in

J'adoreJ'adore J'aimeJ'aime C'est CoolC'est Cool

Fiber n’Cotton, la fibre de la vape

Contrairement à pas mal de vapotos, je ne suis guère regardant quant au coton utilisé pour amener nos précieux liquides à vaper des réservoirs de nos chers atomiseurs vers nos résistances bien-aimées. Il m’est d’ailleurs arrivé récemment, suite à une panne de fibre survenue en déplacement, d’utiliser un petit cylindre de Sopalin en guise de mèche en lui reprochant à peine son “drôle de goût”, en attendant de retrouver des produits plus adaptés en rentrant à la maison le soir venu. J’ai cependant, comme j’imagine la plupart des reconstructeurs de coils, parfois cédé aux sirènes des virtuoses du goût parasite, me procurant divers types de fibres au gré des avis favorables.

Malgré de nombreux tests effectués sur des achats spécifiques ou sur les échantillons accompagnant parfois le matériel commandé, aucun type de fibre n’a pu détrôner durablement mes deux préférences historiques, à savoir le coton biologique japonais “Puff” et les variations proposées autour de la fibre de cellulose par les produits Fiber Freaks, sans que je ne puisse affirmer face aux spécialistes si ces matières donnent ou non un goût particulier à la vapeur produite.

Le coton “Puff”, utilisé me semble-t-il à l’origine par les dames japonaises pour se démaquiller, occupe la grande majorité de mes montages du quotidien. Sa présentation en pads le rend particulièrement facile à doser, sa capillarité immédiate évite la formation de gouttes de liquide à la surface des mèches et surtout, son rapport qualité / prix reste absolument imbattable puisqu’un gros paquet de 120 pads capable d’équiper en mèches tout type d’atomiseur plusieurs années durant arrive du Japon via Amazon pour moins de 10€, frais de port compris. Peu importe alors s’il faut bien souvent, lors de la garniture des bobines résistives, ôter à la pince fine quelques résidus solides éparpillés ça et là dans l’épaisseur du pad.

Les produits de la marque Fiber Freaks aujourd’hui disparue m’ont bien plu en leur temps grâce à leur pureté sans faille, leur texture bien adaptée à tout style de vape au travers des deux types de densités proposés et leur capillarité exemplaire. Leur coût relativement élevé m’a cependant toujours incité à les économiser autant que possible, les réservant à la vape raffinée du dimanche et des jours fériés ou en désespoir de cause, aux montages rebelles générant des dry-hits avec toutes les autres fibres en stock. À l’annonce de leur disparition, j’en ai constitué une confortable réserve, aujourd’hui quasiment épuisée.

Découverte de Fiber n’Cotton

J’aurais sans doute pu en rester au “Puff” dont je ne pense à peu près que du bien mais la crainte de perdre définitivement le confort apporté par les excellents produits Fiber Freaks a du me travailler l’inconscient puisque je me suis retrouvé fort réceptif à l’annonce du retour de leur équipe conceptrice, accompagné d’un nouveau produit dénommé Fiber n’Cotton.

Alors oui, je sais, Fiber n’Cotton n’est pas une nouveauté d’hier, ni d’avant-hier d’ailleurs puisque le Doctor nous en parlait déjà ici. C’est juste qu’il m’aura fallu un peu de temps pour décoincer, pour commander un sachet de la chose, de l’utiliser puis de laisser mûrir l’idée de venir en parler car comme déjà dit, le coton n’est pas ma préoccupation majeure en terme de vape. Sauf que là, je crois bien avoir été finalement conquis !

À l’ouverture du sachet orné d’une tête de mouflon pas forcément du meilleur augure rapport à l’idée du fromage de chèvre, on découvre la fibre de coton et de cellulose mêlés sous forme de bâtonnets souples. La matière est propre, sans aucune trace parasite, son toucher très légèrement craquant n’est pas désagréable et surtout, la fibre paraît suffisamment longue et solide pour passer à travers une bobine sans se déliter.

Le sachet devait renfermer seize bâtonnets, il m’en reste les dix visibles sur la photo ci-dessus. Autant dire que j’ai pour une fois un peu expérimenté le produit avant d’en parler !

Utilisation de Fiber n’Cotton

L’utilisation de Fiber n’Cotton est vraiment pratique puisqu’il suffit de prélever à la main d’un bâtonnet l’épaisseur de fibre souhaitée.

La partie ainsi séparée sera ensuite légèrement roulée entre les doigts pour obtenir une belle forme cylindrique puis coupé à la longueur voulue. Rien de plus simple !

À l’ouverture, la future mèche apparaît homogène, sans aucune impureté. La matière se travaille rapidement et sans problème particulier. La légère rigidité amenée par la présence de cellulose dans le mélange facilite grandement la garniture des bobines, rendant également la coupe des excédents nette et franche.

J’ai testé Fiber n’Cotton sur divers types d’atomiseurs avec à chaque fois d’excellents résultats. Ainsi, sur le Wasp RTA si cher à notre camarade Kanti…

Sur le bon dripper King Drop…

Ou encore sur le Profile Unity où ses facilités de dosage et de découpe font merveille lors de la garniture du mesh…

En guise de conclusion…

Et bien voilà une fibre de haut vol qui ravira certainement les nostalgiques de Fiber Freaks, d’autant que ses concepteurs ont à mon sens réussi à faire un peu mieux encore, le conditionnement en bâtonnets s’avérant en effet bien plus pratique que le vrac, les plaquettes ou les bandelettes des anciennes Fiber Freaks. Je ne saurais me monter trop catégorique quant à la qualité de la vape produite mais il me semble bien qu’aucun goût parasite n’est à déplorer en cours d’utilisation. La capillarité des mèches est sans reproche, elles résistent correctement à la chaleur, leur durée de vie est très vraisemblablement un peu plus longue que celle des mèches de coton traditionnelles. Bref, que du bon !

Sauf que bien sûr, on a rien sans rien et il faut tout de même débourser 5,70€ pour acquérir le sachet miracle et devenir un fervent Fiber n’Cottoniste. Je continue donc pour ma part à utiliser le “Puff” au quotidien, réservant Fiber n’Cotton au rôle de luxe tenu naguère par les Fiber Freaks et je dois m’avouer plutôt content comme cela…

Et la zique, alors ? Quoi de mieux que le blues pour illustrer le sujet…

Bonne vape à toutes et tous, en Fiber n’Cotton ! :bye:

Votez pour cet article

14 points
Grand contributeur

Ecrit par Nesquick

Fonction sur le navire : Gabier promu Lieutenant de vaisseau - Nesquick, dans la vape depuis 2013, intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

43 Comments

Laisser un commentaire
  1. À vrai dire, je n’ai utilisé (quasiment) que de la Fiber Freaks (densités 1 et 2) et de la Fiber’n’Cotton. Il faut reconnaître que je n’accordais pas une confiance aveugle aux autres cotons.
    Mes incursions en terrain puff et autres, quand même suffisantes pour juger, ne m’ont jamais paru apporter de goût spécial… et encore moins parasite.
    À mon avis, tout coton bien « coiffé » peut faire l’affaire, OK, mais, avec du « spécial vape », pas le moindre risque… (quasiment !). :wacko: :wacko:

    • Pareil, le goût parasite d’un coton ne m’a jamais collé au mur, même du temps du cardé. Le seul truc qui me gonfle, c’est quand le liquide reste un moment sur la fibre avant de la tremper.
      Ça ne se produit ni avec le Puff, ni avec le Fiber n’Cotton…
      J’ai bien aimé Gary Moore lorsqu’il s’est mis au blues mais à force, j’ai trouvé qu’il tournait en rond. Il aura néanmoins été un grand manieur de six-cordes !

  2. Aaah ces grands débats autours de la Fiber, et du coton en général.
    Un vapoteurs qui est de mes amis lui ne jure que par….le coton bio Muji, donc sans lien avec le matos de vape. D’autres, comme moi, sont très portés sur le Bacon (avec ou sans les oeufs), et enfin certains pleurent chaque jours que Dieu fait la Fiber.
    Pour en avoir vapoter pas mal, c’est vrai que je l’aimais bien, mais j’avoue n’avoir jamais été vraiment intime avec elle. Peut être par manque d’expérience à l’époque.
    Mais l’article va peut être me pousser à réessayer sous peu…

  3. Une revue que j’attendais.car le coton me pose plein de questions.j’en ai essayé pas mal .je voit pas toujours la différence. Mais par contre les prix dans certains shop 6€90 pour 10 g alors que du coton ça vaut rien 1€ les 100g.j’en avait déjà parlé escusser. Depuis ‘j’utilise du coton pas chère.bonne vape

    • Le Puff marche très bien pour un prix vraiment canon… Je termine ces jours-ci un paquet acheté il y a plus de deux ans et je refais souvent mes atos !
      À moins de 10€ sur Amazon, c’est le coton du quotidien, les autres fibres dont je dispose tournent beaucoup moins.
      Ceci dit, le Fiber n’Cotton est vraiment bien aussi. ;-)

  4. 100% Bacon de mon côté! Mais attention, seulement la V2! Pas la V1 et encore moins le Prime. Et justement pour le petit goût qu’il apporte à ma vape… Je ne retrouve ce petit plus qu’avec ce coton en particulier. Je tenterai le coton décrit ici car je n’ai testé que les petites bandes de Fiber et n’avais pas été convaincu. Merci Nes pour ce texte qui change un peu et concerne un sujet à la base de notre vape toute en reconstructible et en bricolage. :good:

    • Ah ben voilà un vapoto qui distingue les cotons !
      Tu nous diras ce que tu penses du Fiber n’Cotton si tu l’essayes, je ne lui ai pour ma part pas trouvé de goût particulier.
      Enfin comme dit dans l’article, j’ai vapé une journée sur du Sopalin sans souffrance particulière alors forcément, je ne dois pas être le mieux placé pour juger les fibres à vaper.

      • Ah ben j’ai pas pensé au bout de chaussette… P’têt qu’il y aurait aussi quelque chose à tenter avec des brins de laine prélevés d’un pull !
        Le Sopalin, ce fut un jour où je me suis retrouvé avec un coil confit et rien pour changer le coton. J’en ai roulé un bout, passé dans la rez, détrempé de jus et placé comme ça va bien. Je crois que c’était un Wasp RTA, j’ai pu le vaper assez correctement mais il a fallu renouveler la “mèche” à la mi-journée. Bon, c’était pas over-top mais ça a marché !

      • Te reste plus qu’à faire un article : comment vaper dans la jungle sans coton, mais…avec du SOPALIN!
        Parce que c’est connu, on a doit toujours avoir du Sopalin quand on part à la guerre B-)
        A ajouter dans les trucs et astuces :mail:
        Michael row the boat ashore, hallelujah! :bye:

    • Le mèches brûlées… J’en ai eu souvent, surtout avec les RTA, avec quasiment tous les types de fibres.
      Quand ça arrivait, le coil avait l’air normal mais il n’y avait plus rien dans la bobine de résistif, juste les pattes de coton de chaque côté. Ça vapait mal, forcément.
      Je n’ai pas trop compris d’où venait cette combustion de la mèche… Trop de watts, défaut d’alimentation en jus ou les deux réunis.
      Ça fait un moment que je n’ai pas eu le problème…

  5. J’ai acheté 2 paquet de n’cotton, les deux avaient un gout parasite dont le premier carrément invapable. Néanmoins excellente capillarité que j’ai trouvé supérieure au Bacon v2.
    Dernière expérience avec le Kendo Gold Edition…
    C’est un coton imperméable pour moi.

    • Le Kendo ne m’a pas convaincu non plus, aussi pénible que le cardé d’antan.
      C’est bizarre que tu sois tombé sur deux sachets de Fiber n’Cotton moisis, la qualité du produit est largement mise en avant partout où on en parle.
      Si ça se trouve, il y a un truc dedans qui ne te convient pas, genre allergie, auquel d’autres sont peu ou pas sensibles…

  6. Dans les retours d’expérience j’ai lu plusieurs critiques qui pointaient ce gout parasite. Je ne sais pas. Mais j’essaierai une nouvelle fois.
    Par contre le Puff me cigne de l’oeil, je vais essayer avec le coton de ma copine en premier.

  7. Moi je n’utIlise plus que la fiber and cotton, je ne Iui trouve pas de goût parasite… ceci dit je suis convaincu que le goût parasite se détecte quand on change de marque après une longue période, C’est surtout une question d’habitude… donc je ne changerai pas avant longtemps

    • Oui, c’est possible que le changement de fibre donne l’impression d’un goût parasite avec un nouveau venu…
      Mais ça voudrait dire que tous les cotons ont leur propre “coloration” à laquelle on s’habitue.
      Personnellement, je n’y suis pas particulièrement sensible, je passe indifféremment du Puff à la Fiber n’Cotton en passant par ce qu’il me reste de Fiber Freaks via les échantillons qui traînent dans le tiroir à matos…

    • Renseignement pris, le Datt White Stuff éviterait les dry-hits grâce à une capillarité exceptionnelle…
      J’imagine qu’il y a quand même moyen de le cramer avec un montage moisi mais s’il peut limiter la difficulté de montage de certains atos exigeants, pourquoi pas !
      P’têt bien que je vais l’essayer…

  8. Je dois avouer aussi que le coton que j’utilise ne sollicite pas tellement une réflexion de ma part : j’achète du réputé bon et zou!
    Après je sens quand même les différences. D’abord en débutant le reconstructible avec le kit RTA de mon Cubis, le coton fourni était bien crado.
    J’ai ensuite acheté de la Wicker Beast, qui a un gros gout parasite au départ qui disparait assez vite. Puis du Cotton Bacon Prime, nickel dans les drippers à mon avis.
    Je trouve un intérêt à la Wicker Beast pourtant, c’est qu’elle est vraiment solide et a une mauvaise capillarité : dans un tank à tendance fuyante comme mon Ammit 25, les fuites sont moins fréquentes.
    Et pour couronner les chose je suis radin : je lave les mèches à l’eau, je les sèche et je les réutilise. La Wicker Beast tient bien le coup, la Bacon Prime beaucoup moins.
    Jusqu’à maintenant je n’ai jamais senti le besoin d’en tester d’autres (mais je penserai aussi au sopalin ou poils de chat en cas de crise :whistle: )

    • La Wicker Beast ne m’a pas emballé plus que ça, dommage vu son prix. Elle ressemble au coton cardé niveau texture et capillarité, rien d’extraordinaire.
      Tu rinces vraiment les mèches pour les réutiliser ?

      • Là j’imagine les gros yeux de l’assemblée : O_O “tu laves tes mèches?!?”
        En fait dès que le coil me semble un peu trop encrassé j’ai l’impression de perdre en saveurs, alors je le nettoie, et souvent le coton n’a pas eu le temps de vraiment s’abimer, donc je le rince pour virer la crasse du coil prise dedans. Après ça dépend des atos, mon kayfun me ruine mes mèches et sont inchangeables. Le Gear m’a confronté pour la 1ere fois au coton coupé en 2 dans le coil. Globalement je fais surtout ça avec les drippers.

      • Pour être franc, j’ai déjà pensé à rincer les mèches notamment lors d’un changement de coton HS sur une fin de flacon et qu’il faut en mettre un neuf quelques taffes plus tard pour un nouveau jus.
        Mais je ne l’ai jamais fait, au pire je laisse le même coton !

    • Yo, j’étais parti sur une revue courte et puis voilà, ça s’est allongé.
      Outre le coton et la fibre de cellulose, il y a je pense un tas de matériaux utilisables et utilisés en vape… Il doit falloir attendre que certains d’entre-eux se démarquent nettement pour qu’on en parle.

  9. Je suis, depuis longtemps, tout à fait adepte du Puff made in Japan, qui est super économique et a l’avantage d’être bio et qui me satisfait pleinement.
    Je n’y trouve pas bcp de résidus, en tous cas, ils laissent moins de gout parasite que bien des fibres ( j’ai trouvé un gout désagréable au Cotton Bacon, par contre )
    Malgré tout, mon gros paquet de Puff me semble interminable et je ne vais pas m’en plaindre…
    Je change souvent les mèches, macérats obligent en effet :yes:

    • Pareil, mon paquet acheté il y a plus de deux ans n’est toujours pas terminé… Celui de la photo, commandé récemment pour assurer la relève, piaffe d’impatience de prendre du service !
      Je trouve parfois de petits grains sombres dans les pads de Puff, à enlever à la pince fine mais cela reste anecdotique face à ses qualités évidentes.

Laisser un commentaire

Testez-vous sur les montages

Unboxing du Rincoe Mechman 228W Kit