in

J'adoreJ'adore MerciMerci

La Meson AIO (SteamCrave) à la loupe

Comme il n’y a plus que ça qui sort en ce moment dans les shops de vape et qu’il faut quand même rester un minimum chébran, j’ai fini par acquérir le Kit Meson AIO de SteamCrave, afin de me forger une opinion réelle sur ce type de matos. Autant le dire tout de suite, je ne fais cette revue ni par plaisir, ni par contrainte, mais bien pour essayer de comprendre la hype autour de ces boxes tout-en-un. Vapotant depuis (presque) toujours sur des setups box/atos reconstructibles, je concède un certain scepticisme à l’égard de ces nouveaux engins, mais de l’avis de tous les utilisateurs d’AIO avec lesquels j’ai pu échanger, « c’est super pratique ». À la bonne heure ! C’est donc sous le prisme de ce postulat de base qu’on va aborder la Meson AIO.

La box

Bon déjà, une AIO, c’est avant tout une box électro. Avec son corps tout en métal (alliage de zinc, apparemment), celle de Steam Crave est bien finie et inspire confiance, c’est déjà ça. Mais putain, qu’est-ce que c’est lourd !!! 279 grammes, pour une box simple accu, j’trouve que c’est cher payé. J’imagine déjà la tête du keum quand il mettra la box dans la poche de son costard en lin cet été !  :wacko: Ahahah, il risque de déchanter !! À titre de comparaison, mon setup Tesla Invader 4X (double 18650) équipé d’un Atemporal RTA chargé à ras bord sort à 248 grammes. Conclusion : niveau poids, la Meson AIO n’est pas ce que j’appelle pratique.

En revanche, il faut bien lui reconnaître un avantage par rapport aux setups traditionnels : sa taille. C’est compact, y’a juste le drip-tip (format 510) qui dépasse. Donc en étant fair-play, niveau encombrement, c’est vrai, c’est cool une AIO.
D’autant qu’avec sa forme plate-en-façade mais arrondie-sur-l’arrière, la prise en main s’avère excellente. Encore un bon point.

Au final, question ergonomie, on a affaire à une p’tite grosse. Bien sûr, tous les goûts sont dans la nature et il paraît que les hommes préfèrent les rondes…  :scratch: Tant mieux : perso, j’ai toujours préféré les fines élancées. C’est comme ça et ça se discute pas.  B-)

Bien… Passées ces considérations, la box en elle-même est basique. En façade, on retrouve le switch, les boutons + et – , ainsi qu’un port USB de type C qui, à mon sens, ne sert à rien d’autre qu’à enlaidir l’ensemble.

Les 3 boutons présentent un léger jeu dans leur emplacement, mais rien de méchant. Ils s’avèrent aussi clicky et assez bruyants, faut le savoir. Lorsque j’ai la box en main, le switch tombe naturellement sous… l’annulaire ! Pas très pratique ça, de faire fire avec l’annulaire… En tout cas moi, je suis pas habitué, c’est pas intuitif. Du coup à l’usage, je ne trouve pas ça pratique DU TOUT : il me faut à chaque fois réajuster le positionnement de la box dans ma main pour faire fire avec l’index.

Sinon niveau chipset, ça monte tout de même jusqu’à 100 watts, ce qui est quand même bien cool. À l’utilisation, c’est très intuitif : on presse rapidement 3 fois le switch pour naviguer entre le mode watts, volts, bypass, ou control temp. Pas prise de tête, donc oui, ça c’est pratique. L’écran est situé sous la box et son interface est à l’ancienne, façon istick 20 watts.

On y retrouve les infos strictement nécessaires : valeur de la réz., puissance de vape, niveau de l’accu et, petit bonus qui perso ne me sert pas, un compteur de puffs. Par ailleurs, c’est très lumineux, ce qui fait que même en plein soleil, ça va, on ne se défonce pas les yeux pour déchiffrer les infos affichées.
En laissant appuyés les boutons + et -, on peut aussi changer l’orientation de l’écran, ce qui est très pratique selon qu’on tienne la box main gauche ou main droite.

Dernier petit point concernant la box : son alimentation. Par défaut, la Meson est prévue pour du 21700, mais un adaptateur 18650 est fourni dans le packaging.

La porte à accu tient parfaitement en place grâce à 4 aimants ovales de bonne facture, rien à déplorer à ce niveau. Voilà pour la partie box.

Airflows

Mais une AIO, c’est bien évidemment une partie Boro, que l’on découvre en ôtant la porte en façade. D’ailleurs sur la Meson, on a le choix entre 2 portes, selon qu’on veuille une vape RDL ou une vape DL.

À gauche, c’est la porte RDL, elle est tout en métal et on peut régler le niveau d’ouverture d’air via une molette. De l’autre côté de cette porte, c’est comme ça.

Avec cette porte, on est sur un tirage RDL plutôt serré à mon goût, même en full open. Typiquement le genre de tirage où je m’étouffe, mais ça c’est très personnel.
L’autre porte (à droite) est quant à elle tout en plastique et permet un tirage plus aérien, sans pour autant qu’on puisse parler de vrai DL. Nan, dans cette config’ la Meson AIO propose un tirage RDL. Un RDL ouvert, certes, mais un RDL quand même. Autrement dit, la Meson AIO n’est PAS un matos destiné à envoyer des gros clouds de porkasse.

Boro

Avant de pouvoir accéder au Boro, il faut commencer par dévisser le Nut. Le nut, c’est cette espèce de bague en métal qui accueille le drip-tip 510.

On voit qu’un pas de vis est prévu, mais le hic, c’est que SteamCrave n’a pas jugé utile de nous fournir l’outil qui va bien. Il faudra donc se trimballer en permanence avec une pince céramique, dont on utilisera la base pour dévisser le nut.

Là désolé, mais ce n’est pas pratique du tout : on n’a pas que ça à foutre que de prévoir une pince céramique dès qu’on va quelque part…. Tu vois le topo : « Chériiiie, t’as pensé à prendre la pince céra ? »  :wacko:

Bon bref… Une fois le nut dévissé, on libère le Boro…

… qu’on peut ôter de la box.

En façade du tank en plastoc (PCTG), on distingue tout de suite la petite languette en caoutchouc qui sert à ouvrir et fermer le tank.

Avec un ongle, pas de souci, ça s’attrape bien et c‘est étanche quand le tank est rempli. Mais pour combien de temps ? J’ai pas le recul nécessaire, mais je ne parierais pas ma maison sur le fait qu’on n’aura jamais à remplacer ce bout de caoutchouc. Peut-être pratique leur histoire, mais certainement pas durable ! Faudra voir à améliorer les choses à l’avenir, hein…

Niveau Boro, ça se démonte comme la plupart des tanks de RTA : toujours avec notre pince céramique, on peut dévisser la cheminée…

… et démanteler le bouzin.

Pratique pour un bon nettoyage, ça.  :yes:

Parlons à présent Alimentation. Contrairement à d’autres modèles d’AIO qui permettent d’installer des résistances toutes faites, la Meson AIO n’est conçue qu’avec des plateaux reconstructibles. Ça m’a un peu surpris au départ mais ici, le tank ne tient sur le plateau de montage que grâce à 2 joints toriques.

Ok pourquoi pas, d’autant que ces derniers sont bien calibrés et qu’ils font bien le job. Peut-être même un peu trop bien, d’ailleurs. Car là, sans ongle solide, je vous le dis tout net : c’est hyper galère d’extraire le deck du tank. Etant donné la forme rectangulaire du boro (et donc du plateau), je reconnais qu’il n’y avait pas vraiment d’autres choix possibles pour le constructeur. Mais à l’utilisation, non, là je ne valide pas du tout : c’est très chiant pour accéder au plateau de montage. Sans compter qu’on peut potentiellement se retourner un ongle à chaque fois qu’on tente la manœuvre…

La partie en métal du Boro Meson est comparable à un baril de dripper avec, sur les flancs, des arrivées d’air en nid d’abeille. Airflow latéral donc.

Et sur la partie haute, de chaque côté, on trouve les arrivées de liquide, façon Aromamizer.

En retournant le baril, on découvre l’intérieur de la chambre d’atomisation.

L’architecture est un peu chelou et très éloignée des dômes auxquels on est habitués, mais pourquoi pas, après tout…

Plateaux

Niveau decks, un plateau à clamps destiné aux montages mesh est prévu dans le packaging, mais on ne va pas en causer ici, car j’aime pas la vape en mesh. Mais l’effort du constructeur est louable et je peux juste dire que la Meson fonctionne bien en Mesh, à condition de s’appliquer lors de la phase de cotonnage.

Le deck qui m’intéresse, moi, c’est celui-là.

Un postless basique, sur lequel on peut faire du single ou du dual coil. En rouge, c’est les niches à coton. En vert, les arrivées de liquide. Quand le tank est plein, le jus passe par là pour alimenter les moustaches.

Vu la taille des arrivées de jus, pas de souci : le boro Meson wick très bien, même avec des jus à fort taux de VG.

 

Montage / Cotonnage

L’espace de travail est cool, y’a de la place. Ses mensurations sont tout à fait comparables à celles d’un RDA de 24mm donc à ce niveau-là, c’est très pratique. On peut installer tranquille un single coil sur axe de 30, ici un Staggered Fused Clapton 2*28/36 + 36.

Ou un dual coil, mais seulement sur axe de 25, comme ici avec un Clapton 26/36.

Dans tous les cas, faut couper les pattes à 4.5 mm, pas plus. Sinon, les coils touchent les parois de la chambre d’atomisation et ça met le bordel.

À 4.5 mm, les coils se retrouvent pile-poil en face des airflows.

Pour le cotonnage, on coupe un peu plus large que le plateau, …

… on aère bien les mèches, et zou, c’est cotonné.

Les niches sont fines mais larges, la mise en place des moustaches est pratique.

Rodage

Par contre, vu que sur une AIO, le Boro est emprisonné à l’intérieur de la box, on ne peut évidemment pas roder les résistances directement sur l’engin : il faut obligatoirement utiliser un autre support. Ah pis c’est pas fini : la connectique sous le deck du Meson…

… nous oblige à utiliser un énième pièce tierce : un adaptateur 510 (heureusement fourni par Steam Crave)…

… afin de pouvoir connecter notre deck à une simple box.

Vous disiez quoi déjà, les gars ? Pratique, une AIO ???  :scratch: Euuuuhhhh ouais… Vite dit alors….  :whistle:
Allez, passons à la suite, ça vaudra mieux.

 

Vaper en Meson AIO

Niveau performances, je dois dire que je suis plutôt agréablement surpris ! Oui parce que derrière ses allures de gadget, la Meson AIO envoie quand même pas mal. Précision de rendu vraiment pas mal du tout, quantité de vapeur abondante, densité bien épaisse, saturation des arômes bien présente… Franchement, sans être sur le cul, je suis pas mal bluffé, j’avoue. Hé ouais, on peut dire c’qu’on veut, mais ça vape, ce p’tit bidule.  :yes:

Équipée d’un Staggered Fused Ni80 en single coil (0.40 Ohm) et à 60 watts, la Meson envoie une vape onctueuse et bien savoureuse. Faut quand même envoyer un peu de patate, sinon c’est assez molasson du caleçon, il faut le dire.

En dual coil de Clapton Ni80 (0.25 Ohm) et toujours à 60 watts, la vape est toujours aussi onctueuse et goûtue, mais elle gagne en nervosité. Du coup, ça me convient mieux. B-)
Jus gourmands et jus fruités passent vraiment bien. Les Nets un peu moins, faut être honnête.

Alors, convaincu le Cland’ ?

Convaincu, non, je n’irai pas jusque-là. Faut pas pousser… La Meson AIO envoie de la saveur, ça je ne peux pas le nier. Et c’est vrai que son format compact et son look très neutre peuvent être un atout, notamment aux cérémonies de l’Ambassadeur où il est de bon ton de ne pas se faire remarquer et que « rien ne dépasse »…

Maintenant pour être honnête, ce format de matos peine à m’embarquer totalement, en dépit de qualités vapistiques incontestables. Très franchement, je ne vois pas ce que cette Meson – et c’est pareil pour les autres AIO – a de plus pratique que mes traditionnels setups box+ato.  :scratch:   :scratch:   :scratch:

Sans vouloir me la jouer réac’ ni faire de provoc’ inutile, je dirais même que c’est plutôt l’inverse. Le coup du Nut à dévisser à la pince céramique pour libérer le boro, puis de la rondelle 510 pour roder son coil sur une autre box… faut avouer que c’est quand même vachement compliqué pour un truc tout-en-un qui, tout mis bout-à-bout, n’est pas si tout-en-un que ça………. Et puis y’a d’autres trucs aussi… Le Ohmmètre de la Meson n’est pas d’une fiabilité absolue : il augmente systématiquement la valeur ohmique de mes montages. Parfois de 0.02 Ohm, ce qui anecdotique sur support électro. Mais parfois aussi de plus de 0.10 Ohm, ce qui l’est déjà beaucoup moins….  Et puis ce nut là… S’il n’est pas serré à fond, la Meson ne reconnait pas la résistance et te sort un « check atomizer » super énervant…

Alors voilà… Cette incursion dans l’univers des AIO aura été sympa, mais là en l’état actuel des choses, ça fait beaucoup. Trop, sans aucun doute, pour que j’envisage de switcher sur ce type de matos à vaper. Pour l’heure, pas pour moi ce genre de trucs, même si ça vape (très) bien. En tout cas, « pratique » pour définir les AIO, il va vraiment falloir trouver autre chose comme argument ! :whistle: :whistle: :whistle:

Allez, bonne vape à toutes et tous, en AIO Meson. Ou en setup Box+Ato. On s’en fout, tant qu’on reste loin de la tueuse !

:bye: :bye: :bye:

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

73 Comments

Laisser un commentaire
  1. « On est prédestiné à se passionner pour la vape ou au contraire à la considérer ad vitam eternam comme un substitut tabagique et rien d’autre. A passer une grande partie de son temps à faire des DIY, des coils et des rewraps dans des plats à gratin…« 

    J’adore, j’ai envie de l’encadrer. Cela décrit à la fois une vérité et ressemble aux dialogues de Pulp Fiction sur les massages avant d’aller butter Marvin.
    Oui je dis une vérité car c’est une version « déterministe » des choses. Tout comme le débat entre la zone de confort (ce qui est) et aborder les choses par petit pas, transitions successives pour évoluer (ce que peux font). Vous avez fait ma journée les amis.

    • Non mon Brucinet, c’est une citation de Gerfaut j’y ai mis des crochets et sur la semantique je valide. Plus que du Pulp Fiction ça sonne comme du Fight Club « La pub nous fait courir après des voitures et des fringues, on fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien pour impressionner des gens que l’on déteste. » 

  2. Beaucoup de marque chinoise s’y est mis avec des tanks, boxs aio ou RBA/bridge pour ce genre de matos avec le regain d’intérêt pour le MTL et RDL. Et les raisons sont nombreuses: ça marche bien en mtl et rdl, compacité des boxs, les reviewers s’y sont mis avec les chinois, une grosse base d’accessoires et boxs à tous les prix. Bref toutes les conditions sont réunies et aussi que les bridges pour les resistances pour clearomiseur a bien lancé le truc pour les non initiés aux reconstructibles. Le meson et un autre aio de chez vandy vape, je crois, a failli me faire craquer pour tester le truc. Y a même récemment un rta avec un rba de boro à l’intérieur qui est sorti. Comme on dit les boros ont le vent en poupe en ce moment.

    • Salut Hart80, et bienvenue sur le Navire ! :bye:

      Les AIO et les boro ont effectivement le vent dans le dos actuellement, et ça peut se comprendre pour toutes les raisons que tu soulignes. :good:
      J’y ajouterais qu’une des clés du succès réside aussi dans le fait qu’avec ces boxes tout-en-un, le vapoto débutant (ou fainéant) a un accès direct et facile à la bonne vape, sans avoir à se poser la moindre question quant au choix du matos (quel ato je prends ? avec quelle box ? avec quels accus ? avec quels coils ?) Autant de questions qui, c’est vrai, peuvent rebuter le newbie au moment d’acheter autre chose qu’un pod ou un puff. Là au moins, il se prend une AIO et Roule Simone, il est sûr que tout fonctionnera bien.

      Là où j’ai un peu plus de mal à comprendre, c’est quand des mecs expérimentés des RTA/DRA/Mods méca du genre Vaping Bogan (pour en citer un célèbre) s’extasient sur ce type de matos… :scratch: Faudrait qu’on m’explique… (autrement qu’en disant « c’est pratique »)… :scratch:

    • Faut bien faire marcher le business quand on les voit s’extasier dessus et surtout ne pas oublier qu’ils sont payés pour tester les matos. D’un autre côté les reviewers que je regarde sont pour la plupart des anglophones et ils ont tous des billet box. Forcément avec la rolls des chipsets ça doit envoyer niveau mtl/rdl. Moi c’est juste pour essayer un jour vu le prix des aio avec ces puces. Là je lorgne du côté des mods sbs avec un 21700 pas trop massif en ce moment et j’en trouve pas beaucoup comparé justement aux aio.

    • Ouais c’est tout à fait vrai : les mecs sont payés pour dire du bien du matos qu’on leur envoie gratuitement…. C’est un choix de leur part, tant qu’ils l’assument ça va. Et comme, d’une manière très très générale, l’humain est très moutonnier, ben ça roule bien, leur business….
      Un Truman Show, le gourbi…… :scratch: :whistle:

      Ahhhh les Billet Box….. Quand tu vois que les clones SXK sont vendus entre 90 et 160 boules…. J’imagine même pas le prix d’une originale….. :cry: Maintenant, es-ce qu’elles procurent une vraie différence niveau vape ? Franchement j’ai du mal à y croire. M’est avis qu’il y a beaucoup de « j’me la pète en m’affichant avec une Billet »….

      Les SBS ? Y’a la Hadron en 21700 qui semble pas mal. Après, j’avoue que pour ma part, je ne suis pas du tout emballé par ce format de boxes. Mais t’façon en s’en fout : aujourd’hui c’est AIO ou… AIO !! :wacko:

  3. Bien l’bonjour harth80,
    Ta réflexion sur la diversité du matos AIO et sa facilité de prise en main pour les non initiés au reconstructible est pertinente.
    Là où je ne suis pas d’accord, c’est dans la direction exclusive que prend l’industrie de la vape. Je comprends parfaitement qu’ils lancent de nouveaux produits innovants, tels les AIO, pour s’attirer un plus grand publique mais ils ne doivent pas pour autant abandonner les produits qui sont l’ADN même de la vape, les reconstructibles traditionnels. Les habitués de cette dernière catégorie ne se tourneront jamais vers les AIO que soit à cause du look, du peu de puissance développée, de l’impossibilité architecturale de développer du gros dual DL,… Ces AIO doivent rester un complément à leur catalogue au risque de se voir perdre une grande partie des consommateurs adeptes d’une vape plus racée, plus puissante,…
    Je suis certain de ne pas être le seul à me désintéresser progressivement de la vape à cause de la politique AIO adoptée par l’industrie de la vape. Et pourtant, mon profil est un profil de vieux passionné ayant consacré énormément de temps à la vape reconstructible. J’en ai même donné pas mal de mon temps à partager mes compétences. Et là, les maigres sorties matos reconstructibles de ces +/- 2bdernières années ont su usées ma passion au point qu’elle n’en est plus une. Bref, tout ça pour dire que si ce nouveau profil vape à su blazer un passionné comme moi, elle aura eu fait d’avoir raison des moins passionnés. Donc, si cette industrie continue sur cette lancée, elle risque de perdre bon nombre de consommateurs qui, je le rappelle, ont su faire le succès de la vape tant ils ont dépensé du pognon pour acquérir tout ce qui se présentait sur le marché.

    • Bien vu, il est là le Hic, mon Bruce !!! :good:

      Quand les clearos se sont popularisés, jamais ils n’ont remplacé les RTA/RDA.
      Quand les pods se sont multipliés plus rapidement que les champignons sur le plafond de ma salle de bain, ils n’ont pas remplacé les RTA/RDA.
      Quand les puffs ont envahi les cours de récré le temps d’un battement de cil, ils n’ont pas non plus pris la place des RTA/RDA.

      Les AIO en revanche, ne sont pas très partageurs et ont cette fâcheuse tendance à prendre toute la place…

      Pourquoi ?? :scratch: :unsure:

  4. Merci pour ce test qui est super bien construit et détaillé !

    Personnellement ce type de matériel n’est pas ma vape mais je dois avouer que cela m’intrigue tout de même…
    En terme de design cette Meson ne m’attire pas à contrario je préfère la Stubby 21 sur un point de vue esthétique.
    Qui sait ! Un jour je me laisserai tenter par ce type de modèle et ma grosse Odin200 avec mon bon gros Fatality M30 se verront mettre alors au placard ( je n’y crois pas xD)

    Bien à vous l’équipage !
    Axel Sparrow

    • Le commentaire d’Axel le merle ( moi c’est Gerfaut mais rapport très indirect avec ce magnifique rapace) fait écho à certaines de mes interrogations.
      Ce qui me rend guilleret dans cet océan d’appréhensions quant à l’avenir de la vape, c’est qu’une revue, excellente comme toujours (le travail effectué par Bruce, Clandestino, Nesquik en son temps et d’autres sur cet exercice difficile mais ô combien gratifiant pour le lecteur qu’est la revue écrite est digne des éloges les plus dithyrambiques, d’autant qu’il n’est sous-tendu que par la passion et le désir d’aider), cette revue donc, loin de se clore sur les performances du matériel, s’ouvre au contraire sur un débat plus large.
      Ouccchhhh !!! C’était une longue phrase :mail:
      Un vrai plaisir de lire vos réactions :-)

    • Ahhh, et quelles sont tes interrogations, mon cher Gerfaut ? Tu te tâtes à prendre une AIO ?

      Sinon, rien à voir, mais…. Je crois bien que tu te fais de fausses idées sur la rédaction de revues vape : ce n’est pas un exercice si difficile que ça. Avoue que ça t’attire, tout autant que ça te fait peur…. (comme le reconstructible avant que tu ne t’y mettes, en fait… ;-) ). Ça peut en effet être délicat quand le cadre et quand la ligne éditoriale sont clairement définis et qu’il ne faut pas en sortir. Mais ici, c’est carte blanche, ce qui rend les choses beaucoup plus simples, et donne ce charme si particulier au Navire. :heart:

      Merci à toi aussi de nous avoir rejoints et de faire vivre les articles à travers tes différents coms : parce que les revues, c’est bien joli. Mais des revues sans com’, c’est pas très rigolo. Les coms’ (et les HS !!), c’est la vie ! :yes:

    • Salut Axel Sparrow et la bienvenue à toi aussi ! :-)

      Apparemment, la Stubby est un peu plus aérienne que la Meson. Mais si tu veux mon avis, ta Odin 200
      et ton M30 peuvent dormir peinard : le jour où une AIO sera capable d’envoyer autant de bois que ton setup de la mort n’est pas pour demain !!

  5. Salut Cland’ !
    Eh beh, ça donnerait presque envie de retourner sur ma BB … ou la Abyss ? rah, pour le coup, pas de gueulante, j’adore les AIO. Surtout parce que j’adore faire des montages sur du matériel un peu plus compliqué que les dead rabbits et autres zeus, vus et revus maintes et maintes fois, avec un caractère plat (enfin, justement, sans caractère). Mais je pense que les possesseurs (et surtout utilisateurs allday) de ces AIO n’ont pas forcément les mêmes buts vapistiques que d’autres.
    Par exemple, les Billet Box. Ca date de 2011, tout de même ! Au delà d’avoir des machines pratiques (bouton fire bien placé, qui tombe sous le pouce à la perfection), un simple accu 18650, un DNA 60 parce que ça suffit largement, et des centaines de bridges au cas où le vapotos en dilettante décide de prendre des vacances sur le reco, BAM ! Il part sur des SOCC et il est content (enfin, non. Mais au moins il peut passer ses résistances daubées pour pas les perdre. Rigolez pas, c’est les premiers pas que j’ai eu avec ma BB …), ou pour se dépanner quand il arrive -au hasard !- en Italie, le magasin qu’il trouve après 3h de recherche (et une glace pistache pour redonner du cœur à l’ouvrage) lui dit .. non, pardon, lui baragouine qu’il ne connais pas le matos dans un anglais approximatif et presque dédaigneux, et ne comprend encore moins quand le vapoto tente de lui expliquer que, avec tout ses bridges dans le sac, il peut lui prendre des SOCC, des Nautilus, des EUC, PNP, GTX et même des nord. Au bout de (très) longs efforts de notre vapoto (et plus que visiblement pas réciproques du côté de ce vendeur) pour trouver des photos et des traductions et ne recevoir qu’en retour le regard bovin du vendeur qui certainement devant penser à son repas du soir, qui enfin finis par craquer et enfin sortir un pack de nautilus en 0.7 de dessous le comptoir (j’ai eu envie de retourner son magasin à c’te gros cake, là). Bon, en gros, les AIO, à la base, c’est vraiment une machine couteau-suisse, pratique, compacte, et pour parer à toute éventualité. Et j’ajouterais que c’est personnalisable jusqu’au bout des vis, et que tu peut changer l’électro s’il flanche pour pas cher mais de la qualité quand même (c’est du DNA, mais moins cher que les 250C !)
    Je ne décollerais pour rien au monde du GTIV et de ma centaurus et son p’tit DNA. C’est clair et net. Mais pour ceux qui de temps en temps se lassent, ou se déplacent, franchement, une AIO avec les bridges, c’est le Graal. En reco, par contre, sur les AIO, je recommande le Vapeshell et le Vapesnail de chez Atmizoo, pour du mono, c’est vraiment top !

  6. Bien le bonsoir à tous !

    Ça fait un petit moment maintenant de j’observe avec grand intérêt et passion ce qu’il se passe sur le navire, et je vous félicite pour la qualité de vos articles et de vos débats constructifs !

    Superbe revue qui me conforte dans mon idée de ne pas prendre ce genre de matos. Dans la vape depuis 6 mois maintenant, passé au reconstructible en 1 mois, et au méca en 2 mois, je préfère rester sur mon matos et être libre de choisir mes montages, plutôt que de me cantonner à ce que proposent les AIO. On en voit beaucoup circuler, et, à mon humble avis, c’est pour permettre aux personnes de se procurer une vape plus « fun », sans qu’elles aient à réfléchir au matos complet (mod, ato, coton, coils, accus, diamètre, etc…). Il est vrai que le tour des atos en vente est vite fait, et c’est dommage. Les passionnés de bonne grosse vape de cochon comme moi, ou ceux de vape plus « subtile » sont laissés de côté au détriment d’un public « tout venant » (sans être méchant). Il est vrai que de passer au reconstructible est compliqué, et rares sont les shops (à ma connaissance) qui ont la capacité ou l’envie de transmettre les connaissances nécessaires au passage au reconstructible. Donc ce n’est pas encourageant pour la personne qui ne se donne pas les moyen d’y arriver.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-)