in ,

Le Change de chez Steampipes

J’ai un problème. Lorsque je reçois du matos dont tous le monde a parlé et qui a défrayé la chronique, je le connais déjà tellement bien que j’ai un peu l’impression d’avoir commandé quelque chose que j’avais déjà.
C’est pour cela que le Change de Steampipes a retenu mon attention lors de son apparition sur les shops français.
J’avoue. Je n’avais même jamais entendu parler de ce modeur allemand !

Un dripper de 4 ml?

photo-1

Le Change est un top coil de type Génésis, mais avec un système d’alimentation particulier dont, décidément, je n’avais jamais entendu parler non plus.
Par les quatre trous prévus à cet effet, il s’agit de glisser deux brins de fibre silicate de 2mm qui baigneront dans le tank.

Attention ! La fibre est là pour longtemps, car elle ne sera pas en contact directe avec la résistance. Il faudra encore installer le ou les micros coils juste au-dessus. Le coton reposera sur la fibre et s’imbibera jusqu’à saturation du liquide pompé par le silicate.

photo-2

Au départ, j’étais sceptique. Avant de craquer, j’ai testé le principe sur mon Aga T2 et… Ca marche ! Ca marche même très, très bien ! Sauf que l’Aga T2 n’est pas fait pour ça et je restais dans le domaine du bricolage. Donc, par ici la carte Visa.

Le Change est du domaine des high-end, mais affiché à 125€ il reste concurrentiel par rapport à ses petits copains. Entre 15 et 25€ moins cher. On le reçoit dans un étui plutôt minimaliste accompagné d’un sachet avec deux petites rondelles au format des vis des pôles négatifs/positifs d’ont je ne vois pas bien l’usage. Pas le moindre joint ni la moindre vis de remplacement. C’est un peu sec… Vous trouverez également une seconde bague d’air flow destinée aux montages duals.
Au sujet de l’air flow, celui est constitué de deux trous ou quatre trous si vous optez pour un montage dual coil. Ils peuvent être plus ou moins fermés en tournant la bague. C’est tout simple et ça fonctionne parfaitement. Grand ouvert en single, c’est aérien comme un Squape ouvert à 1.8mm. En dual, avec les quatre trous, vous aurez peut-être envie de réduire.

photo-3

Démontage, inspection des finitions et des ajustements (impeccables et aux normes à ce niveau), tank pyrex (épais et bien protégé), nettoyage (superflu) et premier montage.

J’opte pour le single. Kantal 0.3mm, en 2.5mm de diamètre pour 1.5 ohms. Oui, je sais. Je vape pépère et je n’aime pas me prendre la tête.
On a connu plus rapide et plus simple, mais comparé à un Génésis, c’est de la rigolade.
Dès le tank rempli et le coton imbibé de quelques gouttes de juice pour l’amorçage, le système d’alimentation se met en route. Je vous rappelle qu’il s’agit d’un top coil et que vous avez accès à votre montage à tout moment en dévissant le top cap. Si vous voulez seulement espionner votre coil, il vous suffira de dévisser sa partie supérieure en l’empoignant par le drip tip qui est bien serré et tient parfaitement. Cette partie supérieure est munie d’ailettes afin de favoriser le refroidissement de la partie haute de l’atomiseur.

Et vient le moment de la première barre…Waouh !
On comprend tout de suite qu’on n’a pas fait un mauvais placement.
C’est un top coil ! A 10 W, la vapeur est plutôt chaude, onctueuse et abondante.
Je vous sens impatients.
Et le rendu des saveurs, me demanderez-vous. Exceptionnel vous répondrais-je.
Mais là on est dans le domaine du subjectif. Je ne peux pas comparer avec un KF 4 ou un Taifun GT II, je n’en ai pas (ça va peut-être venir, le Taifun me démange). J’ai bien des drippers dont un Vulcan très décoratif mais qui en dehors des gros nuages, ne me bluff pas plus que ça. D’autre part, certains atos sont parfaits avec les fruités, d’autres avec les tabacs gourmands ou les custards. C’est pas simple.
Ce que je peux vous dire, c’est que là où un Squape va pardonner certaines erreurs, le Change va révéler les subtilités et les détails d’un liquide. En force ! Si dans votre DIY, vous avez un peu trop forcé sur le koolada ou le menthol, vous vous en apercevrez rapidement.
Pareil si vous avez eu la main un peu lourde sur les dosages.
Cet atomiseur m’a remis le nez dans mes recettes.

Donc, je répète exceptionnel selon moi et, vous l’avez lu, je ne suis pas du genre à pousser mon matos jusque dans ses derniers retranchements. J’ai peut-être encore des choses à explorer avec ce Change.

Exceptionnel, sauf que…

J’ai acheté le mien chez EspaceVap et pour mon évaluation j’ai mis une « étoile » en moins.
Pourquoi ? C’est là que ça devient intéressant. C’est toujours la même rengaine, le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière… Et pourquoi pas la clé de sa chambre, tant que vous y êtes !
Le Change n’est pas parfait. Il a les défauts de ses qualités.

Commençons par le remplissage

Il est supposé se faire en dévissant partiellement le top cap pour dégager un orifice pratiqué dans le filetage et en y introduisant une seringue ou l’aiguille d’un flacon éponyme. Sauf que… (Ca va être la série des « sauf que »…). Je ne sais pas si ça vient de moi ou d’un défaut de mon exemplaire, cette méthode est lente et débouche une fois sur deux, sur un refoulement du liquide. Résultat, ledit liquide se glisse entre le pyrex et sa cage en acier, pour finir tôt ou tard sur vos doigts. En fait, l’aiguille doit être suffisamment fine pour s’introduire complètement dans le tank. Trop grosse, elle reste à l’entrée d’où refoulement.
Personnellement, j’ôte complètement le top cap, je dégage légèrement le coton d’un des trous d’alimentation pour glisser l’aiguille le long de la fibre et remplir le tank facilement et rapidement. Un petit coup de Sopalin sur les filetages et plus le moindre problème.

photo-4

L’étanchéité

Rappelez-vous que c’est un top coil avec les trous d’air flow qui donnent directement dans la chambre de vaporisation. Beaucoup de drippers et de Génésis sont comme ça (je sais Capitaine. Pas votre Magma). Ca marche l’enfer ! La saturation du coton est assurée en permanence et j’imagine qu’il faut enchainer des vapes de malade pour arriver, peut-être, à un dry hit.
Sauf que… Si vous le couchez ou si vous le trimbalez au fond d’un sac ou d’une poche, le coil saturé à mort, a toutes les chances de se laisser aller sournoisement à travers ces fameux petits trous d’air flow. Bon, honnêtement, cela ne m’est arrivé qu’une seule fois, mais autant le savoir et être prudent.

L’alimentation

Ce système d’alimentation est remarquablement efficace. Quand le coton est imbibé à refus, il ne pompe plus, c’est tout. Et pas le moindre glouglou.
Sauf que… si vous aimez changer de juice à chaque plein, il y a un petit problème. Il ne suffira pas de changer votre coton. N’oubliez pas que les mèches de silicates sont bien imbibées, elles aussi. Ou bien vous les rincez, ou bien vous les changez. Il faudra encore rincer le tank et là, ce n’est pas gagné non plus (voir ci-après). Bien sûr, vous pouvez aussi vous dire que ce n’est pas grave et remplir sans autres formes de procès. C’est ce que je fais. Lorsque je souhaite changer de liquide, j’essore jusqu’au dry hit et puis je change le coton…

Les joints

Ils sont parfaits. Le tank, par exemple, est maintenu en place par deux joints minutieusement calibrés. Même le top cap démonté, aucun risque de voir le pyrex se déboiter par accident comme celui d’un Fogger.
Sauf que… Ces joints font tellement bien leur boulot, qu’il est presque impossible de démonter le pyrex ! Et j’exagère à peine. J’utilise mes deux morceaux de chambre à air pour l’extraire. Et encore, c’est pas de la tarte. Poignets fragiles s’abstenir. Heureusement que le verre est épais. La première fois, j’ai cru que j’allais le casser.
D’autre part, on ne le démonte pas tous les jours et peut-être qu’une période de rodage le civilisera un peu.

La consommation

De la vapeur, du rendu, un air flow aérien (surtout en dual). Que du bonheur.
Sauf que… Côté conso, ça craint ! Mais reproche-t-on sa consommation à une Ferrari ?

Conclusion

Beaucoup de « sauf que », non ? Personnellement ils ne me dérangent pas, tant les qualités du Change font oublier ces petits inconvénients qui je le rappelle, a part le problème de remplissage, sont les défauts de ses qualités.

Si vous cherchez un atomiseur zéro problème de haut niveau, qu’on peut coiler dans un wagonnet de montagne russe et qui ne lâchera pas un atome de jus, même dans une machine à laver programmée à 60 degré avec essorage à la fin, jetez-vous sur le Squape R, par exemple.
Mais si vous en voulez plus, quitte à vous accommoder de quelques (petits) inconvénients et que vous êtes du genre à apprécier les méditations existentielles, un verre de grand pur malt dans une main, la nostalgie d’un Partagas de légende dans l’autre, le Change de Steampipes est fait pour vous.

Ah ! J’allais oublier la question posée au début de cet article. La réponse est oui (*).

(*) ndla : Les opinions exprimées ici n’engagent que la responsabilité de l’auteur et sont assumées par lui ;-)

Votez pour ce produit si vous l’avez : [ratings]

Ecrit par Cap's

Dany, fondateur du Danyvape et de Danyworld
Plus de clopes depuis le 1er jour, le 21 sept 2012...
À l'abordage !!

26 Comments

  1. Petit addendum… :bye:

    Avec un recul supplémentaire depuis l’écriture de cet article, le Change s’est imposé comme mon meilleur atomiseur. Les « sauf que… » évoqués, sont passés en arrière plan estompés par ses qualités.
    Pour ce qui est du remplissage, j’opère comme je l’ai décris mais je ne touche plus au top cap proprement dit. Je dévisse simplement sa partie supérieure et je remplis en toute sécurité.
    Je n’ai plus eu de pertes de juice par les trous d’air flow, mais si on a des craintes, on peut toujours les fermer durant un transport.

  2. Belle revue captain, sauf que le Richelieu de Volute Modz vient de sortir, et au même tarif le choix me semble vite fait.

    Un article de comparaison serait le bienvenue…

    • Effectivement le Richelieu est un dripper, mais ces 2 atos pour moi se rapproche dans le sens ou ils sont tous les 2 très fort en terme de rendu, et la vape semble très aérienne sur les 2 (au choix avec les airflows), ce qui devient la norme depuis fin 2014.
      Et un dripper qui prend 1,7 Ml est il toujours un dripper ?

      Le post est marqué au nom du Pit’, mais ça ne change rien : belle revue.

      Pour ma part, je serai plus dans la recherche de la simplicité, ce qui me ferait pencher sur le Richelieu.

      Bref, ma CB ne va pas aimer.

    • D’accord avec toi Filo. Et il a l’air plutôt sexy, ce qui ne gâte rien.
      Si tu craques, propose un petit retour au Capitaine…
      Mais je crois en effet que ce ne sera pas trop bon pour la CB. ;-)

  3. Après plusieurs lectures d’articles et de vidéos sur le Change, apparemment il serait un ton au dessus au niveau des saveurs par rapport à un Taifun GT, à voir…

  4. Belle revue, merci MadZMax ! :good:

    Je n’aurais même pas imaginé poser du coton sur de la silice… De ce que j’en sais (ou crois savoir) cette dernière a une capillarité moindre qu’un coton cardé, un Puff ou un Fiber Freaks et j’aurais parié pour le dry-hit assuré avec ce genre de montage. Apparemment, c’est loin d’être le cas.

    Il doit également être possible de monter ce Change en 100% coton avec du Puff dont le conditionnement en pads permet de découper facilement de longues bandelettes homogènes. :yes:

    Enfin, je m’avoue bluffé par la qualité de finition de cet ato, en tous cas telle qu’elle apparaît sur les photos. Woaw, c’est de la belle ouvrage ! Les produits Steampipes, mods et atos, sont proposés depuis quelques temps déjà par les « stores » Pipeline mais je n’en avais jamais vu d’aussi près.

    • Pour la petite histoire, j’utilise du Fiber Freak n°1. Ce matin, j’ai essayé du n°2… Difficile a dire, un petit peu plus de vapeur encore, me semble-t-il.
      Mais je confirme, le coton baigne dans son jus ! J’ai été le premier surpris ! Merci Nesquick pour tes commentaires éclairés. :rose:

    • Tu peux retrouver le même concept de silice imbibant du coton avec le Flash eVapor. Comme quoi, il est vraiment en avance cet ato…… ^_^
      Un jour je passerai peut être outre sa laideur pour l’acheter… je manque le faire à chaque fois que je le teste…. :-/

    • Oui, un peu le même genre… à l’envers.
      Si tu connais le Flash, je serais curieux de connaître ton avis sur le Change.
      Ceci dit, je me demande s’il n’est pas en train de suivre le même chemin que le Flash eVapor du point de vue disponibilité. :scratch:

    • Le FeV je ne le connais que peu mais un copain ne jure que par lui. Il a revendu dans la foulée ses Kayfun 4 et Taifun GT2 car il trouvait qu’ils ne tenaient pas la comparaison face à ses FeV. Et c’est vrai que le rendu est vraiment sympa.
      Là, je découvre l’Origen Genesis V2… une bonne claque aussi. :-)

  5. MadZMax tu m’énerves!
    J’ai flashé sur le Squape,de ta faute et je me le suis acheté sans attendre la reprise au boulot de nos amis qui ne sera qu’un clone au demeurant.
    J’ai pris un original avec le w qui est mis d’office chez TK.
    Ta présentation et tes explications concernant le rendu des saveurs me titille.
    Par contre je me demande si le montage n’est pas un peu complexe?
    Et en plus je n’utilise plus de silice.
    On peut mettre à la place du coton Fonty de diamètre 1mm?
    Bel article

    • Salut 1alain1. Tu me fait plaisir avec ton achat d’un Squape original !
      Histoire de rattraper l’augmentation du prix « suisse », ils se sont décidé a proposer le plateau W d’origine. Bien vu !
      Je n’ai pas de coton Fonty, mais à mon avis, ça devrait marcher.
      Bien sur, le montage du Change est un peu plus « prise de tête » que celui d’un Squape. Comme je l’écris dans l’article, le Squape est un rêve de facilité et le Change se mérite. Mais au final, point de vue rendu, ils ne sont pas loin l’un de l’autre.
      Bonne vape :bye:

  6. Les atos de type « Genesis » sont bien initialement (à l’Origen !) conçus pour accueillir du mesh, non ?

    Je pose la question parce que plusieurs « Genesis » sont chroniqués sur le Navire mais seuls Le Capitaine (juin 2013) et Lodse (Taifun GS) nous montrent un rouleau de mesh, les autres auteurs coilant ces atos en micro-coil coton vertical.

    Et d’ailleurs, peut-on toujours monter un « Genesis » en MCC ou en autre chose, comme le Change de MadZMax ? Ou existe-t-il des atos qui ne fonctionnent qu’avec du mesh ?

    • Globalement, tout ce qui utilise du mesh, peut plus où moins être utilisé avec du coton. Cependant, le contraire n’est pas forcément faisable…

      Le Taifun GT est un ato qui a été conçu initialement pour être utilisé avec du mesh si je ne m’abuse, tout comme le Fogger.

      Je pense que le genesis (montage mesh) est quelque chose qui se perd avec le temps, tant la facilité de travailler avec du coton et les résultats sont convaincants…
      Pas si facile de faire fonctionner un bon montage genesis (mesh) sans expérience en la matière. Sauf avec le RSST bien sûr ;-)

  7. J’ai trouvé une review et j’ai bien compris pour le passage de la fibre mais rien sur tes rondelles.
    Au regard des stocks de nos revendeurs (rupture pour tous) je suppose qu’il doit vraiment s’agir d’un produit qui vaut plus que le détour.
    Les avis sont particulièrement élogieux.
    Donc MadZMax je confirme la première phrase de ma 1° intervention.