in

La boîte à mensonges

Le commentaire du moussaillon Olaf exprimé lors de la revue de la box électronique IPV-D2  est passé un peu inaperçu à l’époque. Il faut dire que j’y ai moi-même répondu de manière lénifiante, tout en rangeant bien soigneusement ses dires dans un coin de la boîte à souvenirs, pour plus tard… On ne sait jamais. Voici ce qu’il nous disait (en version originale ici) :

Attention, comme indiqué sur la doc de cette box, elle ne régule pas en dessous de 3.6v et le pire c’est que l’écran indique le contraire, en dessous, elle affichera les watts correspondant à la valeur souhaitée, mais elle continuera de pousser 3.6v donc potentiellement bien plus ! C’est un sale bug vraiment très dangereux d’autant plus que le firmware de celle-ci n’est pas upgradable, de mon coté, je vais plutôt préférer une Joytech VTC mini bien mieux finie. ;-)

Il se trouve que l’autre jour (ou était-ce une nuit), le Origen vissé comme d’habitude sur ma chère IPV-D2 s’est mis à décocher une rafale de dry-hits bien velus. Comme il supportait à ce moment-là un tortillon d’acier 316L affichant 0,2 ohm, c’est avec un sourire bienveillant que j’ai entrepris de descendre le wattage de la box de 25 à 20 watts, puis 18, 10, 7 watts… Sans observer le moindre changement au niveau du comportement de l’atomiseur. C’est alors que le commentaire du moussaillon Olaf m’est revenu en mémoire (tel un oiseau noir). N’aurais-je pas à l’époque sous-estimé la portée de sa remarque ?

J’ai donc repris les spécifications de la IPV-D2 :

Chipset.............................. YiHi SX130H
Puissance de sortie.................. 7 watts - 75 watts
Tension de sortie, mode "power"...... 3,6 volts - 7 volts
Joule de sortie...................... 10 joules - 50 Joules
Tension de sortie, mode "joule"...... 1 volt - 7 volts
Courant de sortie.................... 1 ampère - 25 ampères
Résistance acceptée, mode "power".... 0,2 ohm - 3 ohm
Résistance acceptée, mode "joule".... 0,05 ohm - 0,3 ohm
Plage de température, mode "joule"... 100 °C - 300 °C

Puis généré le tableau suivant donnant le voltage nécessaire pour fournir une puissance demandée à une valeur de résistance donnée, selon U = √(P x R). Comme la plage de tension de sortie spécifiée pour la IPV-D2 se situe entre 3,6 et 7 volts, les valeurs obtenues inatteignables par cette box car situées situées en dehors de sa plage de fonctionnement figurent en rouge :

01 - tableau

Et bien… Il y a quand même beaucoup de rouge dans le tableau. En fait, la box n’assure jamais la plage de puissance de 7 à 75 watts annoncée, quelle que soit la résistance du montage. La limite haute de 75 watts n’est accessible qu’avec des montages inférieurs à 0,7 ohm, la limite basse de 7 watts n’est délivrée qu’à partir de 1,9 ohm. Même si on ne peut parler de mensonge manifeste, la feuille de spécifications aurait mérité quelques précisions.

La bonne nouvelle est que la IPV-D2 a une fourchette de résistances de prédilection située entre 0,5 et 0,7 ohm. Dans cette plage, son affichage sera conforme à la puissance réellement fournie entre 20 et 70 watts.

La mauvaise est qu’elle n’assure que très approximativement aux limites de ses spécifications, ne travaillant correctement par exemple qu’à partir de 65 watts en 0,2 ohm.

Alors bien sûr, on peut se demander ce que fabrique la IPV-D2 en dehors de sa plage de fonctionnement nominal. Il n’y a pas trente-six solutions, soit elle débraye et laisse les lois électriques s’appliquer comme une box mécanique, soit elle applique sa valeur-plancher de 3,6 volts. Dans ce dernier cas, on aurait le tableau de valeur suivant pour les puissances délivrées en fonction de la résistance :

R:  0,20  0,30  0,40  0,50  0,60  0,70  0,80  0,90  1,00  1,10 
P: 64,80 43,20 32,40 25,92 21,60 18,51 16,20 14,40 12,96 11,78

On voit alors que mon pauvre Origen monté en 0,2 ohm s’est pris 65 watts dans la truffe malgré le réglage de la box à 22 watts et les dry-hits en chaîne s’en trouvent parfaitement expliqués. On comprend également qu’aucun réglage inférieur de la puissance n’ait produit de résultat. De même, mes montages en 0,4 ohm n’ont jamais reçu les 25 watts demandés, prenant au minimum 32 watts dans la truffe, ce qui peut encore expliquer quelques taffes un peu sèches…

Il n’y a pas de mensonge manifeste dans les spécifications de la box IPV-D2 mais le chaland moyen ne génère pas le tableau ci-dessus lors d’une acquisition, ne s’apercevant qu’en cours de vape de quelques anomalies mystérieuses. Le tout est de les comprendre et d’en tenir compte.

Il faut tout de même signaler que la Dovpo TC-50, équipée d’un chpipset bricolé on ne sait où et vendue près de trois fois moins chère que la IPV-D2 régule à peu près correctement, si j’en juge par le fonctionnement parfait des Origen vissés à son 510. Enfin, il y a les “vrais” chipsets développés par Provari ou Dicodes qui ne promettent que 40 watts mais qui les fournissent vraiment à celles et ceux qui acceptent d’y mettre le prix.

Ecrit par Nesquick

Nesquick, dans la vape depuis 2013.
Intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

10 Comments

Laisser un commentaire
  1. 0

    C’est quelque chose qui n’était pas à faire mais c’est à cause de ça que je me suis tourné aussi vers la e-vic.
    Ce qui est moyen pour moi c’est que pour le chalan en boutique et qui achète aux caractéristiques, effectivement il y a toutes les chances au monde de ne pas le voir.
    Après le bug a été assez discuté dans toutes les review que l’on a pu en lire, donc après renseignement c’était une information relativement facile à voir.

    Du coup j’ai pas envie de parlé de mensonge, plutôt que c’est vraiment incorrect vis à vis du consommateur de pas avoir dégainer au dos de la boite une plage de puissance comme tu as pu le montrer.

    J’aime plutôt bien ipv, dans le sens qu’ils ont amorcé la descente des prix sur ce genre de matos. Mais après ça et la fiabilité de la V4, je regarde leurs nouveaux matos avec une petite méfiance maintenant malheureusement.

    • 0

      Je crois pour ma part que c’est plus un choix délibéré de chipset moisi qu’un bug puisque les spécifs disent ce qu’il en est. Malheureusement, il n’y a pas grand-monde qui tilte à la lecture de “3,6 à 7 volts”, traduisant immédiatement cela en cas d’utilisation.

      Au-delà des specs, il y a bien mensonge puisque la box affiche des valeurs de tension, de résistance et de puissance théoriques correctes dans tous les cas mais produit autre chose. :wacko:

  2. 0

    “Enfin, il y a les « vrais » chipsets développés par Provari ou Dicodes qui ne promettent que 40 watts mais qui les fournissent vraiment à celles et ceux qui acceptent d’y mettre le prix.”

    Et on trouve de vraies box qui peuvent pousser jusqu’à 75w comme l’evic VTC mini, qui ne triche jamais, qui envoie exactement ce que tu lui demandes, qui a un firmware upgradable, pour un prix 7 fois moins cher qu’un Provari ou qu’un Dicode.

    A noter cependant que Pioneer4You semble avoir résolu ce problème avec l’IPV D3…

    • 0

      Oui, tu as raison… Même la Dovpo TC-50 à 30 boules envoie ce qu’on lui demande.

      Bon… Je ne vais pas jeter mon IPV-D2 mais juste faire attention aux spécifications des boxes à l’avenir. Il faut que le plancher soit à 1 volt !

      • 0

        ah ah , bon courage alors :)
        Maintenant, rares sont les vraies bonnes affaires où tu es sûr de ne pas avoir de problème. Si ce n’est pas le software, c’est l’usure prématurée ou la peinture qui se barre ou les boutons qui prennent du jeu ou…
        Même la VTC n’y coupe pas : le pin 510 reste coincé si l’on utilise un ato avec une connexion un peu grande.
        Après TPD, ça va beaucoup moins nous faire rigoler ces petits problèmes…

  3. 0

    Petite astuce testée avec la mienne et qui fonctionne.

    Passer en mode TC, mettre la température désirée sur le maximum et choir ses joules comme si on choisissait des watts. La box est alors capable d’envoyer moins que les 3,7v en mode power.

  4. 0

    L’astuce fonctionne en effet, la plage de tensions en sortie de la IPV-D2 située entre 1 et 7 volts en mode “joule” autorisant toutes les valeurs reportée en rouge dans la partie supérieure du tableau de l’article… Ainsi réglée, la IPV-D2 n’est plus du tout la même box !

    J’ai essayé avec le montage en 0.2 ohm, la température réglée au max (300°C). Ca marchait, le courant était apparemment régulé mais curieusement, la box mesurait une résistance de 0.5 ohm située au-delà de la plage de travail du mode “joule” donnée entre 0.05 – 0.3 ohm… J’ignore si cette anomalie constitue ou non un danger potentiel mais dans le doute, J’ai préféré ne pas insister.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Bilan de vape 2015 par Nesquick

Cash Investigation ” industrie du tabac, la grande manipulation “