Aspire PockeX vs Joyetech EgoAIO : combats de vapoteuses

27 Août 2017/
Débutant
2 0
Par :jib
2 0

Des vapoteuses pour débuter ?

Non, pas de boue, pas de chevelures léonesques, ni de fessiers lunaires ou de boops gonflés à l’hélium, nous ne verrons pas deux vapoteuses s’affronter dans un ring, mais 2 vapoteuses économiques “tout en un”, aux formes étudiées mais sobres, présentées par leurs fabricants comme universelles.
Que valent ces matériels pour débuter, ou pour contenter les vapoteurs aguéris ?

Les points communs.

Fabriquées par deux firmes concurrentes sur le marché généraliste de la vape, ces deux vapoteuses partagent la plupart de leurs caractéristiques principales :

  • Format tube et accus intégrés : le tout en un.
  • Fonctionnement mécanique (pas de réglage de puissance)
  • Entrées d’air par le haut et anti-fuite.
  • Remplissage du réservoir par le haut
  • Grande simplicité d’usage avec très peu ou pas de réglage du tout.
  • Recharge par USB.
  • Résistances industrielles gérant l’arrivée d’air par le haut.
  • Mode d’emploi succinct (un peu trop pour les débutants, même si l’usage est simple).
  • Poids et encombrement faible

A comparer avec un Kayfun mini V3 sur une pico.

Les résistances

Elles constituent le cœur de ces machines : en l’absence de réglage de puissance, elles déterminent toute la vape.
Dans les deux cas, elle sont fixées sur le top cap, que l’on dévisse pour remplir le réservoir ou changer la résistance.
La puissance résultante se situe entre 27/30 watts en pleine charge, et 15/16 en fin de charge.

Sur la PockeX de Aspire :

Ce sont les résistances du Nautilus X, elles sont imposantes et ont de grosses arrivées de liquide sur les côtés.

Sur l’AIO de Joyetech :

Ce sont les résistances du Cubis, elles sont plus petites et les arrivées de liquide sont sous la résistance.

Les différences techniques.

Aspire ose le modèle unique : diamètre de 19 mm, réservoir de 2 ml , 1500 mh/H de capacité, un seul type de résistance en fil d’acier de 0.6 ohm et c’est tout.
Pas de réglage de puissance ni d’arrivée d’air.
Aspire centre son approche sur une simplicité absolue qui inquiète le vapoteur habitué à régler sa vape au quart de poil, mais qui arrange les débutants… et ceux qui ne veulent pas se prendre la tête : tu remplis, tu vapes, tu recharges, basta.
Le réservoir en pyrex peut être toutefois changé facilement en cas de casse.
L’arrivée d’air se situe sur le top cap, entre la bague de vissage en acier et le petit plateau qui la surplombe avant le drip tip.

Joyetech, de son côté, mise sur la production de différents modèles en taille et en autonomie et propose plusieurs types de résistances : ici c’est le modèle “AIO pro”, au diamètre 22 mm, 2300 mA/H de capacité. Le réservoir contient 5 ml de liquide, mais ne peut pas être réparé en cas de casse, sauf à démonter entièrement le tube en dessertissant sont culot.
Elle est livrée avec 2 résistances, l’une étant qualifiée de MTL en 0.6 ohms, destinée au tirage serré, l’autre de DL en 0.5 ohms, destinée à l’inhalation directe.

On peut voir ici la différence entre les arrivées de jus de la résistance MTL, à droite, et la résistance DL, à gauche.

Ce modèle propose un réglage d’air flow efficace, que l’on voit ici : 2 fois 5 petits rectangles qui permettent une vape très serrée à assez aérienne.
Le modèle original (1500 mAh) dispose aussi d’un réglage d’air flow, plus faible : on va de un peu serré à un peu pas serré.

La vape en PockeX de Aspire

Le tirage de la PockeX est surprenant quand on a un peu d’expérience : il n’est pas aérien… mais il n’est pas serré non plus, c’est un tirage moyen qui ne ressemble à rien que je pratique.

Mes premières barres m’ont fait un effet bizarre, peu satisfaisant.
Mais après 15 mn, j’avais trouvé le truc : le tirage se gère bien avec l’aspiration, plus ou moins longue, plus ou moins forte, et on trouve vite comment obtenir une petite vape tranquille ou une vape plus intense.
Ce n’est donc pas un tirage serré, mais l’on peut néanmoins vaper en inhalation directe ou indirecte selon ses goûts, sans rien changer aux réglages. Étonnant.

La vapeur est tiède, l’atomiseur ne chauffe pas tant qu’on n’enchaîne des grosses barres, c’est pas fait pour.

Le hit est bien présent et la restitution des saveurs est très bonne, les arômes tabac sont excellents, les gourmands sont très biens. Les saveurs des arômes frais et fruités sont aussi très bien restitués à condition ne ne pas être un adepte de vape vraiment froide.

Les résistances durent très longtemps : j’ai du vaper 30 ml de liquide tabac et 60/70 ml d’autres saveurs sur la résistance d’origine, et elle ne montre aucun signe de dégradation. Par ailleurs, aucun engorgement ne fut à signaler.

L’accu tient le temps de vaper 2 à 3 réservoirs, soit 4 à 6 ml.

La vape en AIO pro de Joyetech

J’ai commencé le test avec la résistance MTL. Dans ce cas, le réglage de flux d’air est peu opérant, c’est la résistance qui décide.
Le tirage est un vrai tirage serré, et il peut devenir très très serré en refermant la bague de réglage, il est comparable à celui d’un Nautilus 1, d’un Kayfun Mini V3 ou d’un Taifun GT1.

Mais… la résistance de 0.6 ohm chauffe, l’atomiseur devient vite brûlant, la vapeur peut devenir brûlante si l’on enchaîne les barres lors d’une trop courte pause.
Ce mode MTL n’est exploitable qu’en prenant des barres espacées. Ca parait logique, 30 watts en tirage serré, c’est pas logique.
Oublions donc ce mode tant que Joyetech ne proposera pas de résistances en 1,2 ohm au moins.

J’ai donc ensuite testé la résistance DL.
Le tirage est aérien, de restreint à ouvert, et plus cohérent avec la puissance générée. Le réglage d’air flow est efficace et facile à régler.
Mais l’ato chauffe quand même en enchaînant les barres, sans aller jusqu’à cramer le liquide.
Bref, la vapeur est au moins tiède, souvent chaude.
Cette fois,  ce n’est pas la valeur de la résistance qui est en cause (0.5 ohm). C’est la conception même de l’atomiseur qui débouche sur une chauffe excessive.

L’autonomie de l’accu permet de vaper 5 à 8 ml, soit 1 à 2 réservoirs.

Notons que j’ai eu régulièrement des engorgements provoquant un glougloutage typique. Cela se régule facilement en rentrant un bout d’essuie-tout roulé en pointe dans la résistance.

Le hit est présent, mais la vapeur étant tiède/chaude, la restitution des saveurs est plus agréables sur des arômes tabacs et gourmands que sur les arômes frais et fruités qui, s’ils sont aussi restitués correctement, sont à mon goût trop chauds.

Les résistances durent longtemps : j’ai du vaper 20 ml de liquide tabac et 40/50 ml d’autres saveurs sur la résistance d’origine, sans qu’elle ne montre de faiblesse.

Comparaison, Pockex vs AIO

Autonomie
La Ego AIO, avec ses 2300 mAh tient un peu plus longtemps que la PockeX avec ses 1500 mAh.
Mais la EGO AIO consomme plus de liquide, en faisant un peu plus de vapeur que sa cousine.
Pourtant les résistances sont sensiblement de même valeur (0.5 et 0.6), c’est donc plutôt à constitution des atomiseurs qui expliquent la différence de température et de consommation.
Les résistances (ou atomiseurs) des deux modèles sont remarquablement durables.

Confort.
Les deux modèles sont discrets et faciles à tenir en main.
La différence de taille sera plus une affaire de goût que de raison.
La tendance de la AIO à chauffer rapidement peut être gênante, sans être éliminatoire.
Les systèmes de remplissage sont équivalents et pratiques, mais l’impossibilité effective de changer remplacer le pyrex en cas de casse est ennuyeux sur la EGO AIO.

Qualité de vape
La AIO produit un peu plus de vapeur que la PockeX, qui n’est pas ridicule toutefois.
Inversement, la PockeX restitue de meilleures saveurs, quel que soit les arômes. Mais là non plus, la AIO n’est pas ridicule pour autant.
Selon ses goûts, on choisira la AIO pour sa vapeur chaude, la PockeX pour une vapeur plus tiède.

L’avis de 2 débutants.

J’ai fait essayer les 2 modèles à 2 amis, grands débutants et surtout complètement refractaires à la technique : ils ne veulent pas s’intéresser à la mécanique des fluides.
Tout deux sont de petits fumeurs : 3 à 5 cigarettes menthol par jours… 7 les jours de fêtes !

L’une vape avec une EGO AIO depuis 3 semaines, le modèle original de 1500 mAh, au même format que la PockeX.
N’ayant aucune autre référence, elle a adopté cette vapoteuse très vite, avec un liquide mentholé. Elle vapote peu, par petites bouffées espacées, ça marche bien, elle n’a pas envie de fumer.
C’est donc un exemple de pertinence de la AIO pour un primo vapoteur ; dans cet usage elle ne chauffe pas exagérément.
Elle n’a ressenti aucune différence entre son modèle et la AIO pro, en dehors du format et du réglage d’air flow, qu’elle n’utilise pas.
En essayant la PockeX, elle a trouvé la vapeur plus agréable car moins chaude et les saveurs plus intenses, sans toutefois décider de changer de matériel.

L’autre vape depuis quelques jours sur un genre de T2 au tirage très serré, qui lui convenait pour avoir sa dose (faible aussi) de nicotine, mais sans éprouver de plaisir à vaper.
Il trouvait la AIO  de madame peu agréable : chaude et trop aérienne, il ne trouvait pas sa vape.
Il a adopté la PockeX en 3 bouffées !
Il a trouver comment tirer dessus en 2 mn, et a été ravi par le tirage, la quantité de vapeur et les saveurs restituées.
Son commentaire à été : “ah ouais, mais ça c’est même meilleur qu’une clope !”
La commande était passée dans l’heure.

Pour tous les deux, l’autonomie et la contenance du réservoir ne compte pas : ils tiennent 3 à 5 jours avec 2 ml et 1500 mAh  !

Au final, les deux modèles peuvent convenir à des débutants dont la vape sera modérée.
Mais la PockeX est clairement plus universelle que la Ego AIO : elle peut convenir à tous les vapoteurs qui ne vapent pas à plus de 30 watts et permet d’enchaîner les barres, pendant une pause par exemple, sans chauffer comme la AIO.

Mon point de vue

La AIO, quel que soit le modèle est de mon point de vue une excellente vapoteuse mal calibrée à cause de ses résistances.
Avec des résistances chauffant moins et d’une valeur d’un ohm ou plus, elle pourrait être excellente, même si la restitution des saveurs est un cran en dessous.

La PockeX pourrait aussi offrir des résistances de 1 ohm pour élargir encore son usage.
Mais en l’état, les choix techniques faits par ses concepteurs sont étonnamment pertinents puisque qu’elle satisfait aussi bien un petit primo vapoteur qu’un gros vapoteur (moi en l’occurence).
En effet, j’ai adopté cette petite PockeX sans le décider pendant la période ou j’ai fait des travaux : sa petite taille lui a fait prendre la place de mon set up habituel dans ce cas, le Kayfun V3 mini et la box Pico. Sa qualité de vape n’est pas ridicule face à des atomiseurs reconstructibles bien plus chics.

Concernant les résistances, comme les deux modèles utilisent les mêmes résistances que le Cubis pour Joyetech et le Nautilis X pour Aspire, on pourrait imaginer utiliser d’autres valeurs, qui existent pour ces atomiseurs.
Je n’ai pas encore eu l’occasion d’en faire l’essai, et je m’interroge sur le fait que les constructeurs ne proposent pas eux mêmes ces valeurs alors qu’elles existent dans leur catalogue… volonté commerciale de simplifier ? Inadaptation des autres résistances pour ces vapoteuses ?
Affaire à suivre.

En conclusion, je mettrais un bon 17/20 à la PockeX, qui pourait viser le 20/20 avec des résistances de 1 ohm.
Je mettrais un 12/20 à la AIO, à cause de ses résistances calorifuges. Elle pourrait viser un 18/20 avec d’autres valeurs de résistances, mais resterait un cran en dessous en ce qui concerne la restitution des saveurs, domaine dans lequel les résistances de Aspire sont bluffantes.

Ces deux modèles m’ont été fournis par Fasttech ou l’on peut les acquérir respectivement pour $19 (PockeX) et $22 (AIO)
Les consommables sont eux mêmes à un tarif raisonnable, 5 résistances pour $11  pour la Aspire, et pour $6,5  chez Joyetech

Si vous ne commentez pas cet article, donnez au moins votre vote ;-) Merci
2 0
Comments

Cet article a 5 commentaires.

  • Zaza - Rang : Emeraude 27 août 2017 13 h 43 min Répondre

    Merci pour ta revue bien détaillée ( et aussi tes belles photos ! ), qui pourra peut-être m’être utile pour conseiller des sets-up à un éventuel futur vapoteur !
    Connais-tu le Nautilus 2 ? Je l’ai testé le mois dernier (avec une rés de 1.6 ohm), je le trouve pas mal, mais ( pour moi )il a tendance à chauffer quand tu enchaines les barres… Je pense que c’est inévitable sur ce genre de petit ato pas très aérien, même avec une haute résistance.

  • jib - Rang : Emeraude 27 août 2017 18 h 02 min Répondre

    Merci
    J’ai pas encore testé le Nautilus 2, mais c’est dans les tuyaux, avec le Nautilus X d’ailleurs, qui est peut-être encore mieux même s’il est moins chic.
    Il faudra aussi que je teste le Mesmer (ou mesmerise) de UD / Pipeline.
    La prochaine devrait être la Innokin Endura, qui semble vraiment bien en tirage serré.

  • Nesquick - Rang : Diamant 27 août 2017 18 h 56 min Répondre

    Belle revue, claire et complète… Ils en ont de la chance, les débutants d’avoir un Jib pour leur filer de bonnes infos comme ça ! :good:

    Le choix du mécanique me paraît curieux pour ce type de matériel. D’un côté on y gagne en simplicité, ce qui peut plaire mais d’un autre côté on perd en souplesse puisqu’il n’y a pas moyen de moduler les watts à l’aide d’une paire de boutons “+/-“.
    Dommage pour Joyetech puisque leurs concessions au marketing du gros nuage donnent une eCig mal dimensionnée, prompte à la surchauffe. Il faut aérer pour supporter les watts !

  • jib - Rang : Emeraude 31 août 2017 23 h 35 min Répondre

    Une bonne solution pour avoir un objet à la fois simple et pertinent, serait d’avoir une petite électronique de régulation qui sorte par exemple du 3,7 volt constant, quelle que soit la charge de la batterie.

  • oryema - Rang : Argent foncé 7 septembre 2017 9 h 17 min Répondre

    Bonjour très bon article, partant en vacances avec 900 kms au volant, je ne pouvais pas utiliser mon dripper favoris avec ma Tesla aussi, je me suis laissé tenter par la pocke X et honnêtement je n’y croyais pas de trop. Et bien ca tourne vraiment bien ce petit set up vapeur très correcte, saveurs bien présentes et, une autonomie très correcte aussi puisque la pocke X a tenue tout le trajet ainsi que le lendemain matin. Pour conclure c’est une bonne alternative pour le taff,la ballade et la conduite, je ne regrette pas mon investissement de28€ en shop

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-( 
:unsure:  ;-)