in

À la pointe chez Vandy Vape : le Capstone

C’est parti pour un tour

Indus ou bling-bling ? Si t’as pas ton Capstone à quarante ans, t’as raté ta vie !… me disais-je en toute modestie. Une seule solution : demander à ma correspondante de Sourcemore. Je farfouillais avidement dans le catalogue, quand, arrivé sur la page Vandy Vape… mes yeux furent éblouis par les mille facettes de l’objet qui, un peu tardivement certes, allait me faire rejoindre la cour des grands de ce monde ! Le dripper RDA BF-pas BF taillé en pointes comme un… portail d’usine ? un clou de ceinture de biker métalleux ? un… diamant ? Mais oui, un diamant, nom de nom!

Comme j’ai (un peu) plus de quarante ans… j’ai eu le « silver », qui me fait donc passer pour… un métalleux ! Me faire ça… à moi ! Bon, je vais me l’accrocher à mon perfecto.

Et vous, lequel choisiriez-vous ? (crédit photo Vandy Vape, par Sourcemore.)

On déballe !

Trêve de blablabla, l’objet de tous mes désirs m’arrive dans une boîte (ah, bon ?), et, quand je déballe en piaffant d’impatience, je trouve ceci :

Il y a du monde, étrange et bizarre !

Oh ! une boîte un peu cheap, mais bien pleine ! Et avec des trucs que je connais pas, en plus (ah, bon ?)… Va te renseigner, feignant ! me dis-je derechef. OK, chef, OK ! De droite à gauche :

— l’étui en carton ajouré, avec, négligemment posés dessus un sachet de spares bien fourni (outil de montage, vis, joints, pin non BF) ainsi qu’un couple de coils à la tronche pêchue ;

— un machin bizarre en escalier avec une étrange flèche blanche ;

— un drip-tip 810 blanc, opaque et bizarrement pailleté ;

— une cloche en plastoc étrange ;

— une base bizarre et son plateau de montage étrangement pyramidal ;

— la cloche bizarre hardcore-bling-usine métal ;

— l’étrange adaptateur 510 ;

— le drip-tip en 510, mais, bizarrement, à embouchure large.

Voilà qui est biz… autant qu’étr

Je continue mon exploration, en vérifiant que ce Capstone est bien un dripper BF, je m’en doutais, puisque je venais de voir un pin non-BF dans le sac de spares, vous suivez ?

BF ET NON-BF

Ouiii ! le dripper possède un magnifique pin BF monté d’origine.

En plus, il a l’air content, le bougre :-) :-)

Mais c’est quoi, ce logo aussi pyramidal que biza… ? Vous pouvez voir que la base est munie, en plein milieu, d’un joint isolant et antifuites. Sur la circonférence (au fait, l’ato fait 24 mm), on voit deux bon gros joints toriques pour l’étanchéité. Rassurant, non ? Mâââzette, mon Capstone a un numéro de série pour moi tout seul (en vrai, il y a deux numéros… mais c’est pas grave) !

Allez, on avance, nom de nom !

La base qui va bien !

Ça donne quoi, de l’autre côté ?

Whooaaw, voilà une pyram cuve profonde !

Eh ben, sur ce côté qui nous intéresse quand même le plus, il se trouve une cuve à liquide très profonde (5 mm facile), et ça, tout bik… vaper qui drippe vous dira que c’est d’la balle parce que ça laisse du temps pour écluser sa bibine favorite avant de squonker ou de dripper à nouveau !

Euuuh, je voudrais pas avoir l’air d’insister, mais… y a pas comme une sorte de pyram…, là ?

T’accouches ?

Le secret de la pyramide !

Ça vient, ça vient, crénom de nom !

Tiens ! une pyramide… Bizarre, bizarre !

Eeeeeh oui, il y a bien une pyramide aussi bizarre qu’étrange (vous voyez que j’avais pas tort !). Bon, ben voilà… on a percé le dernier secret de la pyramide, tant mieux, comme ça j’ai fini ma revue. Allez, à la proch

Hé ! oh ! oh ! Reste avec nous s’te plaît !

Bon, d’accord, mais c’est bien parce que c’est vous. Aaaalors, c’est quoi le truc ?

D’abord, c’est pas un truc, c’est un des plateaux les mieux pensés de la vape, rien que ça ! Et comment ça marche : archi-bien ! Bon, je peux rentrer chez moi, là ? NON !

Bien, chef ! Vous voyez qu’en un tour de vis, la fameuse pyramide s’ouvre en laissant apparaître des écarts entre ses lames de stainless steel. On découvre alors le pin +  correspondant au premier plateau, et le pôle –  correspondant au deuxième plateau en dessous. Ce qui explique le joint isolant vu tout à l’heure sous la base.

Une affaire de coil, sur la longueur !

Oui, mais comment on coile ? tu vas nous le dire, hein ?

Oui, si vous êtes sages…

Ça va fuser sec !

Et c’est à ce moment que, en me creusant un peu la caboche, j’ai compris à quoi pouvait servir le bidule en escalier qu’on a vu au déballage…Non, non, ne remontez pas à la première photo au début de l’article ! Ci-dessous, les explications.

Aaaah, d’accord ! Pas mal !

Ce machin… c’est un gabarit de la plus belle espèce, qui va servir à couper les pattes de vos coils au plus juste ! Il fallait s’appeler Vandy Vape pour penser une chose aussi pratique ! Carrément ! Plus aucun souci de point chaud, de court-circuit, de « check atomiser »… Le cœur en fête, je me saisis des deux coils en fused clapton, les introduis habilement dans les trous du gabarit et, avec fermeté, mais sans pitié, je tranche tout ce qui dépasse ! La suite est un jeu d’enfant. Vous allez voir.

Fastoche, le coilage.

Onques coilage plus facile ne fut ! (quand c’est trop simple, je me cause en vieux français). Il faut et il suffit, donc, de placer une patte sur le plateau du haut et l’autre sur le plateau du bas pour un monocoil. Pour un double coil, je vous le donne en mille comme en cent : on fait pareil du côté opposé ! Plus que quelques avisés tours de vice de la vis unique qui trône au sommet… et notre pyramide agit promptement comme un parfait… étau ! Rien ne dépasse, c’est fused clapton… nickel-chrome !

Cotonnation, l’évidence !

Zou ! on cotonne, et fissa !

Trop cool, le cotonnage… la cotonnisation !

Vu les bouzins que Vandy Vape a eu le bon goût de livrer avec son Capstone, il ne faut pas avoir peur d’en mettre, du coton, et même jusqu’au fond de la cuve ! D’autant plus que la cuve est profonde. Ça va ? ai-je été assez explicite ? Non, ça me dérange pas de recommencer… non, non, je suis là pour ça…

Mais sacrévindiou, tu vas la finir, cette revue oui ou mer… ?

Qu’à cela ne tienne, vos désirs sont des ordres.

Qu’est-ce qui cloche ? Rien !

Marre de me faire sonner les cloches, à la fin !

Versatile… polymorphe ce dripper !

Bon, ben voilà tout ce qu’on peut faire avec ce dripper, je veux dire au niveau aspect. Je vous laisse deviner celui que j’apprécie le plus (indice : sa photo n’est ni trouble ni trop sombre).

Et maintenant… on la liquide, cette revue ! (Ah ah ah ! et rigolo, avec ça ! trop fun le gars !)

L’airflow aux petits soins !

Donc, comme je disais, je liquide abondamment le coton…

Et, on n’oublie rien, là ?

Versatile… polyvalent, cet airflow !

Maaaiis nooon ! Ce Capstone, nonobstant le fait qu’on puisse le trouver beau, beau ou laid, sait faire plein de choses (attention quand même, ce n’est pas un couteau suisse, faut pas charrier !). Grâce à son système d’arrivée d’air super bien pensé, on le montera ou en simple bobinage (un seul cyclope ouvert) ou en double (les deux cyclopes ouverts en grand… ou à moitié, en vertical, comme sur la photo ci-dessus). Le réglage atteint un finesse peu commune, puisqu’on peut aussi varier, en horizontal, la largeur desdits cyclopes. Cette polyvalence de réglages se fait tout simplement en tournant le top-cap ! Youpi !!!…

Ça y est, c’est fini ?

>C’est l’arrivée du tour !

Minute, papillon !

Là, on dira indus… non ? comme set-up ?

Eennnfiiin !

Ce Capstone, finalement, quelles que puissent être les façons dont on l’aime ou pas, se révèle à la fois d’une simplicité rare et doué d’un maximum de réglages possibles. Verdict : un très bon, voire très-très bon, dripper qui ne brouillera, paradoxalement, aucunement les saveurs de vos alldays favoris, et cela dans toutes les configurations possibles. Ça méritait d’être dit !

Et c’est ainsi que la vape est grande.

Notez ce produit si vous l’avez [ratings] 

Votez pour cet article

2 points
Référent

Ecrit par Fil

La vape m'a tiré du mauvais pas de la cigarette et j'ai appris pas mal de choses sur le Navire. Partisan du DIY et de la vape libre, je voudrais tenter d'aider les anciens fumeurs qui ont parfois un peu de difficultés à persévérer…
La preuve : je suis retombé pour un temps dans l'univers impitoyable de la clope...
Mais, une fois de plus, j'ai réussi à lâcher cette habitude mortelle.
Maintenant de nouveau sevré grâce à la vape, me voilà prêt à vous rejoindre toutes et tous ! On m’appelle « L’abominable doctor Fil », dans le milieu !

24 Comments

Laisser un commentaire
  1. Il a quand même un drôle de look ce coco! Faut oser! Il me fait penser à mon vieux (moche – barré) mutation V4 pour la forme, le bling bling en plus. Après, ce qui compte c’est la beauté intérieure!
    Merci Doc pour ce moment de détente extrême et de lecture plaisir!

    • Merci, Kanti ! Le Cap’tain a modifié l’interface, et je me suis trompé de bouton…

      En fait, je m’habitue… sa bizarrerie et son étrangeté diminuent à l’usage… parce que c’est du vraiment bon matos !

      Le réglage d’airflow est somptueux, tellement il peut être réglé finement.

  2. Oh pétard, ils sont allés le chercher loin dans l’univers celui-là !
    Merci Fil pour cette découverte incongrue, et pour les photos en gros plan :-)
    Il est presque aussi laid qu’un FEV dis donc !
    La pyramide à l’intérieur, ça doit contribuer à réduire la chambre, ça doit jouer sur le rendu des saveurs non ?
    Et joli fused aussi, ton montage est à combien, là, dans les 0.15 ?

    • Merci, jib !
      Je ne pourrais pas affirmer que la pyramide joue ce rôle, mais tu as sûrement raison.
      Le résultat est là ! Pour un allday pas trop complexe, il sait lui rendre son goût et ses parfums.
      Bon, là, je plafonne effectivement à 0,18, mais quand même, il est goûteux et efficace au-delà de 60 watts. Là je le vape à 90 watts… il ne bronche pas, il ne chauffe pas, et le goose est bien restitué.
      C’est un objet vapant non identifié, beau, c’est discutable… mais bien pensé, non, c’est indiscutable.

  3. Ah, j’aime bien le plateau en pyramide de ce dripper bizarre, étrange et original !
    Sauf que voilà, je me sens pas d’assumer le look clou de ceinturon de biker Massey-Ferguson et là, pas question de rectifier au Dremel à moins d’avoir deux semaines devant-soi et que ça à faire. Y’aurait pas une version lisse plus passe-partout ?
    Super revue en tous cas, si Sourcemore y voyaient pas bien c’est qui le boss, maintenant y savent !

      • Yo, la cloche de plastoc est au top du moche !
        Faut voir pour la version cloutée, ça peut en effet passer avec un perfecto mais dans ce cas, pas de jus à la fraise ou à la vanille, que du macérat !

  4. wouep Bien Joué Fil ? Bhein moi je le trouve pas si dégueu ce RDA, si en plus il est Bon .. :unsure:
    Et pis vu que ça macérat plus que jamais en ce moment.. B-) ( Une version HELL’S RESERVE de La Tabbacheria…Pour ceux qui connaissent: A côté le SOBRANIE c’est un jus de Fruit… :whistle: :whistle: )
    MERCI Chouette REVUE.. :yes:

  5. Bon, puisque 90 watts est sensiblement too much, quoique ce dripper ne chauffe pas outrageusement, je l’ai remonté en single coil à 0,75 ohm et il va très bien avec un seul airflow ouvert en face du coil, ouvert à moitié en vertical et fermé au tiers en horizontal. Vape à 35 watts maxi, abondante et savoureuse. En fait, cet objet est un bon dripper, et mérite son prix, je pense. Le seul truc, c’est qu’il ne va qu’avec un perfecto (et, heureusement, les tiags sont optionnelles, on préférera des doc’s)… :yahoo: :wacko:

  6. Hey, j’en ai moi des tiags ! Des vraies, “hecho en México”, rouge-bordeaux avec une araignée brodée dessus mais pleines de poussière… 20 ans dans une cave, ça pardonne pas.
    Plus qu’à commander le dripper à clous, cirer les bottes, virer les chicanes de la moto et partir faire le mariole en écoutant Dick Rivers à fond les ballons.

Laisser un commentaire

Kalora vs Corona, clone vs original…

Focus-Expromizer V4 MTL RTA