in

La vape est-elle en déclin ?

Ah, l’été !
01 - moustiqueUne bien belle saison où le soleil darde ses rayons rieurs, parfois si chauds qu’ils attirent de gros nuages chargés d’orage rendant l’atmosphère moite et étouffante, déchaînant les moustiques et privant de sommeil les travailleurs éreintés par des journées sans air, l’échine trempée par les sangles d’une charrue qu’il faut tirer tant bien que mal pour… Hum…

Bon, on va positiver en disant que les insomnies laissent du temps pour parler un peu de vape !

J’ai l’impression que la vape marque le pas en ce moment. Il me semble voir moins de e-cigs se promener dans les rues ou se réunir au coin fumeur du boulot, après une apogée située aux alentours d’octobre dernier. On dit aussi que beaucoup de boutiques ferment, tant physiquement qu’en ligne et surtout que les chiffres de vente du tabac remontent… Ces impressions et ouï-dires sont-ils dénuées de fondement ou constituent-ils la perception d’un vrai phénomène ?

02 - desert

Et bien on dirait quand même qu’il y a anguille sous roche, si on en croit cet article de La Tribune commentant une étude du cabinet Xerfi…

Les chiffres de la vape

La vape aurait démarré aux alentours de l’an de grâce 2011, provoquant un intérêt exponentiel chez nos contemporains pour atteindre un chiffre d’affaires de 395 millions d’euros générés par 2406 boutiques fin 2014. Le tassement de l’activité aurait commencé dès 2015, année pour laquelle les prévisions sont un recul de 10% du chiffre d’affaires à 355 millions d’euros et une chute du nombre des boutiques à environ 2000 unités. La part du matériel serait en décroissance dans le volume de ventes réalisées au profit de celle des e-liquides.

En parallèle à ce relatif déclin, les ventes de tabac affectées jusqu’à -5,3% en 2014 remonteraient de 7% en 2015 avec une mention particulière pour le tabac à rouler et ses 12% de croissance.

L’analyse

Même si l’âge d’or semble consommé, l’analyse de ces chiffres n’est pas forcément inquiétante pour l’avenir. Elle se base principalement sur un modèle standard dit “distribution gaussienne” décrivant entre autres ce type de phénomène gagnant un large public comme un effet de mode et retombant une fois l’engouement passé, se pérennisant à l’équilibre sur la population durablement convaincue par le dit phénomène.

03 - gaussienne_innovation

Les fumeurs ayant essayé massivement la e-cig ont généré un pic de demande, ce pic retombant au rythme des rejets, échecs et retours au tabac. Les jeunes seraient à l’origine du “bon” score du tabac à rouler, revenant vers une solution moins onéreuse que la cigarette après un test de e-cig non concluant.

04 - picsouA ce jour, 50% seulement des fumeurs auraient essayé la e-cig. De réelles perspectives de croissance existent donc en sus du parc de vapeuses et vapeurs existant pour qui saura séduire ces consommateurs en puissance. D’où peut-être l’évolution actuelle du matériel qui connaît un véritable bon en avant au plan des performances avec l’arrivée d’atomiseurs et de mods jusqu’ici réservés aux vapin’ geeks lancés à la rencontre du grand public.

 

Pour les années à venir, le cabinet Xerfi propose le graphe prédictif suivant pour la vente au détail de e-cigs:

05 - graph_prev

Les scénarii associés me paraissent un peu couillons dans le style “gare aux portes ouvertes” mais les voici néanmoins :

06 - scenars_prev

Et nous ?

Nous autres, pour la plupart anciens fumeurs avons fait comme tout le monde, plus ou moins tôt dans l’histoire de la vape, en achetant du matériel et quelques liquides.

Les raisons qui font adhérer à la vape sont nombreuses et complexes, je n’ai aucune prérogative de clairvoyance par rapport à une quelconque explication. J’ai pour ma part d’abord recherché les saveurs, guidé par un “pack découverte” Halo plutôt bien pensé. Mes Evod et Stardust commençant à couter cher en résistances ont amené les dry-burns, les premiers démontages, les premières lectures de posts évoquant mods et reconstructibles. J’ai suivi la ligne comme pris dans un engrenage, rencontrant au passage une vapeur savoureuse, des activités de bricolage très sympa qui ont fait de la vape un hobby m’éloignant chaque jour un peu plus du tabac…

07 - engrenage

Du coup, les campagnes de désinformation, les études bidon, les pressions en tous genres et le souvenir du tabac lui-même ne pèsent pas très lourd face à une grosse taffe bien joufflue de Grumpy’s Hooch extraite d’un Darang monté en double parallel-coil de 0.3 ohm, motorisé par deux Vamped 18650 40 ampères via une Alum Box sortie d’Achéron par les élastiques du slibard…

Et vous ?

08 - micro

Votez pour cet article

0 points

Ecrit par Nesquick

Fonction sur le navire : Gabier promu Lieutenant de vaisseau - Nesquick, dans la vape depuis 2013, intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

28 Comments

Laisser un commentaire
  1. Ce que je constate surtout autour de moi , ( mais j’ai l’impression que c’est assez général ) ; c’est que quasiment tous les fumeurs possèdent une ecig , la plupart un pack ego et qu’ils ne l’utilisent quasiment pas ou plus du tout .
    C’est vrai qu’arrêter la clope , il y a deux ans pour passer aux ego de l’époque , fallait être motivé ; ça fuyait tout le temps , les liquides que nous refilaient les vendeurs étaient franchement dégueu , alors que maintenant on peut démarrer avec du bon matos ,comme l’a montré Lodse dans son article , pour pas très cher .
    Malheureusement je ne suis pas certain que ceux qui ont été déçus par leur première expérience de vape y retournent aujourd’hui .
    C’est tellement plus simple la clope , un paquet , un briquet , c’est parti . :-(

    • Les stats disent que 50% des fumeurs n’ont pas encore touché une e-cig… Mais ce sont des stats !

      Si c’est vrai, un nombre de personnes équivalent à celui qui a fait la vape que nous connaissons reste à courtiser.

      Juste ils sont moins réceptifs que nous l’avons été donc ce sera plus difficile. Si le marché se stabilise autour des 300 millions d’euros, on devrait pouvoir continuer à vaper.

      Quoi, le Sénat ? Aujourd’hui même ? Ourgh…

  2. Et oui, la vape baisse, le tabac reprend du poil de la bête (couché saleté!), c’est ce qu’on entend et qu’on peut plus ou moins constater autour de soi. Finie la belle euphorie, l’utopie de l’éradication tabagique et l’espoir d’une société nouvelle émergeant sous les pas de l’homo vapotus dressé de toute sa bipédie conquérante!
    Bon, moi perso, que les gens fument du tabac ou ce qu’ils veulent, ça ne me dérange en rien tout d’abord. Pour ma part, je tiens cette volonté hygiéniste en horreur, mais chacun est libre de penser autrement bien entendu.
    Ceci étant dit, je vois pour ma part au moins deux points qui pourraient s’ajouter aux causes tentant d’expliquer le délitement du marché de la vape:
    Tout d’abord, les trois-quarts (facile) des boutiquiers spécialisés n’y connaissent keud.
    Deuxio, le prix des e-liquides prêt à l’emploi et vapables est délirant, ceux qui sont plus abordables étant absolument immondes. Il serait peut-être temps de revoir cette politique tarifaire inepte.
    Enfin, je reste perplexe vis à vis des projections de cette étude. Le modèle “optimiste” prévoit une taxation “spéciale” de 45%. Merci beaucoup, mais en vertu de quoi? Pour ma part 20% de TVA me paraissent déjà plus qu’amplement suffisant. On chercherait à nous préparer à l’idée qu’il va falloir mettre la main au portefeuille au nom du grand effort national, ou de je ne sais quelle autre fadaise qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
    Je ne suis pas un missionnaire de la vape, j’aime ça, c’est mon choix propre, j’emmerde personne, j’aimerais juste qu’on nous foute la paix!
    Amis pirates, merci.

    • Je te rejoins sur les deux points
      6.5 euros pour dix ml , c’est juste du vol ; quand on voit combien nous coûte nos DIY , et que les fabricants de base , d’arômes et de concentrés se font également de belles marges .Je n’ose pas imaginer le pognon que se font les magasins et les fabricants .
      D’ailleurs j’ai quasiment arrêté d’en acheter .Avec ma conso quotidienne (entre 15et 20 ml ), je serai ruiné sinon .
      Remarque , c’est de ma faute , je n’ai qu’à moins vaper .
      Quant aux magasins , c’est vrai que je suis déjà tombé sur de sacrés incompétents . :negative:

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi.
      Pour passer à la vape, il faut être bien conseillé ; et trop de boutique se sont ouvertes pour surfer sur le marché. Perso, j’ai eu la chance de passer dans la bonne boutique au bon moment, et j’ai été réellement accompagné par cette boutique dans ma démarche. Cela m’a permis de passer de mon ego-C, a un cartomiseur, puis à un mod (pas cher pour commencer) pour les apéros où le besoin de fumer se faisait sentir.
      Ensuite j’ai pris mon envol, pour finir aujourd’hui avec un gus, un provari (2.5 que je considère comme indestructible) et mes 2 vaporshars. tout ça sur Russian 91%, Kayfun 4, (et bientôt sur un Richelieu)
      Mettre 20€ dans 30 ml ne me dérange pas, et je m’offre même un Five Pawns de temps à autre.

      Il est évident que le fumeur test son ego, et que ça ne marche pas. Mais nous sommes là pour leur montrer du matos qui marche, des bons vendeurs, dans des bons shops.

      Et aussi, il est évident que la vape va re-trouver un équilibre dans sa progression, une fois l’effet nouveauté passé.

    • Il aurait été intéressant de s’inscrire en faux et d’initier une polémique mais non… Je suis d’accord aussi… :cry:

      La taxation de la vape nous pend au nez sous le seul prétexte que le tabac est taxé. Un truc taxé devient légal, c’est comme ça. Il n’en deviendra pas plus sain ou plus équitable pour autant, les taxes ne servent pas à cela.

      La vape va changer de visage en mai 2016, il faut juste qu’on soit toujours assez nombreux d’ici là pour continuer à intéresser les marchands !

    • Tout à fait d’accord sur tout.
      J’espère juste que l’écrémage des boutiques physiques ne laissera que les bons et que les incompétents disparaîtront.
      On peut toujours rêver…
      Combien d’ex vapoteurs déçus j’ai pu croiser, déçus de leur deux semaines de vape avec des liquides dégueus et du matos dépassé et peu fiable…

      • L’ennui est qu’en pareil contexte, ce sont les plus forts commercialement qui restent, pas forcément les plus compétants.

        Jwell, Clopinettes… Je ne les connais pas, je ne me prononce pas.

  3. Mon beuf a commencé avec un pack a 70 euro, moi avec un provari et un nautilus. Puis ensuite j’étais è l’affut des nouveau modèle de box de réservoir et de liquide. Maintenant deux box a 5000 mA et des subtanks recontructible seulement pas de coil pré-fait, j’attends le RTA de aspire pour mes atlantis. Alors oui je dépense moins.
    Je me suis fais insulté sur un forum pour avoir dénoncé le prix élevé des liquides de la collusion qu’il existe entre les boutiques et compagnie de liquide qui maintiennent un prix élevé et qui impose un prix minimal de vente en menacant de ne plus approvisionner les boutiques qui pratiquent une guerre prix. Avec plus d’utilisateurs j’aurai pensé que le prix aurait baissé ca me paraissait logique il y a quand meme ds économies d’échelle.

    Bref, coté adhésion, j’ai plusieurs clients fumeurs avec des kit de départ tout pourris qui on laché la vape car pas performant ne répond pas à le attentent. J’ai montré à un client la performance de mon subtank plus, la vapeur qu’il faissait et les ajustement de airflow, je lui ai dit que si il ne voulait pas un sigelei 100 il y avait les subox avec réservoir, il semblait emballé. J’étais pret à lui offrir en cadeau la subox mais je me suis ravisé, ca me coute quand meme, meme si ca me faisait plaisir de le faire, il y a déja le beauf qui fait le radin quand je lui dit de changer de réservoir, c’est moi qui lui donné un nautilus, puis un atlantis, puis un istick…
    Alors je me suis dit comment faire du fric avec la vape pas en vandant du liquide ni en vandant du matériel, avoir une boutque un stock etc…
    Je me suis dit les gens manque d’encadrement 30 mn dans une boutique qui vous conseil un kit de départ c’est pas assez

    Alors voila l’idée consultant en arret tabagique spécialisé en vape, offrir un service personnalisé à domicile avec un programme adapté et possibilité d’essayé le matériel et accompagné les gens en boutique.

    Ca viendra avec un prix mais moins élevé que ces centre d’Arret tabagique qui ressemble à des sectes

    Vous en pensez quoi ?

    • LO,

      Je ne suis pas sûr qu’une activité de conseil en vape puisse se décoreller complètement d’une activité de vente.

      Des conseils, on en trouve partout. La plue-value se trouve à mon avis en boutique, là ou le client peut partir avec le matos consellé sous le bras.

      S’il est content en rentrant chez lui, si son marériel et ses liquides lui conviennent, il va vaper et en parler autour de lui.

      Toute la difficulté lors de la vente me paraît être de prendre le temps d’identifier le profil du client. Est-il un “faut que ça marche”, un “je peux y passer du temps”, un “je connais la loi de Ohm” ? Pour ça, il faut soi-même, en tant que vendeur, avoir un peu vapé avant.

      C’est un peu une ouverture de porte ouverte, ce que je raconte… Dans tous les domaines, le bon vendeur est celui qui connaît bien ce qu’il vend…

      • Hello !

        Assez d’accord avec toi Nes. :yes:
        C’est là qu’on revient bien trop souvent (parce que c’est justifié) sur le nombre de vendeurs compétents (en croissance) trop peux nombreux.

        C’est pour ça que j’aimais bien la map des boutiques physiques qu’on avait sur le navire. Cependant il y avait trop d’avis inexpérimentés, ce qui faussait un peu tout. Au départ c’était fait pour recenser les meilleurs des meilleurs, et c’est devenu un fourre-tout. D’où sa disparition. :cry:

      • Ben oui… Quand t’es noob (et on l’a tous été), tu peux te faire pipeauter et si le vendeur est sympa ou la vendeuse trop mimi, tu sors content de la boutique. C’est après que les choses se gâtent.

        Faut être patient, croiser les témoignages pour essayer de se faire un avis…

        Mon expérience en boutique physique est extrêmement limitée, il n’y a par chez moi que des shops de centres commerciaux qui font du standard. Je sais même pas s’ils auraient une bobine de Kanthal en cas de pénurie.

        J’avais d’ailleurs du faire 15 bornes pour aller acheter la Sigelei 50 watts. Là, c’était assez cool… Et rigolo car je n’ai évidemment pas sorti le Darang et la Dimitri Box en arrivant devant le taulier d’où un petit jeu de chat et de la souris.

        Je ne faisais pas le kéké mais le mecs se rendait bien compte que je captais ohms, watts, mAh, contrôle de température et tout le tintouin. À la fin, il a sorti un Mutation X en double coil monté sur une belle box d’un tiroir en disant “en fait, moi je vape avec ça” et je lui ai répondu “Ah, un Mutation X ! Ça marche bien, ça”…

      • ça m’arrive aussi ce petit jeu avec les vendeurs, histoire de cerner à qui on a affaire dans une boutique jamais visitée… :bye:

        C’est vrai qu’on a tous débuté… rien de honteux.
        Je dois avouer qu’à Chalon sur Saône, quand j’ai commencé, personne ne connaissait grand chose dans le peu de boutiques qu’on avait, mais maintenant, on est bien. High-end, starter, milieu de gamme, expérience et conseils, c’est top.

      • La Belgique est un désert de la vape et je suis mal placé pour parler du marcher français. Petites anecdotes de vacances cependant.
        La Drôme. Un shop physique, je vais voir. Beau magasin, accueil sympa, matos de base mais de qualité.
        Le vendeur, compétent, me fait goûter différent liquides. Après un moment, ma femme sort son Pipeline Pro. Le gars, très intéressé, demande à voir en avouant que c’est la premiére fois qu’il en a un entre les mains (!). Il n’a pas la clientèle pour ça, présise-t-il. Trop cher…
        Quelques jours plus tard à Beaune. Un shop dans le centre. Je demande s’ils ont de la Fiber Freak. “De la quoi ?” J’explique ce que c’est en précisant avec mon “léger” accent belge que c’est un produit Français. “Ah oui ! Je crois qu’on va en rentrer bientôt”…
        Bref, quand les pirates apportent la bonne parole aux pro on se dit qu’il y a du travail :-(

      • La misère peut paraître paradoxale quand on vit à 40 mn de Paris et qu’on y travaille de surcroît car il y a absolument tout ce qu’on veut à la capitale.

        Mais voilà, je n’y vais jamais pour musarder ou faire des emplettes… Ça me gonfle.

      • Je comprends qu’il y a des magasins compétant qui font très bien le travail. Mais je vois beaucoup de gens déçu, pas informés ou paresseux.

        En fait ce que je compte faire, c’est d’arriver avec une trousse par exemple des Istick, coolfire, subox, Sigelei 100 et trousse de départ, des réservoirs type, nautilus atlantis subtank et autre avec différente résistance. De façon général, en magasin il est rare de pouvoir essayer tout ce qu’ils ont car ils sont trop radins pour mettre des démos de tout. Et soyons réaliste les vendeurs sont pressés par le temps car il cherche le rendement. Il faut aussi avoir une sélection de saveurs

        Je pourrais également prendre des commandes, même si ma marge est plus faible qu’en magasin je n’aurai pas a supporté les frais d’un magasin. Donc petite marge et revenus du service conseil ça ferait un à coté en revenu plus intéressant que d’aller travailler en boutique pour passer le temps en hiver quand ma compagnie principale est en dormance, en attendant les beaux jours.

        J’aime parler de vape, j’aime essayer de nouveaux produits, au détriment de mon portefeuille, et j’aime surtout voir des gens arrêter la cigarette sans effort et avec plaisir.

        Bon l’approche pourrait aussi se faire par séminaire à des centres anti-tabac et ensuite recruter des clients.

        L’investissement est quand même minime et pas très risqué, n’oubliez pas qu’il y a des gens qui payent des milliers d’euro pour le laser doux ou autres méthodes (souvent douteuse) à quelques centaines d’euro ça devrait bien passer. Certains me diront que si le fumeur n’est pas motivé ils n’y mettront pas les sous mais l’entourage fait pression…rappelez-vous :)

        Je vois d’ici les médecins désapprouver le coté mercantile de la chose, mais eux-mêmes ne sont pas bénévoles.

        Je vous en donne des nouvelles

  4. Oui et cela m’ennuie bien!
    Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela.
    La directive Européenne applicable en 2016,
    Le prix des matériels et des jus,
    Le prix des cigarettes (En Australie la consommation commence à baisser avec un paquet à 14.50 euros et nous en sommes loin)
    L’évolution quasi journalière de nouveaux produits pouvant déstabiliser certains vapoteurs,
    La difficulté d’utilisation de certains matériels malgré une bonne évolution,
    Les publicités contre la cigarette électronique dès le moindre problème par des médias ne connaissant pas,
    Une association, peu être, pas assez offensive malgré sa présence indispensable,
    Des magasins comme souvent dit tenus pas des personnes qui ne veulent que faire du chiffre, même si cela est important, il faut du professionnalisme dans ce secteur,
    Un lobby du tabac hyper puissant, ils ont commencé à tout racheter même en Chine,
    Un manque de politiques concernés par ce phénomène et pourtant 2 000 000 de votes,

    Des motifs il y en des dizaines et c’est pour cela que je possède un petit magasin à la maison qui me permettra, je l’espère, d’atteindre ma fin de vie sans difficulté de manque de matériel et de base que j’espère trouver encore pour faire face aux produits périmés après 5 ans.
    Me manquera certainement aussi ce blog qui risque peut être aussi de devoir se cacher.

    Donc peut être aussi que de se dire pourquoi se diriger vers la vape alors que tout va disparaitre et être réglementé.
    Quel intérêt?

    Les cigarettiers commencent à se frotter les mains et c’est ben triste.

    Le lait, la viande et les produits dérivés de la ferme vont augmenter afin d’aider nos agriculteurs et la cigarette cette année aucune hausse.
    Les sénateurs ont supprimé dans la future loi santé le paragraphe concernant les paquets de cigarettes neutre.
    Le risque que le marché parallèle se développe argumente ce point avec la diminution de taxes importantes pour l’Etat.

    C’est triste mais vivement que Bernard ARNAUD sorte une e-cigarette de luxe signé par Hermés afin qu’enfin la protection de notre vape soit d’actualité.

    • Amère clairvoyance, Alain…

      Je me dis qu’on se débrouillera toujours pour trouver de quoi vaper et j’espère ne pas me tromper. Mais comme on l’a déjà dit ici, les commandes qui n’arrivent que parce que passées pendant la pause-déjeuner du douanier me désolent.

      Et elles n’inciteront personne à tâter de la vape.

  5. Je suis assez d’accord avec vous sur tout ce qui a été dit concernant les perspectives qui nous attendent, malheureusement, mais paradoxalement, je vois vraiment de plus en plus de gens dans la rue avec des eCigs, et vraiment pas que des egos…
    Je pense que ça dépend où on habite. Sur Paris je constate un vrai phénomène d’adoption de plus en plus massive.
    Après si on ne peut pas se battre sur le plan législatif, ou difficilement, on peut déjà essayer de convertir un max de gens. Ces derniers mois, je convertis au minimum 3 personnes à la vape. Je les invite chez moi faire des dégustations de jus, je les conseille sur de l’achat de matos pour bien débuter, et pour le moment, même s’il est un peu tôt, c’est du 100% de réussite, et ils sont tous ravis.
    Je leur indique également les blogs à lire, les groupes facebook, etc pour qu’ils trouvent de l’information. Tous ces gens à leur tour, ou une bonne partie d’entre eux lâchent la clope, et passent dans notre camp. À leur tour, ils feront découvrir à leur entourage, parce qu’ils ont été bien conseillés (en toute humilité ^_^), et ainsi de suite. C’est e nombre d’entre nous que nous devons continuer à faire grandir. On connait tous de nombreux fumeurs autour de nous. Commençons par ça, et ne lâchons rien.

    • Sans égaler ton action ( :good: ), j’essaie aussi de répandre un peu la bonne parole, d’insister sur l’importance d’avoir un bon matos et de bien choisir ses liquides.

      Pas mal de fumeurs sont sensibles au hit et à la grosse vapeur, je pense que les Subtank, Atlantis, Ego-One ont leur chance pourvu qu’ils soient bien motorisés.

      Niveau liquides, c’est plus compliqué car plus subjectif. Les goûts tabac sont souvent recherchés au début, beaucoup d’entre-eux ne sont pas gégènes. Les HOL, les Baker White, le “Freedom Juice” de Halo, les “Mark Twain” et “Indiana” de A&L en arômes DIY (reviewés par Pascal sur le Navire) pour n’en citer que quelques uns, tiennent plutôt bien la route.

      • 3 personnes chez moi samedi soir, on s’est fait une dégustation de jus une bonne partie de la soirée.
        Un converti certain, lui a passé commande de ce que je lui ai conseillé sur un site en ligne avant de partir de chez moi, les deux autres, je pense achèteront cette semaine…
        Les 3 ont kiffé…

        Je conseille toujours un kit eMow Mega 1600, il permet d’avoir une vape variée en fonction des résistances choisies, et les aerotanks vont de 0,8 à 2 ohms, c’est très large, contrairement par exemple à un kit eGo One qui n’offre que deux valeurs de résistances.
        C’est un très très bon rapport qualité prix pour commencer. Voltage variable et air-flow.

        En jus, je leur conseille très fortement de commencer par du D’Lice USA Classic (en 12mg la plupart du temps), c’est ce que je connais de plus neutre, c’est très proche de la clope. Je leur dit de prendre deux fioles pour la route et pour bien amorcer le sevrage de la clope, et en plus pour varier les plaisir et commencer avec plus de saveur, en fonction de ce qu’ils veulent une fiole de quelque chose qu’ils ont goûté chez moi, ou du Tabac Alabama ou du Tenessee de chez Pulp, ou du Gaillard de chez D’Lice, ou quelques fois du Sanke Oil pour ceux qui aiment…

  6. Mon avis.. au regard de la “jeunesse” du phénomène, c’est normal qu’il y est une retombée. ça ne présage rien de bien, ou de mal. C’est juste logique que la courbe des vapeurs soit plongeante.
    Le temps éloigne les “hésitants”, les “peureux” (bouh, c’est dangereux!), les sceptiques, etc. Il reste les pratiquants convaincus et satisfaits.
    Ce genre d’évaluation doit se faire après les premières années ou le produit débarque au grand public. à l’heure actuelle, ça ne représente pas grand chose selon moi.
    Expériences personnelles : ceux qui ont laissé tomber ont souvent les mêmes arguments : dangereux, compliqué.
    La dangerosité étant l’argument le plus souvent avancé. C’est d’ailleurs là où les médias et politiques appuient.
    Un mod qui explose tous les 6 mois, suffira à refroidir les plus frileux. Les “journalistes d’investigations”; au lieu de demander “Est-ce dangereux?”, devraient plutôt demander: “Pourquoi, tlm voudraient que ce soit dangereux?”.

    • Les courbes décrivent en effet un phénomène jeune avec effet de mode et comme tu le dis, la vérité viendra plus tard. Mais les stats disent aussi qu’à l’heure actuelle, seuls 50% des fumeurs ont tâté de la vape. Ces 50% représentent sans doute le “bon” public, ceux qui se sont montrés réceptifs et qui ont souhaité essayer. Parmi eux, certains ont accroché, d’autre non.

      Les 50% restant sont par nature plus difficiles à convaincre, généreront moins de bons clients que la première moitié mais représentent quand même un potentiel. D’où à mon sens l’intérêt de leur proposer des matériels simples et performants et pourquoi pas “aller les chercher” comme le suggère Metallex ci-dessus.

      Plus il y aura de vapeuses et de vapeurs, plus la vape aura de chances de survivre…

Laisser un commentaire

Petit et puissant : Le Kit Ego-One XL

La gamme LEGEND de Roykin