Squonking et bottom feeding occupent pas mal l’actualité du microcosme vaporeux ces temps-ci. Le sujet n’est cependant pas nouveau, plusieurs vagues d’engouement pour cette technique de vape étant déjà venues se briser stérilement sur le rocher de ma quasi-indifférence. Oh, je n’ai rien contre le squonking mais ne parvenant en général pas à doser la montée du liquide dans la cuve du dripper, je me retrouve obligé de l’ouvrir pour contrôler, ayant du coup aussi vite fait de lui verser une vingtaine de gouttes direct sur les mèches via le drip-tip sans m’encombrer de plots à trous et de boxes à bouteille. Il aura donc fallu l’influence conjuguée des matelots Kanti et TheFlow puis la rencontre inopinée de la superbe box Dovpo Topside proposée à 50,48€ (+ 6,71€ pour un envoi en Colissimo) par le site CigaBuy pour que j’y revienne une fois de plus, après à peine une petite semaine d’attente de livraison.

Découverte de la Topside

Dovpo, jusqu’ici abonné au matériels ingénieux mais faiblement réalisés tels les boxes GX-200 et TC-50W, a visiblement décidé de franchir le pas du “high-end” en offrant un packaging limite luxueux à sa box Topside.

C’est en effet un écrin de plastique à couvercle coulissant des plus esthétiques qui abrite la Topside, tellement chouette qu’on en hésiterait à le mettre tout de suite à la benne. Le couvercle se retire sans effort pour dévoiler une belle box dont l’aspect soigné et bien fini saute immédiatement aux yeux.

Le bouton de mise à feu, fort bien ajusté, ne présente aucun jeu et ne tourne pas dans son logement. Son touché est agréable, sa course faible et il ne clique pas plus que nécessaire lors de la pression. Les boutons “+” et “-” sont du même tonneau, contribuant activement à une excellente première impression. L’afficheur OLED de 0,96 pouce est bien lisible et donne toutes les informations attendues par la majorité des vapotos.

La forme générale de la Topside rappelle celle des superbes boxes Dicodes / PipeLine pour une agréable prise de contact. J’aurais pour ma part préféré un revêtement caoutchouteux à la peinture granuleuse choisie ici mais le touché reste néanmoins fort plaisant. Des dimensions de 92 x 54 x 27 mm placent cette box dans la catégorie des tailles moyennes, elle s’avère raisonnablement encombrante et tombe très bien en main. Le flacon de silicone est soyeux et souple, on ne risquera pas de se démettre le majeur en lui appuyant sur la truffe.

Le haut de la box montre un connecteur 510 percé de bonne facture, dont le bord isolé par un joint robuste inspire confiance. La pièce visible au-dessus du connecteur est le bouchon fermant hermétiquement le réservoir de liquide, il se dévisse sans difficulté.

Et bien voilà, le scoop est ici balancé en loucedé, l’air de ne pas y toucher mais il vaut largement son pesant de cahouètes ! La Topside se remplit en effet par ce vaste orifice sans nécessiter de démontage du flacon silicone, direct de la bouteille au réservoir, sans en mettre partout et sans inonder les entrailles électroniques de la box d’un jus corrosif toujours prêt à mettre la grouille. M’sieurs-dames de chez Dovpo et TV Creation, co-concepteur de la Topside, chapeau bas !

Nul doute que le dessous de la box ne nous intéresse que moyennement après un tel choc mais nous pouvons tout de même y jeter un œil sur le cliché ci-dessus. Il s’agit d’une trappe permettant d’accéder au flacon et à l’accu dont la capacité à perdurer restera le seul doute exprimé face à un matériel par ailleurs fort proprement réalisé.

La Topside accueille naturellement les accus aux formats 21700 et 20700 mais digérera également les 18650 grâce à un adaptateur fourni. Gageons cependant que dans ce dernier cas, elle peinera sans doute à fournir les 90 watts promis par la documentation.

Après ces considérations déjà supérieurement intéressantes, offrons nous sans tarder un petit zoom sur la particularité principale de cette Topside, son système de bottom-feed en forme de jamais vu.

Le bottom-feed de la Topside

Comme on l’a déjà entre-aperçu plus haut, la Topside propose un mécanisme BF innovant, permettant un remplissage rapide et facile par le haut de son réservoir à liquide.

Le flacon de 10 ml embarqué par la Topside n’est pas une simple fiole de plastique comme on en voit le plus souvent. Il s’agit d’un appareil plus complexe constitué d’un bâti métallique dans lequel se glisse le réservoir proprement-dit, surmonté d’un capuchon tenu par deux vis latérales.

On reconnaît sur la photo ci-dessus l’orifice de remplissage du flacon évoqué plus haut et on découvre celui permettant au liquide de remonter vers le connecteur 510. Le mystère s’éclaircit totalement en observant le flacon de la Topside démonté :

Ah oui, c’est malin… Sous la pression, le liquide contenu dans le flacon remonte par le tube et se trouve dirigé vers l’atomiseur lorsque le couvercle du compartiment à liquide est en place. Le nettoyage du réservoir lors d’un changement de liquide s’en trouve néanmoins pénalisé puisqu’il nécessite un démontage complet, devenant vaguement fastidieux. Hum… Heureusement, il y a de quoi nous consoler de ce petit détail à peine déplaisant :

Héhé… Dovpo nous fait la grâce d’accompagner sa box d’une deuxième fiole dotée d’un bouchon autonome permettant de la transporter pleine sans aucun risque de fuite. Ah, misère… Que tout ceci est bon ! Quoi, le câble USB ? Ben oui, y’en a un. Tenez, voici pour finir la photo récapitulative des accessoires accompagnant la Topside et tout le monde sera content.

Utiliser la Topside

Entre autres innovations, la Topside présente la particularité de frapper aux portes de nos chaumières en mode VW ou bypass mais sans mode TC ! Que les vapotos pratiquant ce mode se rassurent, une mise à jour de firmware disponible sur le site de la marque permet de l’obtenir. Je n’avais pour ma part aucunement l’intention de flasher ma box mais après avoir constaté que ni le mode bypass, ni la fonctionnalité de verrouillage pourtant annoncés opérationnels ne fonctionnent avec le micrologiciel installé par défaut, je me pose sérieusement la question.

À ce détail près, la Topside fonctionne parfaitement, son mode de remplissage fait merveille surtout si l’on suit les suggestions du matelot Kanti en abandonnant les traditionnels drippers percés au profit d’un RDTA équipé pour le bottom-feeding tel le Flave visible sur la photo ci-dessous !

Le remplissage du réservoir est en effet parfaitement maîtrisé sur ce genre d’atomiseur puisqu’on peut suivre la montée du liquide sans rien démonter. Voilà qui élimine mon principal reproche à la technique du “remplissage par le bas” et fait de la Topside ma box préférée depuis quelques jours, malgré un petit doute sournois.

Je manque encore de recul pour un jugement définitif mais suspecte la Topside de dévorer les accus à un rythme un peu trop élevé à mon goût. Dans cette box, le beau Samsung 40T vu ci-dessus qui n’est pas à proprement parler une quiche en terme d’autonomie tient en effet une grosse demi-journée de vape alors que la Tesla Invader IV n’épuise une paire des mêmes accus qu’en deux jours, avec le même atomiseur. Bon… Peut-être est-ce moi qui vape en mode porkasse, emballé par ce matériel tout neuf fortement plaisant, peut-être aussi que la mise à jour du firmware résoudrait le problème. Affaire à suivre mais en attendant…

Bonne vape BF à toutes et tous, en Dovpo Topside ! :bye:

Erratum :

Le mode bypass et le verrouillage de la box fonctionnent avec le firmware standard, faut juste garder les combinaisons de touches (fire / moins pour bypass,  plus / moins pour verrouiller) appuyées pendant deux siècles pour les activer.