Akuma, Tobh Atty et Grumpy’s Hooch : le trio qui poutre !

22 Juin 2017/
Atomiseur
9 0
Par :Nesquick
9 0

Voilà donc revenu le temps des vacances mais le soleil et la plage ne doivent pas faire oublier ce bon vieux rafiot et son tyrannique capitaine toujours avides de nouveaux articles pour animer un périple en mer de vape parfois chaotique mais toujours plaisant. Le « setup » inspirant du jour a déjà été présenté à plusieurs reprises sous divers angles mais je voudrais néanmoins y revenir une fois de plus, tant sa généreuse production de vapeur me surprend encore par sa densité et sa richesse de goût. L’occasion aussi de rendre un dernier hommage à un grand liquide parmi les plus grands dont j’écluse à présent les dernières gouttes issues d’une source à jamais tarie.

Le « setup »

Malgré de fréquentes réflexions, j’ignore toujours pourquoi un atomiseur se plaira mieux sur un mod plutôt que sur un autre. Mon Tobh Atty, reçu en version cuivre suite à une erreur du vendeur m’a amené à rechercher un mod fait du même métal pour de simples raisons d’esthétique et c’est un peu par hasard que mon choix s’est arrêté sur un tube fortement inspiré du luxueux Akuma proposé par la team philippine GP Custom. Les deux compères se sont tout de suite entendus comme larrons en foire, proposant une vape mécanique au plus haut niveau de tout ce que j’ai pu tester jusqu’ici.

L’osmose est encore une fois bien mystérieuse, d’autant que le cuivre ne peut être tenu responsable d’un quelconque gain de conductivité par rapport à l’acier comme il a été dit (et redit) récemment sur le navire. Ce couple envoie néanmoins gravement le steak et peu importe finalement si ce n’est qu’une vue de l’esprit. Le « setup », esthétiquement fort réussi au demeurant, me paraît assez bien résister à la montée en température inévitable de ce genre de montage en cours d’utilisation, cette bonne dissipation thermique étant à porter au crédit du cuivre, des ailettes du dripper ou de magnifiques cotonnages que j’aurais réussis à mon insu, en communion cosmique avec l’esprit subliminal des créateurs de Tobh Mods.

Le mod

Ce mod inspiré donc à s’y méprendre du Akuma philippin m’a coûté beaucoup moins cher que son modèle, encore disponible dans quelques shops pour environ 200 euros, somme totalement exorbitante que les marchands feraient bien de revoir sérieusement à la baisse avant que l’obsolescence frappant actuellement ce genre de tube ne leur fasse regretter d’en avoir encore en stock. D’autant que le Akuma n’est certes pas le plus complexe des mods mécaniques, même si sa conception astucieuse se révèle à peu près irréprochable lors du démontage.

Comme tout le monde doit en avoir autant sa claque que moi des longues descriptions de pièces détachées, disons simplement que le Akuma propose un contact 510 plaqué argent réglable autorisant les petites variations de longueur des différents accus au format 18650, que son switch est souple, très agréable et relativement peu sensible à l’encrassement. Sa bague de verrouillage en laiton, montée sur un pas de vis inversé très bien usiné est un vrai bonheur à l’usage.

L’atomiseur

Le Tobh Atty est un dripper, comme chacun l’aura certainement noté depuis un petit moment. Son plateau à trois plots n’est pas le plus aisé du monde à garnir de résistif, les vapotos les plus patients obtiendront d’excellents résultats en confectionnant un « sleeper-coil » constitué de deux bobines tournées « in situ » tel celui de la photo ci-dessous.

Difficile ici encore d’identifier les origines de la vape magique du Tobh Atty ! Sa cuve est standard, moyennement profonde. L’air-flow est en prise latérale, moyennement ouvert pour un atomiseur de ce type. Le top-cap est usiné en un dôme assez marqué. Le drip-tip de cuivre, non fourni avec l’atomiseur, ne donne aucun goût dégueu à la vapeur comme je l’ai craint en le commandant chez nos amis de l’Empire du Milieu.

La mise en route

Le Tobh Atty n’étant résolument pas fait pour taper au dessus de l’ohm, je l’ai équipé d’un double coil de Kanthal 0,5 mm tortillé sur un gabarit de 2,5 mm dont les deux fois cinq spires affichent une résistance résultante de 0,2 ohm.

On pourrait bien sûr descendre cette valeur de résistance en utilisant un fil de diamètre plus important ou en passant en quadruple coil mais bon… Je ne pense pas raisonnable de pratiquer un montage de résistance inférieure à celui-ci, déjà capable de pomper pas loin de 80 watts sur l’unique accu du tube. Et oui, 80 watts, c’est pas mal ! Va pas falloir lésiner sur le coton afin d’amener ce qu’il faut de liquide à vaporiser !

Ainsi fut fait, avec deux bonnes mèches de Fiber Freaks densité 2. Pourquoi cette fibre, me demanderez-vous avec une légitime curiosité motivée par une soif inextinguible de savoir…Et bien parce que c’est ce que j’avais sous la main à ce moment-là, répondrais-je avec une sincérité désarmante. Ceci étant, le choix n’est pas complètement crétin non plus, la Fiber Freaks capille comme un chef, faisant généralement le job comme qui rigole. D’ailleurs en voici la preuve avec cette belle photo de notre dripper bien gavé de bon jus, prêt à balancer le steak, genre entrecôte, bavette, onglet, filet et faux-filet compris.

La vape

Ce n’est pas maintenant que je vais annoncer avoir écrit n’importe quoi et que ce « setup » vape en réalité comme une grosse bouse ! La vapeur produite est dense, lourde et gorgée de saveurs comme peu d’atomiseurs savent le faire. Toutes les nuances du Grumpy’s Hooch se succèdent à l’exhalaison comme autant de nappes gustatives maturées par deux longues années de steep. Le sucre roux parfumé comme une mélasse, la pointe de café, le pain d’épice et l’immense tabac considérablement alourdi par le temps sont là, résonnant en fanfare comme un feu d’artifice gustatif à nul autre pareil.

Quel dommage de ne pas pratiquer la vidéo… J’aurai pu montrer mieux que sur la pauvre photo ci-dessus l’épaisseur des volutes exhalées en prenant l’air constipé exigé par l’usage tout en contemplant l’objectif comme le bovidé observe les trains passer depuis son pâturage ! Remarquez, cela n’aurait pas rempli le flacon de Grumpy’s figurant sur la photo, le dernier original de ce nectar à jamais disparu. Puisqu’à toute chose malheur est bon, on va se dire que de bons substituts DIY au Grumpy’s Hooch existent et que nos cotons et spires de Kanthal ne pleureront que moyennement le coil-killer perdu.

Désolé pour ce cliché d’apocalypse mais voici bien ce que produisent à peine cinq cuves de Grumpy’s « made in USA » après deux ans de steep !

Et pour finir…

Le charme de cette triplette Akuma / Tobh Atty / Grumpy’s Hooch reste bien sûr subjectif mais même si le sompteux liquide évoqué ici n’est plus fabriqué depuis plusieurs mois, le matériel reste à mon avis redoutable. Un « setup » mécanique n’est pas ce que l’on trouve de plus pratique pour le quotidien mais reste toujours à mon (humble) avis le top inégalable d’une vape posée, genre peinard chez soi pendant l’apéro. Bien sûr, il y a des contraintes d’entretien sur ce type de matériel. Les filetages doivent rester nets, les contacts du mod et de l’atomiseur doivent être lustrés de temps à autres mais le résultat obtenu vaut largement quelques modestes efforts !

Bon, ben voilà… Va falloir quand même penser à arrêter d’écrire sur la vape mécanique car ça risque de devenir lourd, à force. En tous cas, c’est fini pour aujourd’hui car l’heure de la binouze méridienne approche. Juste le temps de placer une petite carte postale…

…Et bonne vape qui poutre à toutes et tous ! :bye:

Votez pour cet article
9 0
Comments

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Akuma, Tobh Atty et Grumpy’s Hooch : le trio qui poutre !"

Me notifier
avatar
Classer par:   Nouveaux | Anciens | Les plus votés
Le Capitaine
Dany

Terrible le Felix avec son mod!! :good:
Une belle carte postale annuelle du Nesquick sur son île en train de se la couler douce pendant qu’on cuit à Paris..En plus ça rime B-)
Bon, la vape retourne au méca, un eternel recommencement comme en mode 😉

Pacap
Invité

Super article par contre je voulais savoir si tu avais trouvé un liquide ou un diy du même gabarit que le grumpy’s merci à toi

TheFlow
Matelot
Rahh Le Nes , je pense que j’étais à 50m à peine de ton lieu de villégiature dans le Golfe d’Ajaccio,,, Ralors pour le Set Up , Rien à rajouter, tu connais ton affaire. 😉 Concernant The Famous Grumpy, que je n’ai pu tester en version Originale, tu évoquais THJ justement, et Bien j’en ai déjà parlé, je vais voire ce que François peut faire pour moi, car Ze Hooch me facine depuis quelques semaines, avec différents Batch en 60m qui fondent comme neige au Soleil ..!! Dosage autour de 15/20% tout de même, C absolument TERRIBLE .. J’aurais aimé… Lire tout »
Zaza
Auteur du navire

Bonnes vacances,Nesquick, carpe diem !

Tu as inventé un nouveau verbe pour les vapoteurs : capiller !

En effet, tu as un très joli set up cuivré !

J’ai enfin compris comment David Hamilton faisait ses photos : un coup de vapeur sur ou devant l’objectif et hop ! B-)

Je ne suis pas fan de the Hooch THJ, mais je vais le goûter à nouveau après env 7 mois de steep ! Je ne connais pas l’original.

jib
Auteur du navire

Pétard, il est trashissime ce Grumpy’s Hooch :wacko:

Et toi tu arrives à vaper un jus aussi chargé en plein été ?
Pas tenté par des saveurs plus légères ?

wpDiscuz