in

J'adoreJ'adore C'est CoolC'est Cool

Extraits de Tabac « V » by Black Note : Take a trip !

Qui ne connait pas Black Note ?… Allons, soyez pas timides, levez la main s’il vous plaît, que je puisse me rendre compte… OK, je vois… Personne ? Tout le monde connait Black Note ?? Formidable !! Ça va nous dispenser de présenter l’Assembleur !  (Comment ça, flemmasse ??) Au cas où, pour les retardataires et pour ceux qui vivent dans une grotte ou qui sortent de leur coma artificiel, allez donc dévorer sans plus tarder – vous ne perdrez pas votre temps – les petits bijoux sculptés par Fil et par Nesquick sur : le splendide  « Vaporificio », un assembleur italien d’exception qui est ensuite passé sous pavillon américain en rejoignant le giron de Black Note ;  la somptueuse gamme de juices « V » by Black Note, ponctuée par le jubilatoire « Reggae » ; ou encore, le véritable chef-d’œuvre « Black Note » !..

Pour ceux qui privilégient l'authenticité à l'imitation

 

C’est bon, c’est lu ? Bien, alors autant le dire de suite, histoire de me délester illico de toute forme de pression : ne vous attendez pas ici à vous régaler avec des trucs cosmiques du genre « Les volutes vertes et blanches s’écartent en fond de bouche comme des nuages dévoilant la terre vus d’avion, laissant la parole à un tabac de type virginien fumé, calme et solide dont les couleurs ocrées s’étirent en lanières terreuses mais discrètes, tendant vers un cuir blond léger avant de finir sur une pointe de miel. », car les quelques lignes à venir feront assurément bien pâle figure à côté des merveilles que vous venez de parcourir ! Allez, histoire de nous détendre tout à fait, et de nous imprégner complètement de l’esprit Black Note, savourons si vous le voulez bien cette petite vidéo :

Black Note, pour les encore plus flemmards que moi qui n’auraient pas daigné cliquer les liens suggérés plus haut, c’est un collectif haut de gamme et pas là pour rigoler, qui assemble des jus à vaper à partir de vraies feuilles de tabac issues de variétés scrupuleusement sélectionnées, macérées durant 6 à 8 semaines, puis extraites naturellement selon un procédé « à froid » réputé pour procurer les saveurs les plus authentiques. Cela va sans dire, mais ça va quand même mieux en le disant, chez Black Note, aucun additif n’est utilisé, ni aucune substance du genre Diacetyl, Acetyl Propionyl, Acrolein, Acetoin, ou je ne sais quelle saloperie encore. Non, ici, on est dans la volonté assumée de proposer uniquement ce que le tabac a de meilleur à offrir, sans artifice, rond-de-jambe, ou courbette fallacieux.

 

Naturellement, ce positionnement prestigieux a un prix : environ 8 boules les 10ml prêts-à-vaper. Autant dire qu’à ce tarif, les juices chroniqués par Fil et Nes’ n’ont jamais atterri à la maison, et sont à mon grand dam restés de l’ordre du fantasme. Fort heureusement, cette période d’insoutenable torture de l’enfer appartient désormais au passé, puisque Black Note propose depuis quelque temps une gamme « V by Black Note » de 8 arômes concentrés – toujours 8 balles les 10ml – beaucoup plus abordable pour un roturier de mon espèce.

Virginia, Burley, Oriental, Cavendish, Latakia, Perique, Kentucky, Havana : les plus grands classiques sont là ! Il existe même un « American Blend », malheureusement non commercialisé en France.

Comme j’avais envie d’être totalement peinard pour écrire ce modeste texte, je n’ai sollicité aucune boutique, l’avantage étant qu’ainsi, je n’ai de comptes à rendre à personne, et ça, j’avoue ça me va bien. Le revers de la médaille – car il y en a toujours un, sinon c’est pas rigolo, c’est que je n’ai pas pu m’offrir la gamme complète, et que vous devrez vous contenter de 5 arômes. Allez, le contexte étant posé, entrons sans plus tarder dans le vif du sujet.

 

Méthodo

Vu que chroniquer des jus à vaper est une grande première pour moi, je me suis bricolé à la hâte, histoire de faire illusion, un semblant de protocole que je me suis ensuite empressé de faire certifier par les autorités compétentes, sous la norme ISO 22DV2019% §~WTF/µ& : il consiste à commencer par s’empiffrer d’une petite cuiller de piment oiseau, histoire d’avoir les idées claires et les papilles gustatives parfaitement propres et fraîches comme un gardon, puis à chain-vaper à 112 watts 5-6 barres de Red Astaire sur le Kali v2 de QP Design, le tout accompagné d’un café brûlant.

 

Surtout, pas de verre d’eau entre chaque bouffée, ni de petite bouchée de pain, l’objectif étant de conserver en bouche un véritable capharnaüm de goûts et de saveurs tout au long de la session ! Pas question non plus de changer de coton entre chaque jus, ni de nettoyer les atos-test au bac à ultrason : je n’ai utilisé que du matos dans lequel j’ai pris soin de superposer tout type de juices depuis de longues semaines. Comme dirait l’autre, soit on fait les choses bien, soit on ne fait rien du tout… Non mais !

Conformément aux recommandations de l’assembleur, les arômes ont tous été dilués à 10%, dans une base 50-50 dosée à 3mg/ml. Les temps de steep préconisés oscillent entre 5 et 15 jours, mais je leur ai laissé beaucoup plus – 45 jours – et si vous voulez mon avis, ce n’est encore pas assez.

 

Le choix des Armes

En outre, on ne part pas comme ça à l’assaut de jus Black Note, les cheveux au fusil et la fleur au vent, aussi ai-je méticuleusement préparé mon affaire : 3 setups assez différents, alliant du RTA, du Dripper, de l’électro, du voltage variable et du méca, mais toujours orientés « saveur » : j’ai l’intuition qu’un Black Note, ça se respecte, alors les trucs de brutasse qui bastonnent, on verra ça une prochaine fois.

 

SETUP #1 : Tesla Invader 4X / Kayfun Lite 2019

Mon setup all-day ! Celui-là, je le trimballe absolument partout, et je le connais sur le bout des doigts.

 

Le Kayfun Lite, c’est mon héros, mon champion, tant pour la précision de son rendu que pour l’intensité des saveurs restituées. Monté avec un Kanthal A1 Twisted 2x28Ga, micro-coil de 5 tours sur un diamètre de 2.5mm, résistance à 0.6 ohm. Vissé sur une Tesla Invader 4X, une voltage variable de caractère offrant une vape soyeuse mais nerveuse à souhait, comme j’aime.

 

SETUP #2 : Asmodus Minikin Reborn / Narda RDA

Un petit setup du quotidien, tout en finesse !

 

Le dripper Narda, inutile de le présenter, tout le monde connait ! Une légende de saveurs raffinées et parfaitement équilibrées, maintes fois copiée, rarement égalée. Monté avec un Kanthal A1 Twisted 2x30Ga, micro-parallel-coil de 5 tours sur un diamètre de 2.5mm, résistance à 0.5 ohm. Associé à la Asmodus Minikin Reborn, une bonne petite box électro fiable, réglée ici à 35 watts pour une vape tiède chaude saturée et dynamique.

 

SETUP #3 : Mod Atto / Le Dripper RDA

Un setup spécial tango, pour les grandes occasions !

 

Incroyable mais vrai ! Hé oui, Le Dripper de la Box Française, que j’ai choisi pour sa faculté à produire un rendu sec et extrêmement fidèle, sans artifice. Équipé du même montage que le Narda, et installé sur un mod méca Atto, alimenté par un teigneux accu Samsung 20S sorti de chargeur. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce micro-parallel-coil à 0.5 ohm est ultra-réactif en vape méca, et chauffe juste ce qu’il faut pour envoyer des salves lisses, pleines, et à mon sens très proches de ce que procurait jadis une latte de tabac.

Voilà, l’arrêt au stand s’achève là, remballons fissa la technique et passons sans plus attendre à ce pour quoi nous sommes tous là : les arômes « V by Black Note » !

 

Dégustation de quelques arômes « V by Black Note »

Cette fois, nous-y voilà, l’heure fatidique a sonné ! J’ai fait le mariole avec ma méthode, le beau avec mon matos, maintenant je ne peux plus reculer, et je sens poindre comme une légère crispation au moment de donner mon avis sur les jus du jour. Alors histoire de reprendre discrètement mes esprits sans que ça se voit, je vais jouer encore un tout petit peu la montre, en rappelant humblement qu’étant donné que j’ai la science infuse, les appréciations à venir sont absolument objectives, indiscutables, et gravées dans le marbre. Et peu importe si pour moi, tout ça s’inscrit dans le cadre d’un authentique dépucelage gustatif. Antiphrase terminée, allons-y maintenant ! Et en musique.

 

Le Cavendish :

 

Le plus évident et accessible ! Fidèle au procédé de fabrication des « Cavendish », durant lequel les feuilles de tabac blond (Virginia et/ou Burley) fermentent dans une mélasse naturelle avant d’être séchées, la version « V by Black Note » est très douce et particulièrement gourmande, avec une sensation sucrée, légère mais persistante tout au long de la dégustation. Le premier rideau flatte les papilles par une alternance de saveurs sucrées franches, qui vont tantôt chercher du côté d’un miel fin et délicat, tantôt flirter avec un petit quelque chose de sirop d’érable. Des notes végétales un brin amères (Burley ?) s’expriment ensuite en fond de bouche en fin d’inhalation, avant de laisser place à une expiration sèche mais charnue, quasi charnelle. Le Cavendish « V by Black Note » est calme et linéaire, son développement sans surprise. L’ensemble est fin et raffiné, particulièrement constant et homogène tout au long de la volute, et parfaitement bien lié : un équilibre parfait !

 

Le Virginia :

 

Le Virginia « V by Black Note », avec ses senteurs légères, tout en nuances et en subtilité, me renvoie l’image d’un pied-tendre propre sur lui. Avec lui, on est dans une douceur presque maternelle, calme et apaisante. L’attaque sucrée est franche, enrobée, mais délicate, et laisse son empreinte sur la langue et le palais tout du long. En fin d’inspiration et lors du hit en gorge, cette caresse gourmande passe le relai à une senteur de végétal pas totalement séché, une sorte de foin encore un peu vert et légèrement humide, dévoilant une note très légèrement amère. On se laisse bercer volontiers par l’image d’une feuille de tabac mi-jaune, mi-verte, délicatement séchée par les rayons d’un soleil bienveillant de fin d’été. Mais à l’expiration, ce Virginia tombe le masque, et révèle sa part de malice : le contraste est saisissant, avec une vapeur toujours légèrement sucrée, mais désormais clairement bien sèche. En fin de compte, à bien y réfléchir, le Virginia « V by Black Note » est un p’tit blond aux yeux bleus, mais pas aussi sage qu’il n’y parait.

 

L’Oriental :

 

Les tabacs de type « Oriental » sont les plus petits plans de tabac au niveau de la taille, mais attention : comme le veut la coutume, ce n’est pas la taille qui compte… Et ce n’est pas Black Note qui dira le contraire ! L’adage est ici parfaitement illustré, avec une composition complexe de tabacs au bouquet particulièrement aromatique, qui fleurent bon les sols secs et le soleil aride des Balkans. L’inspiration agréablement sucrée façon caramel clair Werther’s Original invite instantanément à une douce flânerie, qui se transforme carrément en songes psychédéliques de fumeur d’opium dès la fin d’inhalation, lorsqu’entrent en scène des senteurs de garrigue et des notes venant flirter avec le thym et le romarin, mais surtout lorsqu’à l’expiration, la langue et le palais se saturent de saveurs presque rugueuses, venues tout droit des étales d’épices des marchés d’Orient ! Comme si de la cannelle et du poivre s’entrechoquaient dans un cocktail improbable mais jouissif. C’est solaire, c’est symphonique, c’est haut en couleurs. Et hautement addictif…

 

Le Kentucky :

 

Exit les contrées orientales, le Kentucky de Black Note nous amène tout droit dans l’ambiance sauvage et poussiéreuse d’un bon Western, avec un tabac sec, corsé, complexe et très aromatique. Le cowboy brun ténébreux, crasseux et viril, rôde dans les parages, les colts chargés et prêt à dégainer. L’inhalation nous plonge d’emblée dans quelque chose de sombre, avec une attaque boisée franche mais notablement sucrée, relayée par des notes légèrement épicées et délicatement fumées en fin de tirage, laissant en fond de bouche un équilibre étonnant, à la fois rêche et charnu. Le hit est prononcé, et laisse place à une expiration sèche et légèrement poivrée en fin d’exhalaison. Le Kentucky « V by Black Note » est clairement un fire-cured composé avec soin, qui s’affirme comme un tabac de caractère avec ses effluves de cigarillo à la cassonade. Assurément un all-day, cendré mais terriblement gourmand.

 

Le Latakia :

 

Le Latakia version Black Note n’est pas là non plus pour rigoler. Finis les colliers de fleurs et le farniente les doigts de pied en éventail à se dorer la pilule au soleil : avec lui, on marche à l’ombre, avec un tabac sec, sombre et très aromatique, mais jamais agressif. L’attaque brune et terreuse, tout en douceur et un rien dodue, est rapidement relayée en fin d’inhalation par des notes subtilement sucrées, discrètes, à la limite de l’imperceptible mais néanmoins bien réelles, parant ce Latakia d’un costume raffiné. Tout change lors du hit en gorge puis à l’expiration, où la noirceur de l’ensemble explose en bouche dans un concerto résolument fumé de cendres et de braises encore incandescentes, qui laissent la langue légèrement et agréablement poivrée. C’est profond, intense, mais ça ne sombre jamais dans des abymes obscures pour autant. Si ce Latakia « V by Black Note » devait m’évoquer une image, ce serait celle du diable qui sait si bien vous amadouer dans un premier temps, pour ensuite vous tenir irrémédiablement captif dans ses griffes impitoyables. S’il devait être une couleur, ce serait sans hésiter celle d’un rubis « sang de pigeon », et s’il devait être une expression, ce serait à n’en pas douter « une poigne de fer dans un gant de velours ». Mais toujours avec classe et avec un grand raffinement.

 

Le mot de la fin

Allez, coming-back sur Terre suite aux 5 voyages sensoriels que m’ont procurés ces concentrés « V by Black Note » ! Alors, c’était comment, le Black Note trip ? Hé ben, comme lors d’une descente de champis, où le retour à la vraie vie semble d’une fadeur infinie, revenir d’une dégustation de Black Note peut sonner un peu de la même manière, tant ces concentrés – pourtant mono-saveur – nous emmènent loin, très loin… Vaper un Black Note, c’est une invitation au Voyage, une ode à l’évasion d’un monde où les saveurs surfaites sont (quasiment) devenues Norme, un retour à l’Essence même des choses, au vrai, à l’authentique… Et ça fait un bien fou !

L’esprit « V by Black Note » de ces concentrés, c’est ça : restituer les saveurs de différents tabacs de manière la plus naturelle possible, sans chercher systématiquement à plaire en flattant les papilles. Les jus goûtés ici ont tous ce dénominateur commun d’être d’une exquise finesse et d’une précision chirurgicale. Rangez donc temporairement vos Rebirth, Blotto, ou autres drippers de porkasse qui poutrent leur race, et sortez ce que vous avez de plus raffiné comme matos, car l’interprétation des tabacs livrée par Black Note a ceci de spécial que l’équilibre parfait trouvé par l’assembleur pour chacune des mixtures ne tient toujours qu’à un fil : ce n’est jamais trop sucré…, jamais pas assez cendré…, c’est toujours pile là où ça doit être, comme le funambule virevoltant sans filet au-dessus du vide. Des dosages aux temps de séchage, en passant par les temps et conditions de macération, tout est savamment orchestré et minutieusement réalisé, à la limite de l’obsession, pour ne restituer que le meilleur de chaque essence de tabac.

S’offrir une dégustation de concentrés « V by Black Note », c’est s’accorder en pleine conscience une authentique méditation gustative, un moment hors du temps, suspendu, unique, de purs voyages sensoriels, où les feuilles de tabac se matérialisent d’elles-mêmes sur le palais, où les couleurs prennent vie sous les paupières à demi closes, et où la rêverie prend le dessus sur tout le reste. Hallelujah !

Arômes “V by Black Note” : le Tabac à son zénith…

Amiral

Ecrit par Clandestino

44 Comments

Laisser un commentaire
  1. Attends Clandé, attends quoi ! J’ai juste lu jusqu’au paragraphe sur ton indé vis à vis des marchands. J’en peux déjà plus. Accélération cardiaque, impatience, neurones frénétiques délivrant son shoooooot d’adrénaline, émotions distordues… attends !! Enfin c’est moi qui fais une pause. Quand je vois ce qu’il me reste à lire alors que je voudrais déjà avoir tout fini. Sa mèèère :wacko:
    Et cette vidéo ! Totalement ampoulée certes, mais tellement instructive ! Wouhaaaaa ! Quel dimanche je m’apprête à vivre, quelle vie !!
    Je vais le lire bien lentement, tranquillement en plusieurs fois ET plusieurs fois. T’es dingue de faire des trucs comme ça ! T’ES DINGUE ! :mail:
    Et puis cette situation entre guillemets et italique, c’est de qui ? Nan parce que j’aimerais savoir quels champis il prend le mec, je veux les même :wacko: :yahoo:
    Bon allez, j’y retourne juste un peu, quelques lignes, pas trop d’un coup. Ton truc là, ça se lit sur un dripper en meca, comme tes jus quoi. J’en peux plus je te dis.

    • Hahaha !!!
      Géniale la réaction Kif ! Je kiffe. Merci merci, :rose:
      Je te conseille vraiment de lire les revues indiquées en intro, tu verras que l’article sur ces concentrés Black Note est fort modeste en comparaison. Et tu trouveras de qui sont les mots que j’ai mis à l’honneur, sans doute la phase la plus trippante jamais lue sur le Navire ! :yes:

  2. Très belle revue bien écrite et étayée, qui me laisse rêveuse, M Clandestino , merci !

    A priori, Kentucky et Latakia auraient ma préférence.

    Tes fioles semblent vidées… Tu as donc fait 100 ml de chaque concentré ? Ça te laissera peut-être un peu de temps de steep supplémentaire ? :unsure:

    The question ! : comment jaugerais-tu les Black Note / Azhad et La Tabaccheria ?

    • Merci Zaza ! J’ai réussi à te faire rêver ? Arf, ma journée est refaite alors !! LOL
      Hé oui tu as bien vu, j’ai vidé mes fioles d’un seul coup dans 90 ml de base, inutile de perdre du temps de steep, qui est déjà suffisamment long comme ça. 1/2 litre de ces jus Black Note, crois-moi, ce n’est encore pas assez, tant ils descendent viiite, trop vite…. Préparés le 18 septembre, steepés 45 jours environ, donc goûtés à partir du 1er novembre…. Je viens d’en consommer 250 ml en 10 jours !!!! Et encore, je les alterne avec des Tabaccheria et des fonds de fioles de Azhad’s qu’il me reste …. :wacko: :wacko: :wacko: Tu vois le machin ??
      Des 5 jus testés, le Kentucky est mon préféré, il est absolument excquis : à la fois cendré et sucré, brun mais mais moins brun qu’un latakia, je l’adooore ! Lui, il rentre direct dans mon top 5 des jus EVER.
      Le latakia est aussi une vraie réussite ! Mais on pourrait en dire autant des autres aussi. :-)

      Si je devais faire un podium entre les 3 assembleurs, hé bien…. je ne pourrais pas ! Impossible de dire qui de BN, Azhad ou LT est le meilleur. Ils sont excquis tous les 3, chacun à leur manière, et c’est justement ça qui est cool ! Tout dépend de ce que l’on recherche, et aussi des humeurs du jour, de ce que l’on a envie de vaper tel ou tel jour.
      Néanmoins, ce qui distingue les BN des 2 autres, c’est à mon avis son coté authentique. Pas que les 2 autres ne le soient pas, c’est pas ça, mais chez BN, ce qui m’a marqué instantanément, c’est vraiment ce coté très “nature”. Y’a aucun artifice, pas de superflu, aucune volonté de plaire à son public. BN, c’est un peu l’artiste qui monte sur scène, fait son truc et se barre, en se foutant royalement de savoir si ça a plu ou pas. Je dirais que chez LT et encore un poil plus chez Azhad, il y a une vraie volonté de conquérir le marché du macérat, à travers des mélanges certes magnifiques, mais toujours enrobés d’un je ne sais quoi de “commercial”.
      Chez BN, c’est l’inverse. Ils sont évidemment là pour faire du biz’, ce ne sont pas des philanthropes, faut pas déconner non plus, mais ils le font selon des convictions que j’imagine absolument inébranlables. Leur vision et leur interprétation des tabacs est comme ça et pas autrement. Ils me donnent l’image d’une marque qui est là depuis plus d’un siècle mais qui n’a jamais changé sa recette. Ce sont des puristes qui s’adressent à un public averti, des gens qui aiment le Tabac, comme on peut aimer le Café, le Vin, ou le Chocolat.
      C’est pas évident à décrire, mais c’est ce que ça m’inspire.
      Le mieux étant évidemment de goûter… :-)

  3. Encore une victoire de Clandé! J’ai mis 2 mois pour commander une bobine recommandé par Nes pour l’hyper. Je suis en train d’en mettre autant pour commander mon premier macérat. Mais tu viens d’enfoncer le clou l’ami.
    Faut qu’on cause, tu fais vraiment des parallèle coil de Kanthal Twisted? Et ça ne descend pas en dessous des 0,5 ohm?

    • Hé ben dans ce cas, tu nous donneras ton avis sur ces macérats disons…. l’année prochaine, ça ira ? :whistle:
      Pour ce qui est du montage de coil, bien sûr que je fais du parallel-coil en twisted, tu m’as pris pour un mytho ou quoi ? LOL
      Je ne jure quasiment que par le kanthal twisted, c’est le fil qui correspond le mieux à ma vape (mais ça veut pas dire que c’est le meilleur fil ;-) . Après, tout dépend du diamètre de fil que tu prends. Un 2x30Ga (2×0.25mm), 5 tours sur un diamètre de 2.5, te donne une rés. à 0.5 ohm, pile poil, je confirme. J’ai fini par trouver ce montage pour les besoins de la revue, et j’ai été bluffé par les résultats. C’est super réactif en méca, ça chauffe nickel pour avoir des super saveurs, sans les brûler. Dans le “Le Dripper”, ça fait des merveilles (j’avais pas répondu à ton dernier com’ sur la revue de LeDripper)
      Après, si tu veux descendre en dessous de 0.5 ohm, tu prends un 2x28Ga, ou un 2x26Ga, et là, tu oscilles entre 0.25 et 0.4 ohm en fonction du nombre de tours et du diamètre de coil choisi. Mais les saveurs sont plus bourrins, moins fines. Donc dans le cas de Black Note, ces fils là me semblaient moins adaptés. Mais un Hypersonic par exemple, c’est parallel-coil avec du 2x28Ga, et e peux te dire que ça déboite sa mère ! :yes:

      • C’est étonnant vu la surface de chauffe et la taille. Je veux bien une photo à l’occasion. :yes:
        Kanti et Zaza m’ont conseillé sur un macérat abordable et comme je ne commanderai pas de jus avant janvier. B-)

      • Y’a effectivement une bonne surface de chauffe, mais ce n’est qu’un 2x 0.25mm, le fil est très fin ! Au final, ça fait un montage très équilibré entre la chauffe et la restitution des saveurs. Pour une vape douce, c’est parfait.
        Tu veux une photo de quoi ? Du coil ? de la box indiquant 0.5 ohm ?

      • Arrêt je te crois que ça fait 0,5 ohms ahahah. Non, une photo du coil. J’ai bien conscience que c’est fin comme fil, mais il est doublé une première fois car twisté et une seconde fois en parallèle donc de 5 tours on passe à 10. Je m’interroge sur la taille du micro coil. Très belle souche d’Olivier en passant B-)

  4. Sublimissime texte Clandé! Je te l’avais dit! C’est superbement rédigé.
    La méthodo est ok. Je me suis bien marré.
    Les armes sont parfaites!
    Les descriptifs des ressenties sont très fins, pointus et joliment racontés. On a l’impression de les vaper en même temps qu’on les lit. C’est malin, je veux tous les goûter maintenant. Je commande dès que possible!!! Au moins le Latakia, le Cavendish et l’Oriental dans un premier temps…

    • Merci poto !
      En dépit du temps qu’il m’a demandé, je me suis régalé dans tous les sens du terme à faire cet article. La seule partie vraiment relou, c’était le nettoyage complet des atos après chaque jus, le recoilage/cotonnage. ‘Tain rien que ça, ça a fait des heures de boulot… :wacko:
      Mais c’était une super expérience, et il faut bien le dire, personne ne m’a forcé. Si ce texte est là, c’est parce que ces concentrés BN le méritent, ni plus, ni moins.
      Je n’ai aucune idée de ce que mes ressentis sur ces jus procurent comme sentiment chez un lecteur, j’ai juste drippé, laissé la plume aller où bon lui semblait, en toute spontanéité, en essayant juste de distinguer à chaque fois 3 phases : inhalation, fin d’inhalation, expiration. Et de cibler, pour chacune de ces phases, à quel endroit en bouche se situaient les sensations (langue, palais, fond de bouche, gorge…). Mais je te le dis, ce sont les jus qui ont tout fait : ils sont tellement riches en nuances, tellement subtils, que si tu es un minimum attentif à ce qui se passe en toi quand tu les vapes, tu finis par écrire des trucs sortis de nulle part. Ils m’ont transporté, fait voyager, et tu vois, quand je relis la revue, j’ai du mal à croire que c’est moi qui ait écrit ça (pas dans le sens “c’est trop bien”, ou “c’est trop nul”, mais dans le sens “je me demande où j’étais”).

      Tu verras si tu goûtes ces jus qu’ils ont vraiment quelque chose de très différent des Azhad’s ou La Tabaccheria. Si tu me permets un conseil, ne passe surtout pas à côté d’un Kentucky. ;-)

    • Superbe revue! On voyage rien qu’en te lisant! :good:

      J’ai toujours le souvenir des premiers goût tabac (qui ne sont pas des macérats, ça c’est sur), qu’on prend en début de sevrage et qui finalement ne sont pas bon. J’ai laissé de côté les liquides et arômes “classique” jusqu’à peux en découvrant le Decano (cubain / poire caramélisée) qui a été un vrai coup de cœur ! Je me suis pris dans la foulée un concentré Don Cristo Pistaccio qui est toujours en step d’ailleurs. Mais ta revue… bon sang elle me donne envie de retester ces classics !

      Par la même occasion je pense me prendre un Azhad, après avoir lu la revue sur le Navire il y a quelques temps :yes:

      • Merci Daron ! (ça me fait toujours bizarre d’écrire ça, j’ai l’impression de causer à mon père :wacko: )

        Alors tu vois, là pour le coup, je vais être cash et sans concession : les tabacs synthétiques d’une part, et les macérats/extraits d’autre part, c’est le jour et la nuit, le noir du Yin et le blanc du Yang.
        Les tabacs de synthèse, classiques, gourmands, premium, je n’ai vapé que ça mes 4 premières années de vape. J’en ai testé beaucoup, je n’en ai gardé que 2, puis qu’1.
        Puis est venu ce jour il y a à peu près 6 mois de ça, où j’ai croisé la route d’un Azhad’s Virginia, gamme “Pure”. Tu veux que j’te dise ? A la première latte, j’ai compris. Le choc ! Genre le château de cartes quasiment achevé, qui s’effondre, d’un coup, comme ça. Depuis ça, j’ai une fiole de 100ml de “Pyramid” de chez Inawera qui attend patiemment son tour au fond d’un carton, tour qui ne viendra jamais, sauf pénurie complète de macérats. Toutes les autres fioles de concentrés, je dis bien toutes, ont fini dans le siphon de l’évier de la cuisine.

        Les macérats, malheureux, si tu aimes le tabac avec un grand “T”, c’est ce qu’il te faut. Je ne dis pas que tu balanceras aux orties tes juices préférés, parce qu’après tout faut quand même être un peu chtarbé pour faire pour faire ça, mais attends toi clairement à un truc de fou.
        En piochant chez Azhad ou chez La Tabaccheria pour débuter, tu ne peu à mon avis pas te planter. Les Black Note, je ne les conseillerais pas forcément pour démarrer, car ils sont à mon avis un poil moins “abordables” que les 2 autres. Mais ils constituent, je crois, un passage obligé dans la vie d’un vapoteur de macérats. :yes:

      • lol toi t’est retourné voir ma page insta ecoute j’en est deux en steep suite a la revue de ness on va voir ci ca me plait sinon j’en est vaper deux fois et sans plus mes les gout change?

  5. Je pense même que Black Note ou un ( le ) shop qui vend la gamme pourrait t’offrir les 4 concentrés que tu n’as pas testés, voire la gamme complète, vu la promo que tu en fais sur tes deniers.

    Black Note ou Shop X, si tu me lis… :whistle:

    • Ouais, je pense aussi … :-)
      Nan sans blague, si ça devait arriver, tant mieux pour moi, mais ce n’est clairement pas la finalité recherchée. Autant un matos, ça ne me pose pas de pb d’être sponsorisé (parce que j’ai négocié au départ de pouvoir dire tout ce que je veux sans retenue), autant sur des jus, je ne sais pas… Je trouve que les meilleures revues sont les revues indé, car elles ne doivent rien à personne, elles sont spontanées, et non intéressées. Pas sûr que j’aurais sorti la même chose si on m’avait offert les fioles…
      Je vais voir pour les 3 autres concentrés restant, si je sollicite un shop ou pas. Pour l’instant je ne suis pas chaud, mais peut-être que dans quelques jours, j’aurai changé d’avis.. :unsure:
      Il en reste 3 à goûter (le American blend n’est pas vendu en France, va savoir pourquoi), ce serait quand même bien d’avoir la série complète sur le Navire. A voir.

  6. WELL DONE Clandé ..!!! ?? Commandé.. ;-) Déjà testé une partie de la gamme en fiole de 10ml prêt à vaper, mais pr 1 DIYeur, ce format n’étai Pas concevable…..Ta prose et l’arrivé ont donc fait le reste, je suis impatient de voir le résultat en dilution, le dosage, le steep, etc..
    Il Vaporificio fut ma 1ère approche Italienne , à l’époque Trop nicotiné pour moi, je n’avais pas accroché ..Depuis le MACÉRÂT est présent ds mon Bol de céréales le matin, puis le café jusqu’au digestif du soir .. :yahoo: NES a évoqué BLACK NOTE comme l’affineur N•1 ds cette catégorie à son goût, ils sont raffinés et travaillés , c’est VRAI mais l’armada Italienne n’est pas très loin.. A SUIVRE donc .
    Ps : J’ai trouvé qu’un seul Shop Français qui les diffusent ..!?
    Merci Clandé :bye:

    • Pareil que toi TheFlow : les macérats, c’est H24, même en dormant ! :wacko:
      Hâte d’avoir tes ressentis sur ces jus. :yes:
      En terme de naturel, pour moi ils se placent également tout en haut. On est vraiment au plus proche de la feuille de tabac. Mais après, tout dépend de ce que l’on recherche : ici, les saveurs sont tout en nuances, il faut presque “aller les chercher”. C’est moins évident que chez Azahd ou La Tabaccheria, où les saveurs se manifestent sans qu’on ait forcément besoin d’y faire attention. Là avec les Black Note, il faut se poser tranquillement, au calme, et vaper en étant attentif à ce qui se passe. Ce sont des jus qui se dégustent, au sens noble du terme. :-)
      Sinon, ouais, un seul shop FR. :whistle:

    • Trop cool ! :good: Le Havana, j’avais pas osé le prendre, mais quand j’ai goûté le kentucky et le latakia, j’ai tout de suite regretté. Faut que je le teste absolument celui-là. Et le American Blend aussi du coup, si il est désormais disponible.
      Tu nous diras, mais à mon avis, tu ne seras pas déçu ! En tout cas, très bonne sélection que tu as faite . :yes:

  7. Merci pour cette superbe revue qui m’a propulsé direct sur le site du revendeur national des concentrés Black Note !
    Merci également d’avoir donné place aux articles antérieurs liés au sujet, c’est classe et ça fait plaisir.
    Comme j’ai déjà testé plusieurs Black Note, j’ai commandé ceux que je ne connais pas, Havana, Perique et American Blend plus Burley afin qu’on ait toute la gamme en soute pour une éventuelle revue complémentaire.
    :mail:

    • Super nouvelle !!! :yahoo:
      Tu leur donnais combien de steep, à tes BN ? J’ai trouvé que les 10-15 jours recommandés n’étaient pas suffisants pour que les arômes s’ouvrent totalement, et même au bout d’un mois j’avais le sentiment qu’ils continuaient à évoluer.
      Ca va être cool d’avoir les 9 chroniqués sur le Navire ! J’ai hâte de lire tes impressions ! :yahoo: :good: :bye:

      • Un cavendish, très facile puisque macération dans de la mélasse. Ça atténue un peu le goût du tabac et tu as du sucré.
        Si tu as l’occasion de goûter le Señor Azhad, pas de concentré pour le moment mais une petite fiole de temps en temps, ça repose de l’attaque des macérats purs !
        Voilà ce qu’on trouve comme description :
        Un extrait pur de Jack Daniel™ assorti au Black Cavendish soigneusement sélectionné et du meilleur des Sweet American Virginia. Les saveurs du Jack Daniel™, les notes de fûts de chêne, du miel et de l’érable, se fondent parfaitement avec l’arôme du tabac créant un liquide dans lequel le Cavendish et le Bourbon créent un match au-delà de tout rêve.

  8. @ezekiel : Will’o The Whisp (Azhad) me semble être un bon choix, bon jus facile d’accès.
    Son cousin Turkish Extradry lui ressemble, mais est un poil plus sucré, contrairement à ce que son nom et descriptif indiquent.

    Si tu aimes, tu auras sûrement envie ensuite de passer à un Notturno bien steepé ;-)

      • @ezekiel Je confirme ce que dit Zaza. :rose:
        Le Wiil et le Turkish sont plutôt facile d’accès.
        Tu auras un rendu qu’on pourrait presque rapprocher de celui d’un excellent..thé avec une touche de miel !
        Ils méritent quand même selon moi un peu de steep pour équilibrer les saveurs et magnifier la complexité du tabac.
        Selon tes habitudes en terme de liquide, il est parfois nécessaire de te donner le temps d’apprivoiser les macérats. Le palais doit apprivoiser les nouvelles subtilités aromatiques ! Ensuite le voyage devient magique !
        J’ajouterai que le matériel joue également toute son importance et la recherche de ce qui TOI te convient !
        Essaye également de prendre un macérat un poil plus costaud que tu laisseras steeper, le temps d’avoir approvisionné les macérats plus léger. Tu pourras alors avoir sous le coude de quoi voyager dans les antres merveilleuses du tabac et comme le dit si bien Molière au travers de Sganarelle:
        ‘Quoi que puisse dire Aristote et toute la philosophie, il n’est rien d’égal au tabac: c’est la passion des honnêtes gens, et qui vit sans tabac n’est pas digne de vivre. Non seulement il réjouit et purge les cerveaux humains, mais encore il instruit les âmes à la vertu, et l’on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez-vous pas bien, dès qu’on en prend, de quelle manière obligeante on en use avec tout le monde, et comme on est ravi d’en donner à droit et à gauche, partout où l’on se trouve? On n’attend pas même qu’on en demande, et l’on court au-devant du souhait des gens: tant il est vrai que le tabac inspire des sentiments d’honneur et de vertu à tous ceux qui en prennent’ :yahoo:

  9. Je viens de commander 4 concentrés Black Note : Kentucky, Havana, American Blend et Latakia.

    + un drip-tip à 0.80 € pour éviter les fdp ;-).

    A suivre après quelques mois de steep…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Préférences des matelots vapoteurs

Test du Mulan MTL RDTA et du (petit) Tube qui va avec…