in ,

Box VMW subhom d’Anyvape, une box à part

Anyvape n’est pas le plus connu des fabricants chinois (Shenzhen) ici en France. Il l’est d’avantage en Asie depuis 2012. Le créateur du Peakomiser, de l’ato tank Sega tank, sort une box mod très particulière que j’ai eu l’opportunité de tester : la VMW Subhom 80 watts.

v2Capture

Comme son nom l’indique le mod est fait pour le subhom. Elle accepte les résistances dés 0,18Ω et a une puissance de 80 watts.

Niveau look c’est presque un plagiat de la Istick d’Eleaf. Chez Anyvape on a fait simple pour ne pas dire simpliste. Pas d’écran, juste trois loupiottes bleues qui indiquent le niveau de charge de la batterie. Un switch carré en plastique. Une prise USB, le port 510 et c’est tout. Ce n’est pas un régime sans sel, c’est un régime spartiate !
v1Capture
Les finitions font un peu cheap surtout le haut et le bas du mod : deux plaquettes, en je ne sais quoi, vissées à la box font un effet cache misère immédiat. Et pourtant…

Avec cette box vous ne contrôlez rien d’autres que le switch on/off. J’en connais beaucoup qui ne vont pas aimer de n’avoir aucun contrôle, aucune indications sur la box. C’est comme ça avec la VMW, on visse l’ato ou le clearo. On appuie sur le bouton carré et c’est parti.

De quoi être déstabilisé…

Pourtant j’apprécie cette box très mini (plus petite qu’une Cloupor). Pour deux raisons.
d1e8abda3adb2e830584baeb5072d76b
D’abord elle a une autonomie de 2500mAh ce qui est pas mal du tout. Pour exemple j’ai pu vaper pendant deux jours avec un mini Nautilus (en 1,8>Ω). Une journée entière ou presque avec un Nano Subtank (en 0,5Ω). Excellent quant on sort car on a un sentiment de tranquillité absolu. Plus de peur de tomber en panne de batterie. J’aime. Elle se recharge par USB et Anyvape déconseille une recharge autre que par secteur. Tiens?

Évidemment avec un ato en subhom l’autonomie diminue d’autant. En 0,30 ohms c’est quelques heures (j’ai pas compté combien). C’est le prix du sub subhom…
DSC05711-500x500
L’autre point appréciable, selon moi, c’est cette absence de contrôle sur l’ato. En effet, comme c’est du prêt à vaper, vous n’avez pas besoin de vous soucier du rapport watt/résistance. C’est à dire qu’une fois vissé, la box reconnaît la valeur de la résistance de l’ato, et calcule une puissance optimale pour ne pas brûler la résistance. Je rappelle qu’il n’y a pas de bouton + ou -. On ne peut pas régler l’intensité des watts !

rBVaG1T2p-yALJhFAAHoRqR7aGI607

Concrètement, que je mette un clearo classique ou un dripper en subhom, je n’aurai jamais de dry hit. C’est une vape en pilotage automatique. Je passe d’un ato à l’autre sans la crainte d’une erreur de réglage. J’aurais toujours une vape optimale.

La box a un chipset qui assure, si l’on en croie la notice traduite, toutes les protections de rigueur pour vaper en toute sécurité. Protection anti court-circuit, anti surchauffe…
v4Capture
Bref malgré son aspect low cost regrettable pour ses (environ) 45€, j’aime bien cette petite boite très agréable au quotidien et très polyvalente. Avec une taille mini en bonus. A voir si les vapoteurs l’adopteront, ou pas…

Ecrit par Cap's

Dany, fondateur du Danyvape et de Danyworld
Plus de clopes depuis le 1er jour, le 21 sept 2012...
À l'abordage !!

9 Comments

  1. Surprenante, cette box… Elle présente des caractéristiques plutôt top (0.18 ohm, 80 watts) tout en restant minimaliste au niveau des réglages.

    Pourtant, la population sensible à ces caractéristiques risque d’être plutôt geek, donc friande de paramètres et de réglages.

    Mais ça peut en effet le faire, le produit couvrant une large plage d’utilisation en toute simplicité, à un prix raisonnable. L’idée est peut-être même très bonne…

  2. C’est le genre de ma batterie Aspire Subohm que j’adore!
    Rien à faire, juste appuyer sur le switch quand c’est chargé à fond.
    Je l’utilise tous les jours avec le Delta2, mon ato préféré du moment mais c’est trop grand pour aller au boulot avec…
    Pour moi c’est une bonne idée car 90% des vapoteurs ne sont pas des geeks sinon il y aurait 500 vapoteurs en France :whistle:

    • Idem
      je comprends comment le chipset s’autorégule pour ne pas envoyer trop ou pas assez de watts dans les résistances des différents cartos .clearos ou atomiseurs ? :unsure:

  3. Est-ce qu’on peut accéder quelque part au graphe des puissances envoyées en fonction de la valeur des résistances ? J’imagine facilement qu’on est à 80W à 0,18 Ω mais quid des autres résistances ? Vu la taille de la batterie et la durée d’utilisation à 1,8 Ω, on peut supposer qu’elle envoie dans les ~10 W, 40W (au pif) pour du 0,5 Ω ? La relation ne doit pas être linéaire (quoi que ça serait tellement plus simple pour le chipset).

    • Une bonne part de l’intérêt de cette box réside en effet dans la manière dont elle sélectionne la puissance envoyée… Je m’étais également posé la question du critère de sélection à la lecture l’article et m’étais dit qu’elle devait appliquer la loi de Ohm en utilisant son chipset pour extraire la puissance théorique de l’accu de manière optimale, comme le ferait une box électro mais il faudrait alors que le firmware « choisisse » une tension de travail.

      Si on utilise les valeurs limites pour calculer cette tension de travail, on aurait selon U = √P * R, U = √80 * 0,18 donc U = 3,8 volts, ce qui ne serait pas délirant avec nos accus.

      La box pourrait ensuite appliquer la même loi de Ohm pour calculer la puissance à envoyer et utiliser son chipset pour pallier la décharge de l’accu… Par exemple à 0,5 ohm on aurait selon P = U² / R, P = 3,8² / 0,5 donc 28,8 watts.

      Enfin, c’est une supposition…

    • Oui, ce n’est pas délirant comme supposition. De plus travailler avec un tension de travail « faible » à 3,8 V permet de s’assurer une autonomie correcte sans délivrer une puissance trop « forte ». Avec une tension posée à 4,2 V fictivement, on aurait une puissance à 0,5 Ω de 35,28 W. J’ai été relire un peu le manuel d’utilisation, ils disent que la puissance de 80 W est à 0,2 Ω (à mon avis, c’est pour garantir la précision de la mesure de la résistance par le chipset), ce qui donne une tension de travail de 4 V plutôt que 3,8 V. On aurait à 0,5 Ω, une puissance de 32 W (Étonnant non :D ). C’est pas déconnant du tout. Pour le fun, le graphe a 4V . (Fait à la va-vite avec le premier outil trouver sur le web).

      Vu la simplicité du raisonnement, j’en reviens à me demander si ce n’est pas aisée d’implémenter ce genre de chipset de manière libre/ouverte/DIY (choisissez votre barque) pour le faire maison. On parlait de puce ARM pour les DNA de mémoire, c’est trouvable un peu partout ce genre d’outil. À voir avec les gens qui travaillent dans l’embarqué pour savoir ce qui peut être faisable ou non. Parce qu’une fois la courbe de calibration établie et la sécurité de travailler à tension constante (via le chipset), ça le fait.

    • S’il existe réellement une tension de travail définie, la box n’a pas besoin de gérer le cas où la puissance demandée est inférieure à celle produite par l’accu pour une résistance donnée, ce qui est une simplification par rapport aux chipsets de boxes électro « standard ».

      Mais même si l’algorithme de calcul du nombre de « pulses » à envoyer au système capacitif en fonction de la tension mesurée aux pôles de l’accu pour obtenir une décharge correspondant à la puissance souhaitée ne paraît pas a priori insurmontable, faut quand même se le fader… :wacko:

      Et après, immersion dans le grand flou me concernant… Faut un microcontrôleur, un voltmètre, un mosfet, des condensateurs et sûrement plein d’autres trucs, tout ça devant communiquer sur un circuit imprimé grand comme un timbre-poste… Gloups…