in

Aston RTA (Aston Vape) : L’outsider

Aston Vape, on ne présente plus, maintenant tout le monde connait : c’est la branche middle-end d’AllianceTech Vapor. Après avoir imposé son staïle d’entrée de jeu avec son sublime petit dripper saveur Aston 22, v’là pas qu’Aston Vape tape maintenant l’incruste sur le créneau des RTA ! Le premier vrai RTA de chez AllianceTech, d’ailleurs, si je ne m’abuse ! Y’a du challenge chez AllianceTech, et de l’audace aussi. J’aime ! Alors quand le Daron a évoqué la sortie imminente du Aston RTA, je n’ai pas hésité une seule seconde : un p’tit coup de fil au fabricant, et hop, emballé pesé, et expédié le jour-même ! Merci les gars, la vie est simple quand ça se passe comme ça ! Bon, malgré tout, on est là pour dire la vérité, alors c’est ce qu’on va faire sans plus tarder, sans complaisance aucune. Ouhhhh, pression !!!

Marque de fabrique d’Aston Vape, le Aston RTA ne s’embarrasse pas avec des packaging aussi foireux que bariolés, et arrive en toute simplicité dans sa désormais traditionnelle pochette de velours noir et sa cloche en plastique. Un manuel utilisateur illustré, un sachet de spares, et un tank en PSU (Polysulfone) viennent compléter l’ensemble.

C’est sobre, solide et efficace, pas besoin d’en dire plus. Passons donc sans plus tarder au RTA.

 

Présentation

Le Aston RTA, disponible en 2 coloris (« Mate SS », et « SS » simple), fait 24 mm de diamètre pour une hauteur hors drip-tip de 31 mm, ce qui en fait un atomiseur trapu et discret. Désolé Daron, ce ne sera pas lui pour ta Créavap’ Gandalf… Tout en inox 304L, il arbore un drip-tip légèrement conique en Delrin, et son tank en pyrex embarque 03 ml de liquide, mesurés à la seringue.

Comme toujours chez AllianceTech, on est sur des courbes sobres : personnellement, j’adore !

Lorsqu’il est désassemblé, l’atomiseur ressemble à ça :

Un drip-tip, un top-cap, une cloche, un tank pyrex, un plateau de montage, et une bague d’airflow. Là encore, on ne prend pas de risque, c’est du grand classique ! Le remontage de l’atomiseur est également tout ce qu’il y a de plus intuitif, je ne m’étends pas. Attardons-nous en revanche quelques instants sur plusieurs points.

 

Le plateau

Pour un RTA single coil, on peut dire que le plateau n’est pas commun : il ressemble plus à un deck de dripper qu’à celui d’un RTA mono coil « classique ». Si les saveurs restituées sont dans la même veine, c’est tout bénèf’, mais nous n’en sommes pas encore là, chaque chose en son temps. Pour l’heure, on découvre donc un plateau situé à mi-chemin entre celui du Flave et celui du Aston 22, les trous d’airflow en moins :

Les emplacements qui accueilleront les pattes de notre coil présentent un léger décrochement, ce qui est évidemment une bonne nouvelle pour ne pas avoir à déplorer de fugues sournoises du fil lors du serrage des vis :

Dans son ensemble, on a donc à faire à un plateau parfaitement bien usiné, rien à redire ! De chaque côté de la base du deck, 2 arrivées de liquide de forme ovoïde viendront alimenter les mèches de coton. On les voit bien en arrière-plan sur le cliché suivant :

Elles sont de format plutôt rikiki, ce qui augure une vape tranquille, tout en finesse. Mais patientons encore un petit peu avant de découvrir tout ça, et remarquons plutôt qu’un tout petit arrondi a été usiné sur le rebord situé juste au-dessus des arrivées de liquide : c’est le guide sur lequel nous poserons notre gabarit lors du montage : simple, mais tellement pratique !!

Voilà, on a fait le tour du plateau, c’était rapide, mais quand le matos est aussi propre que dans le cas présent, il n’y a pas besoin de s’attarder plus que ça. D’autant qu’il y a plus intéressant !

 

La cloche

Joliment gravée du logo d’Aston Vape, elle a la particularité d’être totalement cylindrique !

A l’intérieur, aucun dôme saturateur de saveur : le toit de la cloche est aussi plat que le pays de l’ami Bruce ! En regardant bien, mais on ne le verrait de toute façon pas sur une photo, ce n’est pas tout-à-fait vrai : il me semble qu’il y a un dôme rikiki  (mais faut vraiment avoir le nez dessus !) juste avant l’entrée de la cheminée. Toujours est-il qu’une fois vissée sur le plateau, la cloche forme une chambre d’atomisation minuscule, compte tenu de la configuration des posts de montage. Hé hé, c’est de très bon augure pour les saveurs, tout ça !!! Mais faut-il rappeler qu’une chambre d’atomisation ne fait pas tout sur un ato, et que sans un système de ventilation adapté, elle n’est rien ?

 

Les airflows

Les canaux d’admission d’air du Aston RTA sont au nombre de 2 : un trou latéral d’environ 1.8 mm de chaque côté, au niveau de la base de l’ato. C’est tout !

Alors autant le dire tout de suite : les amateurs de grosse vape, désolé, c’est pas pour vous, vous pouvez retourner à une occupation normale… Bien, nous voilà donc en comité restreint, entre gens civilisés et raffinés…

Comme on peut le constater sur la photo précédente, la bague d’airflow – dont la course est limitée par une petite butée usinée dans le corps du plateau – présente 2 trous d’un côté, et un seul de l’autre, si bien qu’il sera donc possible de vaper soit avec 1 seul trou ouvert d’un côté, soit un trou de chaque côté. Et c’est tout ! Pépère, qu’on a dit !

Mais tout ça ne nous dit toujours rien sur la trajectoire qu’empruntera l’air, ce qui à mon avis est quand même un point essentiel dans le rendu d’un atomiseur ! Pour comprendre, hop, on démonte le pôle positif, et on regarde ce qui se passe :

L’air entre par le bas du pôle positif, et suit une trajectoire ascendante en biais (un peu plus de 45°), qui viendra se croiser juste avant de taper le coil par le dessous. Je ne spoile pas, mais théoriquement, le résultat en terme de rendu devrait être vraiment pas mal ! Voilà, il ne nous reste plus qu’à réassembler notre deck, et à monter l’atomiseur. En musique :

 

Montage

Mettre en œuvre son Aston RTA est vraiment très simple : un seul coil, le gabarit posé sur le guide usiné dans le plateau, et zou, on n’a plus qu’à solliciter l’excellente visserie pour finaliser le montage. L’espacement des 2 vis de montage étant d’environ 6 mm, j’ai immédiatement installé un coil de fused clapton 2*28 Ga, qui fonctionnait bien à la dégustation, sans toutefois me convaincre pleinement. J’ai donc continué à chercher, et me suis finalement arrêté sur un triple twisted de kanthal A1 : 3*28 Ga, 7 tours sur un axe de 3 mm, réz. à 0.60 ohm. On est bien au-dessus de 0.4 ohm, comme le préconise AllianceTech dans son manuel utilisateur.

Les seules choses auxquelles il faut faire gaffe, c’est d’abord de construire son coil en tortillant son fil dans le sens des aiguilles d’une montre (les gauchers seront contents), et ensuite de bien couper les pattes de son coil au ras des posts du deck, pour éviter tout risque de court-jus. Attention sur ce dernier point, car l’espace disponible entre le pôle de montage et la cloche est vraiment infime. C’était mieux foutu sur le Aston 22 je trouve.

Bien que l’ato soit très permissif sur l’épaisseur de la mèche, le cotonnage joue quant à lui un rôle essentiel, car vous l’avez sans doute remarqué, il n’y a aucune gestion des arrivées liquide sur le Aston RTA. Il faudra donc une longueur de mèche suffisante (environ 2 mm de plus que la largeur du plateau) pour qu’une fois inséré jusque dans le fond de la cuve, le coton soit bien en contact direct avec les arrivées de liquide.

Sans ça, vous savez déjà ce qui vous attend : la pi-sci-ne !!! Au global, on est donc en présence, malgré quelques légères précautions à prendre, d’un ato extrêmement simple et rapide à monter. A la portée de n’importe qui, vraiment ! Même correctement cotonné, il ne sera toutefois pas rare d’avoir à essuyer au sopalin, après remplissage par le haut de l’atomiseur, 1 goutte de suintement (pas plus) au niveau de chaque airflow, mais ensuite, plus rien, l’ato est parfaitement étanche. Dernière petite remarque avant de passer à la dégustation, pour être tout à fait pointilleux : le joint noir à la base du deck est assez imposant. C’est sans doute nécessaire pour assurer une étanchéité parfaite du tank, mais du coup, ça gêne parfois un tout petit peu pour attraper correctement le pas de vis lorsque l’on visse la cloche sur le plateau après cotonnage. Mais très franchement, en y allant calmement, on y arrive très bien, il n’y a donc vraiment pas de quoi fouetter un chat, ce qui nous permet d’enchaîner illico sur la vape procurée par le Aston RTA.

 

Ressentis

La première chose à préciser, c’est au niveau du tirage. Ouvert à fond, on est sur un DL vraiment restreint, comparable à un Hypersonic ouvert à fond, pour ceux qui connaissent (c’est-à-dire à peu près tous les pirates récurrents du Navire). Il est bien entendu possible de réduire le tirage, jusqu’à obtenir une vape MTL, avec ½ trou ouvert (la bague d’airflow n’est pas crantée). On sera alors sur un tirage semblable au Leto 24 MTL ouvert à fond. La différence en termes de rendu sera alors vraiment perceptible en fonction du réglage d’air choisi.

Mais dans tous les cas, le Aston procurera une vape démentiellement goûteuse, pas forcément très dense ni épaisse, mais particulièrement riche en saveurs. Que ce soit sur du macérat ou extrait de tabac, du gourmand ou du fruité, il s’exprimera avec grâce et aisance, offrant à son utilisateur une précision de rendu sensationnelle, presque digne du Kayfun Lite 2019, mon champion en la matière. C’est dire le niveau !!

A mesure que l’on réduira l’airflow, on augmentera le niveau de saturation des arômes de manière très significative, jusqu’à obtenir ce que je n’ai jamais obtenu sur aucun RTA saveur EVER ! En la matière, même monseigneur Precisio devra s’avouer vaincu.

Mais ce qui est le plus remarquable avec cet ato, c’est qu’il conserve en toute circonstance un équilibre parfait entre saturation des arômes et précision de rendu.

Au classement combiné, impossible pour moi de dire où se situe précisément le Aston RTA dans ma hiérarchie des RTA MTL, mais une chose est sûre néanmoins : c’est du très très lourd ! Je n’ai plus un podium désormais, mais un Big 4 : sans la moindre gêne, l’outsider s’est taillé une place de choix aux côtés des références du genre.

Aston RTA : Amateurs de saveurs raffinées, foncez les yeux fermés !

Amiral

Ecrit par Clandestino

Passager clandestin du Navire pendant des années, les rats ont failli avoir ma peau dans les soutes, alors j'ai dû quitter ma planque. Mais maintenant que je suis à découvert, pas le choix, je vais filer un petit coup de main à l'équipage, en toute subjectivité bien-sûr. Pas envie de finir balancé aux requins... Loin d'avoir l'expérience et la roublardise des vieux loups de mer qui sévissent sur ce rafiot, je vais humblement commencer par aller frotter le pont, histoire de pas faire de vagues.

39 Comments

    • C’est aussi la réflexion que je me suis faite au premier abord, notamment à la vue des arrivées de liquide, taillées au beau milieu du pas de vis destiné à recevoir la cloche. Mais ça s’arrête à peu près là. Bien sûr, comme dans n’importe quel domaine, on a tous nos sources d’inspiration, et tant qu’à faire, autant s’inspirer des meilleurs !!

      Mais il me semble que ce Aston, bien qu’il ne révolutionne que dalle en termes de conception, a son identité propre. Le GTR a un système de gestion des arrivées de liquide, le Aston n’en a pas. Le plateau du GTR est ambidextre, pas celui du Aston. La cloche de ce dernier a le toit plat, celle du GTR est dômée. La bague d’airflow du GTR est crantée, pas celle du Aston. La trajectoire qu’emprunte l’air est différente sur les 2 atos également. Bref, on pourrait comparer point par point, en fait ces deux atos n’ont rien à voir !
      La preuve : ils ont des rendus très différents ! ;-)

  1. Merci pour cette belle revue Cland! :good:

    J’aurais préféré en 22mm, ma Gandalf aussi :cry: . Mais il a l’air simplissime quand on regarde sa conception, et au final si il est si bon que ça, pourquoi faire compliqué après tout? :yes:

    En tout cas il a un joli look, j’aime :heart:

    • Merci surtout à toi Daron, d’avoir signalé la sortie de cet ato ! ;-) Et Merci à AllianceTech également :-)
      Tu as tout bien résumé : cet ato est simplissime dans sa conception, et s’avère une merveille de simplicité à l’utilisation.
      Il n’empêche que techniquement parlant, tout est superbement bien équilibré (taille des arrivées de liquide / taille de la chambre d’atomisation / Taille des airflows…). C’est là que tu vois qui sait faire un ato ou pas. Pour une première sur le créneau RTA, Alliance Tech a fait très fort je trouve. Clairement, ils savent de quoi ils parlent. :yes:

  2. Avant on avait Jib, maintenant on a Clandestino, on n’a pas perdu au change! :good:
    De très belles photos avec un texte qui se lit comme du ptit lait, chouette.
    Je reste avec mon Zeus, mais il pourra interesser pas mal de MTLeux ;-)

    • Merci, c’est gentil Cap’s, mais ne te méprends pas : Jib sait ce qu’il fait avec un Reflex dans les mains, moi pas ! :whistle: J’ai essayé à un moment donné, mais j’ai lâché l’affaire, pas assez de temps à consacrer à l’apprentissage de cet Art. Et puis, faut dire que ton compresseur d’images bousillait un peu mes tofs, j’ai jamais trop compris pourquoi. Alors tu vois, un portable à 150 boules, un éclairage qui va à peu près bien, et ça fait illusion ! :-)

  3. Bon ben j’ai quand même lu jusqu’au bout même si ce RTA n’est clairement pas un client pour moi !
    Enfin, ça fait toujours plaisir de voir un vapoto content avec ses joues creuses et ses soi-disant saveurs de ouf… ;-)
    Je ne sais pas ce qui m’y a fait pensé mais il m’est revenu en mémoire le Phenomenon de Gus Mods, la star absolue du MTL qui en plus d’être meilleur que tous les autres est une vraie purge à monter, ce qui le hisse au rang de légende absolue.
    Mais bon, c’est pas l’sujet comme on dit, je voudrais pas mettre la grouille chez les MTLeux ! :unsure:

    • Ben oui, je me doutais bien que ça te plairait pas…. Tant pis pour toi, tu passes à côté d’un ato aux saveurs de ouf avérées. ;-) T’as qu’à pas tirer comme une brute sur tes atos… :whistle:
      Pour moi, le Aston joue dans des sphères où il est impossible de dire “qui est le meilleurs”. Il est dans la cour des grands, et n’a à mon avis rien à envier aux stars du genre. Un de ses nombreux atouts réside dans le fait qu’il est vraiment user friendly. :yes:

  4. Pour un gars qui voulait rester clandestin c’est raté avec des revues comme ça. Et tu nous glisses gentiment une nouvelle box en photo? Photos qui d’ailleurs ont fait un bon en qualité depuis tes début waou. Bon j’arrête pour prendre soin de tes chevilles. Merci pour la revue.
    Bon si j’avais de quoi mettre du 22 mm je me poserai la question de ce RTA. J’ai bien en projet la Ehpro Cold Steel, mais ça précipite tout. :wacko:

    • Merci Ez’, t’inquiètes, mes chevilles vont bien. J’me suis bien fait une petite entorse il y a de ça une quinzaine d’années, mais ça va, ça s’est remis à peu près ;-)
      La box, c’est une ‘Take it Go’ de chez Ultroner. Ça faisait très longtemps que je me cherchais une petite mono 18650 pour roder mes coils. Celle-ci est parfaite pour ça à mes yeux : ohmmètre fiable, signal lisse, et possibilité de visser des atos de tout diamètre. Et en plus, sobre comme j’aime, corps en métal et un panel en bois stabilisé. :heart: J’en aurais bien fait la revue, mais c’est une fin de série qui ne se trouve plus actuellement qu’en coloris rouge. Aucun intérêt, donc.

      Pour l’ato, je suppose que tu voulais dire “si j’avais de quoi mettre du 24”.. :unsure:
      Y’a pas urgence non plus, l’ato vient de sortir. Et à mon avis, vu que c’est le seul RTA d’Alliance Tech, il y aura plusieurs batches.

  5. Un grand plaisir oui de lire notre Cland’. Merci pour ce moment. Actuellement, c’est Zeus X Mesh et Diesel RTA pour des machines à vapeur et à saveur me concernant mais il est beau cet ato…

    • Avec plaisir, même si je sais bien que ce n’est pas ta came… Qu’est-ce tu veux, quand on passe au double-coil top airflow, on ne peut plus revenir en arrière…. ;-)
      Tant pis pour vous les gars, ce Aston RTA est une dinguerie de finesse, de précision, et de délicatesse. À des années lumière de la vape qui poutre. :whistle:

  6. Belle revue et et super set-up sur cette box :good:
    juste une petite question : tu vapes à quelle puissance sur ton coil (kanthal A1 : 3*28 Ga, 7 tours sur un axe de 3 mm) ?
    je trouve que ça fait beaucoup de matière pour du mtl.
    Mais je suis pas un référence je vape petit bras :yahoo:

    • Merci Ludo ! :-)
      C’est difficile à dire à quelle puissance je vape, vu que je n’utilise plus que des boxes VV et des mods méca. Mais en MTL, mon sweet spot se situe de mémoire à 30-35 watts, avec des réz. aux alentours de 0.6 ohm.
      Je te rejoins sur le “ça fait bcp de matière pour du MTL” : ce n’est apparemment pas commun de vaper comme je vape. Mais que veux-tu, c’est la vape que j’aime. Les twisted de kanthal A1 correspondent à ce que j’aime pour du MTL : grosse surface de chauffe, pour une vape offrant du relief et la possibilité d’envoyer quand même un peu de patate.
      Ancien gros fumeur de oinj’ et de clopes roulées, il faut croire que je cherche en vape le même type de sensations qu’à l’ancienne… :unsure:

      • je fumai aussi des roulées, beaucoup de roulées :negative:
        Aujourd’hui plus rien, que de la vape depuis un peu plus d’un an ;-)
        sur le KF pas vraiment moyen de placer des coils complexes.
        je vais essayer sur le leto mtl.
        De toute façon il lui faut des gros coils diamètre 3 mini sinon il fuit !!!

      • En effet, le KF n’est pas fait pour des fils complexes !
        Mon twisted de kanthal 2*28Ga, c’est le maximum. Plus gros, ça ne passe plus dans les posts.
        Les fils “MTL fused clapton” s’installent eux parfaitement bien dans le KF. Le résultat est bien, mais ne me convient pas (pas assez de surface de chauffe, pas assez de “relief” dans la vape procurée).

        Le Leto 24 MTL est dans mon top 4 MTL ! Il ne fout pas une seule goutte à côté dès lors que tu enlèves le joint situé sous le top-cap. Va voir la revue à l’occasion, c’est Le Daron qui a donné l’astuce, et ça fonctionne parfaitement bien ! :yahoo: Sans ça, le Leto était d’ailleurs au cimetière me concernant. :whistle:

        Quand tu dis “De toute façon il lui faut des gros coils diamètre 3 mini sinon il fuit !!!”, tu parles de qui ? Du Aston RTA, ou du Leto 24 MTL ? Ou du Leto 22 MTL ?

      • Je parle du leto 24 mtl.
        J’ai lu la revue et j’ai enlevé le joint du top cap qui impose une surpression dans le tank quand on fait le plein. C’est vrai que c’est beaucoup mieux maintenant.
        Pour autant, je n’arrive toujours pas à le rendre tout propre 😀.
        J’ai toujours des suintements au niveau de l’airflow.
        C’est pas énorme. Mais ça m’énerve 😬.
        Pourtant je l’utilise toujours sur les fruités et quelques gourmands. Il est très bon cet ato c’est juste que je n ai pas confiance quand je le prends en ballade.
        Accessoirement la consommation est aussi bien plus grande que le KF.

  7. Merci pour ta chouette revue, Clandestino !
    MTLeuse assidue, je mets de côté cet ato tout récent sur ma toute petite whish list !

    N’as-tu toujours aucune fuite après plusieurs remplissages ? … Je me méfie bcp des fuites – à moyen ou long terme – des atos à remplissage par le haut. Au début, pas de pb et ensuite les suintements/fuites commencent…

    • En rédigeant l’article, je me demandais à qui pourrait plaire cet ato : t’étais dedans ! Content qu’il t’ait interpellée ;-)

      Je me souviens de tes petites mésaventures (finalement solutionnées) avec le Precisio… ;-)
      Pour être honnête, avec ce Aston, j’ai eu UNE fuite après plusieurs remplissages. Mais c’était complètement de ma faute : j’avais, je ne sais pour quelle raison, trifouillé un peu le coton au moment de recharger le tank. Faut croire qu’en le bougeant, j’avais laissé un appel d’air, qui s’est révélé fatal… :wacko:
      Comme dit dans l’article, il faut vraiment apporter un soin particulier au cotonnage du Aston, car il n’y a pas de système pour fermer les arrivées de liquide, et car l’ato est conçu pour se remplir par le haut. Le coton joue donc le rôle de barrière anti-fuite. Si c’est bien fait, juste une goutte de suintement au niveau de l’airflow juste après le remplissage (et encore, pas toujours), mais après, à l’utilisation, rien, l’ato est parfaitement propre. :yes: :yahoo:

      Mais tu fais bien d’évoquer la question du remplissage par le bas, car je viens de regarder : le Aston peut tout à fait être rechargé par le bas, avec un espace un peu plus large que sur le Precisio. Un flacon Chubby Gorilla passe sans soucis si t’as pas la tremblotte. ;-)

  8. Magnifique revue compagnon. Elle mériterait le Poulitzer des revues vape :good:
    Rien que de la lire, j’ai envie de me l’acheter cet Aston. Mais non, je me suis promis de lutter contre mon oniomanie. Tu vois Clandestino, cette fièvre qui te prend lorsque tu découvres un matos vape qui te fait envie. Fièvre qui ne passe que quand tu as acheté ce matos. Et pourtant tu sais très bien que tu n’en n’as pas besoin vu que t’en possèdes déjà de quoi ouvrir une boutique.
    Mais sans dec (non, je ne déconnais pas) je me doute qu’il doit être bien savoureux. Le fond de la cloche de l’Ammit 25 est aussi dépourvue d’un dôme. Elle est usiné plate comme sur ton Aston. Je sais que je me répète mais l’Ammit 25 est The rta saveurs single coil. Il n’y a rien qui prouve qu’un dôme amplifie les saveurs. L’amplification des saveurs par une cloche en forme de dôme tient plus de la légende urbaine et du marketing et de l’entretien de celle-ci par le marketing de certaines marques pourries.
    Je ne pense pas que les fabricants de vape ont des laboratoires permettant d’analyser l’effet d’une cloche sur le mélange des molécules jus/air lors de l’atomisation. A contrario des fabricants de moteurs automobiles qui, depuis qu’ils peuvent pratiquer ces analyses, sont passés des chambres de combustion des culasses en forme de dôme à des chambres de combustions plates. Le principe d’une atomisation est quasi similaire à une combustion interne. Pour que celles-ci soient parfaites, il faut que les molécules d’air et les molécules de jus (de carburant pour un moteur) soient les plus petites possibles afin de se mélanger de manière le plus homogène possible. C’est la qu’intervient le choix du câble pour sublimer son ato. Car c’est la chauffe de ce câble qui va déterminer la taille, la direction et la température des molécules du jus vaporisé.
    Je ne pense pas qu’il faille en dire plus à ce sujet. Personnellement je ne tiens absolument pas compte des certitudes injustifiées par certains pseudos spécialistes de la vape. Tu vois, ces égocentriques du net qui montrent plus leurs fraises à l’écran que le matos qu’ils sont sensés présenter et qui se la pètent parce qu’ils savent tourner un câble, mdr.
    Bon ok, je me reprends et j’arrête avec mon côté analytique qui rime avec critique. Sorry de vous avoir ennuyé. Déformation professionnelle.

    Je n’achèterai probablement pas cet Aston mais tu m’as vraiment donné envie de vaper dessus pour ressentir les émotions que tu nous as décrit.

    Bonne vape à toutes et tous.

      • Merci mon Capitaine pour avoir palié à mon manquement. Je manque encore d’expérience sur le navire.
        Ok, je mérite d’être de corvée patate pendant toute la traversée ;-)

    • Hey, merci pour la leçon sur les principes d’atomisation Bruce ! :good: Je te rejoins complètement, le choix du câble peut te changer un ato dut tout au tout. :yes: On en a d’ailleurs eu une petite illustration dernièrement, sur le Reload 26…

      Sinon, et comment, que je connais le syndrome du vapoto neuneu compulsif…. C’était même tout moi l’an dernier, à partir du moment où j’ai commencé à traîner de manière assidue sur ce rafiot… 38 atomiseurs, rien que pour 2019… :wacko: Cette année, j’ai l’impression de m’être un peu calmé, mais ce n’est peut-être qu’une impression…. :unsure: On verra ça dans le Bilan de fin d’année.
      En attendant, me voilà à lire la revue de Jib sur le Ammit, et à chercher un shop qui le propose encore… C’est malin, t’es fier de toi ? ;-)

    • Hey nan n’arrête rien malheureux !!! C’est un trois mats ce rafiot, il a besoin de connaissances pour hisser haut :yes:
      Joli texte, qui embellit cette belle revue, merci :heart:

  9. Qu’ils sont forts ces matelots 😅…
    j’avoue sans complexe avoir demandé à notre ami gogol ( non, pas le 1er du nom ) si lui connaissait le sens du mot « oniomanie ». 🧐.
    Je ne sais pas non plus si la chambre de ´combustion’ de l ato est dû à un savant calcul des fabricants.
    Mais je sais que je peu faire confiance au navire.
    Donc si cland’ le classe dans son top 5 c’est qu’il mérite un essai. Dans quelques mois peut-être… 🤭 oniomanie 🤔 mince je devrai peut-être consulter 😝

  10. Très bien cette revue Clandé :good:
    Maintenant c’est du MTL… sauf que pas complètement et tu le compares à l’Hyper. Pour toi donc l’Hyper ouvert aux quat’ vents est un DL restreint ? C’est une donnée à prendre en compte ça. Et donc ce MTL peut faire sa place chez les DL tu crois ? Ou les saveurs ne sont pas là comparées aux stars des DL ? Ainsi que la quantité de vapeur c’est ça ? De quoi calmer une certaine oniomanie latente ?
    Tes photos sont vraiment chouettes, elles participent au désir d’achat, clairement. Je me demande si il ne serait pas encore plus beau avec le PSU.

    • Les notions de DL et de MTL sont assez bien définies, surtout quand le fabricant lui-même prend la peine d’accoler l’un des deux acronymes au nom de son produit. Leto DL, Leto MTL, Dwarv DL, Dwarv MTL… Ça facilite les choses.

      Malheureusement, nous avons affaire à toute une ribambelle d’atomiseurs situés entre les deux pôles, ni franchement ouverts, ni franchement fermés et là, c’est compliqué. Le DL dit restreint est apparu dans ce ventre mou, on a du bol que personne n’ait pensé au MTL ouvert pour ajouter à la confusion.

      Le DL restreint m’apparaît comme une tentative de plaire à tout le monde, ce qui n’est pas condamnable en soi. Le problème est de pouvoir se situer par rapport à la restriction, il faut tester, se créer des références pour pouvoir comparer.

      Personnellement, je suis tombé sur quelques atomiseurs perçus comme DL restreints qui n’ont pas fait le job. Ainsi, les Expromizer, Kayfun Lite 2019, DoggyStyle et quelque autres ont rejoint le stock dès le premier tank vapé et n’en sont jamais ressortis. Par contre, le Hypersonic lui aussi classifié DL restreint continue une superbe carrière plus d’un an et demi après son acquisition.

      Le dosage est je pense assez personnel et dépend de ce que l’on vape. En règle général, un tirage serré rend des saveurs, un tirage aérien fait de la vapeur. Le Hypersonic s’est chez moi spécialisé dans les macérats car ces liquides corsés et virulents ne me conviennent pas en inhalation directe, je préfère les déguster sur une vapeur saturée, moyennement abondante. À l’inverse, les gros jus ricains en 80 VG que j’affectionne également, souvent vendus en gros contenants et relativement peu dosés en arômes, me vont parfaitement sur des machines nettement plus ouvertes acceptant plus de watts, pour des volumes de vapeur produits vraiment imposants.

      Entre ces deux extrêmes il y a la vape du quotidien, en 50VG/50PG me concernant. Selon mon goût, il lui faut des machines situées plutôt côté DL, sans tomber dans le “full-open” à la mode philippine… Reload, Amadeus, Tauren Max, Dead Rabbit v2 (avec air-flow en grille) font en ce moment parfaitement le job avec des liquides fruités ou gourmands “moyens” genre custards, ni super-aromatiques comme les macérats, ni super-gras comme les High-VG. Une vape dense, bien productrice de vapeur, aux saveurs correctes qui me va très bien, que les MTLeux qualifieraient je pense de DL ouvert tandis que les DLeux purs et durs parleraient plutôt de DL restreint…

      • Oui, sans trop d’expériences je me disais que c’était ça un dL restreint, un hyper ouvert ou un wasp presque fermé. Ce que j’ai le plus en fait. Un aérien ouvert j’ai l’impression d’aspirer de l’air. J’ai besoin d’un peu de résistance. Le kylin mesh est très aérien mais plutôt agréable bien que je le ferme un peu. Son aspiration est moins ventue. Dans le sens où tu n’as pas l’impression d’aspirer que de l’air et pourtant !

    • Yo Kif,
      Comme expliqué brillamment par Nes’, la notion de MTL, DL, DL restreint etc… ne veut pas dire grand chose, et dépendra de chaque vapoto.

      Pour bien situer ce Aston RTA, parce que je me rends compte que ce n’est pas très clair dans la revue, c’est un ato conçu pour vaper en DL restreint, avec 2 positions d’airflow possibles : 1 trou ouvert, ou 2 trous ouverts. Et sur ce créneau là, oui, pour moi on est sur du DL très restreint, comme avec l’Hyper ouvert à fond. Pour toi, c’est un quoi le Hyper full open ? Un MTL ? Un DL restreint ? Un DL très restreint ?

      Pour moi :
      – un DL très restreint, c’est un Hypersonic ouvert à fond. Ou un Aston RTA, dans le cas présent.
      – un DL restreint, c’est par exemple un Dead Rabbit v2 avec l’airflow “grille”.
      – un DL normal, c’est le même Dead Rabbit V2 avec l’airflow cyclope.

      Mais cette question de tirage, c’est un critère très personnel, comme tous les autres en vape, d’ailleurs… :wacko:

      Pour en revenir au Aston RTA, il n’est a priori pas destiné à ça, mais on peut aussi détourner cet ato de sa nature première, et le vaper en MTL, à 1/2 trou ouvert. Perso, c’est là que je le trouve le meilleur.
      Sur ses 2 réglages DL, le Aston est très bien, mais c’est juste que ce genre de tirage DL ne me convient pas : pas assez d’air. Moi, c’est soit je vape en MTL, soit je vape en DL. Et si je vape en DL, faut que je puisse prendre des grosses barres en inspirant fort. Genre le DR2 avec cyclope ouvert à 1/3 (avec l’airflow grillage, je le trouve un poil trop restrictif, et en plus avec mon montage en fused, ça a vite tendance à chauffer), ou le Relaod 24 ouvert au moins à la moitié, ou le Taifun GT4S full open…
      Donc tu vois, c’est pas évident cette histoire de tirage.

      En tout cas, ce Aston RTA n’offre pas la possibilité d’avoir des tirages aériens : on tire pépère sur l’ato, car il ne faut pas oublier qu’on est sur un matos “saveurs” avant tout. Comme dit dans l’article, il offre saturation ET précision. Donc pour la grosse vape, ce ne sera pas avec lui.
      C’est qui, pour toi, “les stars du DL”, en RTA ?

      Quant au PSU, je ne l’ai pas montré en photo, parce que perso, je le trouve moins beau qu’avec son pyrex. Mais là encore, chacun ses goûts. ;-)

      • Pour moi l’Hyper ouvert c’est du DL restreint, mais mon avis compte pour rien car j’y connais pas grand chose. Le WASP par exemple fermé aux 3/4 est aussi du DL restraint.
        Quant aux stars du DL j’en sais rien je connais juste le Wasp l’hyper et le kylin M.

      • Non Kif, ton avis compte autant que tous les autres ! :yes:
        Tu vois, on n’a pas exactement la même appréciation du DL. Mais peu importe. Donc pour toi, ce Aston full open sera un DL restreint. ;-)

Test de la box BF Hippovape Kudos

Test du GeekVape Zeus X Mesh RTA.