in

J'adoreJ'adore MerciMerci J'aimeJ'aime

Le bilan de vape 2020 de Nesquick

Cette année 2020 qui s’achève restera certainement dans les mémoires comme une année à part mais le calme qui s’est abattu sur ma vape au cours de ces douze derniers mois n’a vraisemblablement pas de lien notoire avec la crise sanitaire sans précédent que nous traversons.

J’imagine qu’il est normal, en vape comme en tout autre domaine, de foncer lors des phases de découverte puis de se calmer une fois les idées en place. Il m’aura juste fallu du temps, peut être plus qu’à pas mal d’autres vapotos pour cesser de craquer en mode compulsif sur tout ce qui porte résistance. Ce phénomène déjà amorcé l’an dernier s’est accentué cette année pour un bilan, le sixième me concernant, nettement moins épais que les précédents pour la plus grande joie du Porky (le cochon-tirelire), autrefois abonné aux amaigrissements extrêmes et aux périodes de coma plus ou moins profond.

D’abord, les pirates !

Passé cette année de la rédaction d’en moyenne un article par semaine à moins d’un article par mois, je n’en reste pas moins un fidèle client du Navire qui aura cette fois encore su apporter son lot de chouettes découvertes.

Saga Coilology : Framed Staple

L’une des plus marquantes me concernant sera sans conteste le retour des fils composites sur mes atomiseurs, après une longue bouderie issue de tests non concluants menés sur des montages jusqu’ici toujours trop bas en résistance, les quelques Flapton et autres Tiger essayés jusqu’ici transformant sans coup férir mes atomiseurs en chaufferettes portatives. Les très bonnes propositions de Coilology présentées notamment par Clandestino m’ont définitivement convaincu d’une issue possible entre autres chez les Fused Clapton, notamment avec leur déclinaison 2*28/36 tout à fait utilisable en duo grâce à une résistance résultante raisonnable d’environ 0,3 ohm pour un couple de bobines tournées en 6 tours de 3 mm de diamètre, procurant une vape dense et goûteuse des plus réjouissante.

Test de coils de builder: les GT Coils

Notre Daron préféré n’a guère tardé à venir enfoncer le clou des fils complexes avec son article présentant les GT-Coils faits maison par un bien sympathique “builder” malheureusement en cessation d’activité ces jours-ci. Preuve a donc été faite que l’on peut vaper du fil complexe sans se carboniser la truffe, en profitant pleinement de saveurs rehaussées par les innombrables pièges à jus créés par les tortillages savants de fils entremêlés, sur des coils bien adaptés aux généreux écartements de pôles proposés par bon nombre d’atomiseurs contemporains.

Test express du Dead Rabbit V2 RDA par Hellvape.

L’Asgard Mini à la lorgnette

Avoir de beaux coils c’est bien mais les utiliser, c’est mieux et si possible sur un matos tenant la route… Le Navire n’a pas été avare de présentations luxueuses cette année mais le duo Dead Rabbit v2 proposé par Kanti et Asgard Mini dépiauté par Bruce a fait carton plein me concernant. Ces deux drippers ont en effet régné sans partage sur les RDA millésimés 2020, équipés il est vrai d’excellents Fused d’origine GT-Coils. Leur large cuve, leur relative facilité de montage, leur résistance à l’échauffement, leurs détrompeurs guidant le placement des air-holes en face des bobines et bien entendu, leur rendu cosmique en font à mon avis des drippers ultimes dont on ne voit plus très bien les améliorations possibles.

Petit retour sur le JuggerKnot RTA.

Test du Tauren Max RDTA, par Thunderhead Creations

Vaper en RDA c’est bien mais on aime bien aussi les matériels à réservoir pour des raisons évidentes de praticité. J’ai donc suivi notre Kanti sur les traces du JuggerKnot que j’ai trouvé honnête, sans plus. Bon, bien sûr, je commence à préférer sérieusement les montages double coils aux simples mais je crois que le gros bloc chambre / cheminée non démontable du JuggerKnot m’a déplu avant même la première taffe tirée. J’ai par contre passé plus de temps avec le Tauren Max RDTA exposé par le Daron qui après quelques tâtonnements sur le diamètre optimal du montage a su se montrer très convainquant, tant en terme de rendu qu’en terme de volume vaporeux produit.

Le Ragnar RDTA, test et rendu avec le Pachamama.

FOCUS Box Titan PWM V1.5 Steam Crave

Et puis voilà, c’est à peu près tout ce que j’ai pécho sur le Navire en 2020… Enfin, ça a failli n’être que ça parce qu’il y a eu le bourre-pif, la targette sur la truffe, la mandale en plein groin, le Ragnar de Bruce. Je l’ai accompagné d’une box Titan dès la commande et il n’en est plus descendu, ce setup typé parpaing offrant une incroyable expérience de vape. Ce n’était pourtant pas gagné me concernant car je n’apprécie généralement pas les matos au format maxi. J’avais d’ailleurs du me dire “Ah ha, trop moche, jamais de la vie !” lors de la première rencontre visuelle avec la Titan. Et ben… Ragnar et Titan ont fait le vide autour d’eux dès leur mise en service et il est bien heureux pour les autres atomiseurs du moment que leurs dimensions hors-normes les cantonnent à un usage exclusivement domestique.

Test du surpuissant Blotto RTA de Dovpo.

Je devrais sans doute, pour être complet, placer ici un dernier petit mot sur le Blotto de Kanti auquel j’ai cédé après plusieurs allusions élogieuses relevées ça et là sur le blog mais son tirage trop serré à mon goût l’a disqualifié assez rapidement, malgré un très bon rendu des saveurs et un niveau de finition des plus réjouissants.

Pour ma part, ensuite…

Comme dit plus haut, je me suis nettement moins énervé sur le matos en 2020 que lors des années précédentes et franchement, j’aurais pu en rester aux découvertes amenées par les auteurs du Navire brièvement décrites ci-dessus tant la pêche aura été poussive de mon côté.

Le gros Isolation RTA a ouvert le bal, plus repéré par son look sympa doublé d’un prix lourdement soldé que par une véritable envie pressante de l’essayer.

Ce RTA aura cependant créé la surprise grâce à une vape musclée et généreuse mais au prix d’une certaine difficulté de mise en œuvre, ayant tendance à suinter par les air-holes. Ce défaut se corrige généralement par l’adoption de coils à fort diamètre permettant l’insertion de mèches de coton bien épaisses, le Isolation a fini par montrer son meilleur jour équipé de bobines tournées en 4 mm.

Très accroché au Dead Rabbit v2 RDA, je me suis ensuite mis en tête de lui trouver un mod mécanique capable de l’émouvoir dignement, ce fut le tube Arcless de MechLyfe.

Ce tube restera sans doute ma plus belle trouvaille de l’année 2020, redéfinissant le mod mécanique d’antan en corrigeant soigneusement toutes les petites misères liées à ce type de matériel. Fini l’entretien contraignant, le Arcless se montre aussi pratique à l’usage qu’une box électronique et fait bien sûr merveille sous le DR v2 grâce à son accu 21700, péchu et autonome à souhait. J’en ai d’ailleurs acheté rapidement un second, paré de résine noire et blanche afin de constituer un autre setup tout aussi plaisant avec le Asgard Mini… C’est dire !

La box Viva est arrivée sur ces entrefaites, pas à proprement parler comme une découverte de ma part puisqu’elle a surgi d’un focus du Cap’s apparemment disparu des cales du Navire (le focus, pas le Cap’s).

Jolie, compacte et surtout dotée de la molette caractéristique du voltage variable… Je ne résiste jamais à ce genre de box même si le stock en renferme déjà plusieurs modèles dont une Hexohm “O-Frame”, la reine de la catégorie. La Viva s’est montrée nerveuse et réactive à l’usage, deux qualités requises pour une belle carrière. La durée m’aura cependant ramené une fois encore à mémère la doyenne, mon indéboulonnable Invader IV qu’aucune box VV n’est à ce jour parvenu à détrôner durablement, pas même l’Hexohm.

Les fils complexes retenant toute l’attention du Navire, je me suis procuré un dripper Pharaoh afin de mener quelques tests d’utilisation de bobines à faible résistivité sur un mono-coil de gros diamètre.

Plusieurs déclinaisons de fils sont passées entre les grosses pattes de ce RDA primitif, du bon vieux Kanthal A1 en 20 Ga aux Alien de Wotofo pour un constat final assez nettement en faveur des fils tarabiscotés, plus efficaces semble-t-il pour réussir la saturation en arômes des nuages vaporeux. Le Pharoah, acquis à prix réduit, aura tenu le haut du pavé le temps des tests avant de retourner dormir paisiblement au fond du tiroir aux souvenirs, son rendu approximatif venu d’un autre âge ne résistant pas aux exploits des fines lames du moment, DR v2 et Asgard Mini.

Lourdement adepte du Reload RTA plusieurs mois durant, je me suis bien emballé à l’annonce de la sortie imminente de son successeur, le Reload 26.

À tout seigneur tout honneur, je me suis jeté sur un exemplaire original de ce nouveau Reload dès sa commercialisation, découvrant avec grande satisfaction une machine soigneusement packagée et impeccablement finie. Les moddeurs de Reload Vapor n’ont cependant pas du bien comprendre les raisons de l’engouement déclenché par le Reload RTA premier du nom, proposant sous le même patronyme une suite à mon avis décevante, au tirage fortement restreint et au rendu approximatif. J’ai pourtant passé beaucoup de temps à essayer de tirer quelque chose de satisfaisant de ce bel atomiseur, variant les goûts et les montages, sans jamais atteindre les volumes de sémillante vapeur délivrés par son prédécesseur. Finalement, le stock dormant s’est assez rapidement félicité d’accueillir un nouveau pensionnaire, attendant désormais un hypothétique retour en grâce.

Ah que tout ceci est donc morose ! Heureusement notre bon Cap’s a toujours un tour dans son sac, me confiant un exemplaire du dripper Druga 2 pour revue.

Ce chouette RDA s’est rapidement hissé au niveau des stars de la catégorie, proposant une vape fort agréable une fois évité l’écueil de la surchauffe en réduisant le diamètre des coils de 3 à 2,5 mm. Sa cuve peu profonde l’a cependant desservi en usage quotidien face à la concurrence déjà citée, décidément bien armée pour résister au meilleur des challengers.

Le destin du Druga 2 se rapproche étrangement de celui d’un autre très bon RDA déniché à prix fracassé au détour d’un portail oriental, le Reload X.

Outre son prix dérisoire, ce dripper au nom prestigieux m’a interpellé par son intéressant système d’aération “top air-flow” justifiant un atterrissage presque réflexe dans le panier d’emplettes. Je n’ai pas été déçu, découvrant de surcroît une finition parfaite à cet atomiseur vraisemblablement georgé mais comme déjà souligné à plusieurs reprises, DR v2 et Asgard ne laissent guère de place ces temps-ci sur le créneau des RDA double coils à tendance teigneuse.

Le créneau des atomiseurs à réservoir étant moins encombré, je me suis ensuite tourné vers le Taifun GX du légendaire SmokerStore.

Bien sûr, ce RDTA alimenté par câbles ou mesh n’a pas grand-chose à voir avec la gamme GT traditionnelle du moddeur allemand mais l’originalité, le savoir-faire et la qualité de fabrication sautent aux yeux immédiatement, même en version… Hum… Non originale. Le Taifun GX, bien que trop serré à mon goût, a connu cette année une assez belle carrière associé à la box Viva, dans le domaine des macérats. Ces liquides souvent charnus et fortement charpentés ne me convenant guère lorsque vapés en inhalation directe ouverte ont en effet trouvé chaussure à leur pied avec ce RDTA fin et précis, offrant tout de même un flux d’air suffisant pour ne pas se creuser démesurément les joues en cours de vape.

Les boxes à connecteur déporté dites “side by side” (SBS) par les Anglo-saxons figurent depuis bien longtemps dans ma liste des tâches de fond, là ou la carte bancaire cède un peu plus facilement qu’ailleurs. Je ne pouvais donc pas rester de marbre face à l’apparition de plusieurs modèles à ce format sur les étals de nos shops favoris. Une bonne promotion sur une copie de la box Katana proposée par un portail de l’Empire du Milieu a fondu sournoisement sur mon panier d’emplettes, j’ai reçu la box quelques jours plus tard.

La finalité de ce type de box est avant tout l’obtention de setups compacts, notamment avec les atomiseurs de grande taille. L’association avec le Corona v8 que j’affectionne particulièrement a bien fonctionné malgré un certain manque de puissance, la box Katana que je pensais mécanique m’ayant fait la surprise d’être régulée par Mosfet. Ce setup m’a tout de même accompagné un peu partout durant l’été mais je dois bien avouer l’avoir quelque peu délaissé depuis. Un exemplaire de la box SBS Paramour de MechLyfe fait actuellement route vers mon domicile, sa motorisation en 21700 lui donnera peut-être le petit plus de patate manquant à la Katana pour mieux émouvoir un double coils un peu gourmand en watts tel que le Corona.

Le renouvellement de mon vieux Reload après plusieurs mois de bons et loyaux services ayant chuté sur le nouveau Reload 26, je me suis rabattu sur son cousin le Manta RTA dans l’espoir d’un tirage un peu plus ouvert, aidé en cela par de nouvelles promotions bien alléchantes pratiquées par nos amis orientaux.

Il n’aura pas fallu longtemps pour comprendre le pourquoi du prix canon d’environ $8 proposé pour ce Manta. Joints collants, pyrex mal taillé, pas de vis geignards, plateau terni au premier réservoir terminé… Un george, bien sûr ! Une fin de stock bradée avant la casse qui m’a pourtant beaucoup plu grâce à une vape dense, aérienne et très goûtue parfaitement située dans mes envies du moment. J’ai bien sûr essayé de me procurer une version originale de l’objet mais le microcosme qui vape n’attend guère les retardataires et le dernier exemplaire repéré sur un shop national m’est passé sous le nez pendant que je rechignais devant sa finition dorée. Tant pis pour moi, tant pis pour mon Manta clooney dont les finitions approximatives ne pouvaient convenir bien longtemps à un type capable de saigner le Porky à blanc juste pour admirer les polissages parfaits du Golden Greek !

Ah, les moddeurs… Quel dommage que notre relation de consommateur à producteur soit si profondément entachée des prix exorbitants demandés pour leurs œuvres. Après voilà, quel vapoto ne se trouve pas intrigué par une machine à vaper vendue près de 200 boules ? Et bien c’est précisément la raison qui m’a envoyé fouiner autour du BF-99 de NoName Mods et comme cette belle machine italienne était en rupture partout, j’ai du la mort dans l’âme me rabattre sur sa version Ulton à $30.

Y’a pas à dire, il est beau ce BF-99 même en version george. Il est beau mais il est nul, en tout cas de mon point de vue. RDL trop “restricted” pour mériter l’appellation “DL”, rendu des saveurs moyen à faible, obligation de démonter le coil pour ouvrir l’atomiseur et nettoyer le réservoir, ce fut un aller simple et sans doute définitif vers le tiroir de l’oubli.

Ah, j’allais oublier ma toute dernière acquisition ! Si j’ai souvent cité le Taifun GT comme étant mon premier reconstructible, j’ai plus rarement fait allusion au second, le Russian, un clone quasi-parfait, officiel et pratiquement aussi cher que son modèle, le Kayfun v3. Et le troisième alors, c’était quoi le troisième ? Et bien un Ithaka du Golden Greek… Et le quatrième ? Oh là… On va pas y passer la journée non plus !

Difficile donc de ne pas tilter à la rencontre du dernier survivant d’une lignée que je croyais éteinte, le Russian 98%. Oui, il m’a plu avec son plateau “velocity” arrosé par deux doubles turbines à la Kennedy RDA. Oui, il était lourdement soldé par un shop souhaitant visiblement s’en débarrasser et oui, il est superbement fini, poli et brillant. Je l’aurais sûrement placé au pinacle des RTA si ma vape n’avait pas basculé vers le franchement aérien mais voilà, Manta et Ragnar, les machines à vapeur de l’enfer, sont passées par là…

Deux bricoles de plus

Sûr que là, j’ai déjà pas mal tartiné pour finalement plus de gris que de dorures… Le lecteur lassé des articles en soldes peut donc retourner sereinement vaquer à ses occupations si ce n’est déjà fait, la suite ne révolutionnera pas l’année 2020 qui se termine.

J’ai repoussé des mois voire des années durant le remplacement du connecteur de ma vieille box Reuleaux RX-200 par un connecteur Fat Daddy, la Rolls des 510. Bien sûr, je ne vape plus guère avec cette box mais elle trône encore sur un coin de mon bureau et me sert régulièrement à tester les montages et à nettoyer les coils par “dry-burn”. Les “miss-fires” devenant de plus en plus fréquents, je me suis décidé à lancer l’opération. Pas de suspens ni de fanfaronnades, ça a foiré à cause du berceau à accus de la box, brisé à force d’être limé pour accepter l’insertion de l’imposant pas de vis du Fat Daddy. Dommage, j’étais attaché à cette box historique dont je voudrais laisser ici une trace en héritage.

Oui, il s’agit bien du 510 original de la box… Après l’avoir tant critiqué, je peux enfin affirmer preuve à l’appui que c’était réellement une grosse daube constituée d’un pauvre pin cuivreux isolé de plastique dur, d’un bouchon de silicone moisi et d’un bâti minimaliste à l’intérieur vaguement fileté. Pas de ressort, pas de protection contre les coulées de jus, rien. En regardant cette misère, on se demanderait même comment la Reuleaux a pu fonctionner tant bien que mal jusqu’à ce jour de démontage. Cette box était pourtant vendue 60 boules à l’époque, plus de 200€ pour sa version DNA équipée du même connecteur. À la décharge des vrais moddeurs, ceux qui pratiquent de vrais prix bien délirants, gageons que les boxes de chez Dicodes présentent un connecteur d’une toute autre tenue, j’attends d’ailleurs la preuve par l’image dès qu’un heureux possesseur de l’une de ces merveilles l’aura démolie pour faire avancer le présent débat.

Ah ben non, c’est pas drôle tout ça. Mais nous allons tout de même finir par une note positive car en cette fin d’année, j’ai découvert un outil vraiment cool que je ne connaissais pas malgré, vous vous en doutez, une trousse remplie d’une quantité respectable d’ustensiles à vaper de tous types.

Des pinces, j’en ai plusieurs modèles, coupantes, brucelles, céramique, métal, droites, pas droites, etc… Juste je n’en avais pas de comme ça avec le bec fin et coudé. Et bien ce type de pince est super pratique pour plier les mèches de coton puis les caler dans leurs rigoles à jus et je me demande bien comment je faisais avant d’en utiliser une.

Il est temps de conclure !

Bon et bien voilà, 2020 s’achève sur ces quelques lignes… Sûr que l’on est bien loin ici des 50 ou 60 pièces présentées lors des précédents bilans notamment ceux de 2016, 2017 et 2018. Que voulez-vous, c’est comme ça, les temps de découverte ne sont pas éternels, j’y suis pour ma part resté déjà bien longtemps.

Même si l’année 2020 a été moins achalandée que les précédentes, elle garde malgré tout quelques perles durables et un fort joli podium où je placerai le setup Arcless / Dead Rabbit v2 sur la plus haute marche, suivi de près par Arcless / Asgard Mini, talonné par l’enclume Titan / Ragnar. Le Manta mériterait quant à lui un bel accessit tandis que le César d’honneur irait direct à la box Invader IV pour sa longévité sans faille.

Bonne année de vape à toutes et à tous ! :bye:

 

 

 

 

 

Ecrit par Nesquick

Nesquick, dans la vape depuis 2013.
Intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

32 Comments

Laisser un commentaire
  1. Merci pour le bilan Nes’ :good:
    Tu t’es bien calmé cette année, mais tu as du beau matos quand même.
    T’en aurais eu bien plus si le Corona nous en avait laissé l’occasion, j’avais plein de trucs pour toi :whistle:
    хороший год

    • Sûr que le rythme des plans binouze a salement baissé lui aussi mais on va bien finir par sortir de ce bourbier…
      Va falloir contribuer au redressement financier du gasthaus quand on y retournera, question de solidarité ! :yes:
      Je n’achète plus grand-chose et souvent des matos en soldes plus ou moins obsolètes mais j’ai encore largement de quoi m’occuper avec tous les trucs que je n’ai pas eu le temps de bien tester à la grande époque.
      Sûr par contre que ça fait pas beaucoup d’articles pour le Navire… ;-)

  2. joli bilan Nesquick je me suis aussi un peu calmer niveau matos pour moi la bonne découverte est le trilogy en dripper single le mongrel en meca le triskul v2 le asgard ne ma pas convaincu.

  3. Le porky! Le porky! Le porky! C’est bon il va être tellement gras et dodu qu’elle va y passer la Duc’? :yahoo: Que serait le navire sans le dépôt de bilan du Nes? :heart: C’est fou ça me souvient pas de la revue du ReloadX, m’en vais fouiller dans les cales. Merci d’avoir honoré la tradition tant attendu avec maestria. :good:

    De mon coté mon ptit bilan est simple. J’avais pour objectif de trouver au bout de 2 ans de vape une dizaine de jus “all day” et continuer à gouter un ou deux jus par ci par là. C’est chose faite en cette fin d’année. J’ai fini par gouter tout ce que je voulais et j’ai du coup fait aussi du stock (plus ou moins heureux) en les trouvant. Mais j’ai plus de 6 mois de juice d’avance ce qui fait aussi que je peux attendre les promos avant d’acheter avec une telle marge de manoeuvre. Et pour parler budget.
    Second objectif atteint, faire des économies sur le matos (il parait que la vape fait faire des économie dixit le Cap’s). Je n’ai acheté que 2 atos cette année “that’s it that’s all”. Un Riviera et un KF L qui m’ont donné touts deux satisfactions. Ce qui a fait me confirmer aussi que j’avais trouvé ma vape.

    Le plan pour l’année qui s’en vient changer mes accus et trouver 2 box pour mettre en fonction touts mes atos. C’est vrai que changer l’ato de la box à chaque fois c’est pénible du coup on ne le fait pas et on tourne avec les mêmes (oui on est des feignasses). Si un ato d’exception pointe le bout de son nez on se fera un chti plaisir.

    • T’inquiète, t’as pas encore Alzheimer !
      On attend effectivement, la bave aux lèvres, quelques lignes – même modestes – sur le dripper Reload X ! :yes:

      Bravo pour tes trouvailles annuelles, tu Haku Riviera et KF Lite, tu ne t’es pas trompé ! ;-)

    • Le Reload X est arrivé à l’époque des DR v2, Asgard Mini et Druga 2, il est passé à la trappe niveau revue. De toute façon, je ne suis pas sûr qu’il soit supérieurement pertinent de venir parler de matos en limite d’obsolescence dont j’ai dégoté le dernier exemplaire en soldes au fin fond d’un shop en ligne parce que même si le produit vaut le coup, il sera quasi introuvable au moment de la parution…

      Je ne sais pas trop ce qui pousse le vapoto à plonger dans le compulsif… Je suis pour ma part resté près de deux ans dans le raisonnable, n’achetant que quelques originaux soigneusement choisis après mûre réflexion et puis ça a pris feu tout d’un coup. Le Navire ne doit pas y être pour rien, les loustics qui y sévissaient à l’époque savaient déjà faire saliver l’auditoire et le Cap’s lui-même découvrait à tour de bras. FastTech, le premier clone et zou ! La machine s’est emballée. Je pense que l’aspect bricolo/outillage y est pour beaucoup, ainsi d’ailleurs que l’apparition d’un côté collection dont je n’ai absolument pas l’habitude.

      Les bilans annuels se cantonnent traditionnellement au matériel, c’est peut-être dommage de ne pas aussi parler des jus… Bien sûr, ce n’est pas évident vu le côté éminemment subjectif du goût mais je me trouve pour ma part trop souvent perplexe devant les milliers de références proposées par les shops pour ne pas grandement apprécier les avis ou les articles traitant du sujet.

      Hum… Puisqu’on en parle… C’est quoi ta dizaine de “all day” ? ;-)

    • Atchoum! (il est ou Grincheux? Qui a répondu Bruce?) y’en a de la poussière dans les cales. Merci Cland’ pas de ReloadX dans les archives.
      Effectivement Nes, ma compulsivité s’est vite tourné vers les liquides plus que sur le matos. Mon petit budget, ma patiente et le navire m’ont permis de ne faire que peux d’erreurs en matière d’ato et box.
      Je pense que l’aspect bricolo/outillage dont tu parles Nes et j’ajouterai la passion qui nous réunis sur le DV ne sont pas étranger à l’arrêt ou au remplacement addictif de la nicotine.
      Et comme toi mes gouts versatiles non pas de tirage mais de jus, font que je ne vape plus les mêmes juices du début, (sauf un le Umami). Mais le temps, l’expérience ou que sais je, ne nous faisons pas plus érudit que nous le sommes, commence a faire que je trouve une petite stabilité. Voici mon top 20:
      – Umami, Revolute
      – Thé vert, Corsica
      – Menthe poivrée, Corsica
      – Cerise, Solubarome
      – Mawlon, Revolute
      – Menthe chloro, Vapotestyle
      – Cactus, Vapotestyle
      – Eucalyptus, Vapotestyle (pour les recettes)
      – ONI, A&L
      – Succube, A&L
      – Pomme Verte, A&L
      – Jungle Soul, Chill Pill (pamplemousse)
      – FAI, Full Moon (thé vert, hibiscus)
      – Sky, Full Moon (aloé vera/ginger délicieux l’étè)
      – Mirabelle, ExtraDIY
      – Litchi, Solub
      – Banane, MacDiyer
      – Shake Agrume, Revolute
      – Gins addiction, Halcyon Haze (Gin, cassis, menthe, citron)
      – Pomegranate Blas, Chill Pill (grenadine)
      +Bonus PAV:Dragon Oil, Alfaliquide

      Je cherche toujours à remplacer le Papy Mojito qui ne se fait plus un menthe/citron bien équilibré. Si vous avez des réf? Merci

      • Ah ouais, c’est bien vert tout ça et bien acidulé ! Tu bosses chez Cetelem ?

        En général, je suis plutôt dans les bruns avec les Lion’s Roar de Vape Institute, le Original de Yogi, le Gold Tiger du Cap’s et bien sûr quelques macérats genre Hell’s Mixtures ou Azhad’s Sobranie ces temps-ci.

        Niveau fruités, j’ai bien apprécié les Yogi Farms et les kitschissimes White Grape et Pineapple de Fcukin’ Flava mais ce genre de mixtures doit être bien trop sucré pour toi.

        J’ai un Key Lime Pie (une tarte au citron vert apparemment bien connue en Floride) de Nitro’s Cold Brew en steep mais pareil, ce jus doit avoir un côté pâtissier vu que c’est une tarte. :scratch:

        Inutile après ça de préciser que je ne connais aucun liquide de ta liste mais ton #1, le Umami dont j’ai déjà entendu parler à plusieurs reprises, devrait finir dans le panier un de ces quatre.

      • C’est vrai que j’ai complètement lâché les gourmands, j’aimais pourtant bien les pain d’épices (Corsica, Savourea) et autres tartes citrons (Onena) ou beignets (One hit). :heart:
        Acidulé oui mais bien sucré aussi à l’instar d’un ONI. Tu peux faire une dégustation en boutique du Umami et des autres. A tenter au printemps :yes:

  4. Finalement tu l’as fait, ce bilan !! Aïe aïe aïe, du coup on se sent un peu obligés de pondre le notre… Moi qui comptais le squeezer en loozedé…. :whistle:

    Bravo Nes’, parce que c’est toujours un plaisir de te lire. On te suit avec délectation dans ton cheminement annuel, et finalement, elle n’est pas si raplapla que ça, ta cuvée 2020. Et puis…… t’as fini par découvrir THE outil, celui sans lequel la vape ne serait pas : la pince de précision !!!! :wacko: Je l’ai découverte cette année également, tout à fait par hasard, et ce magnifique instrument a changé littéralement ma vie !! Sans blague, cet outil est juste indispensable, comme tu dis, on se demande comment on faisait avant. :yes:

    On sent à travers ton récit comme une sorte de petite lassitude teintée d’une certaine déception, mais tu peux être tout à fait rassuré : je pense que ça fait ça à un peu tout le monde. Bien sûr, il y aura eu de superbes pièces raflées ici et là, je ne peux que plussoyer sur tes coups de cœur annuels – DR2, Asgard mini et Ragnar en tête, mais à notre décharge à tous, il faut bien dire qu’avec ce qu’on s’est tous pris sur la tronche cette année, on n’a pas été franchement gâtés au niveau des sorties matos. On reste tributaires de ce que nous proposent les moddeurs, et à ce niveau-là, on a un peu l’impression que ça tourne en rond et pédale dans la semoule. :scratch:
    Et puis, il y a ce constat implacable qui fait qu’année après année, on finit lentement mais sûrement par trouver sa vape. Hé oui, ce fameux Graal après lequel tu (on) as couru pendant tant d’années… ben ça y est, il semblerait que tu l’aies atteint… :unsure:

    NÉANMOINS, j’ose espérer que tu ne vas pas t’arrêter en si bon chemin, et continuer à nous gratifier dans les semaines à venir de ta prose légendaire. T’as intérêt !! Pas d’entourloupe foireuse, hein !! ;-) La Vape stagne peut-être un peu en ce moment, mais je suis sûr qu’elle saura prochainement se réinventer complètement. Ce serait quand même con de louper la vape 2.0, nan ? :yahoo:

    • Meeeuh non, t’es pas obligé de te fader un bilan !
      Bon, sûr que c’est une tradition du Navire depuis un moment, voire une marque de fabrique mais personne n’est obligé sauf bien sûr si le Cap’s rationne le rhum ou ressort la planche à requin si rien n’arrive d’ici la fin du mois.

      Le graal et le “trouver sa vape” ne me semblent pas être des concepts stables pour tous les vapotos… On dirait bien que Ez ci-dessus ou notre bon Cap’s y soient, peut-être même depuis un moment mais personnellement, j’ai du mal dans la mesure où la cible varie. Plusieurs styles de vape ont été “ma vape”…

      Pour l’avenir, on verra… On doit pouvoir faire confiance aux marchands pour sortir encore quelques beaux lapins de leur chapeau et aux pirates du DV pour mornifler le Porky ! Et puis je me dois quand même d’être là le jour le plus lointain possible où le Cap’s jettera l’éponge ! ;-)

      • Ouais, moi aussi j’me suis fixé le petit challenge perso d’être encore là le jour où sombrera le Navire ! :bye: , un peu comme les musiciens qui continuaient de jouer alors que le Titanic était en train de rejoindre les abymes de l’océan arctique… :wacko: Pfff, on mériterait une médaille pour ça, j’te jure ! :yes:

        Bon, pour ce qui est du graal, apparemment tu fais partie de la catégorie addict au matos, donc ça s’arrêtera jamais cette histoire. Perso, je commence à me faire une raison et accepter cette idée-là. C’est vrai quoi, tu m’fous une belle pièce sous le nez, même si j’ai déjà l’équivalent en stock, j’ai trop de mal à résister. Côté collectionneur aussi, alors que pour le reste dans la vie, pas du tout. Tiens, pas plus tard que tout à l”heure, mon fiston discutait avec ma femme, et en substance, disait “avec papa c’est facile les cadeaux, y’a que la vape qui l’intéresse”…. :wacko: Ce que j’ai profondément nié, bien entendu ! :yes:

        Quant au bilan, bravo, t’as lâché le mot fatal : tradition. Impossible de couper à la tradition. D’ici la fin du mois, ça va peut-être faire un peu juste, mais c’est bon, c’est gagné, je vais raconter ma vie dont tout le monde se tape… :yahoo:

      • Oui, tu as raison… Addict au matos !

        C’est vrai que les matériaux, les finitions, les petites originalités de conception me parlent, peut-être plus que les consommables et qu’une belle pièce restera vraisemblablement susceptible d’en mettre une au Porky pendant quelques temps encore.

        Après, il faut savoir raison garder et ouvrir de temps en temps le tiroir aux 50 mods & boxes et celui aux 150 atomiseurs pour se souvenir qu’un bel objet de vape ne sert à rien ainsi rangé. Je vape ouvert et péchu donc les finitions parfaites d’un Cabeo Steampipes sur une box Dicodes 21700 DLC ne me serviraient à rien… :unsure:

      • Ouais mais c’est justement ça le problème : savoir raison garder, lutter contre un instinct reptilien dont on a du mal à comprendre les mécanismes profonds, et pourquoi il se réveille sur tel matos mais pas sur d’autres. :scratch:

        A bien y réfléchir (après tout, cet article est classé dans la catégorie “réflexions” :-) ), c’est précisément cette part d’irrationnel qui rend le truc intéressant je trouve. Cette part de rêve, cette chimère éphémère d’une vape meilleure que les autres, qui te ramène à l’état d’un gosse insouciant bavant devant le jouet que tous ses potes possèdent mais pas lui…

        J’ai vu passer également le Cabeo, mais les premiers retours plus que mitigés à son sujet ont instantanément éteint tout début de commencement de pulsion d’achat incontrôlable. Ouf, j’l’ai échappé belle sur ce coup-là. B-) Mais pas de bol, j’ai déjà 2 ou 3 idées d’achat en tête, et avec elles, je sais d’ores et déjà comment tout ça va se terminer… :wacko:

        #victimeconsentante

        LOL

      • C’est là qu’on voit qu’effectivement, le Nes’ a bourlingué dans bien des contrées, et que les mystères brassicoles n’ont plus aucun secret pour lui… :whistle:
        Une bonne Tsing Tao pour remplacer le kawa du matin devant le Navire, y’a qu’ça d’vrai !!! :wacko:
        https://i.ibb.co/5G3rchS/tsingtao.jpg

        À la vôtre, bande de pirates ! :yahoo: :yahoo: :yahoo:

      • Ouais mon Cland’s, à voir ta photo, on se doute bien que t’as du méchamment peaufiner ta culture brassicole en “barlinguant” un max :whistle:
        Qui est pris qui croyait prendre :yahoo:

      • Quelque chose me dit, mon Bruce, qu’en tant que bon belge assumé, tu es loin d’être le dernier sur la question…. :whistle: Me trompe-je ? ;-)

      • Chacun pensera ce qu’il voudra des Belges et de la Belgique mais niveau binouze, ce sont les rois du monde !
        C’est bien simple, après la Telenn Du et la Mallozh Ruz, toutes mes bières préférées viennent de chez eux et ce n’est pas la Maredsous Triple que j’ai découvert récemment qui me fera dire le contraire. :good:

      • La Maredsous triple est ma bière préférée avec la Chimay bleue. Mais j’aime bien moi la Tsing Tao aussi. C’est pas le même niveau bien sûr mais c’est une « synthétique » buvable. Si l’on imagine que les deux autres sont mes « macérats » favoris… ;-)

  5. Ben moi j’dis chapeau! Il en faut du courage pour faire un récap des ses propre revues plus, en partie, revenir sur celle des autres pour bien réaliser le pognon qu’on a pu lâcher dans du matos qui, le plus souvent, s’avoue ne pas valoir son prix et tout ça, avec brio. Quel talent!
    Pas pour moi ce truc! Suis pas suicidaire! Si ma femme devait lire mon bilan annuel, je me retrouverais aussi sec à la rue, et ce, en passant par la fenêtre :wacko: En plus si je devais faire ce bilan, ça ne ferait qu’aiguiser mon sentiment de frustration de ne pas pouvoir coller à la tronche des créateurs de daubes leurs produits de merde. Deja que je ne porte pas l’étiquette du reviewer le plus diplomate…
    Bref, pour ton manque de motivation à ne plus te ruer sur tout ce qui sort, j’appelle ça de la sagesse!

    • La démarche du bilan n’a pour ma part rien de nombriliste, les revues m’appartiennent le temps de leur rédaction puis m’échappent totalement une fois publiées, je ne couinerais même pas si le Cap’s les foutait à la benne à l’issue. La finalité n’est pas non plus financière, je n’ai jamais calculé de coût pour la vape même si une comptabilité personnelle tenue au carré pourrait sans problème me donner les chiffres en quasi temps réel.

      Il y a quand même des raisons pour se donner la peine d’écrire ces longues rétrospectives, pas forcément très claires d’ailleurs. L’une d’entre-elles est peut-être de sortir des mini tranches de vie autour des choix de matos, de dresser un contexte en deux ou trois mots, avec un angle différent de celui d’une revue. Peut-être que Cland’ et Le Daron n’en ont rien à talquer de m’avoir fait changer d’avis sur les coils composites, peut-être que tu n’en a rien à foutre d’avoir été suivi sur l’Asgard ou le Ragnar mais comme disait Jules, “redde Caesari quae sunt Caesaris, et quae sunt Dei Deo” et là au moins, c’est fait.

      Les revues sont des instantanés rédigés pendant ou juste après une phase de découverte, de ce fait souvent subjectives. OK, on s’est roulé par terre en bavant abondamment en vapant tel ou tel truc mais la semaine ou le mois d’après, il s’est passé quoi ? Le recul du bilan permet justement de glisser un mot sur la longévité de l’engouement, de préciser qu’après le septième ciel, l’ato cosmique s’est mis à faire chier ou à paraître absolument ridicule face au nouveau dripper reçu il y a deux jours.

      Comme on est quand même là pour témoigner à défaut de vouloir convaincre à tout prix, je ne pense pas inutile de finir l’année par un podium car les pièces qui y figureront pourront être distinguées, mieux que par une revue. Ainsi, les lecteurs me faisant la fierté de croire quelque peu à mon modeste jugement et se reconnaissant dans le style de vape que je défends habituellement pourront s’ils le souhaitent se procurer un DR v2, un Asgard Mini, un mod Arcless et avec un peu de bol se dégotter un Manta RTA sans trop risquer de prendre une tôle.

      Alors bien sûr, quel besoin d’enfoncer le clou sur des matos qui ont déjà été présentés et défendus par des gars qui savent aussi bien voire mieux que moi ce que vaper veut dire, me diras-tu… Ben c’est comme pour tous les achats, on essaye tous de croiser les avis, de comparer avant d’y aller et pour ça, c’est mieux quand il y a plusieurs sons de cloche ! :yes:

      • Ah ouais ben dis donc, j’t’en aurai donné du taffe post bilan. Mais sache que ce surplus de taffe n’aura pas été vain pour ma part. Je n’avais jamais envisagé ” le bilan” sous cet angle. Merci pour ce retour… de manivelle :good:
        Du “coup”, faudra faire bouillir mon mono neurone pour tourner au mieux c’naffaire :wacko: sachant que je suis plus a = (v2 − v1) ÷ t que piscis primum a capite fœtet :cry:

  6. Super ce bilan! Merci!
    En 2020, je n’ai jamais autant dépensé dans la vape. 1253,18 euros de budget soit presque 105 euros par mois. J’ai pourtant pas testé 50 matos. Bon d’accord, quelques uns au début de l’année dont le Manta qui est parti direct à la poubelle car clone de mauvaise qualité, l’Isolation qui est terrible mais qui fuit, le Reload clone qui a eu son moment… Sinon, ma collect steam crave a plombé ma fin d’année aussi. J’ai également testé quelques jus dont aucun n’est resté… Les macérats coûtent chers… J’ai dû faire plusieurs commandes de cigare italien directement en Italie… Après, tous les accus, chargeurs, bases et nicotine pèsent aussi dans le budget. J’espère que cela va se calmer cette année et je vais de suite recommander du cigare tant qu’il y en a en France… Biz les filles!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Druga RTA (Augvape) : que justice soit faite !

Azhad Non Filtrati : a kind of Magic… ♥♥♥