Me voilà donc avec un nouvel atomiseur, après le Limitless, reconstructible celui-là. 24 mm de diamètre, 50 mm de hauteur. 4 ml de réserve, un airflow réglable classique quoique particulièrement grand. L’ato n’est clairement pas fait pour la vape indirecte…

20161005_132534

Je ne peux pas dire que ma première impression ait été très bonne. L’ato, fabriqué en acier 304, fait très plastique au toucher et à l’œil. En plus, il n’a pas grand-chose pour le différencier d’un autre, avec son allure basique. Le drip tip fourni, pour le coup fait vraiment plastique, car c’en est. Impossible autrement. En plus, c’est un type nautilus qui resserre la vape, ce qui convient très moyennement à cet ato, à mon avis.

20161005_132753

Pourtant, cette photo n est pas floue sur mon ordi. Bizarre.

Vous remarquerez dans la boite un tank tout noir. C’est le « truc geek » censé différencier l’atomiseur. En effet, il est fabriqué en pyrex thermo-sensible et a la particularité de changer de couleur quand il chauffe. Il existe différents coloris, celui que j’ai est noir, et vire au blanc quand il est chaud. La présentation officielle dit qu’il devient translucide… Pas dû le faire chauffer assez, apparemment, car je n’ai pas pu voir au travers. Toujours est-il que les tanks opaques, je n’en vois pas l’intérêt, il a donc vite été promu au rang de pièce de rechange, avec le drip tip.20161005_135030

20161005_135310

J avoue, c est moi qui ai changé la couleur du drip tip…

Pour faire vite, c’est un atomiseur taillé pour les watts. Il commence à être utilisable à 60 watts en 0.3 Ohms. Et c’est vrai qu’il s’en sort bien dans ces conditions. Malgré tout, il y a trop de défauts pour pouvoir l’utiliser sereinement. Les joints du top cap et à la base du tank ne tiennent pas bien en place, et j’ai eu des gouttes qui suintaient entre le tank en pyrex et la base presque continuellement. En plus, impossible d’avoir accès au plateau si le tank n’est pas vide, car il n’est tenu en place que par le serrage interne des pièces. Dommage. Toujours est-il que j’ai pu utiliser son plateau reconstructible sur le petit Ijoy limitless ! Et ça, c’est bien, parce que ça marche du tonnerre !
Par contre, on a un plateau de folie, type Velocity, avec des trous pour le coton et pour le passage d’air IMMENSES. Il ne faut pas hésiter à mettre une tonne de coton, sinon, c’est la fuite assurée.

Le plateau fonctionne un peu comme pour le Subtank, avec une couronne qui vient se placer autour une fois le montage fait. Il arrive qu’il soit difficile de la dévisser, cette couronne d’ailleurs. Attention les doigts.

20161011_111816

Nan mais vous avez vu la taille des air holes ? Et de l espace pour le coton ?

20161011_112404

Je vous rassure, j ai quand même enlevé du coton après.

20161005_173547

Le monsieur a dit BEAUCOUP de coton !

Finalement, j’ai gardé le meilleur des deux atomiseurs en créant le IJOY LIMITLESS TORNADO RTA SUB OHM TANK au nom de la mort qui tue ! Le plateau du Tornado avec tout le reste du limitless ! Alors c’est sûr qu’avec 2 ml de réserve, je vais souvent à la recharge, mais les saveurs que délivre le limitless sont tellement énormes que ça vaut le coup quand même. Même si au remplissage, il arrive souvent que la pression fasse une petite fuite lorsqu’on referme le top cap (airflow ouvert et en bas oblige). Même si… Cherchez pas, ça vaut le coup quand même. Enfin selon moi. Bon, les mauvaises langues (j’en vois au fond, là) diront que 30 euros le plateau reconstructible, ça fait un peu cher. Oui. C’est sûr. Je ne peux pas dire le contraire. Mais j’espérais quand même que le Tornado serait utilisable.

8 Pirates aiment cet article, et vous?
Partagez :
↓