dany Pour une vape multi-fonction, Nesquick nous embarque dans un monde encore inconnu qui devrait entrainer les geeks et les noobs vers des terres encore inexplorées.
Ca envoie du lourd, alors accrochez-vous au mât et laisser vous guider par notre lieutenant qui n’a jamais failli à sa mission et découvrons ensemble le Limitless XL de Ijoy.


Après s’être rapidement auto-proclamé leader mondial de la cigarette électronique, la jeune société sino-américaine iJoy a su assumer ce rien de prétention par des produits plutôt bien ficelés, tels ses atomiseurs Tornado ou Limitless dont on retrouvera aisément trace sur le Navire et la box Lux, une 2 x 26650 capable paraît-il de délivrer 215 watts. Si le Limitless a commencé sa carrière en tant que RDTA ou dripper à tank, nous le retrouvons aujourd’hui sous l’appellation « XL », paré des atours d’un atomiseur à tank ou RTA acceptant aussi bien les résistances toutes faites que des plateaux reconstructibles.

01-ftc

Ce type de produit ne fait habituellement pas partie de ceux dont je guette avidement les évolutions mais fort heureusement, notre capitaine veille et y pallie grâce notamment à son partenariat indéfectible avec la boutique chinoise GearBest sans laquelle le Navire ne serait pas tout à fait le même. Ainsi, du matériel venu de Chine atterrit parfois gracieusement dans mon escarcelle pour revue et si la crainte de devoir un jour encenser une bouse pour raison mercantile est toujours présente en pareil cas, elle sera une fois de plus restée à la niche car ce Limitless XL s’est avéré fort plaisant à l’usage, voire un peu plus encore.

Présentation du Limitless XL

Le Limitless XL est un beau bébé de 25 mm de diamètre pour 48 mm de hauteur (56 mm avec le drip-tip) affichant près de 60 grammes sur la balance et une capacité avoisinant 4 ml. Il arrive dans une belle boîte colorée, pourvue comme il faut en trucs et bidules plus ou moins bizarres.

02-pieces

La photo ci-dessus nous montre en première rangée et de gauche à droite l’armature du tank, deux tanks de Pyrex, un sachet de coton et de pièces de rechange (vis, joints toriques). Sur la rangée médiane, toujours de gauche à droite, nous avons la base de l’atomiseur, le top-cap, le drip-top propriétaire, le drip-top et le drip-tip standard. La dernière rangée comporte, encore de gauche à droite la résistance toute faite « XL-C4 », le plateau reconstructible simple-coil et le plateau reconstructible double-coil. Evidemment, cette dernière rangée attire immédiatement le regard, méritant sans plus attendre un petit coup de zoom…

03-res

Ces trois gros cylindres illustrent la capacité du Limitless XL à changer proprement de nature en fonction des goûts et des envies. Il peut en effet au choix accueillir un plateau reconstructible double-coil (à gauche), un plateau reconstructible simple-coil (au centre) ou une résistance toute faite (à droite). Les plateaux reconstructibles ne sont pas ici les vues de l’esprit rencontrées sur certains atomiseurs concurrents, le diamètre généreux de notre Limitless autorisant un vrai espace de travail parfaitement opérationnel.

La base du Limitless porte un système de réglage du flux d’air également un peu particulier, constitué d’une pièce tournante hélicoïdale occultant plus ou moins trois gigantesques air-holes pratiqués dans le fond de cuve. La photo ci-dessous illustre une ouverture moyenne de ces air-holes.

04-base_1

L’ouverture peut-être agrandie par rotation de la pièce hélicoïdale même si le manque de prise rend la manœuvre assez malaisée pour les gros doigts.

05-base_2

Vue de l’intérieur, la cuve se présente comme suit.

06-base_3

Même si l’on peut comprendre le besoin d’un air-flow « global » pour supporter les besoins de placement différents des deux plateaux reconstructibles, axial en simple-coil et latéral en double-coil, on peut cependant s’inquiéter des conséquences d’une éventuelle fuite de liquide sur un tel système. Les ouvertures étant dissimulées en cours de vape, l’attention ne sera en effet attirée que lors de l’apparition d’un filet de jus, le connecteur de la box étant alors déjà lourdement infiltré.

L’autre inconvénient majeur du système est bien évidemment l’impossibilité de changer le réglage du flux d’air une fois l’atomiseur vissé sur une box. Cet inconvénient pourra cependant s’atténuer avec un peu de pratique de l’atomiseur, une fois le degré d’ouverture repéré pour une configuration donnée.

Remontage du Limitless XL

Le remontage du Limitless XL commence par le vissage d’un des plateaux reconstructibles ou de la résistance toute faite fournie sur la base de l’atomiseur. J’ai choisi cette dernière, en première approche.

07-mount_1

L’armature du tank vient ensuite se positionner à son tour sur la base, nous permettant d’admirer les lettres « X » et « L » formées par la découpe de la pièce.

08-mount_2

Le tank arrive ensuite, calé côté base par un joint torique. Le placement du Pyrex autour de l’armature autorise sans doute un gain de capacité par rapport à un montage inverse limitant le diamètre du tank mais prive également ce dernier de protection. Le Limitless XL aimera certainement encore moins les chocs que les atomiseurs à tank protégés par une armature extérieure…

09-mount_3

Le top-cap verrouille l’ensemble en se vissant sur le filetage pratiqué au sommet de la chambre contenant la résistance.

10-mount_4

Le remontage se termine au choix par le drip-top d’acier et son chouette drip-tip intégré de 14 mm de diamètre :

11-mount_5

Ou par vissage du drip-top alternatif équipé du drip-tip standard fourni ou de tout autre pièce équivalente de notre choix.

12-mount_6

J’ai pour ma part opté sans hésiter pour la première configuration, à mon goût plus réussie esthétiquement que la seconde.

Vaper avec le Limitless XL

Comme dit précédemment, le Limitless XL nous laisse le choix de l’industriel ou de l’artisanal. Le remontage décrit ci-dessus ayant emprisonné la résistance toute faite dans la structure, le test commencera donc par cette dernière !

La résistance XL-C4

La résistance XL-C4 est un quadruple-coil affichant 0,15 ohm que je n’aurai essayé que par honnêteté intellectuelle tant je déteste habituellement ce genre de montage. Les bobines résistives s’y trouvent en effet généralement beaucoup trop proches les unes des autres, provoquant une élévation de température insupportable de l’atomiseur et de la box.

13-xl_c4

L’indication « 50-215w » porté par la chambre donne le ton, cette XL-C4 a de l’ambition, pas forcément à mauvais escient d’ailleurs si l’on considère la large prise d’air ouverte à sa base et les vastes fenêtres dédiées à l’arrivée du liquide pratiquées sur ses flancs. Elle n’est en tous cas pas mensongère car effectivement, rien ne se passe de notoire au niveau du Limitless XL ainsi monté avant que la puissance appliquée n’atteigne 50 watts.

Autour de 50 watts, l’atomiseur se met à produire un mince filet de vapeur peu dense et peu goûteux impropre à satisfaire ne serait-ce que le moins exigeant des vapotos… Les choses s’améliorent sensiblement jusqu’à 80 watts, à mon avis la puissance de croisière de cette XL-C4. J’ai néanmoins poursuivi jusqu’à 120 watts histoire de voir et malgré quelques crépitements plus ou moins joyeux, la résistance a tenu bon, les quelques taffes tirées se préservant de tout goût de brûlé parasite. Je n’ai pas poussé l’expérience au-delà, laissant à iJoy le bénéfice du doute quant au bon comportement de cette résistance jusqu’à 215 watts.

Et pourquoi donc ne pas avoir poussé l’expérience, me demanderez-vous animés par une légitime soif de savoir… Et bien il se trouve que notre bonne XL-C4 se transforme en chaufferette dès qu’elle se met à envoyer un tant soit peu de vapeur et en haut-fourneau quand elle envoie le steak. Invapable donc, comme toutes ses consœurs de marketing, toutes ces résistances survitaminées que les constructeurs s’obstinent à fournir avec leurs atomiseurs pour attirer le chaland à grands coups de watts mensongers… Mais je m’emballe, passons plutôt à la suite.

Les plateaux reconstructibles

Les deux plateaux reconstructibles fournis avec notre Limitless XL ont le bon goût d’être pré-montés et pas avec les habituelles cochonneries de fils moisis s’il vous plaît, puisque nous n’avons ici rien de moins qu’un Fused Clapton Ribbon Wired sur le simple-coil et un Dual Fused Clapton sur le double-coil ! Excusez du peu…

14-decks

Le simple-coil

Le plateau simple-coil est de bonne facture, suffisamment large pour être réellement utilisé. Il affiche cependant un certain goût pour la démesure, son cratère central d’air-flow et ses plots à système de serrage ouvert paraissant préférer très largement les gros fils complexes au Kanthal tout bête genre 0,4 mm.

Le montage préparé par iJoy affiche environ 0,20 ohm et ne présente pas de difficulté notoire de mise en œuvre. Les mèches de coton sont prises en charge par des orifices adaptés dès leur sortie de la bobine résistive et tombent assez naturellement là où elles doivent être.

15-deck_1_wicked

Abordé à 60 watts, le Limitless ainsi équipé a délivré immédiatement une vapeur dense et goûteuse en mode cumulonimbus énervé. Un régal pour qui apprécie ce genre de vape, d’autant que les saveurs restent bien présentes malgré la quantité de vapeur produite. Le chain-vaping qu’appelle forcément une telle abondance de goût et de vapeur n’a cependant pas tardé à échauffer un peu le setup, largement moins que ne le fit l’usurpatrice XL-C4 mais néanmoins suffisamment pour me faire descendre à 48 watts pour trouver à cette puissance une sorte d’équilibre entre les différents paramètres. Le montage simple-coil du Limitless tel que proposé par iJoy marche très bien, il envoie le steak comme il faut pour réjouir son vapoto.

16-setup_1

Le double-coil

Comme son compère du simple bobinage, le plateau double-coil semble solide et bien pensé. Le montage est classique, deux énormes orifices amenant l’air sous des bobines que l’on devra ici aussi penser en gros fils composites pour un serrage efficace et sans bavure.

Le montage en double Fused Clapton proposé par iJoy affiche un bon 0,16 ohm et se retrouve assez rapidement opérationnel grâce aux rigoles percées dans la masse guidant le positionnement du coton.

17-deck_2_wicked

Ce montage en double bobine nécessite un peu plus de puissance que son camarade en simple pour s’exprimer pleinement. Après quelques tâtonnements, la valeur de 75 watts a semblé constituer un bon compromis même si le plateau ne paraît guère broncher lorsque soumis à 100 watts et plus. La vapeur obtenue est bien sûr énorme, le hit et les saveurs paraissant plus marqués ici que sur la configuration en simple-coil. L’avantage d’une telle machine à nuages est de tellement envoyer que l’on se trouve rassasié avant même que l’atomiseur ne se mette à chauffer et ce point reste d’ailleurs à souligner… Sauf à « chain-vaper » en mode goret, le Limitless XL reste parfaitement vapable même équipé de résistances basses soumises à des puissances élevées.

18-setup_2

En guise de conclusion…

Si on oublie rapidement la résistance XL-C4 et ses mensonges marketing, ce Limitless XL constitue une excellente proposition de iJoy aux amateurs de gros nuages bien goûteux. Les adeptes de la vape serrée en mode « mouth to lung » ne sont bien évidemment pas concernés par cette redoutable machine à vaper flirtant avec les « ultra-low resistances » mais les vapotos curieux d’expérimenter un atomiseur envoyant très lourdement le steak tout en restant facile à mettre en œuvre pourront se diriger vers le Limitless XL les yeux à peu près fermés.

La première bonne idée de iJoy est à mon avis de proposer ces plateaux interchangeables spécialisés l’un dans le simple bobinage et l’autre dans le double, le choix restant une affaire de goût en fonction du liquide vapé. La seconde est de fournir ces plateaux montés de fils adaptés et de bonne qualité pour une expérience immédiate sans prise de tête. Bien sûr, il faudra un jour penser à mettre la main à la pâte (et à la poche) pour les remplacer mais au moins, on connaîtra le résultat à atteindre, on aura vu comment faire.

Il va sans dire que le Limitless XL ne mérite pas la finesse de nos tabacs macérés hors de prix, la dissection des saveurs n’est clairement pas son terrain de jeu. Par contre, les gros liquides ricains bien gorgés de VG devraient s’y trouver comme des rats dans un fromage, à l’aise et détendus pour des sessions de vape en mode brouillard intense supérieurement agréables pour qui les apprécie.

Le Limitless XL est disponible chez GearBest ici au prix de 23,26€

Bons gros nuages à toutes et tous, en Limitless XL !   :bye:

11 Pirates aiment cet article, et vous?