Encore peu populaire dans l’Hexagone, l’alimentation d’un coil par l’intermédiaire d’un câble d’acier inoxydable est très prisée outre Rhin.

Il suffit pour s’en convaincre et en trouver la cause (ou la conséquence ?) de voir le nombre d’atomiseur reconstructible allemands qui s’y prêtent volontiers. Je pense en particulier au Génius² de German Stil Vapor, au Change de Steam Pipes, au Taifun GS2 de Smokerstore, voire même, pourquoi pas, le Flash e Vapor d’Artur. Encore que pour ce dernier, l’utilité de découper des câbles de moins de 10 mm de long me semble superflue tant le mesh s’y substitue avec bonheur dans le cas du FEV.
Un bon câble est en acier inoxydable 316L et se compose généralement de 7 torons composé eux-mêmes de 19 fils d’acier toronné. On le désigne par les chiffres « 7 x 19 ». Certains shops vendent également du câble constitué de 7 torons de 7 brins (7 x 7). Je ne l’ai jamais testé mais je crains que la capillarité du 7×7 soit moindre que celle du 7 x 19.
photo-1

Quelques shops français le proposent par morceaux de 50 cm, entre 1 et 3 EUR, dans des diamètres allant de 1.5 mm à 4 mm comme par exemple Taklop.
Sachez encore que certaines enseigne et non des moindres, font complètement l’impasse sur ce type produit, alors que d’autre offrent de prédécouper votre câble à la longueur souhaitée.

POSITION DU PROBLÈME

La difficulté de couper le câble proprement et durablement est probablement à la base du désintérêt dont il est objet, voire de sa mauvaise réputation. Le but est de couper le câble de façon franche sans ébouriffer et/ou détoronner son extrémité.

photo-2

Cette difficulté est particulièrement évidente pour les petits diamètres (1.5, 2 et 2.5 mm) et croissante si l’on cherche à obtenir des morceaux de faible longueur.
Dans un article récent, j’ai décris l’alimentation par câble de l’Origen V2 MKII. Les câbles font moins de 20 mm de long pour un diamètre de 2 mm et il s’avère impossible de les couper sans les détoronner complètement si quelques précautions préalables ne sont pas prisent.
La méthode que j’expose ci-après n’est probablement pas la seule mais c’est celle qui me réussit, et donc que j’utilise. Elle permet non seulement de couper le câble de manière nette, mais aussi de le conserver sans risquer de le voir partir en sept morceaux au premier bain d’eau bouillante ou d’ultrasons.

LA PRÉPARATION

N’oublions pas que le DanyVape est un voilier, et c’est à une petite séance de matelotage que je vous convie. L’idée générale est « d’arrêter » le câble par une surliure comme on le ferait pour une aussière ou une écoute. Pour cela, vous aurez besoin, outre d’un peu de patience, de quelques cm de kantal 0.20.
Non ! Ne me dites pas que vous n’avez pas une bobine qui traine au fond d’un tiroir et dont vous ne savez que faire. Je ne vous croirais pas !
Prenez en 20 cm. On n’est pas à ça près. Faite une boucle. Posez la boucle sur votre câble et le tout dans votre main gauche, boucle dans la paume de la main.
Comment ? Oui ! Dans la main droite si vous êtes gaucher. Mais si vous m’interrompez tout le temps, on n’y arrivera pas !

photo-3

De la main droite, saisissez la grande longueur de Kantal et tournez autour du câble, pour emprisonner la boucle en remontant vers la main gauche. Une dizaine de tours devrait être suffisante. Tous les deux ou trois tours, n’hésitez pas à vous saisir d’une pince afin d’appliquer une tension plus importante et de bien serrer votre surliure

photo-4

Au dernier tour, passez le fil dans la boucle

photo-5

Bien sûr, vous avez veillé à faire votre surliure à l’endroit qui convenait, c’est-à-dire un ou deux millimètre avant l’endroit ou vous souhaitez sectionner le câble, mais à ce stade vous pouvez encore la déplacer. Le réglage fin, quoi.
A présent, reprenez votre pince et tirez doucement sur le bout de Kantal à droite afin de rentrer la boucle comme sur la photo suivante.

photo-6

Sur un cordage textile, la boucle rentrerait sous les tours en entrainant le fil. Ici, il faudra se contenter de coincer le fil à l’entrée en tirant fermement avec votre pince, tout en bloquant la surliure avec l’ongle ou une deuxième pince. Allez-y ! Vous pouvez aller jusqu’à la rupture du Kantal. De toute façon, vous devrez couper ce qui dépasse pour arriver au résultat final ;
Si vous ne trouvez pas ça très clair voyez le schéma de l’opération sur un cordage textile ici http://mesnoeuds.free.fr/knot.php?knotId=52.
Répétez l’opération pour la seconde surliure.

photo-7

LA COUPE

Nous y voilà. Personnellement, je n’ai rien trouvé mieux qu’un bon coup de ma bonne vieille tenaille (mais rien ne vous interdit d’essayer avec vos dents…)

photo-8

Un bon coup sec ! Attention, ça va gicler ! Peut-être amortir avec une serpillère ou quelque chose dans le genre si vous ne voulez pas vous retrouver à quatre pattes en train de chercher ce p… de morceau de câble en dessous d’un meuble, ou plus généralement dans un endroit, évidemment, inaccessible. Et encore, à condition que vous ayez vu où il a volé (je sais de quoi je parle).
Si vous avez de la chance le câble c’est coupé bien net. Sinon, il faudra encore lui faire une petite coupe de cheveux avec votre pince de précision.

CONCLUSIONS

• Je ne vous promets pas que vous réussirez du premier coup, ni que vous préparerez et couperez un câble en 10 minutes (surtout les premiers), mais dites vous bien que c’est à réaliser une fois pour toute.
• Je vous ai expliqué ça en espérant que certains monteront leur Origen comme ça. Je vous assure que ça en vaut la peine.
• Tenez compte du fait que la surliure augmentera le diamètre du câble à son endroit. Et oui, plus ou moins 0.40 mm avec du 0.20.
Allez, une petite astuce. J’ai fait la démonstration avec du Kantal 0.20 parce que ça marche et que tout le monde en a. Personnellement, j’utilise du Kantal plat au calibre 0.30. Je trouve que c’est un peu plus facile, ça bouge moins et, surtout, ça prend moins de place.
• La surliure procurera longue vie à votre câble. Mais si tel n’est pas votre but, n’importe quelle ligature ou « entortillonage » provisoire sera suffisant pour assurer une coupe sans bobos.
• Non, Mad n’est pas tombé sur sa tête ! La vape est devenue un loisir et un terrain de jeux pour beaucoup d’entre nous, non ?

1 Pirate aime cet article, et vous?
Partagez :
↓