in

J'adoreJ'adore

La vape autrichienne : le Vapor Giant Extrême !

Son nom peut nous mettre la puce à l’oreille, le Vapor Giant Extrême n’est pas fait pour les vapoteurs qui aiment la vape pépère à 15 watts, mais plutôt pour ceux qui aiment la vape velue avec du poil aux pattes.
Monté avec du gros fil entre 0,15 et 0,2 ohm, il produit à partir de 50 watts une vape puissante, gourmande, dense et chaude, capable de satisfaire les appétits les plus gloutons, et qui consomme les 5 ml de son réservoir en un temps record.
J’en ai fait l’acquisition au travers d’un troc, et j’ai vérifié, c’est un original, autant le préciser :-)

L’atomiseur est composé de 6 pièces principales, et il est accompagné d’un adaptateur pour drip tip 510 à droite, et 4 câbles en acier pour l’alimentation des mèches. Je n’ai pas démonté le réservoir de la base, parce que le joint est très serré, et que je n’ai pas osé forcer.

Il n’est pas livrée en puzzle, mais dans une jolie boite noire, entier et prêt au montage. Il est accompagné d’un lot de joints, de câbles et de vis de remplacement, de deux coils mais pas de manuel : c’est un atomiseur à découvrir soi-même.

Assemblage !

Rien de plus simple. On visse d’abord le plateau sur l’axe central…

… et on revisse le pin 510.

On peut ensuite clipser le baril sur le plateau.
Ici, deux possibilités s’offrent à nous puisqu’il y a 2 flux d’air : un par le bas et un par le côté.
Le baril est percé de deux fois deux trous, décalés de 90°.
Ceux du bas permettent de choisir et de régler un flux d’air par le bas, qui entre par le biseau sur le bord du plateau.

Il se règle en tournant le baril, et l’on peut admirer au passage la qualité des gravures.

L’autre couple de trous alimente les coils en air par les côtés, et il se règle en tournant le top cap.
Les deux flux d’air ne sont pas très différents, mais leur influence est sensible : le flux par les côtés peut être un peu plus aérien, et il favorise la production de vapeur, alors que le flux par le bas produit des saveurs plus soutenues.
Il est aussi possible d’ouvrir les deux, mais dans ce cas le flux par les côtés n’est pas face aux coils, il rajoute simplement de l’air dans la vapeur. Personnellement je n’apprécie pas.

Mais avant de tout refermer, il convient de placer les 4 câbles.

Ils sont parfaitement ajustés dans leurs orifices, et c’est une des caractéristiques de cet atomiseur : la qualité des ajustements est remarquable à tous les niveaux : les pas de vis sont fluides et ne se bloquent jamais, toutes les pièces tiennent en place juste ce qu’il faut, c’est une merveille.

 

Montage !

Vous avez déjà remarqué que le plateau est de type velocity, j’ai donc confectionné deux coils à l’avenant, en Flapton de nichrome, pour une résistance totale de 0,18 ohm une fois stabilisée.

Leur placement dans les posts est enfantin, j’en profite pour placer un interlude purement esthétisant du rodage…

Et du résultat du bleuissement du nichrome légèrement boosté :-)

Le placement du coton ne pose pas de problème non plus, il faut simplement qu’il soit bien dense pour constituer une petite réserve de liquide que les câbles lui apporteront.

Il s’agit ensuite de le replier et de le poser sur les câbles, en laissant libre l’espace en dessous des bobines.

Ne reste plus qu’à remplir le réservoir, par cet orifice bien pratique, avec une fiole à embout fin.
Si on attend 5 mn, la capillarité humectera le coton toute seule, mais ça va plus vite avec la méthode traditionnelle.

Vapage !

Avec un tel montage, je confirme que la vape est celle d’un ours, mais un ours qui fréquenterait les salons de thé Viennois.
C’est à dire que les saveurs sont intenses et assez bien respectées. Pas comme sur un atomiseur dédié aux saveurs, mais c’est très honorable.
La vapeur est dense, chaude, elle donne une belle sensation crémeuse. Vous l’aurez compris, c’est avec des liquides du genre gourmand que la rencontre sera la plus belle : les fruités délicats ne sont pas son carburant naturel, alors qu’un Tallak, une tarte ou un gâteau sont à la fête.

Il est possible de le monter avec des coils simples (comme ceux qui sont livrés d’ailleurs), et dans ce cas il est possible de vaper de manière plus raisonnable à 35 watts en utilisant l’adaptateur pour drip tip 510, mais je dois bien admettre que ça ne fait pas le même effet de densité de vapeur et de saveur.

Au-delà de la qualité de vape, c’est aussi un bel objet, dont les finitions renforcent le plaisir de l’utiliser, et, surtout, dont la fiabilité est étonnante : il est robuste, il se manipule facilement, tout en restant très ferme, et il ne fuit jamais, même avec l’air flow par le bas. C’est du bel ouvrage.

Soutenez cet article

Officier 3ème Classe

Ecrit par jib

Jib : nommé 1er maitre par le Capitaine. |
Vape libre et apaisée pour tous !
| carnetsdevape.wordpress.com

31 Comments

Laisser un commentaire
  1. Wouha, belle revue !
    Voilà un atomiseur qui me plaît bien, surtout après la découverte du Corona v8 basé sur le principe voisin d’un top-coil alimenté par câbles.
    Ces machines apparemment fort prisées par les vapotos germanophones de Suisse, d’Autriche et bien sûr d’Allemagne vapent comme des drippers et envoient magnifiquement le steak.
    Le seul problème reste à mon sens esthétique, il faut assumer ces gros atos peu discrets.
    L’utilisation des câbles n’est guère pénalisante, on n’y touche plus une fois qu’ils sont en place, ils ne s’usent pas, ne s’encrassent pas, ils font partie de l’atomiseur.
    Bref, appréciant fortement le Corona, je ne me sens pas 100% à l’abri de tester ce cousin germain (humour !) dès que le Porky sera revenu du royaume des morts…

  2. MDR
    Oui, j’ai volontairement évité la comparaison avec le Corona, parce que je n’en ai pas. D’après les retours que j’ai lus ou entendus, le Corona est probablement plus polyvalent que le Vapor Giant, peut être même mieux construit encore.
    Mais ce Vapor Giant a une vraie gueule je trouve, l’objet est intéressant (et on peut ne pas aimer son esthétique ou sa taille, mais au moins il en a une).
    C’est je pense une des voies d’avenir du High End, de ne pas seulement faire de bons atomiseurs bien finis, tout le monde peut le faire maintenant, mais aussi des objets qui ont une expressivité, un en soi, n’est-ce pas ;-)
    Bref, cet ato à l’air de ce qu’il est, et j’aime bien ça, même si je ne vais pas le garder, puisque ce n’est pas ma vape principale et que j’ai déjà des atomiseurs qui satisfont très bien mes envies ponctuelles de grandes inhalations crémeuses et chaudes.

    • d’accord avec toi maintenant des bon atos on en trouve facilement
      mais celui.ci ce demarque par son look qui moi me plait bien. et la qualité des matériaux pour moi au dessus des autres le corona je confirme c’est vraiment qualitatif. sinon je m’égard il y a le gear rta qui apparament vos le détour pour les amateurs de singl coil tu va le tetster.

  3. Dans l’temps, il y avait un mod dément chez Niko Vapor, également appelé “Vapor Giant” qui embarquait 2 accus 26650 stackés et affichait donc une tension de 8,4 volts tous pleins faits.
    Il a du sortir vers mi-2104, il doit être particulièrement difficile à trouver aujourd’hui. S’il a été cloné, on doit pouvoir le trouver dans le grenier d’un shop quelque part sur la planète mais voilà… Ce genre de recherche prend énormément de temps et de patience !

      • Le problème, c’est que tu te retrouves avec 8 volts, mais en terme de capacité de décharge comme si tu avais un seul accu.
        Par exemple, avec un coil de 0.4 ohm… tu as une puissance de 160 watts et et une intensité 20 ampères sur chaque accu… donc ça va, mais ça pousse, quand même ^^
        En tout cas faut pas descendre sous 0,4 ohm, sinon ça fait boum !
        Et mieux vaut des VTC5A ou des 30T, plutôt que des VTC6 ou des 40T.

  4. Testé en version Shenray, Porky ne m’ayant pas autorisé autre chose depuis le lit d’hôpital où il termine une énième convalescence.
    La première impression est très positive, cet atomiseur envoie bon et lourd. Le premier montage réalisé à l’aide des coils fournis a fonctionné d’entrée, ce VG me paraît beaucoup plus facile à régler que son compère le Corona v8 qui m’a donné bien du fil à retordre au début. Ici, le flux d’air ascendant se montre moins exigeant que celui horizontal du Corona, impitoyable avec les bobines mal positionnées.
    Les segments de câble fournis avec le clone sont un poil trop longs, je blêmis à l’idée de devoir retourner à la pince coupante et au rouleau d’acier tressé acheté pour le Corona qui présentait le même défaut en version orientale et qui m’a fait galérer comme un rat pour obtenir quatre “drivers” de longueur correcte.

  5. Un ami qui ne fait pas semblant d’aimer la vape, et qui creuse le sujet depuis fort longtemps, m’a envoyé une version originale autrichienne dans le cadre d’un échange. Gloire lui soit rendue maintenant et ici-même !!!
    Ce qui fait que j’ai le V8 Corona et le VG Extreme en versions originales. Et que je suis heureux !
    Ces deux atos cousins sont si bien réalisés et procurent chacun à sa manière des volutes si goûteuses qu’ils ont quelque chose d’« ultime ».
    (à quoi bon se décarcasser pour un KF[lite], je vous le demande… en tout cas, je m’en passe allègrement…)
    Il m’a fallu plusieurs tentatives, que ce soit en simple ou en double bobinage, avec le Corona. Il nécessite d’apprendre à jouer avec ses deux arrivées d’air, en effet horizontales et de forme triangulaire (ce qui lui donne une finesse et une variété de réglages possibles , mais il faut pas se louper), et les coils… ni trop près des airflows… ni trop loin… en ce moment je suis en double pour une valeur de 0,34 ohm et les bobines sont environ à 2 mm des plots… je vape ce montage à 44,4 watts, et c’est nickel ! mais, oui, j’ai aussi dû tâtonner !
    Pour le Vapor Giant Extreme, vu ses arrivées d’air dans tous les sens, je ne peux que le monter en double. En ce moment, je teste avec un montage de 0,75 ohm et je vape à 28,8 watts, avec les cyclopes du haut fermés et ceux du bas ouverts aux deux tiers, C’est encore très aérien… je vais descendre les valeurs des résistances pour qu’il donne plus de vapeur.
    Par contre, même en procédant par essais et erreurs, que ce soit sur l’un ou l’autre, je ne vous raconte pas la restitution des goûts et des parfums !
    Encore un grand merci à mon ami creuseur de la vape !!!

Laisser un commentaire

Test de la box Eleaf iStick Pico X 75W

Asmodus Pumper 18 : bien dans ses pompes !