in

Le Themis mesh de Digiflavor : du mesh sinon rien !

Nesquick nous a fait une belle revue du MeshPro, le dripper à mesh de Digiflavor. J’apprécie beaucoup cet ato, donc quand Digiflavor a annoncé la sortie du Themis équipé du même atomiseur en mesh, j’ai sauté dessus : un MeshPro avec un réservoir de 5 ml et un top air flow assurant zéro fuite, ça ne se rate pas !
Bien m’en a pris, c’est une merveille pour qui aime la vape puissante.

C’est un gros atomiseur : 27 mm de diamètre et drip tip 810. Sa base est taillée en biseau, qui la ramène à 25 mm, il peut donc être utilisé sur la plupart des box modernes, mais pas sur une Pico25.

 

Démontage

Commençons par le bas, et remarquons le connecteur 510 qui ressort largement : il serait possible de le poser sur un mod hybride… mais je le déconseille formellement. Les bandes de mesh ont une résistance très faible, le plus souvent entre 0,1 et 0,15 ohm. Sur un mod méca, ça va nous produire une puissance entre 120 et 160 watts, ce qui me semble trop pour cet atomiseur, et qui fait prendre le risque de détériorer l’accu, avec des conséquences éventuellement désagréables.

La base est une bague, qui se dévisse pour donner accès au plateau.

Le plateau se retire simplement en tirant dessus, et un détrompeur permettra de le remettre bien en place.

Le liquide arrive sur la mèche de coton par le bas : il faudra qu’elle soit aérée.

Sur le dessus, le top cap est fixé, comme sur le Zeus dont il est fortement inspiré, par un système à baïonnette : 1/4 de tour suffit pour le fixer ou le retirer.
On découvre alors les trous de remplissage du réservoir.

En dévissant la bague de remplissage, on dévisse aussi la cloche, solidaire.
Il nous reste alors à gauche le réservoir, constitué d’une cage en acier et d’un tube en pyrex.

L’arrivée d’air est aussi sur la bague de remplissage, réglable à l’aide d’une bague clipsée sur 1 joint torique.
L’air est dirigé vers deux côtés de la cloche, et récupéré par 2 montants sur le  plateau, comme sur le Zeus, en plus simple.

Sur le plateau, on distingue les deux montants en question, les deux puits pour les extrémités de la mèche de coton, et les deux étaux qui permettront de fixer la bande de mesh.

L’air flow ne fait pas dans la dentelle : le mesh ne fonctionne qu’à partir de 45 watts, et son principal intérêt, c’est la surface de vaporisation énorme, autant l’arroser largement !

 

Montage du mesh

Il s’agit maintenant de positionner une bande de mesh pour en faire un tunnel,  en gardant une belle courbure, sans plis.
Digiflavor fournit 9 bandes de mesh, pour tester différents matériaux : acier, kanthal et nichrome. Elles sont plus longues que nécessaire, et sur la photo, on voit bien qu’il faudra en couper une partie pour que le mesh ne touche pas la cloche.

Combien faut-il en couper pour arriver à quelle hauteur pour le tunnel ?
Bonne question Capitaine !
Je pense qu’il n’y a pas de réponse, ça demande des expérimentations : il y a un équilibre à trouver entre la hauteur du tunnel, le flux d’air et la puissance que l’on apprécie. Dans les photos suivantes, j’ai coupé 1/4 de la longueur de la bande, pour que la hauteur du tunnel soit juste au dessus du haut des arrivées d’air, ce n’est pas la seule solution, mais c’est une bonne base de départ.

Ensuite il faut poser le coton, et il y a à ma connaissance deux solutions pour le faire.

Au préalable il faut préciser que la quantité de coton à poser est sans commune mesure avec un coil classique de 3 mm : il en faut 4 à 5 fois plus.
En effet, il faut absolument que le coton plaque bien au mesh, même dans les coins, et qu’il ne s’écroule pas lorsqu’il sera gorgé de liquide et chauffé : il faut donc qu’il soit assez tassé.

Première méthode : procéder comme pour un coil. On fixe la bande de mesh, puis on glisse une mèche de coton dedans, en l’ayant tortillée avant pour réduire son diamètre. On se retrouve alors, aux extrémités, avec une épaisseur de coton bien trop grande pour entrer dans les puits : il faut le dédoubler sévèrement.

Deuxième méthode : poser deux mèches. Une première qui aura la bonne dimension pour plonger dans les puits, et une deuxième qui complète l’épaisseur, uniquement dans le tunel.

Dans ce cas on ne fixe qu’un des côtés du mesh, et on glisse la première mèche dans le tunel.

On ajoute par dessus la deuxième mèche, taillée en longueur pour dépasser d’1 ou 2 mm de chaque côté du mesh.

Pour finir il suffit d’insérer la deuxième extrémité du mesh dans son étau et de le fixer.
Cette étape est plus facile sur le dripper MeshPro. Sur le Themis, les montants de l’air flow gênent un peu. J’utilise une pincette pour amener le mesh dans l’étau, ça marche bien.

Il suffit alors de vérifier si le coton est bien compressé, puis de mettre les extrémités de la mèche dans leurs puits sans tasser, et c’est terminé.

 

Ca vape fort doux !

Avant de vaper, il faut tout de même mettre en route l’engin, en commençant par imbiber le coton avec 2 bons ml de liquide : hé oui, il y a beaucoup de coton !
Le plateau étant solidaire du connecteur, il est facile de le visser sur une box pour chauffer légèrement le liquide et faciliter l’imprégnation.

Ensuite, on remplit le réservoir, et on vape.

Comment qualifier sa vape ?
On pourrait dire, en première approche, que c’est une vape de gros double coil à 50 watts ou plus, avec les saveurs et la douceur d’un simple coil.
Ca pose les bases, et ceux qui ne dépassent jamais 30 watts seront fixés : pour le moment, le mesh, c’est pour le gros.

Par rapport à un double coil, la vapeur est aussi dense, mais plus douce, plus onctueuse, et souvent moins chaude.
Par rapport à un simple coil, les saveurs ne sont pas aussi précises, mais elles sont plus présentes, et souvent plus sucrées. Il m’a même fallu diluer un peu certains liquides gourmands, qui devenaient écœurants dans le MeshPro ou le Themis.

La vape du Themis n’est pas la même que celle du MeshPro : il y a la même différence que par exemple entre le Reload RDA et son frère RTA. C’est proche, mais pas tout à fait pareil.
Notons aussi que les différents matériaux proposés pour le mesh ont une influence sur le résultat. De mon point de vue il est assez faible, mais sensible. Ceci dit, je suis incapable de qualifier ces nuances, et je suis certain que dans un test à l’aveugle, je serais incapable de reconnaître l’acier, le kanthal ou le nichrome.
Par ailleurs, je n’ai eu aucune fuite : le top air flow, ça marche.

De mon point de vue, le MeshPro en dripper et le Themis en tank rejoignent le clan très restreint des atomiseurs qui on du style, leur style, et qui sont donc incomparables. Leur vape est excellente, vraiment, mais surtout originale. Ils ont leur manière de restituer la vapeur et les saveurs, en particulier dans le genre gourmand, sans avoir à surcharger les liquides en arômes. J’ai redécouvert pas mal de mes liquides avec eux, même des fruités, que pourtant je n’aime pas vaper chaud. Mais là c’est tiède, et les saveurs sont exprimées autrement : certains liquides que j’avais un peu délaissés sont redevenus intéressants.

Bref, les deux atomiseurs à mesh de Digiflavor sont des “must have” pour découvrir d’autres expériences de vape puissante. Et les plus geeks d’entre nous pourrons en outre se lancer dans une campagne d’expérimentation de grande ampleur : matériau, largeur et longueur des bandes de mesh, taille du maillage… il y a de quoi faire !

Le MeshPro et le Themis m’ont été gracieusement fournit par Fasttech, et si vous cliquez sur ces liens, ça m’aidera à les convaincre qu’ils ont tout intérêt à m’envoyer du matos pour en faire de jolies revues :-)
Partagez l’article sur les réseaux et commentez le s’il vous a été utile ou plaisant !

Votez pour cet article

2 points

Ecrit par jib

Jib : nommé 1er maitre par le Capitaine. |
Vape libre et apaisée pour tous !
| carnetsdevape.wordpress.com

27 Comments

Laisser un commentaire
  1. Quel article complet et photos superbes! :good:
    Moi, j’arrive jamais à faire de jolies photos…
    En plus, arriver à travailler avec FT est un exploit, autant GB arrose tous les youtubers (mais ils commencent à se calmer, plus aussi facile qu’avant) autant FT c’est bien plus rare B-)
    Respect mon lieutenant :yes:

  2. Bravo, jib, ta revue est, une fois de plus, excellente. Après mon sevrage, je recommence à avoir envie de gros matos joufflu. Ton aide est précieuse pour tous les vapers ! Keep goin’ on, mate !
    Et puis, oui, on refait du click pour avoir encore des revues comme celle-là !

  3. Hello Jib , c’est donc Toi le « Jean » qui sévit aussi de manière réjouissante sur VP, j’avais depuis longtemps reconnu ta patte, tu ns l’avais dit aussi, et surtout TES Box sur les Photos… ;-)
    Tu ns le vends Bien le MESH en tt cas .. :good: G 1ptit Clone du MeshPro qui est en route, mais ce Themis pourrait peut-être me refaire prendre goût au RTA, si j’aprécie ce type de Vape.. :unsure:
    Bon Boulot en tt cas , la dernère TESLA tte simple, semble bien cool, moi je me suis laissé tenter par le tube ARMOR de EhPro.. B-)
    Continues le Job’Jib, c’est bon ça…..Tu nous régales !!! :yahoo:

  4. Le principal atout de ce type d’ato est à mon avis sa facilité de montage… Du mesh, du coton, des ciseaux, un tournevis et ça roule sans trop de risque de se vautrer.
    Je trouve le tortillage de résistif plus aléatoire, surtout en multi-bobines.
    Par contre, je préfère la vape des bobines… J’ai l’impression qu’elles concentrent mieux les arômes et qu’elles génèrent une vapeur plus dense. Comme si l’augmentation de surface de chauffe obtenue par l’utilisation du mesh ne produisait pas réellement l’effet escompté.

    • Bien vu Magnin ;-)
      Dans la mesure ou ce sont mes photos, oui, je suis autorisé à les utiliser !
      Et en l’occurrence, c’est l’inverse : Fasttech m’envoie de temps en temps un peu de matos pour DanyVape, et comme ce Themis est intéressant, j’ai aussi fait la revue pour VP, avec le logo qui va bien en plus.
      Que penses-tu de cet ato, toi ?

    • Cette remarque ne peut être issue que d’un minicerveau de flicaille, avec tout le respect que je vous dois…
      Avez-vous le droit d’utiliser de telles remarques sur un blog coopératif qui parle de vape et pas de législation à deux balles ?
      Attention, MAGNIN, on est des pirates, et faut pas trop nous chatouiller…
      La prochaine fois que vous aurez envie de nous dire un truc, pourquoi pas nous donner vos subtiles impressions,
      comme le suggère jib, sur du matos ou sur un liquide… non ?
      Parce que, sauf si vous êtes inspecteur des droits d’auteur, nous, on s’en fout à qui appartiennent les images, les sons, les mots…
      « Ne possède rien, on ne te volera rien ! »… voilà un précepte que je soumets à votre sagacité, camarade MAGNIN.
      Bonne vape quand même, amigo.

  5. J’ai quitté le navire durant l’escale mais je vous suis de loin et reprendrais la barre d’ici peu. Le père Magnin est mal tombé vu que Jib officie sur plusieurs navires!
    Pas un bonjour ni un merci typique du gars qui lache son venin en repartant aussitôt. On le reverra plus.
    Mais j’ai laissé passer cette intervention car il est vrai qu’il faudrait être plus clair sur le fait que Jib a double casquette mais avec un nom différent.
    Ce n’est pas à un inconnu de signaler les droits d’auteurs mais au site concerné. On est tous d’accord.
    Ce qui me désole c’est que des personnes n’ont que ça à faire sans pour autant participer aux débats. C’est triste….

  6. Hey, Magnin !
    Si tu t’exprimes dans le cadre d’un boulot d’inspecteur de la DGCCRF ou d’une instance gouvernementale de ce type, il faut le préciser. On a rien contre ceux qui font respecter la loi, il se trouve qu’il n’y a pas d’affaire à traiter sur ce coup-là puisque les photos de Vaping Post et celles-ci ont été prises par l’auteur des deux revues.
    Par contre, si tu viens baver en tant que particulier sur ce blog où on parle de vape et où on essaye juste de rendre service sans faire de mal à personne, je pense qu’il y a des loisirs plus constructifs que de venir jouer les justiciers à deux balles en crachant dans une soupe qui n’est pas la tienne.

  7. MAGNIN & MAGNANIME n’ont visiblement pas la même étymologie…

    T’as mangé SÉVÈRE GARS je crois , retournes donc à ton Clavier et tes considérations étriquées , ici on n’aime pas les Chieurs..
    A la PLANCHE illico cet hurluberlu Cap’tain !!

    VU « MACHIN » .. :mail: :mail: B-)

  8. Bonjour merci pour ce super post .J ai une solution pour l’écart du mesh car étant handicapé je n’utilise plus que des atos mesh moins compliqué que les coils a mettre en oeuvre . Pour mon mesh pro j’utilise le cylindre de calibrage du wotofo profile pour avoir la bonne longueur de mesh et ca fonctionne nickel .
    Si vous avez un tuyau pour trouver un THEMIS MESH je suis preneur car c’est une denrée rare .

    Merci a vous .

  9. Hello, ça fait longtemps que je lis les articles du navire, et je les adore, mais sur ce themis, un doute m’habite….
    Au niveau théorique, quels mesh (300/400/500) et quels resistif (SS/Ka/NiC) donneront à hauteur et longueur égales les résistances les plus basses?

    le résistif doit moins avoir d’importance que la densité de mailles à mon avis, mais je suis pour l’instant grand novice sur les montages mesh resistifs, et je voudrais optimiser ma vape pour ce themis mesh ( et également le Taifun BT)

    J’attend vos conseils avisés avec impatience =)

  10. Rahhhh, la putain de question ! :yahoo:
    Pardon pour le langage outrancier, et encore, je me suis retenu !
    Alors tu vas avoir une putain de réponse !
    R = p.L / (Pi.D²/4).(l.grade/25,4) :wacko:
    C’est la formule pour calculer la résistance d’un mesh en fonction de son grade et de sa taille :whistle:
    L et l sont la longueur et la largeur, p la résistivité, D le diamètre des fils.

    Bon… mais ça ne sert à rien de savoir ça, il vaut bien mieux procéder par essais / erreur que par le calcul.
    Pour ce qui nous occupe, le mesh doit être considéré comme un fil massivement multibrin : ce sont plusieurs fils en parallèle, chaque fil ayant une résistance très élevée (parce que très fin), mais mis en parallèle la résistance de l’ensemble est très faible. Plus la maille est fine, plus il y a de fil, plus la résistance… baisse ou pas… parce que les fil sont aussi plus fins, donc plus résistifs. C’est complexe.
    Donc, le problème n’est pas d’avoir des résistances basses, elles le sont de toute façon, et plutôt trop que pas assez.

    Ensuite, pour savoir quel matériau prendre pour gérer cette résistance, c’est comme pour le fil : le kanthal est le plus résistif, suivi par l’acier et par le nichrome.
    En termes de rendu de saveur, les avis divergent : certains préfèrent le Nichrome, d’autres (dont moi) préfèrent le kanthal.

    Donc, mon conseil serait : achète une bobine de mesh chez Digiflavor, c’est a priori eux qui ont les meilleurs, mais c’est pas facile à trouver. Choisis le matériau en fonction de la valeur de résistance que tu vises : en gros, 0,1 ou moins avec du Nichrome, 0,15 avec de l’acier, 0,18 avec du kanthal (indications non contractuelles soumises à fluctuations selon les marques).
    Pour mon compte, je pense que le kanthal est plus approprié, parce que sa résistance est plus gérable.

  11. Waouh merci pour toutes ces précisions, qui paradoxalement rendent la chose encore plus confuse, si j’ai bien compris la résistance finale dépendra de la densité du maillage, mais aussi du fil qui est utilisé pour celui ci, et de la largeur ainsi que de la longueur du mesh final inséré dans l’atomiseur, c’est bien ça?
    Néanmoins, les résistances que tu indiques selon les matériaux sont très loin des résistances que j’affiche, mais pour l’instant ma seule expérience se porte sur le Taifun BT, le Themis mesh est dans sa boite mais je veux pouvoir gérer tous les aspects de ma vape sur mesh sur un atomiseur avant d’étendre les montages sur des atomiseurs différents.
    Sur le Taifun BT donc, avec une bande mesh SS 300, de 6mm de largeur et de 4cm de long, J’arrive à une résistance de 0.53 ohm, ce qui me parait haut, j’ai vérifié plusieurs fois l’intégrité du montage et malgré ça, je trouve cette valeur haute, mais je suis novice dans ce type de montage, peut-être est-ce une valeur normale?
    Le problème n’est pas que la résistance soit haute, au contraire je ne suis pas contre, la vapeur est là, fraîche, est les saveurs sont superbes. Ma crainte est que la résistance soit plus haute que ce qu’elle devrait être, ce qui peut attester d’une défaillance de l’atomiseur(plot,isolant,…)
    Ma question finale est donc celle-ci, peut-on arriver à une telle valeur de résistance dans ces condition de montage ou ai-je un problème avec mon matériel?
    Merci pour les conseils pour les mesh les plus appropriés, d’ailleurs as-tu testé des montages mesh SS? je me demandais si le TC était viable avec ce genre de montage…

  12. Mince, j’avais pas vu ta réponse :/
    Désolé
    Bon… 0,5 ohm pour une rés en mesh, je parle sous le contrôle de autres, je n’ai jamais vu, ça me semble très bizarre aussi.
    Depuis le temps, tu as du avancer dans te recherches, tu a de nouveaux éléments ?
    Concernant le TC, en théorie oui, pas de raison que ça ne marche pas. En pratique, il faudra probablement ajuster des trucs, comme le TCR ou la température.

  13. Merci de ta réponse Jib,
    Oui effectivement j’ai pu tester quelques montages supplémentaires sur le themis, mais leur extrême durabilité fait que je n’ai pas eu à refaire de montages par nécessité depuis que je l’ai.
    C’était à chaque fois pour explorer les possibilités.
    Par exemple je n’ai pas eu a changer mon montage depuis un mois, j’ai voulu changer le coton par acquis de conscience, mais en ouvrant la bête, j’ai constaté que ni le mesh ni le coton n’avait souffert du temps imbibé et des chauffes successives.
    Ce constat m’a fait relativiser sur la quantité (énorme) de coton nécessaire pour un montage viable sur le themis…. certes la dose est 5/6 fois plus importante que pour tout autre atomiseur reconstructible, mais tout autre atomiseur reconstructible envoyant autant que ce monstre a besoin d’un changement de coton tout les 3 jours pour garder ses propriétés et saveurs (c’est ce que je fais en tout cas)…..
    enfin quoi qu’il en soit cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant satisfait d’un achat ( depuis le taifun gs II qui m’accompagne encore chaque jour) et couplé a une box Puma 200W, le tout envoie saveur, vapeur, avec style et originalité.
    Néanmoins je n’ai pas encore trouver assez d’information sur le sujet pour oser essayer le contrôle de température sur le mesh, je préfère attendre que des vapoteurs bien plus experts que moi essayent et rendent des comptes avant de tenter le coup et de risquer de dire au revoir à ce parfait atomiseur ou à ma trachée(pas si parfaite pour sa part)…..

Laisser un commentaire

CBD : fin de la récré!

Richelieu par Volute Modz, le prix d’excellence