruités ou des custards mais magnifiant les tabacs aromatisés. Encore une fois, le choix reste une affaire de préférences.

Ceci dit, ce montage en double-coil n’est pas forcément des plus aisés à réaliser. Il m’aura fallu tirer, pousser et serrer les coils pour éliminer un ou deux points chauds, exercice que je n’ai habituellement pas à pratiquer sur les atomiseurs à montage horizontal. Le test s’impose donc pour se faire une idée, en tenant compte également d’une augmentation sensible de la consommation en liquide, déjà fort impressionnante en simple-coil.

Je pense pour ma part conserver ce double-coil quelques temps, histoire de l’amortir, avant de revenir au montage en simple bobine. Il n’est cependant pas impossible que je prenne un Origen v2 6 ml un de ces quatre, peut-être en original si Porky (le cochon-tirelire) l’autorise, pour le laisser durablement monté en double-coil.

Bonne vape à toutes et tous en Origen v2 !

Ecrit par Nesquick

Nesquick, dans la vape depuis 2013.
Intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

28 Comments

Laisser un commentaire
  1. Dire que je lui est tout fais à cette origen sauf le dual coil mais bin ayant la version 6ml aussi je pense le tente! Merci à toi brave matelot pour cette article !

    • Tu l’as monté en genesis ?

      Après tout, c’est sa vocation première et à part Lodse, personne ne semble très motivé pour ce type de montage sur le Navire. :unsure:

      Personnellement, je me tâte… Le mesh reste le seul truc que je n’ai jamais essayé mais la maîtrise semble coûteuse et je passe déjà pas mal de temps sur les MCC… :yahoo:

  2. On l a demandé ! Le navire l a fait ! :good:
    Très bel article B-)
    Bon je vais devoir m y mettre alors mais en 4 ml, car le 6 ml j’aime pas.
    Merci

    • Hey, c’est un peu le hasard ! Le Navire n’a pas les moyens de fonctionner “à la carte”, surtout en période de vacances…

      Le billet était en gestation, je m’interrogeais sur l’intérêt de reparler du Origen après l’article de Kessen et Frédéric, ton post en a motivé la publication mais le blog de Dany reste un journal de bord !

      • Oui c’est vrai Nes!
        Un journal de bord très bien alimenté par des marins de la vape expérimentés et dévoués comme toi.
        Merci pour tous ces chouettes articles qui nous font découvrir tant de terres inconnues.
        Bonne route!

  3. J’ai monté mon Origen en dual… hier ! Kantal 0.40, diamètre 0.3, 6.5 tour. Tien, tien.
    Je lui collé de la Fiber Freaks densité 1 et je suis tombé sur 0.5 ohms, pile poil.
    Bon ok, le dual ce n’est pas trop mon truc mais je crois en avoir réussi un correct pour la première fois. Heureux que je suis !
    Ca marche plutôt pas mal, mais moi et mes fruités, je crois que nous retournerons rapidement au single sur 1 ohm. Ca marche quasi tout aussi bien, demande moins de puissance et dispense un tout petit peu d’un arrêt ravitaillement tous les deux tours.
    En fait, j’ai l’impression que ce montage n’est intéressant que si on monte en watt. En dessous de 20 watt, autant rester en single. Au-dessus ça déménage, mais ça commence à être chaud. Très chaud. Pas trop ma vape.
    A quelle puissance l’as-tu testé ?

    • Ah, je visais également 0,5 ohm avec le double-coil… Il a du manquer un tour de Kanthal ou deux. Comme je vape en méca, le Origen à 0,33 ohm se prend 50 watts en début de décharge des accus et environ 27 watts à la fin (~3 volts).

      C’est vrai que les fruités ont tendance à “compoter” sur les basses résistances. D’où l’idée d’un second Origen en 6 ml cette fois pour le double coil et les tabacs / gourmands tandis que l’actuel 4 ml retournerait au simple-coil pour les fruités.

      À voir…

  4. Comme quoi, en achetant l’origen, on ne peut pas se tromper ! :heart:
    Si tu essaies le Pear of the Dark avec cette configuration, tu risques de ne pas vaper longtemps ! :cry: En revanche, il va raffoler des afflux de watts et de chaleur.

    • J’ai essayé le “Pear of the Dark” sur cette config et rejoins ton appréciation : absolument excellent !

      Comme tu le verras bientôt, “Belle Poire” est très bon mais il lui manque la petite touche complexe du “Pear”. La petite note acidulée qui rend la poire addictive, la pointe alcoolisée qui apporte la grande classe.

      La différence entre l’amateurisme éclairé et le travail de pro, en quelque sorte.

      Dommage pour nos tirelires ! :cry:

      • Hahaha c’est justement pour ça que je t’ai proposé ce petit échange. Je me demandais si je pouvais remplacer un de mes liquides par du DIY beaucoup moins douloureux pour Marguerite, mon portefeuille en cuir de vachette… :cry:

      • Hum… Pas sûr que Marguerite cesse d’en baver !

        À moins d’opter pour un rythme alternatif avec “Belle Poire” en semaine et “Pear of the Dark” le w-e…

        Ou de trouver ce qui manque à “Belle Poire” pour l’approcher de “Pear” !

  5. Pour changer le coton quand ta cuve est pleine , il y a une méthode toute simple .
    Tu roules une bandelette de fiber freaks ou de coton tu la places au-dessus de ton coil avec la même quantité de fibre de chaque côté et tu l’enfonces avec une tige ou ce que tu trouves , et tu coupes le surplus .
    Ça fonctionne nickel .
    Pas besoin de tout vider comme ça .

    • Yo !

      Mais quand j’ai compulsé sur la quantité de mèche plongeant dans le tank, ce dernier était rempli et pour accéder au Fiber Freaks pour le désépaissir… Pas glop.

      Sur un KF4 c’est possible, le Origen v2 a d’autres arguments !

  6. Il est top cet Origen, mais qu’est ce que ça boit… c’est juste pas raisonable, j’ai l’impression de doubler ma conso de jus à chaque fois que je l’utilise…

    • Comme l’a dit Kessen dans l’article de référence, le Origen a quasiment un rendu de dripper… Saveurs concentrées, vapeur épaisse et abondante.

      Il n’y a hélas pas de mystère, un tel résultat n’est obtenu qu’avec beaucoup de liquide vaporisé à chaque bouffée.

      J’ignore s’il existe une notion de rendement sur les atomiseurs, genre volume de vapeur produit par ml de liquide consommé, pour une résistance et une puissance données. Ce serait cool de comparer nos différentes machines…

      • Comme la consommation d’une caisse au 100 ça dépend vraiment de la conduite du conducteur.
        Tout ce qu’on sait c’est que plus tu montes en puissance avec un air flow ouvert plus tu vas consommer.
        Un Kayfun ne consomme pas grand chose en fait mais je ne supporte plus le tirage serré. En plus le remplissage à la seringue c’est plus possible!
        Je remplis le Delta2 3 a 4 fois par jour en 1 ohm à 17w et c’est bien suffisant.
        Pour vaper des fruités vois des gourmands un montage vers l ohm me semble suffisant

  7. Je découvre ton article ce matin alors que j’ai fait mon premier montage en simple coil hier soir après m’être entouré de tout ce qu’il fallait (Un bel article signé Kessen et Frédéric et une petite vidéo).
    Si à la fin du montage on se dit pas difficile, lors de l’ouverture de la boite et de la lecture de différents articles, l’approche est un peu plus complexe.
    Mais je suis aussi interpellé lorsque tu mentionnes 6 tours en 0.40 et diamètre 0.3 avec un résultat de 0.61.
    J’ai fait la même chose et j’arrive à 0.95 (c’est du kanthal wire) il y a t’il aussi une interférence selon les matériaux utilisés?

    Quoiqu’il en soit j’ai réalisé et testé deux montages. Le premier avec un avec le coil à la verticale puis en horizontale. Celui à la verticale étant de mon point de vue plus complexe pour le passage du coton mais je trouve aussi que le montage à l’horizontale apporte une combustion améliorée et apporte un rendu nettement plus sympa.
    Mais comme on dit à chacun sa vape.

    J’ai monté la box à 20 w (première fois que je monte aussi haut je ne suis pas un violent sur de domaine la) mais je me pose souvent la question, existe t’il des normes à respecter entre la puissance de la box et la résistance posée?

    Comme je suis un grand malade à l’issue des tests j’ai cliqué pour l’achat d’un autre atomiseur (6ml bien entendu) et je testerai le double coil surtout lorsque tu précises:

    L’apport du montage en double-coil est assez net et s’il fallait le quantifier, je parlerais volontiers d’un gain d’environ 30% de tout ce qui peut séduire chez cet atomiseur.

    Et qu’en est-il de la consommation de liquide aussi 30%? Dans ce même cas il faut que nos fournisseurs de liquide nous accompagnent.
    Un grand merci de ce bel article.

    • Sur le montage en simple-coil, le Kanthal utilisé était du 0,5 mm, ce qui explique la différence de résistance par rapport à ton montage. C’est pour le double-coil que j’ai utilisé du Kanthal 0,4 mm, visant 0,5 – 0,6 ohm. J’ai du oublier une spire ou deux ( :wacko: ) car la résultante en 0,33 ohm est trop basse à mon goût pour le Origen. Il chauffe beaucoup.

      Ce phénomène de chauffe et l’apparition du goût de brûlé sont les “normes” que j’utilise pour juger un montage, n’ayant pas un background de physicien à la Ludo. Que ce soit en méca ou en électro, la puissance envoyée au coil par le bouton de réglage (électro) ou par la loi de Ohm (méca) doit être dissipée par la vaporisation. Tout l’art se résume alors à fournir de la surface résistive pour vaporiser beaucoup de liquide tout en évitant de trop monter en résistance. On peut avoir 0,5 ohm avec 2 tours de Kanthal 0,2 mm mais la puissance concentrée sur la faible surface sera telle que tout cramera. Par contre, un gros coil en 6 spires de 0,5 mm situé autour de la même résistance sera parfaitement utilisable. À défaut de calcul théorique simple, c’est je pense chaque usager qui trouve ses paramètres en fonction de ses atos et de ses goûts.

      Avec le montage en double-coil ici décrit, je pense que le Origen consomme plus qu’en simple-coil. Ça doit en effet se situer pifométriquement autour de 25 – 30% en plus. 4 remplissages dans la journée au lieu de 3 ! :cry:

  8. Bonjour Nesquik je viens de regarder différentes vidéos pour le montage avec mesh.
    Je ne sais si tu as essayé mais je souhaite me lancer sur ce type de montage avec le MKII.
    As tu essayé et aurais tu éventuellement de bon conseils à donner :mail:

    Merci par avance

    • LO Alain,

      Je n’ai pas essayé les montages mesh, ne sachant pas trop quoi en penser…

      Ceux qui maîtrisent vont être pour, ceux qui se sont cassé les dents dessus vont être contre. Apparemment, ces montages sont assez complexes et je crains un effet de caste de la part de ceux qui les réussissent.

      J’essayerais bien si j’étais sûr d’un réel plus au niveau de la vape. Sur le Navire, Ludo a témoigné avoir rapidement abandonné pour cause de goût de ferraille et de compotage des liquides, Lodse semble s’en éloigner également (?).

      Alors j’hésite…

      • A priori, le gérant de ma boutique(un expert de la vape avec une expérience immense et plus de 5 ans de vape derrière lui), aime le monter en mesh et il m’assure que c’est encore meilleur qu’en coton et probablement la meilleure config pour cet ato(et ce n’est pas un pro genesis, dans le sens où il utilise principalement de l’ato fibre). Pas de goût métallique. Pour avoir goûté en genesis double coil, je dois bien avouer que c’est surprenant.

        Mais il est vrai qu’un bon montage genesis n’est pas facile à réaliser sans avoir pratiqué “la discipline”. Sans compter les shops qui nous vendent de la moustiquaire de chez casto pour du mesh…

  9. Ta réponse vient à point nommé.
    En effet j’étais entrain de fureter sur un site pour passer à l’achat de mesh en 400.

    Je n’ai pas regardé ce point du rendu dans mes recherches pensant que c’était bien.
    Si Lodse et Ludo pouvaient faire un retour de leurs essais cela serait bien top aussi.
    Je vais attendre les éventuelles réponses des autres matelos qui se sont lancés dans ce montage.
    Merci Nesquick.

    • Le peu de conseils en genesis que je peux te donner, pour débuter :
      – Essaie un fil fin et twisté tant que tu ne maitrise pas bien les points chauds (courts circuits avec le mesh, ni plus ni moins)
      – Le mesh a un sens de capillarité : roulé dans un sens il va mal wicker, roulé dans l’autre il va être efficace
      – Evite de monter trop haut en puissance tant que tu ne maîtrise pas bien
      – Evite le pulse avec trop de puissance, le fil peut casser très facilement en faisant un trou dans ton mesh au passage

      J’ai un peu oublié le reste, ça fait plus de deux mois que j’ai pas monté un genesis :scratch:

      Un très bon tuto où tu pourras apprendre plein de choses :
      http://atouvap.fr/viewtopic.php?f=28&t=3832&start=140

      Essayer le genesis, au final, c’est pas bien cher si on a déjà un ato fait pour. Il suffit d’acheter une feuille de mesh. Si tu t’en sors et que tu y trouve une bonne vape, c’est gagné.

      • Merci de ta réponse et du lien Lodse.
        Déjà dans ta réponse j’ai appris que les 2 faces étaient différentes chose que je ne savais pas.
        Il va falloir que je sache comment trouver l’une et l’autre et comment la rouler selon la surface.
        Donc de plus au regard de ta réponse mon 200 comme premier essai devrait être suffisant!?

      • Non, non ! C’est pas les faces dont je parle :mail:

        http://tinyurl.com/pkf6urm
        Voilà une feuille de mesh :
        Ici, tu peux apercevoir des lignes un peu plus marquées sur la longueur de la feuille.
        C’est le sens de capillarité. Tu dois donc rouler ton mesh sur la largeur. La longueur du tube sera donc dans le bon sens de capillarité.

        Les feuilles de mesh sont souvent envoyées en format A5 : La plupart du temps, la longueur est le sens de capillarité.

      • Oui cela je l’ai bien compris en lisant l’article de ton lien mais à ce moment la je n’en avais encore aucune idée.
        J’en ai même fait un pdf que je vais imprimer car au regard de la longueur cela mérite vraiment un support papier.
        Quoiqu’il en soit mon cher Lodse un grand merci de ton accompagnement.

      • Héhé, c’est vrai que son post est absolument gigantesque ! Faut dire qu’il y a un paquet de choses à dire sur le genesis, et il ne fait que gratter la surface ! Je suppose que dans les commentaires on peut aussi apprendre et clarifier pas mal d’infos supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Rampage RDA… Le monstre ! (clone)

Kanthal story