Luc… Je suis ton père.

16 Mar 2014/
-- Materiel

Retour sur un chargeur professionnel qui s’adapte aux différents accus adaptés aux mods : 18650/18350/18500

Description

Le chargeur Luc V2 Efest LCD universel 2 canaux permet de charger deux accus simultanément.

La liste est longue, 10440, 14500, 16340, 17500, 17670, 18350, 18500, 18650, 18700, 26500, 26650… Jacques Umul et Jean Passe.
En gros le Luc est compatible avec la plupart des batteries 3.7V Li-Mn Li–Ion. Ça en fait quand même un paquet.

Ce qui est cool c’est qu’il est possible de recharger 2 batteries simultanément et de différents types, par exemple une 14500 et une 18650 en même temps.
Les deux emplacements de charge sont indépendants, Luc se débrouille, pas d’embrouille.

Mais ce n’est pas tout, Luc est intelligent et sait prendre soin des accus, la preuve :

-Protection contre les inversions de polarité, les courts circuits ainsi que les surtensions.

-Possibilité de mettre en charge les accus en 0.5A et 1.0A, ajustement automatiquement du niveau d’ampérage en détectant la batterie introduite. Pas idiot le Luc.

-Arrêt automatique en fin de charge.

-Possibilité de recharger d’autres appareils, téléphone portable, Ipad, etc… grâce à sa prise USB (USB de 5V DC/0.5A à 5V DC/1A).

Luc est compatible avec la plupart des batteries 3.7V Li-Mn Li–Ion.
Ohhh zut, je crois bien que je l’ai déjà dit !

Peut être utilisé sur secteur ou dans la voiture grâce à son cordon allume cigare.

C’est bien de s’offrir des accus de qualité, un bon chargeur permet de les conserver plus longtemps, et en toute sécurité.

Faut pas oublier que le chargeur est branché sur le secteur, en cas de surcharge, de surchauffe, un simple accu peut devenir une véritable bombe.

Mais le truc en plus c’est l’écran LCD qui indique le niveau de charge des accus.

Utilisation

Sur le moment ça peut paraitre gadget mais à l’usage c’est loin d’être le cas. Ça me permet de mieux gérer ma vape. Je m’explique.

Au bout de quelques heures de douce vapote, la batterie se décharge mais ce qu’il faut savoir c’est que le niveau de charge influe sur la tension de l’accu.
Reformulé autrement on peut dire que :
Quand l’accu est plein on a une tension de 4,2 volts
Quand l’accu est déchargé à moitié on a une tension à 3,8 volts
Quand l’accu est déchargé à 80 % on a une tension de 3 volts

Bon… les chiffres que je donne ne sont pas forcément exacts, c’est pour expliquer le principe.

Ce principe il influe sur la qualité de la vape… On continue les explications.

Il faut savoir que le point G de la vape tourne autour des 8 watts, les watts c’est la puissance. Et comment on la calcule la puissance…hein ?
Grâce à cette formule magique :

Carré de la tension divisé par la valeur de la résistance…. Yo… Baby.

En clair si on a une tension de 4 volts avec un accu bien chargé,
un coil avec une résistance à 2 ohms ça va donner :

4×4 = 16….16 /2 = 8

Soit 8 watts

On s’en refait un autre ?
Ok… mec.

Accu à 3,2 volts, résistance à 2 ohms
3,2×3,2=10,24… 10,24/2= 5,1watts

Donc au fur et à mesure que l’accu se décharge, la puissance du mod diminue, la vape est moins puissante.

À 8 watts on a la patate, à 5 watts ça fait prout.

Revenons-en à notre chargeur, un accu ça cause pas, on voit pas si il est chargé à bloc ou pas. Luc si… Il affiche la tension de l’accu sur son écran et des barres indiquent visuellement le niveau de charge.
Ça me cause.

Du coup je ne vape plus à l’aveugle, si je sens un baisse de puissance avec mon mod, je vérifie la tension de l’accu avec Luc… Sympa ce Luc.

Conclusion

Je me suis habitué à savoir ou j’en suis au niveau de la charge / tension de mes accus, l’écran me donne ces indications, je gère mieux mes accus, ma vape, mon compte en banque, je n’ai plus les cheveux gras et même ma femme me trouve plus cool… merci Luc tu as changé ma vie.

On trouve le Luc V2 entre 25 et 29 euros maxi dans les shops, si c’est plus cher c’est pas des gentils vendeurs. Sans blague !

On le trouve aussi en version 4 places, Luc V4, autour des 30 euros.

Bonne vape piiiiiirates !

Remerciez l'auteur en lui donnant votre vote ;-) ------>
0 0
Si vous avez en tête un produit qui pourrait intéresser l'équipage, mettez le sur -->cette page
Publié par : Michel Argouët

Michel, ma vie résumée en deux passions : La musique et la vape. Finistérien, j'ai créé la marque de liquide PemP. Associé laboratoire Exaliquid à Carantec.

Comments

Cet article a 21 commentaires.

Les rangs correspondent au nombre de commentaires :Nouveau contributeur/Bronze clair-foncé/Argent clair-foncé/Or clair-foncé/Saphir/Rubis/Emeraude/Diamant.
  • Kessen - Rang : Emeraude 16 mars 2014 14 h 58 min Répondre

    Super intéressant :good: Je ne connaissait pas à cote de mon nitecore, il n’y a pas photo :wacko:

  • Ric__2001 - Rang : Or foncé 16 mars 2014 16 h 48 min Répondre

    Je l’ai depuis un bout de temps et il est parfait.
    Tu as oublié de dire qu’il y a une prise pour le faire fonctionner sur prise allume cigare en 12volts.
    C’est vrai que l’ecran est super et je pense que ça va etre dur de s’en passer.
    Il y a aussi la possibilité en cas d’urgence de charger un accus 18350 par exemple, qui se charge normalement en 0,5A, de le charger en 1A. Cela reduit le temps de charge de moitié!
    Et oui j’l’aime bien ce Luc…. 😉

  • DanyVape - Rang : Diamant 16 mars 2014 17 h 35 min Répondre

    Ca donne envie de le commander, bonne revue! B-)
    Pour ma part j’ai un Xtar WP2 qui est aussi une référence qui charge en 0,5 ou 1A avec temoin led.
    C’est marrant j’ai toujours chargé mes 18350 en 1A et j’ai vu bien après qu’il fallait pas…
    Enfin, bon, je ne me sers plus des 18350 de toute façon.

  • Sur pfff - Rang : Or clair 16 mars 2014 18 h 40 min Répondre

    Trés content également de ce chargeur. Par contre ne faites pas comme moi, ne l’acheter pas chez 1..1 piles, car il n’y avait pas de prise allume cigare dans la boîte !

  • Ludo - Rang : Diamant 16 mars 2014 21 h 59 min Répondre

    Pas top, ton explication DanyVape : le soit-disant sweet spot à 8W, c’est de la légende urbaine. Si on ne met pas la puissance en relation avec la surface de mèche en contact (ie puissance/surface ; puissance surfacique), ça ne veut rien dire du tout. 8W sur une surface donnée, et 16W sur une surface double, tant que la mèche est correctement alimentée, ça aura exactement le même goût et la même température – la seule chose qui changera sera la vapeur produite en une inspiration donnée.

    Les watts, ce sont des joules par seconde ; s’il faut tant de joules pour vaporiser une quantité de liquide en un temps donné, il en faut le double pour vaporiser la même quantité deux fois plus vite ; donc, le double de watts). Alors, OK, pour simplifier, sans circuit de régulation (mod électro, kick, etc), au fur et à mesure que la tension de l’accu baisse,la résistance restant constante, on va faire baisser cette puissance surfacique : c’est sûr.

    Ce que je critique, c’est vraiment cette notion insensée de sweet spot. Pour trois personnes qui vont vaper à 8W, il y en aura une qui sera à 30W/cm^2, une autre à 65W/cm^2 et la dernière à 100W/cm^2, en regardant quelle surface de la mèche leur coil est en train de couvrir. Et c’est surtout ça qui change tout (possiblement, pour l’un ce sera fade, pour un autre tip-top, et pour le dernier crâmé)…

    Autre truc : mesurer la tension d’un accu à vide est loin de suffir, pour savoir ce qu’on peut lui faire sortir. Un accu qui sort 3,4V en le mesurant à vide pourra très bien ne pouvoir sortir que 2,9V une fois qu’on le branche sur le mod.

    Explication ; soient :
    – R_ato (la résistance de l’ato)
    – U_0 (la tension à vide de l’accu ; mesurée par un LUC, par exemple)
    – R_mod (la résistance du mod ; bah oui)
    – R_accu (la résistance de l’accu ; bis repetita : bah oui)
    – I (l’intensité de notre circuit)
    – U_ato (la tension entre les bornes de l’ato, facilement mesurable sur un mod méca avec un voltmètre et des petites pinces)

    On a : U_0=(R_ato+R_mod+R_accu)*I
    Sauf que U_ato=R_ato*I
    Et comme R_mod+R_accu>0 (aussi petites soient ces résistances), on voit bien que U_0>U_ato. Et ouis, ça peut faire une différence telle que, à vide, on mesure l’accu à 3,4V, et une fois branché, il n’a plus que 2,9V (faites le calcul, avec une résistance d’ato de 1,3ohm, ça ne fait que 0,2 ohm de résistance combinée mod+accu ; ce qui est tout à fait réaliste).

    Ce qui relativise encore l’ineptie “sweet spot”, si on utilise la tension à vide pour voir à combien on était. En mesurant à vide, on trouve un P_0=U_0^2/R_ato ; sauf que non : on avait en fait P_ato=U_ato^2/R_ato. Mettons, pour une résistance de 1,3ohm, 3,4V à vide, et 2,9V une fois branché : on a alors P_0~=9W et P_ato=~6,5W. Ah ouais : ça change tout ! On croit qu’on était à 9W alors qu’on n’en était même pas aux 3/4…

  • DanyVape - Rang : Diamant 16 mars 2014 22 h 46 min Répondre

    J’appelle à l’aide tous les physiciens nucléaires et ingénieurs en électronique ainsi que Jamy et Fred, pour vérifier les affirmations de Ludo qui doit travailler dans la Zone 51 des services secrets américains. :wacko:
    Mis à part le fait que ce n’est pas mes explications puisque c’est notre ami Michel qui a rédigé l’article, je suis tenu tout de même responsable de sa publication en l’ayant approuvé.
    Je me suis aussi interrogé sur la pertinence du Sweet Spot dans la description de ce chargeur, mais ce blog n’est pas une revue scientifique mais un carnet de bord qui peut regrouper des associations d’idées comme par exemple un accu chargé et le phénomène de Sweet Spot.
    Ce Spot, je n’y crois pas car il y a trop de paramètres qui entrent en jeu et là je suis d’accord avec Ludo et peu importe les Watts du moment qu’on est satisfait.
    D’ailleurs j’ai jamais compris ces histoires de watts et malgré le fait que j’ai fais des études de Physique/Chimie, j’ai rien compris à tes explications Ludo mais ça doit surement être intéressant, merci.

  • Argus - Rang : Nouveau contributeur 16 mars 2014 22 h 46 min Répondre

    La vache ! ce mec est une bête, merci pour tes explications !

  • DanyVape - Rang : Diamant 16 mars 2014 22 h 58 min Répondre

    Argus t’as bien de la chance si tout s’éclaire pour toi et tu m’en vois ravi.
    Alors admettons que la demonstration soit juste, qu’en est il d’un Pipeline Pro ou d’un kick Evolv V2 qui envoie un wattage précis donné.
    Je demande 8W au kick, j’ai 8W en sorti puisque c’est le principe du bazar.
    Quelque soit la résistance j’aurais 8W.
    Si j’aime vaper à 8W, c’est pas ça le Sweet?
    Merci de nous éclairer.

    • Ludo - Rang : Diamant 16 mars 2014 23 h 19 min Répondre

      Si tu aimes vaper à 8W sur une surface de Kanthal donnée, Dany, oui, c’est ton sweet spot. Maintenant, double la surface du Kanthal (par exemple, le nombre de spires sur un diamètre donné), envoie 16W, et si tu n’as pas de problème d’alimentation de la mèche (si ça “wicke” toujours bien), tu auras les même sensations, juste deux fois plus de fumée par inspiration.

      Mais sans la surface de Kanthal sur laquelle tu envoies la puissance (tant que ça “wicke” bien), bah, 8W de sweet spot, ça ne veut rien dire…

      • DanyVape - Rang : Diamant 16 mars 2014 23 h 34 min

        Merci mais j’ai toujours pas compris, je dois être débile mais je me soigne!…
        Et tu peux me guérir, si je double la surface du Kanthal j’aurais pas la même resistance et le kick recalculeras pour me donner 8W, non? Tu veux dire que 8W sur un coil à 1,8 ohm n’est pas le même que 8W sur un coil à 3 ohms? Ca sert à quoi les watts alors??
        merci tu es un gars bien précieux sur ce navire car je dois pas être le seul à me poser ces questions techniques et tu as l’air passionné par le sujet. :good:

      • Ludo - Rang : Diamant 16 mars 2014 23 h 56 min

        Ca sert à quoi les watts alors??

        Bah, sans connaître la surface de ton coil, en effet, à rien… c’est bien le problème, à mon avis.

        Maintenant, 8W, sur un coil de 1,8ohm ou 3ohm, ce n’est pas important pour le goût. Selon le kanthal que tu vas prendre, tu peux avoir la même surface à ~1,8ohm et à ~3ohm.

        Exemple : en 3mm de coil, 7 tours de 0,30mm pour 1,8ohm et 8 tours de 0,25mm pour 2,8ohm, ça recouvre la même surface, donc à puissance demandée égale, ce sera kif-kif en sensations.

        Ce qui changera, c’est qu’à 8W, le premier demandera 3,8V, et le second 4,7V. Le premier aura moins besoin d’augmenter la tension des batteries, et fonctionnera donc plus efficacement, même s’il demande une plus grande intensité (2,1A contre 1,7A) – les mAh des batteries étant assez idiots comme grandeur de référence eux-aussi (le plus important, ce sont les Wh, homogènes à une quantité d’énergie, entre la charge pleine, et la tension à laquelle le circuit de transformation abandonne : cf les graphes et tableaux sur dampfakkus.de).

  • Ludo - Rang : Diamant 16 mars 2014 23 h 07 min Répondre

    Oups, pour l’attribution à Dany de l’article : ça m’apprendra à mieux regarder les signatures… Pardon à toi et Michel. Bon, je suis (entre autres) ingénieur (ni en nucléaire, ni en chimie : plutôt dans la dynamique des fluides), donc forcément : j’ai tendance à rechercher des critères objectifs. Et tout aussi forcément, dans l’organoleptique (ce qui affecte les sens, en plusieurs mots moins compliqués), c’est tout sauf évident…

    Sinon, pour simplifier : la résistance (ou impédance) du Kanthal n’est pas la seule en jeu.

    Or on ne prend en compte que celle-là la plupart du temps (en mesurant sur un mod électro, ou un ohm-mètre à connecteur 510). Mais le mod lui-même (et l’accu) vont faire descendre la tension utile (U_Kanthal = U(accu-à-vide) – U(pertes-accu-branché) – U(pertes-mod). Car ce qui nous intéresse, c’est la tension aux bornes du Kanthal (puisque c’est ce qui fait chauffer le jus).

    C’est d’ailleurs pour ça que, par exemple, un Kick v2 va couper vers 3,4V (mesurés à vide), car pour lui (et il a raison), l’accu tourne à 2,7V (en charge), et au-delà, c’est dangereux.

    Donc, bien faire gaffe à ce qu’on prend en compte quand on fait les calculs de puissance… si on ne prend en compte que la résistance du Kanthal (pas de problème à ça), il faut prendre en compte la tension au bornier de l’ato en fonctionnement, et pas une autre. Sinon, ça change tout !

    Le but étant bien sûr d’être satisfait de sa vape, comme le dit Dany, ce qui in fine est tout à fait subjectif.

  • DanyVape - Rang : Diamant 16 mars 2014 23 h 18 min Répondre

    Merci Ludo pour tes explications qui me sont plus compréhensibles maintenant.
    J’ai aussi remarqué que la tension donc en volts, est moindre sur l’ato qu’à la sortie du mod qui est aussi diminuée par rapport à celle de l’accu nu.
    Au final, avec un accu pleine charge à 4,2V, on aura une vape à 3,7V à tout casser avec un mod méca et donc une puissance bien en dessous des 8W.
    Ludo, peux tu nous éclairer sur le fait que si on met 8W sur un mod électronique, on aura toujours le même rendu quelque soit l’impédance du coil?
    Cette question me turlupine depuis le début.
    Merci :good:

  • Ludo - Rang : Diamant 16 mars 2014 23 h 45 min Répondre

    On devrait toujour avoir la même puissance, mais seulement tant que le circuit de transformation a les moyens de fonctionner.

    Bah oui : l’est pas magicien, le régulateur. Plus la tension baisse, et plus il doit demander d’ampères à l’accu pour continuer de fonctionner. Or plus il demande d’intensité :
    1) moins il est efficace (avec un kick ou mod électro, il faut aussi prendre en compte les pertes de la transformation… et j’ai des doutes sur ce que la variation d’efficacité soit prise en compte dans ce que fait le circuit)
    2) plus il s’approche de la limite d’intensité de décharge pour laquelle il est programmé (et au-delà de laquelle, il coupe, pour ne pas faire crâmer l’accu)

    Et c’est encore aggravé si on lui demande de fournir une tension supérieure à ce qu’il reste aux bornes de l’accu (auquel cas, l’efficacité chute encore).

    Du coup, il faut faire son montage de telle sorte à avoir une résistance assez basse pour ne pas avoir à booster la tension, mais assez haute pour ne pas être limité par un courant de décharge trop haut.

    Donc, en pratique :
    1) trouver la puissance qu’on aime bien rapport à la surface (P/S trop grand=>wick pas assez=>crâmé; P/S trop faible=>trop fade)
    2) faire un montage de telle sorte qu’il a juste besoin de ce que demande l’accu (à vide) quand le circuit de transformation déclare forfait (vers 3,4V ou 3,5V à vide).

    Exemple :
    1) on aime 65W/cm^2
    2) on veut envoyer 12W
    3) on fait une résistance qui couvre S=(12/65)cm^2 soit pour un coil de diamètre “d”, une hauteur de spires de h=S/(pi*d)
    4) on s’arrange pour prendre du Kanthal qui aboutisse à R=U^2/P=3.4^2/12~=1ohm…

    Et là, avec les mods électro classiques, c’est le drame. D’où l’intérêt d’un méca kické. Sinon, du coup, on prend le plus faible possible, soit par exemple, pour 3mm de diamètre, 6 tours de 0,32mm pour ~1,4ohm.

  • DanyVape - Rang : Diamant 17 mars 2014 0 h 12 min Répondre

    Merci pour toutes ces explications scientifiques.
    Te lire demande beaucoup de concentration et à cette heure c’est pas gagné… :scratch:
    Mais j’ai compris les grandes lignes et ça répond à des questions que personne n’a reussi jusqu’ici à me fournir tellement c’est difficile à expliquer.
    Bonne nuit à tous, et pour ceux qui ont suivi ce débat, allez prendre 2 aspirine et allez vous coucher, vous le méritez bien!! :bye:
    Et n’hésite pas à revenir sur le navire Ludo, c’est pas tous les jours qu’on a un expert comme Abbi (CF NCIS..) 😉

  • Michel Argouët - Rang : Or foncé 17 mars 2014 0 h 29 min Répondre

    Wahouuu…. Ça devient intéressant.

    En abordant le sujet de la puissance dans un article sur le Luc, l’idée était juste de donner quelques explications sommaires liées au fonctionnement de la vape en full méca. :unsure:

    Un mod méca n’a pas d’écran, pas de réglage de la puissance, c’est juste un tube à pile qui alimente un atomiseur.
    L’intérêt du Luc est de donner des informations sur les accus que l’on utilise, tension, charge. :scratch:

    Le commentaire de Ludo est très intéressant, :good: n’étant pas scientifique je me suis posé un tas de questions à propos ce ce fameux sweet spot et la piste de la surface de chauffe de la résistance mériterait que l’on aille plus loin. La résistance des matériaux est aussi un paramètre à intégrer.

    Prenons un accu à 4 volts.

    Une résistance à 2 ohms (simple coil) ça reste 2 ohms
    8 watts
    Deux résistances à 2 ohms (double coil) ça fait un ohm
    16 watts.

    La surface de chauffe du kanthal du double coil est deux fois plus importante ce qui veut dire que je vais produire deux fois plus de vapeur…logiquement. En fait je vais vaper à 2 x 8 watts.

    Si j’ai bien compris ça relativise un peu la question de la puissance.
    Parce que si je fais un simple coil de 0,5 ohm j’aurai aussi 16 watts, mais une surface de kanthal très petite. En clair gout de cramé !

    Par contre ça demande de s’intéresser à la capacité de l’accu à fournir suffisamment d’ampères au bon moment.

    Bref.. Ça mérite bien un article complet sur le sujet non ? :mail:

    Ludo… Tu veux bien nous aider sur ce coup ? :bye:

    • Ludo - Rang : Diamant 17 mars 2014 2 h 13 min Répondre

      Bah, pour aider, pourquoi pas, mais je me pose moi-même toujours plein de questions, n’étant dans la vape que depuis fin décembre (et encore, mod électro depuis fin janvier, et mod méca ce mois-ci)… je viens même tout juste de tomber sur mon premier liquide qui a besoin de “steeper” (4 fioles de 60mL du même, nickel ,et là, 5ème fiole nul de chez nul)… je me demande encore surtout quel est ce que j’appellerai mon “sweet spot surfacique” (et ne plus faire confiance au liquide auquel je me fiais, plus par habitude de sa saveur qu’autre chose me file le bourdon). Bref, ça me fait un peu drôle en tant que débutant, vis à vis de vous tous ;D

      Ce qu’il y a, c’est que je vois ce “sweet spot” mentionné de partout, et physiquement, sans impliquer la surface de chauffe, ça n’a aucun sens physique pour moi. Et comme en tant que relatif débutant (en vape, pas en physique :p), j’en suis encore à tatonner ; et quand je lis sur les forums à propos de tant de tours de tel Kanthal, mais pas du diamètre du coil, ou de la puissance, etc, bah ça me rend encore plus confus, et du coup, j’expérimente plein…

      La théorie est plutôt simple pour moi, mais l’inexpérience pratique se pose franchement là ! Je veux bien parler du “double coil”, qu’il permet de doubler le “wicking”, qu’il a besoin de deux fois moins de tension mais de deux fois plus d’intensité, pour la même puissance qu’un “single coil”… mais bon : je ne suis toujours pas satisfait de mes propres montages, alors…

      Je veux bien commencer à écrire un petit truc “basique” sur la physique derrière tout ça (“rappels” sur énergie, puissance, tension, intensité, résistance, etc), et l’envoyer à Dany, s’il veut s’en inspirer et le mettre à sa sauce.

  • Nesquick - Rang : Diamant 17 mars 2014 22 h 01 min Répondre

    Slt,

    Friand de technologies, diplômé de physique et de retour d’un long w-e de détente… Comment ne pas ajouter mon grain de sel à cette fricassée d’ohms, de volts et de watts ?

    Voici ma recette : faire un coil, tester sa résistance. Si supérieure à 1,8 ohm et inférieure à 2,2 ohms, visser l’ato sur mod méca. Sinon, le visser sur mod électro et faire varier la puissance jusqu’à obtenir une vapeur plaisante.

    Bon, c’est une vulgarisation car plus personne ici n’ignore que mon mod électro délivre du courant alternatif et qu’il convient donc de raisonner en impédance plutôt qu’en résistance.

    Bonne vape à tous !

    • Ludo - Rang : Diamant 18 mars 2014 7 h 53 min Répondre

      En même temps, l’impédance d’une résistance idéale… bah, c’est une résistance pure 😀

  • Nesquick - Rang : Diamant 18 mars 2014 16 h 16 min Répondre

    LO,

    Il y a un doc très intéressant sur le sweet spot et les sujets électriques. C’est un fichier hébergé par WordPress dont l’URL fait deux kilomètres donc pas glop à copier/coller ici, mais il ressort en tête sous google en recherchant “guide du vapoteur confirmé”.

    Je l’ai un peu suivi aux temps anciens où j’utilisais des clearomiseurs standard dont la resistance est fixée par contrat avec le fabriquant, jusqu’à définir une valeur de puissance optimale pour chacun des cinq ou six modèles de clearos et de cartos circulant sur mon mod.

    Et puis est venu le temps des reconstructibles… Le fait de réaliser la résistance soi-même me paraît amener un facteur aléatoire bien difficile à maîtriser. Ludo a raison, le nombre de spires, leur diamètre respectif, la résistivité, le diamètre et la longueur totale du fil utilisé jouent un rôle dans le calcul global.

    Je sais pas vous mais quand je fais un coil en espérant 2 ohms, je ne recommence pas le montage si j’en obtiens 1,8 ou 2,2 et je ne me tape pas deux heures de calcul à chaque nouvelle valeur obtenue ou à chaque changement de matériel.

    Un débroussaillage tel celui effectué par Michel permet de comprendre en gros le problème pour ne pas faire péter un mod méca avec un coil en 0,2 ohm ou renvoyer un ato en SAV avec un coil en 5 ohms. Après, je crois que chacun effectue son parcours avec son matos et ses goûts pour finir par repérer des circonstances favorables au bon comportement d’une résistance et les reproduire le plus souvent possible.

    @+

  • Ric__2001 - Rang : Or foncé 18 mars 2014 18 h 34 min Répondre

    Hello,
    il y a trop de paramètres! Vous avez oublié aussi en plus l’arrivé, d’air sa position, son débit et aussi la grandeur de la chambre de l’ato, position du coil…etc…
    C’est pas gagné pour avoir un sweet spot universel! en plus ça ne serait pas marrant si ça vapait du tonner a tous les coups.
    Aller bonne recherche… 😉 et surtout bonne vape

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-)