in

MerciMerci J'adoreJ'adore J'aimeJ'aime

Jugement du Violator… RTA

Pour vous présenter ce nouvel ato, je suis contraint de dépasser les limites de la décence et me vois obligé de vous avertir que les lignes qui suivent sont interdites aux moins de 18ans.  En effet, je vais vous présenter le Violator RTA de chez QP Design. M’est avis que les “hurluberlus” de chez QP sont fans de la saga “Américan Pie”, pas possible autrement! Je vois déjà d’ici le nom de leurs futurs atos : “Pénétrator”; “Fellator”; … j’en passe et des meilleurs. Si ça se trouve, d’ici peu, QP Design fournira ses atos avec un tube de gel lubrifiant et un préservatif. J’te jure, y en a qui ont peur de rien!

Soyez indulgents avec mes propos tenus mais je suis certain qu’en ayant pris connaissance du nom de ce RTA, votre imagination est partie dans la même dérive que la mienne. Enfin, dérive, dérive, je ne suis pas si sur que ça! Je dirais plutôt : “reflex cérébral”, ouais!

Bon, revenons en à la bienséance vapistique. Ci-dessous, le Violator monté sur la Tac 21.

T’es certain que tu vas faire preuve de bienséance lors de cette revue, Bruce?” Heu, je dois t’avouer, mon Vap’man, que ma “critique” sera proportionnelle aux 80 €uros que j’ai du lâcher pour acquérir ce produit dit “High End“.

IN BOX

  • VIOLATOR RTA monté avec le tank droit de 4ml et drip tip 810 translucide
  • Pyrex bubble de 5,5ml
  • 4 modules d’airflow
  • Drip tip 810 en delrin noir
  • Outil pour bloquer/débloquer le top tank (à l’usage, je ne vois pas son intérêt)
  • Sachet de spares
  • Clé Allen, tournevis plat
  • Bague de protection en silicone (monté su le tank bubble, tout à fait dans le thème, un véritable cockring)
  • Manuel (inutile)
  • Sticker QP DESIGN (vas-y mon gars, colle-le sur ton front, tu ne manqueras pas de passer inaperçu au pays des petzouilles)
  • Certificat d’authenticité (beaucoup trop grand par rapport à la taille de la boite, ça prouve le manque de soin apporté par QP Design aux détails)

Données techniques

  • RTA dual coil
  • Plateau de type postless
  • Diamètre : 28 mm
  • Hauteur : 45 mm hors drip tip
  • Poids à vide : 85 gr avec drip tip
  • Remplissage par le haut
  • Bottom airflow
  • 100% flux d’air sous coils
  • Flux d’air sous coils modifiable par 4 inserts différents
  • Débit d’air réglable par bague d’airflow
  • Contrôle du débit d’e-liquide
  • Contenance en jus : 4ml Pyrex droit / 5,5ml Pyrex bubble
  • Les 2 drip tip 810 ont un diamètre extérieur de 18,5mm pour une hauteur de 7mm
  • Couleurs disponibles : Noir / Acier Inox

Nettoyage et préparation de la bête pour présentation

Ca y est, c’est dès ce moment que les emmerdes ont commencé! Pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, pour une fois, je n’ai pas représenté le chapitre “données techniques” avec une photo de l’ato complètement démantelé. Et pour cause, le top cap et top tank sont bloqués de façon excessive. Impossible d’effectuer, à la main, le 1/4 de tour dans le sens horlogique utile à leur séparation. Et oui, pour débloquer le top cap, il faut lui appliquer un mouvement de rotation comme si on cherchait à le serrer. Comme visible sur la photo ci-dessous, le flanc extérieur du top cap est aussi lisse qu’une peau de fesses de bébé et qui plus est, pas très épais.

Après m’être cisaillé les doigts à essayer, en vain, de les défaire à la main, je décide de les faire tremper quelques minutes dans de l’eau très chaude (astuce du chef, moi en l’occurrence) histoire de me faciliter la tâche. Hé… hein… pas deux bagues qui vont m’la faire à l’envers, non mais!

Comme vous le savez, je conseille, dès réception d’un nouvel ato, de toujours le démonter complètement pour… vous n’aviez qu’à suivre mes revues! Pour ma part, c’est après avoir pratiqué ces manipes que j’en profite pour tirer une première série clichés de la bête. Mais là, je trouve que cet ato de chez QP Design à décidé de bien me prendre la tête. En voyant la gorge, indiquée par la flèche blanche sur la photo suivante, il me parait évident que le plateau peut être désassemblé de sa base, permettant un accès à la chambre d’admission d’air. Ben que nenni mes amis! Impossible de débloquer ces 2 pièces et ce même en ayant essayé dans les deux sens de rotation! J’vous l’dit, ma prise de contact avec ce Quatr-Vingt Bouleux High End commence très, très… mais alors très mal!

Pour le pognon qu’il coûte, ses créateurs auraient pu prévoir de faire référence à cet éventuel démontage dans le mode d’emploi.

Fonctionnalités

Drip tip 810


Les 2 drip tips 810 fournis sont bien pensés. Ils sont évasés en leur base et ont juste la bonne hauteur et le bon diamètre pour apporter une prise en bouche des plus confortable. Le seul problème, sur mon exemplaire, est que le drip tip a probablement, en cours de production, été positionné trop tôt sur le top cap, estampant définitivement la peinture d’une disgracieuse marque ronde.

Top cap + top tank, un dispositif de remplissage bien pensé

Malgré les déboires que j’ai rencontré lors de la prise en main et que j’explique dans le chapitre “Nettoyage…“, je dois avouer que le système d’ouverture du top cap est des plus pratique à l’utilisation.

Pour déloquer le système de verrouillage par ergot, visible ci-dessus, il suffit d’appliquer un mouvement de rotation horaire (comme si on serrait) au top cap. Ce qui, dans un premier temps, fera tourner le corps de l’ato (ensemble cloche/tank) et aura pour effet de (normalement) fermer complètement les arrivées de jus du “juice contrôle”.

Une fois que celui-ci sera fermé, le pas de vis de la cloche arrivera en buté et il suffira de continuer le mouvement horaire appliqué d’un quart de tour pour libérer les ergots de verrouillage du top cap. Mouvement qui se fait le plus naturellement et le plus facilement du monde. Il suffira alors de tirer le top cap vers le haut pour libérer les orifices de remplissage.

Vu la taille des haricots, le remplissage se voit des plus easy avec n’importe quel type de fiole ou de flacon.

Il va sans dire que pour refermer le Schmilblick, il suffit simplement d’effectuer les manip’s en sens inverse. Sauf que cette fois, c’est de manière visuelle qu’on décidera de mettre fin au mouvement de rotation anti horaire, en fonction du choix du degré d’ouverture désiré du juice contrôle.

Contenance

Que voulez-vous que je vous dise de positif concernant sa contenance? Pour moi, un ato DL dual coil conçu pour accepter, sans broncher, des montages tournant aux alentours des 0,15Ohm et ayant une contenance de 4ml, c’est pour mourir de rire. Quatre ml en lui envoyant la sauce qu’il mérite et en chaine-vapant comme un bon gros DLeux que je suis, c’est à peine si je ne devrais pas envisager de vaper le top cap ouvert histoire de ne pas passer mon temps à l’ouvrir pour le ravitailler.

Je ne comprends pas d’ou vient cette “norme” des 4ml respectée par la plupart des fabricants vu que ça n’a rien à voir avec la norme TPD. Ok, 4ml pour du MTL, ça offre une belle autonomie mais pour un ato DL dual, utilisé comme tel, c’est d’un non-sens surtout pour un RTA de 28mm de diamètre!

Juice contrôle

Un contrôle de débit de jus est des plus pratique pour adapter le débit en fonction de la fluidité/viscosité de l’e-liquide utilisé et évite de se voir patauger dans le jus lors du remplissage. Ici, QP Design est allé au plus simple, au moins cher. Le système de juice contrôle dépend du pas de vis servant à assembler la cloche à la base de l’ato de sorte que quand on visse la cloche à fond, les arrivées de jus devraient, théoriquement, être closes. Je dis bien “théoriquement” car dans la réalité, comme vous pouvez le voir sur l’agrandissement, dans l’encadré de la photo ci-dessous, ce n’est pas vraiment le cas. Sur mon exemplaire, le pas de vis est trop long et quand la cloche arrive en butée, elle libère une petite partie de l’arrivée de juice suivant.

La cloche d’atomisation

Vue de l’intérieur, cette cloche, est des plus classique. Sa tête est usiné en forme de dôme et, à ras de sa base, on retrouve de 2 grands haricots d’admission de jus . La taille de ces derniers, 11mm X 2mm, “promet” une belle irrigation en jus.

En son extérieur, on constate 3 rainures verticales disposées dans l’axe des haricots d’admission de jus. Sortes de rigoles usinées pour permettre une évacuation plus rapide des bulles d’air vers la surface afin d’améliorer l’irrigation de l’ato.

Principe qui fonctionne bien pour permettre une meilleur irrigation des jus épais (de 30PG/70VG à Full VG) avec les tanks droits, surtout quand la paroi interne de ceux-ci est très rapprochée de partie extérieure de la cloche.

Mais je reviendrai, sur l’irrigation du Violator.

Bague d’Airflows

Les entrées d’air de la bague d’airflow sont de type “honeycomb”. Une imposante bague coulissante (13mm de haut), composée de 88 minis losanges percés, répartis de manière égale (44 de chaque côté), permet le réglage du débit d’air souhaité.

Je ne comprends pas trop ce choix. Si j’additionne la surface des deux admissions d’air de la bague de contrôle du flux d’air et que je la compare à la surface d’admission d’air du plateau, je constate une solide démesure, près du double. Perso, j’aurais préféré que QP Design rogne la hauteur de la chambre d’admission d’air, en adaptant la surface d’admission d’air de la bague d’airflow au réel besoin d’admission d’air du plateau. Ca aurait permis, en concevant la même hauteur, d’augmenter la quantité de jus embarquée. Maintenant, j’espère que les ingés ont opté pour ces caractéristiques suite à un souci d’amélioration du confort vapistique (genre éviter un sifflement désagréable ou encore pour augmenter les turbulences dans la chambre d’admission d’air afin d’améliorer le rendu des saveurs, …) et non par un souci de design.

D’autant qu’avec cette bague, lorsque on veut diminuer ne fut-ce qu’un peu le débit d’air aspiré, il ne faut pas hésiter à largement tourner cette bague.

Plateau postless dual coils

Pour accéder au plateau, il suffit simplement de dévisser la cloche et le tour est joué, en prenant soin de l’avoir mis tête en bas au préalable. Les vis de fixation des pattes de coil sont à têtes plates d’un diamètre de 2,85mm. Elles sont usinées dans un acier de très haute qualité. L’entre-axe entre ces vis est de 8mm, l’alésage des orifices accueillant les pattes des coils est de 3mm sur 2,2mm, caractéristiques permettant d’accueillir de sacrés gros montages aux câbles les plus exotiques.

Le plateau du Violator est usiné de manière à pouvoir inter-changer rapidement 4 inserts différents. Ces inserts sont présentés sous forme de plaquettes, fabriquées en acier inoxydable. Chaque insert, de par ses perçages distincts, offrira une qualité de vape et un tirage bien singulier.

Pour la mise en place de l’insert, il suffit simplement de l’enfoncer dans les glissières du plateau usinées à cet effet.

Pour un bon maintient, il faudra prendre soin d’orienter l’ergot de la plaquette vers le haut. En l’orientant vers le bas, la plaquette aura tendance à s’échapper trop facilement de son logement.

Petit détail qui a son importance et qui n’est nullement mentionné sur le mode d’emploi de cet ato High End.

Montage/Cotonnage

Mise en place des coils

Avant ça, je tenais à marquer mon mécontentement en souligant que pour 80 balles, QP Design n’a pas été foutu de fournir un “Coil Trimmer” avec son Violator. Outil qui ne coûte pas plus de 2 balles (pour nous, particulier et acheté à la pièce) mais qui s’avère des plus pratique avec un “Postless Deck” pour ajuster au mieux la longueur des pattes des coils. La longueur des pattes n’est pas non plus mentionnée dans le mode d’emploi, fourni lui mais qui ne sert strictement à rien.

C’est donc à l’aveugle que débutera mon choix de la longueur des pattes à utiliser pour trouver le montage parfait. J’vous jure, quelle approche pour un ato dit High End! Pas que ça à foutre, moi, d’ajuster… tester… ajuster… tester… Ca me broute de perdre mon temps et de bousiller du câble pour ces essais alors que j’ai investi une petite fortune dans ce bouzin… j’en attendais plus! Ca me fait d’autant plus râler que les atos postless deck chinois coûtant près de 4 fois moins cher sont bien souvent fournis avec un Coil Trimmer.

Au finale, la longueur des pattes des coils qui me parait la plus adéquate est de 6mm en ayant pris soin de déporter les pattes avant de les couper, comme visible ci-dessous. Sans cette préformation du coil, il faudra compter sur une longueur de pattes de 7mm.

Pourquoi un tel déport me demanderez-vous? Ben pour que les résistances puissent se placer, plus ou moins, au dessus des arrivées d’air du plateau. Je dis bien plus ou moins car, comme mis en avant sur la photo ci-dessous, moins de la moitié des coils sera frappée par le flux d’air frais. Vous me direz qu’il suffit, pour remédier au problème, de plus rapprocher les coils. Ben que nenni, en faisant ça, il se produit une surchauffe des parties rapprochées des coils se résultant par des mini dry hits des plus désagréable.

Un espace minimum entre les deux coils est donc nécessaire pour assurer une vape confortable. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, en respectant cet espace avec les inserts plus restrictifs, ce n’est plus qu’une toute petite partie des coils qui se verra frappé par le flux d’air frais.

Cette spécificité rend ce Violator hyper “montagivore” avec les inserts les plus restrictifs. En règle général, je tiens de 3 à 5 jours, avec mes RTA dual coils, sans me préoccuper de les rafraichir. Avec cet ato de chez QP Design, je ne vape pas 24h qu’un arrière goût de cramoisi agresse déjà mes papilles gustatives tant les coils sont enrobés de calamine. En revanche, avec les inserts les plus aériens, il se maintient dans une bonne moyenne et offrira une vape des plus agréable pendant +/- 4 jours.

Cotonnage

Pour cette étape, je coupe mes mèches de coton au niveau inférieur du pas de vis du plateau.

Dans l’absolu, la longueur des mèches ne devrait pas descendre, une fois placées dans les niches à coton, en dessous de la lèvre inférieure des haricots d’admission de jus.

Il ne faudra pas hésiter à bien aérer le coton quitte à dégrossir la partie des moustaches plongeant dans la niche à coton. En effet, monté avec le tank droit, et ce malgré les rainures usinées dans la cloche, ce Violator souffre d’une irrigation pitoyable. Avec un montage dual à 0,16Ohm, un excellent coton super bien aéré et préparé, un jus avec un ratio de 30PG pour 70VG, impossible d’enchainer plus de 2 bonnes taffes sans déjà ressentir les prémisses du dry hit! Ce phénomène s’avère nettement moins présent lorsque l’ato est monté avec le tank bubble.

Et sa vape alors?

Ah, enfin un chapitre qui ne se verra pas critiqué négativement! Le rendu des saveurs est vraiment au top. On distingue très nettement les différentes saveurs de nos jus complexes. La vape est dense et bien goûtue. En fonction de l’insert choisi, le rendu de la vape sera toujours aussi savoureux mais bien distinct. Phénomène qui est assez surprenant, chaque insert propose une vape propre. Les saveurs sont toujours impeccablement restituées mais avec une certaine variante, c’est assez bluffant. Par contre, la smoothitude sera plus ou moindre en fonction de l’insert choisi, ça va de soi.

Conclusion

En entamant cette revue, je ne me doutais pas que cet ato allait me donner autant de taffe. Je n’avais nullement l’intension de vous pondre une telle tartine. Mais au vu du tarif pratiqué par QP Design, des multiples petits défauts rencontré et du manque d’infos fournies, il me fallait mettre les points sur les “i”. Je ne suis pas là pour vous vendre du rêve mais bien pour retranscrire mes constations, quitte à déplaire aux fans de la marque. Quant à bien me faire voir par la marque, je m’en bas la cacahouète!

O.K. ce Violator offre une vape de haut vol. O.K. ce Violator offre un système de remplissage des plus pratique. O.K. ce Violator offre un design sympa (atout subjectif). Mais ces atouts justifient ils les 80€ demandés? Non, certainement pas! Le rachèterais-je? Non, certainement pas!

La position des coils par rapport au flux d’air frais rend cet ato contraignant tant les montages s’encrassent à une allure incroyable avec les inserts les plus restrictifs. La qualité de finition est loin d’être au top. Les quotes d’usinage sont à revoir : le juice contrôle ne se ferme pas convenablement; la hauteur du top cap ne permet pas une bonne préhension et oblige de tenir celui-ci, en partie, par le drip tip rendant la manœuvre de remplissage pas très hygiénique. La quantité de jus embarquée ne permet pas d’assurée une bonne séance de vape. Il consomme plus qu’un 747 en phase de décollage.

Pour le prix demandé par QP Design, j’aurais préféré ne pas voir, dans la boite, le mode d’emploi (tant les infos qui y sont mentionnées sont inutiles), la bague protectrice en silicone qui ne sert qu’à enlaidir l’ato et ce sticker de la marque dont je n’ai strictement rien à foutre, mais qui coûtent, au total, bien plus cher qu’un Coil Trimmer qui aurait été nettement plus approprié. Prétendre offrir un matos haut de gamme passe aussi par le choix des bons accessoires fournis.

Ce sont tous ces petits détails qui me font dire que ce Violator n’est pas digne de son prix. Maintenant, libre à vous de l’acquérir ou pas mais si vous le faites, vous le ferez en toutes connaissances de cause.

Avantages

  • Saveurs et volume de vapeur au top
  • Système de remplissage des plus easy
  • Un design sympa
  • Polyvalence du flux d’air par le biais des 4 inserts fournis
  • Aucune fuite
  • Le plateau permet des montages aux gros câbles exotiques

Les inconvénients

  • Rapport qualité/prix
  • Niveau de contrôle de qualité indigne d’un ato dit “High End”
  • Irrigation pitoyable avec le tank droit surtout avec des jus épais et/ou en vapant avec des montages bas et/ou en chaine-vapant. Dry hits assurés!
  • Autonomie de vape réduite tant il est gourmand
  • Fermeture du juice contrôle approximative
  • Précision du débit d’air de la bague d’airflow perfectible
  • Impossible de démonter le deck de la base
  • Quantité de jus embarquée (4ml) par rapport à son diamètre hors normes (28mm)
  • Pas de gabarit de coupe fourni (Coil Trimmer)
  • Mode d’emploi des plus basique

Ecrit par Bruce l’Air

Collectionneur de RTA, RDA, RDTA, single ou dual et de box électro, méca ou VV (ma préférence). Adepte de la vape DL et DL restrictive. Ah oui, mon pseudo vient du fait que je suis Bruxellois ;-)

18 Comments

Laisser un commentaire
  1. Très bon rendu mais pas facile à vivre cet ato si j’ai bien compris? De toute façon moi me faire enfumer je suis pas consentent contrairement à son nom. Excellent taf du Bruce et merci :good:

    • Ah bon mon Ez, t’aime pas te faire titiller, avec violence, le point P par des canadiens? Je t’avoue que moi non plus. Mais je te rassure, ils ne me la mettront plus. Ce Violator fut ma troisième catastrophique expérience avec QP Design mais la toute dernière. Maintenant, si ce Violator n’avait coûté qu’une trentaine de balles, mon ressenti aurait été tout à fait différent.

  2. Ouah, quelle revue…
    Du texte, des photos et un tas de grigris genre flèches sur les clichés, c’est top !
    Certes, ce Violator s’en prend plein la musette mais chez Dany, on est pas là pour raconter des craques et c’est justement pour ça qu’on y vient.
    En te lisant, je pensais à tous les vapotos qui attendent les avis sur un matos avant de se lancer et je me disais que si tout le monde faisait ça, on pourrait attendre longtemps. La remarque vaut d’ailleurs aussi pour l’occaze, il n’y en aurait pas si personne n’achetait du neuf.
    Faut des pionniers, des pionnières, des gars et des filles qui y vont, qui prennent le risque de voir leur pognon finir en déception.
    Un grand merci donc, pour le gros boulot de revue et pour faire conomiser 80 boules aux vapotos qui auraient pu craquer sur ce Violator d’après sa bonne mine et ses bonnes specs.

    • Merci Nes d’avoir souligné le taf produit lors de cette revue. Mais avoue que vu le manque de renseignement proposé par QP Design, je me devais de rendre cette revue des plus utiles pour les éventuels acquéreurs.
      Comme je le disais à Ez, mon jugement aurait été tout à fait différent si cet ato ne coûtait qu’une trentaine de balles et était issus de l’industrie chinoise. Mais ce n’est pas le cas. En tant que technicien, je ne comprends n’adhère vraiment pas aux normes de qualité proposées par QP Design. Franchement, je trouve tous les petits détails, énumérés dans ma revue, inadmissibles. Comment un œil averti peut laisser passer ce genre de détail dans une chaine de production d’un matériel dit “haut de gamme”. Ok, je fais partie d’une ancienne génération de technicien et suis peut-être un peu trop exigeant mais chez QP Design, je trouve qu’ils ont un peu trop tendance à prendre les consommateurs pour des cons. Ce Violator est ma troisième acquisition de la marque et à chaque fois j’ai regretté mon achat tant chacun d’eux était bourré de petits défauts.
      Je n’ai pas rédigé cette revue de manière à descendre complètement cet ato et pourtant, dieu sait si ce n’est pas l’envie qui m’en manquait. Non, j’ai plus axé cette revue comme une mise en garde. Une sorte de manuel d’informations complémentaire ou j’y inclus tous les détails remarqués.
      Comme tu le dis, je pense que certains des vape-potos qui nous suivent en ont, comme nous, marre de se faire flouer en achetant un matos dont la réputation est surfaite par des reviewers hypocrites. Pas mon genre ça, surtout quand j’ai du débourser 80 balles. Je ne suis pas le genre à me voiler la face en me disant que cet ato est exceptionnel parce qu’il m’a coûté 80 balles. Que du contraire, plus je douille, plus je suis exigeant et je suis certain de ne pas être une exception du genre.

  3. Merci Bruce, encore du grand art!
    Et merci de me faire économiser même l’envie de dépenser autant dans un ato.
    Cette marque est toujours aguicheuse avec ses beaux engins et ses specs impressionnantes. Mais on finit souvent déçu non? Bref, chacun ses goûts. Je garde mes Ragnar, mon Suprême et mes Dead Rabbit…

    • Pas de quoi mon Kanti. J’ai essayé d’être le plus objectif possible en rédigeant cette revue. Malheureusement pour QP Design, mon objectivité ne joue pas en leur faveur.
      Comme tu le dis, cette marque apporte plus de déception que de bonheur.
      Et puis prout après tout! Ils n’ont qu’à produire du matos de qualité irréprochable pour se voir attribuer des bons points.
      T’as bien raison de garder ton pognon en évitant ce produit surfait. A la limite, prends le quand il sortira en version Clooney car d’après mon expérience, ce Violator envoie la meilleure des vape des RTA de cette marque.

  4. superbe revue bruce effectivement il y en a beaucoup qui se plaigne du juice controle qui ne ferme pas a fond decidement qp régresse après les premier batch du nior qui servait de sifflet plus celui-là il vont faire quoi avec le prochain dommage

    • Merci Mex :bye:
      Oui, sans parler de l’insert qui fondait sur le Fatality M25 et de sa plus que moyenne restitution des saveurs, des couinements des filets du Juggerknot Mini et de son système de remplissage de merde pour un ato de cette année de production et du fait que tous les 2 crament aussi les montages à la vitesse V. Mais bon, vu le nom de la marque, on aurait du se douter qu’ils ne brilleraient que par leur design :whistle:

  5. Hé bé la revue………. Pfiouuuuuu ….. Quel boulot mon Bruce !!! MERCI, je crois que c’est le mot qui s’impose ! ;-)
    Ce qui est bien c’est que tes revues sont toujours argumentées, que l’ato soit bon ou mauvais. Là au moins, y’a rien à dire, on sait quoi penser du bouzin, même sans l’avoir acheté.

    J’ai eu ce Violator en main pendant quelques minutes, et que dire, à part qu’il ne m’a pas donné envie de l’acheter. En fait, hormis le Kali V2 qui m’avait scotché (mais je ne peux pas être objectif vis à vis de cet ato :-) ), ben QP Design, c’est pas vraiment ma came de vape. Trop bûcheron, pas assez raffiné.

    Niveau conception, ce Violator est quand même parsemé de bonnes idées, comme par exemple les petites rigoles sur le flanc de la cloche pour faciliter la remontée des bulles d’air et ainsi faciliter le wick… Mais un juice control qui ne se ferme pas intégralement, pour ne citer que ça, là c’est vraiment pas sérieux. :-( :-( :-(

    80 boules pour un truc fini à la pisse – pardonne-moi l’expression, c’est quand même du gros foutage de gueule, et t’as beau finir l’article en soutenant à qui veut l’entendre que la vape de ce Violator est probablement la meilleure des atos QPD, ben ça suffit pas. Nan, on est loin du compte, et crois-moi, on a de la peine pour toi sur ce coup-là. :cry:

    L’idée des 4 grillages aurait pu être sympa si toutefois ils avaient été opérationnels tous les 4, mais là encore, ça ne semble pas vraiment être le cas…
    Je suppose que oui, mais :
    – as-tu testé cet ato avec autre chose que du 30/70 ?
    – as-tu testé les “petits” grillages avec des coils de diamètre 25 ? (pour limiter la chauffe et, peut-être éviter les mini dry-hits :unsure: ).

    En tout cas, Superbe revue ça c’est sûr, taf de malade ! :good:
    Même en clooney, je passerai mon tour, ça ne fait aucun doute, parce que plateau non démontable et juice control foireux, pour un original à 80 balles, ce n’est pas acceptable. Mais ça n’enlève rien à la qualité exceptionnelle de ton test, sans doute le plus chiadé que tu aies réalisé jusque-là. :yes: :good:

    • Salut mon Cland’s et merci pour ton com aussi intéressé :good:

      Alors non, je n’ai pas testé ce Violator avec des jus plus fluides. Je ne vois pas pourquoi je devrais changer mes habitudes de vapes pour un ato censé être justement conçu pour mon type de vape. Parce que je le rappelle, plus tu descends dans la valeur de tes résistances, plus ton liquide doit être épais. Vu les caractéristiques de ce Violator, il est clair qu’il s’adresse à des montages privilégiant l’utilisation de jus au ratio 30PG/70VG voire même Full VG. De plus, je suis certain que la mise en place ces rigoles a été décidé, par QP Design, après les premiers tests préliminaires pour essayer de palier à ce problème d’irrigation. 3 passages de fraiseuse de chaque côté d’une cloche coûtent nettement moins cher que de devoir redessiner, recalculer, modifier toute la chaîne de production. Puis, je suis aussi certain que QP Design s’est motivé à n’apporter que cette modification de fortune pour remédier au souci d’irrigation rencontré avec le tank droit en se disant qu’au vu de l’autonomie pitoyable dans cette configue, les utilisateurs allaient quand même opter pour la configuration tank bubble, résolvant ainsi ce problème. Je sais que n’est qu’un avis subjectif mais maintenant, au vu de mon expérience avec cette marque et au vu du relatif “je m’en foutisme” de celle-ci, je suis quasi certain que ce genre de raisonnements fait partie de la politique générale de cette boîte.
      As-tu déjà effectué une requête quelconque auprès de cette marque? Ben, si non, je peux t’assurer que tu devras réitérer plusieurs fois ta requête avant qu’ils ne daignent te répondre et quand, par miracle tu arrives à avoir une réponse, ne t’attend surtout pas à de l’entente chaleureuse. Si tu me catalogues comme “brut de décoffrage”, je me demande bien quel qualificatif tu choisiras pour les décrire.

      Et re-non, je n’ai pas testé les inserts plus restrictifs avec des coil au diamètre de 25. Je te rappelle que cet ato a un diamètre de 28mm et que le plateau est conséquent à ce diamètre, que le volume de la cloche est quand même conséquent, lui aussi. De plus, comme tu le sais, je n’aime pas la vape poutrue, hyper-réactive, configuration qui ne convient vraiment pas à mon style de gros chaîne-vapeur. La configuration en 25 fait trop vite trop chauffer mes coils, m’envoyant trop vite une vape qui ne fera que cramer les arômes de mes jus.

      Et, comme je le rappelle, mon opinion sur cet ato aurait été tout autre s’il n’avait coûté qu’une 30aine de balles. Mais attention, même à 30 balles, mon objectivité quant aux défauts constatés n’aurait, elle, pas changé! Sauf que quand on lache 30 boules pour un ato, on peut s’attendre à quelques petites imperfections.

      • Ouais, ça peut s’entendre tout ça. :good:
        Aucune chance que j’envoie un jour un mail à QP Design, mais tu n’es pas le premier à mentionner la chaleur des échanges qu’on peut éventuellement avoir avec eux lorsqu’ils daignant répondre. Tout ceci donne effectivement l’impression que ça se la raconte pour pas grand chose chez nos amis canadiens, leurs atos étant effectivement loin d’être parfaits du point de vue de la conception. C’est dommage, mais tu peux être sûr qu’un jour ou l’autre, les vapotos en auront marre de se faire prendre pour des cons, et QPD récoltera alors logiquement ce qu’il a semé. Ce n’est qu’une question de temps.

        Peut-être feraient-ils mieux de changer d’usine d’assemblage pour leurs atos, parce que leurs derniers prestataires noiches ne savent apparemment pas lire des cotes sur un plan… :whistle: Je n’en reviens toujours pas pour le coup du juice control….
        Ou peut-être que plus simplement, ils ont eu du bol sur leurs premiers atos, et surfent depuis sur leur réputation. :unsure:

        J’espère que ta revue aura la visibilité qu’elle mérite, et qu’elle permettra de remettre un peu l’église au centre du village à propos de cette marque qui commence mine de rien à accumuler les atos moyennasses. :scratch:

  6. Le Fatality a le même système de fermeture et je me suis retrouvé avec top cap et top tank collés.
    Mon truc. J’ai attaqué le problème par l’arrière avec une pièce en U calée sur les orifices de remplissage et ai tourné le top tank dans le bon sens. Easy.
    Je poste tard mais si jamais ça arrive encore…

    Le Fatality est mon premier double coi. Je vais encore avoir besoin d’un single pour la voiture et la maison mais c’est une vraie bascule. Enjoy!

    • Salut unagi, merci pour ton retour et ton astuce. Il y a effectivement moyen d’utiliser une force mécanique pour débloquer 2 pièces disproportionnément serrées. Les mâchoires d’une pince a fin bec peuvent aussi très bien faire l’affaire. Mais ce sont des techniques que j’évite de mentionner. Et pour cause, n’étant pas au courant de la bonne dextérité manuelle des lecteurs, je ne voudrais pas les orienter vers une technique qui, si elle n’est pas maîtrisée, pourrait avoir de désagréables conséquences. Alors qu’en plongeant simplement les pièces dans de l’eau très chaude, le résultat est garanti et ce, sans risque de défigurer le revêtement d’une pièce pour cause de dérapage de l’outil lors de l’application du couple.

      • Salut Bruce. J’ai commencé par le congélateur ensuite ta méthode, mais l’eau ne devait pas être assez chaude…
        C’est le premier ato ou j’essaie de me maitriser et de ne pas passer franco de porc.
        J’ai un outil dédié qui vient je crois du Kronos pour serrer ou démonter le tank.
        That the way it is.

  7. Malheureusement pour toi unagi, le congélateur ne fait qu’amplifier le grippage. Probablement que ton eau n’était pas assez chaude. Mais tu as bien fait de maitriser tes nerfs, c’est d’autant plus râlant de défigurer son précieux par empressement et énervement. Surtout vu le prix du bouzin que tu t’es offert.

    • Le prix est motivant. Je pensais que le froid rétracte et va pouvoir libérer les quelques microns qui font défaut et qu’au contraire la chaleur va dilater l’ensemble et accentuer la pression.

  8. Salut Bruce, et merci pour cette revue ! :good:

    J’ai fait l’impasse sur ce Violator, tout comme sur le Nio, alors que j’étais le premier à bondir sur le matos de QP auparavant.

    Je trouve qu’il y a une grosse baisse de la qualité dans leurs atos. Ça se joue parfois à un détail, mais ça donne l’impression qu’ils balancent leurs atos sur le marché sans les tester avant. Et rien que pour ça, plus rien ne me tente chez eux.

    Je reprend l’exemple de mon Juggerknot V2 et son top cap mal clipsé, même si le SAV a assuré, ça ne devrait pas arriver. Le Nio n’en parlons pas.

    De mon côté, c’est son plateau de montage qui me paraissait étrange, les coils excentrés de l’énorme airflow central me laissait penser à un gros risque d’encrassement, ce que tu confirmes dans ta revue. Bref, je n’ai pas loupé grand chose en laissant (encore) de côté un ato QP :whistle:

    • Yoh, salut l’Daron :bye:
      Ta retenue concernant ce Violator t’aura permis d’éviter une déception supplémentaire.
      Je suis entièrement d’accord avec toi. QP a l’art de proposer du matos non abouti, non fini. A croire qu’ils n’apprennent pas de leurs erreurs ou alors, ce n’est qu’une boîte d’incapables dont le seul but est de faire du fric sur notre dos.
      L’Porky en a vraiment marre d’être abusé. Il ne s’ouvrira plus jamais à cette marque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Bilan 2020 de Clandestino : la boîte de Pandore

Test du Hellvape Trishul V2 Mech Mod.