in

J'adoreJ'adore

Le Merlin de Augvape, pas assez cher, mon fils.

Le Merlin est un atomiseur remarquable par bien des aspects.
Pourtant, ce n’est pas un atomiseur haut de gamme, il n’est pas cher, il est ni moche ni beau (la version noire gomme les détails de gravure, en version acier il est plus mignon).
Il ne se la raconte pas, il ne cherche pas à épater la galerie, juste il marche, avec constance, il fait ce qu’on lui demande sans faire de caprices.

Le Merlin est un atomiseur mûr, mettant en œuvre ce qui se fait de mieux en terme de vape aujourd’hui, fabriqué simplement, avec économie, mais sans radinerie.
Il est bien pensé, de A à Z pour être à la fois performant, pratique et fiable, et pour convenir à 80% des vapoteurs en laissant de grandes marges de manœuvre dans le montage.

En effet, au naturel, le Merlin est à l’aise en vape directe et raisonnablement aérienne entre 20 et 60 watts suivant le montage. Il est possible d’aller plus loin, mais c’est un mono résistance, ce n’est pas intéressant.
Il dispose surtout d’un réducteur de flux d’air, qui lui permet de fonctionner très bien en vape indirecte de 10 à 20 watts. Merci Augvape de penser au vapoteurs normaux !

Ceux qui veulent vapoter plus serré, sous 10 watts, peuvent se tourner vers son petit frère le Merlin mini, dont le tirage peut descendre plus bas.

Le Merlin est de taille standard pour un ato moderne de 4,5 ml : 44 mm de hauteur sans driptip et 58 mm avec, 23 mm de diamètre, 58 gr sur la balance. Il peut se monter sur toutes les box, y compris sur une Eleaf Pico.

Il ne fuit pas. En fait si, j’ai réussi à le faire suinter un peu, pendant une balade agitée avec les mômes sur la plage en plein soleil. Autant dire rien du tout.

On remplit le réservoir ?

La première chose à faire, c’est de fermer l’arrivée de liquide.
Sur cette première photo, elle est ouverte, ça se voit pas bien à cause du pyrex noir, mais en vrai on voit bien. Bon, si vous remplissez souvent votre ato en boite, prenez la version « silver » ou achetez un pyrex transparent.


Il suffit de tourner le réservoir (dans le sens d’un vissage) pour fermer l’arrivée de liquide.

Ensuite, on dévisse le top cap et on découvre 2 grandes ouvertures dans lesquelles on peut verser son liquide au goulot si on veut.


On referme, on règle le flux de liquide en fonction de sa vape et vogue.
Pour ceux qui s’intéressent à la vapologie comparée, le Merlin est construit comme un Taifun GT3, en plus simple.

On le démonte ?

Très simple : on dévisse le réservoir de la base, puis le top cap, et on se retrouve avec 3 pièces.
Cette opération est réalisable réservoir plein, pour vérifier son montage par exemple, à condition bien sûr de mettre l’atomiseur à l’envers.

Sur cette photo, le réducteur de flux d’air est monté, son ouverture est de 2,4 mm.
Sur la version mini du Merlin, qui fonctionne de la même manière, il y a une vis de restriction du flux d’air de 1,5 mm (et 2 plateaux, simple ou double résistances).

Grand nettoyage ?

Il suffit de dévisser les parties supérieures et inférieures du réservoir et on se retrouve avec 7 pièces en comptant le réducteur de flux d’air.
Les joints sont bien placés, ils ne tombent pas au démontage.

(sur cette photo, le flux d’air de 3,5 mm, libéré du réducteur de 2,4 mm )

J’ai oublié d’enlever le pin positif du connecteur. Il est en cuivre (allez savoir pourquoi). Il n’est pas réglable et on s’en fout : on ne mettra pas cet ato sur un mod méca.

Si ?
Non non… j’ai essayé.

Alors voilà, non, c’est pas possible.
C’est un peu comme s’habiller avec un pantalon ou une jupe Calvin Klein, des pompes Weston ou Sonia Rykiel, et un manteau… Celio.
Ca colle pas. Je vous l’ai dit, c’est pas un ato qui se la raconte, c’est un ato prolétaire.
Il est là pour faire de taff, il ne défile pas au Café de Flore.
Pour frimer au Flore, on ne prend pas un Merlin, on prend un Taifun  BT sur un mod Pipeline Pro 3, et là, ok, on frime sa race.
Mais pour aller au boulot, un Merlin vissé sur une box et vous pourrez vapoter discrètement.

Et le montage ?

Oui, le montage, c’est là que cet atomiseur fait très fort.
Quand un Taifun nous met 2 pauvres vis sur un plateau, le Merlin nous sert deux plots velocity décalés vers le côté.


(désolé pour la photo, la mienne a disparu et j’ai la flemme de tout démonter pour en refaire une).

On peut monter ce qu’on veut là-dessus, on a de la place, on peut faire des résistances de 5 mm si c’est notre kiff, et les fixer comme qui rigole.
Le Merlin est d’ailleurs livré avec une résistance notch coil, dont la patte, très fine, a cassé net au montage. Du coup je ne ne sais toujours pas ce que ça fait de vapoter sur une grille de rasoir Braun de 0,2 ohm.
J’ai pu monter sans problème un alien clapton de 0,3 ohm, hé hé hé… ça envoie du bois ça, mais on n’est pas obligé.

Le montage du coton n’est pas bien compliqué, il suffit de rabattre les extrémités dans les deux trous prévus, sans tasser.

Cet atomiseur fait partie de ceux qui sont parfaits pour débuter dans le reconstructible : il y a de la place, le montage de la résistance et du coton est vraiment facile, et pardonne les approximations.

Combien de coton ?

Le Merlin a une plage de fonctionnement plus large que d’autres, et il est possible d’adapter le montage du coton.

Pour vapoter en dessous de 30/35 watts, on peut monter le coton en le faisant descendre en bas des logements, sans tasser bien sûr, comme sur la photo.
Ce montage est le plus sûr pour que l’atomiseur ne fuit pas, même en laissant le réglage de flux de liquide ouvert à fond en permanence, même si on ne vape pas.

Pour vapoter plus fort, la capillarité peut être un peu limite. Alors il est possible de monter le coton un peu plus court, et ne pas descendre en bas des logements, mais juste à moitié. L’alimentation sera meilleure… mais il faut se servir du réglage de flux de liquide, et fermer les fenêtres quand on ne le vapote pas.

Et ça vape bien, un atomiseur prolétaire ?

Un peu mon n’veu !
Monté avec des résistances classiques en Kanthal, le résultat est similaire aux bons atomiseurs haut de gamme. Les saveurs sont bien rendues, de manière droite, quel que soit leur type.
Elles sont un peu moins précises sur les fruités.
Sur les gourmands, je ne vois pas de réelles différences de qualité. Le rendu est un peu différent, comme il l’est normalement entre différents bons atomiseurs.

J’ai ensuite fait le montage de la photo en alien clapton de 0,3 ohms (et un autre en clapton à 0,7 ohms). Trois choses sont à remarquer :
D’abord, le montage fonctionne bien à partir de 23/25 watts (à condition d’accepter un démarrage diesel).
Ensuite, la vapeur reste tiède, même à 50 watts, pas de surchauffe (flux d’air réglé en fonction, bien sûr).
Enfin, les saveurs augmentent et évoluent avec la puissance sans être dénaturées, et sans le moindre début de dryhit.

A 60 watts, même en enchaînant les barres, le coton reste bien imbibé (avec le montage léger), la vapeur reste tiède et les saveurs sont juste énormes.
Je ne suis pas allé au-delà… faut dire que le Tallak à 60 watts… à la 7° barre… j’avais un peu l’impression d’avoir avalé un paquet entier de carambars. Ca calme.

J’ai fait une pause et j’ai vapoté de la verveine en indirect pendant 2 heure pour m’en remettre.

Il faut aussi noter qu’à ces puissances, la consommation de liquide en prend un coup, c’est logique.
Par contre, à puissance raisonnable, il est très sobre en énergie et en liquide.

Bref, le Merlin est une belle découverte, et d’après ce que j’ai lu, cette qualité concerne toute la gamme actuelle des atomiseurs de Augvape.
Chez moi, il a été adoubé pour tourner au Tallak et au Mallok, avec une bête résistance de 1 ohm, le réducteur de flux et réglé à 15 watts. Le panard.
Et c’est lui que le prendrais si je passais boire un coup au Flore : ok, je n’ai ni Weston, ni Rollex, mais j’ai pas raté ma vie, j’ai un Merlin !
Rien à foutre de la frime  :good:

Ecrit par jib

--Ancien auteur du Navire--
Vape libre et apaisée pour tous !
| carnetsdevape.wordpress.com

23

La malle aux trésors des 23 commentaires est désormais gardée par notre mascotte. Demandez la clé Log in

J’arrête la clope avec la vape. Une e-cigarette, comment ça marche ?

Vaper mécanique