in

La vape émancipée

Les parcours de vape sont multiples, comme les raisons qui y mènent. Ils sont souvent émaillés de lectures proposées par les blogs et forums dont certaines peuvent constituer de véritables révélations. Mais le plus souvent, le travail de suggestion reste sous-jacent, presque subliminal.

01 - noyadeToutes les informations sont délivrées pèle-mêle, sans tri, sans hiérarchie. Ce n’est pas l’expression d’un regret, nos vies sont suffisamment codifiées pour ne pas souhaiter en plus un ordonnancement des choses de la vape. Et puis chacun a son rythme, chacun a sa capacité à y comprendre quelque chose à un instant donné et finalement, chacun est seul face à ses liquides, ses atomiseurs, ses mods et… ses finances.

02 - vomitoJ’ai lu pas mal de témoignages sur l’évolution du goût vis à vis des liquides à vaper. Beaucoup de vapeurs commencent par des saveurs apparentées à celle du tabac après l’abandon des cigarettes pour s’en détacher ensuite au profit d’autre chose, fonction de leurs accointances. J’ai longtemps préféré les goûts tabac, vapés sans partage et sans lassitude, pensant sincèrement que cette famille gustative était ma vape. Je m’en détache aujourd’hui, acceptant de plus en plus fréquemment les saveurs fruitées entre un tank de HOL et un autre de Grumpy’s Hooch et hésitant à conserver les Gold Ducat, Red Blend, Coumarin et consors dans un tiroir à liquides devenu bien encombré. Je l’avais pourtant lu, compris et considéré comme logique, l’attrait du goût tabac s’estompe avec le temps qui nous éloigne de la dernière cigarette. Pourtant, je n’y croyais pas.

03 - airflowIl y a un an à peine, les tirages d’atomiseurs un peu en vue comme le Ithaka, le Taifun GT ou les Kayfun / Russian étaient plutôt serrés et cela me convenait parfaitement. D’autres étaient déjà en recherche d’autre chose, modifiant les air-holes, perçant des trous dans les chambres de vaporisation, écumant le Net à la recherche du plus gros flux d’air possible. J’étais interpellé mais ne comprenais pas ces démarches, mon expérience en la matière se résumant à une quinte de toux déclenchée par un Snake Oil goûté dans un Taifun GT “The Dripper” dont j’avais fortuitement laissé toutes les arrivées d’air ouvertes. Magma, Kayfun 4 kité sub-ohm et Mutation X ont changé la donne. Mes Taifun GT et Taifun GT “The Dripper” se sont vu offrir un tube d’air-flow élargi, la dépréciation vertigineuse du Russian lui a permis d’échapper à une tentative de revente et je pense que mon prochain atomiseur sera un dripper philippin.

04 - fourEt que dire de l’alimentation électrique… Je n’ai pas tari d’incompréhension vis à vis des vapes à 20 ou 30 watts, n’atteignant jamais ces valeurs sur mon propre matériel sans ressentir le goût de brûlé avant d’acquérir une box mécanique double 18650 capable de sortir une puissance théorique de l’ordre de 160 watts sur une résistance située autour de 0,1 ohm et bien décidé à m’en servir.

Il est bien sûr possible que tout ceci ne soit qu’effets de mode. Un vapeur moyen de mon espèce circulant de boutiques en blogs et forums absorbe diverses influences et finit par les mettre en oeuvre, un peu manipulé.

05 - lievre_tortueMais je crois plus volontiers à un parcours, finalement pas si différent pour chacun d’entre nous. Nous ne partons pas tous au même moment de la ligne de départ, ne cavalons pas tous à la même vitesse, n’avons pas tous le même besoin de pauses mais traversons globalement les mêmes paysages. Le temps des goûts tabac, l’époque des tirages “cigarettiens” puis la diversification des saveurs, l’élargissement des flux d’air, le passage à une autre vape, une vape émancipée de la clope.

Qu’en pensez-vous ?

Ecrit par Nesquick

Nesquick, dans la vape depuis 2013.
Intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

52 Comments

  1. Bonjour Nesquick
    Nouveau sur le site mais suivant vos articles depuis un certain temps je me lance aujourd’hui .
    C’est surtout au niveau des liquides que j’ai senti une réelle évolution , avec la possibilté de vaper les liquides ” premium” ricains .
    Maintenant je vais me lancer dans le reconstructible , je sens que je vais bien monter en pression , en essayant de faire mes premiers coils ( enfin avec tous les tutos disponibles sur le net je devrais m’en sortir …quoi que ).
    Mais quand je vois la vitesse à laquelle évolue le matériel , je pense que dans six mois tu auras encore découvert de nouvelles manières de vaper .
    Bonne continuation à vous tous
    PS :je teste en ce moment le Lazarus journey , c’est vraiment bon

    • Le genre de pression qui naît d’une envie d’améliorer sa vape est loin d’être le plus désagréable !

      Le plus difficile est sans doute d’ingurgiter l’influence des différents paramètres pour arriver à en sortir ton truc, ta bonne vape.

      Faut prendre le temps, faire varier le nombre de spires des coils, leur diamètre, la nature du résistif, les watts envoyés… Tout cela est expliqué en long et en large un peu partout mais quand on est pas physicien, il est à mon sens plus facile d’absorber la théorie en passant par la pratique.

      Je ne sais s’il faut espérer ou non l’apparition de nouvelles façons de vaper.

      Oui pour l’enthousiasme, pour le plaisir du colis postal refermant le liquide ou le matériel convoité posé sur la table, pas encore ouvert…

      Non pour la quête sans fin et les dépenses associées. A un moment donné, il faut se poser !

  2. Ma parole, on tourne au blog philosophique ! Tu as failli m’arracher une petite larme, tant j’ai reconnu mon propre parcours.
    Après 18 mois de vape, j’en suis encore à faire des yeux ronds devant les doubles coils, les basses résistances et les grosses puissances en me demandant à quoi ça sert :scratch: , tant je me sens bien en single à 1,5 ohms et 10 watts … Te marres pas !
    Quoi qu’avec le temps, j’évolue. Insensiblement.
    Tu vapes depuis combien de temps Nesquick ?

    • L’essentiel est d’être content de sa vape, peu importent les ohms et les watts !

      Je pense qu’il y a un ressort de curiosité mêlée d’insatisfaction dans la vape qui nous pousse à essayer plus et mieux. Chacun le vit en fonction de son goût pour les entortillements de Kanthal, de son temps libre, de ses finances.

      Personnellement, je suis assez interpellé par les bigs nuages de vapeur. J’arrive à en produire depuis peu, grâce au Magma et surtout grâce au Mutation X et avec l’aide des articles du Navire (essentiellement) et d’ailleurs.

      Bon, voilà… On peut trouver ça rigolo ou crétin, moi je m’amuse bien.

      Je vape depuis 20 mois dont 15 sans clope et 12 sur reconstructibles !

  3. C’est marrant que tu fasses cet article-constat.

    Pour ma part, jusqu’à environ un mois ou deux, je continuais à vaper des liquides à 18mg, considérant que ceux que je vapotais perdaient des saveurs en baissant le taux de nicotine.

    Néanmoins, depuis les fêtes de Nöel, je me lasse des liquides qui me suivent depuis plusieurs mois : le Sixty-Four de Five Pawns principalement, parfois échangé par d’autres produits de la marque, et surtout l’inévitable Sub-Zero de Halo.

    J’ai donc acheté tout un tas de trucs pour découvrir d’autres liquides “all day” ou en tout cas suffisamment intéressants pour que j’en rachète plus d’une fois.

    Malheureusement, la plupart des liquides de qualité et goûtus ne sont disponibles qu’à des niveaux de nicotine assez faible : au plus haut 9/12 mg.

    Du coup, j’ai changé ma façon de vaper également : air holes plus ouverts et wattage qui décolle (pour des atos tank) : 20 à 25 W.

    Et finalement, en remettant du liquide en 18mg récemment, je me suis aperçu que ça m’arrachait la gorge ! Alors que je comprenais pas cette notion il y a quelques mois.

    • Pareil, sauf que je me suis plus tourné vers le DIY que vers les liquides “tout faits” pour remplacer les gloires vieillissantes…

      J’étais indéboulonnable à 12 mg et ne supporte plus désormais ce taux qu’après le café du midi et encore, sur ato-tank…

      C’est donc désormais plutôt du 6 mg. A ce dosage et en mode “power-vaping”, les drippers font encore tourner la tête comme la première clope de la journée naguère et comme en a témoigné Goulamas récemment sur un autre post !

      • C’est marrant : pour moi, c’est justement à la vape du midi que je me suis rendu compte que le 12mg/mL était devenu trop chargé – me défonçait trop la tête, sur les lattes de cochon de début de digestion. Du coup depuis le weekend dernier : 10mg/mL, ce n’est pas mal. Vais peut-être même faire un essai à 9mg/mL.

      • Pourtant, c’est habituellement à satiété que les sens gustatifs acceptent mieux les trucs un peu joufflus, tels qu’une p’tite prune ou un bon calva du pays d’Auge.

        Alors que quand l’appétit est aiguisé, ces mêmes sens dissèquent les saveurs et repèrent dans les liquides les nuances les plus subtiles…

      • Ah oui, mais ce n’est pas le “hit” (que je ne sens toujours presque jamais, si ce n’est si je n’ai pas vapé des heures et des heures, et encore), qui me tapait : c’était la nicotine, qui s’était mise à vraiment trop me défoncer la tête :wacko:

      • Que penses-tu des engins tels que le Mutation X chroniqué par Lodse ici même, sur le Navire ?

        Ils envoient du lourd niveau hit et vapeur, tout en conservant l’essentiel des saveurs… La sensation “d’inhaler du plus lourd que l’air” est très présente et la densité d’exhalaison est à la vape ce que la Guinness est à la bière.

      • Hello,
        je viens de lire une information capitale : boire la Guinness à travers sa mousse pour un meilleur rendu!
        C’est Amelie Nothomb qui le dit!
        Je vous tiens au courant si d’autres infos tombent, si jamais vous prévoyez un vapero ce soir comme moi…

      • Nesquick, je crois que le Capitaine est en train de te chambrer… La Guinness à travers sa mousse !

      • Peut-être bien , oui…

        Mais la mousse de la Guinness est la seule capable de maintenir verticale une allumette plantée dedans alors il peut y avoir des variations autour de cette remarquable propriété.

        Et puis A. Nothomb me fait l’effet de quelqu’un qui s’y connait un peu en binouze alors faut voir.

      • Tout à fait!
        Amelie est Belge donc elle sait de quoi elle parle…
        Je teste ça ce soir et vous dis quoi!
        Tout ce qu’il me reste à savoir c’est quoi vaper avec une Guinness?

      • Berk!
        M’en vais me faire une banane corsée en DIY plutôt, avec maturation accélérée à la Ludo!
        J’ai pas d’arôme Pasteque, vais aller voir ça sur FT…lol

      • Attention quand même à ne pas vaper trop sucré car après la huitième pinte, le côté amer de la Guinness a tendance à s’estomper assez nettement !
        :wacko:

      • En même temps, la Guinness, ça tient plus du sorbet que de la bière :whistle:

        Me semble que les melons Lorann Oils ont bonne réputation, mais je n’ai pas testé…

  4. En moins de 6 moins je suis passé de liquide de 12 mg à 3mg… Mon matériel et ma vape a également évolué.
    Jene pense pas qu’il faille en ce Mercredi 04 Mars 2015 associer la vape à la cigarette car au delà du fait qu’elle en permet le sevrage et l’arrêt total dans 75% des cas, nos machines à faire de la vapeur ne ressemble plus en rien à une cigarette, alors pourquoi la nommer encore ainsi “cigarette éléctronique”??? Il n’y a pas de tabac, il n’y a pas de combustion, on vape des pudding à la pomme ou des milshakes à la fraise et des crêmes de liqueurs sur fond de fruits à coque alors diable pourquoi la dénommer ainsi?? Quid de celui (ou celle) qui vape en zero depuis le départ simplement par plaisir, comme celui de boire un café sans se faire délivrer une once de nicotine…
    Alors oui aujourd’hui la vape s’émancipe et c’est tant mieux d’ailleurs je préférerais appeler nos appareils des inhalateurs éléctroniques que de faire référence au poison vendu par l’industrie du tabac.
    Le parcours des vapoteurs averti est semblable en plusieurs points et malgré les divergences d’opinions il n’y a qu’un constat à faire: La vape c’est bon!

    • La baisse du taux était un but me concernant mais pas un objectif… Je veux dire par là que je n’ai pas fait de tests pour voir si je pouvais tenir aussi bien avec du 6 mg qu’avec du 12 mg.

      Il est arrivé un moment ou le 12 mg n’est plus passé, j’ai même mis un peu de temps à comprendre que c’était la nicotine qui commençait à gaver.

      Enfin, bon… Avec un Mutation X, faut avoir la truffe blindée pour encaisser du 12 mg, c’est un peu lui qui a donné le ton. Maintenant, le 6 mg joue juste sur tous mes autres matériels.

      Sinon, je suis d’accord avec toi… Nos e-cigs méritent d’être éloignées des cigarettes jusqu’à voir changer leur appellation !

  5. Je n’arrive pas à lâcher le Russian et j’en ai plusieurs,
    Je n’arrive pas à lâcher les e-liquides tabac et pourtant de temps en temps selon ce que nos “gradés” du bateau écrivent parfois j’arrive à me dire j’essaye autre chose.
    A chaque fois je suis déçu.

    Certainement d’autres e-liquides autres que tabac sont certainement bons voire très bons mais jamais eu la chance à ce jour de trouver un produit à mon goût.
    En diy je me laisse aller avec des mélanges tabac, miel, vanille histoire d’adoucir un peu.
    Mais je regrette aussi le prix associé à tous ces e-liquides qui ne permettent pas de se dire j’essaye 10 produits on verra bien.
    Un domaine où j’ai vraiment évolué comme tu le relèves concerne les box.
    Quelle belle évolution sur ce domaine.

    • Je me permets de glisser le conseil d’essayer le miel Lorann Oils : c’est un de leurs arômes qui tabassent :whistle:

    • Il n’y a aucune obligation de changer d’ato ou d’adopter des liquides qui ne sont pas ton goût juste parce qu’on en parle ici ou là…

      De ce que j’en sais, pour avoir goûté sans doute pas loin d’une centaine de liquides, la déception est souvent au rendez-vous. Rejet dès la première taffe, enthousiasme au début puis rejet avant la fin du flacon, flacons finis parce que faut bien les finir… Du coup, je n’en achète plus que lorsqu’un avis positif m’en donne l’envie.

      Alors vraiment, si ce sont les tabacs qui te branchent ben… Faut vaper des tabacs ! Et en parler sur le Navire, bien sûr ;-)

  6. C’est marrant comme on se retrouve dans ce bel article!
    Il y a 6 ans on avait du matériel préhistorique de l’époque ou il fallait vraiment en vouloir et les choix était très limité, avec des parfums exclusivement tabac.
    On attendait avec impatience la sortie d’un batterie plus grosse que 200 mAh et espérant des réservoirs avec une contenance supérieure à 3 gouttes!
    Puis la venue de l’ego 350 avec ses carto ou encore les boule à jus sur carto perce fabriqué artisanalement par Tonio, sur des box faites maison dans un boitier de pile, les liquides saveur fruité, et enfin les mod, les juice complexe et les superbox.
    Même si mon parcours est plus long, le fil d’Ariane reste le même.
    Mais le plus important, et ce peu importe le parcours, reste le fait que la vape nous a fait quitter le monde du tabac, peu être au détriment du cochon tirelire parfois, mais surement pas au détriment de la santé, et ça c’est tant mieux.
    Plus les gens comprendrons cela et en parlerons autour d’eux meilleur sera la vision et l’avancé de la vape.

    • Ce que j’ai proposé ici sur l’expérience d’une grosse année durant laquelle j’ai en plus plutôt pris le temps de musarder mériterait une version longue par un “vétéran” de la vape…

      On a forcément pas la même vision et apprendre par exemple que les questions que l’on se pose au bout d’un an sont toujours les mêmes après six années de pratique serait déjà une réponse en soi.

      Il me semble que tout ça fonctionne par cycles… Cycle des tests de liquides, cycle du DIY, cycle des achats compulsifs, cycle raisonné… Et qu’en fait, le graal “trouver sa vape” n’existe pas.

  7. Je viens de passer au 3mg. J’ai du mal. Je sens le manque. Je vais retourner au 6mg probablement.
    Je m’amuse à tester le power vaping. C’est marrant mais pas indispensable.
    Par contre je suis indeboulonable avec les gouts tabacs ! Je les teste quasi tous en arômes dit (le TNT de Mon&pop est génial). J’apprécie les gouts café s, les snake oils likes. Mais c’est tout. Je n’en sors pas de ces gouts tabacs. Du coup je loupe peut être des choses. J’ai pourtant découvert pourtant beaucoup de choses avec l’article sur les flavor hit mais j’en reviens toujours aux gouts tabac. Mystère…

    • Ben tu vois, je leur fais des infidélités, à mes chers goûts tabac…

      J’en vape toujours, bien sûr. Ton Peregrin était encore à l’honneur dans le Mutation X aujourd’hui même, en 90% VG sur 0,3 ohm. Je crois bien que sur ce type d’atos, même du 0 mg paraîtrait “avoir du slip” ;-)

      Mais les arômes fruités de m’sieur Ludo, les Baker Flavors, passent vraiment très bien aussi, surtout en Kayfun 4 kité sub-ohm !

      • Oh, moi je n’ai pas cherché ces fruités très longtemps… Ah si quand même un peu quand je ne me rappelais plus comment se disait “prune” en allemand.

        Et donc… Merci encore pour le partage !

    • D’autant qu’avant les fruités, j’étais exclusivement tabac moi aussi :unsure: Bon, après, les fruités, faut chercher : quand on en trouve un qui nous plait chez un fabricant (après en avoir essayé plein d’autres du même parfum), ce n’est déjà pas mal :unsure:

      • Oh moi, je n’ai pas cherché ces fruités très longtemps… Ah si quand même un peu, quand je ne me rappelais plus comment se dit “prune” en allemand.

        Et donc… Merci encore pour le partage !

      • Certes, mais pour certains, faut chercher quand même. Genre la pistache BF fait partie des quelques uns au diacétyle à ne surtout pas prendre… Là, pas eu besoin de chercher chez LO : j’ai trouvé la mienne chez TPA (c’est le goût de la glace à la pistache, bien crémeuse et sucrée).

        La framboise BF, elle bouffe les réservoirs en plastoque (c’est con parce qu’elle est bonne). Faudrait que j’essaye la LO, car la FA est quand même légère.

        Y a aussi la meringue au citron de Capella : un citron qui n’attaque pas le plastique, ça ne court pas les rues (faut aimer le crémeux, mais c’est justement ce que je cherchais).

        Ou la pomme Fuji de chez FA : nettement plus puissante que leurs autres fruités, et pfiou, qu’elle est bonne !

        D’ailleurs, en parlant de pomme, pour une verte qui ne bouffe pas le plastoque, j’ai fini par trouver chez PA (pas leur Granny Smith, mais la Green Apple – elle fait “bonbon”, mais pour relever une autre pomme, et avec modération, c’est bien).

        Sans compter les sucrés, plus généralement : pour rajouter du crémeux, l’amande ou la crème catalane FA sont très bien (et sans diacétyle, ce qui n’est pas évident en la matière).

        Bref ‘tention : chez BF, il n’y a pas tout :unsure:

      • Me manquait le vote pour le miel LO, dans mes préférés, mais pas de section Baker Flavors, ni Capella, ni même Flavor Art :whistle:

    • Je pense passer à 3mg là dans pas longtemps, surement à ma prochaine grosse cuisine, j’ai commandé pas mal de nouveaux arômes (bloody panda, heinsenberg, unami, cheery ice,…)

      On verra au pire, j’ai encore de la base en 18mg pour augmenter le tout :yes:

    • Mine de rien, passer de 6 a 3 c’est le grand écart. J’ai essayé aussi mais cela semble difficile. Pour le moment je suis à 5. En DIY bien entendu. Ceci dit, une fois qu’on est sur des taux aussi faibles, je crois qu’il ne faut plus trop se prendre la tête. C’est le matériel et les saveurs qui deviennent prépondérants dans notre ressenti.

      • yup
        petit retour sur mon expérience.
        drôle de démarche que la mienne, suite a en infarctus en 2011 l’arrêt de la clope fut brutal et sans aide, en prison a l’hosto pendant 2 mois pas d’autre solution .mais de retour dans la vie réel l’envi de cigarette redevint très vif il fallait que je trouve une solution pour ne pas retomber dans le tabagisme. du coup e clope liquides exotiques de qualité incertaine a fort ratio pg et no nicotine des le depart et la miracle les vielles pulsions ce sont envolées comme par magie.
        Le vide était comblé
        comme quoi la nicotine n’est peut être pas de facteur prédominant dans l’addiction a la clope enfin pour moi.
        je drip depuis mes débuts j’ai encore de vieux cisco qui traine lol. ma vape a évoluée en même temps que l’arrivé de nouveaux matos mais je reste définitivement sur dripper, les tanks biberons like ce n’est pas pour moi, mon sevrage nicotinique ayant etait fait avant mon debut de la vape, la quantité de liquide embarqué n’est pas déterminante pour moi.

      • On dit généralement que le sevrage nicotinique est assez rapide, de l’ordre de la semaine et que ce sont des facteurs psychologiques (le “geste”) qui poussent vers la cigarette ceux qui bossent pour arrêter. On parle aussi de substances addictives ajoutées au tabac par les cigarettiers…

        Chacun porte sa croix dans sa relation à la cigarette. Personnellement, je crois qu’au-delà de l’addiction physiologique, j’aimais le goût du tabac, j’aimais inhaler du “plus lourd que l’air” bref, j’aimais fumer.

        Le liquides nicotinés me paraissent encore incontournables mais pour le reste, je te rejoins assez. Le matos à vaper à comblé les autres manques nés de l’abandon de la clope…

  8. Il y a tout dans ton article si bien écrit et parfaitement illustré. Comment répondre à ta question finale?…Heu++++…a moins de se lancer dans une thèse sur l’épistémologie du vapotage ;qui se serait du plus mauvais gout sur un navire de pirates. Et comme dirait un grand sage chinois habitant le treizième; peu importe le but ,l’important est le chemin..
    Et c’est pas ce qui manque de l’autoroute fashion aux moult chemins de traverse.
    Ce qui me plait dans la vap; l échange, la curiosité ,et la création car ça bricole dur en se moment .
    Pirates^^Tous à vos postes à souder ..sus aux mosfets B-)

    • La bricole est en effet un facteur efficace d’adoption de la vape pour ceux qui aiment ça… Monter, démonter, essayer de comprendre les principes de fonctionnement, tester des montages…

      La séduction exercée par les mods et les atos peut aussi jouer, quand on apprécie l’acier usiné, les bouts de cuivre filetés et de laiton taraudés.

      Les créatifs culinaires peuvent aussi se retrouver dans le DIY mais là, c’est un domaine dont je ne perçois que des échos…

      • Démonter, remonter, ajuster, essayer, …, re-démonter, je ne vois pas du tout l’intérêt. ;-)

      • Ben non, y’en a pas…

        Personnellement, je le faisais déjà avec les cigarettes. Je les démontais pour voir si le papier était pareil des deux côtés, si le filtre allait plus loin que la petite bague dorée, si les brins de tabac étaient tous de la même longueur ou s’il y en avait de plus courts ou plus longs.

        L’avantage en était qu’après le démontage on était boulé, la clope était bonne à jeter et du coup, on fumait moins. Avec la e-cig, souvent reconstructible, c’est l’inverse.

  9. Continent différent mais démarche similaire débutant par une saveur tabac 24 mg dans une cartouche du genre “pseudo” cigarette (pour garder ce contact malsain du tube entre les doigts, vieille habitude de presque 50 ans de clopes) pour en arriver aujourd’hui à du 6 et même parfois du 3 mg dans des reconstructibles alimentés en puissance par une Vaporshark rDNA 30 ou un Némésis (le vrai, pas celui que le Capitaine a acheté chez Fasttech :whistle: !!!) . J’hésite encore à aller vers le subohm, à mon age on devient peureux…. mais j’ai acheté un Kanger subtank mini et à 0,5 ça arrache pas mal, un peu trop pour moi alors je reste sur du 1 ohm et un peu plus et j’en suis très satisfait. Pour l’instant, j’alterne entre Squape et Taifun GT, le Kayfun lite, qui fut mon premier reconstructible, prend la poussière dans le placard.
    Pour les saveurs, mon armoire en est pleine, des fruitées, des types dessert, des DIY de tout genre, ratés ou très bien réussis, des boissons genre vieux cognac mais je reviens toujours à celles que j’ai découvertes il y a 8 mois, le Boba’s Bounty et le Gorilla juice d’Alien Vision, toutes les deux de type tabac mais à peine perceptible. Sais pas ce qu’ils mettent dedans mais c’est une vrai drogue pour moi ces jus la!
    En fait, la véritable évolution de la vape pour moi a été de passer d’un simple outil pour arrêter de fumer ( pas une seule cigarette depuis ma première vape le 21 mars 2014 :yahoo: ) à un véritable hobby, presque une passion que les “élucubrations” du Capitaine et de tout l’équipage alimentent parfaitement. :good:

    • Je te rejoins sur l’aspect hobby, limite “passion”…

      Les ingrédients sont là : jargon spécifique, lecture et écriture sur blog spécialisé, volonté faiblarde devant les liquides et matériels plébiscités par la communauté…

      Et finalement, beaucoup de temps passé à entretenir le matos, refaire les montages mais aussi assurer la “veille technologique” et raconter sa vie de vapeur…

    • Je te rejoins dans ta démarche.
      Pour ma part, l’arrêt de la clope remonte à 1 an et demi !
      J’ai commencé probablement comme beaucoup d’entres vous, avec un cliromiseur (type T3S) et une batterie Ego 600mA.
      A présent je suis également dans ton cas Outrevap, je tourne régulièrement entre mon squape et mon GT2, un alimenté par une vaporshark rDNA 40 et l’autre par une cloupor 30W !
      Une petite istick avec un mini subtank pour dépanner au boulot.
      Je ne suis pas attiré par le Subohm, et mes résistances se situent entre 1 et 1.3 !
      Je privilégie la vape douce et la saveur plutôt que l’inhalation directe.
      Et comme Nesquick l’a très bien commenté…l’essentiel est de trouver la vape qui nous convienne et chacun aura ses goûts, ses Atos préférés, etc… car voilà, dans le secteur de l’e-clope il y a un très grand choix. Mais au risque de se prendre au jeu des achats à répétition !
      Concernant le dosage en nicotine, dès le début j’ai eu du mal avec le 12 mg, et je suis passé à 6 mg assez rapidement; je sais vous allez me dire…t’es fou…mais tu fumais 3 lights par jour ou quoi?
      En fait j’étais à 10 par jour, sans pouvoir arrêter définitivement et je me suis lancé avec plusieurs amis sur la e-clope. Un bon nombre avait renoncé après 3-4 mois de vape.
      Depuis près de 3 mois je fais mes potions en 3 mg et c’est vrai qu’au début le manque se fait légèrement ressentir et on a tendance à vaper plus souvent, mais çà passe rapidement.
      Je me permets même des juices améliorés en 0mg en soirée, ceux que l’on achète tout fait et élevés en fut de chêne pendant plusieurs semaines :good: .
      Voilà mon évolution…et je ne regrette pas du tout mes cigarettes !

      • Sub-ohm et power-vaping n’ont pas trop la cote, d’après les différents témoignages exprimés ici et je ne vais pas en faire l’apologie, d’abord parce que je suis total newby dans le domaine et ensuite parce que les impacts d’une vape “normale” sont suffisamment mal connus pour ne pas en promouvoir une déclinaison plus “extrême”.

        Nonobstant ( :-) ), Le Capitaine et Lodse nous ont respectivement présenté le Dark Horse et le Mutation X, et j’ai bien accroché sur ce dernier, me régalant de stratocumulus d’enfer issus de liquides hauts en VG et de préférence forts en goût pour pallier le respect souvent approximatif des saveurs par les power-atos .

        Je pense qu’outre une vapeur énorme et dense, ce mode de vape présente aussi un intérêt au niveau technique puisqu’il demande quand même des montages multi-coils un peu léchés pour bien fonctionner. Il y aurait bien là une sorte de petit challenge ! B-)

        Donc voilà… Ca existe, certains apprécient, d’autres non et on ne va pas en faire un plat !

  10. Oui tout à fait d’accord avec toi Nesquick… çà existe.
    Pour preuve, je me suis rendu à ma boutique habituelle pour prendre quelques juices et la patronne m’a justement fait part de plusieurs de ses clients, qui vapaient du DIY en 50/50 et 0mg de nicotine…mais sans arôme concentré !!! :wacko:
    Juste pour faire des nuages intenses !
    Comme quoi, les goûts et les couleurs…

    • Pour les nuages de folie, la dite patronne aurait du conseiller du 80% VG voire du 100%, saperlipopette !

      Mais bon… Comme tu le dis justement, les goûts et les couleurs…

      • Je pense qu’elle était en rupture sur 100% VG !! :-)
        Mais j’y pense…plus besoin de laisser stepper ses DIY du coups !
        Direct dans le tank. :yes:

Replacer les billes d’un switch GUS

Le nettoyage par ultra-sons