En panne d’ e-liquide…Une clope?

7 Juil 2014/
-- Reflexions

Sevrage tabac par la vape?

J’ai fais une petite expérience samedi soir chez un copain.

Pendant l’apéro je lui ai demandé une cigarette pour voir l’effet que ça fait après plus d’un an d’abstinence au tabac, une Winfield rouge.
J’ai trouvé ça très différent de notre chère e-cig et ça m’a rappelé ma 1ère cigarette il y a bien des années, aucun intérêt à mes yeux…

J’ai repris mon Mother Milk avec soulagement et pensa que j’avais bien de la chance d’être passé à autre chose que la clope tout en ayant aucune frustration et en prenant bien plus de plaisir.

La soirée passa et je me retrouva en panne d’e-liquide car j’avais pas prévu que je partirai si tard et à voir vapoter ma femme et fumer mon copain j’ai craqué en lui demandant une autre clope qui combla le manque de nicotine du moment.

J’aime plus du tout les clopes classiques mais en cas d’un diner arrosé il m’est encore impossible de me séparer de mon e-cig, pourtant je suis à 6mg.

Je peux facilement me passer de vapoter quand je pars en balade en journée ou en soirée si personne ne fume ou ne vape, mais pas autour de fumeurs.

La conclusion de cette expérience c’est que si jamais la e-cig est interdite et que je n’ai plus de e-liquide, je retournerais à mes roulées , c’est sur et certain!
Donc je suis toujours pas sevré après presque 2 ans, la vape remplace juste mes anciennes roulées.

Et vous??

Remerciez l'auteur en lui donnant votre vote ;-) ------>
0 0
Si vous avez en tête un produit qui pourrait intéresser l'équipage, mettez le sur -->cette page
Publié par : Le Capitaine

Dany, fondateur du Danyvape. Plus de clopes depuis le 1er jour, le 21 sept 2012... A l'abordage !!

Comments

Cet article a 16 commentaires.

Les rangs correspondent au nombre de commentaires :Nouveau contributeur/Bronze clair-foncé/Argent clair-foncé/Or clair-foncé/Saphir/Rubis/Emeraude/Diamant.
  • Ludo - Rang : Diamant 7 juillet 2014 23 h 31 min Répondre

    Perso, je trouve que j’ai quand même nettement plus de facilité à me passer de l’ecig que de la clope. Avec cette dernière, impossible, les longs repas, ou les soirées arrosées, sans cloper (aucun problème pour sortir dans le froid, sous la pluie, de nuit, tout seul : me fallait ma dose).

    Sans pour autant complètement pouvoir me passer de l’ecig, un apéro ou un repas sans, ça va. J’ai aussi remarqué que plus ça va, plus je suis calme sur le volume vapé (à défaut de réduire mon 20mg/mL) : au début, j’étais à ~10mL par jour, puis un pallier vers 5-6mL par jour, et ces derniers jours, plutôt vers 3mL quotidiens. Vais sûrement voir à commencer à baisser mon taux, du coup…

    Quant à la clope, m’en suis allumé une, pour la journée du tabac en mai, pour déconner (je ne la compte pas ,celle-là). Jetée nettement avant d’être finie : goût crasseux, l’impression de tirer dans le vide, faible, zob “shoot” de nicotine. Si la ecig était interdite et que je n’avais plus de liquide ? Je ferais comme avec les clopes, quand j’allais chercher des cartouches en Belgique : piraterie (même si, un petit cigare de temps en temps, …) !

  • Lodse - Rang : Emeraude 7 juillet 2014 23 h 48 min Répondre

    Je pense que si j’étais à cours de liquide/accus en soirée, il y a toutes les chances que je clope.

    Cependant, quand je vais bosser pendant 3-4 heures d’affilé, ça ne me dérange absolument pas de ne rien vaper alors qu’avant, c’était carrément impensable de pas fumer une clope en 3-4h de temps.

    Pour ce qui est de la quantité de jus que je consomme dans la journée, c’est assez variable. Je pense être dans les 4 à 6ml/jours

  • Nesquick - Rang : Diamant 8 juillet 2014 11 h 46 min Répondre

    J’ai aussi l’impression de pouvoir mieux me passer de vaper que naguère de fumer. Les réunions de plus de deux heures au taf me mettaient les nerfs en pelote et m’obligeaient à des efforts de concentration quand je ne pouvais pas m’éclipser pour en griller une vite fait. Depuis la vape, ça se passe beaucoup mieux, jusqu’à enquiller le déjeuner après une matinée de réunion pour ne vaper qu’après le café.

    Il m’est aussi arrivé de tomber en panne d’accus ou de liquide en fin d’aprem et de tenir sans difficulté jusqu’au retour à la maison, là où j’aurais certainement fait un détour par un bureau de tabac du temps de la clope en pareil cas de pénurie.

    Après un an de vape dont six mois d’abstinence tabagique totale, j’ai encore parfois envie de fumer malgré la vape. La recherche du prochain matos ou des prochains liquides en vue de la prochaine commande enraye alors ces envies plutôt facilement.

    Et si la e-cig était interdite ? Je ferai sans doute des pieds et des mains pour me procurer de quoi continuer à vaper quand même, avec fort risque de retour au tabac en cas d’échec.

  • Vincent - Rang : Saphir 8 juillet 2014 14 h 19 min Répondre

    Un article à propos qui fait partie de mes réflexions ces derniers temps sur la e-cig. Que se passerait-il si je ne pouvais plus l’utiliser ? Pff a priori, je n’en suis pas certain.

    D’un côté, à l’instar de Ludo et Nesquick, je me rends compte que le besoin de vapoter est bien moins indispensable que celui de fumer quand j’étais accro à mes clopes.

    D’un autre côté, j’ai toujours besoin des effets de la nicotine : le côté anxiolytique et stimulant. Cela dit, dans la mesure où le “shoot” est largement inférieur à celui de la cigarette traditionnelle, n’est ce pas majoritairement psychologique désormais ?

    D’ailleurs, je pense que ce qui me manque le plus, et toujours après presque huit mois d’arrêt complet du tabac, c’est bien l’intensité de fumer une cigarette : un goût intense, l’action de la nicotine et des autres saloperies qui montent direct au cerveau, des poumons remplis et l’estomac rassasié, ce que ne peut offrir l’e-cig. Comme Nesquick, je pense que je compense ce manque en achetant divers matos et liquides pour désespérément trouver un graal ultime ou tout simplement combler en s’occupant l’esprit, de la même manière qu’un acheteur compulsif se détourne ainsi de problèmes plus profonds. Mais bon, dans mon cas, j’ai d’autres soucis personnels qui rentrent dans l’équation.

    A noter que pour ma part, comme Ludo, je n’ai pas baissé la nicotine alors que je me rends compte que naturellement, j’ai baissé ma consommation de liquide. Mais il ne s’agit pas que du rôle du taux de nicotine en soi, mais de son impact sur le goût des liquides. Je pensais d’ailleurs en faire un petit article présentant mon ressenti sans prétention pour appeler un débat entre les gens qui consultent ce blog.

    • Ludo - Rang : Diamant 8 juillet 2014 16 h 37 min Répondre

      Sujet d’article intéressant que tu proposes là. Je fais pas mal d’expériences là-dessus de mon côté, et particulièrement en testant le pH. Et c’est dingue ce que ça change de choses.

      Plus il y a de nicotine, plus le mélange est alcalin, et plus ça rend la bouche pâteuse (et sans doute la même pour les voies respiratoires) – ce qui change la perception du goût. Mais pas seulement : ça change aussi nettement la manière d’absorber la nicotine : en milieu alcalin, la nicotine est sous forme “libre”, ie même pas besoin de l”inhaler profondément dans les poumons pour que ça marche – comme avec les cigares, dont la fumée est… alcaline : le “shoot” de nicotine est nettement perceptible. Ca augmente aussi nettement le “throat hit”.

      Moins il y a de nicotine, plus le mélange est acide, et ça rend la bouche sèche – itout avec ci-dessus pour le goût. Là, par contre, la nicotine est absorbée beaucoup moins directement. Le “shoot” est sur la durée, et le “throat hit” peut-être carrément absent (j’ai essayé avec du 70/30 en 20mg/mL, avec des arômes LO tellement acides qu’ils contrebalancent très largement la nicotine sur ce point : zéro “throat hit”, zob, nada).

      Il est facile de réguler le pH vers le bas (acide malique, “Sour” chez PA, par exemple), mais ça peut aussi modifier le goût (faut encore que je vois si la modification ne se perçoit que quand on descend trop en pH, ou carrément si on en met tout court). Pour augmenter le pH (hors nicotine), je n’ai pas encore trouvé… j’imagine qu’il faudrait un truc genre carbonate, mais je ne m’y connais pas assez pour en choisir un qui soit inhalable…

  • Le Capitaine - Rang : Diamant 8 juillet 2014 14 h 39 min Répondre

    Je pense aussi que si j’arrêtais la vape, je fumerais beaucoup plus qu’avant vu que je me suis aussi habitué à vaper toute la journée, il me manquerais quelque chose dans la bouche entre 2 clopes… :wacko:
    Ce coté addictif de la vape est à mon sens aussi un gros soucis à prendre en compte dans le futur cas d’un sevrage complet.

    • Vincent - Rang : Saphir 8 juillet 2014 15 h 40 min Répondre

      Ce côté addictif de la vape dont tu parles Dany, je vapote sans réfléchir, est à rapprocher des clopes inutiles de la journée, celle que tu fumes sans raison, par habitude, sans réelle envie, pour le geste. Je ne crois pas que ça soit propre à la e-cig.

    • Ludo - Rang : Diamant 8 juillet 2014 16 h 48 min Répondre

      Je constate moi aussi que j’ai beaucoup plus souvent le “drip-tip” à la bouche que je n’avais la clope… et je n’étais déjà pas très tendre de ce côté-là…

      Bon, après, je n’ai ni l’intention de me sevrer complètement de la nicotine (la baisser oui, mais sinon, pas envisageable : ça m’aide trop à me concentrer), ni de la vape (j’aime bien respirer un truc plus dense que l’air… c’est con, mais c’est comme ça).

      • calou6459 - Rang : Nouveau contributeur 21 juillet 2014 14 h 33 min

        C’est vrai que l’on a l’impression d’avoir souvent le “drip tip” à la bouche…mais une “vraie” cigarette c’est 15 bouffées à la suite…ce qui n’est pas forcémment le cas avec une E-CIG….

      • Ludo - Rang : Diamant 21 juillet 2014 15 h 02 min

        Bienvenue, Calou6459 !

        C’est vrai aussi : j’ai peut-être l’impression d’avoir très souvent le “drip-tip” à la bouche, mais en général, c’est deux-trois bouffées pour mon “shoot” de nicotine, et je pose l’engin.

        Avec les clopes, on prend vite l’habitude de pousser au crime (même après être passé aux roulées, plutôt que de laisser mourir dans le cendrier pour la reprendre après, j’avais même plutôt tendance à finir celle que je cramais, et à m’en refaire une autre à la suite).

  • Nesquick - Rang : Diamant 8 juillet 2014 21 h 50 min Répondre

    C’est vrai qu’il y a un truc au niveau de “respirer un truc plus dense que l’air”… Je n’explique pas mais partage ce truc.

    Quand je fumais c’était une marque, ma marque de cigarette des années durant. La e-cig amène la versatilité, la rotation des liquides, la recherche de nouvelles saveurs.

    Les juices de tuerie amènent une sorte de gourmandise (goinfrerie ?), un tank ne fait pas long feu chez moi quand le goût plaît. C’est aussi ce qui m’écarte du tabac car même si comme le dit Vincent la clope faisait un shoot, la e-cig fait des instants de vape…

  • Le Capitaine - Rang : Diamant 8 juillet 2014 21 h 55 min Répondre

    Ce qui est bien c’est que même si on vape 5ml/j on prend pas 1g!!
    Heureusement qu’on mange pas autant de Nutella qu’on vape.. :whistle:

    • Ludo - Rang : Diamant 8 juillet 2014 22 h 31 min Répondre

      Ca, ça dépend… perso, j’ai pris. Mais je mets plus ça sur le coup de mon AVC (côté gauche qui se contracte de partout pour rien, donc grosse dépense d’énergie même en ne faisant rien, donc grosse faim, avec une mobilité globale couci-couça – en somme, apport et dépense d’énergie complètement chamboulés) 🙁

    • Nesquick - Rang : Diamant 9 juillet 2014 18 h 44 min Répondre

      D’après ce que j’en sais, c’est le sevrage nicotinique qui provoque la prise de poids, la nicotine modifiant le métabolisme vis à vis de la nourriture. Les personnes qui arrêtent de fumer ont souvent le problème même sans manger plus et même sans compensation par grignotage et sucreries.

      Donc “normalement”, un fumeur passant à la vape 0 mg direct devrait courir le risque de prendre du poids…

      🙁

  • Goulamas - Rang : Or foncé 9 juillet 2014 19 h 11 min Répondre

    Depuis quelques jours je vape en 0 mg. Je ne ressens aucun manque, juste de temps en temps j’aurai besoin d’un bon petit hit. A part ça aucun manque.
    Il m’est arrivé le même genre d’aventure que toi Captain. Sauf que moi c’était un mariage. J’étais parti, inconscient que je suis avec une seule batterie ego, gavé de liquide mais une seule ego ! 😥 .
    Résultats des courses en plein milieu de la soirée la petite led s’est mise à clignoter signifiant le game over. A cette époque là j’étais encore en 12 mg, ben à ma grande surprise j’ai résisté. Au début avec un peu d’effort, puis vraiment naturellement. Aucune envie d’aller taxer une clope.
    Je suis rentré sur les coups de 5h du mat, sans avoir vapé ni fumé depuis les 22h. Si demain la e cig devenait interdite cela me ferait chier royalement, mais je pense que je ne retomberai pas dans l’enfer du tabac. Ça serait pas easy mais je pense faisable. Alors que tu temps où je fumais c’était même pas envisageable B-)

  • Julien - Rang : Bronze clair 9 juillet 2014 21 h 09 min Répondre

    Perso je réduis depuis un moment je suis passé il y a quelques semaines de 6mg à 3mg, avec mon achat il y a peu chez la mule rose, je compte encore diminuer à 1.5mg.

    Je m’aperçois qu’à 3mg de nicotine je peux largement me passé de ma ecig en soirée ou journée. Par contre, quand il y a des fumeurs autour, j’évite de tomber à cours de liquide ou d’accus. Il met arrivé une fois de tomber à cours d’accus et je n’est pas repris de clope tellement le goût est dégueulasse.. Mais c’est très déplaisants, je te l’accorde.

    ps: Alors j’ai compensé, sur l’alcool et la parlotte. 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-)