in

J'adoreJ'adore

Azhad Non Filtrati Aromatizzati : le blind test !

La dernière fois, on s’était quittés avec 4 petits trésors, dont un véritable joyau. Cette fois, on va découvrir la suite (et la fin) de cette gamme Azhad Non Filtrati, avec 3 nouvelles propositions du maestro Azhad. En vrai, il aurait dû y en avoir 4, mais malheureusement, notre cher Vapodistri – que je salue et remercie sincèrement – n’a pas pu m’envoyer l’intégralité de cette seconde gamme. La raison ? Pour être honnête, je ne la connais pas, mais je mettrais bien une petite pièce sur un coup  de crasse des fournisseurs italiens qui, il faut le savoir, sont particulièrement difficiles en Affaires, n’hésitant pas à exiger des importateurs que ces derniers leur achètent des quantités de fioles astronomiques pour consentir des tarifs acceptables. Peut-être que sur ce coup-là, il ne s’agit que d’une regrettable coïncidence liée aux aléas de production de la période actuelle, mais franchement je n’y mettrais pas ma main au feu.

Enfin bref, coup bas ou pas, nous voilà devant 3 nouveaux concentrés Azhad, toujours Non Filtrés, et toujours affinés selon un process de 24 mois. Sauf que là, tout change : alors que la gamme Jaune faisait la part belle à des compositions 100% tabac, on est cette fois sur la gamme Verte – dite ‘Aromatizzati’ – composée exclusivement de tabacs aromatisés.

Les conditions de test restent inchangées : les aromes ont été dilués à 12% dans une base 50-50, puis vapés avec les mêmes setups que pour la gamme Jaune : RTA KF Lite 2019 vissé sur une box Vsticking, et Dripper Aston 22 installé sur un mod méca SMPL.

 

Dégustation

Je goûte à l’aveugle, et on voit ensuite les descriptions commerciales. C’est parti !

Turkish Delight :

On commence en douceur, avec un juice assez direct et évident. La robe couleur or clair ainsi que le nom de la mixture ne laissent guère de place au doute : Turkish Delight est façonné autour d’un tabac blond des Balkans. Le premier rideau est donc caractéristique des tabacs turcs, avec une attaque douce et agréablement sucrée. C’est solaire et accueillant, jusque-là aucune surprise, on est en terrain connu. En milieu de tirage, apparaît très vite quelque chose de plus sombre, fruité et plutôt amer : du cassis ! Les 2 strates dansent à l’unisson dans un premier temps, avant que le cassis ne prenne clairement le dessus en fin de tirage. Le hit est très doux, et ouvre ensuite la porte à une explosion de nuances florales en fond de bouche et sur le palais. Ces notes sont difficilement identifiables, tout est extrêmement bien lié, comme d’habitude avec Azhad, j’ai envie de dire. À l’expiration, l’association me renvoie l’image d’un jardin fleuri aux multiples teintes violacées, allant du mauve au bleu nuit, et porte à la fois la délicatesse des fleurs de violettes et la profondeur des baies de cassis. C’est dual, assez ambivalent, et tout ceci se ponctue avec de discrètes notes sucrées et exotiques de noix de coco, aussi surprenantes qu’inattendues ! À réserver aux amateurs de cassis.

Turkish Delight vu par Azhad : « Qui, en dégustant un quelconque dessert oriental, ne s’est pas senti au moins un instant comme un sultan, entouré de tapis et de trésors exotiques ? Maintenant, vous pouvez le faire sans prendre de poids. Voici notre version des délices turcs, une recette qui nous est parvenue à travers des oasis et des mers désertes. Bafra turc pour comprendre que vous ne plaisantez pas, aromatisé au cassis qui domine et fait l’appel fidèle à la douceur, et pour ceux qui ont la bouche fine de légères notes de grenade, de citron et de noix de coco pour donner de la structure … Dans toute bonne magie, c’est ce que vous ne voyez pas qui est là. »

 

Barocco :

La couleur ambrée de Barocco se traduit dès les premières secondes par de la gourmandise à tous les étages ! L’ensemble est complexe et assez délicat à décrire, car les nuances sont nombreuses, très bien liées, et sans transition : on reconnait bien là l’effet ‘Non filtratti’ et ses 24 mois de fabrication. Tout est mêlé, c’est très fin, très doux, et c’est surtout très bon ! Niveau tabac, on est sur du blond, très clairement. Assez neutre, il s’agit sans doute d’un Virginia, qui s’exprime assez discrètement tant les rideaux sucrés sont nombreux : à l’inspiration, une strate légèrement mielleuse se pose sur la langue. En fait non, ce n’est pas du miel, ça ressemble plus à de la canne à sucre. En fin de tirage, une magnifique strate de banane très fine mais parfaitement présente vient enrichir l’ensemble, tandis qu’une petite note de fruit à coque légèrement amère se révèle lors du hit. La banane domine alors l’ensemble, mais sans jamais écraser le reste : elle charpente ce Barocco tout en laissant les autres ingrédients s’exprimer. À l’expiration, la gourmandise monte encore d’un cran quand surgissent de nulle part de subtiles notes de noix de coco,  nous offrant alors une composition absolument superbe de délicatesse. Jamais écœurant, Barocco nous plonge au fil des barres qui s’enchainent dans une sorte d’étreinte maternelle, douce et rassurante, dans laquelle on s’abandonne volontiers. Faîtes gaffe : ce jus est addictif !

Barocco présenté par Azhad : « Contraste, mouvement, détails exubérants, tout cela génère surprise et étonnement, comme la banane et la noix de coco de Barocco, notre nouveau liquide de la gamme “non filtré”. Virginia Cavendish, le sucré à la canne, avec notre arôme de banane et de noix de coco, et ce petit plus qui nous a convaincu de vous le proposer : le délicat arrière-goût d’amande. Nous y avons mis tout notre cœur, maintenant c’est à vous de jouer : laissez-nous vous surprendre. »

 

Canadese :

Canadese pourrait paraître simpliste au premier abord, car il s’agit d’un juice très abordable et peu complexe, préparé avec un tabac blond et du sirop d’érable. Peu d’ingrédients, donc, mais attention, quels ingrédients ! L’inspiration exhale les senteurs typiquement herbacées d’un Virginia, avec sa petite touche naturellement sucrée. C’est rapidement relayé par une strate de sirop d’érable savoureux et profond, qui en fin de tirage enveloppe gorge et palais dans une douceur incroyable : il n’y a aucun hit perceptible. Ça passe crème de chez crème, c’est très lisse et onctueux. Une caresse gourmande pour la gorge ! On pourrait croire que l’expiration va être calme et maitrisée, mais que nenni : c’est seulement à partir de là que le mystère commence. En effet, tout de suite après le « hit » se développent en fond de bouche des saveurs sablées dont on se demande clairement d’où elles viennent. En tout cas, ça se marie à merveille avec le sirop d’érable et le côté « jaune/vert » du Virginia. Gourmandise coquine !! Diabolique, même, car on n’a qu’une envie, c’est de chavirer et d’y retourner direct ! Mais avant, prendre le temps de savourer à sa juste valeur l’expiration, ambivalente avec ses couleurs à la fois Or et sombres. Il reste alors sur la langue un quelque chose inexplicable d’épicé et subtilement fumé à la fois, qui donne tout son caractère à Canadese. Un seul mot : enivrant !

Les mots d’Azhad sur Canadese : « Terres de pionniers et immenses étendues boisées : c’est là qu’est née la feuille qui constitue le berceau de cette création : un Dark-Air Cured Virginia canadien biologique, ce tabac au goût biscuité naturel et agréable se prête bien à une extraction non filtrée qui renforce encore ses notes de biscuit. Dans notre proposition, il ne pouvait être combiné qu’avec un sirop d’érable fin… Si jamais un conte de fées avait imaginé le banquet de mariage du Roi Ecureuil, c’est cette saveur qui aurait été racontée. »

 

Point de vue arbitraire sur ces « Aromatizzati » :

Histoire d’éviter tout accident malheureux, y’a un truc à savoir d’entrée de jeu avec cette gamme, c’est qu’une fois dilués dans de la base, les arômes donnent des jus beaucoup plus visqueux qu’à l’accoutumée. J’aurais vraiment aimé le savoir, parce que ça m’aurait certainement évité de presser come un dingue mon pauvre flacon Chubby lors de mon premier remplissage de tank. Résultat, j’étais tellement impatient de goûter le Canadese que je n’ai pas réfléchi : je voyais bien que le juice coulait au compte-goutte dans mon tank, alors j’ai forcé la pression pour augmenter le débit…. jusqu’à ce qu’immanquablement, l’embout du flacon fasse ‘PLOP’ et que la quasi intégralité du flacon se répande à part égale sur ma belle nappe de Noël et sur mon falzard des grandes occasions ! Donc méfi les amis, ce ne sont pas mes flacons habituels qui sont bouchés, mais bien ces jus qui sont plus épais que d’habitude !

Pour le reste, on ne va pas se mentir : à la base, les tabacs aromatisés, c’est pas vraiment ma came. D’Azhad, j’avais jadis goûté le « Black Cherry », un Black Cavendish aromatisé à la cerise noire. N’ayant objectivement rien à reprocher à ce juice, la fiole avait néanmoins terminé au fond de l’évier. Injuste certainement. Histoire d’affinités, assurément : pour ma part, j’aime la Feuille de Tabac et ses innombrables nuances. La feuille, rien que la feuille, et rien d’autre ! De mon point de vue, vouloir la mélanger avec des fruits ou tout autre chose, c’est du même ordre que masquer avec des épices tex-mex une viande douteuse à la limite de l’avarié.

Seulement voilà, c’est pas aussi simple que ça, et quand c’est le Maestro Azhad qui se colle à cet improbable exercice, il en ressort quelque chose de magique, à 10 000 lieues d’une junk-food immonde aux saveurs criardes et surfaites. Non là, on est sur quelque chose de délicat et d’extrêmement raffiné. De la dentelle fine, de la Haute Couture, de la Gatronomie, du 3 étoiles au Guide Michelin ! Des associations parfois improbables, mais qui donnent néanmoins l’impression de « couler de source » tant l’alchimie d’ingrédients triés sur le volet est réalisée avec grâce et talent. Des mets de choix qui se dégustent au calme, avachi peinard dans un bon fauteuil au coin du feu une nuit d’orage : voilà ce que sont ces Non Filtrati Aromatizzati.

À la vôtre les amis, moi j’y retourne !

:heart:

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

32 Comments

Laisser un commentaire
    • Très bon choix. À mon avis, impossible d’être déçu par Canadese. Dommage me concernant que j’ai perdu les 3/4 du flacon lors du premier remplissage.. :cry:
      Tu nous diras en tout cas ! :yes:

  1. Merci pour cette revue, Cland ! :good:

    J’avoue que le Canadese me tenterait bien aussi! Surtout que je n’ai toujours pas testé un seul produit de chez Azhad… Je me suis promis d’en prendre lors de ma prochaine commande chez Vapodistri :yes: j’en ai pas pris lors de ma dernière commande car j’avoue que j’ai trop hésité sur cette marque… trop de choix intéressant :whistle:

    J’hésite entre le Esplendidos ou le Cuban Corona. Je cherche un bon cubain, et j’avais finalement opté pour le Officine Svapo – Old Time Latino, mais je suis un peu déçu… :scratch:

    • Ah c’est sûr que chez Azhad, y’a que l’embarras du choix…

      Je ne connais ni Esplendidos, ni Cuban Corona, mais en fait tu vois, si j’étais toi, je ne commencerais pas forcément cette marque avec un Non Filtrati. Ou, du moins, j’en prendrais un également dans la gamme “Pure”, histoire de pouvoir bien mesurer la différence entre un Azhad “normal” et un “non filtrati”. ;-)
      En tout cas, le Canadese, tu peux y aller les yeux fermés, il est vraiment excellent. :yes:

    • Le Cuban Corona est bon mais pas exceptionnel. Il est doux et léger. On m’avait conseillé le La Tabaccheria – Piloto Cuban, il y a quelques temps sur la Navire. Je vais enfin le commander avec les 10% en ce moment sur vapodistri. On m’avait dit qu’il était encore meilleur et plus puissant que le cigare italien de la même marque. Il faut que je vérifie ça. Tant pis, le Canadese attendra un peu…

      • Ah ouais, j’attends impatiemment ton retour sur le Piloto Cubano. Ça fait des lustres que je le lorgne celui-là, mais son prix élevé fait que jme suis tjs abstenu jusqu’à présent. Mais en fonction de ton retour, ça pourrait changer.. :yes:

      • Ok, je viens de le commander le piloto avec 4 cigare italien. Le prix ne m’a pas refroidi car faut le doser à 5-10% donc j’espère le doser comme le cigare italien et m’en faire 200ml. On verra bien! Je vous tiens au jus dans la semaine.

      • J’avais compris. Après, il y a plein de cigares ces derniers temps sur vapo. Les 3 blends à 8,90 les 20ml seront les prochains que je goûterais mais je ne m’y connais pas assez en gareci…

      • Le piloto cubano de la tabaccheria est arrivé ce midi. Et vous savez bien, moi et le step ça fait deux. Donc je l’ai préparé et goûté deux heures plus tard car si un jus n’est pas à mon goût immédiatement, il ne le sera pas plus dans deux mois. Alors résultat : ce concentré est une dinguerie. Il est très réaliste. Moins complexe que le cigare italien de la même marque mais encore plus cigare. On a le goût du cigare, de la fumée et de la cendre. Une merveille en somme que va compléter à merveille mon cigare italien. En plus, il est bien velu le coquin et costaud comme j’aime. Dosé à 5%, il est puissant l’animal. J’en reprends dès que possible. Biz les filles.

    • Ouais Mex’, le timing de cette revue n’est pas top : ça fait déjà un petit moment que j’ai fait l’article, et là, toute la gamme aromatisée est hors stock pour le moment. :-(
      Tu peux toujours t’inscrire à l’alerte email pour être informé dès que le produit sera de nouveau dispo. ;-)

  2. Hé ben… Ça c’est d’la r’vue, mazette !
    Comme dit récemment sur la revue des “jaunes”, je trouve que les non-filtrati amplifient les caractéristiques profondes des macérâts, charmant un peu plus ceux qui les apprécient et déroutant sans doute un peu plus leurs détracteurs.
    Je reste pour ma part attaché aux feuilles, mais ne peux pas non plus affirmer ne pas avoir été touché par cette superbe prose. Il va falloir que je te relise et que je réfléchisse.
    Les aromatisés ont souvent provoqué un effet “woaw” chez moi, suivi d’un rejet rapide… Ainsi fut-il pour les Black Cherry, Peach Tobacco, Persian, Caribbean et tous les autres. Il n’y a guère que le RY4 à avoir fait carrière parmi les mélanges aromatisés de chez Azhad que j’ai pu tester… Je n’ai cependant rien a priori contre le tabac aromatisé, il faut vraiment que je te relise…

    @LeDaron
    À mon avis, Esplendidos est supérieur au Cuban Corona, que j’ai trouvé assez plat et moyen. Ceci étant et toujours à mon avis, les Azhad sortant du lot sont 1000, Notturno Inglese et surtout le superbe Sobranie mais le meilleur macérât reste tout de même à ce jour le Cigare Italien de notre Kanti préféré… :yes:

    • Ben t’façon, t’as tout ton temps pour relire et pour réfléchir, vu qu’ils ne sont pas dispo pour l’instant..

      Dans le cas de jus à vaper, j’ignore vraiment quels sont les “déclencheurs” d’achat (ou de non-achat), étant donné qu’il n’y a pas plus subjectif… :scratch: Ce dont je suis certain en revanche, c’est que je ne suis sans doute pas le mec idoine pour “vendre” des tabacs aromatisés…
      D’une part, je n’aime pas vraiment ça, et d’autre part, je n’ai (logiquement) pas bcp de références et de points de comparaison.
      Comme relaté dans l’article, le seul macérat aromatisé que j’ai testé, c’est le black cherry, et il a fini dans l’évier. Tout comme le Dark Bite, mais ça ne compte pas car c’est un Cavendish au chocolat.

      Concernant les 3 non filtrati, il se pourrait que Turkish Delight connaisse le même sort, car il ne m’a pas vraiment laissé un souvenir impérissable.
      Canadese a, je trouve, un côté évident et consensuel, tout en se montrant inédit et surprenant grâce au tabac qui le compose. Rien que pour ce dernier point, il vaut à mon avis le détour.
      Mais tu vois, celui qui m’a le plus bluffé, c’est incontestablement Barocco. Je ne suis pas un grand fan de la banane dans la vraie vie, et en vape je n’en avais jamais goûté, craignant le truc surfait et too much.. Hé ben là, je suis resté sur le cul : banane hyper fine et très réaliste. :yes: Mélangée au reste des ingrédients, qui sont tous de premier ordre également, ça donne un jus super gourmand et surtout super bon. Je me suis vraiment surpris à enchaîner les tanks, car sur le papier, c’est celui sur lequel j’aurais le moins misé au départ.. ;-)

  3. Moarf, t’as super bien fait ta revue mais pour ta préparation, on repassera :wacko: T’as laissé des grumeaux dans ton jus. Tu regardes pas assez “Top DIY” sinon t’aurais su qu’il fallait d’abord passer tes chaussettes au mixeur puis au chinois et pour vraiment avoir un jus bien onctueux, le pesser au tamis :yahoo: N’importe quel meilleur ouvrier de France sait ça.
    Enfin, cette expérience t’aura tout de même permis de te familiariser avec le coefficient de résistance des lèvres de maintien des couvercles des flacons de type goutte-à-goutte :yes: et par là même, de savoir qu’il ne faut pas exercer une pression démesurée sur le flacon pour accélérer l’écoulement d’un liquide aqueux par un orifice au diamètre très restrictif. En dehors d’avoir perdu les 4/5 de ton jus et de devoir récurer ton setup, en cette soirée de fête, t’auras passé pour un incontinent malpropre et malodorant auprès de tes convives avec ton futal souillé.

  4. En guise d’éventuelle consolation pour la perte de liquide, le Fused Coilology 2*28/36 est à $3,05 et le coton HipHop by ViviSmoke à $2,60 en ce moment chez 3avape…
    DSL pour le HS, je sors…

  5. J’ai 2 questions un poile HS. Dans des liquides comme le Concentré Gin’s Addiction Halcyon Haze
    que j’affectionne il y a t il réellement du gin inside? Et suis je le seul qui se brule l’interieur des lèvres avec la chaleur de la vapeur? Pourtant je ne dépasse pas les 16w. Merci

    • je pense pas que dans les arômes Rhum y a du rhum et pareil pour le gin, même tonic….
      On peut tout reproduire en synthèse.
      Mais peut être que je me trompe-je?
      Bonne question en tout cas, pour pas être bourré en vapant…

    • Pour la 2eme ca vient du montage de l’ato.
      Impossible de se bruler à 16W, à 100W je dis pas…
      Ou alors tu as le syndrome de la levre sensible, pas pire que moi avec une tendinite au petit doigt avec des mods meca….

    • – Si le goût de gin est vraiment très marqué et que tu prends pas ta murge en vapant, il s’agit peut-être d’un extrait de genièvre non alcoolisé. Sinon, il pourrait bien y avoir quelques traces de gnôle dans le jus, en effet mais j’imagine que ça serait stipulé quelque part sur l’emballage car l’alcool ne sied pas à tout le monde…

      – C’est quoi “brûler”, c’est genre les lèvres qui pèlent un peu en surface ? Si c’est le cas, cela m’arrive parfois lorsque le drip-tip chauffe, même légèrement. Si c’est plus gênant, faut que tu te trouves des embouts bien épais, assez longs et thermiquement isolants…

      • De plus, l’alcool étant un produit inflammable ça m’étonnerait qu’il y ait ce genre “d’essence” dans un jus destiné à être évaporé par la chauffe d’une résistante. Ce serait meurtrier pour la glotte :wacko: L’évaporation risquerait de se transformer en combustion!!! Des mèches de coton bien imbibées, un bon apport en oxygène frais lors du tirage, la chauffe du coil, un produit inflammable = cocktail Molotov.

      • Dites aaaaaaAAAAAAh, c’est plus l’interieur de la lévre en se qui me concerne. Ca péle mais inside.
        Genièvre ou pas c’est achement bien imité, merci.

      • Bruce c’est pas à un révolutionnaire comme toi qu’on va la faire à l’envers :good: Bon je retourne sucer mon bec bunsen. :-)

      • Ez, essaye l’huile à la noix de coco. B-)
        Tu en mets 2 fois par jour, en alternance avec 4 Lexomyl 500, plus 3 comprimes de Temesta en avalant d’un coup avec 1l de Zubrowka bien frappée. :mail:
        Tu verras qu’après tu sentiras plus du tout l’alcool de ton e liquide! :yahoo:
        Ca fera 55€, merci!
        PS : je prends pas la Carte Vitale

    • Il va mieux depuis qu’il a arrêté de sucer du mercure, il peut manger liquide. Précautions d’usage aux lecteurs, l’abus de pomme pote peut donner la grouille. :whistle:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Siegfried, un pote à Papa Schultz? Nan un RTA Mesh!

Valhalla “Niflheim” v2 RDA et box Hammer Of God v4… Woaw !