in

Le Haze RDTA, version Tobeco (clone)

Le Navire est un nid d’influences… On y rencontre toujours quelque chose que l’on ne connaît pas, les lectures y finissant souvent par un débit bancaire au grand dam de Porky (le cochon-tirelire) bien trop fréquemment malmené. L’atomiseur Haze de Vapehead Origins m’est venu de là, de remarques du matelot Sezni qui le premier en ces lieux l’a repéré et évoqué. Difficile de rester sourd aux arguments de cet atomiseur et je n’ai d’ailleurs pas tardé à m’y intéresser de près (au Haze, pas à… Hum…).

Pas suffisamment cependant pour me farcir les ruptures de stock de l’original et c’est donc d’un clone Tobeco dont il sera question ici. Un clone, un de plus… Je ne sais quand je reviendrai à ces produits originaux dont j’étais naguère si friand mais j’ai l’impression que ce n’est pas demain la veille. Trop difficiles à obtenir, trop chers, trop rapidement obsolètes… Une page est tournée.

Le remontage du Haze

Le Haze arrive bien sûr monté mais c’est sous forme d’un puzzle à neuf pièces que nous allons le découvrir… Hin hin… Parce que je l’ai démonté avant.

01 - pieces

En haut, de gauche à droite : le drip-tip, le top-cap, la paroi de la chambre, le tank. En bas, toujours de gauche à droite : le bottom-cap, le plateau, le pôle positif, la vis du pôle positif et l’obturateur du plateau.

Le tank

02 - tank

Le bottom-cap est équipé de deux joints toriques sur lesquels vient s’enquiller un tank de PMMA donné pour 2,8 ml mais excluant d’entrée les liquides corrosifs de type anisés ou citronnés. Je dois avouer ignorer si d’autres versions de tank, acier ou Pyrex existent pour autoriser toutes les saveurs au Haze. La couleur jaunâtre du tank peut paraître vraiment moche, je dois encore avouer ignorer s’il existe des alternatives…

Le plateau

03 - deck

Le plateau présente lui aussi deux joints toriques destinés à clore fermement le tank sur lequel il s’appuie et donne tout de suite la mesure. Quatre orifices curieusement filetés laisseront passer le type de mèche choisi sous les bons auspices de deux plots négatifs taillés dans la masse, en attendant l’arrivée du plot positif accueilli par l’isolant Peek pas super bien ajusté visible en position centrale. Le cinquièle orifice situé à droite sur la photo ressemble à s’y méprendre à un astucieux dispositif de remplissage du tank.

Le bottom-cap

04 - positive

Retournant l’assemblage pour insérer la vis du plot positif, l’attention se trouve immédiatement captée par la gravure “VHO”, initiales du modeur Vapehead Origins malheureusement en léger relief et les barbes métalliques restées sur la tête de la vis… Rien de tel pour labourer la box ou le mod choisi pour accueillir ce Haze… Un coup de papier de verre, ici à la one-again comme le prouvent les rayures visibles sur la photo auront raison de ces petites approximations de clone. Enfin… S’il est prouvé que l’original ne souffre pas des mêmes défauts.

Le pôle positif

05 - screwed

Le pôle positif sert d’écrou pour fixer le bottom-cap, le tank et le plateau traversés par la vis précédemment citée. Un nettoyage du tank nécessite donc un démontage complet amenant une potentielle fragilité d’usure au niveau de la tête de la vis et de son filetage. L’empreinte des vis de fixation des coils, plutôt légère, est également inquiétante comme j’ai d’ailleurs pu le lire au sujet de la version originale du Haze. Les empreintes hexagonales “allen” adaptées aux serrages faciles et efficaces auraient certainement été préférables. Enfin, le pôle positif se révèle légèrement excentré… Magie du clone !

L’obturateur

06 - plastoc

La moitié du plateau peut être obstruée par une magnifique pièce de plastique colorée en jaune-orangé. Ses deux pattes s’incrustent entre les pôles négatifs et le pôle positif central, sur la partie de plateau dépourvue des espèces de cornes signalées par des flêches bleues sur ma superbe photo absolument pas floue. On peut légitimement craindre pour la longévité de ce système de fixation, un jeu risquant de s’instaurer entre les pattes de l’obturateur et les pôles sous l’effet de l’usure. L’obturateur est percé de part en part pour permettre le remplissage du tank par l’orifice dédié. On comprends ici que le Haze ne permettra que deux choix de montage, double ou quadruple coil… Gloups…

La chambre

07 - chamber

La paroi de la chambre vient se caler sur les joints toriques situées sur le haut du plateau, son large air-hole se positionnant en face de l’emplacement des futures résistances. Le Haze ne propose pas de réglage d’air-flow, la large fente visible sur la photo assurant le boulot sans autre option possible.

Le top-cap

08 - topcap

Le top-cap se place sur le haut de la chambre, maintenu lui aussi par un joint torique. L’orifice destiné à recevoir le drip-tip est excentré, constituant une particularité majeure de ce Haze qui ne ressemble de ce fait à nul autre atomiseur. Il paraît futé de placer cet orifice juste au dessus du futur emplacement des résistances de façon à envoyer la vapeur directement au drip-tip, en remarquant d’ailleurs que ce top-cap plat ne présente pas le fameux dôme si recherché pour la concentration des saveurs en cours de vape.

Le drip-tip

09 - driptip
Non, le Haze n’est pas vilain…

Le drip-tip fourni est métallique, sa partie haute étant recouverte d’un cylindre de Delrin certainement destiné à éviter l’échauffement des lèvres lors de l’aspiration. Ce dispositif de bête de course tranche avec le diamètre plutôt standard de ce drip-tip situé à vue de nez autour du centimètre.

Le “coiling” du Haze

Le Haze pourra certainement accepter tout type de montage, du micro-coil au câble en passant par le genesis mais seulement en double ou quadruple coil sous peine de laisser béant un des quatre gros orifices du plateau et de s’exposer à diverses catastrophes de type vidage du tank dans un sac ou une poche.

Les bobines

10 - coils

Pour un premier essai, j’ai choisi la simplicité d’un double micro-coil coton réalisé en Kanthal 0,5 mm sur huit spires de 2,5 mm de diamètre. Il est ici impératif de réaliser deux bobines symétriques en inversant le sens du bobinage lors de l’enroulement du résistif autour du gabarit.

Le montage

11 - coiled

Cette précaution prise, le Haze s’avère plutôt facile à monter. Le serrage des vis de pôles est un peu compliqué par la légèreté des têtes de vis nécessitant un tournevis de taille parfaitement adaptée pour éviter tout risque de détérioration des croix.

Les tests

12 - ohm

Une fois les deux bobines en place, il convient de se livrer aux tests habituels même si on est absolument certain d’avoir réussi un montage ultime, tendant asymptotiquement vers l’absolue perfection. L’ohmmètre montre ainsi une résistance résultante de 0,36 ohm tout à fait cohérente avec le type de bobines montées.

13 - fire

Le test de mise à feu montre deux bobines équilibrées face à l’alimentation électrique. Précisons tout de même qu’il n’y a guère de magie, il faut bien presser le bouton de mise à feu même sur une RX-200 pour provoquer l’incandescence. La photo a seulement été prise sur la chaleur rémanente après relâchement du dit bouton !

La garniture

14 - cotton

Toujours fidèle au coton japonais Puff, j’en ai taillé une bandelette d’environ 6 mm de large pour remplir au mieux les deux grosses bobines résistives. L’insertion se fait par le haut des spires en tournant légèrement le coton pour lui permettre de descendre jusqu’au fond du tank.

15 - ready

Le montage se termine par le placement de l’obturateur sur les deux orifices laissés libres par le montage en double coil et par le remplissage du tank par l’orifice prévu à cet effet.

Et la vape du Haze…

Comme on a pu le constater lors du montage, le Haze présente plusieurs caractéristiques typiques d’une machine à vapeur et c’est à mon avis en cela qu’il se différencie du Origen v2 auquel il est souvent comparé. Air-hole imposant, Larges orifices d’arrivée de liquide, montage minimal en double coil, drip-tip doublé de Delrin, ces deux atomiseur ne jouent pas dans la même cour et n’ont de commun que leur côté top-coiled…

16 - vapor

Toujours à mon avis, le Haze doit plutôt être regardé comme un dripper à tank ou RDTA, plus extrême qu’un Origen même s’il en reprend quelques idées comme l’utilisation d’un obturateur, également réducteur de chambre. Il se révélera certainement sous son meilleur jour équipé de montages plus bas en résistances et soumis à des puissances plus élevées.

Ces impressions ce confirment à l’utilisation, le Haze envoie gravement le steak. Le montage présenté ci-dessus, testé entre 40 et 50 watts, produit des nuages absolument énormes. Les résistances grésillent joyeusement et une vapeur chaude, blanche et dense réjouit le larynx de son épaisse consistance comme sait si bien le faire, dans une moindre mesure, le cousin Origen v2.

Mais la vraie surprise vient du rendu des saveurs délivrées par le Haze, absolument excellent. La vapeur produite est saturée, sucrée, digne de celle des meilleurs drippers que j’ai pu tester. Bon, bien sûr c’est encore et toujours une question de goût mais les pirates appréciant une vapeur ronde, épaisse, gorgée de saveur limite comparable à celle du Darang devraient se trouver fort satisfaits de ce Haze, passant allègrement sur la consommation de liquide totalement hallucinante de la bête…

Bonne vape à toutes et tous, en Haze RDTA !

Amiral

Ecrit par Nesquick

Nesquick, dans la vape depuis 2013.
Intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

41 Comments

Laisser un commentaire
  1. Bien le bonsoir Mr le motard

    C’est curieux que tu te sois orienté vers un double coil .
    Les présentations que j’avais vues montraient un simple coil horizontal . ( surtout un mec en boutique à côté de chez moi , il avait placé un parallèle coil horizontal du meilleur effet )
    Bon en tous cas , tu as confirmé l’impression que j’avais eue en le testant .
    Je crois que je vais aller m’en chopper un .
    ?

    • Sapristi, un simple parallel-coil horizontal ! Je n’y avais pas pensé, n’imaginant que du double ou du quadruple mais ça doit marcher, en effet.

      J’pense pas que tu sois déçu si t’en prends un… B-)

      • Mets toi au boulot pour préparer ça ?
        Franchement le rendu etait très bon
        Une vape chaude et goutue
        L’avocado dans le meme style a l’air bien sympa

  2. Ton nouveau jouet à l’air bien sympa, et comme tous les gosses, les jouets des copains sont toujours mieux que les siens (malheureusement pour Porky).
    Bien sur si l’on passe outre l’esthétique de son tank qui ressemble à du plastique resté au soleil trop longtemps et vieillit prématurément!

    • Les photos l’enlaidissent, il est moins moche en vrai ! :yes:

      J’aime bien ces RDTA ou drippers à tank qui essayent d’allier la qualité de vape des drippers au côté pratique des tanks.

      Celui-ci se défend plutôt pas mal…

  3. C’est sur que le look donne pas trop envie, ça fait un peu l’ato de ma grand-mère avec son plastique qui a 150 ans :wacko:
    Mais je l’ai essayé et c’est vrai que le rendu est très bon B-)
    Je suis sur que plein de matelots vont essayer ce truc rapidement avec cet article bien complet :good:

    • Le Avocado, qui reprend le concept global en y ajoutant un plateau de type”Velocity” commence à faire parler de lui également.

      J’espère qu’un pirate nous le présentera bientôt !

  4. Nos amis chinois sont déja sur la version 2 :wacko:
    Seule différence un Pom drip tip en plus par contre tank Glass
    SKU 3855203
    Et le tank Glass se vend seul a voir s’il pourrai s’adapter dessus (Depth 11.1 mm / Height 22.8 mm)
    SKU 4023900

  5. Encore un super article parfaitement détaillé..
    Je suis pour ma part fan de ces atomiseur top coil et le Haze m’a longtemps titillé. J’ai cédé finalement pour l’Avocado que j’ai reçu hier et qui pour l’instant me fait une super impression… Encore quelques jours de test et je proposerai peu être au capitaine mon modeste premier article.!

  6. Merci Nesquick pour cette excellente revue :good:
    Il me semble qu’il est vendu avec 2 grosses vis qui peuvent boucher 2 des 4 trous servant au passage des mèches, ce qui explique le filetage. Tu n’as pas ça toi ?
    Il y a aussi un truc que je ne comprends pas trop : il n’y a qu’une seule arrivée d’air en cyclope? Dans le cas d’un double coils de chaque côté du plateau, le 2e coil n’a pas le droit à son arrivée d’air directe ?

    • Salut Trob,

      Non, je n’ai pas les vis permettant de boucher les trous… Dommage car elles permettraient de monter un simple coil vertical.

      Il n’y a bien qu’une seule arrivée d’air et je me demande aussi comment un tel système peut faire respirer un double coil horizontal ou un quad-coil. J’ai essayé de placer le drip-tip du côté du réducteur de chambre plutôt qu’au dessus des résistances et ça fonctionne aussi comme ça… :scratch:

  7. Testé en simple clapton horizontal 0.5 ohms et en double vertical 0.25 ohms, cet ato ne tiens pas les watts, impossible de monter en puissance tant la vape devient brûlante et donc les arômes inexistant, c’est tout simplement invapable, probablement du a son top cap plat et au faite de vouloir absolument réduire la capacité de la chambre, là c’est trop, et donc sans air, on obtient ça. Testé sans le réducteur, on ne sais ou placer la sortie du drip, et dans tout les cas, ça merde dès qu’on monte la puissance, pas assez de circulation d’air.
    Sans compter que son tank jaune caca lui donne une tronche de fiole a vomi, mais bon, les histoires de couleur ;)

    • Le montage à 0,36 ohm présenté ici s’est avéré utilisable jusqu’à 50 watts environ, devenant en effet invapable au-delà pour cause de chauffe excessive. Je le pratique autour de 40 watts pour un résultat à mon goût très satisfaisant…

      Je ne pense pas que le Haze soit conçu pour les résistance basses… Je le vois comme un Origen v2 un peu boosté mais sûrement pas comme une bête de course. Il tient les watts à condition de ne pas lui en mettre trop dans la truffe ! ;-)

      • Donc d’autres atos que le Haze… :unsure:

        Je serais d’ailleurs intéressé par un éclairage sur ces autres atos mangeurs de watts car je n’ai pour l’instant jamais rencontré de matériel capable d’encaisser des 100 watts et plus, pas même ceux présentés comme étant capables de le faire tant par le marketing des constructeurs que par les reviews vues ou lues ici et là.

        Le TFV4 équipé de son triple coil (0,2 ohm) donné à 90 watts par Smok m’a démoli la truffe autour de 60 watts, devenant brûlant au point de ne plus pouvoir être touché au bout de cinq taffes. Je cite volontairement un setup “tout fait” où mon aptitude à monter correctement un ato ne peut être mise en cause…

      • Pour tous ce qui dépasse les 80w, c’est dripper obligé, perso j’en j’utilise plusieurs en 28 à 30 mm de diamètre, et vu les puissances utilisées, uniquement sur une home box perso en 2*26650, j’ai aucune confiance en l’électronique pour ça, déformation professionnelle, je suis électricien.
        Sinon je suis toujours entre 50 et 70 W sur 3 MKII
        j’ai monté un Aromanizer a 85W, mais avec les arrivés de juice agrandi a 2.3 mm de diamètre.
        Le tout avec du DIY basé sur de la VG pure, sans nico, donc au final des juices avec un taux de 80% de VG environ.
        Beaucoup de fabriquant promettent monts et merveilles, mais ça tient pas avec de tel taux de VG, perso je cherche toujours le Graal, donc j’en test pas mal et très rare sont les élus.

      • Merci pour ces précisions !

        De ce que je comprends, la montée dans les watts est une affaire réfléchie où les vendeurs de super-clearos y vont franco de leur air de flûte…

        Vaper à 100 watts n’est pas une fin en soi mais les vapotos attirés par une expérience un peu limite doivent savoir que la chaleur est plus facile à obtenir que la grosse vapeur et… Le goût ! :yes:

    • Bonjourno Nes

      J’ai choppé il y a quelques temps un dripper Twisted Messes . Il possède un énorme top cap en métal , un drip tip quasiment aussi large en delrin , et enfin un normal 510 .
      J’ai vu des mecs lui balancer 200W dans la tronche avec montages en double clapton sans qu’il ne moufte .
      Bon c’est sûr , à cette puissance , tu ne dois pas pouvoir tirer plus de trois barres . Perso , je ne l’utilise qu’ à maximum 50W et avec le plus petit drip tip .
      Tu le trouves en clone à 10 balles chez les Chinois comme d’Hab’ ou l’original chez Unicorn pour une cinquantaine d’euros .

      • LO Sezni,

        Et pourquoi que tu ne peux pas tirer plus de trois barres ? Ben parce qu’il n’a plus un pet de jus dans le coton et qu’il est brûlant comme la braise…

        En restant autour de 40 watts, le Haze permet de chain-vaper un tank sans trop se cramer la truffe… C’est à mon goût, ça me va bien.

      • Le câble les gars ! Le câble ! Une capillarité monstrueuse qui permet au coton de suivre au-delà des trois barres. Le câble, je vous dis !
        Signé MadDUcable :yahoo:

      • Ces drippers de course n’ont pas de tank, mon cher MadDUcable… Impossible d’y coller l’acier toronné… Qu’ils soient secs comme les élytres d’un hanneton au bout de trois taffes est une nuisance que l’on accepte en les utilisant mais on doit bien jeter l’éponge quand leur température extérieure dépasse les 100°C. :wacko:

        Le Haze pourait par contre se prêter à la manip à condition de trouver un câble de diamètre suffisant pour emplir ses larges orifices. Sur un shop de pièces détachées pour machines agricoles, peut-être… :scratch:

      • Oui, bien sûr. Je n’ai pas bien suivi le fil et je pensais aux top coil à tank.
        Mais je persiste. On trouve du câble jusqu’à 4mm de diamètre et il me semble que le Haze s’accommoderait bien de 3mm. Reste la difficulté de couper d’aussi petits morceaux. :scratch:

  8. Je teste en ce moment une drôlerie entre le Haze et l’Origen. Le Fodi de Hcigar. Article à venir.
    Encore un top coil. J’adore les top coil !
    Et devinez quoi ? Je l’ai monté en câble… :wacko: (dommage qu’il n’y ai pas d’émoticône avec un entonnoir).

    • Salut a l’équipage!j’utilise cet ato (fodi) depuis une quinzaine et sans l’avoir vraiment testé dans tous les sens par manque cruel de temps,je le trouve vraiment pas mal!(hormis le driptip).j’attends donc ton article avec impatience,histoire d’en débattre..

    • LO,

      Bonne question…

      Il ne me semble pas que les gros portails chinois précisent l’origine de leurs clones, peut-être parce qu’elle varie en fonction des lots proposés.

      Les sites nationaux qui vendent de la copie en précisent la marque la plupart du temps.

      Enfin, certains cloneurs “reconnus” tels Tobeco posent parfois leur logo sur les emballages de leurs produits.

      On arrive donc pas toujours à savoir d’où vient ce que l’on achète… :cry:

  9. J’ai pris ce Haze en clone Coil Father pour un prix ridicule.
    Monté en monocoil en 0,8 Ohms horizontal, je suis épaté par les saveurs, limite écoeurantes de mes liquides habituels. Je vais revoir mes dosages d’arômes !
    Par contre même à 20 watts le liquide descend très, très vite ! L’attrait de la nouveauté sans doute. J’ai aussi monté un drop tip plus étroit.
    Par contre ça crépite beaucoup, quelques projections aussi…pas assez de coton ?
    C’est mon premier rdta, pas facile de rentrer les mèches dans le réservoir sans déformer le cotonnage..

    • Les RDTA rendent quasiment comme des drippers alors forcément, ils dépotent et consomment à donf.
      Leur vape est abondante, dense et saturée, il faut aussi parfois revoir le taux de nicotine à la baisse pour éviter de gomir son quatre-heures après une session de vape un peu prolongée…

  10. Oui c’est certain ! Par contre même si le remplissage est facile, le réservoir se vide très vite. Un pin BF serait parfait mais je ne pense pas que cela existe pour ce tank, dommage

    • À l’époque où est sorti le Haze, les squonkers se comptaient sur les doigts d’une main, je ne pense pas qu’un fabricant d’accessoires se soit penché sur la réalisation d’un pin BF pour cet ato depuis…
      En mode bricole, on pourrait imaginer percer la vis de maintien du plot positif dans l’axe jusqu’au filetage, puis perpendiculairement pour obtenir un canal en “T” par lequel le liquide pourrait monter et couler dans le tank. Sauf que pour faire ça, faut une perceuse-colonne précise car au moindre écart… Adieu le Haze !
      Heureusement, plusieurs RDTA (dont le Wasp de Kanti) sont sortis depuis, accompagnés d’un pin déjà percé. :yes:

    • Bonsoir!
      Je me permets de préciser la conclusion de Nes.
      Le WASP Nano RDTA (dripper-tank) n’est pas livré avec un pin BF.
      Le WASP Nano RDA (dripper) est livré avec un pin BF.
      Après, c’est plutôt logique. Quand on squonk, on a souvent déjà un réservoir de 7 ml minimum. Quel est l’intérêt d’avoir un réservoir sur un réservoir? Après, je dis peut-être une bétise mais je découvre le squonk très bientôt…
      Voilà, désolé de me mêler de vos affaires… :whistle:

      • Hein, quoi ? Ouais, je sais bien qu’il a pas de pin BF, j’ai dit ça pour voir si ça suivait !
        Hum…
        Bon, OK j’ai confondu… Le NarBA je sais plus mais le NextEra il en a un, c’est sûr.
        Le fait d’avoir un BF sur un RDTA espace les remplissages, ça peut être sympa lorsque le tank est vraiment petit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Caudalie, quand tu nous tiens…

Chuff-caps par Jess-Marie de Double Helix Designs