in

J'adoreJ'adore

Black Note : l’excellence, le naturel, un savant voyage des sens

Par Fil et Nesquick :mail:

Les liquides au goût tabac ont longtemps véhiculé l’image d’une escroquerie destinée à tracer aux fumeurs en quête de sevrage une voie facile vers l’adoption d’une machine à vaper, trop souvent alimentée par des liquides de synthèse plus ou moins réussis, n’ayant souvent du tabac que l’image ornant leur flacon. Une alternative remarquable à ces liquides approximatifs existe cependant bel et bien, illustrée par les travaux de véritables spécialistes du tabac, de passionnés capables de produire des liquides de très haute qualité, portant la dégustation à d’insoupçonnables niveaux de complexité et de plaisir. Nous avons, sur DanyVape, eu la chance de croiser Sandrine Serra, responsable marketing chez Smooke-France, pour une initiation aux liquides issus de la macération de véritables feuilles de tabac proposés par les italiens de Il Vaporificio et ce fut une révélation.

Quelques mois plus tard, la gamme de Il Vaporificio franchissait l’Atlantique pour rejoindre le giron de l’assembleur américain Black Note, attirant par la même occasion notre attention toute particulière. Renseignements pris, nous avons découvert une histoire commune entre Black Note et Il Vaporificio, écrite autour du procédé d’extraction à froid des italiens, illuminée par une passion commune des deux assembleurs pour leur matière première, le tabac. Lorsque Sandrine nous a proposé, à Fil et moi, de goûter les produits Black Note, nous n’avons pas hésité l’ombre d’une fraction de seconde avant d’accepter…

Outre la curiosité vis à vis de produits proposés par l’association de deux des meilleures maisons spécialisées dans le macérat de tabac, nous étions également ravis de pouvoir en parler de concert, sur un même article. L’idéal aurait sans doute été de déguster face à face autour de quelques breuvages bien adaptés au contexte en notant nos impressions en temps réel mais l’éloignement géographique ne nous l’a pas permis. C’est donc une revue croisée que nous proposons ici, avec nos remerciements les plus chaleureux à Sandrine dont la gentillesse, le professionnalisme, l’implication et la disponibilité restent les clés de voûte essentielles de ce voyage au pays des tabacs à vaper.

C’est quoi un Black Note ?

Les liquides Black Note sont donc des macérats, des liquides obtenus à partir de véritables feuilles de tabac. Les assembleurs de Black Note utilisent des plantes de qualité supérieure, parfois rares, dont les arômes sont extraits par une technique à froid complexe mise au point en Italie, réputée pour la qualité des résultats obtenus. L’élevage d’un macérat n’est pas une mince affaire et nécessite de deux à trois ans de soins.

Le mieux, pour une imprégnation de l’esprit Black Note reste sans doute d’aller faire un petit tour sur leur fort élégant site et d’y passer quelques minutes, jusqu’à tomber sur cette phrase troublante et révélatrice, « Black Note is the second-best alternative to smoking. Quitting altogether is the first ». On peut aussi jeter un coup d’œil à leur chouette vidéo, afin de comprendre un peu mieux les origines de cette gamme de six liquides aux noms empruntés au monde de la musique qui nous arrive aujourd’hui.

Pour cette revue, Fil et moi avons reçu la version européenne des Black Note, conditionnée en emballages cylindriques contenant chacun trois tubes cartonnés hébergeant chacun une fiole de 10 ml dosée en 3 mg/ml. Les liquides sont également disponibles en 0, 6, 12 et 18 mg/ml, chacun jugera de l’élégance d’un packaging plutôt réussi :

À ce stade du voyage, nous comprenons ce que nous commencions à entrevoir, à savoir la position à part de Black Note et de ses produits, situés au sommet de ce que peut être la qualité en matière de tabac macéré. Ces liquides sont en effet le fruit d’une démarche, d’une déontologie toute particulière et nous sont de plus proposés avec goût et raffinement. L’impression produite est bien celle de produits d’exceptions dont la dégustation se déroulera avec tout le respect et la concentration requis !

Ça se vape comment, un Black Note ?

Un liquide Black Note se vape comme tout autre liquide dans un dispositif doté d’une mèche et d’une résistance connectée à une source d’énergie électrique. On peut bien sûr choisir le « set-up » de tous les jours pour assurer une comparaison équitable avec les liquides habituels, on peut également mettre les petits plats dans les grands et sélectionner ce que l’on a de meilleur pour sublimer encore l’expérience.

Les « set-ups » de Fil

Après avoir un peu hésité, j’ai choisi trois set-ups différents (deux pour les tabacs et un pour la menthe). Tous me servent à tester habituellement, car je leur trouve une transparence et une capacité claire et objective à restituer les strates d’arômes.

Le « set-up » de Nesquick

J’ai pour ma part choisi une des meilleures associations dont je dispose pour servir au mieux les liquides Black Note et m’y suis tenu pour chacun des six liquides de la gamme.

Il s’agit d’un dripper « Legacy », un très bon RDA mono-coil orienté saveurs monté en Kanthal 0,5 mm et affichant 0,55 ohm, animé par une Tres Equis, une box mécanique triple 18650 évitant toute interférence électronique parasite entre la vapeur et son vapoto.

C’est bon comment un Black Note ?

Et bien nous y voilà, que le voyage commence !

Quartet

« A rare blend with a remarkable flavor, Syrian Latakia tobacco is first sun-cured and then smoke-cured using aromatic herbs and fragrant woodsy plants in controlled fires. The result is a peppery, smoky taste that’s as robust as it is delicious. »

Par Fil

Latakia, développement circulaire, harmoniques étageant tourbillons de cade, cyprès, genièvre, branches épineuses de poivre-feu, braises aromatiques d’un matin rescapées de nuit d’été, tonalité majeure ? absolue. Gamme solaire, « diabolus in musica », fusion.

Par Nesquick

Quartet s’annonce comme un Latakia syrien que nous nous garderons bien de confondre avec son homologue chypriote car même si les techniques de séchage et de préparation de ces tabacs sont voisines, le Shekk El Bint est paraît-il plus rare et bien meilleur que le Smyrna. Quoiqu’il en soit, toute similitude avec le gros kéké fraîchement nourri au Wikipedia écartée, nous sommes ici devant un produit haut de gamme considéré par les spécialistes comme une véritable friandise d’amateurs éclairés. Séchage au soleil, fumage au chêne Valonia, au pin d’Alep, au cèdre du Liban, au genièvre de Grèce saupoudré d’épices locales, voilà qui nous met quand même dans nos petits souliers au moment de tirer la première taffe qui de fait s’avère énorme. Le cuir fin et la paille fraîche, humides et sucrés, sautent littéralement à la truffe, plus fins et plus denses que chez tous les macérats que j’ai pu goûter à ce jour. La saveur est si intense que la feuille de tabac brune, longue et étroite du Latakia s’en matérialiserait presque sous les paupières mi-closes, le temps pour les saveurs fumées et poivrées légèrement amères embusquées en second rideau gustatif de s’emparer des avant-postes en un paroxysme de vigueur généreusement musclée. Quartet s’apaise ensuite progressivement en cours d’exhalaison, d’une façon totalement surprenante, se parant d’effluves de caramel d’abord brûlé de fumée mais s’adoucissant lentement jusqu’à rappeler le gâteau Spéculoos puis le sucre roux en fin de bouche. Même si le qualificatif flatteur est bon marché sur ce genre d’exercice, je dois reconnaître avoir trouvé ce Quartet juste… Extraordinaire !

Sonata

« Dark ripe Virginia tobacco is treated to a centuries-old curing process, producing a robustly rich and intense blend. Virginia tobacco leaves are precisely primed, oak barrel-cured, and steamed to brilliant intensity. »

Par Fil

Cavendish en potentiel de fond, la feuille est là, elle travaille, assidue, la terre est plus argile que sable, caramel onctueux, elle joue avec la limite d’un feu, s’en approche juste assez pour éprouver l’ardeur craquelée du roussi, caramel à peine flambé, tonalité majeure ? pas encore. Gamme tendue cherchant l’altération, tentation.

Par Nesquick

Sonata est un Cavendish… Le Cavendish n’est pas un plan de tabac mais un procédé d’obtention dont les origines remontent au 17ième siècle. Il s’agit ici de placer un paquet de feuilles de tabac préalablement fumées arrosé de mélasses plus ou moins aromatisées sous pression et de le chauffer en atmosphère humide. Ainsi traité, le tabac utilisé se charge de sucre tandis que ses arômes gagnent en vigueur et en intensité. Contrairement à ce que l’on aurait pu craindre après pareil traitement, le tabac Virginia choisi par Black Note pour Sonata garde une certaine sécheresse à l’inhalation, évitant l’effet sirop tout en restant bien sûr assez sucré. Le festival gustatif commence ensuite par des saveurs animales enroulées autour des cuirs évoquant très clairement les plus fines effluves d’une boîte de bons cigares fraîchement ouvertes avec une belle précision non dénuée de nerf. Sonata parvient à allier vigueur et douceur en un remarquable tour de passe-passe, pas très éloigné de la sensation de combustion produite par les cigares et cigarettes de qualité. La nature Cavendish de Sonata arrive sur le tard, en fin d’inhalation où son tissu sucré mêlé à la belle longueur en bouche des saveurs du tabac laisse perplexe. J’ai eu l’impression d’un fruit, prune ou cerise, qui aurait pu participer à l’imprégnation des feuilles mais laisserai une truffe plus acérée que la mienne confirmer ou infirmer cette hypothèse. Je me contenterai pour ma part de recharger le dripper et d’y retourner avec un plaisir non dissimulé !

Legato

« Enjoy the earthy and nutty flavor of Italian Kentucky tobacco, fire-cured to release the plant’s natural resins. This American tobacco cultivar is grown in Tuscany and features an undeniably earthy flair. »

Par Fil

Plant de kentucky environné, à peine fumé, enrobé, aux attaques violentes et toscanes contrariées, déjouant l’attente de la feuille brutale, puissance du tabac italien se rattrapant in extremis aux nervures par ses fortes effluves, douceur enchaînante d’un étrange contrepoint, lié, peu, beaucoup, tonalité majeure ? de justesse. Gamme diminuée, symétrique, « angelus in musica », émotion.

Par Nesquick

Legato est construit sur un tabac Kentucky, historiquement implanté aux États-Unis mais provenant ici des collines toscanes italiennes. Le traitement apporté à la plante reste vraisemblablement dans la tradition américaine, les feuilles étant séchées à l’air puis légèrement fumées au bois de noyer blanc, de chêne ou d’érable. Le Kentucky, décrit comme peu sucré et naturellement chargé en nicotine annonce un liquide macéré sec et vigoureux que nous rencontrons dès la première inhalation, restant cependant dans la mesure et l’équilibre grâce au savoir-faire des experts de Black Note. Les saveurs de cuir typiques des liquides à base de tabac s’effacent ici au profit d’un arôme plus minéral voisin de l’odeur des pierres à feu. Rien d’agressif cependant, le fond de goût restant moelleux, très légèrement sucré. À l’exhalaison, Legato évolue vers une belle complexité d’arômes bien difficile à décoder. L’impression est en effet fruitée, presque florale tout en restant nettement sur les saveurs typiques du tabac avec une belle longueur en bouche. Legato s’avère surprenant à la dégustation, parvenant grâce à un jeu de miroirs gustatifs à nous entraîner vers des saveurs terriennes brodées autour d’un cœur de goût indubitablement classique. Quel dommage pour les sens de devoir aujourd’hui en tant qu’ancien fumeur éviter comme la peste tout tabac consumé car j’aurai bien aimé goûter une clope du Kentucky de Legato… Mais bon, rien ne prouve que l’expérience ne soit meilleure qu’une bonne séance de vape à la mode Black Note !

Solo

« Turkish small leaf tobacco is sun-cured then overlaid with a menthol extract derived from genuine peppermint leaves. The result is a fresh, crisp, mellow and ultra-smooth experience. »

Par Fil

Menthe et tabac, ménage incroyable stable, mélange plant(s) contre plant(s), dualité fait solo-miracle, immédiat, alchimie redoutable, indubitable, feuilles réelles avec feuilles réelles, à feuille égale, multitude, tonalité majeure ? oui, précise. Gamme be-bop, note noire, note bleue, note verte, union.

Par Nesquick

La dégustation de Solo, le tabac mentholé de la gamme, a été la plus délicate à appréhender. En effet, la présence de menthe peut amener un air connu dans des mixtures complexes et les rendre de ce fait plus abordables mais peut également brouiller largement les cartes par sa forte présence gustative parfois située à la limite de l’intrusion. À l’ouverture, le flacon rassure et inquiète à la fois car si le menthol ne saute pas aux narines, on ne peut non plus déterminer s’il sera plutôt blanc poivré ou vert « chlorophylle ». Il faudra donc goûter pour en avoir le cœur net… La première impression produite est assez entière, comme celle d’un mélange harmonieux. La base de tabac turque est bien perceptible, ronde et goûteuse dans des couleurs brunes et boisées, large en bouche comme un chocolat. La menthe s’y pose entre vert et blanc, fine, profonde, sucrée et extrêmement précise. Ses saveurs rappellent celles des bonbons blancs et tendres Mint’Ho de Kréma, ni trop mièvres, ni trop aiguisées. Les assembleurs de Black Note me paraissent redéfinir ici la célèbre alliance gustative à succès entre tabac et menthe, déjà popularisée par de nombreux fabricants de cigarettes, souvent dénaturée par un dosage trop fort ou au contraire trop faible de la menthe par rapport au tabac. Inutile après cela de dire que j’ai énormément apprécié la proposition gustative de Solo et son parfait équilibre, je lui ai même trouvé un effet relaxant des plus étranges. On pourra bien sûr douter de cette allégation sans preuve mais par contre, la vitesse record d’assèchement du flacon restera tangible et bien réelle !

Prelude

« Virginia tobacco sets the stage for the light, bright and naturally sweet taste of Prelude. Grown in the sandy plains surrounding the Italian Alps, Virginia tobacco leaves are flue-cured to perfection. »

Par Fil

Tabac de Virginie brut, augmenté, poudreux mais enrobant, soupçon de cassonade à gros grains, gâteau sec en texture régulière, tabac stable et dolent, tonalité de doux accord, majeur ? mineur ? non. Gamme tendre et apaisante, et forte, nonchalance feinte, affectée, séduction.

Par Nesquick

Étant jeunot, j’achetais volontiers un paquet de Craven « A » pour les grandes occasions. J’aimais bien le goût puissant de ces clopes vendues sans filtre dans de larges étuis plats de carton rouge frappés de l’image d’un chat noir. C’était il y a longtemps, bien avant la vape et encore plus loin des liquides Black Note. Aux premières taffes de Prelude, décrit comme construit sur un tabac Virginia issu de plaines sableuses voisines des Alpes italiennes, il s’est passé un truc bizarre genre madeleine de Proust. La vapeur avait très précisément le goût des Craven « A » ! Du coup, je me suis renseigné pour être sûr de ne pas raconter de salades et ai découvert qu’en effet, les Craven « A » sont fourrées exclusivement de Virginia, fait relativement rare dans le monde des cigarettes où les garnitures sont le plus souvent des « blends », des mélanges de différents tabacs. Je ne m’attarderai pas sur l’incongruité de ce rapprochement d’un liquide vapé au bon souvenir d’un tabac fumé après avoir tant dit et pensé que combustion et vaporisation n’avaient rien à voir au plan gustatif pour tenter de décrypter au mieux les remarquables saveurs du liquide proposé par Black Note. J’aurais envie pour Prelude de parler de brillance, de scintillement. Son fond de saveur rappelle un cuir très adouci, comme vieilli, laissant immédiatement la place à une subtile amertume un peu âcre comparable à l’odeur d’un bois vert fraîchement coupé. La présence discrète du sucre maintient le parfait équilibre jusqu’à nous entraîner vers plus de rondeur brune, à la limite du cacao. En un mot comme en cent, Prelude est excellent.

Forte

« Burley tobacco provides a rich, smooth experience in this crowd favorite. Cultivated on the foothills of Italian volcano Vesuvius, the tobacco is sun-ripened, shade-cooled and bursting with full-bodied flavor. »

Par Fil

Plant de burley, caractère… et retenue, intériorité puissante et voilée, fève de cacao râpée, mais à l’amertume non exacerbée, astringence aperçue dans les détours de sa rondeur, dans les bréves, rares failles de sa constance de tabac profond, tonalité résolument mineure ? peut-être. Gamme mélancolique et tendue, absorption.

Par Nesquick

Forte s’annonce sec et puissant à l’image de son tabac d’origine, le Burley. Cette variété de tabac est en effet décrite comme riche en nicotine mais pauvre en sucres, à tel point qu’il est courant de lui adjoindre quelques adjuvants bien choisis pour adoucir sa rudesse naturelle. L’origine du Burley choisi par Black Note pour son Forte est italienne, les plants provenant de la région de Naples. La dégustation ne fait pas mentir cette description musclée, Forte arrive en fanfare porté par un goût très net de feuille séchée gorgée de hit. L’impression est puissante comme celle produite naguère par les cigarettes brunes de type Gitanes mais la saveur de la mixture sait néanmoins rester précise, entre cuir et foin, légèrement poivrée, en un mot superbement « tabac ». Bien sûr, se contenter de dire qu’un macérât à un goût de tabac n’apportera pas de révolution notoire au microcosme qui vape mais il faut quand même souligner que le niveau de qualité gustative affiché par Forte est bien rare en vape et que son décryptage reste évidemment complexe. S’il faut absolument aller plus loin, je pense pour ma part avoir décelé quelques fruits rouges situés entre groseille et cassis en fin d’exhalaison mais je laisserai bien prudemment à chacun le soin d’établir sa propre vérité sur ce sujet délicat.

Le mot de Nesquick : Un voyage au-delà de l’excellence

J’ai toujours été attiré par les liquides au goût de tabac et ce depuis le premier jour de vape où je m’y suis essayé sur deux D’lice, un Virginia et un Tabac-menthe. Plusieurs marques, plusieurs promesses sont depuis passées par mes atomiseurs et je dois avouer avoir parfois rencontré des liquides de grande qualité, des saveurs hautes en couleur et en complexité. Ces six Black Note ont fait le ménage sur mes avis, remettant même en cause le fameux théorème « aucune vaporisation n’aura jamais le goût de la combustion ». Ce sont à ce jour les meilleurs jus « tabac » qu’il m’ait été offert de goûter.

Jusqu’aux prochains, me direz-vous… Oui, peut-être en effet. Mais peut-être pas…

L’analyse de Fil : Sous les signes savants des sons et des saveurs ?

Identité et personnalité

Bonne surprise, ces six tabacs ont tous une différence marquée avec les autres macérats connus. Ils ne ressemblent qu’à eux-mêmes.

Goût et odorat

Qu’en est-il d’un goût ? d’une senteur ? sens qui, parents pauvres dans nos sociétés aseptisées, se situent trop pudiquement dans un entre-deux flou et évanescent, vaguement repoussant.

Ainsi a-t-on peu de chance d’être précis, explicite, clair dans le décryptage quand il s’agit de ces deux derniers sens. C’est ce qui rend notre travail de testeurs instable : un goût chassant un autre.

Madeleine et cheminée

En revanche, à l’instar d’une célèbre madeleine, c’est au moment où on ne s’y attend plus du tout que nous sommes, à la lettre, assaillis par le souvenir d’une fragrance, d’une plénitude déjà éprouvée. Et… là, s’ouvrent et se déroulent l’imaginaire et la réalité conjointes du pur souvenir actualisé !

Ces Black Note ont — pour les anciens fumeurs que nous sommes presque tous — cette magie évocatrice, qui éclaire sous un jour nouveau et avec bonheur des sensations directement liées aux tabacs.

Mais, attention ! Ici, pas de régression qui referait de nous des enfants heureux de retrouver leur hochet, leur console Super Mario, leurs Fraises Tagada ou leurs Gitanes Maïs…

Avec ces liquides, nous allons de l’avant ! Goûts puissants et vapeurs enivrantes, la proximité est limpide — et pourtant dissemblable — avec nos sensations de naguère : pas de doute, ces macérats sont… encore du tabac !

Les Black Note sont si bien travaillés, purs ou en associations heureuses, qu’ils définissent d’intéressantes perspectives qui vont nous aider à cheminer dans la vape, les sens du tabac remis en variations, en d’autres mouvements inédits.

Ces liquides sont élaborés par des adultes conscients et respectueux pour des adultes sachant ce qu’ils veulent : une continuité plus sûre et les nouvelles facettes du tabac.

Arias subtiles, contrepoints harmonieux

Mais… foin… de ces arguties ! On est là pour le plaisir avant toute chose !

Un « accomplissement », voilà le mot que les Black Note apportent à travers leurs vapeurs et leurs rémanences gustatives.

Tous les six ont cette particularité d’être à la fois très ronds en bouche, puissamment aromatiques et sensiblement proches les uns des autres. On peut parler, ici, et sans aucun doute, d’une véritable « signature » des concepteurs… mieux… des « compositeurs » ! Chapeau bas, les musiciens ! Ainsi, aurions-nous éprouvé et évoqué un ensemble varié de gammes ?

Tonalité ?… Modalité !

Jamais « tabacs à vaper » n’auront autant mérité le nom de « gammes » ! Ici, pas question de se coincer dans le système tonal majeur/mineur. On parlera plus justement de modalités, de modulations, de modelages… donc d’un « mode » associé à son liquide. Autrement dit, chaque jus développe vigoureusement une couleur, un air, un aspect, une évocation, voire un sentiment particulier, singulier. Chaque Black Note a son timbre, ses hauteurs, sa durée, son intensité propre. Harmonie.

Et pour finir…

… des informations de la plus grande importance :

https://www.smookefrance.fr/
https://mon-liquide.fr/

Ces différentes adresses indiquent les sites où on peut désormais se procurer ces liquides exceptionnels. Smooke France, maison dans laquelle Sandrine, notre gentille, savante et très généreuse correspondante, officie, propose également quelques merveilles dont nous avons parlé et dont nous parlerons très vraisemblablement encore !

il semblerait, d’ailleurs, qu’un autre Black Note puisse pointer d’ici peu son « nez » complexe… et puis, les gammes ont, en général, le plus souvent, dans nos contrées… sept sons…

Illustration en nuances et variations :

… Et pour ne pas totalement oublier le côté bourrin qui m’est cher, littéralement atomisé ici par la prose cosmique de notre cher Doctor, tout en restant dans le cadre italo-américain de nos Black Note :

Bon voyage à toutes et tous, en Black Note ! :bye:

Amiral

Ecrit par Nesquick

Fonction sur le navire : Gabier promu Lieutenant de vaisseau - Nesquick, dans la vape depuis 2013, intéressé par la découverte de ce nouveau monde de saveurs et de techniques... Bonne vape à tous !

40 Comments

Laisser un commentaire
    • On a été remerciés avant de commencer, lorsque le gros colis Smooke France renfermant la gamme complète est arrivé dans les boîtes aux lettres !
      Merci à vous…

    • Je pense pas qu’on ait été complaisants avec les Black Note, je les trouve pour ma part vraiment au-dessus des autres liquides du même genre que j’ai pu tester.
      Au point d’ailleurs de me demander comment d’autres fabricants pourront faire mieux…
      Bien sûr, j’aurais peut-être dit pareil après les Absolu, les Il Vaporificio ou le Azhad’s mais là, y’a quand même quelque chose en plus…

      • Je m’en doute! Ils seraient déjà en route s’ils étaient des concentrés. Je vais faire un effort pour eux quand même, je pense qu’ils le méritent.

      • Pour ma part, je réassortirai certainement quand les flacons seront rincés, c’est à dire dans pas très longtemps. Au moins Quartet, Solo et Prelude…
        Je t’aurais pas dit ça après toutes les dégustations rapportées ici, même positives !

    • Je ne peux que confirmer les propos de Nes.
      Sur le sujet de tous ces tabacs, seul un mélange de subjectivité tendant vers l’objectivité était dans le cahier des charges.
      Pas de cadeau ni de flagornerie ! De toute manière, Sandrine, personne intègre et honnête, ne l’aurait pas toléré. :yes: :yes:
      Kanti, je suis sûr que tu pourras trouver ton bonheur avec cette gamme, en effet totalement singulière ! :yahoo:

  1. Fil est poète et la prose de Nes est sensuelle et détaillée ​​ !
    En tous cas, mille bravos à vous deux ! Vous faites un magnifique duo ! :rose:

    Voilà une revue somptueusement écrite et à sa lecture, ces jus me font envie !​

    • Merci, Zaza !
      Nesquick et moi avons travaillé nos tests sans jamais communiquer pour garder nos sensations claires et absolument personnelles.
      Nous avons confronté et juxtaposé nos tests sans aucune retouche, ce qui a donné ce chouette contraste surprenant.
      Pour le début et la fin de la revue, nous avons partagé — en bons frères de la côte — le travail et il y a eu besoin de très peu d’ajustement. Signe de complicité même à distance. ;-) ;-)
      Connaissant maintenant un peu tes préférences en matière d’e-liquides, je pense que tu trouveras ces Black Note à ton goût… Ils sont dans le haut de la catégorie… sans aucun doute ! :yes:

    • Peut-être que “Forte” pourrait te convenir… Goût authentique, pas trop sucré.
      Le souci, c’est que les autres liquides de la gamme sont très bons aussi… ?

  2. Votre travail est remarquable :good:
    Je pense que c’est un des articles les mieux écrits du Navire, mais c’est pas sans raison…
    Vous êtes de vrais amateurs de Tabac, pas de clopes comme la grande majorité des fumeurs ou vapoteurs.
    Sandrine n’aurait pas pu trouver de meilleurs ambassadeurs et ce papier devrait être partagé largement sur tous les réseaux de distributeurs de cette marque ;-)
    Ces liquides sont destinés à de vrais amateurs, pas au tout public. Un peu comme le vrai chocolat par rapport au Lindt :whistle:

    On a tellement commenté sur les anciens articles de Tabac et que vous êtes une minorité dans la vape à apprécier ces macérats que je ne pense pas que cet article battra des records de commentaires, mais BRAVO :bye:

    • Merci, Cap’tain !
      Il est absolument certain pour moi que seul Danyvape donne, avec ouverture maximale, un tel espace pour écrire en liberté !
      Preuve en est la qualité et les styles des auteurs et la haute tenue, la personnalité des commentateurs. :good:

    • Oui, tu dois avoir raison. D’ailleurs le site US de Black Note dit à peu près la même chose, ils ne cherchent pas à ramener tout le monde. Le macérat faut aimer ça, comme notre cher Sezni.
      J’imagine que l’article n’a pas plu à tout le monde mais demain sur DV sera un autre jour !

  3. Bonjour, normalement tous les articles sont publiés sur le site de Black Note. Vous avez raison, je n’aurais pas pu avoir mieux comme ambassadeurs … Cela depuis le début ! :)

    • Bonjour Sandrine,
      je ne vois aucun article du Navire sur le site de Black note, ni sur les pages Facebook des producteurs/distributeurs. :whistle: Mais je cherche surement mal…
      Cela m’a toujours surpris d’ailleurs que très peu de pros qui demandent des revues sur leur produit partagent sur les réseaux…
      En revanche, si Danyvape était une chaine Youtube, ca serait diffusé partout :whistle:
      C’est pas que les réseaux m’intéressent vraiment, mais plutôt au regard du travail fabuleux accompli par l’équipage ;-) qui gagne à être bien plus largement diffusé.

    • Sandrine, grâce à vous, nous pouvons approfondir nos découvertes. Et nous les partageons avec plaisir en effet depuis un petit bout de temps. :rose:
      Un bon résultat ne peut apparaître que par la mise en commun libre et respectueuse du travail de tous, d’un bout à l’autre.
      Le cercle est vertueux, du créateur au lecteur, et les amateurs de vape ne peuvent que s’y retrouver ! :yes:

  4. Patience, la dernière fois pour les V by Black Note, le temps de parution sur leur site a été d’1 semaine :)
    De notre coté il sera publié ce jour sur facebook .
    Les autres sites revendeurs, ont recu le lien hier.
    Nous sommes tous un peu long à communiquer sur les réseaux, faute de temps parfois. Me concernant j’aime lire, plus que visionner.

  5. MACÉRAT un Jour MACÉRAT… Chapeau Bas les Gars, Fil on connaissait ton addiction pour ce genre et une retranscription des sensations très qualitatives, mais NES …le tabac, pardon le macérat, l’ont littéralement ensorcelé… ;-) Du moins cette gamme Black Note, c’est indéniable, on est définitivement sur des Juices atypiques, dont les procédés d’extraction révellent la PLANTE Tabac et non sa combustion…
    Forcément nous y décelons, selon nos habitudes tabagiques passées, des rapprochements, des similitudes, mais au fond nous le savons, VAPER n’est pas FUMER..Et c’est tant mieux ..!!
    Jan Kounen, en préanbule de « Vape The Wave » dans ce monde en 2050, le présentait comme tel, le PLAISIR est toujours présent mais désormais sans la MORT….. :whistle:

    Tellement HEUREUX de lire ce genre d’arcticle, avec des gammes comme celles-ci, qui me font CROIRE que nous avons fait le Bon Choix… :good: VAPE ON les Pirates !!! B-)

    • J’ai goûté plusieurs gammes de macérats, ça l’a fait à chaque fois mais je n’y suis pas toujours revenu. Les Michel Argouët, les Vaporificio et les Azhad’s ont fait l’objet de plusieurs commandes.
      Je manque encore de recul vis à vis des Black Note mais j’ai en effet l’impression qu’un déclic s’est produit et qu’on les reverra dans le stock !

    • Merci TheFlow !
      Il est très probable que trouve enfin ma vape. Si j’y arrive, le ou les liquides seront des macérats et rien d’autre. Pour le matos, c’est encore trop tôt… :yes:

  6. Nontetcheu l’article…. Long à lire mais super intéressant… Par contre, je dois pas être d’esprit très poétique, j’ai rien compris aux appréciations de Fil (désolé) et j’ai pensé a un moment que c’était des macérants d’opium… :wacko:

    • Je me suis adjugé les parties de l’article terriennes, celles où l’on présente le produit, l’assembleur, le matos en pompant des infos à droite et à gauche.
      Du coup, Fil libéré de ces tâches a pu partir vers le cosmos et il a fait fort !
      Là où je suis bluffé, c’est que sa prose colle aux liquides et franchement, à part quelques clés qu’il m’a semblé repérer d’après des commentaires récents du blog (Jib sur les Azhad’s par exemple) et la visite du site Black Note, je ne comprends pas non plus comment il a réussi ça.
      Je le laisse répondre sur les macérats d’autres plantes ! ?

    • Hello Zaka ! Ton retour me fait plaisir, vraiment, car il est sincère.
      Mes courtes juxtapositions de mots ne sont pas du tout destinées à être « comprises », mais juste à laisser venir une « expérience » de lecture sans se poser de question. :yes:

      C’était vachement risqué :
      Nes ne savait absolument pas ce que j’allais écrire — et inversement — La surprise réciproque a été totale en voyant une super complémentarité. Tu imagines si Nes avait écrit de la même façon… ? ! :wacko: :scratch:

      Très heureux hasard, car Nes a donné avec élégance et érudition tous les détails possibles… ouf ! :good:

      Seul des microdétails ont été adaptés pour les autres parties (début et fin). On a pas touché les parties de dégustation, et on les a collées telles quelles.
      Sandrine a délibérément décidé de ne pas prendre part à l’écriture d’aucune manière, pour être surprise par notre texte commun.

      Pour mon compte, ce sont les liquides qui m’ont guidés vers ces petits paragraphes incisifs et évocateurs de mes sensation mais laissant une large ouverture au lecteur pour les comparer, y mettre d’autres mots, les siens propres, entre les miens… ou pour finir les phrases selon son propre désir… :yes:

      Je ne répondrai pas sur les macérats autres que ceux du tabac… ! ;-) :whistle: ;-)

      • Hey, Kanti !
        Merci du compliment, mais je suis très très loin d’être docteur de quoi que soit d’autre que mes fonctions sur le Navire !! :yes: ;-)
        Par contre, j’aime beaucoup jouer avec des mots ! :yahoo: :yahoo:

  7. Excellent article qui donne vraiment envie. J’en tenterais bien un ou deux.
    Sandrine, à noter : sur votre site, quand on veut rentrer une adresse, il demande la société et la tva même si l’on est un particulier. Du coup, je suspens ma commande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Le Red Astaire, la star des jus toujours dans la course!!

Focus Taifun GTIV DLC 25mm