in

Dvarw DL par KHW Mods, votre prochain RTA?

L’atomiseur Dvarw, proposé par le moddeur hongrois KHW Mods m’est tombé dessus par hasard alors que je musardais en ligne, très loin vers l’Est. Sa ressemblance avec le célèbre Taifun GT, mon premier reconstructible, avait en effet de quoi interpeller et le descriptif accompagnant les illustrations a achevé le boulot. Sur la foi de ces éléments, KHW Mods semblait s’être attaché à dépoussiérer la légende avec ce Dvarw, offrant une version dynamisée du Taifun GT comme le firent naguère les Américains de 528 Custom Vapes avec leur Monster v3 remettant largement au goût du jour le très fameux Kayfun v3. Il n’en fallut guère plus pour commander, recevoir et tester un Dvarw, en version clonée.

Très vite séduit par cet excellent matériel, je n’ai pas hésité bien longtemps à l’acquérir en version originale sur le site de KHW Mods. Hélas, tous les moddeurs artisanaux hongrois n’ont pas la même capacité à produire que leur insaisissable compatriote Norbert, si dégourdi pour inonder la planète de ses différents Origen qu’il en deviendrait limite suspect et le colis semble vouloir se faire attendre malgré un mail de confirmation des plus rassurants reçu près d’une semaine après la passation de commande.

Ne souhaitant pas remettre la rédaction de cet article à la saint Glinglin, je me suis résigné la mort dans l’âme à l’illustrer de photos du clone. C’est tout de même un SXK, gageons qu’il ne différera de l’original que par de légers détails à peine perceptibles. Ceci étant, il appartiendra bien sûr à chaque vapoto éventuellement intéressé par le Dvarw de se choisir un lieu d’approvisionnement, en privilégiant le site de ses créateurs hongrois autant que faire se peut.

Il convient encore, avant de se lancer dans la description proprement dite de préciser un dernier point. Le Dvarw existe en deux versions, DL (Direct Lung inhale, 24 mm, tirage aérien) et MTL (Mouth To Lung inhale, 22 mm, tirage serré), c’est évidemment de la version MTL dont il sera question ici.

:scratch:

Hey non, je rigole ! Pas question de céder aux pressions perfides exercées même au sein du paisible navire DanyVape par certains pirates dénués de scrupules. Nous parlerons ici du Dvarw DL, laissant d’autres vanter les mérites du MTL s’il en a et s’ils le souhaitent. Aérien un jour, aérien toujours ! :yes:

Anatomie du Dvarw DL

Les habitués du navire de Dany l’ont déjà compris, on va encore se fader une photo de l’atomiseur démonté. Ben oui, sauf que là il va y avoir une petite surprise… Deux photos pour le prix d’une !

Allez on fait vite, on a l’habitude maintenant. Arrière-plan, de gauche à droite : base percée d’une arrivée d’air rectangulaire non réglable, base du tank, tank acrylique. Avant-plan, de gauche à droite : cheminée, chambre de vaporisation, couvercle de la chambre de vaporisation, drip-tip.

Mises à part quelques traces d’usinage visibles sur le plateau au niveau de la base, aucune remarque ne vient entacher la découverte. Les différentes pièces sont bien finies et bien ajustées. Je n’en dirais pas plus, pas question de faire l’apologie du clone alors que j’attends la livraison d’un exemplaire original ! Regardons plutôt la seconde photo promise.

Et oui, le Taifun GT premier du nom ! Evidemment, la grosse classe aurait été de sortir une photo montrant les pièces dans le même ordre que sur la précédente afin de faciliter la comparaison mais bon… On va essayer de s’en sortir quand même. Première différence qui ne sautera pas aux yeux, le Taifun GT est en 23 mm, le Dvarw DL en 24 mm. Seconde différence, le tank du Taifun GT, constitué d’une bague d’acier et d’une bague PMMA solidaire n’est pas démontable, celui du Dvarw DL se scinde en une base métallique et une bague acrylique. troisième différence, le couvercle de la chambre de vaporisation du Taifun GT se visse sur la chambre, celui du Dvarw DL s’y clipse par joint torique. Et puis ? Et puis rien, ces deux atomiseurs sont quasi-identiques ! Voilà de quoi faire saliver les amateurs nostalgiques du Taifun…

Le tank du Dvarw DL s’assemble en poussant la bague acrylique contre la base du tank puis en vissant  la cheminée dans le pas usiné à dessein au centre de cette base. Les vapotos adeptes des liquides craqueurs de plastique opteront sans doute pour la bague d’ULTEM proposée par le moddeur en remplacement de l’acrylique.

La chambre de vaporisation s’enquille sur la base de l’atomiseur, maintenue par un joint torique qu’il faudra prendre soin de ne pas pincer lors de l’opération. Les deux larges orifices diamétralement opposés visibles sur les parois de la chambre permettront aux pattes de la mèche traversant le coil de s’imbiber du liquide contenu dans le tank.

Le couvercle percé pour accueillir la cheminée vient clore hermétiquement la chambre grâce également à un joint torique, à manipuler lui aussi avec précaution. Le tank se visse ensuite sur la base pour terminer le montage de l’atomiseur, nous dévoilant un bel objet de 24 mm de diamètre, 44 mm de hauteur, affichant environ 60 g sur la balance pour une capacité d’à peu près 6 ml.

Comme on peut le voir, le Dvarw DL ne se prend pas la tête… On est ici loin des puzzles complexes proposés par les Hurricane de ePhoenix ou les Squape de StattQualm et finalement, va-t-on vraiment s’en plaindre ? Bon, c’est vrai qu’on n’a pas encore tout vu, que la base du Dvarw DL recèle encore quelques secrets dont était parfaitement dépourvue celle monolithique du Taifun GT. En effet, comme l’ont déjà remarqué les plus malins, la base du Dvarw DL présente une fine rainure sur son périmètre, rainure laissant présager d’un démontage possible.

Aussitôt dit, aussitôt fait, en dévissant la vis de contact positif et les deux vis à empreinte Allen visibles au niveau du plateau. Nous voyons ici la “base de la base” supportant l’isolant PEEK du plot positif, le plateau et son plot négatif taillé dans la masse, le plot positif amovible et un réducteur d’air-flow. On peut noter au passage que la vis de contact positif sert au maintien de ce dernier et ne permettra pas d’ajustement de longueur. Le remontage de la base commence par le calage du plot positif.

Le plateau trouve ensuite sa place, le plot positif passant par un orifice isolé de PEEK. Le réducteur d’air-flow termine le montage.

Le Dvarw DL est livré avec quatre réducteurs respectivement percés d’un orifice de 3, 3,5, 4 et 4,5 mm chargés de dompter l’énorme (environ 8 x 2 mm !) arrivée d’air rectangulaire pratiquée dans le corps de la base. Le réducteur en 3 mm monté par défaut m’a paru un poil trop étroit, celui en 4,5 mm pénalisant pour les saveurs car trop aérien, j’ai finalement adopté le modèle en 4 mm pour un compromis parfait à mon goût. La photo ci-dessous ne montre pas ce réducteur, resté sur l’atomiseur.

Puisqu’on en est aux options disponibles pour le Dvarw, signalons l’existence d’un kit “mini” ramenant la capacité de l’atomiseur autour de 2 ml mais peut-être plus esthétique que le gros réservoir monté de série.

Bon et bien voilà, nous avons découvert un atomiseur simple et bien conçu, ajoutant à son modèle le Taifun GT un tank démontable et plusieurs réglages de l’arrivée d’air, certes pas super-pratiques puisqu’ils nécessitent le démontage de la base pour être mis en œuvre mais assurément très efficaces.

Montage du Dvarw DL

Le Dvarw DL est un atomiseur reconstructible, ce qui signifie en clair qu’il faut lui tortiller du résistif et jouer du tournevis. La largeur inhabituelle des orifices destinés au passage de la mèche à travers la chambre de vaporisation paraît exiger une bobine résistive de diamètre assez fort, capable d’accepter une dose de coton suffisante pour obturer les dits orifices. C’est donc sur un gabarit de 3 mm que nous allons enrouler notre Kanthal.

L’écartement réduit des plots positif et négatif semble propice à l’accueil d’un coil assez court, soit par exemple six spires du Kanthal 0,5 mm utilisé ici. Cette observation suivie, la bobine trouve facilement sa place sur le plateau.

Les vis de serrage à empreinte Allen ont la tête suffisamment large pour fixer le résistif sans l’énervement sournois accompagnant parfois ce type d’opération. La clé à six pans adéquate étant fournie avec l’atomiseur, nul besoin de courir les Casto-Merlin à la recherche d’un outil rare et onéreux. Le résultat escompté est obtenu après un effort minimum, on ne s’en plaindra pas !

Même si on est sûr de son coup, même si le montage a une bonne tronche, il faut quand même vérifier la résistance obtenue afin d’éviter tout risque de mauvaise surprise lors de la première mise à feu.

La valeur de résistance mesurée ici à 0,64 ohm est cohérente avec la quantité de résistif enroulé, on va pouvoir mettre en tension.

Ah, là on est pas mal. L’incandescence est régulière, elle part du centre de la bobine, on va pouvoir passer au cotonnage en toute sérénité. Pour résumer, le montage du Dvarw ne présente pas de difficulté particulière à condition de confectionner une résistance relativement courte que l’on aura soin d’enrouler sur un diamètre suffisant, d’au moins 3 mm.

Utilisation du Dvarw DL

Sans doute porté par l’euphorie générée par ce montage rondement mené, je décidai d’équiper le Dvarw DL d’un super coton Kendo “cultivated in Japan” des plus huppés, issu d’un échantillon gratos joint à une récente commande de fil résistif.

Pourquoi pas ? Le sachet est sympa avec ses trucs écrits en japonais et la matière elle-même semble de bon aloi, genre cotonneuse (ha ha ha !). Les habitués du Taifun GT auront déjà aligné les orifices de la chambre de vaporisation avec la bobine résistive, je ne préciserai donc ce point fondamental que pour les autres.

Oui, il va falloir faire passer une mèche là-dedans de la façon la plus rectiligne possible, en évitant de surcroît de créer un creux ou une bosse au niveau du coil sous peine de gros ennuis genre dry-hits ou inondations. Que l’on se rassure, la tâche n’est pas non plus insurmontable puisqu’il suffit de repasser le gabarit utilisé lors de la confection de la bobine au travers du bazar pour aligner tout le monde correctement.

En fait, la principale difficulté du montage sur ce type de plateau est d’arriver à remplir les orifices d’arrivée du liquide avec les pattes de coton, en évitant bien sûr de créer des bouchons épais, tassés et hermétiques. La fibre végétale doit respirer mais pas trop tout en restant contrainte mais sans excès. Une fois ce challenge relevé, on coupe une patte au ras de la chambre à l’aide d’une paire de ciseaux propre et non émoussée.

Puis la seconde, en veillant toujours à bien couper court mais toujours en restant à l’extérieur de la chambre.

Et bien voilà, c’est fait… Il n’y a plus qu’à amorcer la mèche à l’aide de quelques gouttes d’un liquide bien choisi.

Sauf que voilà, ça n’a pas marché. Je l’ignorais au moment de la manipulation mais le Kendo n’est pas la matière idéale pour ce genre de plateau et la belle mèche présentée ci-dessus à filé à la benne après quelques dry-hits bien pénibles. Ah, ce que c’est de vouloir faire le mariole avec du coton de luxe écrit dessus en japonais ! Parce qu’il faut bien avouer que le Dvarw DL a parfaitement fonctionné durant les semaines précédant cet article, monté en Puff ou en Fiber Freaks. En fait, pour être à peu près sûr de réussir son coup, il faut utiliser un coton qui capillarise dès le dépôt de quelques gouttes de jus sur les bouts de pattes affleurant la surface de la chambre, à l’extérieur.

Comme on le voit sur la photo ci-dessus prise avec une mèche de Puff, le liquide converge vers la bobine presque instantanément et ça, c’est bon. Avec le Kendo, il avait fallu insister un peu lors de l’amorçage, le liquide ayant tendance à rester à la surface de la fibre et ça, c’est moisi. Le Dvarw DL, comme tous les atomiseurs a besoin de bons consommables pour s’exprimer pleinement et mon échantillon de Kendo fera la joie d’un dripper, atomiseur peu regardant qui bouffe n’importe quoi. Après en avoir fait trois caisses autour d’un cotonnage finalement pas si compliqué que ça, le moment est venu de délivrer le secret jalousement gardé, transmis de bouche de druide à oreille de druide, l’astuce majeure pour un fonctionnement sans faille de notre Dvarw DL.

La photo parle d’elle-même, il ne faut surtout pas omettre de replacer le couvercle de la chambre une fois l’amorçage effectué. Ah, ça a l’air ballot ? Et bien moi, je l’oublie assez régulièrement et là, au remontage du tank, c’est Tchernobyl. Un flux, une marée de liquide déferle alors par l’air-hole, le tank se vide d’un trait inondant tout sur son passage, noyant aveuglément box, main, bureau, bénouze, tapis et plancher. Une catastrophe. Heureusement, le tank est enfantin à remplir, acceptant même l’écoulement massif du broc des vapotos préparant leur jus au litre. Du coup, après avoir nettoyé l’inondation précédente, on pense à clipser le couvercle de la chambre et on remplit à nouveau le tank en un clin d’œil. Un vrai bonheur !

Et cette fois, notre Dvarw se redresse fièrement sur son 510, le drip-tip frémissant, sans lâcher la moindre goutte de précieux liquide. C’est gagné !

L’utilisation du Dvarw DL au quotidien s’avère finalement fort agréable à condition, on l’aura compris, de ne pas oublier de mettre en place le couvercle de la chambre. A ce détail près, le changement de mèche est simple et rapide, ne nécessitant qu’un peu de soin lors du réglage de l’épaisseur des pattes de coton. Le remplissage du tank demande certes son dévissage de la base mais s’effectue sans aucun problème même dans la pénombre, les yeux bandés.

Pourquoi le Dvarw DL ?

Après toutes ces considérations techniques objectives étayées photos à l’appui, le difficile moment du jugement est arrivé. Le Dvarw DL est un atomiseur reconstructible à réservoir relativement simple, fortement inspiré du Taifun GT dont il reprend les principes de base mais qu’a-t-il donc, dans un marché largement encombré de stars en tous genres, pour décrocher plutôt qu’un autre l’adhésion du vapoto ?

A mon avis, la réponse tient en un compromis plus ou moins conforme au goût et aux habitudes de chacun. Le Dvarw DL m’a immédiatement plu par sa simplicité d’emploi, tous les montages effectués ont parfaitement fonctionné à part l’unique expérience malheureuse du Kendo relatée ci-dessus. Je ne puis guère en dire autant des autres RTA que j’ai pu tester y compris des Tilemahos Armed régnant en maîtres sur ma vape à réservoir de ces derniers mois.

Correctement cotonné, le Dvarw DL ne fuit pas. Pas une goutte de liquide ne s’est échappé de mon exemplaire jusqu’à présent à part quelques suintements par l’air-hole invariablement provoqués par une mèche en fin de vie. Sa base reste sèche, aucune infiltration, aucune condensation ne vient perturber le connecteur des boxes qui l’alimentent. Je ne connais pas beaucoup d’atomiseurs aussi “propres”.

Le Dvarw DL produit une vapeur douce, très dense et même s’il ne peut prétendre à l’excellence en configuration aérienne, son rendu des arômes vapés me paraît plus qu’acceptable. Je ne lui ai pas encore trouvé de liquides de prédilection, le trouvant tout aussi agréable en saveurs tabac, fruitées, gourmandes ou anisées. Ce côté généraliste est peut-être un héritage du Taifun GT que j’appréciais de la sorte à l’époque de sa lointaine utilisation intensive.

Le dernier point que je souhaite évoquer au sujet du Dvarw DL est aussi le plus bizarre puisque je trouve qu’il préserve les mèches de coton plus longtemps que ses challengers du tiroir à matos. Cela peut paraître absurde mais le rendement de mes RTA s’effondre en général au bout de deux journées de vape et il n’est pas rare que je ne leur trouve plus que deux pattes de coton disjointes, le reste de la mèche ayant totalement disparu dans le périmètre de la bobine résistive. J’ignore d’où vient ce phénomène observé sans perception notoire de dry-hits… Trop de watts ? Mèche trop ou pas assez serrée ? Toujours est-il que jusqu’à présent, le Dvarw ne m’a jamais fait cela sans que je ne prenne un soin particulier pour l’éviter et ça, c’est super agréable !

Ouh, quelle tartine pour cet atomiseur ! Il faut dire quand même que je l’ai choisi à dessein car je trouvais rigolo, mon premier article sur DanyVape parlant justement du Taifun GT, d’évoquer un de ses héritiers directs pour cet article-ci, mon 200ième !

Bonne vape à toutes et tous, en Dvarw DL ! :bye:

Votez pour cet article

3 points
Grand contributeur

Ecrit par Nesquick

Fonction sur le navire : Gabier promu Lieutenant de vaisseau - Nesquick, dans la vape depuis 2013, intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

35 Comments

Laisser un commentaire
  1. Merci beaucoup Nesquick. Enfin un rta qui ressemble au Taifun gt. Atomiseur sur lequel je continue de vaper, dommage qu’il est très difficile de retrouver les tanks entièrement transparents aujourd’hui pour cet ato. Mais il me semble que le taifun à aussi un airflow plus réduit. Il était vendu avec 2 tubes de airflow de 1,2 et de 1,6 ou 1,8 mm. Plus petit donc que le Dvarw. Je le monte donc sur axe de 2 mm avec du 0,3 en kanthal sur 7 tours ce qui donne une résistance au environ de 1,2 ohm. Seul le coton carde me permet de le cotonner correctement. Vap sur 22 wat. Je me procurera le Dvarw et je te dirai ce que j’en pense. Merci à tous les moussaillons et au capitaine. Henri

    • Merci pour ton commentaire !
      Le Dvarw DL est vraiment plus aérien que le Taifun GT même avec le plus étroit des réducteurs fournis.
      Si cet ato t’intéresse sans pour autant souhaiter révolutionner ta vape, il y a son p’tit frangin, le Dvarw MTL, dont la ventilation sera plus proche de celle du Taifun GT !

  2. Le Dvarw DL original est arrivé hier, soit une douzaine de jours après la commande.
    Il est globalement mieux usiné que le clone, l’ajustement des différentes pièces est plus précis, les pas de vis n’ont aucun jeu en début de serrage. Il est également mieux fini, ses aciers sont polis et plus soyeux au toucher.
    Ses joints toriques sont de bien meilleure qualité, plus denses et plus accrocheurs.
    Et bien sûr, le bénéfice de sa vente va à ceux qui se sont donné la peine de le concevoir ! :yes:

  3. Quoi ???
    Un atomiseur sans réglage d’air flow, ni de réglage de juice flow ???
    Et en plus un tel archaïsme marcherait bien ?
    Et pourquoi pas un mod mécanique aussi ?!
    Il a l’air intéressant et t’as revue est belle, bravo pour cette 200°
    Tu le vapes à quelle puissance (en gros ?)

    • Personnellement, j’ouvre en général les juice-flows et les air-flows à donf pis j’y touche plus alors forcément, je suis pas traumatisé quand y’en a pas…
      Bon, quand même j’ai remplacé le réducteur d’air-flow du Dvarw du 3 mm livré par le 4,5 mm puis par le 4 mm qui me va bien.
      Peut-être bien qu’en effet ce genre de matos peut laisser certains vapotos sur leur faim niveau réglages mais il vape vraiment bien, à condition bien sûr d’apprécier le tirage aérien et les maxi-nuages.
      Les montages varient entre 0,5 (kanthal) et 0,7 ohm (clapton), je vape le Dvarw autour de 28 watts…

      • Ah oui, c’est raisonnable comme puissance.
        Moi aussi, je trouve souvent que, sur les ato bien conçus, les réglages au max vont souvent très bien : Tilemahos, Squape, Taifun…

      • Mais oui, y’a qu’avec les drippers que je frôle les 100 watts ;-) !
        Les RTA classiques comme le Dvarw ne me semblent pas faits pour prendre du lourd. J’ai essayé, bien sûr mais au-delà de 30/35 watts c’est la fête aux dry-hits et au goût de barbecue.
        Par contre, les gros drippers genre Magma “reborn”, Saturn, Obelisk, Kennedy, etc prennent 150 watts sans broncher… C’est une autre vape ! :yes:

  4. Belle 200ème revue :rose: et il est beau cet ato !
    200 revues : ça s’arrose immanquablement !

    Dommage qu’il n’ait pas de tank pyrex. Il doit sûrement y avoir possibilité d’en trouver un, comme il me semble qu’il n’y a pas de pas de vis dessus ? Le tout est de trouver la bonne taille en 24 mm de diamètre extérieur…

    Pour passer la mèche, tu peux faire un espèce d’enfile-aiguille avec un bout de kanthal plié en 2 dans lequel tu pinces le bout de la mèche.

    Effectivement, c’est un cousin du Taifun. Pas de nostalgie en ce qui me concerne, je ne lâche toujours pas mon TF GT2 ( avec tank pyrex ) : aucun ato ne l’égale pour l’Absinthe BB à qui il est dédié.
    Personnellement, je ne suis pas fan des réducteurs d’arrivée d’air car leur usage est bcp moins souple qu’une bague d’airflow.

    Henri, si tu testes le Dvarw MTL, je serais aussi intéressée d’avoir ton retour. :yes:

    • J’essaierai le bout de kanthal en mode enfile-aiguille… Là, je tords une des pattes de la mèche bien serré et la passe en “vissant” mais ça fait de la perte puisqu’il faut couper ensuite la partie tordue devenue inutilisable car trop compacte.
      KHW Mods ne propose pas de pyrex mais ils ont un tank ULTEM en option… Malheureusement, il n’est pas donné !
      C’est vrai que les réducteurs sont moins pratiques qu’une bague mais bon… Personnellement, je ne change que rarement les réglages quand j’ai trouvé celui qui va bien.
      J’ai un TF GT4 styled en stock qui marche pas mal du tout, il fera p’têt l’objet du 201ième article mais je doute qu’il ne détrône ton GT2 car cette famille d’ato a elle aussi évolué vers l’aérien… :unsure:

    • Hello Zaza, je suis en train de le tester et j’avoue que c’est un très bon atomiseur. Pour le moment je n’ai essayé qu’un seul air flow mais pour les personnes qui apprécient le MTL il a de très bons avantages: petit, 5 ml de liquide. ..

  5. Hi Zaza. J’acheterai le Dvarw mtl à mon retour de vacance et te dirai mon jugement sur sa vap. Le Gt2 ne m’a pas emballé et comme Nesquick l’indique “cette famille d’ato a évolué en aerien”. Je me suis tourné vers les FEV v3 et v4 qui m’ont permis d’apprécier les vaps plus aeriennes (toute proportion gardée bien-sûr ). Et bravo Nesquick pour cette 200ème.

    • Hello Henri,
      Le FEV 4 est un excellent ato que j’ai ( et aussi délaissé, eu égard aux pailles de mesh et son gabarit encore plus imposant que le TF GT2… ), mais que je ressortirais volontiers de mon tiroir ;-)

      Je ne suis pas sûre qu’il soit plus aérien que le TF GT2 sur lequel je vape – avec délectation – avec seulement 2 X 2 (petits) trous d’airflow ouverts la potion Absinthe BB ( vape froide idéale ), sur un coil de 1 à 1.6 ohm et 7 à 9 watts !

      Nesquick l’a reviewé ici ( et surnommé sans concession !): https://danyvape.com/fev-4-gros-moche-vape/

      Bonnes vacances à toi !

      • Pour ceux qui ont la flemme de rouler du mesh (ou qui préfèrent le conserver pour monter d’autres atomiseurs avec … :whistle: ) il existe les pailles “DLC” : ce sont des embouts à placer en remplacement du mesh ou de la corde pour alimenter le coton
        Elles sont au prix de 15 balles sur le site d’Arthur Schwartze (à privilégier) ou au même prix sur le site des revendeurs officiels pour la France des marques Flash E-Vapor, Taifun, Kayfun (Rien que leur nom m’écorche la gueule, mais ça reste un ressentiment purement subjectif)
        Sinon il en existe une version clonée sur un site des pays du soleil levant, usinées par ULTON, vendues par 3 paires pour la moitié du prix des officielles … Cherchez “ULTON FEV Wicks – Black” si ça vous tente … A noter que le site sur lequel vous serez renvoyé propose un large choix d’accessoires pour ce magnifique ato qu’est le FEV ;)

    • Merci :rose: !
      On va essayer de continuer tant qu’on aura envie et tant que le Cap’tain maintiendra son navire à flot.
      Je vais parfois faire un tour sur d’autres blogs de vape et franchement, le ton “ministre de la vape” largement répandu me gonfle toujours très vite. Je pense et j’espère qu’on réussit à ne pas tomber dans le “je sais tout” chez Dany et que ça va durer encore un peu…

  6. En raison de manipulations hasardeuses de ma part, j’ai du faire un back up du navire à samedi soir!
    Je m’en excuse, d’autant plus que j’ai perdu toutes mes modifs de ce jour et plein de coms de ce bel article… :-(
    Heureusement que mon hebergeur WP serveur fait des back up chaque jour…
    Ceux qui ont le courage peuvent reposter leurs commentaires.
    Ca arrive, c’est la 2ème fois que je me sers des back up; en 6 ans, ça va!
    Tant pis pour la refonte du site, je verrais ça plus tard :whistle:
    Toutes mes confuses…

  7. L’auteur « PHARE » du Navire Ns propose ici 1 Nvelle Fois 1 revue soignée, détaillée et exhaustive dont la qualité n’a d’égale qu’à l’humour habituel de ces écrits qui font largement oublier la longuesur nécessaire à un tel travail… :mail:
    MERCI Mr NES.. :good: , loin de l’habit d’apparat des « Ministres dla Vape », il en a pourtant largement les compétences, avec notre Cap’s, par la masse colossale d’informations diffusées, que l’on pourrait qualifier de Bibliothèque « Vivante », néanmoins toujours tourné vers l’AVENIR et les nouveautés.. C’est RARE !!

    Ce RTA me ferait-il retenter l’expérience à la rentrée…? Why Not :yes:
    Un ptit « CIAO » à tous les Pirates, de PARMA où l’on y trouve de grosses meules d’un fromage assez délicieux… B-) B-)

  8. Pas besoin de commenter la présentation, ni dans sa forme, ni pour son contenu… Juste à te remercier pour m’avoir définitivement convaincu !

    À peine reçu dans sa version MTL, et déjà le voilà orné d’un coil, monté sur un établi entre une pince et des raccords alpex… 6 spires espacées de ss316 en 28gauge sur un axe de 2.5mm pour une résistance mesurée à 0.76 ohm. Fi des graisses d’usinage quasi absentes dans sa version orientale. La cuisine en travaux ne permet pas (encore) un tel luxe…
    Montage du tank de 3.5ml pour allier contenance et cheminée plus courte pour garder chaudes les volutes du Dark Panda… Réglage de la valeureuse Evic VTC qui malgré son âge fait toujours bonne figure. N’en déplaise aux cicatrices qui la garnissent : 18 watts et 230°C… Ça semble correct pour l’insert de réglage d’arrivée d’air livré dedans. Du 1mm ? Pffft, peccadilles !!

    BLAM ! Une claque ! BLAM !! Une seconde !
    Sa filiation avec le GT premier du nom n’est pas volée…
    Les deux gouttes de cannelle ajoutées contrebalancent délicatement la pomme d’amour bien sucrée
    Pas de suintement. Pas de glouglou. Pas cette impression d’aspiration mouillée après plusieurs barres… Promesses tenues !

    Ne reste plus qu’à attendre réception de l’original dont la commande ne saura que trop souffrir de l’indisponibilité actuelle…

    • Hey, je t’ai convaincu de prendre un MTL avec la revue du DL ! :wacko:
      Les gars de KHW Mods ont l’air de maîtriser leur sujet, pas étonnant que la version MTL du Dvarw tienne la route. Quand on voit la qualité de vape obtenue en mode bien ouvert sur le DL, on peut aisément imaginer ce que donne le tirage restreint.
      Les deux versions du Dvarw étaient disponibles lorsque j’ai passé commande, le DL est passé en “out of stock” au moment où j’ai reçu la confirmation de commande et est repassé dispo quelques jours plus tard.

      • Yep, le nouveau batch est annoncé pour ce jeudi.
        Effectivement, tu détailles le DL, mais la conception du bestiau ne diffère que peu …
        Disons juste que mon aversion pour la multiplication des joints toriques me tiraillait encore …
        Les habitudes ont la vie dure :wacko:
        Une version en 16mm est même à l’étude … (parfait pour le Satmod en 14500 :heart: :rose: )

  9. Me voilà retourné sur 1 RTA … Pour un Temps sûrement , Très Bon Ato ?
    Tout comme tu l’a décris, en montage simple Kanthal, et Bhein C pas Dégueu de ne pas avoir à Trimbaler de Fioles pour Dripper, j’avais oublié :unsure:

    J’ai lu entre temps d’autres Revues, il a Qd même reçu un Bel accueil, pour les initiés, loin des Chinoiseries à la mode du moment , qu’il faut vaper à 80w mini.. :whistle:

    En fait, la réflexion suivante m’est venue, la Qualité de l’airflow Est définitivement 1 des points clefs de la réussite d’un Ato, et je ne parle pas uniquement de la taille ( ici en 3.5mm pr l’instant..) mais Bien de la gestion du Flux d’air, qui est tellement différente selon les modèles.. ICI RÉUSSI ???

    Et pour finir ds le même esprit , j’ai ressorti le RECOIL REBEL RDA, je n’utilisais Qu’à ce jour , la cloche 4 Trous, pourtant l’autre 2trous, a la particularité de les avoir inclinés, RÉVÉLATION ..!! C ‘est une AUTRE Vape :yahoo: Les RDA seront toujours plus DIRECT sur cet aspect que les RTA mais Qd même bien séduit par ce DVARW DL … B-)
    MERCI NES.. :yes:

  10. ET j’en remets 1 Couche…!! Avec les 2 Tanks, je Propose du coup à mes Juices REF. une belle Ballade depuis cette aprèm avec Cet Ato.
    Peut-être trop Habitués à se faire CRAMER la truffe en RDA, ils se régalent et Moi aussi… :yahoo:
    EXCELLENT ATO vraiment et effectivement aucune Fuite à déplorer .. :good: me voilà reconcilier avec les RTA.. :yes:

  11. Yo
    MAGIQUE cet ato!!!
    Et pour ceux qui veulebnt rester en 24mm (comme moi), le MLT étant un 22mm; et ceux qui le trouve trop aérien comme moi, il reste la solution du réducteur de réducteur… à savoir celui du GT3 (diable il est partout ce Taifun)
    Il passe au top dans le réducteur 3mm du Dvarw DL.
    Le tout monté avec 04* tours de Ka1 0.5mm sur diam 3mm en méca,
    mesh paille pleine 400# dans le coil, coton pour l’alim; je peux vous dire que c’est le top!!!
    Mon GT3 est dans le tiroir à ato, mes Genny aussi….

Répondre à mexicano Annuler la réponse

Vaporesso Swag 80W à la sauce Pico

Le liquide tabac c’est tabou?