in

J'adoreJ'adore MerciMerci J'aimeJ'aime

Azhad Non Filtrati : a kind of Magic… ♥♥♥

♪♫♪♪♫♫♪…… (petite musique de décompte, ponctuée du tintement d’une petite clochette)

………

– Henri ?

– 4 lettres.

– Cland’ ?

– 5 lettres : A-Z-H-A-D

………

– C’est correct, bravo, vous remportez cette manche ! « Azhad », du nom du célèbre assembleur italien. Reconnu et adoubé par ses pairs, il est à l’origine de gammes de tabac à vaper d‘exception, obtenues par macération de vraies feuilles de tabac, puis par des procédés de filtration complexes et évidemment tenus secrets du grand public… 

À Des Chiffres et des Lettres, ils vapent pas, alors forcément, ils sont obligés de mettre les sous-titres. Mais nous ici, sur notre bon vieux rafiot, Azhad, tout le monde connaît ! Pour ma part, Azhad, ce fut la Révolution française !… La porte d’entrée vers une vape nouvelle : dès les premières barres de Virginia (gamme Pure), je pigeai instantanément que les tabacs synthétiques, c’était fini, direction l’évier en aller simple. Game over, l’ère du tabac synthétique était morte. Après m’être délecté de l’intégralité de la gamme Pure d’Azhad, je me détournai cependant vers les Extraits de tabac, moins subtils mais plus puissants, jusqu’à un tchat récent avec Vapodistri – que je remercie chaleureusement au passage, bien évidemment – au cours duquel j’appris l’existence d’une nouvelle gamme chez Azhad : les arômes Non Filtrati.

Allons bon, quézako qu’ce truc ? Hé bien selon les mots d’Azhad lui-même, cette gamme est le produit « de multiples décantations et de processus de transvasements qui ont duré 2 ans. L’arôme du tabac non filtré est vraiment sans compromis : plein et voluptueux, avec des notes et des saveurs jamais entendues auparavant, la véritable quintessence du tabac. La signature Azhad le garantit. »

Bon ben si c’est garanti alors…, ça va, on peut y aller plus que confiant ! D’autant que dans la vraie vie, j’aime bien quand c’est sans filtre, direct et sans faux-semblant. Mais avant de plonger corps et âme dans le vif du sujet, un petit récapitulatif des conditions de test.

Préparatifs

Il me semble que lorsqu’on s’attaque à quelque chose qui a mis 2 piges à être pondu, la moindre des choses est d’adopter une position respectueuse vis-à-vis du travail accompli. J’ai donc suivi à la lettre les préconisations de l’assembleur en diluant mes arômes à 12%, sans chercher à comprendre quoi que ce soit. J’ai opté pour une base 50-50 tout ce qu’il y a de plus classique, dosée à 4mg de nicotine, me disant que ce n’était pas vraiment le moment de faire dans l’expérimental ou l’excentricité. 37 jours de step avec secouage et aération hebdomadaires m’ont paru un minimum syndical avant de goûter, étant donné qu’on sait que pour certains macérats de chez Azhad, 3 mois sont nécessaires pour que tous les arômes s’ouvrent pleinement. Mais bon, à un moment donné, faut y aller, alors voilà quoi.

Niveau setups, j’en ai testé pléthore, pour finalement n’en retenir que 3, ceux qui m’ont semblé restituer le plus fidèlement l’incroyable travail du Maestro Azhad :

Setup #1 : RTA Kayfun Lite 2019 vissé sur box Vsticking

Évidemment, il ne pouvait en être autrement ! Inutile d’en faire des tonnes, vous savez tous à quel point j’adore cet ato pour sa vape analytique et son rendu d’une précision diabolique. J’y ai installé mon sempiternel micro-coil de Kanthal A1 twisted 2*28Ga, 5 spires sur axe de 25, stabilisées à 0.60 ohm.

J’ai choisi de le visser sur la box électro Vsticking, qui cache sous son capot un chipset Yihi SX530 aussi dynamique que précis. Réglée à 4.1V (28 watts), cette box envoie avec classe une vape franche et punchy, sans compromis, tout en affichant une grande maitrise.

Setup #2 : Dripper Aston 22 vissé sur Mod SMPL

Mon deuxième setup, complémentaire du premier, s’est imposé assez naturellement : le superbe petit dripper Aston 22, que j’ai retenu pour sa facilité de montage – ça compte ! – et son rendu de saveurs d’une grande finesse. Ce ne fut pas chose aisée, mais pour l’occasion, j’ai délaissé mes désormais habituels câbles complexes, pour revenir à un très raisonnable montage en câble simple, 7 spires de Nichrome80 26 Ga (0.4mm) sur axe de 30, en parallel-coil. Résistance stabilisée à 0.40 ohm.

Bien entendu, seul un méca à connexion hybride pouvait alimenter cette petite merveille de dripper, et c’est le Mod SMPL qui s’en est chargé, après un nettoyage complet des connectiques, selon les recommandations avisées de notre Bruce (inter)national.

Setup #3 : Ragnar RDTA vissé sur box Titan 1.0

Euh ouais, mais en fait nan… Il est super le Ragnar, surtout en RDA, mais faut quand même pas déconner. C’était pour la joke.  :yahoo: Quoi c’était pas drôle… Vraiment ? Pas même un p’tit rictus ? Bon OK ça va, tant pis. Alors allons-y maintenant ! Voilà ce qu’on va faire pour cette revue : je vais découvrir les jus en même temps que vous, et coucher par écrit mes impressions à chaud, comme ça, brut de décoffrage. Et ensuite, je mettrai la description commerciale de chaque mixture, maladroitement traduite de l’italien par un outil internet. Chacun jugera alors en son âme et conscience.

Dégustation

On commence avec la gamme Jaune de ces Azhad Non Filtrati, qui regroupe des juices Tabac exclusivement. Musique ! :heart:

 

Oriente :

Oriente est le plus clair de la gamme : sa robe a la couleur de l’or. On a donc à faire à un tabac blond qui s’inscrit dans la pure lignée du Turkish Extradry d’Azhad, pour ceux qui connaissent. Les premières barres sur KF Lite sont très agréables : c’est du blond qui sent bon le soleil bien sec. Ce Oriente est très abordable, il a ce quelque chose d’évident, cette faculté à s’imposer naturellement, tout en douceur. À l’inhalation, mon esprit vagabonde dans des contrées épurées, à la limite de l’aride. Aride oui, mais pas désertique pour autant : d’emblée, des petites notes sucrées agrémentent subtilement ce qui s’annonce comme un voyage sensoriel. Le hit est très doux et marque une transition notable dans l’évolution des arômes, qui basculent sans que je m’en rende vraiment compte sur des notes épicées typiquement orientales. Tout ceci se mélange joyeusement en fond de gorge et sur le palais, laissant place à une expiration hautement parfumée mêlant des senteurs poivrées légèrement sucrées. Je connaissais le goût du sucré/salé, mais pas encore celui du sucré/poivré : c’est chose faite désormais ! Hop, une petite gorgée d’eau fraîche pour rincer tout ça, et on enchaine sur le deuxième setup.

Sur méca, le Aston 22 confirme ! L’attaque d’Oriente est franche mais tout en douceur, délicieusement sucrée, relayée par des strates d’épices très nettes en fin de tirage. C’est poivré, mais je distingue autre chose également, quelque chose de plus coloré, qui m’évoque la cannelle et qui se révèle véritablement à l’expiration. Au final, Oriente est un jus bien plus surprenant qu’il n’y paraît au premier abord : son développement est calme et linéaire, nous appâtant innocemment avec ses premières notes gourmandes, avant de nous embarquer dans un petit tourbillon de senteurs endiablées. La preuve : après quelques barres, j’ai la langue qui pique ! Pas certain que j’aurais dû commencer la dégustation par celui-ci !

L’Oriente, vu par d’Azhad : « La maturation très lente de ce liquide pendant la longue décantation fait remonter à la surface, comme dans un chaudron ensorcelé, l’odeur et le goût d’un Suk d’épices orientales. Comme jamais auparavant, les deux années de transformation ont permis de fusionner ces tabacs turcs et orientaux en un mélange aux parfums antiques. »

 

Gold America :

Gold America est le deuxième plus clair de cette gamme jaune, mais sa couleur tire clairement sur le orange, ce qui laisse à penser qu’il est composé d’un tabac blond américain, mais pas que. Les premières sensations en bouche, c’est quelque chose de bien végétal, un peu vert, un peu herbacé. Je ne distingue pas bien. Attendez, j’appelle Aston 22, j’y verrai peut-être plus clair. Mmmmm, ce n’est pas hyper net non plus. Gold America a un développement circulaire : l’ensemble est très fin et quasiment sans transition, on dirait plus un amalgame de 2 essences, tellement superbement associées qu’il n’est pas évident de deviner qui est le 2è larron dans cette histoire. Pour connaître un petit peu la gamme Pure de chez Azhad, je n’ai aucun mal à identifier le Kentucky, qui domine nettement et donne corps à ce Gold America, en s’exprimant dès la fin de l’inhalation : une strate fumée et parfumée prend le pouvoir en fond de bouche, et ce de manière persistante jusqu’en fin d’exhalaison. Les senteurs de tabac séché au feu de bois sont nettes mais jamais ni agressives, ni écœurantes. C’est au contraire d’une immense subtilité, dans une sorte de valse de nuances où les notes vertes et herbacées s’expriment timidement mais au moment où on les attend le moins. L’ensemble est surprenant, car Gold America n’est PAS un Kentucky : c’est un KNI, un Kentucky Non Identifié ! A mesure que j’enchaine les barres, les sensations se précisent : ces notes vertes, je les attribuerais peut-être à un Burley ou à un Virginia. Car oui, en fin de tirage, il reste sur la langue cette sensation cendrée certes, mais également sucrée. Quoi qu’il en soit, c’est là encore une association d’un grand raffinement, qui donne l’impression de découvrir une nouvelle essence de tabac. Magnifique !

Le Gold America vu par Azhad :  « La Virginie et le Kentuky cultivés et soignés sous le soleil américain explosent de saveurs, d’odeurs et de nuances inattendues normalement prises en filtration, exaltant le goût et ennoblissant son expression, l’amenant à des sommets de saveur jamais atteints auparavant. »

 

Old Times :

Avec sa robe ocre façon terre battue de Roland Garros, Old Times est encore un peu plus sombre que Gold America, et il s’avère tout aussi énigmatique, si ce n’est plus ! Les premières notes sont très douces, à la fois claires et obscures, presque illisibles ! Mon Dieu, c’est très compliqué à décrire cette affaire, et ici, la plus grande humilité est de mise. Old Times s’ouvre sur quelque chose de terreux, et il me semble distinguer des notes très légèrement sucrées sur le bout de la langue, à la fois discrètes et volatiles, presque insaisissables. En fin de tirage, les choses se précisent, lorsqu’explose en fond de langue et sur le palais une superbe strate sombre, couleur rubis sang de pigeon, bien sucrée mais légèrement amère également, qui m’évoque presque la cerise noire. Évidemment ça n’en est pas, mais cette strate intense, mielleuse presque liquoreuse, charpente véritablement ce Old Times. Un Black Cavendish vieilli en fût de Chêne à Whisky peut-être ?  :unsure: C’est gourmand, c’est à la fois puissant et subtil, c’est un régal !

Ça y est, c’est tout ? Non, pas tout à fait ! À l’expiration, cette ode à l’insouciance s’enrichit en fond de bouche d’une touche délicatement fumée, laissant en gorge un petit picotement légèrement épicé. In fine, Old Times invite, suggère sans jamais imposer, mais sait se montrer persuasif. Et il arrive à ses fins !

Les mots d’Azhad sur Old Times : « Des saveurs presque oubliées s’ouvrent dans un amas d’émotion et de vapeur, dans cette Virginie toscane cuisinée à Cavendish enfin combinée à un Kentuky savoureux et fumé. »

 

 

Contrappunto :

Dans cette gamme Jaune d’Azhad Non Filtrati, Contrappunto est celui qui présente les teintes les plus foncées, promesses d’arômes intenses. Dès les premières barres, le verdict est sans appel : on tient là un juice d’exception ! C’est profond, travaillé à l’extrême, et d’une richesse incroyable. Jamais je n’avais connu ça, sur aucun autre macérat auparavant. À l’inspiration, le Latakia s’avance, sûr de lui, avec des senteurs caractéristiques qui ne laissent aucune place au doute : boisées, subtilement fumées, et très aromatiques : c’est superbe ! Tandis que la danse se met en place, des notes épicées propres aux tabacs orientaux viennent, non pas prendre le relais, mais rehausser l’ensemble et donner à l’association force et caractère. C’est inédit, et tout bonnement exceptionnel. En fin de tirage, c’est un mélange d’épices fumées qui se déposent donc délicatement sur le fond de la langue, laissant place à un hit tout en légèreté et un brin amer qui marque là encore une transition remarquable vers la suite de la symphonie. Et la suite, c’est une expiration herbacée gorgée de soleil et ponctuée d’une délicieuse trainée mielleuse.

Contrappunto est AMHA une véritable merveille de complexité, où tous les ingrédients dansent à l’unisson dans une harmonie hors du commun et dans un équilibre parfait. N’ayons pas peur des mots : c’est un chef-d’œuvre, tout simplement.

Qu’en dit le Maestro ? « A la dégustation, il commence par la latakia, mais les orientaux s’immiscent soudainement accompagnés d’une bonne pincée de Burley pour exalter les notes épicées. Ainsi, alors que les tabacs turcs et la Virginie américaine s’ouvrent sur la langue et le palais, Cavendish se retrouve dans un long arrière-goût. Contrappunto, un nom donné pas au hasard. »

 

Alors, cette Gamme Jaune Non Filtrati ?

Avant la dégustation, 2 interrogations majeures attisaient ma curiosité : 1- « non filtré », comment cela va-t-il se traduire au niveau gustatif ? Est-ce que ça va être plus fort qu’un macérat ‘normal’, comme l’était jadis une clope sans filtre ?  2- Va-t-on reconnaître la signature Azhad ?

Sur ce deuxième point, la réponse est un grand OUI !! Les 4 propositions d’Azhad portent très clairement le sceau de leur créateur, avec des recettes ciselées où chaque ingrédient est savamment dosé, où chaque association de tabacs a été pensée et repensée, et où rien ne semble avoir été laissé au hasard. Chacune des 4 recettes possède une identité propre et reconnaissable entre 1000, tout en restant dans ce qui « fait » la touche Azhad : des jus fondant et moelleux d’une finesse et d’un raffinement extrêmes, tout en notes et en nuances, au service d’une richesse et d’une complexité qui vont souvent tutoyer l’exceptionnel, tout en étalant cette insolente impression de facilité et d’évidence.

Mais attention ! On a beau être en terrain connu, Azhad réussit tout de même le tour de force de surprendre tout son monde, en l’embarquant dans des compositions improbables et d’une finesse poussée à son paroxysme. Parce que ne nous y trompons pas, c’est ça, l’effet Non Filtrati : les essences de tabac se mêlent les unes aux autres et s’enlacent tendrement dans une douceur infinie, comme le feraient 2 corps lors d’une pratique tantrique. De ce savoir-faire naissent des jus sans transition, où les senteurs ne se succèdent pas les unes aux autres : elles fusionnent, pour finalement ne plus faire qu’une ! 24 mois de gestation pourraient paraître démesurément longs, mais lorsque l’on goûte à l’un de ces 4 Non Filtrati, on comprend. On comprend le sens de l’adage « Plus c’est long, plus c’est bon ». Et on comprend, enfin, le concept même d’alchimie.

 

Allez, on s’arrête là pour aujourd’hui, la suite au prochain numéro ! :bye:

 

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

51 Comments

Laisser un commentaire
  1. Gloups, t’as du en passer du temps sur cette superbe revue. Malheureusement, mes commentaires ne s’en tiendront qu’à cette constatation vu que jamais je ne vaperai ces jus de chaussettes au goût tabac. Malgré ça, j’ai bu tes écrits mon Cland’s. Merci de nous avoir aussi bien informé sur ce type de jus, je me sens moins con, du coup :heart:

    • Merci mon Bruce,
      Je me doutais bien qu’il y aurait l’expression ‘jus de chaussettes’ dans ton commentaire…. :wacko:
      Chaussette toi-même, va ! B-) Dommage pour toi de passer à côté de telles mixtures, mais de toute façon, ils n’étaient pas pour toi ceux-là : non seulement il faut être amateur de tabac, mais également les vaper avec du matos adéquat – à 1000 lieues des engins de la mort dual coils qui sont habituellement les tiens – pour pouvoir en apprécier toutes les subtilités. ;-)

    • Excellent choix à mon avis, connaissant un peu tes goûts en termes de macérats. ;-) Mais attention, j’te préviens : la tentation est grande de comparer, ne serait-ce qu’inconsciemment, à des mixtures qu’on connait déjà. Mais ce serait à mon avis une erreur. Enfin, tu verras bien.

      KF lite 2019 ? T’es sérieux ? Tu devrais trouver dans tes tiroirs un ou plusieurs atos qui conviendront sans doute mieux à tes affinités vapistiques. En tout cas ce qui m’a surpris, c’est que comme dit au début du texte, j’ai testé pas mal de setups, et ces Azhad sortaient vraiment différemment à chaque fois. Du coup, c’était vraiment pas évident à écrire ces quelques lignes.

      Tu nous diras d’ici 1 mois et demi ce que ça a donné de ton côté ! :yes:

      • Je ne vape habituellement pas les macérâts dans les atos qui poutrent, ils servent justement à recycler les erreurs de casting et le KF Lite ’19 en fut une…
        Et puis je trouve rigolo d’adopter les conditions de dégustation de ce bel article, pas pour juger, juste par curiosité.
        Au pire, je finirai les mixtures dans les valeurs sûres, Hypersonic, Taifun GX ou l’un des excellents drippers de feu VapourArt donc le risque est mineur.
        Bravo en tout cas pour cet article, la transcription du goût n’est guère aisée et tu t’en es sorti avec brio !
        J’espère que tu n’as pas deux ou trois autres gammes d’Azhad sous le coude, le Porky frémit d’horreur à l’idée de retrouver l’époque des Kessen ou Dr Fil qui faisaient jaillir la CB quasiment à chaque revue…
        :cry:

      • Boarf, tu pourras juger Nes’, m’en tape ! :yahoo: Parce que Only God can judge me ! Euh, en fait nan, même lui il me juge pas. T’façon il existe pas. Ni Dieu ni maître, Yeaaahhhh, BANZAÏ !!!! B-)
        LOL, le mec qui pète un câble dès le matin…. C’est l’effet Non Filtrati….. :wacko:

        Ahhh VapourArt…. Un de mes grands regrets : suis arrivé trop tard dans la vape…. :cry:
        Le Porky est content, lui. Loin de moi l’idée de vouloir maltraiter le tien, mais la gamme Non Filtrati n’est pas terminée : j’ai dit “la suite au prochain numéro” :whistle: ;-)
        Mais bon, je n’ai pas connu Kessen, mais je n’arrive pas à la cheville du Dr Fil, qui lui, n’avait pas son pareil pour vendre des juices à vaper ! Dommage qu’il ne vienne plus traîner ses guêtres par ici, d’ailleurs… :yes:

  2. Magnifique, merveilleux, somptueux! Merci Cland’.
    Ces jus ne sont pas pour moi, je préfère la simplicité mais ils ont l’air sacrément bon quand même. J’aime pas les jus épicés mais à te lire, ça donne envie quand même. Je ne craquerai pas car je n’ai pas accroché les hell’s mixture par exemple car je les trouvais trop compliqués… Je veux du costaud, du simple et du cigare réaliste. Mais je ne doute pas de la qualité de ces jus. Merci à Vapodistri et merci pour cette jolie revue!

    • En fait, comme dit à Nes’ précédemment, ces 4 azhad là ne doivent pas être comparés avec ce qu’on connait déjà. C’est pas évident, mais il faut essayer de faire table rase de nos références habituelles, et juste se focaliser sur l’instant présent.
      Je n’ai aucune idée pour dire si mes ressentis décrivent bien ces jus, parce qu’à vrai dire, ils sont vraiment particuliers (les jus). Avant de faire la revue, j’avais vapé un tank d’Oriente, vite fait, comme ça sans faire particulièrement attention, et ce qui m’avait marqué, c’est cette sensation bizarre que le jus était à la fois très complexe mais aussi très simple. Je ne sais pas comment dire.
      Rien à voir avec les Hell’s. Ni même avec les Extraits de tabac, d’ailleurs.

      Là c’est du macérat (plus doux et plus subtil que les NET’s), mais encore autre chose par rapport à ce qu’on connaissait d’Azhad. Faut goûter pour capter à mon avis.
      Si jamais un jour t’as 9 balles à risquer dans quelque chose, rappelle-toi de contrappunto. :whistle: Tout est en notes et en nuances dans ces 4 jus, et incroyablement lié : j’crois que c’est ces mots qui décrivent le mieux l’ensemble de la gamme. Ainsi, les épices sont là, mais toujours par petites touches subtiles, si bien qu’on les remarque à peine.
      Après, les goûts et les couleurs hein… ;-)

      Mais oui, merci Vapodistri. Ils ont rentré pas mal de cigares différents dernièrement. Une revue Cigare by Kant’ prochainement, peut-être ? :unsure:

      • Malheureusement cela m’étonnerait. Chaque fois que je tente un jus, il finit dans l’évier ou avec de la banane au pire… J’en ai testé quelques uns cette année et résultat je vape toujours les trois même jus depuis 2 ans. Ok j’ai commandé hier un lakatia café avec mes cigare italien mais c’est tout. En plus, c’est vrai que ça rentre du macérats à gogo chez Vapodistri et que beaucoup paraissent intéressants! Des nouvelles marques et du cigare à volonté. Pas mal de tabac à pipe et de mélange originaux qui ont l’air super intéressants…

      • Rahhh m’en parle pas, c’est pareil pour moi : mon évier raffole des jus à vaper dégueulasses ! :yahoo:
        En général, j’aime pas gâcher, mais j’aime encore moins sacrifier le plaisir de vaper, pour me forcer à finir des fioles exécrables sous prétexte qu’elles m’ont coûté des thunes. Du coup, elles moisissent trankilou dans leur flacon chubby, jusqu’au jour où j’ai besoin du dit flacon pour tester une nouvelle mixture qui, 9 fois sur 10, connaîtra le même sort. :wacko:

        C’est comme ça, on a nos p’tites habitudes, notre palais sait ce qu’il aime, et même de très bons jus peuvent tout à fait ne pas nous correspondre.
        Mais tout de même, très subjectivement, il me semble impossible qu’un de ces 4 azhad là finisse au fond de l’évier.

        Quoi qu’il en soit, le Marketing des jus à vaper est très doué, parce que même en tenant compte de ce que je viens d’écrire, il arrive souvent à nous mettre l’eau à la bouche quand on se retrouve devant un catalogue en ligne de nouveaux arômes à vaper. :scratch:

    • Salut Cost,
      Merci pour le conseil.
      Oui, j’imagine que pour vaper “à l’italienne”, c’est dans des atos à tirage ultra-serré style Speed Revolution, et à puissance très modérée. J’ai essayé, mais ce n’est vraiment pas ma vape. ;-)

  3. :whistle: :whistle: :whistle: Là y a du taf. :mail: :yes: :good: Tu fais honneur aux élixirs du sieur Azhad. Je me suis essayé aux macérats. Mais le rôle de celui ci se limite aux rares pulsions tabagiques. Merci néanmoins :good:

    • Merci pour ton gentil com Ez’ ! :good:
      Sûr que si tu n’aimes pas la feuille de Tabac, tu peux tracer ta route sans regret ! Peut-être que la suite de cette revue te causera un peu plus.. :unsure:

  4. Je ne sais pas trop si les macérâts finiront par se faire une niche marketing en France malgré les efforts de boîtes comme Vapodisri. Le genre reste tout de même un peu hermétique, j’ignore ce qu’il faut avoir au palais pour apprécier de longues taffes d’une Hell’s Mixture ou d’un cigare italien, même dosé à 5% et steepé 2 mois…
    En tout cas, Sandrine de Smooke France qui a pas mal bossé avec nous avec les Azhad’s et les Black Note a jeté l’éponge pour s’en retourner sur le marché italien.

    • Question de culture, à mon avis : on n’est pas un pays de tabac, on n’est pas un pays de foot, on n’est pas un pays de bière non plus…. En fait, on est un pays de gueulards, ça oui, on sait faire. Pour le reste…. :whistle:

      Quand tu vois les catalogues macérats des sites italiens, tu pleures. Et tu sais direct où se trouve en Europe l’eldorado de ce genre de jus à vaper. Vapodistri est en train d’essayer en ce moment. Personnellement, j’espère que ça marchera bien. De notre côté, on ne peut pas faire plus que de mettre de temps en temps des petits coups de projo par-ci par-là.

  5. @ clandestino

    non pas forcement… pas besoin d etre ultra restrictif en mtl… tu peux te prendre un RTA qui couvre un large spectre d AF, comme l expro 2.1 et vaper avec de l air… le plus important serait le wattage, entre 10w et 15 w c est parfait… biensur, ceci ne sont que des principes de base pour les nets… apres, chacun sa vape…. mais a haut wattage et en DL tu peux perdre extremement de nuance sur les nets…. bel article, en esperant que sa popularise ce style de vape en france… on attend la gamme verte….

    • Complètement d’accord avec toi : les macérats et NET’s n’expriment leur pleine mesure que dans du matériel adapté. :yes:
      En farfouillant, j’ai retrouvé un bout de KA1 26 Ga ce matin. J’ai pas plus fin. J’ai monté un coil à 0.95 ohm dans le KF Lite avec ce fil de pêche, en souvenir du bon vieux temps. Mais rien à faire : à 15 watts, j’ai pas eu la sensation de vaper quoi que ce soit. Ok les saveurs sont là, mais ce manque de densité en bouche, c’est mort, j’peux pas.
      Effectivement, d’une manière générale, faut pas trop pousser les watts, sous peine de perdre l’essence même de ce qui fait un macérat. Surtout sur ces Azhad qui sont très raffinés. Mais on peut quand même tout à fait apprécier le boulot de l’assembleur en plaçant le curseur un peu plus haut. Question d’équilibre.

      J’ignore si cet article popularisera quoi que ce soit, c’est à espérer oui, bien que ce n’est pas du tout le but recherché. Les amateurs du genre sauront trouver ce texte. Quant aux autres, ils resteront probablement avec leurs tabacs synthétiques. Tant que ça maintient les gens loin de la clope…

  6. @Nesquick

    la premiere chose pour apprecier les nets,je pense que c est de se deshabituer du ducre des synthétique, additif, sucralose, sweetner, etc… pas facile au debut…

    le hells mixture Reserve, quelle tuerie…

    de mon coté le switch c est fait facilement…. j avais presque arreter la vape car mes gourmands synthés passais plus… les nets m ont remis le pieds a l etrier…

    • Je me demande s’il n’y a pas des vapotos qui aiment les macérats parce qu’ils aimaient naguère le goût du tabac et d’autres qui ne les aiment pas parce qu’ils fumaient autrefois par habitude, une fois ferrés par le pouvoir addictif de la clope.
      Je crois pour ma part faire partie de la 1ère catégorie… Lors de la préparation de ma revue sur les jus Il Vaporificio, j’avais essayé de me documenter sur les différents types de tabac et j’étais tombé sur des sites proposant du vrac à la vente, genre 250 g de Izmir en feuilles et sur d’autres sites où les gars essayaient de retrouver la composition des clopes célèbres et d’en fabriquer à partir de feuilles de tabac brut. Si j’avais été sûr de pouvoir limiter la consommation à quelques clopes par semaine dans le temps, je serais actuellement en train de hacher des feuilles soigneusement séchées pour me rouler une Sobranie “black russian” ! :yes:

      • Je souscris Nes’.
        Quand on aime la feuille de Tabac, on ne peut que se féliciter que des mecs comme Azhad et ses p’tits camarades soient entrés dans le game. :yahoo:
        La bonne nouvelle du moment, c’est que de nombreuses nouvelles marques viennent d’infiltrer le territoire, avec des variétés de tabac qu’on n’avait jamais eu l’occasion de goûter jusqu’à présent. La partie est loin d’être terminée me concernant ! :yahoo:

      • J’en suis le parfait contre exemple. Je fumais mes deux paquets par jour par addiction et je trouvais ça immonde. Je n’ai jamais fumé la pipe ou le cigare à part pour deconner en soirée. Je ne vape plus que ça. Et je rêve de fumer un cigare de qualité ou un bon tabac à pipe qui me procureraient les sensations du Notturno ou du Cigare Italien. Sensations que j’aurais peut-être connues si j’avais testé quand je fumais et qui m’aurait donc fait apprécier la chose. Je ne regrette rien car je fumerais peut-être encore si tel avait été le cas. :wacko:

      • Quasiment pareil que toi Kant’ : je ne trouvais aucun plaisir gustatif dans la clope, et encore moins dans les cigarillos (jamais fumé de vrai cigare non plus). Pour ça, j’étais obligé d’agrémenter mes camel d’herbes plus ou moins douteuses…. ;-) :whistle: B-)

      • Et paf ! Voilà ma belle théorie qui vole en éclats… D’un autre côté, elle n’était pas non plus fondée dans le marbre n’étant issue que de l’expérience de personnellement moi-même.

        Parce que moi les gars, j’aimais bien le goût du tabac. Une année, j’ai ramené des “puros” de République Dominicaine, achetés direct à la manufacture où les employés triment pour la moitié du prix d’une boîte par mois et à part ce détail gênant, c’était une franche tuerie à se taper le fion par terre. Même si je n’en ai jamais trouvé d’aussi bons, j’ai racheté ensuite régulièrement des petits cigares d’environ 1 cm de diamètre, c’était le gros kif (rien à voir avec J-C) des vacances d’été, avec le café d’après-repas…

        En vape j’ai commencé par des tabacs synthétiques puis des “goûts tabac” genre Halo, GreenVape, S & S Mods avec même un petit détour par les macérats franchement brutaux de House Of Liquid. La diversification en fruités et gourmands n’est venue que bien plus tard, les origines du retour au tabac se situent aux alentours du Dr Fil et de ses “Absolu”, vraiment extra. Les macérats occupent régulièrement le stock depuis les Il Vaporificio devenus aujourd’hui Black Note, j’ai recommandé pas plus tard que ce matin les 3 Hell’s Mixtures et du Cigare Italien pour accompagner Old Times et Contrappunto…

        J’ai quand même aussi mon petit paradoxe perso puisque je vape tous les jus en pur DL, sauf les macérats que je préfère en “RDL” quitte à creuser (un peu) des joues pour pécho tout de même un peu de vapeur .

  7. Vapodistri semble toujours fâché avec l’indexation de ses pages…
    Pour retrouver les concentrés “non filtrati”, il vaut mieux taper “azhad” dans la barre de recherche du site plutôt que passer par les menus “DIY”, “Macérats de tabac”, “Azhad’s Elixirs” où seul “Gold America” apparaît pour cette gamme “jaune”.
    Cland’, si t’es en contact avec eux…

  8. superbe revue clandestino je n’est pas pour l’instant céder au macérât ma première tentative ne ma pas convaincu je ferai peut-être une seconde tentative sur mon kayfun lite pour voir avec un macérât pas trop costaud style tabac pipeaa

    • Merci Mex’ ! :good:
      Ben c’est sûr que les macérats ne peuvent pas plaire à tout le monde ! Comme l’a suggéré Nes’, si tu n’étais pas particulièrement fan de Tabac (en tant que végétal) du temps où tu clopais encore, alors ceci peut expliquer cela. :unsure:
      Mais c’est pas une généralité non plus : perso, je ne fumais que des Camel, d’abord en clopes, puis en roulées. Et ce n’est qu’avec les macérats que j’ai commencé à découvrir la magie du Tabac, et ses innombrables nuances possibles (et c’est pas fini, loin de là même !). Chaque essence de tabac a naturellement une personnalité différente. Une même variété cultivée à différents endroits du monde n’aura pas le même goût non plus. Je suppose que comme pour le vin, il y a aussi de “bonnes années”, et des moins bonnes… Et si à ça, tu rajoutes les différentes techniques de curage/séchage inventées par l’Homme, alors tu comprends que le Tabac (le vrai, pas celui de Big Tobacco remplit de saloperies) est un univers absolument fascinant. :heart:

      Pour ma part, j’ai débuté avec des tabacs blonds style Virginia, Turcs, ou Cavendish (qui est un Virginia ou un Burley fermenté dans de la mélasse –> goût sucré), qui m’ont paru les plus abordables.
      Au départ, des tabacs plus corsés comme le Kentucky ou pire, le Latakia, me filaient carrément la nausée. :yes: Alors qu’aujourd’hui, j’en raffole !!! :heart:
      Tout ça pour dire qu’il y a parfois une phase plus ou moins longue “d’éducation du palais” qui est nécessaire pour vraiment apprécier les macérats. ;-)

  9. Petit message destiné aux habitués du Gros Fofo qui nous lisent (je viens de passer vite fait sur le Topic “Tabacs naturels, NETs, Absolus”, mais j’ai pas de compte sur le gros fofo) :

    –> vous pouvez venir discuter ici avec nous, notamment pour nous “éduquer” sur ce que vous considérez comme les bonnes pratiques pour apprécier au mieux les macérats/NETs.
    Ce serait intéressant ! ;-) :yes:

  10. Yo Les Pirates..!!! Yo Clandé ..!! la Bonne année macérée À tous bien évidemment.. :yahoo:
    Quel ARTICLE …. :good: C rigolo , me suis énervé ce WE en mode Stockage début d’année 5L/PG 5L/VG , d’la Nico en 75g/ml..on fait Gaffe ça picote.. :whistle: pas trouvé les gants, au Final on sort 5L en 40/60 à 3mg.. B-) B-) ETTTTT La commANDE de VapoDistri, livrée pile poil en direct dans 1 ptit Sac en feutrine noir Classe direct à l’appart sans paquet par 1 livreur dédié VapoDistri ( pas compris… :unsure: ) ptêtre parce qu’on est voisin géographiquement ou le montant d’la commande….. :whistle:
    Bref Forcément y’a du Azhad Clandé… ;-) , au moins 2 des 4 , j’ai pas trop fait Gaffe, j’étais un peu speed avec ces. 75mg de Nico qui traînait sur la table…J.ai aussi pris 1 autre marque italienne qui propose en 20ml concentré , pour envoyer du Flacon de 200ml direct…ça sentait Bien..
    Ton article est très bien Fait Clandé : RÉFÉRENCE , Steeeeeeeeeep en Cours les pirates, y’a du stock à la Casba.!! B-) B-) B-) .

    • Hey TheFlow !!! :bye: Ça fait plaisir !! La bonne année à toi aussi !!
      Je vois que tu perds pas les bonnes habitudes, toujours dans les macérats et le DIY.. :good: Et Môssieur a même son livreur privé, c’est pas beau ça ?? :yahoo: T’as pris l’abonnement VIP chez VapoD ? :unsure:
      Si t’as pécho quelques Non Filtrati, tu viendras nous dire c’que t’en as pensé hein :yes: , parce que perso, cette gamme m’a quand même bien scotché, mais après c’est toujours pareil : on ne sait jamais si on trippe tout seul dans notre coin, ou si les autres ont le même ressenti… Alors un p’tit passage, même éclair, ce sera pas de refus. ;-)
      Et dis voir un peu, c’est quoi cette “autre marque italienne” en 20 ml ? En cherchant un peu, on pourrait trouver, mais vas-y, dis-nous en un peu plus…

  11. @clandestino

    Niveau artillerie, je suis assez “a l italienne” c est a dire un montage simple, fil fin 29 28 27ga0, 2mm, 2.25mm voir 3mm en sachant que plus le diam est gros et plus ressort l aromatisation (si il y en a) et vice versa. pour etre puriste, c est 13.5W.

    Pour les ato, j en ai une floppé mais pour dégrossir :

    Blond : spica, phenomenon zest
    sombre : byka v8, sputnik
    aromatisé : penodat, FEV 4.5s+

    Je te conseille vivement de te creer un compte sur le gros fofo et de venir sur le thread dedié, tu y sera bien accueilli et c est une mine d information en plus d etre le plus grand repaire d amateur de nets francophone… Et cela pourra alimenter peut etre de futur articles sur le Navire.

    • Ah ouais, c’est précis @Cost, je vois qu’ça rigole pas !! Joli matos, bien spécialisé. :good:

      Bon, effectivement, on n’a pas du tout la même vape, tu m’excuseras d’avance auprès de tes collègues du gros fofo si cet article vous a paru vulgaire. J’espère qu’en tant que puristes, vous pourrez capter qu’ici sur le Navire, on est à la bonne franquette et un peu rustres. Des pirates quoi, tu vois ? :-)

      Dans les jours qui viennent, je vais être un peu trop booké pour en avoir le temps, mais promis, j’viendrai vous voir un de ces 4 dans votre tanière, ça sera intéressant et riches d’enseignements, à n’en pas douter :yes: . Je compte sur toi pour que tes acolytes ne me clouent pas au piloris hein ! ;-)

  12. @clandestimo

    pas de problème !!! il me semble que tout le monde est tres satisfait que ce genre de vape sorte d une niche… et ce que tu fais est une grande aide pour notre style de vape..

    passe tu y sera accueilli avec joie et bienveillance… a tres vite

  13. salute.
    je voulais savoir si l’on pouvait mélanger extrait et macérat d’une même marque
    (genre tabacheria) afin de creer où adoucir des composition..etc..
    par exemple, mélanger un extrait de virginia avec du macérat burley..
    merci.

    • Salut Antoine,
      Là comme ça, j’aurais envie de dire “pourquoi pas”. Après tout, si tu trouves le bon équilibre et que ça te convient comme ça… Y’a pas encore de loi pour t’interdire de tester…. ;-)

      Maintenant, si tu fais ce genre de mélanges, plus que d’adoucir ton Extrait, tu vas surtout lui modifier son équilibre naturel. Normal, vu que tu ajoutes une saveur… :whistle:
      Donc, si ton Extrait est trop fort pour toi, tu pourrais peut-être commencer par le diluer en ajoutant de la base. Tu le doses à combien, ton Extrait de Virginia ?

  14. Salut Clan.
    En fait, je me demandais si un extrait de Virginia pouvais adoucir un macérat de Kentucky par exemple..

    je parlais plus d’un point de vue général concernant la faisabilité de mélanger extraits et macérats.
    je n’ai en ma possession ni extrait de Virginia ni macérat de Kentucky.
    mais au vu de ce que tu me dis, macérats et extraits ne devraient pas se mélanger ?

    et en effet, je sais pas si j’aurais dû employer le mot “adoucir”.(car oui, réduire le nombre de goutte de l’arôme ou augmenter la base atténuera le ressenti)
    je voulais dire : adoucir dans le sens modifier le côté sec d’un Kentucky par exemple en lui apportant une mini touche sucrée (mini hein..) avec par exemple une touche de black Cavendish ou de Virginia..

    ce qui a motivé ma réflexion se trouve sur cette page de forum italien :
    https://www.svapo.it/discussione/100766-ricette-la-tabaccheria/#comment-1378438
    ils ont l’air bien s’amuser quand même.. :wacko:
    c’est un peu le principe des “hells mixtures” de la tabach (mélange d’extraits)

    • Je vais pas te mentir, j’ai jamais testé de mélanger extrait et macérat. Mais a priori, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas. :scratch:

      Bon là, j’ai pas vraiment le temps de m’attarder, j’me casse en voyage pour quelques jours, mais en tout cas, MERCI pour ton super lien : les mecs s’amusent bien en effet !! :yahoo:
      Perso, les seules fois où je mélange des extraits entre eux, c’est quand j’ai la flemme de nettoyer le tank de mon ato entre 2 refill. :wacko:
      J’apprécie beaucoup par exemple un bon tank de Virginia quand, juste avant dans l’ato, j’avais vapé du Oriental.
      J’en suis pas encore à essayer de me constituer des Blends (mélange de différents tabacs), mais ton lien ouvre des perspectives plus qu’intéressantes. :yes:

  15. @Antoine…

    tu peux melanger extrait et macerat… du moment on ton macerat steeper te convient.

    le virginia ou le BC vas arrondir le kentcuky… tu aura donc un blend plus suave.

    • Hello, J’avais découvert grâce à tes revues les précédentes gammes d’Azhad… et je me suis bien éclaté en Italie à chercher quelques distributeurs d’Amaretto ou de Persian Ice l’été dernier au fin fond des Pouilles 😂👌 Par contre, je m’étais abstenu sur cette gamme à cause de la mention “non filtrati”. Dois on en déduire que ça encrassé ENCORE plus les coils ou rien à voir ? Parce que certains Azhad chez moi me tuent les coils à une vitesse supersoniques !! Sinon.. Je profite du post, si quelqu’un connaît des équivalents gustatifs à la défunte marque Trabuco Vapors (Portola, Silverado), des macerats full VG et gourmands… je desespere depuis 2018 !!! Grazie per tutti il clandestino !

  16. Ok merci les gars..
    Sinon petit hs : sur un magasin que vous connaissez bien, j’ai vu qu’il vendait des bases neutres (0mg)
    de marque ” les basiques” (Produit de haute qualité pharmaceutique qu’il disent)
    Quelqu’un l’aurait-il goûté ? je ne trouve nulle trace de cette marque sur le net…

    • Déjà goûté oui. Rien à dire, bonne base et pas chère en plus. C’est celle que je vaperais tous les jours si je ne prenais pas de la base végétale. Les basiques, ou la seule base de qualité pharma qui ne me fait pas tousser. Tu peux foncer sans souci.

  17. Deux remarques après m’être enfin décidé à mixer mes deux “non filtrati”, Old Times et Contrappunto…
    – Pourquoi 12% avec des flacons de 10 mL ? C’est pénible à doser, il aurait été plus simple de mettre 12 mL dans les flacons ou de préconiser 10%. Enfin, j’ai quand même suivi le dosage, 10 mL pour 83,3 mL de base.
    – Jamais vu des liquides aussi sombres après dilution, même le Grumpy’s et les Hell’s Mixtures me semblent un poil plus clairs. Les résistances et le coton vont morfler !
    Rendez-vous dans deux mois pour la dégustation… :cry:

  18. Le Old Times est passé en dégustation après trois grosses semaines de steep.
    J’ai l’impression que le côté “non filtrati” amène une dimension supplémentaire au macérât, plus de force, plus d’épaisseur, plus de corps. Plus macérât qu’un macérât, en quelque sorte !
    De quoi déplaire un peu plus à ceux qui n’aiment pas ces jus et séduire un peu plus ceux qui les apprécient…

  19. Ouais, même ressenti !
    Non filtrés et 24 mois d’assemblage, les différents ingrédients donnent l’impression, non pas de se mélanger, mais de fusionner. C’est difficile à exprimer en mots, mais effectivement, c’est comme si on entrait dans une dimension parallèle du macérat. :wacko: :yahoo: :bye:
    LOL, le mec qui trippe… B-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-) 
 

Le bilan de vape 2020 de Nesquick

Test de 5 tabacs synthétiques de la gamme Dreamods.