Art-epipe : Ceci est un maître modeur dans le Jura

29 Mar 2016/
Interviews
0 0
Par :Fil

Interview d’un nouveau modeur fabricant de pipes electroniques dans le Jura.

Fabrication artisanale de pipes électroniques par Nico

Art-epipe en boutique

C’est un passage par chez Daze — boutique physique jurassienne que j’ai déjà évoquée quelquefois pour son professionnalisme et pour la chaleur de l’accueil de toute son équipe — qui m’a donné l’opportunité de rencontrer l’œuvre de Art-epipe, d’abord, puis l’artisan d’art, ensuite, à l’origine des créations dont je vais parler.
Chez eux, on trouve beaucoup de matériel de vape, et, en particulier, des pièces de ce qui est appelé « high end ». On peut dire qu’ils ont bon goût et que leurs choix sont savamment étudiés et scénographiés. Une pièce n’arrive dans une de leurs vitrines que si elle a été testée et approuvée à la majorité. C’est en voyant ce que contient une de ces vitrines que je suis tombé raide… dingue !

e-pipe _1111

Dans leur écrin, soigneusement mises en valeur, se trouvent des pipes électroniques. Ces pipes sont les plus réussies de toutes celles que j’aie pu voir dans mes recherches innombrables sur le Net depuis presque trois ans que je vape. Ce sont les seules et uniques qui m’ont plu, au-delà de tout, et avec lesquelles je peux, enfin, imaginer me poser comme avant pour un moment de grâce et de plaisir au sein de calmes volutes aromatiques.

Tous les autres modeurs qui s’essaient ou se sont essayé à l’exercice de fabrication d’e-pipes, et cela dans le monde entier, ont, à mon humble avis, peu ou prou raté quelque chose : qui le fourneau, qui le stem, qui le switch, qui le choix des matières… Il faut dire que, comme ex-fumeur de pipe, qui plus est habitant de Saint-Claude, on ne peut pas si facilement me la faire quand il s’agit de ces engins-là ! Sacré nom d’une pipe, j’en ai quelques-unes qui valent le détour.

Eh bien, chers lecteurs et néanmoins pirates (ou réciproquement), point ne fut besoin pour moi d’écumer les Sept Mers. À la question « Mais, bon sang, ça vient d’où ? qui fait ça ? » il me fut répondu « Ben… Nico ! tu connais pas Nico ? tu connais pas notre modeur jurassien ? » Tout s’était tramé et se réalisait à quelques encablures de chez moi ! Et je n’avais pas été foutu de le découvrir pendant mes heures de recherche ! Ni une ni deux, pour le Navire et pour tous les amateurs, pour le connaître, je devais le rencontrer !

Dans l’atelier du modeur

 

Image 2 e-pipe _0805

Trève de blablabla… Carte de visite, appel téléphonique, rendez-vous !

L’artiste, c’est Nicolas Pelletier et, comme tout artiste digne de ce nom, il est avant tout artisan. Ce qui veut dire qu’il sait ce qu’il fait, avec quels outils, à partir de quelles matières et selon quels protocoles, tours de main, techniques, secrets d’atelier… Ce qui veut dire aussi que cet homme a une haute idée et un respect de la création qui passe par ses mains… Ce qui veut dire, enfin, que, tout en ayant un temps d’avance, il s’inscrit en équilibre et avec justesse sur la ligne de crête qui oscille entre les savoirs anciens et la modernité. Pour ne jamais perdre la beauté.
Et pourtant, Nicolas Pelletier est un homme modeste, fort aimable et dépourvu de tout maniérisme pseudo-artiste qui ne trompe personne. Il m’a reçu dans son atelier et, avec le sourire, nous avons passé un moment exceptionnel et simple.

e-pipe _0032

Son atelier, justement. Après avoir élaboré ses premiers modèles d’e-pipes pendant deux ans dans la belle cave voûtée de sa ferme jurassienne, il a décidé de se fabriquer lui-même son nouvel espace de création. Il a construit, sur son terrain, un beau bâtiment en bois, dont les proportions, l’orientation et l’équilibre correspondent au mieux à ses méthodes de travail, où il peut s’organiser, de la conception à la dernière touche, où chaque machine et chaque outil trouve sa juste place, et où, généreusement, il peut recevoir confortablement ses visiteurs. Dans cet atelier, on est saisi par une sensation de sérieux. Ici, pas d’esbroufe, la juste mesure, l’économie de moyens, mais dans la chaleur, combinaison idéale pour qui prétend à la beauté des choses.

e-pipe _0292

J’aperçois, sur une console, plusieurs de ses pipes en cours de travail, attendant leur tour pour une correction, une validation ou un rejet sans pitié. Mais, avant de commencer le récit de son engagement, Nicolas m’offre un café et nous parlons à bâtons rompus de nos sets, mods, atos préférés, du bien que la vape nous a apporté. Nous parlons boutiques, liquides. Nous parlons de Danyvape, un des rares blogs qu’il suit, et de la vanité de beaucoup d’autres « acteurs de la vape » plus ou moins célèbres… et nos nuages s’accordent gentiment aux volutes de l’expresso fumant.

Nicolas Pelletier a une formation de maître ébéniste dont il peut, à juste titre, être fier. Il a pas mal bourlingué, acquis une solide expérience, exercé son métier quelquefois juste pour gagner la vie de sa jeune famille sur des projets peu intéressants, mais, dit-il, il a toujours su trouver une part de satisfaction. Cet homme est un passionné réaliste !

Bien que jurassien, il ne s’était pas intéressé plus que ça au petit cénacle des maîtres pipiers de Saint-Claude avant de découvrir la vape. Et je crois que c’est justement ce relatif retrait qui lui a permis de développer des objets singuliers, de se tenir à sa ligne de conduite audacieuse. Il a osé préférer de nombreuses essences de bois à la sacro-sainte bruyère ! Il a osé mixer le métal et la traditionnelle ébonite des tuyaux ! Et, plus fort encore, il est allé à Saint-Claude montrer ses prototypes !

Magrit

Dire qu’il a été accueilli à bras ouverts par la confrérie serait évidemment un mensonge. Cependant, vu que la quantité d’ateliers, coopératives et usines est aujourd’hui réduite comme peau de chagrin, Nicolas a trouvé, surtout auprès de jeunes repreneurs, quelques oreilles attentives… Il me dit travailler depuis quelque temps en collaboration avec certains d’entre eux, les plus décidés à innover, à dépasser les quelques formes et matières consacrées. Il est dommage de devoir affronter un tel mur de traditionnalisme, mais Nicolas n’est pas du genre désespéré. Il a décidé de lancer son projet, malgré l’inertie, la paperasse, les bâtons que l’administration met dans ses roues. Constatant son énergie et sa détermination, je vous assure qu’il mérite nos encouragements !

Le moment est enfin venu d’ouvrir le coffret qui trônait sur l’établi central de l’atelier… Et, là… l’émotion est pour moi encore plus forte que dans la boutique, vous vous en doutez ! Ici, dans ce bel atelier, c’est comme si tout allait de soi : un modeste artisan vous montre ses créations mais vous vous sentez comme un collectionneur d’œuvres d’art chez Matisse !

e-pipe _0277

Nicolas me montre. Place aux détails ! Après m’avoir expliqué son système de sécurité, fusible vapesafe, il me fait apprécier la densité de chaque modèle. Il me fait comprendre les différences entre l’essence du bois brut et la même essence travaillée. Il explique ses choix esthétiques, pourquoi tel anneau de tel métal est incrusté avec cet angle précis ici et autrement là. Même si je reste ébahi par les nuances de couleur, par la qualité, par la beauté et par l’harmonie, Nicolas, honnête jusqu’au bout, n’hésite pas à souligner les défauts ou micro-irrégularités que lui seul peut voir.

Au début, il a conçu des modèles correspondant aux atos en 18 millimètres, qu’il a vite abandonnés pour se conformer au standard du 22. Idem pour les switchs, après avoir adapté des modèles tout faits sans être satisfait du résultat, il a décidé de fabriquer les siens de toutes pièces ! Le maître ébéniste a ajouté une corde à son arc, il est devenu expert en traitement des métaux… et, quand on examine à la loupe son travail, on se rend compte de la finesse des filetages, des gravures et des incrustations… on sent la douceur des brossés et le lisse du métal pur… rien que sa signature au-dessous de chaque pièce unique est un chef d’œuvre de légèreté et d’élégance !

e-pipe _1108

L’élégance, oui, c’est le maître-mot ! Et rien d’autre ! Nicolas Pelletier est un artiste sans concessions. Quand je lui demande pourquoi il n’utilise que des accus 18350 où, au maximum, 18500, il se contente de sourire. Tout ce qu’il fabrique doit répondre à un impératif d’harmonie… ici, on est pas dans le domaine des mods tubes ou box, il s’agit de pipes… le fourneau, qui contient l’accu, ne peut excéder une certaine hauteur au risque d’être mal proportionné. Tout a été pensé au millimètre près.

Un de ses prochains projets d’évolution pourrait bien être de fabriquer des stems en corne. Là encore, je lui fais confiance pour propulser dans la modernité cette technique ancienne. Les e-pipes de Nicolas Pelletier, je me répète, sont les seules au monde qui m’aient donné envie de les saisir, de les apprivoiser, de les sentir, de les goûter avec tous mes sens ! Quand on tient un objet comme ceux-là, on n’a pas l’impression d’être un ancêtre rétrograde, on a plutôt l’air d’être de notre temps, celui de la vape !
Bien sûr, Nicolas ne m’a pas laissé partir sans me faire essayer un de ses modèles. Je vous jure qu’un fourneau en bois de rose cerclé d’acier avec un switch à la course parfaite monté sur un simple Kayfun et un stem long du plus bel effet procure une vape d’une onctuosité rare ! Imaginez avec un Change, un Flash-e-Vapor, un Taifun… ou avec votre ato préféré…

Chers pirates et néanmoins lecteurs (à moins que ce soit l’inverse), je suis sorti de l’atelier de Nicolas un peu vacillant, je vous le dis ! Ça faisait longtemps qu’une telle rencontre ne m’était pas arrivée !

IMG_1236

Pour conclure, je me suis promis de ne plus acheter à tort et à travers un énième ato, une énième box, j’ai juré de me remettre exclusivement au DIY pour, un jour, pouvoir m’offrir une de des merveilles. Et je le ferai ! Je me dois de dire que Nicolas passe plus de dix heures sur chaque création et que je comprends que ses prix sont tirés au minimum possible. Il m’a dit qu’il était en train de produire un modèle plus accessible (cf. l’image juste au dessus), pour s’aligner sur la moyenne des prix des mods de modeurs tubes ou box. Nicolas sait ce qu’il fait, en artisan exigeant, mais il a besoin de se rassurer, en artiste fragile. Alors, si j’ai réussi à vous inciter à aller sur son site, à lui envoyer un signe sur son Facebook ou, mieux, à lui acheter un de ses splendides objets, j’aurai l’impression de ne pas avoir rédigé ce papier en vain !

Comments

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Art-epipe : Ceci est un maître modeur dans le Jura"

Devenez "Matelot" en vous inscrivant ICI

Me notifier
avatar
Classer par:   Nouveaux | Anciens | Les plus votés
Le Capitaine
Admin

Chouette interview d’un passionné.
Il doit y avoir quelques adeptes de ce genre de produits qui sont pret à mettre des sous, comme les collectionneurs.
J’ai eu aussi ma période au début avec epipesmods mais je suis rapidement rentré dans le rang avec les mods… à la mode 😉

Nesquick
Auteur du navire
Ces objets artisanaux ont un charme terrible pour qui y est sensible… Qualité des matériaux, qualité de l’usinage, des finitions. Le format e-pipe ne m’a jamais attiré mais j’ai succombé naguère à deux ou trois mods mécaniques proposés par des passionnés de l’acier 316L et de la belle façon. Ces objets plutôt onéreux ont fait les beaux jours de ma vape, en configuration 18350 comme les e-pipes présentées ici. Mais la vape a évolué, les ohms ont chuté et aujourd’hui, un 18350 fait une dizaine de taffes avant de succomber. Je m’interroge donc sur la pérennité de ces beaux objets…
Trob
Auteur invité

Très bel article, je reste toujours aussi admiratif devant ceux qui créent de si beaux objets :good:

1alain1
Auteur invité

Sublimes objets, rien ne vaudra jamais l’artisanat.
La création rien que la création.
Merci de cette découverte.

Jonathan
Auteur invité

De bien belle pipes, merci de la découverte même si c’est pas mon style de mod.

Nesquick
Auteur du navire

Je me demande si l’approche de la TPD conjuguée avec l’avalanche de matos made in China que nous connaissons en ce moment ne vas pas déclencher des envies de « high-end » chez certains, comme semble le dire Fil. Une dernière belle pièce et après… Ce sera peut-être fini !

Porky ! Ne fait pas l’enfant et sors de dessous cette armoire ! :unsure:

Raszardyr
Auteur invité

Je pourrais me taire, mais non, c’est pas mon genre. Alors, n’en déplaise aux amoureux de ces pipes, moi j’aime pas.

C’est surtout la forme du tuyau, inversée par rapport à une bonne vieille pipe qui me choque.

Mais bon, je dois être un vieux rétrograde geek 🙂

Le Capitaine
Admin

Je voudrais quand même souligner que c’est la 1ere fois dans l’histoire du navire qu’un auteur externe fait une interview :good:
L’exercice n’est pas facile et en plus en vrai journaliste Fil s’est rendu sur place, ce que je n’ai pas encore fait.
Bravo l’artiste 😉
C’est dommage que tu n’es pas pris de photos de l’atelier, de la prise en main des pipes, etc.
Ca sera pour la prochaine B-)

Jonathan
Auteur invité

Ça cible les amateurs de beaux objets, passionnés c’est sûr. Pour ma part si c’était d’autres style de mod j’aurais sûrement craqué car il faut encourager les modeurs comme celui-ci, Français en plus ce qui ne gâche rien.

scorpion6645
Invité

J’ai eu la joie de contacter Nico par téléphone :yes:

Un homme très aimable qui a ( le monde est petit ) de la famille dans la ville où j’habite :good:

Un RDV a été pris pour que je puisse élaborer mon projet en fonction de mes désirs très personnels alliés à ses compétences techniques !

Je vais kiffer, c’est sûr :yes:

wpDiscuz